• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La crise sécuritaire dans la pensée politique iranienne

La crise sécuritaire dans la pensée politique iranienne

JPEG

Alors que l’Iran est engagé dans des pourparlers à Vienne qui cherchent une issue pour rouvrir l’accord nucléaire qu’il a signé avec les six puissances internationales (5+1) en 2015 et dans des discussions avec certains de ses voisins pour apaiser les tensions régionales, le régime iranien a fait une démonstration de force militaire au monde à la fin du mois dernier, peu avant que l’AIEA ne discute des activités nucléaires de l’Iran.

Le régime a eu recours à l’accentuation de sa puissance dans le domaine des drones, qui représentent déjà une menace importante pour les États régionaux et pour les États-Unis eux-mêmes.

Le général Kenneth McKenzie, commandant du Commandement central américain, l’a reconnu lors de son témoignage devant le Congrès l’année dernière, en déclarant que la supériorité aérienne des États-Unis au Moyen-Orient a diminué pour la première fois depuis des décennies.

Ce que nous entendons maintenant des rapports iraniens sur les grandes bases secrètes de drones et les sites de missiles de l’IRGC révèle un aspect majeur qui exacerbe la menace posée par le programme nucléaire iranien.

La question évidente que pose l’observateur concerne la signification de cette remarquable corrélation entre le développement de capacités nucléaires jusqu’au stade de la bombe et le développement de missiles à longue portée capables de porter des ogives nucléaires.

Quelle est la signification de ces énormes dépenses pour construire des installations souterraines secrètes pour stocker et lancer des missiles et des drones, d’autant plus que les sites de stockage comprennent non seulement des bases militaires près du Golfe et d’Israël (base d’Horramabad, à environ 1 400 km d’Israël), mais aussi des bases comme Tabriz (nord-ouest), qui rendent de grandes parties géographiques de l’Europe orientale et centrale opérationnellement accessibles aux missiles iraniens  ?

Les Iraniens visent clairement à étendre les capacités de la base d’Imam Ali près de Khorramabad, une base militaire située dans l’ouest de l’Iran, en dessous de Tabriz, et la plus proche géographiquement d’Israël, à quelque 1 400 km, à portée des missiles balistiques iraniens guidés par les Gardiens de la révolution, qui stockent des missiles Shahab-3 sur la base.

Le danger de la pensée iranienne ne réside pas seulement dans son addiction unique et absolue à la «  militarisation  » des capacités du pays et à leur transformation en gigantesques arsenaux d’armes. Elle s’apparente ici au modèle nord-coréen.

Le danger réside aussi dans le fait que tous ces systèmes d’armes sont mis au service de son projet expansionniste, c’est-à-dire à la portée des milices loyales au Yémen, en Irak, en Syrie et au Liban. L’Iran représente ici une menace plus dangereuse que la Corée du Nord. Il va plus loin en étendant la menace à des zones géographiques plus larges que ses frontières.

La menace pour la sécurité et la stabilité se situe directement dans plusieurs pays. Le plus grand dilemme est que la sécurité domine la pensée et le comportement du régime iranien. Le problème ici n’est pas la pression et les sanctions ou ce que Téhéran dit à ce sujet.

Il se résume à canaliser les ressources de ce grand pays dans la construction de villes de missiles et la militarisation de l’État, dans une anxiété constante qui affecte négativement la vie du peuple iranien, qui est plein de colère réprimée, le plus grand et le plus important facteur d’insécurité du régime iranien.

Tout observateur comprend que les défilés incessants des forces iraniennes, qu’il s’agisse d’exercices, de tirs de missiles ou de vidéos provenant de bases secrètes et impliquant des escadrons de drones aux capacités et aux cibles diverses, sont tous destinés à dissuader ceux qu’ils considèrent comme des adversaires de les attaquer ou même d’essayer d’y penser sérieusement.

En réalité, cependant, il ne s’agit pas seulement de dissuasion. Nous avons tous vu des drones et des missiles iraniens cibler des installations pétrolières vitales en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, et des missiles iraniens lancer des frappes puissantes et précises contre des bases militaires américaines en Irak. Ce n’est pas une question de dissuasion militaire.

Ils constituent une véritable menace pour la sécurité et la stabilité régionales. L’Iran investit la plupart de ses ressources énergétiques dans le développement de ses capacités d’armement.

Nous savons tous que le régime iranien agit souvent de manière imprudente et avec un haut degré de risque lorsqu’il se sent menacé ou lorsqu’il veut faire chanter et faire pression sur les États voisins pour atteindre certains objectifs. C’est le scénario le plus dangereux qui a été associé au comportement du régime iranien ces dernières années.

Des signes récents d’impatience à Vienne chez les États-Unis et leurs alliés occidentaux face aux manœuvres de l’Iran ont été observés. Cela s’est reflété dans la décision de l’AIEA, qui impliquait des critiques et des accusations sur le manque de coopération de l’Iran avec l’AIEA.

Bien que la résolution emprunte une voie médiane et ne condamne pas clairement et directement l’Iran, l’adoption massive de la résolution met certainement Téhéran en colère et reflète son incapacité à convaincre la communauté internationale de l’intégrité de sa posture et de sa conduite nucléaires.

Au lieu d’admettre ses erreurs, de reconsidérer sa position et de fournir une explication convaincante des actions qui ont éveillé les soupçons des inspecteurs de l’AIEA sur l’existence de particules d’uranium que Téhéran prétend avoir été «  plantées dans un acte de sabotage », il a, comme d’habitude, recouru à l’escalade et aux propos menaçants.

Il a éteint les caméras de surveillance de l’AIEA et élaboré des plans pour améliorer l’enrichissement de l’uranium, ce qui, selon le directeur général de l’AIEA, Raphael Grossi, pourrait porter un «  coup fatal  » aux efforts de relance de l’accord nucléaire.

En fait, dit-il, notre région pourrait être au bord d’une nouvelle escalade des tensions si l’approche iranienne persiste sur les causes de ces tensions, que ce soit les interventions régionales ou la question nucléaire.

Sur la base des mauvais résultats du régime, on s’attend à ce qu’il ait recours à la création de crises ou à une nouvelle escalade, d’autant plus qu’il reconnaît la sensibilité particulière de l’Occident à toute nouvelle tension dans la région du Golfe, compte tenu des circonstances internationales actuelles et de la hausse potentielle des prix du pétrole.


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • pierre 20 juin 17:47

    Donc de l’espoir pour le Yemen....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires


Publicité