• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La boucherie

La boucherie

Pendant que les « végans » s’en prennent aux bouchers-charcutiers, la femme du torero peut dormir sur ses deux oreilles (1). Ou comment se tromper de cible.

Engagez-vous, rengagez-vous, qu’ils disaient !

Sauvez le monde avec nous, les végétaliens !

En fait, et au-delà des aspects émotionnels, cette pratique alimentaire (et de consommation) excluant tous produits issus d’animaux morts ou vivants est-elle vraiment un remède à la dégradation de l’environnement ?

Pour beaucoup de végétaliens, leur engagement ne repose pas seulement sur un choix diététique intégriste. En excluant la viande, le miel, les œufs et les produits laitiers de leur alimentation, ils entendant réduire l'impact d’homo sapiens sur l'environnement. 

Le nombre de « végans » a augmenté de 160 pour cent en 10 ans, mais les gens devraient se poser des questions sur les filières suivies par les grenades et mangues indiennes, les lentilles canadiennes, les haricots du Brésil, les myrtilles des États-Unis et les baies de goji de Chine, produits qui leur sont réservés dans les rayons spécialisés (et chers) des supermarchés. Pour un habitant de Garchizy, manger un avocat qui a voyagé depuis les antipodes dans les soutes d’un quadriréacteur pour arriver à l’hypermarché de Marzy est-il meilleur pour l’environnement que de manger des côtelettes d'agneau provenant des prés de Pougues-les-Eaux ?

Ce ne sont pas les producteurs d’avocats ou de quinoa qui peuvent consommer ces produits aux vertus rédemptrices : dans les pays d’origine leurs prix ont atteint de tels sommets qu'ils sont devenus inabordables pour la population locale. Le Kenya, sixième exportateur mondial de fruits, vient d’interdire l’exportation d’avocats qui avait provoqué une pénurie dans la distribution locale. L'Australie a institué un rationnement de ce produit dans le Queensland, les prix ayant doublé en un an. Cette explosion de la demande à l’origine de spéculations très lucratives pour les intermédiaires a été causée par la baisse de la production au Mexique, berceau de la manne verte (2). En décembre, le Mexique décidait d’importer des avocats, aliment de base dans le pays depuis des dizaines de milliers d'années. Tout ça parce que le prix au kilo est équivalent au salaire minimum journalier, 80 pesos (£ 3). Aujourd'hui, le Mexique tire plus d'argent de l'exportation des fruits dénoyautés que du pétrole, et ce phénomène constitue un moteur de la déforestation illégale en cours pour faire place à ces cultures aussi miraculeuses pour les planteurs que les palmiers à huile aujourd’hui ou la canne à sucre autrefois.

En 2013, quand l’ONU a lancé une campagne de promotion mondiale de la graine sous le slogan « année internationale du quinoa » (3), les prix du grain miracle des Andes sont devenus trop élevés pour les habitants de la régions pour qui elle constitue une base du régime alimentaire. Son prix triplé depuis 2006 pour atteindre 7 $ (5,6 €) le kilo (plus cher que le poulet) entraînant une chute de la consommation locale sans fournir de substitut.

On observe actuellement une évolution des pratiques alimentaires sous l’influence positive de préoccupations de santé publique liées à la diététique conduisant à manger moins de viande et plus de légumes dans la recherche d’un équilibre raisonnable. L’approvisionnement local lié à la saisonnalité est une des réponses : il réduit l'empreinte carbone du transport longue distance. Est-il viable d'acheter des fraises ou des asperges de l’hémisphère sud en hiver alors que nous disposons d’une abondance d'autres fruits et légumes ? Or, consommer des aliments produits à proximité se révèle souvent plus difficile que l’on croit : la majeure partie des terres agricoles en Europe est utilisée pour nourrir les animaux d'élevage, alors que la plupart des protéagineux pour la consommation humaine (lentilles, pois chiches , noix) sont importés du Brésil, du Canada et des États-Unis. Pourtant, ces types de graines pourraient contribuer à l'autosuffisance alimentaire et réduire le besoin d'importations dont les coûts augmentent.

La défense de l’environnement passe davantage par le développement de ce type de cultures localement que par l’agression des bouchers-charcutiers. Les légumineuses ne nécessitent pas d'apport d'azote ni d'émissions de carbone ; ils sont pollinisés par les insectes et stimulent la faune et la biodiversité.

Manger moins de viande traduit peut-être une préoccupation environnementale, car la diversité des cultures permet de répartir les risques et de réduire les maladies des plantes. Plutôt que de transporter des produits sur des milliers de kilomètres, il serait préférable de rééquilibrer la campagne, la gestion des terres agricoles abandonnées, des pâturages et un coup d’arrêt à la pratique d’un agriculture intensive « profitable » mais désertifiante.

Les choix alimentaires contribuant à réduire l'impact négatif sur l'environnement passent par une remise à plat des politiques agricoles et des centrales d’achats et non pas par la disparition des quelques malheureuses boucheries-charcuteries qui restent dans les centres-villes.

_______________________________________________________________________________________

1 : « Je ne vais pas trembler devant 
Ce pantin, ce minus ! 
Je vais l'attraper, lui et son chapeau 
Les faire tourner comme un soleil 

Ce soir la femme du torero 
Dormira sur ses deux oreilles « 

Francis Cabrel – La Corrida.

2 : Le vrai prix des avocats

3 : QUINOA BOOM | Des hauts plateaux andins à nos ...


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • hunter hunter 4 juillet 13:48
    Là vous avez raison !

    Les agresseurs de boucherie-charcuterie doivent d’abord s’en prendre aux abattoirs qui deviennent tous halal (en contradiction avec les lois françaises et européennes sur la souffrance animale, mais c’est pas grave, faut préparer le terrain de l’envahisseur, et en plus ça fait faire des économies...)et ensuite à des archaïsmes comme la corrida !

    Le vendeur de barbaque n’est que le bout de la chaîne !

    Mais bon, c’est plus facile que d’aller défier un barbare tauromachique, ou un barbu islamisé !

    Et le végan SJW, en général, ses 50 kilos tout mouillé.....ben j’ai pas besoin de vous faire un dessin !

    Adishatz

    H/

    • Dom66 Dom66 4 juillet 19:11

      @hunter

      "Les agresseurs de boucherie-charcuterie doivent d’abord s’en prendre aux abattoirs qui deviennent tous halal (en contradiction avec les lois françaises et européennes sur la souffrance animale..."
      Là + 100000 pour moi, le Halal devrait être interdit en pays civilisés..point..

    • foufouille foufouille 4 juillet 15:34
      "Pour beaucoup de végétaliens, leur engagement ne repose pas seulement sur un choix diététique intégriste. En excluant la viande, le miel, les œufs et les produits laitiers de leur alimentation, ils entendant réduire l’impact d’homo sapiens sur l’environnement. "
      pas vraiment.
      les végans sont des intégristes végétaliens et anti-spécistes refusant tout produit d’exploitation animale sauf pour les insectes et crustacés.

      • À rebours 4 juillet 15:45

        J’ajouterai ceci : il n’y aura pas de viande pour tout le monde, c’est mathématique. Elle sera vendue au plus offrant. Les plus offrants ne seront pas les prolétaires français.

        Les écologistes commencent donc à leur expliquer que la viande est mauvaise pour la santé. Alors que les insectes, quelles délices ! Bon, les insectes n’ont pas convaincu. Les plantes alors... brout brout !

        Pénurie de beurre en France


        Faisons une relation arbitraire (?)

        https://asialyst.com/fr/2018/01/03/chine-boulangeries-patisseries-multiplient-comme-petits-pains/

        Rien de plus facile à faire que du beurre. Mais là encore ça ira au plus offrant.

        Merci aux écologistes (certains écologistes, pas les Waechter) de se préoccuper de notre santé ils permettent au Grrrand Kapital de vendre ailleurs les denrées. Ils permettent aussi aux baronnies de l’énergie de remplacer l’énergie souveraine à prix coûtant, de dynamiter les systèmes sociaux en favorisant la pénétration des vagues migratoire. Etc. Etc.

        L’avant-garde de la mondialisation financière ressemble a des zadistes.

        • NEMO Clark Kent 4 juillet 16:03

          @À rebours

          « L’avant-garde de la mondialisation financière ressemble a des zadistes. »

          se servir d’un instrument n’est pas lui ressembler !
          un ébéniste ne ressemble pas plus à un rabot qu’un sidérurgiste lorrain ou rhénan ne ressemblait à un poilu...

          « L’ignorance des victimes est tragique. On croit mourir pour la patrie ; on meurt pour des industriels. Ces maîtres de l’heure possédaient les trois choses nécessaires aux grandes entreprises modernes : des usines, des banques, des journaux. »
          L’Humanité,18 Juillet 1922 Anatole France

        • À rebours 4 juillet 16:58

          @Clark Kent


          Avant-garde ça sonne mieux qu’idiot utile. Je suis plein de tact.

        • Jean Roque Jean Roque 4 juillet 15:58

           
          Seuls les riches mangeront de la viande, les veaux multiethniqués des sauterelles
           
          Il faut préparer le troupeau, quoi de mieux qu’une sainteté proclamée par des prêtres putes de l’oligarchie dominante ? Un classique....
           
           
          « Prêcher la charité (humaine où animale) permet à l’oligarchie de baiser le peuple, anti-spécisme, anti-racisme... pour en couvrir leur marchandise. » Kropotkine
           
          « Le taureau de corrida vit 5 ans, en plein air, se tape des vaches, et meurt au combat. Le veau d’usine, 6 mois, dans le noir et dans un box, et meurt puceau, égorgé halal par un barbu. Que croyez vous que le gogochon gland remplacé soumis préfère ? » Torero anonyme
           
          « Pas de bifteck, pas de petits veaux qui naissent... juste le néant du gocho. Supprimons impalas et lions pour éviter la souffrance et bétonnons des colonies à la place. » vache anonyme


          • eddofr eddofr 4 juillet 16:38

            Cette année, mon potager est tout pourri ... plein de parasites et presque pas de pollinisateurs.


            Pourtant, je respecte les principes de permaculture (enfin, autant que possible quand on n’a que quelques mètres carrés de potager).

            Je vais m’en sortir avec les patates, le mais et les lentilles qui se portent super bien merci.

            Pour les courgettes, les tomates et les salades je crois qu’il faudra repasser l’année prochaine ... s’il reste des pollinisateurs.

            Bon, ben je vais aller jusqu’à la ferme d’à côté, en vélo tant qu’à faire, ils font dans l’auto-cueillette ...

            Et après j’irais chez mon boucher acheter un bon steack de limousine ou de charolais.

            Je respecte les végétariens, je pourrais même tolérer les végétalien (tant qu’il ne viennent pas chez moi, critiquer mon mode d’alimentation).

            Mais les Vegan, la c’est clair, c’est juste une secte.

            On devrait les appeler Végétalistes comme on dit Islamiste ou Extremiste.

            Déjà, rien que le mot, « Vegan », ça respire la frime, le Hipe, l’élitisme, le sectarisme, le mépris de l’autre ...



            • NEMO Clark Kent 4 juillet 18:10

              @eddofr


              « On devrait les appeler Végétalistes comme on dit Islamiste ou Extremiste »

              ou « végétalâtres », comme on dit idolâtre, rosâtre, bellâtre, écolâtre, opiniâtre et acariâtre ?

            • eddofr eddofr 4 juillet 16:41

              Définitivement, je l’aime bien le Kryptonien. Il me plait ce p’tit gars ... on va pas l’gazer tout de suite ... même si c’est un estranger pas d’chez nous.


              • alainmarc 4 juillet 16:51
                D’accord avec l’article, mais au vu des exemples, j’me demande si la planète Krypton ne se situerait pas du coté de Fourchambault smiley

                • NEMO Clark Kent 4 juillet 18:00

                  @alainmarc

                  Krypton a disparu à cause de la modification orbitale dérivant peu à peu vers son soleil rouge, celui-ci approchant d’ailleurs de sa fin pour former une nova destructrice. Kandor, une des deux planètes sœurs, a subi le même sort que Krypton tandis que l’autre, Argos, a perduré quelque temps après la disparition des deux autres, car elle avait été soufflée et projetée bien loin de son soleil par la déflagration produite par Krypton, ce qui fait que la vie s’est éteinte, sa température chutant continuellement. Ma sœur et moi avons échappé à l’apocalypse et, si je vis personnellement à Métropolis où je suis reporter au Daily Planet, ma sœur a épousé un employé de la SNCF de Varennes-Vauzelles. Nous communiquons par télépathie et je ne lui ai rendu visite que pour le jour de son mariage Cuffy où je me suis fait déberdiner.


                • zygzornifle zygzornifle 5 juillet 12:50

                  @Clark Kent


                  Des pécheurs bretons on attrapé un Kryp thon , c’est une mutation de thon , un thon crypté pour conserver ses données a l’abri des pirates ....

                • sls0 sls0 4 juillet 21:06

                  Je n’ai plus de télé depuis 87, voir du végan c’est difficile.

                  Le peu que j’en ai vu franchement je ne les vois pas avec un bêche ou un rateau dans les pattes.
                  Je me rappelle d’un prototype vegan des années 80, il avait replanté ses poireaux à l’envers, si, si, véridique.
                  Pas intégriste le mec, mais deux mains gauches qu’il avait.
                  La rêverie théorique allait mieux que la pratique.
                  Comme maintenant la mode est de laisser l’espace médiatique à des minorités exotiques avec profil bobo, on en parle.
                  La prochaine fois le présentateur devrait mettre le vegan au défit avec un bêche ou un rateau.
                  Avant les gens cultivaient leurs légumes.
                  Avant les gens élevaient les animaux qu’ils mangeaient.
                  Avant les discussions étaient moins extrémistes. Les gens savaient de quoi ils parlaient.
                  Je ne suis pas contre le fait de vendre les animaux vivants, pour les bouffer il faudrait les abattre et les vider.
                  C’est autre chose qu’un truc rouge dans une baquette dans le frigo du supermarcher.

                  • placide21 5 juillet 08:34

                    Comment les végans vont-ils faire face à la grande boucherie qui arrive ?


                    • sleeping-zombie 5 juillet 12:06
                      Bonjour,

                      J’aime bien cet article qui démontre, sans avoir l’air d’y toucher, que la première cause du désastre écologique actuel c’est l’écart de masse monétaire en circulation entre différents pays...

                      • zygzornifle zygzornifle 5 juillet 12:47

                        Pendant que les « végans » s’en prennent aux bouchers-charcutiers...



                        Sauf les boucheries halal , « touche pas mon pote » .... 

                        • Dom66 Dom66 5 juillet 13:01

                          @zygzornifle
                           smiley


                        • otc31 5 juillet 14:06

                          Plusieurs études démontrent que les végétaux ont un « système nerveux diffus ». Ils ressentent, leur présence, celle des autres, communiquent et réagissent. De ces faits, quand on écrase, arrache ou cueille un végétal, en l’état des connaissances actuelles, on peut se demander si ces pauvres végétaux ne souffrent pas. Je propose aux végans d’aller au bout de leurs dogmes. En plus de ne plus manger quoi que ce soit en rapport avec les animaux, qu’ils fassent de même avec tous ce qui a en rapport avec les végétaux. Pour les extrémistes, il va falloir en plus s’attaquer aux fleuristes, primeurs, horticulteurs, agriculteurs ...etc.   


                          • baldis30 6 juillet 10:33

                            @otc31
                            bonjour,

                            plutôt que de parler de système nerveux diffus très incertain il est bien mieux prouvé que beaucoup de végétaux se défendent lors d’une agression.

                            Sans parler des végétaux toxiques ( belladone, aconit, champignons) il est prouvé que certains végétaux s’ils sont agressés (notamment par des herbivores pour le casse-croûte quotidien) émettent des composés à base de radical « étha, éthyl » dont éthane : En fait le radical et le gaz qui est le précurseur seraient ( conditionnel !) :

                            a) des repoussoirs pour bien des animaux … ( donc défense passive)

                            b) un moyen d’alerte des autres végétaux sur l’existence d’un danger ( donc défense collective …)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès