• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’insurrection morale

L’insurrection morale

En 1857, les Cipayes, les soldats indiens employés par l'armée britannique dans leur colonie, se sont révoltés. La raison de cette révolte n'est pas le pillage organisé du pays par les anglais, ni la brutalité de leurs méthode qui n'était pas très éloignées ce celles des autorités locales, mais une raison morale, et uniquement morale.

Comme tous les envahisseurs, les Anglais ont joué sur les divisions internes de l'Inde pour conquérir le pays. On s'allie avec ceux-ci, contre ceux-là, on intègre les effectifs des vaincus, on renforce le pouvoir de ses vassaux sur la population et on finit par contrôler un immense pays sans trop se fatiguer. Il faut pour cela faire des concessions aux coutumes locales. Un brahmane, par exemple, membre de la caste la plus élevée qu'il faut absolument se mettre dans la poche, ça ne prend pas le bateau. C'est con, mais c'est comme ça, le brahmane perd son rang s'il navigue sur l'océan.

Le colonisateur fait avec, au départ quand il en a vraiment besoin, mais au bout d'un moment, il voudrait bien employer cette nombreuse armée ailleurs. Quand on est anglais, le bateau est une deuxième maison, et en tant qu'envahisseur on pense avoir prouvé que cette culture est supérieure à celle des terriens. Mais il ne suffit pas de convaincre le brahmane, imaginez, qu'il emmène ses troupes qui lui doivent obéissance sur un navire. La traversée se fait, et à la descente les soldats font ce qu'ils veulent en crachant au visage du chef qui a perdu tout pouvoir par la magie des eaux. Autant un politicien avisé en tiendrait compte, autant un marchand insatiable de la compagnie orientale des Indes n'en a rien à secouer. Et comme c'est lui qui fait rentrer le pognon en Angleterre, l'armée anglaise lui obéit.

Mais pour l'armée anglaise, l'Inde n'est qu'une partie de l'empire, elle ne s'organise pas autour d'elle uniquement. Le progrès dans la science de l'armement, par exemple, incite à enduire les cartouches de fusil de graisse. De la graisse de porc ou de bœuf. Vous voyez un peu le problème dans un pays ou le soldat local est soit hindou, avec un tabou sur le bœuf, ou musulman, avec une stricte interdiction de toucher au porc. Les militaires anglais ne sont bien sûr pas débiles au point d'avoir l'intention de leur imposer ce nouvel usage, mais les brahmane et les autorités musulmanes l'apprennent.

Ils y voient une aubaine. Ils ont à présent compris que les anglais ne comptaient pas partager équitablement les fruits de la conquête avec eux, mais ils ne pouvaient pas s'en plaindre auprès des troupes qu'ils menaient à la baguette, et qui se délectaient de voir le pouvoir de ceux qui les oppressaient depuis si longtemps être ridiculisée. Avec cette histoire de graisse, ils ont pu dire, regardez ce qu'ils veulent vous obliger à faire, ils ne vous respectent pas ces Anglais, nous sommes là pour protéger votre culture, révoltons nous contre l'oppresseur ! C'est l'histoire de la révolte de 1857.

Un actionnariat trop avide, des politiciens qui voient leur autorité contestée et des soldats qui crèvent la dalle qui assistent au spectacle avec dégoût. Si vous trouvez que ça ressemble étrangement à la situation actuelle, vous m'avez bien compris. Et ce qu'il faut en retenir, c'est que ce n'est pas pour s'enrichir, ni même être traité plus dignement que les Cipayes se sont révoltés, mais pour des raisons morales uniquement. Seule une insurrection morale changera le rapport de force.

Policiers, si j'ai publié ce clip contre les violences policières, ce n'est pas pour vous accuser, mais pour faire appel à votre sens de la morale. Les flics avec nous ! Les flics avec nous !


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 14 décembre 2020 15:39

    ’’Comme tous les envahisseurs, les Anglais ont joué sur les divisions internes de l’Inde pour conquérir le pays. On s’allie avec ceux-ci, contre ceux-là, on intègre les effectifs des vaincus, on renforce le pouvoir de ses vassaux sur la population et on finit par contrôler un immense pays sans trop se fatiguer.’’

     

    Tiens, tout pareil qu’avec les amères-loques en europe.

    Un hasard ?

     


    • macchia 15 décembre 2020 10:11

      @Jeekes
      Inutile de se plaindre à moins de préférer Hitler et Stalin


    • Jeekes Jeekes 14 décembre 2020 15:42

      ’’Les flics avec nous !’’

       

      Heu...

      Mais pas trop près et, st’euplé, pas sur la tête ! 

       

      Enfin, tout ça pour dire, m’sieur l’flic, si tu pouvais virer ton gros cul de mon soleil et aller faire ton vrai boulot, hein ?

       

      Comment ?

      Ah bon, t’as la chiasse.

      Et pis t’as des z’ordres. 

       

      Et pis ça t’arrange, ça craint moins...

       


      • Étirév 14 décembre 2020 17:41

        Avant de s’insurger pour des raisons morales, il faut savoir ce qu’est la Morale.
        Et pour le savoir, il faut commencer par répondre à la question : pourquoi la nature humaine est organisée de telle sorte qu’en suivant ses impulsions l’homme ne va pas toujours vers le bien ?
        Tacite disait que dans les temps de révolution le plus difficile pour un homme de bien n’était pas tant de faire son devoir que de le connaitre.
        C’est à l’époque de révolution morale que nous traversons que l’on peut surtout appliquer cette parole. Ce qui manque actuellement, c’est la notion claire du vrai, du juste, du bien. Il règne aujourd’hui sur tout ce qui est relatif à la morale un chaos d’idées contradictoires. La morale « primitive » est encore au fond des esprits, ses préceptes sont indiscutables, mais à côté des lois qu’elle a dictées, à côté des devoirs qu’elle impose, et pour s’en affranchir, on a érigé d’autres lois, on a institué l’autre morale. On s’est affranchi des devoirs que la vraie morale impose et que l’on considérait comme une contrainte gênante.
        Cette morale de tolérance est si bien identifiée avec nos mœurs, qu’il est difficile de démêler le bien du mal, le vrai du faux, le juste de l’injuste. La confusion qui règne sur ce terrain est telle que nous voyons tous les jours des hommes, qu’on appelle de grands moralistes, formuler des propositions en opposition flagrante avec la vraie morale.
        « Un des drames de nos temps de la fin, écrit Bertrand Acquin, est cette banalisation de notre quotidien, cette tolérance extrême pour toutes ces anormalités qui désormais, en se multipliant et en se juxtaposant, sont arrivées à créer une atmosphère chaque fois plus irrespirable, du fait même de leur propension à « pomper l’oxygène » nécessaire à toute cohabitation sociale. »
        Les deux morales


        • Thierry Millière 14 décembre 2020 19:31

          @Étirév
          Merci beaucoup pour votre contribution qui jette un éclairage très pertinent sur le fond du problème


        • Pere Plexe Pere Plexe 14 décembre 2020 20:41

          Faut il faire peu de cas de l’exemplarité et de la morale pour imposer aux flics un type comme Darmanin ?

          Dans quelle démocratie digne de se nom cela est il possible ?


          • ARMINIUS ARMINIUS 15 décembre 2020 08:19

            La magie des eaux a été utilisée à l’époque victorienne pour transformer le Rule Britannia en Rules Britannia, ce petit s ajouté change complétement le sens de ce chant très nationaliste devenu le symbole de la toute puissance britannique sur tous les océans du globe. Le rule initial signifiait simplement que Britannia sortie de l’azur océane régnait maintenant sur les vagues ; Le s ajouté signifie depuis lors que le Royaume-Uni commande aux vagues c’est à dire exerce une puissance absolue et sans partage sur toutes les mers. Cet hymne est repris en chœur tous les ans lors de la cérémonie des Proms par les étudiants hautains de la Gentry qui occupent les premiers rangs et dont faisait partie... Boris Johnson.


            • Thierry Millière 15 décembre 2020 08:57

              @ARMINIUS
              J’ignorais ce détail pourtant très significatif de l’ivresse du pouvoir et déjà connue des Romains qui chargeaient l’esclave qui tenait la couronne de laurier au-dessus de la tête du général qui défilait en triomphe pour célébrer ses victoire de lui dire à l’oreille : « N’oublie pas que tu es mortel. » pour qu’il ne se croit pas devenu l’égal d’un dieu. Franchir ce cap a toujours indiqué la pente du déclin. La bombe atomique nous l’a fait franchir allègrement.


            • DACH 16 décembre 2020 16:12

              Version:1.0 StartHTML:0000000168 EndHTML:0000002980 StartFragment:0000000466 EndFragment:0000002963

              La raison n’était pas morale mais religieuse. En grande majorité d’inspiration musulmane. Après les invasions musulmanes qui ont commencé au 10ème siècle, après les génocides contre les Hindous et les Bouddistes, ainsi que contre les Tamouls du sud, qui ont fait jusqu’à 100 millions d’assassinats en 7 siècles, puis les invasions occidentales beaucoup plus acceptées car instauratrices de quelques progrès dont celui de libérer partiellement les populations hindous du joug des pouvoirs musulmans, il y a eu cette révolte, assez vite contenue, car très vite les hindous ne s’y sont pas associée ; le nombre de victimes s’avérera relativement peu élevée, car les brahmanes s’en sont détachés assez vite, donc les hindous, le bœuf n’étant pas très concerné. Et une des raisons de la partition dont ne voulait pas Gandhi, était pour les Hindous et autres minorités de ne pas retomber sous le joug des colonisateurs musulmans.

              Une autre Djihad se déclara plus tard dans le Penjab. Le général anglais en charge fit savoir que tous les insurgés tués par ses troupes, essentiellement des cipayes avec officiers anglais, seraient enterrés dans une peau de porc. En une semaine le calme revint !!!!

              « Les violences policières ? »en France. Elles font suite à résistance à interpellation. Donc elles sont légales et légitimes selon les règles pénales. Mais parfois excessives ce qui les fait changer de nature si on oublie que résister à une interpellation justifie dans tous les cas l’emploi de la force policière. Donc faire croire le contraire ne rencontrera pas beaucoup de citoyens, sachant qu’une telle affirmation est nuisible aux justifications des révoltes qui sont en train de naître et de se manifester. Le floutage de policiers avant diffusion qui permet de les identifier est une obligation si on veut les protéger dans l’exercice de leurs fonctions. Autrement plus nécessaire d’interdire let a disparition de la police et de la gendarmerie et les saccages pour des raisons politiques à visée de détruire notre démocratie républicaine. Que voulons-nous ?


              • Thierry Millière 16 décembre 2020 16:41

                @DACH
                Il me semble pourtant que la religion se mêle beaucoup de morale. Et quand une même raison vient faire réagir les membres de deux religions différentes, parler de raison morale me paraît toujours plus approprié que de parler de raison religieuse.


              • DACH 16 décembre 2020 17:29

                @Thierry Millière=Bj. la religion choisit sa morale, pas l’inverse. cela n’interdit pas de rechercher une morale universelle comme un bien de l’humanité. 


              • DACH 16 décembre 2020 17:41

                L’insurrection des Cipayes n’était pas d’ordre morale mais religieus E P Meyer et politique. C’est démontrer entre autres chez I Advani, Elliot, Alain Daniélou, C Jaffrelot, etc

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité