• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Italie vers la séparation bancaire ?

L’Italie vers la séparation bancaire ?

Tout allait bien Madame la Marquise, jusqu’à ce que ces affreux populistes, eurosceptiques et antisystèmes italiens ne viennent gâcher la fête. En effet, l’accord entre la Ligue du Nord et le Mouvement des cinq étoiles (M5S) pour un programme commun et la formation d’un gouvernement a déclenché une véritable panique, depuis les chancelleries européennes jusqu’aux marchés financiers.

Suite à la publication la semaine dernière de la première mouture du programme, qui contenait la procédure de sortie de l’euro et l’annulation de 250 milliards d’euros de dette publique, le Financial Times, porte-voix des intérêts de la City de Londres, s’est emporté : « Désormais les barbares ne sont plus simplement aux portes de Rome. Ils sont à l’intérieur de la ville » ! En réponse, Matteo Salvini, le dirigeant de la Ligue du Nord, a lancé : « Mieux vaut des barbares que des esclaves ! » , tandis que Manlio Di Stefano du M5S affirmait que « les barbares ont dirigé depuis 30 ans » l’Italie.

En France, on pouvait lire par exemple dans les colonnes du Parisien  mardi matin : « Déroutante… et inquiétante Italie ! Ce pays, qui a souvent joué les laboratoires politiques de l’Europe – du funeste souvenir du fascisme des années 1920 au populisme de Berlusconi au pouvoir en passant par l’eurocommunisme des années 1970 –, vient de s’inventer un nouvel alliage ».

Et tandis que les médias concentrent l’attention sur une politique anti-immigration qui est certes contestable, ce qui effraie sans doute davantage en haut lieu c’est la présence dans ce programme de l’arrêt des sanctions contre la Russie et de la séparation des banques de dépôts des banques d’affaires, associée à une « révision radicale » des procédures de bail-in (la possibilité pour une banque en faillite de saisir l’argent sur ses propres clients – y compris les épargnants – pour se renflouer). « Nous devons aller vers un système où les banques de détail et les banques d’investissement sont séparées, tant en qui concerne leur type d’activité qu’en ce qui concerne la surveillance », dit le programme commun publié le 18 mai.

Notre ministre de l’Économie Bruno Le Maire – le « messager Hermès de Jupiter » auprès de la finance, comme il s’est plu à se décrire – a visiblement pris son rôle très à cœur, lançant dimanche un rappel à l’ordre étonnant : « Si le nouveau gouvernement prenait le risque de ne pas respecter ses engagements sur la dette, le déficit, mais aussi l’assainissement des banques, c’est toute la stabilité financière de la zone euro qui serait menacée. (…) Les engagements qui ont été pris valent quel que soit le gouvernement. Je respecte la décision souveraine du peuple italien, mais il y a des engagements qui dépassent chacun de nous ».

Ce à quoi Matteo Salvini a immédiatement répondu : « Je n’ai pas demandé les votes et la confiance pour continuer sur la route de la pauvreté, de la précarité et de l’immigration. Les Italiens d’abord ! », a-t-il tweeté, avant d’ajouter dans une vidéo : « Qu’il se mette le cœur en paix : nous ferons l’exact contraire de ce qu’ont fait les gouvernements qui nous ont précédé ! »

Le spectre de la crise financière est donc bien là. Dans un article paru mardi dans 20 minutes, Jérôme Creel, directeur du département d’étude de l’OFCE, prévient : « On pourrait assister à une crise financière à la mode grecque, avec un risque supplémentaire spécifique à l’Italie. Le poids de l’économie italienne n’a rien à voir avec celui de la Grèce. Si on devait assister à une crise financière en Italie, les répercussions seraient monumentales ».

Plus lucides encore, les économistes Steve Keen et Dany Lang ont écrit le 20 mai une tribune dans Libération intitulée : « Les morts-vivants de la dette et le méga krach à venir », sans pourtant faire une référence directe à la situation italienne. « Il ne fait aucun doute que nous sommes dans une impasse au bout de laquelle se trouve un mur et qu’avec leurs politiques d’austérité, et leur libéralisation de produits financiers dangereux, la plupart des gouvernements s’obstinent à appuyer sur l’accélérateur ».

Et pour une fois, les deux économistes ne se contentent pas d’une seule analyse du problème ; ils mettent de l’avant l’idée d’un jubilé de la dette et d’une « séparation des banques d’investissements des banques de dépôt, similaire à la loi bancaire de 1945 », oubliant de dire que Jacques Cheminade a précisément défendu ces deux idées, en particulier depuis 2008.

À nous de saisir ce plat de l’histoire qui nous est tendu et de pousser plus que jamais la séparation des banques de dépôt et des banques d’affaires, seule voie possible pour éviter le chaos irrémédiable vers lequel nous conduit aveuglément la politique de l’Union européenne, pour engager une réorganisation de fond en comble du système bancaire, et pour renouer avec une véritable politique de progrès économique et de justice sociale.

Alors, apportez vite votre signature à la pétition soutenant la loi de séparation bancaire et rejoignez la mobilisation de S&P !

 

Source : Solidarité & Progrès


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Laulau Laulau 24 mai 2018 14:15

    On verra bien ce qui va se passer, mais j’ai bien peur que ces « populistes » soient fait de carton pâte.


    • Onecinikiou 24 mai 2018 15:43

      @Laulau


      Alors que Macron, pour lequel vous avez voté des deux mains, est lui fait de la fayence avec laquelle on fait les bidets !

      Un peu d’humilité ne vous ferait pas de mal, mais c’est sans doute trop vous demander.

    • Laulau Laulau 25 mai 2018 07:52

      @Onecinikiou
      Ainsi j’aurais voté Macron, et des deux mains SVP. Vous m’avez l’air très futé pour écrire des c..ies pareilles. En ce qui concerne l’Italie, j’attends les premières mesures prise par le nouveau gouvernement mais en général, la droite identitaire et les poujadistes vont main dans la main et servent ... les riches.


    • Laulau Laulau 25 mai 2018 07:54

      @Onecinikiou
      J’ai voté Macron ? Et des deux mains en plus. Vous en avez d’autres dans ce registre ? Parce que comme connerie c’est du lourd !


    • Jean Roque Jean Roque 24 mai 2018 15:44

       
      GRILLOT N’EST PAS UNE BAUDRUCHE NÉGRIÈRE A SOROS
       
      Le parti 5* n’est pas un parti colon à Soros, de houris à Soros et de singes blancs des islamistes...
       
      Une vidéo connue montre Grillot discutant avec un membre de Casa Pound (parti fasciste vrai), et à la fin il dit au fasciste :
        
      « Je vois en toi un membre de 5*
       ! »,
       
      https://www.youtube.com/watch?v=jeVgiMFE-MA
       
      pas un valet de l’ex-France Soumise négrier gogochon du Capital...
       
      A Di Stephano ; « Casa Pound au parlement ? Pas de problème ! »


      • Dzan 25 mai 2018 12:20
        @Jean Roque
        Ayé, t’as encore roté.
        Tu ne peux pas écrire, de sorte que l’on comprenne, au lieu de ton gloubiboulga ???

      • zygzornifle zygzornifle 24 mai 2018 16:02

        Pourvu que le gouvernement italien réussisse ça ferait une sacré quenelle aux autres pays donneur de leçons a 2 balles qui attendent le sourire aux lèvres son échec ....


        • Olivier MONTULET Olivier MONTULET 24 mai 2018 17:47

          Et bien il est urgent que cette crise ultime éclate. La ruine du capitalisme Seule possibilité pour que renaisse un monde meilleure. Nous aurions pu éviter les souffrances à venir mais nous complices de ce système (néo)libéral abjecte, brutal et cruel n’avons jamais agit contre lui. L’occident a signé sa mort le jour ou Mitterrand à rejoint Regan et Thatcher.


          • HELIOS HELIOS 24 mai 2018 18:05

            signer une pétition ?


            Oui, ce serait possible, si ne se cachait pas derriere, un groupe qui réprouve :
            «  ... les idéologies du sol, du sang et de la race me repugnent. »

            Il n’est en rien raciste de penser aux millénaires et aux adversités qui ont formé l’esprit de l’homme qui est de « quelque part » . il faut un critère de selection et ce critère ne peut être répugnant...

            Il n’existe pas de dedans ni de dehors s’il n’y a pas de frontières.
            Or, je suis « dedans » un pays, un continent, une culture une civilisation qui ne saurait accepter la soumission a ceux qui souhaitent se perdre et disparaitre. J’accepte ceux qui veulent me ressembler, peu importe leur couleur ou leur origine.

            Je ne réprouve ni ne condamne ceux qui sont differents, qui ont une autre religion, un autre modèle social que le mien, je ne souhaite qu’une chose, c’est qu’ils soient heureux, chez eux, dans leurs frontieres, mais je ne veux pas qu’ils m’imposent quoi que ce soit, chez moi.

            Au nom de mes ancêtres, mon grand père, mes parents, moi maintenant qui ne les ait plus, je respecte leurs combats et leurs sacrifices pour lesquels ils y ont laissé leur vie, et je ne veux en aucun cas renoncer... je ne soutiendrai pas Cheminade dans ce sens, bien que je sois d’accord pour séparer les différentes formes de banques.

            Prenez-le comme vous voulez,... comme toujours, même si je suis minoritaire, je ne signerai pas, donc : pas en mon nom !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès