• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La cause des causes

La cause des causes

Scandales, corruptions, mauvaise gestion, gouvernance défaillante, mais quelle est la cause de ces dysfonctionnements répétitifs ?

Comme le préconisait Hippocrates pour guérir un mal il faut chercher la cause des causes. Quand il faut soigner un mal il ne faut pas s’attaquer aux conséquences ni aux causes (elles sont multiples et complexes). Il faut chercher parmi toutes les causes LA cause qui génère les autres. 

En tant que citoyen vigilant et engagé il est sain de se poser la question : Quelle est la cause commune à ce sentiment d’impunité du pouvoir, d’impuissance, d’injustice sociale latente, de mauvaise gouvernance répétitive ? 

La réponse est simple : « parce que les gens normaux (la plupart d’entre nous) n’ont pas le pouvoir de résister, de faire changer les choses ». Mais comment cela se fait-il ?

« Parce que notre impuissance politique nous interdit d’agir ».

Mais d’où vient cette impuissance politique, quelle en est la cause ?

La source de nos frustrations citoyennes c’est notre constitution[i] , le texte qui fait que :

  • Les élus ne sont pas révocables,
  • Ils n’ont pas de compte à rendre (immunités)
  • Les citoyens ne peuvent pas choisir leurs candidats (ils nous sont imposés dans une liste prédéfinie par les partis)
  • Il n’y a pas de possibilité de referendum d’initiative populaire
  • De l’initiative des citoyens nous ne pouvons décider de rien
  • La monnaie est privatisée parce que rien ne l’interdit dans la constitution, rien n’indique que ce soit obligé qu’elle soit un pouvoir régalien de l’état. Au contraire l’article 123 du traité de Lisbonne l’interdit.
  • ….

En fait, dans la constitution toutes nos impuissances sont programmées.

Qu’est-ce qui fait que partout dans le monde toutes les constitutions programment l’impuissance des peuples, au lieu de protéger ses intérêts comme cela eut dû être le cas ?

Un complot ? …. Non, pas de tout temps et pas dans tous les pays à la fois. Cela ne peut donc être un complot.

C’est donc un processus universel qui a une cause universelle. Au lieu de programmer la puissance du peuple et le garantir contre les abus de pouvoir elles programment son impuissance, elles bâillonnent soigneusement son cri. Pourquoi ? Comment cela est arrivé ?

L’origine des dysfonctionnements démocratiques est dû au fait que les auteurs qui écrivent les constitutions ont un intérêt personnel à ne pas écrire de bonnes constitutions citoyennes, ils sont juges et partis, ce sont des professionnels de la politique, ils ont un conflit d’intérêts évident. Mais ce n’est pas de leurs fautes … les coupables sont ceux qui les laissent écrire ces constitutions…. C’est-à-dire nous, les citoyens électeurs !

Paradoxalement, nous sommes donc les complices inconscients des situations que nous décrions !

La cause commune à notre sentiment d’impuissance est donc notre propre désengagement, désintérêt quant à la définition des règles qui doivent régir les pouvoirs qui sont censées être au-dessus des pouvoirs pour les affaiblir et nous protéger de ses abus ! Si nos représentants doivent craindre la constitution, ils ne doivent pas l’écrire eux-mêmes, c’est évident !

Que faire ? nous devons nous organiser en groupe de citoyens constituants qui avons et formalisons une idée précise de la façon dont la gouvernance politique de notre société doit être contrôlée avec des droits et devoirs clairs, transparents et non ambigus ….

LA solution serait donc que nous (les citoyens) relisions et réécrivions notre constitution.

Utopique ? Le secret de l’action n’est-ce pas de la commencer !

 

[i] Petit rappel sémantique : Une constitution est la loi fondamentale d'un Etat qui définit les droits et les libertés des citoyens ainsi que l'organisation et les séparations du pouvoir politique (législatif, exécutif, judiciaire).

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.44/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Taverne Taverne 8 décembre 2017 14:22

    A force de s’habituer à l’anormal, on laisse l’injuste s’installer.


    • Claude Courty Claudec 8 décembre 2017 16:48

      « LA solution serait donc que nous (les citoyens) relisions et réécrivions notre constitution. »


      Imaginer que la réécriture d’une constitution puisse changer quoi que ce soit dans le désordre d’un monde fait de nations profondément différentes les unes des autres, qui comptera 8 milliards de citoyens dans moins d’une décennie et plus de 11 milliards dans moins d’un siècle ?

      Ce n’est plus de l’utopie.

      • lautrecote 8 décembre 2017 19:53

        Ecrire tout ça, sans même citer Chouard, c’est fort...


        • pallas 8 décembre 2017 20:02
          Luigi Chiavarini

          Bonsoir,

          La réponse est simple, il n’est que dans le reflet du miroir.

          Tout ce qui nait meurt.

          Il n’y a rien au au delà ce monde, il n’existe que le présent, les choses comme passé ou futur ne sont que des contes, auquel rien ne fait accroche, car sa n’existe pas.

          Cette fois les choses séreuses commencent.

          Mon commentaire est une réponse, ainsi qu’une affirmation.

          Salut


          • Luigi Chiavarini Luigi Chiavarini 8 décembre 2017 20:33

            un des commentaire me fait remarqué que j’ai omis de cité Etienne Chouard, Merci de le rappeller . il est effectivement le père de l’idée des assemblées de citoyens constituant. 


            • lautrecote 9 décembre 2017 13:51

              @Luigi Chiavarini
              et ça fait un moment aussi qu’il parle de chercher la cause des causes (déjà en 2012).


              C’est bien de remettre une couche, vous pourriez simplement rendre à César....

            • samy Levrai samy Levrai 9 décembre 2017 12:25

              Balaise le mec, il fait l’impasse sur le fait que la France n’est plus un pays souverain ( plus une democratie du coup...), qu’elle ne décide plus de rien que ses pouvoirs décisionnels ont été transférés à des entités non élues et étrangères contre la volonté du peuple.


              Il fait l’impasse sur la Veme republique qui est bafouée... par des traités qui lui sont « supérieurs » en droit que le peuple a rejeté mais qui lui ont été imposés par félonie et il propose de faire une nouvelle constitution dans un pays qui resterait non souverain et toujours soumis aux traités qu’il ne parle pas de dénoncer au préalable...

              Oser appeler son article la cause des causes et ne parler que des effets, c’est un tour de force.

              Je vais donc rappeler à ce bonhomme qui ne comprend pas grand chose à la politique qu’il ne peut y avoir de politique propre ou de nouvelle constitution qui vaille quoi que ce soit, sans sortie préalable de l’UE et de l’OTAN, ceux qui prétendent le contraire sont soient idiots soient escrocs. 

              • Giordano Bruno 9 décembre 2017 19:27

                Vous écrivez :
                LA solution serait donc que nous (les citoyens) relisions et réécrivions notre constitution.

                Je ne crois pas. En pensant ainsi, vous n’avez pas encore pris l’émancipation politique nécessaire pour avancer.

                Non, cette constitution n’est pas la nôtre.
                Non, nous n’avons pas besoin de la lire un texte inique, non fondé sur la souveraineté du peuple. Non, nous n’avons pas à réécrire cette constitution, ne l’ayant jamais écrite du tout.

                La solution est plutôt :
                1. Affirmer sa souveraineté ;
                2. Ecrire une constitution démocratique ;
                3. La proclamer ;
                4. En assumer les conséquences.

                Et surtout, ne rien demander, ne rien exiger auprès de ceux qui ont usurpé le pouvoir depuis si longtemps.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité