• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Ukraine devient une « bombe » biologique pour l’Europe

L’Ukraine devient une « bombe » biologique pour l’Europe

Il y a cinq ans, les Ukrainiens ont choisi l'intégration européenne et, au printemps 2017, le Parlement européen a voté en faveur de la suppression du régime de visas pour l'Ukraine, sans même connaître les conséquences d'une telle décision.

Lorsque l'Ukraine a décidé de mettre le pied sur la route européenne, Bruxelles a pleinement soutenu cette décision. Cependant, la question qui se pose est de savoir qui a soutenu l'UE. Des gens qui veulent vivre dans une société européenne ou des hommes politiques qui ont pris le pouvoir en Ukraine, en parasitant les idées des Ukrainiens ? En fait, la réponse à cette question est beaucoup plus profonde et, pour la comprendre, il faut regarder la situation plus largement.

Lorsque la révolution "Maidan" s'est déroulée dans le centre de Kiev, elle a eu beaucoup moins de sympathisants que ne l'ont montré les médias. C'était simplement que les forces d'opposition avaient besoin de créer l'apparence d'un soutien. Ainsi, des personnes sont apparues dans la capitale ukrainienne, souvent sans lien avec l'idée européenne.

Mais les Ukrainiens qui soutenaient l’intégration européenne présentaient une particularité, dont l’Union européenne n’a probablement pas prise en compte. Ces citoyens n'avaient pas besoin de l'Ukraine dans le cadre de l'Europe. En ayant assez de la vie dans les réalités de leur pays d'origine, ils voulaient simplement sortir de leurs frontières - pour aller où ils pourraient gagner plus et vivre mieux. Bien sûr, cet endroit était les pays d'Europe. Les Ukrainiens ne croyaient pas que leur pays était capable d'atteindre les normes européennes.

Aujourd'hui, nous devons dire que leurs craintes étaient justifiées. La corruption des autorités qui trompent leur peuple, le conflit armé, la situation économique difficile et le chômage sont les réalités de l'Ukraine moderne. Dans une telle situation, un régime sans visa avec l'Europe offrait des possibilités incroyables aux Ukrainiens. Il leur a permis de fuir le pays, de chercher du travail dans l'UE et d'y rester officiellement ou non.

Selon les données officielles, fin 2017, 1 million de citoyens ukrainiens titulaires d'un permis de séjour vivaient en UE. Un an plus tard, rien qu'en Pologne, le nombre d'Ukrainiens dépassait les 2 millions, tandis que le nombre total, selon le service de garde-frontières d'Ukraine, dépassait les 3 millions. C'est exactement la première partie de la menace mentionnée au début de l'article et, croyez-moi, il ne s'agit pas de la crise migratoire.

Ce n'est un secret pour personne que les autorités ukrainiennes actuelles coopèrent étroitement avec Washington. À cette fin, le département d'État américain a même créé le poste de représentant spécial pour l'Ukraine. Cette position a été prise par Kurt Walker. Cependant, il n'est pas le seul citoyen américain connu en Ukraine. À l'été 2016, une Américaine, Uliana Suprun, a été nommée ministre de la Santé. Il convient de noter qu'ils l'ont approuvé malgré la législation ukrainienne, car une personne ayant la double nationalité n'a pas le droit d'occuper un poste aussi élevé, ce qui peut indiquer que sa nomination a fait l'objet d'une pression exercée de l'extérieur.

Et tout ne serait pas si terrible sans le grand nombre de scandales dans lesquels Suprun était impliqué. L'année dernière, par exemple, elle a été reconnue coupable de s'être mis d'accord sur l'achat de médicaments dont la date d'expiration était dépassée. En outre, l’Ukraine a interdit le vaccin contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche et la poliomyélite. La raison en était l'instruction, publiée en russe. Bien sûr, elle a pris la position de réformatrice dans le secteur de la santé, mais toutes ses réformes n'ont fait qu'aggraver la situation. Le financement, les services, les médicaments et même la situation des hôpitaux : tout est tombé en ruine.

Cependant, c’est avec l’arrivée de Suprun que les bio laboratoires américains ont commencé à travailler activement dans le pays. Il sera juste de noter qu'ils ont commencé à apparaître bien avant cela, mais les activités à grande échelle ont commencé par l'arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement. Par exemple, le 1er janvier 2017, les normes sanitaires, considérées comme l'une des plus strictes au monde, ont cessé de fonctionner en Ukraine, ce qui a grandement simplifié le fonctionnement des centres de recherche.

Le travail de ces laboratoires ne pouvait passer inaperçu. Ainsi, des épidémies de maladies infectieuses se sont souvent produites dans le pays. Il est à noter que pour lutter contre cela, de plus en plus de nouveaux vaccins fournis par des sociétés pharmaceutiques américaines ont été achetés. Pour protéger la population de la grippe porcine (H1N1), l'État a dépensé 40 millions de dollars. En outre, une épidémie de botulisme a tué des milliers d'Ukrainiens. Maintenant, le pays a été frappé par une épidémie de rougeole.

Nous arrivons ici à la deuxième partie du problème. Selon le ministère de la Santé d'Ukraine, au cours des sept premières semaines de 2019, près de 3 300 maladies de rougeole ont été enregistrées dans le pays. Plus de 1,7 mille cas sont sur des enfants. Dans le même temps, du 28 décembre 2018 au 8 février 2019, 21 355 personnes ont contracté la rougeole en Ukraine, soit 9 304 adultes et 12 051 enfants.

Rassemblant deux faits - la migration de main-d'œuvre ukrainienne vers l'Europe et la menace biologique - il n'est pas difficile de deviner où les prochaines épidémies vont se déclarer. En outre, en Pologne, 380 cas de rougeole ont déjà été enregistrés au cours des deux premiers mois de cette année, bien que, sur la totalité de l’année dernière, seuls 339 cas de la maladie aient été enregistrés en Pologne. Le secrétaire de l'inspecteur sanitaire en chef du pays, Jan Bondar, a commenté la propagation de la maladie et indiqué que des travailleurs migrants ukrainiens l'avaient apportée dans le pays.

Nous devons donc déclarer que Bruxelles, en accordant à l'Ukraine un régime sans visa, a également ouvert la porte à l'Europe des horreurs d'une pandémie, qui ont été rendues possibles par le déclin du système de santé ukrainien.

Les travailleurs migrants sont également à l'origine de problèmes biologiques. Avons-nous besoin d'une telle perspective ? La question devrait être adressée à la Commission européenne.

Auteur : Kate Matberg

Source : https://blogs.mediapart.fr/matberg-kate/blog/270219/ukraine-biological-bomb-europe


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Matlemat Matlemat 27 février 12:32

    C’est vrai que les Polonais se plaignent aujourd’hui de ne plus trouver de travail en Pologne à cause des Ukrainiens.


    • Montdragon Montdragon 27 février 13:37

      Les travailleurs migrants sont également à l’origine de problèmes biologiques.

      Article anti-Marrackech, j’appelle la Stasi.

      ps : erreur, ce ne sont pas des travailleurs, hein.


      • Garibaldi2 27 février 17:30

        @ l’auteur

        Ce serait bien de donner des liens afin de pouvoir vérifier les chiffres indiqués dans votre reprise d’article. Il n’y en a pas dans l’article original, mais que ceci ne vous empêche pas d’en indiquer, sous peine que l’article soit non crédible en l’état.

        https://fr.sputniknews.com/societe/201902261040167943-rougeole-epidemie-pologne-ukraine/


        • Jeekes Jeekes 27 février 19:12

          ’’Nous devons donc déclarer que Bruxelles, en accordant à l’Ukraine un régime sans visa, a également ouvert la porte à l’Europe des horreurs d’une pandémie, qui ont été rendues possibles par le déclin du système de santé ukrainien.’’

           

           

          Meuh nan.

          Voyons aucun risque puisque grâce aux gentils lobbyistes des gentils labos-pharmaco-dealers et nos super efficaces et complètement désintéressés sinistres de la santé successifs, on est tous archi vaccinés !

           

          Et puisqu’on est vaccinés, on ne peut pas attraper ces vilaines maladies, c’est bien le but, non ?

           

          A moins, un doute m’habite, qu’on nous ait raconté des conneries depuis des dizaines d’années ?

           


          • Aristide Aristide 28 février 10:12

            @Jeekes

            C’est bizarre de se poser le problème pour cette émigration somme toute assez peu nombreuse face à l’immigration de tous les pays de l’Afrique du nord.

            A moins, un doute m’habite, qu’on essaie de nous raconter des conneries ... les vaccins et tout ça ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès