• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La correction des copies...

La correction des copies...

La correction des copies ! Vue de l'extérieur, cette tâche paraît banale, ordinaire, facile...

Le métier d'enseignant consiste pour une large part à corriger des copies, travail souvent fastidieux, répétitif... en français, la correction implique une attention particulière : fautes d'orthographe, d'expression, de langue doivent être soulignées. Bien évidemment, il faut s'attacher, aussi, au raisonnement, au déroulement des idées ou des faits, à leur cohérence ainsi qu'à leur justesse... Souvent, le professeur fractionne son travail et corrige les copies par tranche de 5 ou 6 pour éviter la saturation, la fatigue. 

Ce travail amène le professeur à annoter abondamment les copies, à passer aussi beaucoup de temps à lire ces devoirs, parfois jusqu'à une demi-heure par copie...Les classes de lycées atteignant environ 36 élèves, le travail de correction s'alourdit inéluctablement.

C'est sûrement là le travail le plus ingrat auquel se livre le professeur. La tâche n'est pas facile, car il faut noter les élèves le plus justement possible. Il serait tentant, bien sûr, de mettre de bonnes notes à tous les élèves. Mais est-ce leur rendre service ? L'élève doit absolument prendre conscience des progrès qu'il doit accomplir.

Une fois la correction des copies achevée, la tâche n'est pas pour autant terminée : il faut établir un bilan global des résultats, et surtout relever les erreurs les plus fréquentes, pour présenter une correction globale à la classe.

Il faut aussi rentrer toutes les notes des élèves sur internet et les inscrire sur un livret personnel. Si l'on comptabilise les heures de travail passées à corriger et faire le bilan, on arrive, en fonction du niveau de la classe, à environ 12 heures ou 15 heures, voire plus, si les copies sont longues.

Il faut, ensuite, restituer les copies aux élèves et leur donner des conseils de méthode adaptés, il faut veiller aussi à ne perdre aucune copie, vérifier d'ailleurs le nombre de copies, le jour même du devoir.

La restitution des copies donne lieu parfois à bien des déconvenues et des amertumes : les élèves sensibles à la note, oublient de regarder tous les commentaires qui figurent sur la copie et ont des difficultés à accepter la notation : d'ailleurs, de plus en plus, certains la contestent !

L'orthographe est souvent négligée, on a l'impression, alors, de lire des brouillons : le travail de l'enseignant consiste, parfois, à déchiffrer ou interpréter des copies.

Il est vrai que dans ce domaine, tous les professeurs ne sont pas à la même enseigne : les professeurs de mathématiques sont soumis à moins de corrections, car les copies, dans cette discipline, sont moins lourdes, la partie rédactionnelle étant moins importante...

Les professeurs de philosophie sont, sans doute, les plus lourdement pénalisés dans la correction des copies, les élèves de terminale écrivant des devoirs conséquents et consistants... Mais les professeurs de français sont aussi sollicités par de lourdes corrections.

On le voit, le métier d'enseignant est très divers et correspond à des situations variées. Un professeur de mathématiques et un enseignant de français exercent des métiers proches mais différents aussi, les charges de travail n'étant pas les mêmes, ni dans la préparation des cours, ni dans la correction des copies.

Dès lors, la perception qu'ont les gens de ce métier est souvent faussée parce qu'ils ne voient pas l'envers du décor... parce qu'ils ont des difficultés à imaginer le temps passé à corriger des copies, à préparer des devoirs, des bacs blancs, à préparer des cours.

Le professeur se doit de toute façon de corriger ses copies le plus honnêtement possible, en veillant à ce que soit respectée la justice, ce qui exige beaucoup de rigueur et de sérieux.

La correction des copies est une tâche difficile, complexe, elle occupe beaucoup de temps, et réclame une attention de tous les instants...
 

Qui a dit que les enseignants étaient des paresseux ?

 

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2018/05/la-correction-des-copies.html

 

Documents joints à cet article

La correction des copies...

Moyenne des avis sur cet article :  1.81/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 mai 2018 13:33

    Bonjour Rosemar. Ce terme de « copie » m’a toujours paru incongru. Le travail du prof étant généralement de vérifier que la personne n’a pas copié,.....


    • rosemar rosemar 12 mai 2018 14:49

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Juste remarque ! Les profs font de plus en plus la chasse aux « copieurs »... et avec internet c’est compliqué...


      Rappel :la copie est le devoir que l’écolier remet au professeur et qui, en général, est la transcription au net d’une première élaboration.

      Problème : les élèves ne savent plus faire de brouillons...

    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 mai 2018 14:54

      @rosemar


      Mon prof de français était très futé et avait réussi à détecter mon style dans la dissertation (rédaction en France,.. ??.) d’une autre élève à côté de laquelle je ne m’asseyais pourtant jamais. Elle me l’avait demandé si gentiment,... mais bon ! vous connaissez ce genre de cauchemar ; les plus fréquents autour des « copies ». Le mien étant que je n’ai pas terminé à temps,... Classique.

    • covadonga*722 covadonga*722 12 mai 2018 14:04

      Il y a deux facteurs, dans cet esclavage : la vitesse et les ordres. La vitesse : pour « y arriver » il faut répéter mouvement après mouvement à une cadence qui, étant plus rapide que la pensée, interdit de laisser cours non seulement à la réflexion, mais même à la rêverie. Il faut, en se mettant devant sa machine, tuer son âme pour 8 heures par jour, sa pensée, ses sentiments, tout. Est-on irrité, triste ou dégoûté, il faut ravaler, refouler tout au fond de soi, irritation, tristesse ou dégoût : ils ralentiraient la cadence. Et la joie de même. Les ordres : depuis qu’on pointe en entrant jusqu’à ce qu’on pointe en sortant, on peut à chaque moment recevoir n’importe quel ordre. Et toujours il faut se taire et obéir. Adresser la parole à un chef – même pour une chose indispensable – . Quant à ses propres accès d’énervement et de mauvaise humeur, il faut les ravaler ; ils ne peuvent se traduire ni en paroles ni en gestes, car les gestes sont à chaque instant déterminés par le travail. Cette situation fait que la pensée se recroqueville, se rétracte, comme la
       chair se rétracte devant un bistouri. On ne peut pas être « conscient ».





      Simone Weil tome 2 expériences ouvrière , au fait c’était une des votres 

      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 mai 2018 14:26

        @covadonga*722

        Bonjour. Très bon texte. Ta Norton tourne rond .


      • S.B. S.B. 12 mai 2018 19:02

        @covadonga*722


        Bonjour. Il y a beaucoup de vie et de sensibilité dans les textes que vous avez écrits, infiniment plus qu’il n’y en a aura jamais dans les phrases alignées par l’auteur du texte d’en haut. C’est elle qui a le diplôme mais c’est vous qui devriez corriger les autres, vous êtes bien mieux placé pour ça. Les choses sont mal faites parfois.

      • covadonga*722 covadonga*722 12 mai 2018 19:30

        @S.B.
         vous faites rougir le vieil âne , il est des compliments qui réchauffent ...


        bien cordialement
        Asinus .

      • Jeekes Jeekes 12 mai 2018 15:08

        Merde, la vache.
        J’m’imaginais pas que c’était aussi dur.
         
        Surtout quand je voyais des ’’profs’’ corriger des paquets entiers de copies dans le métro. Endroit particulièrement propice à la concentration, comme chacun le sait...
         
        Hâââ, ça fait du bien. Y’avait longtemps que rose-machin n’avait pas pleurniché sur ce dur ’’métier’’ qui est le sien !
         
        Faut vous dire, Monsieur, que chez ces gens-là...
         

         


        • rosemar rosemar 12 mai 2018 16:29

          @Jeekes

          Des copies corrigées dans le métro ? Des copies de français, de maths, de quel niveau ? Tout cela est bien vague !

        • Jeekes Jeekes 12 mai 2018 17:38

          @rosemar
           
          Ben voyons !
          Ouais, dans le métro et aussi dans le bus.
           
          Juste un regret, je n’ai pas penser à lui (leur) demander leur(s) papiers d’identité.
          Sinon, je me serais fait un plaisir de vous éclairer.
          J’en n’ai pas vu corriger en conduisant dans les embouteillages, mais pourquoi pas ?
           
          Précision d’importance, ce que j’ai vu, et à de nombreuses reprises, remonte aux années 60/70. C’est dire si ça a du s’arranger depuis...
           


        • Doume65 13 mai 2018 10:44

          @Jeekes

          « J’en n’ai pas vu corriger en conduisant dans les embouteillages »
          Moi si, ma femme. Faut préciser que c’est moi qui conduisait. smiley

        • foufouille foufouille 12 mai 2018 15:54
          « à passer aussi beaucoup de temps à lire ces devoirs, parfois jusqu’à une demi-heure par copie »
          c’est un peu long pour une copie double maxi.


          • rosemar rosemar 12 mai 2018 16:25

            @foufouille

            Pour les devoirs de première, il n’est pas rare d’avoir des intercalaires... 
            Les élèves planchent pendant 4 heures pour l’épreuve du baccalauréat... 

          • foufouille foufouille 12 mai 2018 16:03
            une classe de 30 = 15h de correction.
            4 classes = rosemar a 60h de correction.


            • rosemar rosemar 12 mai 2018 16:26

              @foufouille

              Quand on a 4 classes, il faut étaler les devoirs... et ne pas les grouper la même semaine.

            • foufouille foufouille 12 mai 2018 16:37

              @rosemar

              j’en avais toutes les semaines ou presque ............


            • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 12 mai 2018 16:03

              Quand j’étais collégien, on racontait qu’un de nos profs, notre prof d’histoire, avait une méthode très particulière de notation : il lançait son paquet de copies dans son escalier et les notait ensuite selon la marche où elles étaient tombées... Une notation à peine moins juste qu’une autre !


              • rosemar rosemar 12 mai 2018 16:27

                @Jean J. MOUROT

                C’est ce que l’on appelle une légende !

              • marmor 12 mai 2018 19:58
                @rosemar
                Je trouve suspect ce besoin de vous justifier en permanence. De toute façon, vous ne convainquez que vous-même que l’exercice de ce métier est harassant. Je ne pense pas que 18 heures de cours hebdomadaires et le travail engendré pour les assurer soient si difficile, surtout après quelques dizaines d’années d’expérience. Vous avez l’impression que le monde de l’éducation nationale nous est étranger, et que vous devez justifier la galère que vous vivez au quotidien pour vous faire plaindre et tenter de redorer le blason de la corporation. Tout ceci prouve bien que vous n’êtes jamais sortie de l’école, et que le monde du travail, le monde exterieur tout court vous est totalement étranger, un peu comme ces énarques élevés hors sol et persuadés de leur supériorité.

              • rosemar rosemar 12 mai 2018 20:47

                @marmor

                Tant q’on n’a pas exercé un métier, on n’en connaît ni les contraintes, ni les difficultés : cet article devrait permettre à chacun de prendre conscience de certaines réalités... c’est un témoignage...

              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 13 mai 2018 10:46

                @rosemar


                Vous avez parfaitement raison de défendre votre profession et de montrer aux autres en quoi il consiste réellement. Vous lui donnez du corps. Dans un monde de robots, les gens ne vous regarde même plus et se foutent pas mal de ce que vous vivez. Je sais qu’à travers vous, c’est toute une profession que vous défendez. Résistez au critiques, elles vous renforcent,....

              • Graal 12 mai 2018 16:43
                @Rosemar

                "La correction des copies est une tâche difficile, complexe, elle occupe beaucoup de temps, et réclame une attention de tous les instants..."

                C’est tout à fait vrai.

                Mais vous avez oublié, ou omis, une précision importante : combien de fois, sur l’ensemble de l’année scolaire, donnez-vous de tels devoirs à vos élèves (corrections Bac non comprises, bien entendu) ?

                Bravo, en passant, pour le nouveau petit coup de griffe à vos collègues de mathématiques.


                • rosemar rosemar 12 mai 2018 20:51

                  @Graal

                  Ce n’est pas un coup de griffe, c’est une réalité...

                • Graal 12 mai 2018 22:34

                  @rosemar
                  Et la question principale, vous l’esquivez, comme d’habitude !


                • Louise Louise 12 mai 2018 20:39

                  Ce n’est peut-être pas très amusant de corriger des copies plus ou moins intéressantes. Mais , comparé à beaucoup d’autres tâches, ce travail n’est quand même pas épuisant. 

                  De plus, vous avez la chance de découvrir de vraies perles !
                  ...à condition d’être attentive...

                  • rosemar rosemar 12 mai 2018 20:50

                    @Louise


                    Je ne nie pas la difficulté de nombreuses tâches liées à d’autres métiers, bien sûr.
                    Mais, la correction des copies est une partie importante du travail des profs : ils y passent beaucoup de temps, et les gens n’en ont pas conscience...

                  • Ruut Ruut 13 mai 2018 07:15

                    Je ne comprend pas pourquoi les contrôles ne sont pas informatisés.
                    Correction automatique et stricte par la machine.
                    A la fin tu imprime la copie notée avec les corrections en rouge a faire signer par les parents.
                    De plus les notes seront automatiquement transmises dans le dossier de l’élève.

                    Comme ça les prof auraient plus de temps pour donner des vrais cours intéressants.
                    Voir expliquer aux élèves pourquoi ils se sont loupés a leur interro et insister sur ce qu’ils ne maîtrisent pas encore.
                    L’interro c’est juste un moyen efficace de savoir ce que l’élève ne maîtrise pas.


                    • chantecler chantecler 13 mai 2018 08:01

                      @Ruut
                      Vous pensez donc que l’on peut contrôler ou superviser le travail des élèves uniquement par QCM ?
                      C’est extrêmement réducteur et ça ne peut se faire que dans des matières pointues où il s’agit de savoir ce qui a été emmagasiné .
                      Style peut être chimie , physique , maths terminale ...
                      Pour une dissertation , rédaction, je ne vois pas comment une machine pourrait noter un ensemble de données à moins de ne se focaliser que sur un secteur : vocabulaire , grammaire etc, etc ...
                      bref sur quelques aspects spécifiques .
                      Penser que l’on puisse substituer un enseignant à un programme informatique est une hérésie car transmettre passe par autre chose qu’une seule technicité , une réponse binaire :il y a de l’humain obligatoire.
                      On se souvient de bons profs, mais je doute que l’on se souvienne un jour d’un programme informatique, même s’il a aidé .
                      Il est vrai qu’il faut aussi se baser sur des critères de correction : on note le fond , la forme , les erreurs de syntaxe ?
                      Sans parler de plagiats ...
                      Qi permettent d’écrire sur un texte littéraire sans l’avoir lu .
                      Ca devient très compliqué .
                      On le voit dans les consignes données à la correction des épreuves du bac et encore il est souvent demandé aux enseignants d’être très indulgents .


                    • Buzzcocks 14 mai 2018 15:22

                      Mon grand frère était en histoire avec Monsieur R. Il avait son 12 de moyenne. Réunion parents/profs, mon père va voir monsieur R, et là, les deux réalisent qu’ils se côtoyaient aux mêmes réunions politiques. La moyenne du frangin est passée de 12 à 18, mon second frère hérita aussi de ce favoritisme, tout comme moi, le dernier de la fratrie. Je crois que j’aurais pu écrire « merde à celui qui lira » au milieu de la copie, j’aurais eu mon 18. Le gars notait clairement à la tête du client.

                      Pour les filles, la note était fonction de leur charme. Certainement une façon de leur faire comprendre que dans nos sociétés, plus une personne est belle, plus elle aura de l’avancement. Ce que les sociologues ont démontré depuis belle lurette.

                      Sinon, j’ai eu aussi un prof de gym avec lequel je m’étais fritté en première, du coup, en terminale, les épreuves étaient notées sur une partie performance et une partie technique. Sur la performance, il ne pouvait rien dire, si je cours le 100 mètres en X secondes, ça vaut X points. mais techniquement, j’avais systématiquement 4 ou 5. Le type se vengeait de notre différent de l’année passée. J’ai eu 12 au bac en Gym alors que j’étais handballeur de haut niveau à l’époque, soit beaucoup moins que certains asthmatiques incapables de lancer un javelot à plus de 10 mètres. 

                      Bref, notez un élève, c’est surement très difficile, mais ça a l’air diablement subjectif aussi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès