• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La 5ème République, une république de « factieux » - Suite N° 2 (...)

La 5ème République, une république de « factieux » - Suite N° 2 -

JPEG

 

Les 28 et 29 mai 1957, le Radical Gaston Monnerville et René Coty prennent langue avec de Gaulle, à St-Cloud. Le Général énonce ses conditions. Elle sont exigeantes : les pleins pouvoirs pendant deux ans, et procédure d’investiture accélérée.

De Gaulle y va à la hussarde et Coty, le 29 s’incline, déjà acquis au projet gaullien. Coty envoie un message au Parlement les informant que constitutionnellement, pas de discussion possible, il fait appel au Général, et que, par voie de conséquences, il démissionnerait de la Présidence, si les parlementaires se dressaient contre et lui refusaient la confiance.

Le 29, toujours, dans la soirée, en compagnie de Coty, de Gaulle peaufine son intronisation.

30 mai, des discussions ont lieu entre chefs de groupe avec le Président Coty, tandis que Guy Mollet et Maurice Deixonne1 se rendent à Colombey pour confirmer leur ralliement.

La SFIO et les groupes parlementaires socialistes grincent des dents devant leurs chefs de file. La partie du ralliement des troupes socialistes n’est pas gagnée. Mais finalement aux termes de tractations interminables, les socialistes acceptent l’investiture du Général, ce sera du donnant-donnant.

31 mai, le Général de Gaulle reçoit tous les chefs de partis, sauf les communistes. Il détaille son programme, en prenant soin de taire ses véritables intentions concernant l’Algérie, pour ne pas se mettre à dos « les amis de l’Algérie française et les adversaires du pouvoir personnel ».

Le lobby gaulliste peut être satisfait. Le 1er Juin, la composition du cabinet est officielle. Pierre Poujade, amèrement déçu (à la tête de 40 députés), ne figure nulle part.

Président du Conseil et Ministre de la Défense Nationale

Général de Gaulle

Ministre d’État

Guy Mollet, Pierre Pflimlin, Félix Houphouet Boigny, Louis Jacquinot

Ministre Délégué à la Présidence du Conseil

André Malraux

Garde des Sceaux, ministre de la Justice

Michel Debré

Affaires étrangères

Maurice Couve de Murville

Intérieur

Emile Pelletier

Armées

Pierre Guillaummat

Finances (*)

Antoine Pinay

Education Nationale

Jean Berthoin

Travail

Paul Bacon

France d’Outre-Mer

Bernard. Cornut-Gentille

Sahara (*)

Max Lejeune

Travaux Publics, Transports et Tourisme

Robert Buron

Industrie et Commerce

Edouard Ramonet

Agriculture

Roger Houdet

Construction

Pierre Sudreau

Anciens combattants et victimes de guerre

Edmond Michelet

Postes, Télégraphes et Téléphone

Eugène Thomas

 

Nous remarquons que le « Sahara » demande à lui seul, tout un Ministère. Quel était le but de cette étrangeté ?

Antoine Pinay, est choisi pour ses liens avec la « Bourgeoisie de l’argent ».

Quelques ténors parlementaires ont été écartés, qui, au lieu de s’interroger, sur cette surprenante composition y allaient de leur soutien au général. En effet, manquaient Bidault, Soustelle et Morice. Leur éviction permettait au camp de l’indépendance de l’Algérie, d’agir sans freins.

Soustelle, pourtant soutenait le Général, plus tard il reviendra sur ses positions, regrettant amèrement de lui avoir accordé sa confiance.

1e Juin : débat d’investiture.

De Gaulle n’avait jamais caché son mépris pour les parlementaires. Avec une certaine répugnance, il se fit violence pour monter à la tribune et faire une déclaration, de courte durée, puis il céda sa place au perchoir à Guy Mollet pour convaincre les parlementaires de la pertinence d’un tel projet de Gouvernement.

2 Juin, De Gaulle fut investi. (329 voix conte 250), avec les pleins pouvoirs.

50 socialistes, les communistes, les mendéristes (Mendès-France), 20 radicaux et 1 seul député national, Me Isorni, refusèrent la confiance à de Gaulle.

En 1946, la constitution de la IVeme avait été votée – contre de Gaulle – et en son absence.

12 ans plus tard, il réclamait à son tour une Constitution à sa mesure.

Tout un aréopage de courtisans se bousculait pour « lui serrer la main » avec empressement.

De Gaulle n’a jamais été un Démocrate. Il ne s’est jamais caché, non plus d’aspirer à un pouvoir fort « qu’abhorraient la grande majorité des parlementaires ».

Les pouvoirs constituants :

En 1940, les pouvoirs constituants avaient accordé à Pétain les pleins pouvoirs, le Parlement, après la défaite de la France contre l’Allemagne nazie, dans l’affolement général, abandonnait sa mission qu’il tenait du peuple, à « l’homme providentiel ».

18 ans plus tard, ils reproduisaient le même schéma par manque de courage, manque d’unité, remettant entre les mains d’un nouvel « homme providentiel », sorti du chapeau d’un lobby, tous leurs pouvoirs qu’ils tenaient du peuple.

Mais cela mérite tout de même une explication. Par quel miracle, de Gaulle arrivait à ses fins, alors qu’il était quasiment oublié deux ans plus tôt ou « haï » en raison de son acharnement à « éliminer » tous ceux qui lui faisaient obstacle ?

La question coloniale, d’abord. La crainte de voir s’écrouler l’Empire avaient poussé les Français à plébisciter ce dernier, dont la campagne avait été en grande partie axée sur la préservation de l’Empire et le règlement de la question algérienne, alors qu’il ne pensait qu’à brader l’Algérie et les possessions de la France en Afrique.

La Conquête de l’Indochine, un siècle plus tôt, avait donné lieu à des tribulations et aventures financières glauques et plutôt sales, comme le « scandale de « Ferry-le-Tonkinnois » surnommé ainsi par les pamphlétaires. Le trafic des piastres, la guerre du Rif, qui couvrit des tripatouillages dans les années 1925. Derrière ces scandales, les puissances financières qui ne faisaient pas mystère de leur cupidité. Tant que tout allait bien, la Bourgeoisie allait de l’avant, avec toujours plus d’appétit.

Or, la défaite de Dien Bien Phu et la guerre d’Algérie, sonnaient pour elle, le tocsin de toutes leurs espérances. Il fallait changer de braquet. Par un volte-face mué par la préservation de leurs intérêts, les forces de l’argent se mirent à soutenir l’idée de l’indépendance de l’Afrique, Algérie comprise. Bien sûr que cela ne venait pas de De Gaulle, lui-même, bien que par ses prises de contact avec les Anglais, en 1940/41, les Américains, il se préparait un destin, et creusait son sillon.

Gilles Martinet, dans « France observateur » journal progressiste (de gauche) écrivait : « Les milieux d’affaires et les technocrates encouragent de Gaulle contre les ultras ( les pro-Algérie française), et non point les ultras contre de Gaulle ».

Les affairistes de tous poils misaient sur de Gaulle pour deux choses : son appartenance à la bourgeoisie conservatrice et traditionnelle catholique, et son prestige auprès des Français. Les banquiers et le lobby gaulliste mirent habilement sur pied une publicité où de Gaulle – leur instrument néo-colonial - acquérait suffisamment de lustre pour berner la population et les parlementaires. Se débarrasser de l’Empire, pour en créer un autre, plus judicieusement, moins remuant, moins contestataire, autant de la part des populations colonisées que des populations européennes vivant dans les colonies. Créer un nouvel Empire néo-colonial sur les décombres de l’ancien. Bien plus rentables, avec comme dirigeants de ces futures nations souveraines des marionnettes ajustables aux idées et aux actes des trusts, des grandes sociétés. Mais il fallait en passer par l’abandon de la France de son Empire, et ça, ce n’était pas gagné. Alors, aller à la rencontre des Africains, et leur promettre l’indépendance, à une seule condition : ne jamais couper le cordon ombilical avec la France, lier chaque pays d’Afrique devenu souverain par un pacte de « subventions généreuses et éternellement renouvelables, un interventionnisme dans les affaires internes africaines, au plan de la monnaie, des grands travaux, des aménagements, de la culture, etc.

Cela les liait à jamais. La France serait généreuse envers les « amis africains », c’est-du-moins ce que laissait entendre les « investisseurs » qui se pressaient dans le sillage de de Gaulle.

Mais qui en seraient les premiers bénéficiaires ? Dans quelles poches ces milliards de Francs en jeu atterriraient ? Les grandes sociétés industrielles et financières, chargées de ces travaux… futurs.

La IVeme république était frileuse quant à une politique hardie d’investissements étrangers. Impuissante contre le séparatisme africain. Elle redoutait l’impopularité.

Le lobby gaulliste lui, allait de l’avant, au pas de charge, et travaillait dans l’ombre au changement de régime. Il ne misait certainement pas sur un Mendès-France qui plein d’illusions avait vu ses espérances lui passer sous le nez, au profit d’un képi étoilé.

Jacques Chaban-Delmas, son chef de cabinet ?

Henri Ulver ?2

Maurice Lemaire ? 3

Christian Fouchet ? 4

Diomède Catroux ? 5

Raymond Schmittlein ?6

Le Général Koening ?

Le lobby gaulliste les trouvait un peu « croulants ».

De Gaulle représentait pour les « 200 familles », le prétendant idéal. On ne peut s’empêcher de faire un parallèle avec le « 18 Brumaire » où Bonaparte se livrait au « clan des financiers ».

Le colonialisme économique.

C’était la forme la plus hypocrite, dangereuse, et de loin. Si les idées du Général pouvaient paraître un peu « confuses », il avait l’art d’entretenir le mystère, personne ne connaissait « ce que le patron pensait réellement ».

Durant 10 années de retraite à Colombey, il avait consolidé sa doctrine.

Son confident Roger Stéphane (déjà évoqué dans mon précédent article), était au fait des grandes lignes de sa doctrine. Et comme Roger Stéphane était la bouche et les oreilles des 200 familles, et particulièrement de Georges Pompidou, Directeur Général de la Banque Rothschild, il eût été difficile de faire croire que les trusts n’étaient pas au courant de la « doctrine » gaullienne : le largage de l’Algérie et des possessions africaines.

Deuxième hypothèse : Roger Stéphane fut-il l’inspirateur (inspiré par d’autres), de De Gaulle en lui soufflant les bonne idées des Trust. Entre les idées de Roger les « bons tuyaux », celles des trusts et de De Gaulle, difficile de croire au hasard.

« La Révolution d’Alger » (événements de mai 1958), si elle s’essoufflait, les grandes espérances des amis de Roger, tourneraient court.

Il fallait désigner le « leader » pour canaliser la foule à Alger vers de Gaulle. C’est Delbecque et Neuwirth qui furent « parachutés » en Algérie, deux Parisiens qui ne connaissaient pas l’Algérie, qui s’occupèrent de l’homme du 18 Juin. Parmi les « conjurés », une majorité de militaires adhéraient dans l’enthousiasme. Mais le plus insolite dans la démarche fut la présence de Neuwirth, ni militaire, ni Pied-noir, ni fonctionnaire d’Afrique du Nord. Personne ne se posait la question de savoir pourquoi la présence de Neuwirth, l’homme de confiance de la puissante industrie des « Textiles du Nord ».

 

.../...

 

 

1 Maurice Deixonne : Député SFIO

2Henri Ulver : Ministre du cce et de l’industrie sous le gvt Mendes-France.

3Maurice Lemaire : Député des Vosges.

4Christian Fouchet : Diplomate

5Diomède Catroux : Député du Maine et Loire,( ne pas confondre avec le Général Catroux.)

6Raymond Schmittlein : Ministre de la Marine marchande.


Moyenne des avis sur cet article :  2.63/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • jocelyne 27 août 10:33

    Passionnante cette photo....


    • Clark Kent Philippulus 27 août 16:00

      @jocelyne

      Oui, mais c’est une photo truquée.

      La censure a effacé la chaine en or que Rothschild vient de lui donner pour qu’il l’offre à Tante Yvonne.

      Du coup, on ne comprend pas ce qu’il tient entre ses mains ni ce que les valets de la cour regardent avec autant d’avidité. ça fait bizarre ! Vous n’allez pas me dire qu’il est en train d’enlever les miettes de pain au chocolat qu’il fait tomber sur les revers de la veste de son costume parce qu’il mangeait comme un cochon ! Je ne vous croirais pas.


    • Rincevent Rincevent 27 août 17:28

      @Philippulus

      ‘’… il est en train d’enlever les miettes de pain au chocolat qu’il fait tomber sur les revers de la veste de son costume parce qu’il mangeait comme un cochon ! ‘’ Non, ça se sera pour plus tard… https://www.femmeactuelle.fr/actu/news-actu/bernadette-chirac-ne-fait-pas-de-cadeaux-a-jacques-chirac-23207


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 27 août 19:39

      @jocelyne

      Bonsoir, effectivement. C e qui a attiré mon attention sur cette photo, hormis le personnage principal, c’est la mine réjouie de Pompidou, au centre uste derrière, et l’air morose de Debré, le bon petit commis d’Etat besogneux et docile. Quant au reste de la troupe, ils semblent tous attendre leur susucre.


    • carolus 27 août 10:46

      Ah, les factieux ! C’est une spécialité de la Ve république, car il y en a de nouveau. Battus aux Législatives, ils cherchent sans s’en cacher à rendre le parlement inopérant. Dans les pays voisins on préfère les coalitions de gouvernement, mais c’est évidemment moins viril.

      Carolus, 2 injections plus 2 rappels. 


      • carolus 27 août 10:52

        et viré de vos commentaires dans une vie antérieure. Motif : vous vous montrâtes très irritée par mon appréciation d’un de vos articles sur les vaccins.
        Tenez, je suis déjà viré de chez Nabum pour avoir moqué sa nucléarophobie ligéromaniaque.


      • jocelyne 27 août 11:09

        @carolus
        si vous parvenez à commenter c’est que vous n’êtes pas viré....


      • carolus 27 août 11:16

        @jocelyne
        viré sous un autre pseudonyme (je n’ai eu toujours qu’un compte à la fois)


      • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 27 août 19:46

        @carolus

        Bonsoir, Mitterand appelait cela, le coup d’Etat permanent. 

        Dans les pays voisins on préfère les coalitions de gouvernement, mais c’est évidemment moins viril.

        La France est le seul pays d’Europe a être sous régime présidentiel, ce sont soit des régimes parlementaires, soit des monarchies parlementaires. Des coalitions ? Peut-être ? Mais le résultat n’est pas garanti, voire l’Italie qui reste toujours sous une dictature de l’UE, malgré ses coalitions à répétitions. 


      • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 27 août 19:54

        @carolus

        Si ma mémoire est bonne, cet article m’a valu une volée de bois vert, de la part de commentateurs. Si j’ai bloqué votre commentaire, il devait y avoir une raison. Sinon, je m’en voie fort marrie, cher carolus.


      • Rinbeau Rinbeau 27 août 11:24

        Pourquoi les politiciens prennent-ils les gens pour des imbéciles ?

        Mes félicitations à celui qui trouve la réponse !


        • jocelyne 27 août 11:45

          @Rinbeau
          parce qu’ils le sont ?


        • Rinbeau Rinbeau 27 août 13:06

          @jocelyne

          bien tenté ! merci mais non !
          je poserai cette question sur tous les articles politiques jusqu’à ce que quelqu’un trouve la bonne réponse !


        • Clark Kent Philippulus 27 août 16:06

          @Rinbeau

          Ben je sais pas, moi ?

          Parce qu’ils ont étudié la psychologie et le marketing à Science Po et à l’ENA (INSP) ou à HEC où on leur a fait croire ? Et comme ça marche, ils en sont convaincus ?


        • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 27 août 19:50

          @Rinbeau

          Bonsoir, votre devinette est intéressante. L’arme de destruction massive : la propagande télévisuelle n’y est pas étrangère. La propagande. La ploutocratie n’ignorant pas son pouvoir de persuastion, peut profiter de notre soumission collective. 


        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 août 09:29

          @Rinbeau

          Pourquoi les politiciens prennent-ils les gens pour des imbéciles ?

          Vieille question posée par La Boétie. Voir le « Discours de la servitude volontaire ». Depuis des éléments de réponse ont été apportés par Marx...


        • mmbbb 29 août 14:35

          @Jean Dugenêt on connait !!  cela devient un marronnier le censeur  !! 


        • Ⓒⓐⓡⓝⓐⓖⓔ Hattori Hanzō 29 août 15:03

          @mmbbb

          deja vu dugue , pour peut que grua passe on aura une belle brochette ....


        • Rincevent Rincevent 27 août 16:22

          Nous remarquons que le « Sahara » demande à lui seul, tout un Ministère. Quel était le but de cette étrangeté ? C’est de l’humour au 2 ème degré ou de la naïveté ?

          https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220319-sahara-alg%C3%A9rien-les-clauses-secr%C3%A8tes-des-accords-d-%C3%A9vian-en-1962


          • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 27 août 19:59

            @Rincevent

            Bonsoir, ni une plaisanterie, ni une naïveté de ma part, ni une remarque que pourrait faire un béotien. Car depuis que j’écris ces articles, et mets les mains dans le camboui, j’ai eu tout le temps de me faire une idée bien précise de l’attrait du Sahara pour de Gaulle. Que je développerai plus tard.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité