• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Constituante face à la présidentielle

La Constituante face à la présidentielle

L’Association pour une Constituante est parfois confrontée à cette question : pourquoi refuser de passer par l’élection présidentielle pour imposer la Constituante ?

Nous récusons en effet cette idée. Selon nous, les deux objectifs se contredisent. C’est pourquoi nous appelons à remplacer la Présidentielle par l’élection d’une Constituante, manière symbolique de se libérer de l’obsession présidentielle, pilier de nos institutions et poison pour la démocratie.

Nos explications se heurtent parfois à un militantisme fermé des thuriféraires de telle ou telle pensée, de tel ou tel candidat, censés porter les changements institutionnels nécessaires. Ce qui est intéressant -et très révélateur de la logique présidentielle-, c’est le ton employé dans leurs commentaires sur notre site ou sur facebook : interjections comminatoires, plus ou moins méprisantes et peu caractéristiques d’esprits ouverts au dialogue. Je cite : « Constituante ou pas, tu es obligé de passer par la présidentielle d'abord …. Attendez-vous des martiens pour nous obliger à mettre la Constituante en place ? … » De telles méthodes ont pour objet de clore tout débat avant même qu’il ne commence. Habile ! 

Il est donc nécessaire que nous rappelions nos analyses.

En tant qu’Association, nous ne prenons jamais position dans les compétitions électorales.

Certes, l’idée de Constituante a fait son chemin depuis le referendum de 2005, date à laquelle nous avons lancé cette idée. Elle court aujourd’hui parmi les candidats, certains l’incluant dans leur programme comme un élément parmi d’autres, d’autres moins médiatiques semblant souhaiter limiter leur campagne à ce seul objectif.

Mais l’élection présidentielle n’est pas adaptée à cette perspective. Elle insère par nature le candidat dans un combat de personnes et de programmes. Elle est d’ailleurs de plus en plus, s’éloignant de ses origines, un combat entre représentants de partis, surtout par le biais des primaires. Le candidat, quel qu’il soit, ne peut donc être celui du rassemblement pour la reconstitution du peuple nécessaire à la naissance d’une Assemblée constituante. Une démarche par définition transpartisane et rassembleuse telle que celle de la Constituante ne peut s’accommoder de la logique de la compétition présidentielle.

La Constituante doit être, en effet, celle du peuple français tout entier, pas d’une fraction, qu’elle soit de gauche ou de droite. Elle n’a pas de couleur politique et n’appartient à aucun parti, à aucune personnalité. Qu’on le veuille ou pas, portée par un candidat à la présidentielle, elle verrait son influence limitée au résultat de celui-ci.

Nous pensons au contraire que l’objectif de la Constituante ne trouve son sens qu’en dehors des futilités ou manœuvres de la vie politicienne. Elle ne peut être octroyée, quelles que soient les qualités des candidats qui en parlent. Elle doit être construite par les citoyens en même temps qu’elle construit les citoyens. Pour sa part, la présidentielle, élection particulièrement aliénante, ne peut rebâtir la citoyenneté. La logique du scrutin présidentiel est destructrice de la liberté de pensée et de la libération des citoyens. Les injonctions des partisans de tel ou tel candidat confirment d’ailleurs l’esprit d’embrigadement et de soumission à un sauveur providentiel, totalement antinomique, à nos yeux, de la Constituante.

La pétition https://www.change.org/p/citoyennes-et-citoyens-de-france-présidentielle-non-constituante-oui appelant à remplacer la présidentielle par l’élection en France d’une Assemblée constituante vise à interroger les citoyens sur un scrutin qui les infantilise. A ce titre, elle ne cible personne en particulier mais un système tout entier. Elle est un outil proposé aux citoyens dans leur marche vers la libération hors d’un système oppressif et de moins en moins démocratique. Elle est un instrument d’agrégation de leurs aspirations, aspirations concrétisées dans la collecte des cahiers d’exigences dans le cadre du mouvement des Communes citoyennes (www.communes-citoyennes.fr). Elle est une étape dans la reconstruction du peuple souverain, sans heurts ni violences et hors de toute allégeance.

La liberté ne se conquiert pas par des instruments qui brident la liberté.

André Bellon

Président de l’Association pour une Constituante : www.pouruneconstituante.fr
Ancien Président de la Commission des Affaires Étrangères de l’Assemblée nationale

---------------------------------------------------------------------

LIRE AUSSI...

- Commune de Paris : l’élection des mandataires du peuple. 26 mars 1871


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • leypanou 29 septembre 2016 08:42

    Moi aussi je suis pour une Assemblée Constituante mais ce n’est pas en signant votre pétition qu’on va y arriver.
    De la même manière, je pense que les élections présidentielles au suffrage universel sont une aberration démocratique mais peut-on s’en passer dans un premier temps ?


    • gogoRat gogoRat 29 septembre 2016 09:23

      « La Constituante doit être, en effet, celle du peuple français tout entier, pas d’une fraction »

       Sans doute votre projet de Constituante n’est-il pas encore assez ambitieux, ou pas assez démocratique. Car, en suivant vos propres mots, on se rend compte que si l’écriture d’une nouvelle constitution ne saurait être déléguée, alors la Constituante doit inclure tous les français !

       cf  piste de « cahiers de doléances » présentée dans le profil Gogorat : il n’est pas prouvé que nous soyons incapables d’inventer collectivement un procédé permettant une Constituante incluant tous les français ; et ce, en parallèle du système de pouvoir existant, quel qu’il soit, pour peu qu’il tolère (voire encourage et facilite) cette activité.

      ----
      "Si, quand le peuple suffisamment informé délibère, les citoyens n’avaient aucune communication entre eux, du grand nombre de petites différences résulterait toujours la volonté générale, et la délibération serait toujours bonne.
       Mais quand il se fait des brigues, des associations partielles aux dépens de la grande, la volonté de chacune de ces associations devient générale par rapport à ses membres, et particulière par rapport à l’État : on peut dire alors qu’il n’y a plus autant de votants que d’hommes, mais seulement autant que d’associations. Les différences deviennent moins nombreuses et donnent un résultat moins général. Enfin quand une de ces associations est si grande qu’elle l’emporte sur toutes les autres, vous n’avez plus pour résultat une somme de petites différences, mais une différence unique ; alors il n’y a plus de volonté générale, et l’avis qui l’emporte n’est qu’un avis particulier.« 
       cf  Du Contrat social de JJ Rousseau ( Livre II Chapitre 2.3 Si la volonté générale peut errer)

      NDT :  »brigues" partis politiques


    • Bellon (---.---.42.122) 29 septembre 2016 11:16

      @leypanou

      ce n’est pas en ne la signant pas que vous allez y arriver. bonne chance avec votre sécond temps


    • leypanou 29 septembre 2016 11:43

      @Bellon
      Je partage beaucoup de vos prises de position mais je doute de l’efficacité des méthodes proposées.


    • rawal (---.---.48.194) 29 septembre 2016 08:57

      « soumission à un sauveur providentiel, totalement antinomique, à nos yeux, de la Constituante ».

      Hum, vous prêchez aussi, toujours est-il que la mobilisation pour la 6ème et une constituante populaire fait son chemin et qu’une bonne partie des soutiens de Mr. Mélenchon le sont pour la constituante et je ne pense pas que ce soit « un élément parmis d’autres » mais plutôt un élément central et qu’il ne se situe pas dans le cadre d’un parti, on le lui a assez reproché... , pour Montebourg je n’ai pas encore lu son propos sur la constituante et la 6ème. Après si vous ne les suivez que par le reflet médiatique je comprend votre sceptiscisme.
      Je ne voudrais pas faire le parti des « habiles » que vous dénoncez mais en matière de stratégie et d’efficacité, il me semble qu’au moins Mélenchon mets les moyens. Après libre à vous de lui denier l’honneteté de sa démarche mais ça reste subjectif.
      Dans le fond vous avez je pense raison, la constituante devrait être un choix proposé d’emblée, mais pour le coup je vous trouve un peu naïf de penser que, de nos jours encore, la politique n’est pas un combat de pouvoir. Vous refusez le combat arguant de votre bonne foi et de votre sincerité de démarche mais le monde n’est pas (encore) ainsi fait, même si on espère qu’il le devienne.
      On peut être abusé certes, voir en Mr Mélenchon un sauveur, mouais, faut vraiment en avoir besoin et à ce niveau ça relève presque du pathologique, mais si vous le dites...
      A partir du moment ou pour changer quoi que ce soit vous devez rameuter du public toutes formes est bonne à prendre. Le reste est la confiance que vous attribuez à telle ou telle personne.
      Qui nous dit que la votre, de démarche, ne câche pas une volonté de pouvoir... après tout ce ne serait pas la première fois qu’on use et abuse de la crédulité du peuple en lui faisant miroiter son bonheur futur...


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 29 septembre 2016 09:17

        Serait-il possible d’appeler un chat un chat ?


        Ou bien l’assemblée s’autoproclamée constituante à l’issue d’une guerre civile, d’un coup d’état oud’une,invasion, ou bien elle détient ses pouvoirs de modification en vertu de la précédente constitution ; dans ce cas, on parle plutôt de révision constitutionnelle. Mais jusqu’à plus ample informé, par définition, une "constituante doit être précédée d’un événement plus radical que l’organisation d’un vote, ou alors c’est un référendum, et on sait ce qu’il advient des résultats de ce genre de consultation.

        • samy Levrai samy Levrai 29 septembre 2016 11:20

          Désolé mais une nouvelle constitution dans l’UE est juste une escroquerie, dans un pays qui ne fait plus ses lois sa justice, sa monnaie et ne decide plus de la paix ou de la guerre.

          La Veme est bafouée, une VIeme ne vaudrait pas plus dans un pays qui n’est plus souverain, sans souveraineté il n’existe pas de démocratie.
          Attention arnaque !

          • leypanou 29 septembre 2016 11:45

            @samy Levrai
            La Veme est bafouée, une VIeme ne vaudrait pas plus dans un pays qui n’est plus souverain : et qui vous dit que dans une VIème république la France ne retrouverait pas sa souveraineté ?


          • Le Canard républicain Le Canard républicain 29 septembre 2016 14:12

            @samy Levrai

            La question de l’UE ?
            Une invitation à consulter les liens présents dans le commentaire suivant :
            http://www.agoravox.fr/commentaire4405571
            Pour éviter les répétitions...


          • Parrhesia Parrhesia 29 septembre 2016 11:24

            o >>> La Constituante doit être, en effet, celle du peuple français tout entier, pas d’une fraction, qu’elle soit de gauche ou de droite.<<<

            Vous avez vu la bobine du peuple français actuel, qu’il soit considéré dans son ensemble ou à travers son atomisation politique en fractions toutes plus débiles les unes que les autres ? Des fractions majoritairement conditionnées par la trahison au bénéfice du mondialisme et par des pouvoirs médiatiques tout puissants et nauséabonds sous influence de capitaux également étrangers ???

            Quoi qu’il advienne désormais, la question de la gouvernance de la France ne peut plus être réglée que par des puissances étrangères qui, a priori, nous méprisent cordialement (dans le meilleur des cas) ou sont déjà nos ennemis déclarés depuis des siècles (dans le pire des cas) !!!

            Il faut dire qu’après un examen honnête de la dernière gouvernance gaulliste (1957-1968) et de ses résultats dans tous les domaines, il reste clair pour quelques-uns (malheureusement trop peu)qu’un peuple capable de virer un Charles de Gaulle pour finir par donner, et redonner, et redonner encore le pouvoir à des Sarkozy et consorts ou à des Hollande et consorts, ne peut être devenu qu’un peuple mentalement très diminué !


            • leypanou 29 septembre 2016 11:49

              @Parrhesia
              un peuple capable de virer un Charles de Gaulle ... ne peut être devenu qu’un peuple mentalement très diminué !  : il ne revient qu’à nous et à nous seuls de le remonter mentalement en chassant déjà Hollande et Sarkozy et consorts.


            • Parrhesia Parrhesia 29 septembre 2016 12:20
              @leypanou

              Ceci est également vrai !

              Cependant vous avez probablement déjà compris que je doute fortement de notre capacité à les chasser, eux sinon les leurs !

              Et le pourrions-nous, que je douterais encore de notre capacité à les remplacer par des hommes de carrure suffisante pour s’imposer positivement dans le contexte actuel !

              Je reconnais que ce n’est guère optimiste, mais... puissiez-vous avoir raison et bonne journée à vous !!!


            • prismsoul prismsoul 3 octobre 2016 23:16

              De mon point de vue tout est bon pour amener une constituante. Et si l’idée est portée par un (ou plusieurs) candidat à la présidentielle, tant mieux ! Cela ne peut que faire de la pub pour l’idée elle-même. Et se limiter à « un autre moyen que la présidentielle », c’est éliminer une possibilité d’y arriver (qui sait ?). Quant à l’argument qui veut qu’une constituante « amenée » par un président serait limité parce qu’associé à ce président, j’y réponds qu’on n’arrivera jamais à l’unanimité de toute façon - il y aura toujours des gens pour résister à l’idée de faire une constituante, surtout si son optique est de changer le système. Si une majorité est là pour porter le projet, il sera à sa charge, dans la population, de convaincre les indécis.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires