• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’imposture Monothéiste Genèse (part.2) et Exode

L’imposture Monothéiste Genèse (part.2) et Exode

L’imposture monothéiste : Genèse (part 2) et Exode

Interlude

Il est plus facile de tromper 1000 personnes plutôt que de faire admettre à une seule qu’elle s’est trompée. Surtout quand un mensonge l’a trompée durant toute sa vie, celle de ses parents et de ses ancêtres, du culte de la culture ou de la civilisation à laquelle il croit appartenir.

Cela ne veut pas dire que je rejette totalement tout ce qui a été écrit dans les textes bibliques, coraniques ou chrétiens. Les personnes empathiques y retrouvent intuitivement certaines vérités spirituelles pures, saines, parfois magnifiques...

Mais cela ne les empêche pas de se faire manipuler.

Oui, car d’autres font semblant, jouent un jeu intéressé pour des raisons diverses, un jeu de pouvoir bien souvent, ou bien plus simplement pour faire comme leur groupe social, ethnique ou familial.

Mais non, la notion du bien et du mal n’appartient pas aux monothéisme !

Les monothéistes possèdent dans leurs rangs leurs propres adorateurs du mal : des personnes qui contribuent à véhiculer des valeurs inverses à celles qu’ils sont censés défendre. Cette conscience du bien et du mal devrait pourtant être l’essence même de l’Humanité, quant à son amour du bien, c’est sûrement sa seule chance de survie.

Cette conscience est née au moment même où l’Homme est sorti de la bestialité, de cette innocence de l’animal qui acquiert la conscience. Cette conscience n’appartient pas aux religions du Livre où l’invention du péché originel est attribuée à une femme, entraînant aujourd’hui encore sa diabolisation.

La première partie de mon article précédent a été écrite un peu vite même si elle avait été mûrement réfléchie, j’ai ainsi laissé passer une erreur qui n’a pas été relevée.

Elle se situe au moment où je parle de la « quasi-totalité de l’humanité enfermée dans l’obscurantisme avec l’empereur Constantin » alors qu’à cette époque, seule la partie romaine du pourtour méditerranéen est touchée. La 3ème religion monothéiste (l’Islam) n’existant pas à cette époque, et 90% de la planète n’ayant pas encore été conquise par les armes et la condescendance monothéistes. J’ajouterais à cette deuxième erreur une troisième : ce n’est pas l’empereur Constantin qui a instauré la culture chrétienne monothéiste en tant que religion obligatoire mais Théodose 1er.(1) Même si ce dernier a été largement aidé par les Wisigoths, c’est finalement lui qui nous a fait rentrer dans le Moyen-Age en interdisant les autres cultes et en détruisant les temples qu’il jugeait païens ainsi que de nombreux chefs-d’œuvres de l’Antiquité, laissant s’installer les prémices de l’inquisition. Un peu comme le font avec l’Islam, nos contemporains talibans ou de l’E.I., à Palmyre et partout où ils passent.

Ce qui me désole de la part de ceux qui ont critiqué mon précédent article ce n’est pas leur croyance que je respecte malgré le mépris auquel j’ai eu droit, mais plutôt l’absence d’empathie envers l’anecdote de Japhet. Celui ci devait payer lui, et ses milliards de descendants, l’erreur de son père, simplement parce que ces personnes avaient la peau noire suite à la malédiction de son grand père : le Noé biblique. Pourtant aujourd’hui, la science nous a appris que la dépigmentation de la peau s’est jouée à cause du manque de vitamine D pour les peuples qui ont migré vers des contrées ou le soleil brillait moins. (2) Ces millions de gens à la peau noire ont donc subi cette malédiction, cet anathème propagé et appliqué par trois religions issues d’une même source plus ancienne qu’ils ont totalement biaisée. Trois religions qui refusent de s’excuser ou de changer une ligne à un texte raciste.

Voyons ou nous amènent leurs radicalisations respectives. Aujourd’hui, les pires radicaux de l’Islam tuent ou veulent tuer les non musulmans mécréants ainsi que ceux qui ne sont pas de leur obédience pour passer le temps en attendant le retour du Mahdi (3) ou bien pour avoir des vierges une fois morts. Les plus fanatiques du Judaïsme, à travers une vache parfaitement apocalyptique (4) ainsi que des chrétiens évangélistes parfois à la tête de grandes nations (5), veulent provoquer l’Apocalypse au plus vite afin d’accélérer la venue du Messie ou le retour du Christ. Ces évènements se passeraient dans un monde qui deviendrait idéal, débarrassé de tout ce qui vit, sauf eux, évidement. Ce qui est un comble d’hypocrisie pour les évangélistes pro-apocalyptiques c’est qu’ils soutiennent le Judaïsme le plus fanatique espérant ainsi provoquer cet apocalypse qui tuera tout le monde. Ils avancent leurs pions, prétendant ainsi être du côté des juifs radicaux tout en masquant leur antisémitisme maladif (6). Pour eux, musulmans et tous autres non-croyants en leur foi évangélique doivent mourir pour que Le Christ revienne mais aussi... la plupart des millions de juifs qui peuplent la terre puisqu’il est écrit dans leur livre d’Armageddon (7) que seuls doivent être sauvés cent quarante quatre mille juifs convertis à leur secte. Une foi arriérée et guerrière anime tous ces gens, et pourtant dans l’absolu, la seule question qui s’est posée à l’Homme sorti de l’animalité et qui est peut-être la base même de toute spiritualité est la suivante : « Que va-t-il se passer quand je vais mourir ? » La réponse devrait être limpide : « je le saurai tôt ou tard, quand je mourrai. » Mais bon, l’humanité continue à s’entretuer et à tout détruire sur son passage parce que chacun détient une réponse qui le réconforte.

Même si les grands maîtres du soufisme, les grands spirituels francs-maçons du XIXème siècle et autres artistes ou intellectuels juifs ont apporté énormément à cette humanité, le résultat de leur travail sera toujours quelque peu erroné car leurs sources étaient fausses. L’archéologie nous le prouve régulièrement depuis deux siècles et plus récemment les recherches en génétiques.

Cette connaissance du bien et du mal existait bien avant que ne soit pillés les cultes et les cultures de Mésopotamie et d’Egypte. Mais puisque nous parlons de l’Egypte...

L’Egypte et l’exode

L’illustre Champollion aurait dû mettre un terme à tous ces mensonges lorsqu’il nous révélé à travers le décryptage de l’écriture égyptienne que l’esclavage n’existait pas en Egypte (8). Il nous a dévoilé grâce à son génie l’histoire magnifique de ce peuple. Mais nous avons préféré laisser des pseudo-scientifiques analyser ces éléments avec une bible dans une main et et une pioche dans l’autre et ce, jusqu’à très récemment. Leurs conclusions forcément fausses sont venues conforter leur foi. Après tout, c’était certainement le but recherché. Les découvertes en sciences exactes, telles que l’analyse par le radio-carbone, la traduction des écrits égyptiens qui retranscrit l’histoire d’un peuple et la construction des édifices sans l’aide d’esclaves mais par des ouvriers, mettent en lumière un illustre absent de l’histoire monothéiste officielle : le Moïse biblique.

Tout comme sont d’ailleurs absentes de l’Ancien Testament les pyramides égyptiennes, pourtant présentes dans tous les écrits des auteurs de l’antiquité qui ont pu les contempler.

Il est probable que ces histoires ne se soient simplement pas passées à cet endroit du globe comme nous le laissent suggérer les recherches ADN de l’haplogroupe J1 attribué aux peuples sémites(9) qui situent l’origine de ce gène au Yemen. (tout comme s’y serait situé le royaume de Saba). Tout ceci semble conforter la théorie du Dr Ashraf Ezzat (10) qui nous fais remarquer qu’aucun roi d’Egypte ne s’est jamais fait appeler ’’ Pharaon " et qu’il est évident que l’histoire de l’Exode et de celles qui suivent ont été non seulement magnifiées, embellies et tronquées, mais aussi déplacées dans l’espace. Sa théorie nous amène dans un village du nord du Yemen qui se serait appelé « Misraïm » et dont le chef se faisait appeler « Pharaon. »

C’est une théorie intéressante mais elle oublie un personnage troublant : un pharaon oublié pendant 3200ans. Son existence avait été effacée de tous les monuments ainsi que sa vie et ses préceptes, jusqu’à la redécouverte de son tombeau en 1891. Celui qui fut le plus grand pharaon de la XVIIIè dynastie ( s’appelait Aménophis IV avant de changer son nom pour celui d’Akhenaton, le fameux roi d’Egypte qui a instauré le tout premier monothéisme connu. Sigmund Freud, dans la lignée de Champollion avait émis dans son livre « l’Homme Moïse et la religion Monothéiste » une hypothèse avant-gardiste pour son époque : Moïse était certainement disciple d’Akhenaton. Mais voilà, nous ne sommes plus à l’époque de Freud et aujourd’hui, grâce au travail d’archéologues comme Israel Finkelstein (et son équipe) (11) qui ont ratissé toute cette partie du monde, ont daté chaque strate au radio-carbone, chaque lieu biblique a été passé au peigne fin, et ce travail titanesque complémenté par les travaux des égyptologues nous amène à une conclusion évidente : Moïse (12) et l’Exode (13) sont des légendes sans aucun fondement historique.

Mais restons ouverts aux théories qui sortent des sentiers guerriers du monothéisme ordinaire et obtus. Celles des frères Messod et Roger Sabbah ou les théories qui se sont inspirées de leur travail sont tout ce qu’il y a de plus intéressant. Leur livre (14) est passionnant et leur travail est remarquable. Elles vont bien plus loin que Freud en prétendant qu’Akhénaton et Abraham sont la même personne et surtout que Moïse aurait été Ramses I (Ra-Moses ?) Moses étant un prénom égyptien comme le souligne Freud dans son ouvrage. Ce dernier, fils de commandant militaire et homme d’arme lui même est finalement devenu le premier pharaon de la XIXème et plus prestigieuse dynastie égyptienne (-1296 à -1186) à la suite du premier schisme monothéiste de l’histoire. Beaucoup d’autres personnages bibliques correspondraient en fait à des personnages historiques de cet époque appelée période amarnienne et de de la fin de la XVIIIème dynastie (15). Il est assez cocasse de penser que si ces théories étaient définitivement prouvées, les croyants monothéistes du monde entier devraient aller en pèlerinage au musée de Louxor, ou à celui du Caire plutôt qu’à La Mecque ou à Jérusalem.

On trouve aussi à cette période une personnalité troublante pour ne pas dire hallucinante, c’est celui qui fût Intendant de tous les chevaux du roi, chef des Amis du roi, Père Divin et scribe royal d’Akhenaton. Celui ci devint lui même pharaon après la mort suspecte du fils d’Akhenaton et héritier du trône, le célèbre Toutankhamon, dont il était aussi le grand prêtre et le tuteur. Dans la tombe de cet étrange personnage qui s’appelait Ay (ou Aton Ay) on a retrouvé gravé l’hymne à Aton qui ressemble étrangement au 104ème psaume de David (16) et qui date de plus de trois siècles avant le règne de ce dernier. Le fait que le pharaon Ay ai quitté la cité d’Akhetaton (Tel-El Amarna) pour rejoindre Thèbes et s’asseoir sur le trône afin d’y restaurer l’ancien culte polythéiste n’a rien pu y faire : il fut damné pour hérésie après sa mort à cause de sa participation à la période amarnienne et fut condamné à l’oubli pendant des millénaires.

Est-ce que ce personnage qui se faisait appeler Père Divin a « élu » un des nombreux peuples qui vivaient en Egypte pour emporter avec lui la religion amarnienne ? A moins que ce soit l’élite de la population égyptienne hérétique ou les prêtres de la nouvelle religion qui se sont enfuis emportant avec eux une arche semblable à celle retrouvée dans la tombe de Toutankhamon. Le symbole polythéiste (Anubis) en moins et la grandeur du règne d’Akhenaton nous permet d’imaginer l’arche qui a pu se trouver dans sa tombe.

Enfin, pour conclure je dirais que toutes ces théories qui tiennent pourtant historiquement debout sont bien belles mais ne nous éclairent pas sur la situation plus de trois siècles et demi après ces évènements, à l’époque du roi David. Il faut encore et encore chercher la vérité ailleurs à tel point que ça en devient usant. Il y a de quoi rendre un imam, un curé ou un rabbin athée, car comme nous le dit Israel Finkelstein qui fait figure d’autorité archéologique à l’université de Tel-Aviv : « David et Salomon n’ont pas régné sur un vaste territoire, c’était plutôt une petite chèfferie qui comprenait quelques villages très pauvres. La population étaient limitée et il n’y avait pas assez d’hommes pour de grandes conquêtes. C’est ce que nous indique la datation au radio-carbone. Et si quelqu’un refuse de tenir compte de ces résultats, je considère que c’est comme si on me soutenait que la terre était plate. Je n’essaie même pas de discuter. » (17)

 

1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Théodose_Ier 

2. http://tempsreel.nouvelobs.com/sciences/20150410.OBS6867/l-homme-blanc-n-existe-en-europe-que-depuis-8-000-ans.html 

3. https://fr.wikipedia.org/wiki/Mahdi 

4. http://geopolis.francetvinfo.fr/charles-enderlin/2015/07/12/la-vache-rousse-plus-dangereuse-que-le-nucleaire-iranien.html 

5. https://fr.wikipedia.org/wiki/George_W._Bush 

6. http://pleinsfeux.org/des-genisses-rousses-en-israel/

7. http://www.enseignemoi.com/bible/apocalypse-7.html 

8. https://fr.wikipedia.org/wiki/Servitude_dans_l’Égypte_antique

9. http://www.eupedia.com/europe/origines_haplogroupes_europe.shtml#J1 

10. https://resistanceauthentique.net/2016/10/31/pourquoi-ne-trouve-t-on-aucune-mention-des-pyramides-degypte-dans-la-bible/ 

11. https://www.amazon.fr/Bible-dévoilée-nouvelles-révélations-larchéologie/dp/2070429393 (les 4 documentaires de 52mn réalisés autour de ce livre et de leur travail diffusés il y a 10 ans sur arte ont hélas disparu du web)

12. https://fr.wikipedia.org/wiki/Moïse#Historicit.C3.A9_de_Mo.C3.AFse 

13. https://fr.wikipedia.org/wiki/Données_archéologiques_sur_l’Exode_et_Moïse

14. http://www.livredepoche.com/les-secrets-de-lexode-messod-sabbah-roger-sabbah-9782253154990

15. http://moiseetramses.tumblr.com 

16. http://eocf.free.fr/text_psaume_104_aton.htm 

17. https://www.youtube.com/watch?v=SkG4nHgJGtg (vers 1h05)


Moyenne des avis sur cet article :  2.65/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Jordi Grau Jordi Grau 3 janvier 2017 15:01

    Bonjour et merci pour cet article intéressant.

    Je me permets de corriger une petite erreur : c’est Cham, et non Japhet, dont la descendance a été maudite par Noé, d’après la Genèse. Et il est vrai qu’une certaine tradition a fait de Cham l’ancêtre des Noirs d’Afrique (bien que la Bible ne soit pas du tout claire à ce sujet), ce qui a permis de « justifier » la traite négrière bien longtemps après.

    Par ailleurs, l’article de Wikipedia auquel vous renvoyez (dans la note n°8) n’est pas aussi catégorique que vous concernant l’esclavage dans l’Égypte antique.

    Enfin, il me semble que votre critique du monothéisme est incomplète. Ce que vous remettez en question, ce n’est pas l’existence d’un Dieu unique, mais la véracité de certains passages de la Bible. Votre approche est historique et archéologique, plus que philosophique, ce qui n’enlève rien à sa valeur mais limite sa portée. Pour mettre en question l’existence de Dieu, il faut indiquer les contradictions plus ou moins implicites qui sont présentes dans la représentation qu’on en a. C’est ce que faisaient Platon ou Épicure à propos des dieux grecs : pour eux, il était impossible de croire que des êtres sages, justes et heureux soient tourmentés par des passions mesquines et destructrices comme les dieux de la mythologie. C’est un peu ce que vous faites aussi dans votre article, si j’ai bien compris, quand vous parlez de la malédiction de Japhet (ou plutôt de Cham). Noé, qui est censé être un homme juste, se comporte avec une très grande injustice en maudissant la descendance d’un de ses fils. La même remarque vaut aussi pour Dieu lui-même, qui maudit certains hommes jusqu’à la septième génération, et punit toute l’humanité pour la faute d’Adam et d’Eve. Dans les deux cas, la Bible semble bien se contredire. Mais peut-être avez-vous fait tout ce travail d’analyse dans votre précédent article, que j’avoue n’avoir pas lu.

    Pour terminer, j’ajouterai que critiquer l’image qu’on se fait généralement de Dieu dans les religions monothéistes n’aboutit pas nécessairement à l’athéisme. On peut très bien nier l’existence d’un Roi de l’Univers - ou, pour mieux dire, d’un tyran aussi capricieux et cruel que puissant - sans pour autant rejeter l’idée d’un être absolument sage, intelligent et libre, qui serait la source de toute réalité, de toute justice et de toute vérité.


    • Jean David Mouloud Jean David Mouloud 3 janvier 2017 23:57

      @Jordi Grau
      Merci d’avoir relevé mon erreur pour Cham et son fils Canaan dont je racontais l’histoire dans mon premier article. Comme quoi il faut se relire plusieurs fois et revoir ses classiques. Tout comme j’aurais du mieux vérifier que la mise en page et l’illustration que j’avais apposée à cet article (l’arche de Toutankhamon) soient effectives.

      Vous me parlais de Platon qui est un des plus grand écrivain et philosophe de tout les temps alors que je ne fais qu’une synthèse de mes modestes connaissances. Je ne suis qu’un petit amateur passionné dans les traces des génies que je cite et dont le travail me fascine. J’essaie de garder comme eux une approche scientifique, historique et archéologique et c’est pourquoi je ne m’embarque pas dans la critique des Dieux.. J’ai pas le niveau. N’est pas Platon qui veut. Tout comme je ne m’embarque pas à répondre aux trolls habituels d’agoravox, j’ai pas le niveau du caniveau non plus.
      Merci pour votre critique constructive.
       





    • cathy cathy 4 janvier 2017 01:47

      @Jordi Grau
      Non, ce n’est pas la descendance de Cham, mais celle de son fils Canaan qui a été maudite. Cham avait plusieurs fils dont Mizraïm.


    • Albar Albar 4 janvier 2017 13:39

      @Jean David Mouloud
      Bien sur, on ne la fait pas à toi, croire en un Dieu unique, quelle niaiserie ! Même si on la fait a toute ton ascendance voire tes ancêtres, mais pas à toi Jean David Mouloud, peut être que tu es un adepte d’Albert Pike, celui qui choisi le culte de Satan comme lumière à toute l’humanité..


    • Zaraï 5 janvier 2017 21:39

      @cathy
        

      L’auteur aurait dû prendre la peine de lire la Bible avant d’écrire un tel article, rudimentaire agrégation de « connaissances » puisées dans ... Wikipédia smiley

    • Zaraï 5 janvier 2017 21:53

      @La mouche du coche
       

      Bien dit.

      En effet les athées endurcis critiquent, nous font part de leurs aigreurs d’estomac mais n’ont rien à proposer.

    • Tall Tall 5 janvier 2017 22:01

      @Zaraï

       
      ... mais n’ont rien à proposer.
       
      Et bien je vous propose de vous intéresser au dieu des athées, car le pauvre s’ennuie grave depuis longtemps... personne ne l’écoute jamais !


    • Zaraï 6 janvier 2017 00:31

      @Tall
        

       smiley

    • Sozenz 3 janvier 2017 16:56

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Cronos

      cela va peut etre paraitre blasphémateur pour certains, mais quand on regarde bien , toutes les religions sont extrêmement liées .
      car dans toutes les religions il y a le grand Un créateur, et toutes les divinités , ou les anges ( que l on appelle les anges gardiens)
      il y a dans toutes une hiérarchie., ou le premier porte un nom différent.
      dans les religions polythéistes, nombre de personnes se consacrent à une divinité qui va privilégier un aspect de la vie,
      Le monothéiste va tenter de se rapprocher de la source qui englobe le tout .
      toutefois le monothéiste se perd dans les méandres des détails par son mental et ses besoins , revenant ainsi à en perdre la source .
      Le plus grand danger pour tous , c est le schisme . le schisme c est la division, le morcellement, qui va à l encontre du tout. Le tout ne peut être nommé, l ineffable .
      En résumé , toutes les « caractéristiques » visible et invisibles sont dans l ineffables, et ce qui en « découle » en est une expression.
      quant à la malédiction, ce n est pas une malédiction mais juste l effet des choix qui ont été fait .
      encore un point l apocalypse n est en rien le chaos , ou la destruction , mais la révélation . la révélation qui vient « malgré » soi" . car toute projection éloigne du tout , car une projection est mentale , et partielle .
      c ’est en tout cas ce que je ressens .
      Après croyance ou non croyance , ce n est pas vraiment le propos, l important c est le chemin . la croyance ou la foi vient d elle même. il ne sert a rien de se conditionner pour croire , car ça sonnera forcement faux .


      • Victor 3 janvier 2017 17:03

        Le christianisme a été vu par les romains comme moyen de ressouder l’Empire en pleine décadence gogochiste orgiaque et vénale.
         
        Et ça a marché.
         
        Vous restez ds l’anecdotique, la religion chrétienne n’est pas un conte, un dieu démiurge sur un nuage (comme le judaïsme où l’islamisme) mais une dialectique tout à fait moderne, sortie de l’hellénisme. (Jordi Grau commentaire précédent). Les 2 points importants sont La Trinité et le Calvaire du Christ, qui signifie l’homme se déifie par l’histoire (de la nécessité), le Saint Esprit l’Esprit absolu du sens, le Christ fils de l’homme et fils de Dieu se sacrifie (la liberté s’acquiert ds la douleur) il est l’Esprit objectif (qui fait un monde de Dieu sur Terre) et Dieu le Père est l’Esprit Subjectif, qui a donné la liberté (le libre arbitre) à l’homme pour que ce concept se réalise dans ses idées (le droit par ex, la charité remplace oeil pour oeil dent pour dent, pour un dévoilement plus grand de soi, à l’image de Dieu)
         
        bref par du barbu colon chéri de la gogoche.


        • Pascal L 3 janvier 2017 22:14

          Israël Finkelstein et Neil-Asher Silberman sont des scientifiques, dont le travail est effectivement peu contestable, ou du moins ne peut être contesté que par des travaux du même niveau et on peut dire que la barre est élevée.


          Il y a tout de même un problème de cohérence dans votre article : vous utilisez leurs travaux pour rejeter le Judaïsme et le Christianisme, mais vous projetez votre propre théorie par dessus sans avoir une validation par des travaux de même qualité.

          Il me semble que faire descendre le Judaïsme d’Akhenaton est pour le moins osé. Il me semble qu’un homme qui se prétend lui-même la réincarnation du Dieu solaire est hérétique vu du Judaïsme et un abime sépare ces deux pensées. Aton n’existe que lorsqu’il est visible, sans aucune transcendance. Il s’agit plutôt d’un athéisme que d’un théisme.

          Par ailleurs, vous concluez que « Moïse (12) et l’Exode (13) sont des légendes sans aucun fondement historique  ». Or ce n’est pas exactement ce que dit Israël Finkelstein. Il dit effectivement qu’il n’existe pas de trace ni de Moïse, ni de l’exode, ni de la traversée de la Mer Rouge, mais il ne dit pas que Moïse n’a pas existé. Ce n’est pas une légende, c’est un mythe et le mythe peut avoir des fondements tout à fait réels. Il est probable qu’il y a quelque chose, mais nous ne savons pas quoi. Nous savons que le Judaïsme est né au 7ème siècle avant notre ère avec la compilation de différentes traditions (3 ou 4). Ces traditions sont d’origine différentes, ce qui explique une partie des incohérence du livre de la Genèse, mais il semble qu’il y a une cohérence d’ensemble entre ces traditions qui mériterait d’être étudiée. 

          Pour les origines yéménites des Cananéens, je vous renvoie à une hypothèse intéressante de la thèse d’Edouard-Marie Gallez « Le messie et son prophète » qui étudie principalement les origines de l’Islam. Pour lui, il y a des rapprochements à faire entre les toponymes de Canaan et du Sud de l’Arabie. Il émet l’hypothèses que les Cananéens seraient originaires du sud de l’Arabie qu’ils auraient quitté quand c’est devenu un désert pour s’installer en Canaan. Ils auraient baptisé les lieux de leur nouvelle terre avec les noms de l’ancienne comme l’on fait les colons américains. Ceci-dit, la désertification de l’Arabie nous ramène à l’âge de pierre, donc bien avant que l’on commence à parler d’un Dieu unique, mais il se peut que quelques mythes convoqués pour la rédaction de la Bible datent de cette époque. Nous n’en savons rien.
          L’article que vous citez ne permet pas d’aller trop loin sur les conclusions et il se permet de citer la Bible en appui, alors que la Bible est loin d’être une référence scientifique.

          Les scientifiques mettent en relation les textes religieux avec toute la documentation disponible (histoire, archéologie, linguistique...) et permettent de se faire une idée précise de ces documents, mais ne permettent pas de conclure quoi que ce soit sur l’existence de Dieu qui échappe à toute mesure. Dans un sens, c’est pas plus mal, car ainsi, personne ne peut être forcé à croire et il ne peut y avoir de religion sans liberté religieuse.
          Le Dieu des Juifs et des Chrétiens est un Dieu extérieur à l’humanité. Il est logique que sa découverte ne se fasse pas en une seule fois. Il s’agit plutôt d’une découverte progressive et ce qui en est dit aujourd’hui est assez différent de ce qui se disait à l’époque du Christ et encore plus au débuts du Judaïsme. Tout Dieu qui se définit une fois pour toute ne peut être qu’une construction humaine. Il ne faut pas penser que le travail d’Israël Finkelstein et Neil-Asher Silberman détruit l’idée de Dieu. Il la consolide au contraire en permettant de mieux comprendre le texte biblique, les intentions des nombreux auteurs et ce qu’ils avaient pu comprendre de Dieu à leur époque.

          • Victor 3 janvier 2017 23:57

            @Pascal L
             
            Non c’est le dieu des juifs et des islamistes qui est extérieur à l’humanité (séparé et fils de dieu est hérésie) abrahamique, scission du sacrifice d’Isaac, pas le dieu chrétien qui est déification de l’homme fils de dieu, fils de l’homme, dans la souffrance de la crucifixion.
             
            L’islamisme est un judaïsme, plus crétin, brutal et frustre
             
            Exact, le dieu chrétien est un dieu dialectique, qui se construit en l’homme, un platonisme.


          • Jean David Mouloud Jean David Mouloud 4 janvier 2017 00:40

            En fait vous me dites que l’approche scientifique de Freud et des frères Sabbah est hérétique. Celle de Champollion aussi (même si Akhenaton était inconnu à son époque). Vous englobez à travers moi tout les gens qui se sont penchés sur les travaux de ces chercheurs ou qui ont fais leurs propres recherches et théories qui n’entrent pas dans le moule.

            Je ne rejette rien du tout, Il ressort juste une hypothèse de ce que j’ai écrit si l’on regarde bien. Une hypothèse différente de celle qui ressortait il y a quelques mois lors de la parution de mon premier article. Une hypothèse qui pourrait se résumer à ceci :
            Les scénaristes des débuts du judaïsme on réécrit le culte amarnien avec une forte influence babylonienne , les scénaristes du christianisme ont fais une synthèse de tout ça avec quelques apports venue d’Asie et du monde greco-romain et les scénaristes des débuts de l’islam, ont repris tout ça avec l’ajout des croyances locales. 





            • Victor 4 janvier 2017 11:14

              @Jean David Mouloud
              L’histoire du berceau de Moïse, le déluge, ceci est mon sang ceci est mon corps, résurrection, le buisson ardent, l’apocalypse, le paradis, l’âme (qui n’existaient pas ds le judaïsme primitif), l’Eternel Retour, tout ça vient de religions « aryennes » plus anciennes (Eliade)
               
              Le scénario n’est pas la question de la religion, l’islamisme est un judaïsme et le christianisme un platonisme, là est la différence, et le bouddhisme un stoïcisme. Comme les mythes grecques sont de la philosophie et de la morale individualiste, et la religion égyptienne une religion d’état sans philosophie ni art car sans l’individualisme grecque (du aux rapports de production esclavagiste dira Marx).


            • Pascal L 5 janvier 2017 02:41

              @Jean David Mouloud
              « Les scénaristes des débuts du judaïsme on réécrit le culte amarnien avec une forte influence babylonienne , les scénaristes du christianisme ont fais une synthèse »

              Il s’agit ici d’un procédé dialectique. Les affirmations d’autorité n’ont jamais construit la vérité.
              Le Judaïsme et le Christianisme ont construit leur religion sur l’observation d’un Dieu qui se révèle à l’humanité. Que l’observation ait commencé avant la création du Judaïsme, cela ne fait aucun doute, mais il faut tout de même éviter les raccourcis trop hâtifs. La filiation entre Akhenaton et le Dieu des Juifs n’est qu’un fantasme romantique. Il y a trop de différences entre ces deux cultes pour que l’on puisse émettre l’hypothèse de la filiation. On ne peut peut même pas parler de monothéisme concernant le culte d’Aton.

              Quand au Christianisme, il est la religion du Christ bien avant d’être la religion d’un livre. Pour les Chrétiens, celui-ci est toujours vivant et prodigue sans arrêt des signes de son existence et de son amour pour toute l’humanité. La conversion vers le Christianisme se fait le plus souvent à la suite d’une rencontre personnelle avec le Christ et ces conversions sont la base de l’expansion du Christianisme, y compris aujourd’hui en France (après quelques années de recul). Le Christianisme n’est pas figé, il continue de se construire au gré de ces rencontres. Vous avez tout à fait le droit de ne pas croire cela possible si vous n’y avez pas été confronté, mais pour comprendre le Christianisme de l’extérieur, il vaut mieux en connaître les bases et se renseigner à la source.
               Le Christianisme ne s’oppose pas à la psychanalyse. La psychanalyse éclaire la compréhension des comportements humains, elle ne parle pas de Dieu et ne le remplace pas. Tout ce qui contribue à la recherche de la vérité est utile.

            • kalachnikov lermontov 4 janvier 2017 11:03

              Le questionnement métaphysique de l’homme est bien antérieur au judaïsme (rites funéraires dans la préhistoire, art pariétal énigmatique, etc) ; donc, ce qu’il convient d’interroger, c’est le concept de ’dieu’ (et par ce ’dieu’ entre guillemets, on désigne un x, un inconnu que l’on cherche à cerner époque après époque).
              Quelles sont les innovations en la matière du judaïsme ? Concernant l’invention du monothéisme, rien n’est moins sûr, du fait d’une foule de facteurs. Par exemple, il semble qu’il y ait eu une sorte de monothéisme bien antérieur avec le culte de la grande Mère ; en un autre endroit, le zoroastrisme présente des balbutiements. Les innovations du judaïsme et particulièrement du mosaïsme sont des choses comme : la Faute transmissible de façon héréditaire (’Je suis Iahvé, le dieux jaloux, qui punit la faute des pères sur les fils jusqu’à la millième génération’), la prétendue impossibilité assortie de la défense de représenter le dieu, le dieu transmissible par le sperme (lien avec l’ethnie, donc devenu abstrait, arraché du monde physique). Etc.
              De facto, toutes ces innovations, que je considère personnellement comme néfastes, ont un impact sur le psychologique individuel comme collectif.

              Concernant l’épopée mosaïque, il suffit de lire le Livre : cela rapporte comment un type et les siens, un clan, pour ne pas dire un gang, venu d’on ne sait où, dénature les croyances primitives d’une foule pour lui encastrer dans la cervelle via les moyens les plus tortueux et infects imaginables ce genre d’innovations désastreuses. Et ce n’est que ça : comment un type va contaminer un groupe avec ses problèmes psychologiques, lesquels seront ultérieurement universellement propagés par un autre cas psychiatrique (saint Paul).


              • Victor 4 janvier 2017 11:18

                @lermontov
                Dans le judaïsme primitif Yahvé a une femme déesse et est un dieu tribal comme ds tte l’antiquité. (tu ne tueras point veut dire tu ne tueras point de juif). Et c’est resté.
                 
                 
                « Des étrangers se présenteront pour faire paître vos troupeaux (traite négrière à Soros), des immigrants seront vos laboureurs et vos vignerons. Mais vous, vous serez appelés prêtres de Yahvé, on vous nommera ministres de notre Dieu. Vous vous nourrirez des richesses des nations, vous leur succéderez dans leur gloire. » (Isaïe 61,1-11)


              • kalachnikov lermontov 4 janvier 2017 11:32

                @ Victor

                Le Livre est justement lisible en ce sens, je pense : l’évolution du concept ’dieu’ depuis l’Origine.

                Et ce concept d’Origine est déjà intéressant à creuser puisqu’il dissimule effectivement, comme l’indique l’auteur, le passage de l’animalité à l’humanité, la survenue de la conscience.


              • kalachnikov lermontov 4 janvier 2017 11:35

                @ Victor

                Tu es cultivé et derrière l’outrance intéressant. C’est un peu dommage de te gâcher dans des invectives répétitives. Je ne suis pas sûr que ce soit par les cris qu’on se fasse entendre ; plutôt par cette arme chrétienne par excellence : le pouvoir de la Vérité. Bonne journée.


              • Mordicul 4 janvier 2017 12:10


                Nous vivons une époque formidable ou finalement quelques uns se rendent compte que l’on ne peut plus expliquer le mystère de l’Homme avec les mythes et légendes des religions.

                Merci pour cet article. Ce sont des sujets tjs chaud à mettre en oeuvre tellement le conditionnement des religions à fait son oeuvre au fil des siècles. La position confortable bien sur étant de ne rien remettre en question. On n’oublies ou on prend très peu en compte que nombres d’archéologues on orientés leurs recherches dans le sens de leur aspiration spirituel et culturel du moment.
                Aujourd’hui les approches sont différentes. De nouvelles découvertes permettent de remettre en question ce que beaucoup n’osaient pas dirent de peur de se prendre en pleine figure les foudres de ceux qui préfèrent les refuges au détriment du questionnement légitime. Il est notoire de constater pour les plus éclairé, que nombre de découvertes sur ces deux derniers siècle ont permis de se rendre compte que les soit disant livres saints présentent des fosses sans fond de contradiction (pour ne pas dire mensonges).
                Certaines hypothèses laisseraient entendre que Abraham n’est pas de confession juive mais plutôt sumérienne.Il est originaire de le ville d’Ur faisant intégralement partie du territoire Sumer. La genèse est un plagia légèrement modifié des mythes sumérien ainsi que celle de Noé. D’autres sont tiré de la mythologie Babylonienne. Çà ce n’est pas une théorie, ce sont des faits qui s’appuie sur du matériel concret qui étrangement est rarement pris en compte par nombre de nos contemporains.
                Il est souvent mis en avant qu’il n’est pas respectueux de remettre en question les croyances religieuses et que chacun à le droit de croire en ce qu’il veut. Certes, je veux bien ne pas m’occuper de ce qu’il y a dans l’assiette de mon voisin mais quand celle ci déborde et envahi d’innombrable aspect de nos vies au point d’être aux antipodes du bon sens il est bien de tirer la sonnette d’alarme.
                Personnellement je rêve d’un monde débarrassé de la foutaise religieuse. Peut être que cela permettrait à l’homme de comprendre un peu mieux sa vrai nature. Je ne pense pas que l’Homme ait besoin de la religion ou tout autre simulacre pour avoir de bon principe ou une bonne morale. L’esprit ou la conscience humaine touche régulièrement le divin dans la contemplation. Est-il vraiment utile de vouloir y coller des images ou histoires à endormir les enfants... ?
                Le choix que les religions on données aux Hommes entre la vie ou la mort éternel est un poison instigué à petites doses qui à sclérosé l’esprit du monde en le plongeant dans la peur éternel.
                Il est certain que des êtres effrayés ne peuvent que rarement agir naturellement et de façon approprié au questionnement légitime de leur intellect. Se faisant nous voilà tous embarqué dans la plus grande supercherie qui aura peut être la conséquence d’une autodestruction ou dans le meilleur des cas un renouvellement spirituel débarrassé des contingences religieuses manipulatrices. Les religions ne peuvent admettre que l’humanité puisse la rejeté, c’est pourquoi elle à inventé l’eschatologie comme pour limité l’expérience humaine en dehors d’elle (la religion).
                Il est certain pour qui prend le temps de méditer que l’univers de part la direction qu’il se donne est conscient. De là à vouloir quantifié ou ordonner cette conscience à la seule volonté de l’Homme est la plus grande des présomptions bien qu’il débatte sans cesse sur l’humilité pour se donner bonne conscience dans une attitude de fanfaron.


                • Crab2 4 janvier 2017 12:42

                  Reflet de la pulsion de mort, le monothéisme est la racine du sectarisme, l’athéisme est universel et le plaisir est la racine de la morale

                  http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/01/vux-2017.html

                  .


                  • Crab2 4 janvier 2017 13:16

                    La mort est absence de sensation [ Épicure ] rappelle qu’il ne peut-y avoir d’arrière-mondes ( paradis – enfer ou ciel peuplé de...), donc qu’il n’y a rien à craindre la mort mais plutôt de se méfier des monothéistes qui n’aiment pas les penseurs


                    • Crab2 4 janvier 2017 13:24

                      Contentes-toi du monde donné – Nietzche

                      La mort est absence de sensation [ Épicure ] - rappelle qu’il ne peut-y avoir d’arrière-mondes* ( * : paradis - enfer ou ciel peuplé de...), donc qu’il n’y a rien à craindre de la mort mais plutôt de se méfier des monothéistes qui n’aiment pas les penseurs


                      • Crab2 5 janvier 2017 09:43

                        Le récit d’un Univers créatif nous apprend que nous sommes tous des poussières d’étoiles. Nous sommes des êtres interdépendants dont le bonheur dépend de celui des autres. Sachons ne pas l’oublier. Henri GÉNARD

                        http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/01/semantique-de-latheisme.html


                        • Zaraï 5 janvier 2017 22:04

                          Les auteurs d’Agoravox se prenant généralement très au sérieux avec leurs articles peu drôles, celui-ci permet de rire un peu  smiley

                           

                          Son contenu me fait penser aux livres d’archéologie-fiction qui provoquent des fou-rires durs à arrêter aux archéologues qui les lisent quand ils envie de se changer les idées  smiley

                          • Tall Tall 5 janvier 2017 22:23

                            Le big bang est la preuve de l’existence du Dieu créateur

                            Le problème, c’est qu’il s’est fait exploser la tronche avec cette expérience qui a mal tourné.
                            Et maintenant on doit se démerder ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès