• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La boîte à coeurs...

La boîte à coeurs...

La boîte à coeurs recèle des photos familiales : depuis longtemps, on range les photos, dans ce récipient, en carton rouge, orné de coeurs sur le couvercle... des coeurs garnis de papillons, de fleurs, chats, oiseaux, poules...

La boîte à coeurs renferme bien des souvenirs : photos d'enfance, d'autrefois, ou d'un passé plus récent... Elle déborde de souvenirs... Mes grands parents, mes parents y sont enfermés, mes frère et soeur, toute la famille, des amis sont, là, dans la boîte à coeurs.

Alors qu'on stocke, maintenant, les photos sur un ordinateur, on constituait, autrefois, des albums photos, ou bien on rangeait les clichés dans des boîtes.

Le carton est bien usagé : s'il a gardé sa couleur rouge d'origine, les différents dessins qui l'ornent commencent à s'estomper.

La boîte déborde de photos qui ont tendance à s'échapper, dès qu'on soulève le couvercle... 

Beaucoup de photos en noir et blanc témoignent d'un passé où les clichés en couleur étaient encore l'exception. Le charme du noir et blanc, c'est celui d'un certain mystère, on peut imaginer les couleurs, percevoir ou non la clarté du ciel, la lumière.

On a l'impression de voir des films d'autrefois, une ambiance plus feutrée, moins criarde, plus sereine, même.

La plupart des personnes qui figurent sur ces photos ont disparu, elles restent, pourtant, des souvenirs bien vivants et vivaces.

Et dès qu'on ouvre la boîte à coeur, le souvenir se fait, encore, plus présent.

Les gens revivent, ressurgissent sous nos yeux : on revoit leurs gestes, on entend leur voix, on entrevoit des lieux du passé, des moments, des instants de bonheur, de souffrances, de doutes, d'espoir...

On retrouve des regards, des sourires, on perçoit des détresses, on voit la vie avec ses bonheurs et ses drames...

On comprend aussi toute la briéveté de ces vies, toute leur fragilité.

On entrevoit des faiblesses, mais aussi du courage devant l'adversité, une envie d'être heureux, malgré tout.

On perçoit la misère de certains, la dureté de leur vie : celle des gens qui vivaient, autrefois, à la campagne ou à la ville, sans commodités, sans confort.

Le monde a tellement évolué : on a des difficultés à imaginer qu'on pouvait vivre sans électricité, sans eau courante, sans réfrigérateur !

Je revois, avec émotion, la photo de ma grand-mère maternelle, prénommée Rose, alors qu'elle était petite fille, avec ses deux soeurs devant la ferme familiale : vêtues de robes qui ressemblent à des sarraus rayés, les fillettes ont un air bien triste et ne sourient même pas pour la photo.

Derrière elles, le décor est misérable : des outils agricoles entassés, aucun ornement, aucune fleur pour égayer la cour de la ferme.

La boîte à coeurs permet de voir, ainsi, l'évolution du temps, les progrès accomplis, une nouvelle façon de vivre, même si d'autres problèmes ont vu le jour...

La boîte à coeurs recèle des trésors du passé, elle est l'histoire de toute une famille, sa mémoire... il faut la garder précieusement...

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/article-la-boite-a-coeurs-124045719.html

Documents joints à cet article

La boîte à coeurs...

Moyenne des avis sur cet article :  1.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Raymond75 24 septembre 11:27

    Un peu de poésie dans ce monde de brutes ... Effectivement, mon amie fait encore des albums photos, beaucoup plus agréables à feuilleter que des répertoires d’ordinateur  smiley


    • rosemar rosemar 24 septembre 17:34

      @Raymond75


      Un peu de tendresse et de douceur dans ce monde insensé, rempli d’incertitudes, de difficultés, nous en avons tous besoin, en effet...

    • scorpion scorpion 25 septembre 15:05

      @bébert
      PROUTT ! ca y est le retraité aigri vient vider sa couche sur tous les articles... Pauvre type ...


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 septembre 12:22

      Bonjour rosemar. A ce niveau, mes parents m’ont laissé un vrai trésor et je les en remercie. Lettres ou photos avec des dates qui permettent souvent de rétablir une certaine vérité enfouie. parfois dure ou l’inverse. Cela me rappelle un polar de Ruth Rendell (son meilleur dont je ne me souviens du titre). Mon plus grand choc en brocante fut de tomber sur une boîte à chaussure. avec des photos de morts. C’était fréquent chez nos ancêtres,... 


      • rosemar rosemar 24 septembre 17:37

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.


        Des souvenirs à préserver : ceux qui nous ont précédés sont une partie de nous-mêmes, nous leur devons beaucoup.

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 septembre 17:42

        @rosemar


        Nous préparer à mourir, c’est tendre la main vers ceux qui nous ont donné la vie et précédés. Seul compte le résultat dit-on,...et même s’il y eu beaucoup de couacs, il suffit de se dire : eux aussi avaient leur propres blessures et cicatrices,..en remontant très loin dans le passé qui fut loin d’être un EDEN pour la majorité de nos ancêtres (guerre, grippe espagnole, famine, et autre horreurs,....).

      • rosemar rosemar 24 septembre 18:32

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        C’est certain : nos ancêtres ont vécu des temps bien plus difficiles... mais notre époque connaît aussi des incertitudes : l’Europe qui se désagrège, des guerres en Syrie, au Yémen, les crises migratoires, climatique etc.

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 septembre 19:20

        @rosemar


        Pas besoin de me convaincre. Mais comme disait l’autre : plus c’est gros plus cela passe. Nous sommes semble-t-il les seules Cassandre (au féminin sur Agora). Mais vous connaissez le destin terrible de Cassandre. Elle a le don de clairvoyance, mais en contre-partie, personne ne la croit. Heureusement, une dizaine de personne me disent que je suis dans le bon. 

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 septembre 19:34

        @bébert

        Puisque vous avez choisi la grosse blague macho de chez Carrefour. En voici une autre qui vous détendra les boyaux. En plus, elle est véridique.Cela me rappelle une histoire qui n’a presque rien à voir. De la fumée sortait d’une fenêtre, toute la commune de s’affoler, les pompiers d’arriver de tous le coins, de monter avec leurs échelles vers la fenêtre entre-ouverte et de déglacer un poulet qui cramait. Au frais des citoyens,....

      • Ben Schott 25 septembre 06:49
         
        À quand la recette du sucrage de fraises ?
         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès