• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

L’OR

L'or est partout autour de nous, dans le sol, les fleuves, les océans et même dans les égouts ! L'étude réalisée par l’Institut suisse de recherche sur l’eau rendue publique le 19 octobre 2017 évaluait la quantité de métaux précieux après avoir analysé l'eau provenant de 64 stations d'épuration, à trois tonnes d’argent et à quarante-trois kilos d’or par an soit une somme représentant une valeur de 2,6 millions d’euros. Ce métal marque notre quotidien : voix d'or, noces d'or, règle d'or, livres d'or, pour tout l'or du monde, etc. L'or fascine, en posséder symbolise : la puissance, le luxe, la richesse, mais peut aussi être source de malheurs, de drames ou conduire à la folie. Le roi Midas qui avait demandé à Dionysos, fils de Zeus, la faculté de transformer en or tout ce qu'il touchait, le regretta dès qu'il porta un morceau de pain à sa bouche, celui-ci se transforma en or.

JPEG

Pourquoi cet attrait pour l'or ? L'aurum (symbole chimique Au) des Latins est un métal neutre et brillant pratiquement indestructible et inaltérable qui se laisse facilement couler (point de fusion 1064°) et façonner (dureté 2,5 à 3) pour en faire des pièces de monnaie, des bijoux, des lingots, et embellir tout ce qu'il pare. Une trentaine de grammes d'or peut être laminé pour former un fil de 0.2 millimètre d'une longueur de cinq kilomètres ! Six kilogrammes du précieux métal ont suffi pour en revêtir le dôme des Invalides d'une fine pellicule (10 grammes peuvent donner une feuille de 3,5 m²). Associé au cuivre il devient rouge, à l'argent, jaunâtre, au palladium, l'or blanc, et à l'aluminium il donne l'or violet. Tout l'or extrait depuis sa découverte, environ cent mille tonnes, correspond à un cube de 17 mètres de côté qui tiendrait sous l'Arc de Triomphe ! L'or, poids spécifique 19,32 grammes au centimètre cube, présente une forte valeur sous un faible volume, une boîte à chaussures peut contenir une cinquantaine de kilogrammes de métal précieux.

L'or allait conduire à de nombreuses applications. En 1908, le prix Nobel de médecine fut attribué à Paul Ehrlich pour l'utilisation de sels d'or dans un traitement contre la tuberculose. Soixante pour-cent de l'or extrait est utilisé pour faire des bijoux, 20 % pour battre monnaie, 9 % dans l'électronique (conductibilité électrique et thermique), l'optique (les vitres des cockpits sont recouvertes d'une pellicule d'or de cinq millionièmes de millimètre), et pour sa biocompatibilité dans : la dentisterie, la chirurgie, l'acupuncture. Aux États-Unis, des chercheurs expérimentent des traitements anticancéreux par photothermie, thérapie qui consiste à échauffer localement les tumeurs « tapissées » de nanoparticules d'or. Leur taille, cent fois plus petite que les cellules, leur permet de circuler librement dans le système sanguin et de pénétrer à l'intérieur de la tumeur où elles se concentrent. Autres essais en cours dans les cancers de la tête et du cou, la vectorisation, cette technique fait appel aux nanoparticules pour y libérer des molécules pharmacologiques après avoir atteint les cellules cancéreuses ciblées !

L'homme extrait l'or depuis la haute antiquité. L'or, symbole d'immortalité chez les Égyptiens, fut longtemps réservé aux rois et aux grands prêtres. L'attrait pour ce métal précieux allait conduire les Romains à envahir la Transylvanie (Hongrie et Roumanie) pour se l'approprier au titre de trésor de guerre..., et pousser Jules César à envahir la Gaule pour faire main-basse sur l'or extrait par les Gaulois des filons et des alluvions aurifères des Pyrénées et du Massif central notamment, pour financer ses campagnes militaires. Après la capture de Vercingétorix, chacun des cinquante mille légionnaires romains reçut deux cents pièces d'or, et la Gaule fut contrainte de verser plusieurs dizaines de millions de sesterces d'or par an !

Les grands explorateurs, Marco Polo, Colomb, Cortes, Cabral, suivirent la route de l'or, et Pizarro allait piller les Aztèques dont une de leurs légendes disait qu'un homme dieu-roi poudré d'or de la tête aux pieds avait pour habitude d'offrir ses joyaux dans un lac sacré, l'eldorado (le doré). Les conquistadors massacrèrent deux millions d'hommes pour une vingtaine de tonnes d'or ! L'appât de richesses allait pousser l'Angleterre à lancer leur flibustier Sir Francis Drake s'approprier les trésors transportés par les flottes espagnoles ou portugaises. Si l'abondance de l'or allait permettre aux Espagnols de pouvoir tout s'offrir et ne plus rien fabriquer, leur économie allait en pâtir. Ses sujets paieront de plus en plus cher les produits qu'ils ne cultivent pas ni ne fabriquent, et l'Espagne ne parviendra pas à combler son retard. En 1557, l'Espagne se déclara en banqueroute, ni les compagnies commerciales, ni les armateurs ne purent rembourser leurs prêts auprès de la banque d'Anvers ! L'or en trop grande quantité avait fini par écrouler les marchés du précieux métal. Une hausse des matières premières et des produits manufacturés s'en suivie et allait atteindre le royaume de France. Le rêve de l'eldorado pris fin en 1650.

Les alchimistes ont tenté pendant des siècles de transformer un vil métal en or sans y parvenir, mais leurs travaux ont contribué à fonder la chimie moderne (la classification périodique date de 1869). C'est en cherchant à fixer le mercure qui a la propriété de dissoudre l'or, que le moine Konstantin Ancklitzen découvrit la poudre noire ! On doit aussi aux alchimistes la découverte de l'aqua dissoluta (acide nitrique) qui permet de différencier l'argent de l'or, et l'aqua regis (eau régale) capable de dissoudre l'or. C'est également tout à fait fortuitement qu'un jeune apothicaire découvrit la porcelaine la porcelaine de Saxe en réalisant une teinture à base d'antimoine censée permettre la fabrication de l'or. Des imposteurs ou « faiseurs d'or » allaient profiter de la crédulité humaine. Le pape Jean XXII dut rédiger une bulle interdisant la possession d'instruments de chimie en France. Le comte Alexandre de Cagliostro, taxé d'hérésie et emprisonné à perpétuité, décrivit peu avant sa mort (1790), comment il s'y était pris pour mystifier ses adorateurs...

Si la pierre de touche permettait de contrôler la teneur en or d'un amalgame et l'usage des poinçons au XIII° siècle, il faudra attendre le XIX° siècle pour voir la garantie du titre de l'or fixée. Selon la proportion d'or pur présent dans un amalgame, on détermine le titre de l'or en millième de carat. L'or pur vaut 1000 millièmes ou 24 carats. Le taux d'alliage varie selon le pays, en France c'est 18 carats, c'est à dire 750 parties d'or pur et 250 appartenant à d'autres métaux. Dans certains pays on y travaille l'or à 9 carats (375 millièmes) ! Tous les objets en or doivent porter un poinçon officiel qui en garantir la pureté, ne peuvent être appelés plaqué or que les objets recouverts d'une couche d'or d'une épaisseur d'au moins huit millièmes de millimètre. Les « arnaques » sont nombreuses... A noter que le poids de l'or ne représente pas le prix de l'objet. Il faut prendre en compte, le titre, le cours, le coût de fabrication, de création, la rareté, sans oublier les taxes.

L'année 1848 allait inaugurer la ruée vers l'or après la découverte de quelques pépites sur les rives de l'American River proche de l'affluent du Rio Sacramento. Les orpailleurs affluèrent de tous les pays du monde. On passa de 1500 chercheurs d'or à 100 000 en dix-huit mois ! Les mineurs à la recherche du moindre filon vinrent s'installer aux côtés des orpailleurs. Ces mouvements de populations donnèrent naissance à des villes et les cabanes des chercheurs d'or ne tardèrent pas à se transformer en bazars, saloons, hôtels, bordels, églises, sans oublier le bureau du shérif. Des compagnies de transports relièrent les villages par diligences et bateaux puis par chemin de fer. La Californie fut annexée après une guerre contre le Mexique. En 1852, on avait extrait 122 tonnes d'or. La fièvre de l'or allait atteindre le Klondike (Canada), là où l'oncle Picsou fabriqua son sou N°1 qui allait constituer le socle de sa fortune, avant de s'étendre à d'autres pays lointains (Australie, Afrique du sud,etc.). Au début du XIX°, la Russie produisait quelques dizaines de tonnes d'or par an et figurait au premier rang mondial des réserves. Avec l'essor de l'industrialisation au XX° siècle, la production d'or en URSS atteindra plus de cent tonnes par an, or extrait d'une vingtaine d'endroits disséminés sur le territoire soviétique.

Si nos ancêtres parvenaient à extraire une dizaine de tonnes d'or par an, l'extraction et l'exploitation du précieux métal en France ont cessé pendant le Moyen-Age. Au XVIII° siècle, la France produisait à peine une soixantaine de kilogrammes d'or. L'industrie aurifère française va se réactiver vers la fin du XIX° siècle avec la création d'une vingtaine de sociétés dont la plupart d'entre-elles aura disparu entre les années quarante et cinquante !

L'or servit d'étalon jusqu'en juillet 1944, mille représentants appartenant à 44 Nations se sont réunis à Brent-Wood pour instituer le Fond monétaire international et instaurer un nouveau système monétaire adossé au dollar... En 1976, le FMI décida de démonétiser l'or qui ne devenait plus une monnaie de réserve ! L'or devint une marchandise comme une autre capable de satisfaire le plus offrant et de susciter toujours autant de convoitise. Une employée travaillant dans un atelier de bijouterie de New York a volé 227 kilos d'or gramme par gramme en six ans. Plus proche de nous, l'or comme mobile de l'assassinat de la famille Troadec. Preuve que l'Or peut conduire certains individus à la folie.

La prospection aurifère et l'orpaillage sont devenus un loisir pour certains. L'or sous forme de filons, de paillettes, de grains, de pépites, ou de poussière, s'accumule dans le sous-sol et les rivières. Pour avoir une chance de localiser le précieux métal, le prospecteur peut consulter les relevés des prospections alluvionnaires du Bureau des Recherches Géologiques et Minières, les cartes d'état-major de l'IGN afin de localiser les anciennes mines dont les puits principaux ou entrées ont souvent été comblés pour éviter les accidents, ou s'en remettre à la toponymie. Cette discipline étudie l'étymologie et l'origine des noms de lieux ; Ariège vient de Aurigera (qui transporte de l'or), Aucelle de Auricella (riche en or), et en Haute-Vienne, on désigne sous le nom d'aurières des excavations inondées creusées par les Gaulois.

L'extraction de l'or conduit à de graves atteintes à la nature. L'or ne se trouve quasiment jamais à l'état pur dans la nature, il y est mélangé avec d'autres minéraux ou métaux : argent, cuivre, fer, plomb, zinc. L'électrum par exemple, est l'alliage d'or et d'argent (20 à 45 %) le plus courant. L'or est séparé des autres matériaux par amalgamation. Le minerai est mélangé à du mercure qui a la propriété de fixer l'or, en filtrant le mélange à travers un petit sac en toile fine, on obtient un amalgame qu'il suffit de chauffer pour en extraire le métal précieux (tout morceau d'or fondu s'appelle bouton), manipulation qui a pour effet de relâcher des éléments très toxiques. Les garimperos qui opèrent au Brésil et en Guyane contribuent à la déforestation de zones entières et à l'empoisonnement de la faune, source de nourriture des amérindiens. Le borax, un fondant meilleur marché plus respectueux de la nature et d'un emploi très facile, reste très peu utilisé...

Si les compagnies aurifères ne commencent à s'y intéresser qu'à partir d'une teneur d'une dizaine de grammes à la tonne, un orpailleur du « dimanche » se satisfait lui d'une teneur de 0,2 gramme d'or / tonne. Si l'aventure vous tente, n'oubliez pas d'obtenir l'accord du propriétaire du terrain, l'avis favorable des Services des Mines, des Eaux et Forêts et celui de l'Environnement. Sans vouloir vous décourager, on parle de pépite à partir d'un grain d'or supérieur à 0,1 gramme et il faut près de vingt mille paillettes pour obtenir un seul gramme d'or !

°°°°°°°°°°°°°°°°°


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 20 septembre 08:26

    L’âge d’or sera celui où l’or ne régnera plus.


    • San Jose 20 septembre 09:06

      Dans mon adolescence je m’ennuyais ferme les trois semaines annuelles qu’on m’obligeait à passer chez Pépé et Mémé. Ils vivaient le long d’un cours d’eau aurifère en France. J’ai pris un seau de sable sur la berge. Etalant ce sable gramme par gramme sur un grand carton blanc, je piquais avec une épingle les paillettes d’or (les paillettes de mica leur ressemblent, mais se brisent quand on les pique). En quinze jours j’ai vidé mon seau et recueilli cent millions de nanogrammes d’or. 

      Un jour j’ai lu qu’un inconscient ayant écrit sur internet où il avait trouvé de l’or le long d’un cours d’eau a eu un tas d’ennuis avec la municipalité locale affolée par la perspective d’un déferlement de prospecteurs saccageant le pays. Alors je ne dis pas où c’était. 


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 20 septembre 11:03

        @San Jose

         Un nanogramme est égal à 0,000 000 001 gramme, soit un milliardième de gramme.

        Donc, cent millions de nanogrammes divisé par un milliard, ça fait 0.1 gramme.

        A 35 € le gramme, ça fait 3.5 €.

        Est-ce que ça vaut vraiment le coup de se faire chier pendant trois semaines pour 3.5 € ?


      • San Jose 20 septembre 09:11

        En ce moment le cours de l’or tutoie des sommets. Cher auteur, est-ce ou pas le moment d’acheter ? Le marché va-t-il corriger ou bien l’or poursuivre sa hausse dans la fièvre de tous les dangers planétaires ? 

        Et que pensez-vous de l’argent, plus encombrant mais promis à davantage d’applications industrielles susceptibles un jour de le raréfier avec un effet favorable aux spéculateurs ? 


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 20 septembre 11:17

          @San Jose

          Les accapareurs étaient ceux qui, pendant la révolution française et l’empire entassaient des produits de consommation et de les conservaient pour réaliser des profits importants par suite de la raréfaction des denrées et donc de la hausse des prix.

          Votée le 26 juillet 1793, la loi sur l’accaparement prévoyait jusqu’à la peine de mort pour ceux qui ne feraient pas la déclaration de leur stock de denrées de première nécessité. Cette loi devrait s’appliquer à toute forme de spéculation. Malheureusement, il s’agissait d’une « révolution bourgeoise, et le gouvernement révolutionnaire en question tout comme le régime napoléonien étaient hostiles à l’économie dirigée et ne manifeste pas un grand zèle pour faire appliquer la loi, laissée à la discrétion des municipalités et des sections, ce qui fait qu’elle est tombée en désuétude, et l’idéologie de Guizot au second empire (« enrichissez vous ») a même tiré le bancier dans l’autre sens. Le balancier semble coincé, depuis.


        • popov 20 septembre 13:21

          Sous une certaine forme cristalline, le carbone peut coûter plus cher que l’or, du fait de sa rareté.

          De même que certaines molécules, du fait de la rapacité de big pharma.

          Le palladium coûte aussi cher ou un peu plus que l’or.

          Le prix de l’uranium 235 est du même ordre de grandeur que celui de l’or.


          • popov 20 septembre 13:36

            J’ai oublié le plutonium 239 : autour de 4 000 $/g, soit près de 100 fois le prix de l’or. Il faut dire qu’il n’existe pas à l’état naturel et qu’on ne peut pas le stocker n’importe comment.


          • San Jose 20 septembre 15:33

            @popov
            .
            Heureusement que sa masse critique est faible !


          • cleroterion cleroterion 20 septembre 17:13

            Le musée de l’or à Lima, que j’ai visité, à sans doute une des plus belle collection au monde.


            • JL JL 20 septembre 19:13

              ’’Une trentaine de grammes d’or peut être laminé pour former un fil de 0.2 millimètre d’une longueur de cinq kilomètres’’

               

               moi je dis, non pas 30 grammes, mais 12 kg pour 5 km.

               

               Avec 30 grammes on ne fait que 12 mètres.

               

               30 grammes, c’est 1,5 cm³ ou 1500 mm³

               

               1 mm x 0,2 mm x 0,2 mm x 3,14 = 0,1256 mm³

               

              1500 mm³

              / 0,1256 mm³

              = 11942 mm = environ 12 mètres


              • San Jose 20 septembre 22:52

                @JL
                .
                30 grammes font bien 12 mètres en diamètre 0,2 mm, mais on fait du fil d’or infiniment plus mince que ça. 


              • JL JL 21 septembre 08:31

                @San Jose
                 
                ’’on fait du fil d’or infiniment plus mince que ça.’’
                 
                 Je n’en doute pas.
                 
                 Pour faire 5 km, il faut faire un fil de 0 ;001 mm de diamètre ; très exactement : 0,0097745 mm.
                 
                 On sait faire ? J’en doute.


              • popov 21 septembre 08:56

                @JL

                On peut faire des feuilles d’or de 2 atomes d’épaisseur (0,47 nanomètres).


              • JL JL 21 septembre 09:09

                @JL
                 
                 0,01 mmm, soit 1/100 mm, 10 microns.
                 
                 Le diamètre d’un cheveu humain fait 0,04 à 0,07 mm ; 4 à 7 fois plus.


              • JL JL 21 septembre 09:37

                @JL
                 
                Popov, dont acte, c’est formidable ; mais un fil de ce diamètre, est-ce possible ? Je ne crois pas.


              • popov 21 septembre 11:04

                @JL

                Un fil d’or de ce diamètre, je n’y crois pas trop. Mais on arrive à faire des nanotubes de carbone (feuille de graphène repliée sur elle-même de diamètre de l’ordre du nanomètre.


              • BA 23 septembre 10:43

                En septembre 2019, toute l’économie mondiale est morte.

                La Fed est obligée d’injecter 1328 milliards de dollars dans le circuit financier, du mardi 17 septembre jusqu’au 10 octobre.

                CHAQUE JOUR, la FED injecte 75 milliards de dollars pour éviter l’effondrement total de l’économie. Vous avez bien lu : la Fed va injecter 1328 milliards de dollars !

                Conclusion : l’économie de marché est morte.

                Aujourd’hui, il ne reste plus que les banques centrales.

                http://bourse.lefigaro.fr/indices-actions/actu-conseils/la-banque-centrale-americaine-inonde-le-marche-faut-il-s-en-inquieter-6741661 ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès