• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La classe éternelle de Willy

La classe éternelle de Willy

En plus de 15 ans de radio et de spectacle, j’en ai vu des escrocs du show-bizz. Des gars qui se pointent avec trois heures de retard et ne jouent même pas, des gus qui jouent le minimum syndical et se tirent sans rappel, etc. J’ai même vu Chuck Berry, jouer faux, archi-faux, et faire tout un plat à un organisateur qui avait oublié qu’il exigeait de monter sur scène avec ses dollars dans les poches, par liasses complètes. L’homme s’était tellement fait gruger dans la vie par des organisateurs de spectacles qu’il ne fonctionnait plus que comme ça : parano au dernier degré et jouant le strict minimum, à savoir 45 minutes, à la seconde près. Et puis j’en ai vu d’autres aussi, avec la classe, le style et des timings de scène à faire mourir le moindre organisateur : dans le genre, le pompon restera Grateful Dead, à Lille, revenu en fin de tournée pour jouer gratos en raison d’un spectacle annulé 2 mois plus tôt. 4h 20 de spectacle, qui est devenu en partie un triple album « live », où figurent quelques clichés de l’esplanade de Lille. Mais je ne savais pas ce que c’était que la classe avant d’avoir vu Willy.

Car dans ma courte vie, j’ai eu la chance de voir très tôt ce qu’était la très grande classe sur scène. Un jour, à la Mac (maison de la culture) de Villeneuve d’Ascq, à savoir la salle de spectacle du campus, on a annoncé la venue d’un quasi inconnu encore pour l’époque appelé... Mink DeVille. On doit être alors en 1981 je pense. J’ai déjà entendu plusieurs titres de lui, en fait au départ une reprise de John Martin, "Cadillac’sWalk" sur France-Inter et ça m’avait fort plu en fait. On est en 1977, encore en pleine vague post Punk, et un grand éflanqué d’une minceur cadavérique vient de sortir un album intitulé "Cabretta". L’album était produit par Jack Nizsche, et tout le monde savait que celui-là ne s’était jamais trompé de pointure. L’année suivante c’était déjà "Return to Magenta", et DeVille confirmait l’adage du deuxième album réussit signifiant début d’une grande carrière. J’avais évidemment acheté, ayant déjà déniché le premier. L’album s’appelait ainsi, car entre temps "Mink", comme on l’appelait alors c’était fixé à Paris quelques mois... près du Boulevard Magenta. L’album sonnait encore plus Nouvelle-Orleans que le premier : dans le fond du studio rodait Mac Rebennack, alias DrJohn, qui estampillait la filiation musicale du chanteur. L’homme suintait le rythme de la Nouvelle-Orleans par tous les pores. Puis il y avait eu "Le Chat Bleu", fait en France, et "Coup de Grâce". Quatre albums déjà... J’avais donc grande hâte de le voir sur scène. 

Ce soir là, faute d’affichage et de publicité... la salle était vide. Désespérément vide. Après une heure d’attente, on était toujours.... quatre seulement, dans la salle, une salle avec des fauteuils, une toute petite salle de cinéma. Les quatre se regardaient et lorgnaient sur leur montre en se disant c’est râpé, ça va être annulé. A 20H55, les musiciens sont montés sur scène, tranquillement, et on entonné un Harlem Nocturne d’anthologie....avec un sax hurleur comme ce n’est pas possible, dans la droite ligne des Viscounts. Plus lent, remarquez, en fait, plus proche de Stan Kenton.... dans le tempo. Un morceau archétypique pareil comme intro ? La claque, déjà... et cinq bonnes minutes plus tard....le temps d’étirer la sauce.... la deuxième.

A 21 heures pile, en effet, un mec est monté lentement sur scène, avec une cape noire et une rose rouge accrochée à la boutonnière. Enorme, la rose. Il a empoigné le micro, à dit "bonsoir" en français, et a fait "one, two, three" et a commencé un spectacle d’une heure et demie, avec deux rappels.. pour quatre pékins déchaînés devant autant de... classe. Le premier titre ? "Bad Boy" : un nanar complet, transcendé par notre squelette à moustache. Je ne savais pas ce que c’était, la classe, avant d’avoir vu et entendu ça. Il a fait un spectacle normal d’une heure et demie, donc, et à la fin à lancé sa rose à la seule fille présente au fond de la salle. Je ne m’en suis jamais remis (la fille non plus je pense) : je n’ai plus jamais vu pareil respect du public et pareille allure sur scène. Je l’ai revu pas mal de fois sur scène après, toujours aussi élégant et aussi charmeur. Ça n’a plus arrêté après : deux mesures de "Must be Dreaming" et c’était fait : l’envoûtement de la voix et de ce timbre si particulier. L’une des plus belles voix du R&B avec l’énorme Solomon Burke, autre méconnu du show-bizz. Logique : il y a héritage direct, DeVillle reprenant du Burke sur scène depuis toujours...

Sur scène, ce soir là, j’avais été impressionné par l’étrange allure des musiciens et du chanteur : on sortait à peine du punk et lui était en costume classique, ses musicos en jabots et gilet, l’un d’entre eux (Kenny Margolis) jouant d’un minuscule accordéon : l’atmosphère était étrange, lui paraissant plus proche du monde gitan avec sa dent en or et ses cheveux longs coiffés en arrière : il est tout sauf à a la mode, il est déjà hors du temps... et le restera toujours. Hors mode dès ses débuts, il traversera le temps, en effet, se remplumera un peu, parfois, au gré de son addiction pour les drogues ou pas et se jouera des styles de musique. Et fera des reprises définitives. Vous savez, ces interprétations où après le passage du mec ce n’est pas la peine d’essayer de faire mieux. Il fera aussi du blues, comme pas un, bien entendu. Au répertoire, des standards encore et toujours, régulièrement, tous très impressionnants d’interprétation : "Stand By Me", un autre nanar certes, mais si difficile à chanter, en fait pour lui comme une simple formalité : la classe. La grande classe.

L’homme savait faire beaucoup de choses : en solo, sur scène, il était drôlement impressionnant, mêlant une vraie voix de crooner à un un ton parlé, celui du récitatif des chanteurs de rue. La classe encore. Même fatigué, depuis deux ans surtout, l’homme continuait à célébrer la Nouvelle-Orleans nonchalante et le tympo laid back qui la caractérise, entonnant régulièrement un "Bacon Fat" désormais traditionnel. Chantant le pays de la mazurka.. morceau joué en 1981 également.... . La Nouvelle-Orleans où il était revenu depuis quelques années... juste entre les indiens du bayou et la musique noire... ... sans oublier l’influence hispano-mexicaine. Et une voix, une voix....

Sa dégaine anachronique de mousquetaire m’a toujours enthousiasmé, et l’entendre dans la bande originale d’un film comme "Princess Bride", ou Knopfler assurait comme à son habitude un ravissement véritable. Chanté par un autre, ce serait un sirop sans trop de saveur. DeVille vivait sa musique, ça se voyait, ça s’entendait : il vient de nous la transmettre. En cette fin d’après midi quand j’ai appris la nouvelle, je suis allé aussitôt au fond de mon garage. J’ai ressorti mon vieil ampli NAD, j’ai rebranché mes enceintes Triangle, j’ai sorti ma Thorens, et j’ai délicatement posé dessus le vinyl du Chat Bleu. C’est avec la voix de Willy derrière moi que je souhaitais lui rendre hommage. 

"Les anges ne mentent pas" avait-il chanté un jour . Ce doit être vrai, à l’entendre, lui avec son allure... d’archange déchu. Il nous disait récemment encore que les étoiles chantaient  : c’en était une, pour sûr.. La classe de Willy, une dernière fois....

site :

http://www.willydevillemusic.com/

discographie

http://www.willydevillemusic.com/index.php?page=discog


Moyenne des avis sur cet article :  3.45/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • morice morice 8 août 2009 11:52

    on peut mettre « la classe éternelle de Willy » comme titre, je pense, si ce n’est pas trop demander : merci à l’avance ! 


    • Fugu Fugu 8 août 2009 12:09

      Il a rejoint les autres en Belgique...Gene Vincent, Otis Reading, Jimi...
      (vieille légende du rock...)
      MERCI pour cet article d’amour.


      • morice morice 8 août 2009 12:13

        merci Fugu, j’aimais vraiment le bonhomme et je pense n’être pas le seul, à voir ces salles pleines pendant toutes ces années de réel plaisir auditif. 


        • Surveyor SURVEYOR 8 août 2009 13:04

          Le Grand Mink De Ville, fut mais seras toujours, lui le faiseur de frissons, le rocker Lover, hommage et chapeau bas, les étoiles sont éternelles........


          • morice morice 8 août 2009 13:22

            merci surveyor


            • Xerxès Xerxès 8 août 2009 13:24

              Bonjour Morice


              Grâce à votre article sur John Martyn vous m’avez fait découvrir ce très grand musicien...et le morceau Solid Air est un chef d’oeuvre.

              UN GRAND MERCI 


              PS : No comment pour Willy de Ville...



              • morice morice 8 août 2009 15:08

                merci Xerxes, John Martyn m’avait vraiment impressionné....


              • Paul Cosquer 8 août 2009 14:35

                « Et un de plus dans le cercueil ! » par Morice sera suivi de :

                « Et un de plus dans le cercueil ! » (2)
                « Et un de plus dans le cercueil ! » (3)
                « Et un de plus dans le cercueil ! » (4)
                « Et un de plus dans le cercueil ! » « (5)
                Et un de plus dans le cercueil ! » « (6)
                Et un de plus dans le cercueil ! » (7)
                Et des 15 suivants.

                Je blague...


                • morice morice 8 août 2009 14:47

                  eh oui, malheureusement : mais vous savez, quand vous lisez les propos de Calito, il y a de quoi deséspérer : pour lui Britney Spears est une artiste immense : elle remplit les salles. 


                  • Yvance77 8 août 2009 15:15

                    Salut

                    Et ben voila un bon papier. Dommage que ce soit sur une des ces nouveles à la con.

                    Là pour moi c’est une perte plus importante que tous les Jacques sonnent du monde.

                    I must be dreaming ... you’re in my blood ... sniff sniff

                    A peluche


                    • morice morice 8 août 2009 15:36

                      merci, ce n’est effectivement pas comparable, à part l’armoire à pharmacie. 


                    • norbert gabriel norbert gabriel 8 août 2009 15:29

                      il y a les seigneurs et ... les autres. Toutes proportions gardées, je me souviens d’une émission de Ruquier, sur Inter, Bruel était l’invité, il a fait ses deux ou trois en direct piano voix, mais il a prolongé hors micro poue en faire deux autres pour le public ; ce genre de truc n’est jamais arrivé depuis..
                      Pour la parano des artistes, il faut bien aussi reconnaitre que beaucoup se font arnaquer grave, genre un chèque remis avant le concert, et l’association dissoute le lendemain matin, donc jamais payé. C’est arrivé plusieurs fois à Eddy Mitchell dans les années 65-70, c’est pourquoi face à des organisateurs ’inconnus’ il se faisait payer cash en liquide avant le concert.
                      Dans un autre genre Francis Lalanne en concert, en donnait largement pour leur argent aux spectateurs. Comme Higelin d’ailleurs, et au présent pour Higelin.


                      • norbert gabriel norbert gabriel 8 août 2009 15:30

                        et j’ai oublié Moustaki, qui avant son interruption en début d’année a toujours donné des concerts de 2 heures.


                        • tonton raoul 8 août 2009 17:30

                          j’aimais bien aussi moustaki .... avec ses moustakettes


                        • kitamissa kitamissa 8 août 2009 21:34

                          il y a eu Tino et ses Tinettes ....


                        • morice morice 8 août 2009 15:35

                          Dans un autre genre Francis Lalanne en concert, en donnait largement pour leur argent aux spectateurs. 


                          euh, il commençait à 5000 et finissait à 500.... fatigués par ces marathons... 

                          • morice morice 8 août 2009 15:43

                            merci aux modérateurs pour l’ajout au titre : saluons aussi ceux qui bossent ici !! sympa, très sympa !


                            un très bel article dans le Figaro du jour , avec la même idée :

                            Willy DeVille fut un musicien particulièrement inclassable. Ses multiples curiosités n’ont pas fait de la carrière de ce musicien une ligne droite, ce qui en donna tout son charme. Un mélange exotique doux et rude à la fois, mêlant le rhythm and blues urbain des années 1950 et 1960, les sonorités latino et portoricaine, la soul, la salsa et le cajun. Son ultime album Pistola est sorti en 2008, année de son dernier concert en France en juillet (à la Cigale, à Paris). On se souviendra de sa petite moustache à la Zorro, de son visage taillé à la serpe, de son corps efflanqué. Il avait ce qu’on appelle la classe.




                              • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 8 août 2009 15:53

                                Quelqu’un peut m’expliquer de quoi parle cet article, et ce qu’il fout sur ce site ?

                                Tout compte fait, je ne veux pas le savoir, j’ai peur d’être confronté aux bêtes très anciennes d’outre-espace.

                                Typhon


                                • norbert gabriel norbert gabriel 8 août 2009 15:57

                                  si j’ai bien compris ce que je lis, ça parle de musique et d’un artiste Willy De Ville..et pourquoi Avox ne publierait pas ce genre d’article ?
                                  Vous venez de quelle planète ? Dans tous les journaux, revues, virtuelles ou non, il y a des articles avec des sujets variés, en quoi Avox devrait être différent ?


                                • morice morice 8 août 2009 17:21

                                  définition du gus

                                  AhrimanBon, puisque je vais finalement être publié, autant rédiger une vraie briographie avec bio. 
                                  Apprenez donc que je suis un cuistre bavard, capable de disserter pendant des heures sur des choses dont il ne comprend pas le premier mot. J’ai pour triste habitude de répandre des calembredaines sur la toile, dont vous pouvez trouver un échantillon important sur mon blog.
                                  J’ai pour très bonne habitude de m’intéresser à tout, et pour très mauvaise habitude de m’adonner, comme à une drogue, à des polémiques sans fin.


                                • norbert gabriel norbert gabriel 8 août 2009 18:33

                                  allons bon, je ne suis pas le seul dans cette catégorie ??? quelle terrible déception, je me croyais unique...


                                • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 8 août 2009 20:51

                                  Vous escomptez prouver quoi en recopiant ce que j’ai mis pour me décrire, Morice ? Vous voulez montrer que vous savez faire un Ctrl-C, Ctrl-V ? C’est bien, bravo.

                                  La raison pour laquelle AV ne devrait pas publier cet article, c’est qu’il est écrit avec les pieds, par un type qui raconte sa vie. AV n’est pas un blog, même si Morice croit visiblement que c’est le sien.

                                  Typhon


                                • Guy Liguili Guy Liguili 9 août 2009 01:21

                                  Un homme qui aime John Martyn et Willy De Ville ne peut être totalement mauvais.
                                  N.B. : Cadillac Walk n’est pas de John Martyn mais de Moon Martin.


                                • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 9 août 2009 10:05

                                  Ctrl-C Ctrl-V est une fonction qu’on trouve aussi sur les système linux.

                                  Me dites pas que vous utilisez un Mac ?

                                  Sans ça, je constate que oui, vous êtes visiblement très fier de pouvoir copier et coller du texte, ce qui fait que vous le faites sans aucune raison valable, et surtout pas de façon intelligente et en rapport avec le sujet.

                                  Vous tentez, mais c’est très dur parce que vous ne savez pas écrire, de vous lancer dans des attaques ad hominem à mon égard, ce qui est inacceptable.

                                  Un tel comportement est ridicule, et je ne comprend pas comment un adulte en arrive à ce genre d’expédients. Faut-il que vous n’ayez rien à dire !

                                  Typhon


                                • morice morice 9 août 2009 11:04

                                  cessez vos conneries, vous l’avez marqué dans votre CV que vous venez sur le Net pour jouer au con et rien d’autre : changez de passe-temps, emmerder le monde n’amuse que votre ego démesuré.


                                • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 9 août 2009 11:10

                                  C’était une réponse à Morice.


                                • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 9 août 2009 11:19

                                  Ce qui est bien avec les gens comme vous, c’est qu’ils n’ont aucune cohérence.

                                  Admettons comme hypothèse que vous ayez raison, et que je ne sois là que pour emmerder le monde, afin de satisfaire mon ego démesuré.

                                  En quoi devrais-je me sentir obligé d’arrêter lorsqu’un individu grossier qui remplit un site de ses logorrhées médiocres et illisibles m’en intime l’ordre ? Vous vous croyez nanti d’une autorité telle que vous pourriez, par internet interposé, dire à quelqu’un de se taire sans que cela n’excite son envie de se foutre de votre gueule par pur esprit de contradiction ?

                                  cessez vos conneries,

                                  Sinon quoi ?

                                  vous l’avez marqué dans votre CV que vous venez sur le Net pour jouer au con et rien d’autre :

                                  Vous êtes visiblement incapable de saisir l’ironie et le second degré.

                                  Exemple d’ironie et de second degré : « morice est intelligent, charmant, et tout à fait sympathique et respectable ».

                                  changez de passe-temps, emmerder le monde n’amuse que votre ego démesuré.

                                  Et si mon ego est si démesuré, vous croyez vraiment que votre opinion de pisse-copie d’AV m’intéresse ?

                                  En outre, je n’emmerde pas le monde. Il y a une poignée d’individu qui se sent emmerdée par moi, mais c’est leur problème, pas le mien.

                                  Typhon


                                • morice morice 9 août 2009 15:50

                                  exact et Moon Martin est encore inconnu, hélas...


                                • morice morice 9 août 2009 15:53

                                  En outre, je n’emmerde pas le monde. Il y a une poignée d’individu qui se sent emmerdée par moi, mais c’est leur problème, pas le mien.


                                  vous venez d’écrire votre problème, mon vieux : votre irrésistible besoin de paraître pour ne rien dire : c’est un forum ici, pas le banc du psy dont vous avez grand besoin : vous emmerdez le monde, sans même vous en rendre compte. Apprenez déjà à vivre en société avant de poster vos inepties et vos articles pompés sur des Atlas.


                                • Τυφῶν בעל Perkele Ahriman 10 août 2009 15:14

                                  Je n’emmerde pas le monde. Je VOUS emmerde.

                                  Et si vous confondez votre petite personne vociférante avec le monde, c’est vous qui devriez consulter.

                                  Typhon


                                • morice morice 8 août 2009 17:23

                                  désolé Calmos de ne pas vous plaire en tout, mais je suis ravi de voir que vous savez faire taire vos principes politiques à la noix pour écouter de la bonne musique : tout n’est pas perdu.


                                  • Hugo Velib Leo Ty Nod 8 août 2009 17:45

                                    Ah si Willy s’était shooté à l’iode breton comme nous, il serait toujours ici...


                                    • Pyrathome pyralene 8 août 2009 23:28

                                      grande classe effectivement ! z’aime bien ce blues de derrière les fagots  !!......quand à lui,c’était un pharaon,parait-il ! !!....


                                      • sleeping-zombie 9 août 2009 08:14

                                        Et personne pour dire « Sauvez Willy ! » ? ah flûte, il est déjà mort...
                                        condoléances (je connaissais pas, mais je sais maintenant ce que je vais faire de mon dimanche).


                                        • Arcane 9 août 2009 12:06


                                          Encore une histoire de trou !

                                          RIP Willy.


                                          • Pyrathome pyralene 9 août 2009 14:28

                                            les trous sont ton cerveau.....


                                          • Bois-Guisbert 9 août 2009 12:33

                                            J’ignorais l’existence de ce Deville. Ma curiosité ayant été aiguisée, je m’en suis enquis sur You Tube... Ouais, bon..., ben... Bof...


                                            • Surya Surya 9 août 2009 13:35

                                              Un grand artiste, Willy DeVille. Il était venu jouer à la FNAC à Paris (Bastille si ma mémorie est bonne) à l’époque de sa reprise de « Hey Joe » qui avait fait un carton. Vous avez raison de parler de respect envers le public. Venir jouer gratuitement (enfin je suppose qu’il était payé, mais c’était gratuit pour le public) sur un tout petit espace au beau milieu du magasin, assis sur sa chaise avec sa guitare et le public placé en rond autour de lui, alors qu’il venait de sortir un tube...


                                              • Gül 9 août 2009 13:40

                                                J ai une tendresse particuliere pour Return to Magenta que je trouve magique. Pour moi c etait Minc, pas Willy.

                                                C est un tres bel hommage, merci a vous de saluer un artiste rare et superbe.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès