• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La culture victimaire : l’orthographe clouée au pilori...

La culture victimaire : l’orthographe clouée au pilori...

JPEG

Pénaliser les élèves qui ne maîtrisent pas l'orthographe ? Ce serait là "une pratique élitiste et excluante", selon l'université de Hull, en Angleterre.

Cette faculté anglaise a enjoint à ses enseignants de ne pas sanctionner les erreurs à l'écrit des élèves. Une manière de "décoloniser" le programme scolaire et d'assurer l'égalité des chances entre les étudiants.

Le langage académique reposerait sur un mode d'expression "homogène, nord européen, blanc, masculin, élitiste et dépendant d'un haut niveau de maîtrise technique de l'anglais écrit et oral."

 

Mais, enfin, négliger l'orthographe, la grammaire, c'est faire fi de toute une culture, tout un passé.

Depuis des années, l'enseignement de l'orthographe a été négligé, en France : faut-il donc s'étonner de voir des adultes diplômés méconnaître les règles élémentaires de l'orthographe et de la grammaire ?

L'orthographe est pourtant un code essentiel : il assure la compréhension d'un texte.

Bien sûr, ce code exige des efforts dans son apprentissage : il faut mémoriser des règles, des mots. Ces efforts seraient-ils superflus ?

Un texte mal orthographié offre peu de lisibilité, est parfois incompréhensible : langage internet, abréviations, grosses fautes d'accord, mots déformés, mal utilisés, barbarismes, solécismes nuisent à une bonne compréhension du message.

 

La cancel culture fait des ravages : même la langue n'est pas épargnée.

Comme l'écrit Pascal Bruckner, "Les difficultés de la langue française sont, comme dans les années 1990-1991, vues par certains comme "une insulte à l'égalité" pour toutes les personnes d'origine immigrée."

"Le racisme dominerait dans l'art, l'école, la musique classique, trop blanche et inadaptée à la diversité ethnique..."

 

Mais où en arrive-t-on ?

Notre langue est issue d'un long passé historique : c'est un témoignage précieux de tous ceux qui nous ont précédés.

D'ailleurs, notre langue française est faite de différents apports culturels : c'est ce qui en fait la richesse, une forme de diversité.

"Il y a bien sûr, l'apport de la culture gréco-latine, mais aussi de nombreux emprunts linguistiques. Dès le début de son existence, vers le XIe siècle, l'ancien français a commencé à emprunter des mots à l'arabe, à l'allemand, au néerlandais, à l'italien, etc. Dans la Gaule soumise par les Francs, le gallo-roman a massivement emprunté à la langue franque appelée « germanique ». Tout au long de son histoire, le français a emprunté des milliers de mots à plusieurs autres langues, mais il en a aussi donné à d'autres avec lesquelles il a été en contact."

 

Ce n'est pas par hasard si le mot "orthographe" s'écrit de cette façon : le mot vient, bien sûr, du grec ancien avec ses graphies caractéristiques : "th, ph".

Il est essentiel de distinguer dans la graphie ces homophones : "c'est, s'est, ces, ses, sais, sait" ou encore : "m'as, m'a, ma, mat".

Ne pas le faire contribue à brouiller les messages.

Et on pourrait multiplier les exemples !

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2021/04/la-culture-victimaire-l-orthographe-clouee-au-pilori.html

 

Source :

https://www.lepoint.fr/societe/les-professeurs-ne-devraient-pas-sanctionner-les-fautes-d-orthographe-13-04-2021-2422106_23.php

 

Vidéo :

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.82/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

88 réactions à cet article    


  • phan 26 avril 15:47
    Avec le langage internet : Les victimes ont l’habitude de compiler le C. 

    • phan 26 avril 17:44
      Avec toujours les mêmes références : Alain Finkielkraut et la culture du viol et Pascal Bruckner, fervent soutien à la guerre d’Irak pour ramener la culture de la « Démocratie obscène » .
      Au fait, voulez-vous que je vous envoie dans la cancel culture ?

    • cyrus CYRUS 26 avril 15:57

      Désormais , sur chaque dicté et redaction , il y aura des exercice de trigonometrie et des équation différentiel a résoudre qui permetrons de moduler la note de l’ eleve en fonction de sa culture generale , 

      plus de trois erreur mathematique , et ca sera le zero pointé en dictée smiley


      • cyrus CYRUS 26 avril 16:00

        @CYRUS

        on va peut etre mme y adjoindre du C++ , de la physqiue , de la chimie , de la biologie , de la comptabilité .... 

        Pour que l’ enseignement secondaire serve a noueveaux a trier les eleve meritant d’ apprendre et reduire l’ engorgement des classe a rosemar ...

        A quoi bon formé des litteraire qui deviendrons caissiere de supermarché ou chomeuse faute d’ une culture elementaire en science smiley

        (a prendre aux second degrée bien sur ) 


      • rosemar rosemar 26 avril 17:45

        @CYRUS

        Oui, je vois que vous êtes un peu fâché avec l’orthographe... mais avec un peu d’attention...


      • rosemar rosemar 26 avril 17:53

        @CYRUS

        Hélas ! Le niveau en maths a aussi tendance à baisser...


      • cyrus CYRUS 26 avril 18:01

        @rosemar

        faché non , je rend hommage a ceux qui la maitrise ( pivot , capelo , bernard clavel , jean d’ ormesson ou meme frederic dard et bien sur pierre perret ...

        Je met juste l’ accent , sur le ridicule qu’ il y aurais a trier des litteraire qui ne maitrise pas une simple equation diffrentiel ou leur formule de trigonometrie ...
        https://math.univ-angers.fr/ labatte/INH/eqdiff2008.pdf

        c’ est idiot de dégoûter les gens de la culture française ,
        et de notre si belle langue la ou on devrais les motiver a l’ aimer et a progresser .


      • cyrus CYRUS 26 avril 18:06

        @rosemar

        Hélas ! Le niveau en maths a aussi tendance à baisser...

        c’ est bien pour ca qu’ il faut laisser les gens etudier , mais ne pas leur imposer des filtre absurde et les degouter de certaine matiere ...

        l’ orthographe est un art majeur , a preserver ...autant que les math ou la geographie 

        mais pour cela , il faut arreter de stigmatiser ceux qui sont handicapé dans une matiere , ca dechargerais les classe , et vous permetrais de n’ avoir que des eleves volontaire ..

        la on aboutit au contraire a des simplification orthographique absurde 
        ph en f , ou ecriture genrée ... pour la metre au niveau du peuple .

        c’ est a mon avis contreproductif .


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 26 avril 18:11

        @rosemar
         
         ’’Hélas ! Le niveau en maths a aussi tendance à baisser... ’’
         
         Ce midi, au jeu de France Inter, les mille euros, question banco :

        « un rectangle a une largeur de 4 cm, et un périmètre de 12 cm. Question : quelle est sa longueur ? »
         
        Les deux candidats, adultes, ont été incapables de fournir la réponse dans le temps (30 secondes je crois).
         
        En primaire il m’aurait fallu moins de 5 secondes, et aujourd’hui encore je mets ce temps là.


      • @CYRUS

        Ca trouve ses limites assez rapidement. J’avais lu il y a quelques mois que l’Université de Nanterre avait dû organiser des cours de remise à niveau en français... accessibles à tous les étudiants.

        Problème ? Pas mal de clampins arrivent à la fac en étant infoutus de comprendre les textes les plus simples, comment veux-tu qu’ils comprennent la matière ?

        Mon gamin enseigne l’info depuis septembre dans les 3 dernières années précédent le bac. C’est un désastre, ils sont cons comme des boutons de porte, et le pire c’est qu’ils s’en foutent royalement.

        Inutile de dire que le coronacircus et ses cours en distanciel n’ont rien arrangé.

        Ces gars ne seront même pas qualifiés en sortant pour travailler à l’usine (s’il y en avait encore, hein).


      • cyrus CYRUS 26 avril 18:22

        @rosemar

        mais avec un peu d’attention...

        Si c’ était aussi simple , il y a longtemps que j’ aurais corrigé ce problème ...
        Mon cerveau gère le language phonétiquement (dysorthographie phonologique)
        https://apprendre-reviser-memoriser.fr/comprendre-la-dysorthographie/
        probablement a cause de la methode de lecture globale
        https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thode_globale
        le B-A-BA m’ aurait peut être moins embrouillé .

        Je n’ ecrit jamais de la meme facon , c’ est des fautes aleatoire .
        il me faut des heure pour verifier meme un petit texte .
        j’ ais beau connaitre les regles , je ne vois tout simplement pas l’ erreur 
        un peut comme les daltonien ne vois pas une couleur ...

        ce n’ est pas une question de « repetition » et d’ entrainement , mais bien de perception du language .

        Et ce qui est ridicule c’ est que je ne fait que tres peut de faute en anglais ou en espanol , des circuit du cerveau plus recent smiley le bug est vraiment sur ma langue maternel .


      • cyrus CYRUS 26 avril 18:27

        @Francis, agnotologue

        oui c’ est une meconaisance a la fois de la formule , mais aussi de la table de multiplication ...

        on leur demandais pas l’ aire d’ un triangle rectangle 
        qui peut se simplifier en un demi rectangle ...

        mais ma femme est pareil , on l’ as degouter des math , 
        alors qu’ elle as une orthographe tres correcte .


      • cyrus CYRUS 26 avril 18:39

        @Philippe Huysmans, Complotologue

        Problème ? Pas mal de clampins arrivent à la fac en étant infoutus de comprendre les textes les plus simples, comment veux-tu qu’ils comprennent la matière ?

        on est bien sur un problème d’ enseignement et non pas uniquement d’ incompétence de l’ élève . 

        on as transformer l’ éducation en usine ...des bœuf a l’ abattoir .

        le tronc commun de culture generale devrais unir les gens , en faire des citoyen , pas les « trier » pour les jeter a la rue de la pauvreté culturelle .

        la on degoute les gens d’ apprendre on en fait des esclave manipulable ...
        je pense que c’ est volontaire , c’ est une forme de pouvoir sur nos vie qui prepare la suite , nos lacune nous rendre manipulable et garantisse la place au sommet des « pseudo-elite » 


      • @CYRUS

        C’est ce que je pense aussi : un peuple instruit est par essence un peuple difficile à manipuler.


      • Pauline pas Bismutée 26 avril 18:41

        @Francis, agnotologue

        Ça me rappelle un petit ’test’ (sous forme de devinette) que j’avais donné

        a une trentaine d’adultes (en Nouvelle Zélande) quand je donnais des cours du soir de français (question en anglais évidemment) :
        40% de 40 ça fait combien ?
        Une seule personne avait pu répondre !


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 26 avril 18:46

        @CYRUS
         
        A temps pour moi, j’ai mal posé le pb :
         
        La largeur était 4, et le périmètre, 32 (et non pas 12 !).
         
         32 = 4+4+12+12


      • foufouille foufouille 26 avril 18:53

        @CYRUS
        lecture globale et fac en 93, ça colle pas trop ............


      • Pauline pas Bismutée 26 avril 18:53

        @CYRUS

        Il y a une démarche logique en maths, étape par étape, qui demandent donc une rigueur, un cheminement précis.
        Dans l’orthographe il y a effectivement une partie visuelle, un « feeling ». On écrit une certaine orthographe et...on ne le ’sent’ pas.. peut-être pour ça que les maths sont plus « masculines » (quand je pense qu’a 17 ans en classe je calculais des paraboles dans l’espace, et maintenant je flanche sur du simple calcul mental...bon l’age aussi mais quand même..)


      • cyrus CYRUS 26 avril 18:54

        @Philippe Huysmans, Complotologue

        A tel point que c’ est devenu a la mode de « faire peuple » en disant que la guyane est une ile , ou de faire des faute dans son discours avec prompteur ...

        methode de PNL , parler de la meme maniere que sa « victime » 
        pous succister un elan de reconnaisance ...

        si tu as un visuel , qui utlisent les expression , « tu voit » , c’ est clair , « on le vois bien » 

        ou un auditif , « ca sonne bien », « un discours melodieux » , « sans temabour ni trompette ...

        En paraissant »pareil " on suscite l’ adhésion et on manipule les gens ...
        La psycho est d’ ailleurs l’ une des matiere que tu ne vera jamais enseigner dans les ecoles ... un savoir bien trop dangereux dans les main du peuple smiley


      • cyrus CYRUS 26 avril 18:58

        @Francis, agnotologue

        32 = 4+4+12+12

        tout a fait mais c’ est pas bien grave smiley
        ca montre juste , que nous somme abrutit par la TV 

        on se met a confondre aire et perimetre ...

        c’ est bien pour ca que j’ ais choisit un trinagle rectangle 3, 4, 5 
        dont le perimetre sera 3+4+5 ...

        un vielle outils de macon pour tracer un angle droit .
        meme les macon etait plus a l’ aise que nous ...


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 26 avril 19:04

        @CYRUS
         
         ’’on se met a confondre aire et perimetre ...

        c’ est bien pour ca que j’ ais choisit un trinagle rectangle’’

         

         J’avais bien compris.

         

         smiley


      • mmbbb 27 avril 07:05

        @rosemar pourquoi sanctionner les fautes d orthographe alors que vos copines féministes veulent introduire l ecriture inclusive !


      • chantecler chantecler 27 avril 07:21

        @Francis, agnotologue
        Curieux ce test : largeur 4 cm , longueur 2 cm !
        Z’êtes certain ?


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 27 avril 07:57

        @chantecler
         
        au lieu du périmètre j’ai donné la longueur.
        Désolé


      • Et hop ! Et hop ! 27 avril 12:55

        @CYRUS

        Il ne faut pas non plus pénaliser les élèves qui font des erreurs de calcul, ni ceux qui ne savent pas écrire, ni ceux qui n’ont aucune connaissance en physique ou en géographie.

        Il ne faut pas discriminer ceux qui ne savent pas écrire et lire, ni ceux qui ne parlent pas français, c’est un racisme de classe qui stigmatise et discrimine en raison de l’origine et du milieu social défavorisé.

        Les illettrés doivent avoir une égalité des chances d’entrer à Sciences Pô et à l’ENA qui doivent se démocratiser, il faut un quota qui correponde au % d’analphabètes dans la population.

        Pareil pour l’équipe de France de foot, il faut un quota de hanicapés.


      • Fergus Fergus 26 avril 16:31

        Bonjour, rosemar

        Je comprends d’autant mieux votre propos que je suis moi-même très attaché à l’orthographe et au respect de la syntaxe (encore que j’ai toujours privilégié la grammaire intuitive).

        Je suis moins d’accord avec vous lorsque vous écrivez « négliger l’orthographe, la grammaire, c’est faire fi de toute une culture, tout un passé ».

        C’est sans doute vrai pour une partie de la population, mais cela n’est pas le cas de tous ceux qui commettent des fautes et dont le style laisse à désirer. A cet égard, j’ai connu au moins deux diplômés de haut niveau (une ingénieure en informatique et un chercheur en physique) dont tous les écrits devaient être corrigés pour être publiables. Ils ne faisaient pourtant « fi » d’aucune culture mais avaient de gros problèmes de mémorisation de l’orthographe. Cela n’a  heureusement pour eux  pas nui à leur carrière.


        • Fergus Fergus 26 avril 16:34

          «  »c’est, s’est, ces, ses, sais, sait« ou encore : »m’as, m’a, ma, mat« 

          Et aussi, sous forme ludique, »le sain saint de Sein est ceint jusqu’au seins de cinq seings"smiley


        • rosemar rosemar 26 avril 17:54

          @Fergus

          Les mots ont une histoire, une étymologie, une origine... c’est aussi une culture...


        • Fergus Fergus 26 avril 19:18

          @ rosemar

          Evidemment ! Mais pourquoi faites-vous systématiquement semblant de ne pas comprendre  ? Fort heureusement, la culture ne nécessite pas forcément d’être incollable en orthographe, pas plus qu’elle ne nécessite d’être un surdoué en maths !!!


        • rosemar rosemar 26 avril 21:57

          @Fergus

          Relisez ! Je n’évoque pas seulement l’orthographe mais aussi la grammaire qui est essentielle pour bien penser...


        • Ben Schott 26 avril 22:03

          @rosemar
           
          Ensuite il y a la syntaxe et l’art de mettre en forme une suite d’idées pour former un tout cohérent. Sur ce dernier point, il te reste encore un peu de travail... Sauf ton respect.


        • rosemar rosemar 26 avril 23:49

          @Ben Schott

          Ah bon ?


        • troletbuse troletbuse 27 avril 07:31

          @rosemar
          pour bien penser..

          Dommage que vous confondez « penser bien » et « bien-pensance »


        • Fergus Fergus 27 avril 09:47

          Bonjour, rosemar

          Désolé mais la qualité de la pensée ne passe pas par une maîtrise sans faille de la grammaire et de l’orthographe !

          Elle passe par l’analyse  enseignée ou intuitive  des idées véhiculées par les lieux et les médias de culture. 

          Elle passe également par l’observation, sous toutes ses formes, du monde dans lequel nous vivons.


        • tashrin 27 avril 11:11

          @Fergus
          Elle passe par l’analyse  enseignée ou intuitive  des idées véhiculées par les lieux et les médias de culture. 

          Et d’apres vous, l’analyse des idées, les média... Ca nécessite pas de maitriser la langue ?
          L’orthographe est une convention qui permet aux individus de se comprendre à l’écrit... Enlevez le langage, plus aucun enseignement n’est possible. Le langage précède la pensée car il en est le mode d’expression. Supprimer des mots, simplifier le langage c’est supprimer les nuances, et l’orthographe en est un élément déterminant.


        • Aristide Aristide 27 avril 11:23

          @Fergus

          Je ne voudrais pas vous contrarier systématiquement mais là tout de même. Rosemar exprime des évidences. Je ne vais pas faire de distinguo entre orthographe, syntaxe, grammaire, ... mais tout de même admettez que le respect de la langue est un atout pour se faire bien comprendre.

          Je ne suis pas un bon exemple, tellement l’inattention et je dirais une dose certaine de nonchalance me laisse publier des messages agrémentés de quelques fautes souvent ... inacceptables. J’ai une évidente préférence pour les défauts d’accord, les participes passés transformés en seconde personne du pluriel, enfin ... toutes ces erreurs dont je ne suis vraiment pas fier.

          Enfin, la qualité de la pensée n’est rien si elle n’est soutenue sur une expression claire. L’inverse d’ailleurs est souvent trompeur, pour vous énerver encore un peu, je serais assez tenté de dire que par exemple, la qualité de l’expression de Mélenchon, indéniable, est souvent en décalage avec la qualité de sa pensée qui elle est ... plus que contestable. Imaginez les dégâts s’il n’avait ce talent d’expression !


        • Fergus Fergus 27 avril 11:29

          Bonjour, tashrin

          Vous déformez mon propos ! L’objet de l’article est la maîtrise insuffisante de l’orthographe en milieu universitaire.

          J’imagine que les étudiants qui parviennent à ce niveau « maîtrise(nt) la langue » suffisamment pour avoir pu entrer en fac. Ce qui leur est reproché, ce sont des lacunes en orthographe, et pas d’écrire comme des cancres de collège.

          Ne confondez pas les élèves de 5e ou de 4e avec des étudiants de l’enseignement supérieur !


        • tashrin 27 avril 12:14

          @Fergus
          mdr, vous avez lu des copies d’etudiants récemment ?
          Une partie non négligeable écrit en phonétique, il ya des phrases que j’ai du prononcer à voix haute pour comprendre ce qu’il avait voulu écrire...
          Une partie non négligeable de la population n’est absolument plus capable de lire un texte (simple) de 30 lignes et d’en faire un résumé synthétique. Alors en écrire un sans faute, avec une expression potable et une cohérence de raisonnement, ca concerne plus qu’une infime minorité


        • Fergus Fergus 27 avril 12:55

          @ tashrin

          Si ce que vous rapportez est exact  et je n’ai pas de raison d’en douter —, c’est grave, en effet !


        • Et hop ! Et hop ! 27 avril 13:36

          @Fergus : « Fort heureusement, la culture ne nécessite pas forcément de ne pas faire des fautes d’orthographe »

          Il ne faut pas voir la question par rapport aux individus, mais par rapport à la population générale. L’objectif étant que la langue française pratiquée par la population soit la meilleure possible, aussi bien pour son orthographe que pour son style.

          L’enseignement scolaire primaire doit donner à tous les enfants des capacités d’écriture (et de calcul) sans fautes d’orthographe (ni de calcul). Pour cela il y a la qualité et la clarté des manuels scolaires, des grammaires, des exercices, la fréquence et la correction des dictées, j’ai vu que l’ancien barrême des correction était 5 fautes = note 0, il faut aussi du travail.

          Il y a forcément un pourcentage d’enfant qui arrivent en 6e en faisant encore des fautes d’orthographe (et de calcul), sachant que les fautes d’usage (écrire accidant à la place d’accident) ne sont pas la même chose que les fautes grammaticales (ils vont mangés). La valeur de l’enseignement scolaire, et du corps des instituteurs, se juge à la qualité de l’orthographe des enfants en fin de CM2, et au pourcentage d’enfants qui font encore des fautes. Pour la profession d’enseignants du primaire, produire 5 % d’illetttrés à l’entrée en 6e ou 50 % d’enfants qui font plus de 5 fautes dans une dictée, c’est comme si la profession d’architecte produisait 5 % d’imeubles qui s’effondrent, ou celle des plombiers 50 % d’installations avec une fuite.

          Si vous montez le barrême de correction à 50 fautes = 0, vous baissez le niveau d’objectif qualité des enseignants du primaire et vous provoquerez une augmentation du nombre d’adultes qui font de fautes d’orthographe, et aussi des contre-sens, qui ont du mal à comprendre et à s’exprimer.

          Les fautes d’orthogrphe d’usage peuvent être due à une forme de dyslexie et ne pas mettre en cause les capacités à exercer tous les métiers, mais les fautes dues à la grammaire montrent chez l’enfant une incapacité à produire un travail de qualité, si il n’y a pas eu des lacunes très graves dans l’enseignement qu’il a reçu.

          Est-ce qu’une personne qui fait des fautes de calcul, et de raisonnememnt, doit être discriminée paur l’accès aux professions de comptable ou d’ingénieur.


        • Et hop ! Et hop ! 27 avril 13:47

          @tashrin

          C’est un fiasco total du corps des instituteurs, pardon « professeurs des écoles », de leur formation et de leur administration de tutelle. Ils doivent complètement remettre en question leurs méthodes et leur recrutement. 


        • Aristide Aristide 27 avril 13:54

          @tashrin

          mdr ? Vous voilà à utiliser ce que vous dénoncez justement ....


        • Aristide Aristide 27 avril 14:04

          @Aristide

          C’est un fiasco total du corps des instituteurs

          Comme les multiples problèmes en milieu carcéral sont de la responsabilité des seuls gardiens.

          Vous n’« avez peur de rien, cibler une profession entière est d’un simplisme affligeant. Du »Ya qu’à" en somme.


        • tashrin 27 avril 15:09

          @Aristide
          mdr ? Vous voilà à utiliser ce que vous dénoncez justement ....

          J’assume sans souci. La différence, c’est que moi je sais écrire autrement.


        • tashrin 27 avril 15:15

          @Et hop !
          C’est un fiasco total du corps des instituteurs, pardon « professeurs des écoles », de leur formation et de leur administration de tutelle. Ils doivent complètement remettre en question leurs méthodes et leur recrutement. 

          Surtout de leur administration de tutelle
          Fils de prof, j’ai pu suivre en direct l’évolution. Les consignes de correction des examens, notamment. Plus laxiste d’année en année... Mais faut reconnaitre un truc : si on appliquait les barêmes de mon époque (42 ans, donc primaire dans les années 1980), les moyennes seraient négatives... La dictée en est l’exemple flagrant : avant on enlevait des points pour les mots faux, aujourd’hui on met des points pour les mots bien écrits...
          Après, les enseignants qui ont une responsabilité énorme ont été déconsidérés pendant des années, des bas du front viennent leur expliquer leur travail tous les jours, on les paye à coups de pied au cul, et on leur demande d’appliquer des méthodes d’enseignement mortifères en sanctionnant ceux qui continuent à faire leur boulot qualitativement... C’est pas la faute des enseignants, c’est juste qu’aujourd’hui ceux qui faisaient ce boulot par vocaction et en conscience ont été progressivement remplacés par des personnes moins compétentes et qualifiées. Car plus personne de qualifié ne veut y aller
          Pr info, aujourd’hui les profs font des fautes. Inconcevable à mon époque


        • Et hop ! Et hop ! 28 avril 21:38

          @tashrin

          L’Administration de tutelle bien sûr, les inspecteurs, mais les enseignants aussi qui sont égoïste, paresseux et lâches, il n’y a eu aucun combat d’enseignants pour défendre les enfants, ils s’en foutent. Aucune grève pour des motifs aussi évidents que la défense de la méthode syllabique, pour refuser la suppression des colles et des notes. Aucune protestation pour refuser les programmes d’endoctrinement sur les carricatures de Mahomet, la Shoah, le réchauffement climatique, le gender, l’antiracisme, le Portugal de masque imposé à des enfants qui ont 0% d’avoir une forme grave sachant qu’il y a eu 0 morts de moins de 30 ans dans tous les pays, et que les enfants ne transmettent pas ce virus.

          En secondaires, ils se sont mis, je ne sais pas quand, à faire les grilles d’emploi du temps, non plus en fonction des élèves, mais pour essayer de bloquer tous leurs cours sur trois jours, et ce sont les enfants qui se retrouvent avec parfois un cours en début de matinée et d’autres en fin d’après-midi, avec un trou de 5 heures.

          Autre exemple, le poids des livres monstrueux avec du papier glacé, plein de photos, des couvertures en carton épais, qui serait très facile à résoudre en revenant aux livres format A8 comme dans les années ... 1950 ?, et en fixant un poids maximum.

          Les profs sont tous des gauchistes très contents d’être habillés comme leurs élèves, de les tutoyer, de ne plus avoir d’estrade pour être au même niveau, ils sont tous immifrationnistes. 


        • Et hop ! Et hop ! 28 avril 21:50

          @Aristide

          Les matons ne sont responsables de rien, c’est une très mauvaise comparaison, par rapport à celle de la professsion d’architecte si il y avait 10 % des immeubles neufs qui s’effondrent.

          Si il y a 80 % des élèves qui sont illettrés en sortant du primaire, c’est parce que les instituteurs font mal leur travail, et qu’ils se moquent du résultat, ils n’ont qu’à reprendre les méthodes et les manuels qui ont fait leur preuves, y compris dans les pays d’Afrique à l’époque coloniale.


        • Lampion Séraphin Lampion 26 avril 16:32

          « Ne pas le faire contribue à brouiller les messages. »

          oui, ça brouille l’écoute !


          • rosemar rosemar 26 avril 17:57

            @Séraphin Lampion

            La compréhension à l’écrit est vraiment difficile quand l’orthographe et la grammaire sont négligées : certaines copies d’élèves ressemblent à des brouillons.


          • Aristide Aristide 27 avril 11:28

            @Séraphin Lampion

            A croire qu’elle l’a fait volontairement ....


          • Lampion Séraphin Lampion 26 avril 16:38

            sa veu dir koi kan cé pa soulignai an rouges dan Word ?


            • phan 26 avril 20:21

              @Séraphin Lampion

              ortho- Du grec ancien ὀρθός, orthós (« droit »), masculin
              -graphe Du grec ancien γράφος, gráphos (« écrit »), masculin 
              orthographe, féminin, va savoir Charles !

            • rosemar rosemar 26 avril 21:18

              @phan
               ;; ;
              Il existe aussi un verbe γράφειν graphein (« écrire »).et le nom ὀρθογραφία, orthographía, de genre féminin


            • popov 26 avril 18:22

              @rosemar 

               

              « Le racisme dominerait dans l’art, l’école, la musique classique, trop blanche et inadaptée à la diversité ethnique... »


              Ce n’est pas difficile d’être raciste de nos jours. Il suffit d’écrire correctement.

              Je ne pense pas que l’art, la musique classique, etc. doivent s’adapter à la diversité ethnique, mais au contraire, que la diversité ethnique doit s’y adapter. Sinon, qu’elle aille diversifier ethniquement des rivages moins blancs.


              • tashrin 27 avril 15:30

                @popov
                C’est quoi le rapport avec la diversité ethnique ?
                Le nombre de fautes par ligne est proportionnel à la carnation de la peau ?
                Vous savez qu’il ya même des écrivains noirs ? Si, sérieux !


              • popov 27 avril 17:43

                @tashrin

                C’est quoi le rapport avec la diversité ethnique ?


                Je ne fais que citer une phrase de l’article que vous n’avez manifestement pas lu :

                « Le racisme dominerait dans l’art, l’école, la musique classique, trop blanche et inadaptée à la diversité ethnique... »


              • tashrin 28 avril 16:15

                @popov
                C’est votre commentaire que j’avais mal lu/compris
                mea culpa


              • popov 29 avril 12:23

                @OMAR
                 

                C’est très facile d’être raciste de nos jours, surtout quand le raciste est bien planqué dans sa isba, à l’abri de toute poursuite judiciaire.

                Tu divagues complètement. Qui est planqué dans une isba ?
                 

                Mais cela malheureusement, ça ne plait pas aux racistes et suprémacistes juste par haine, jalousie et surtout idiotie, n’admettant pas que l’art n’a pas de frontiere.

                Qui sont ceux qui n’apprécient pas l’art et qui détruiraient joyeusement toutes les œuvres d’art comme les Bouddha de Bamiyan s’ils pouvaient le faire impunément ?

              • LeMerou 26 avril 20:14

                @ l’auteur.

                Certes le Français est une belle langue, elle ne sied réellement qu’aux lettrés, voulant absolument faire perdurer un langage qui se doit d’évoluer tout de même, notamment sur l’usage des temps.(22 différents !!).

                Quant au vocabulaire, 75 000 mots environ dans la langue Française (beaucoup trop), 3 000 au grand maximum employés usuellement (et encore, cela dépend surtout de la classe sociale et des origines). 

                Je me demande si ils sont enseignés d’ailleurs, quand je vois certains « d’jeuns » ayant des difficultés pour décrire une situation, des choses, une action, etc, bref je suis atterré pour eux, mais que leur à t-on appris ? pendant toutes ces années d’école..


                • rosemar rosemar 26 avril 21:19

                  @LeMerou

                  La lecture n’est plus « à la mode », les écrans sont passés par là...


                • rosemar rosemar 26 avril 21:32

                  @LeMerou
                  Et puis, il est vrai que l’enseignement de la grammaire et de l’orthographe a été quelque peu mis de côté, en primaire et au collège.


                • @rosemar

                  « Quelque peu » est un euphémisme, à mon époque on écrivait de façon plausible en sortant de primaire.

                  Aujourd’hui même les profs écrivent comme des pieds. J’étais effaré quand « madame » mettait un mot dans le journal de classe de mes gosses...


                • rosemar rosemar 26 avril 21:39

                  @Philippe Huysmans, Complotologue

                  ça ressemble à une caricature...


                • @rosemar

                  ça ressemble à une caricature...


                  C’est pourtant véridique, tu veux l’adresse e-mail de mon épouse pour vérifier ? Les communications des instits étaient truffées de fautes plus monstrueuses les unes que les autres.

                  On en est là, malheureusement.


                • cyrus CYRUS 26 avril 22:02

                  @rosemar

                  Non pas plus que le prof principal de francais , qui s’ amenait avec des moyenne ordinaire en consiel de classe de premiere S alors que c’ etait des moyene pondere par coeficient de matiere ... 

                  c’ etait bien sur la force de l’ habitude ... mais on as passer une demi heure a tour refaire en double verif ...(delegué de classe une seule fois dans ma vie )


                • velosolex velosolex 26 avril 23:00

                  @rosemar


                  La baisse de niveau est un marronnier, mais aussi une vérité évidente. Nous ne sommes pas au bout du scandale et au fond du puits.
                  Bientôt on ne demandera plus aux gamins de savoir écrire, car l’informatique et les smartphones y pourvoiront.
                  Cela permettra l’extension de la pensée unique dans un monde totalitaire. Ceci avec la plus grande absence critique de beaucoup, soi disant de gauche. 
                  Autre problème, le nombre de journées scolarisées...Je parle ici hors covid. 
                  Dans les années 60, il n’y avait que deux journées de congés par semaine ; Le jeudi, et le dimanche. 15 jours à noël, 15 jours à Pâques.
                  Deux mois et demi pour les grandes vacances d’été. Hors cela, pas de ponts pratiquement, hors peut être ceux de Mai.
                  Mais au bout du compte, il doit bien y avoir plus d’un mois de différence de scolarité pour les gamins en moins.
                  Peut être pas pour les gosses de bourgeois c’est vrai qui peuvent donner des cours privés à leur progéniture, accentuant les injustices sociales.
                  Indubitablement, l’école a perdu ses idéaux républicains, avec la complicité d’enseignants pensant à leurs avantages catégoriels et leurs propres vacances, refusant de voir ce que cela engendrait quand au niveau global. 

                • rosemar rosemar 26 avril 23:49

                  @velosolex

                  Enseignant : un métier de plus en plus difficile, des classes chargées, hétérogènes, des programmes qui changent en fonction des gouvernements successifs, une autorité remise en cause, etc.


                • LeMerou 27 avril 07:01

                  @rosemar

                  Il faut le reconnaître, toutefois sans baigner dans une certaine nostalgie, aujourd’hui
                  sont ils utiles dans la vie de tous les jours ?

                  A part certain métiers ou le bon usage de la langue est une nécessité, qu’avons nous à faire dans la vie d’aujourd’hui ? Regardons bien, c’est soit cocher des cases, ou taper quelques codes. Si tant est qu’une sorte de « rapport » se doit d’être rendu, il est tapé sur un traitement de texte, auquel est associé un correcteur d’orthographe et le dit rapport est envoyé par mail.

                  Aujourd’hui la primauté de la communication avec l’autre se fait oralement, tous les moyens vont dans ce sens d’ailleurs, la carte postale de vacances est remplacée par le « selfie » le destinataire n’a rien à plus rien à lire, mais à imaginer.

                  La langue Française et sa complexité un peu élitiste n’ayons pas peur de la dire, a été une des première victime de l’ascension de la communication sur l’internet, l’apparition de ces moyens au nombre de mots limités (au début) , ou la concision primait, d’où progressivement un changement de langage doublé je ne sais pourquoi d’une augmentation spectaculaire d’anglicisme forcené. 

                  Le sujet des « mathématiques » à été évoqué par certains, les fameux « math », je me rappelle bien de ce jour révolutionnaire ou lors du changement de classe nous sommes passé du calcul à la radicalité des « math » dit moderne....
                  Fort heureusement pour notre génération nous maîtrisions déjà les opérations élémentaires (un peu de tête aussi) et avions les notions essentielles de géométrie et quelques rudiments de trigonométrie..
                  Je regarde mon passé (plus important que mon futur) et combien de fois dans la vie courante, je me suis servi des identités remarquables, des équations différentielles, etc.. Jamais.

                  Nb : Dans ma carrière professionnelle, j’ai rencontré de nombreux jeunes ingénieurs, tout frais sortis de l’école, la tête bien faite, aux raisonnements implacables, d’une instruction remarquable et devant certains faits ou l’ont devait faire une estimation rapide, se ruer sur leur calculatrice pour vous donner après le résultat précis avec quatre chiffres après la virgule, alors que dans la seconde j’avais estimé mentalement le résultat sans les quatre chiffres.
                  Quand ils étaient deux, il était dramatiquement amusant de les voir converser sur les méthodes de calculs employées avant d’obtenir la réponse.
                  Souvent ils m’ont répondu à quoi sert le calcul mental puisqu’il y a des calculatrices maintenant !. Il était d’une autre ère mon bac avec la règle à calcul......

                  Je ne vais pas discourir non plus sur « l’histoire-géo », il y a trop à dire.

                  Il est certain, que les grands changements de méthode d’enseignement voulu par les gouvernements successifs pour notre bien depuis des décennies n’ont pas favorisé le maintien d’un socle minimal de connaissances.
                  Socle aujourd’hui ne pouvant désormais même pas être enseigné ou complété par les parents, eux même ne l’ayant pas reçu. De la déliquescence intellectuelle ? Nous n’en sommes pas loin. 
                  Toutes ces « aides informatique » ne font elles pas devenir ignare en vérité ? Ou pire dépendant.....

                  Le monde change ma pauvre Lucette, le monde change !!! 
                   


                • Aristide Aristide 27 avril 11:30

                  @rosemar

                  La lecture n’est plus « à la mode », les écrans sont passés par là...

                  Paradoxal tout de même, car si le média change, les écrans ne sont pas animés que par des vidéos et des images ....


                • tashrin 27 avril 15:35

                  @LeMerou
                  Je comprends l’idée, mais il n’aya pas que le pratico pratique quotidien
                  Lire un article de presse, le comprendre, percevoir la nuance d’un discours, voire comprendre des mots de vocabulaire qui il ya 30 ans étaient considérés comme simples...), ben c’est un peu ce qui permet la vie en société.
                  Les gamins de 2021 maitrisent à peine quelques centaines de mots là où un français lambda était à 5000 mots de moyenne il ya quelques dizaines d’année. Ca peut expliquer divers phénomènes, à commencer par la montée de la violence et l’incapacité à déterminer un cap politique
                  Et ca autorise évidemment toutes les manipulations les plus grossières.


                • tashrin 27 avril 15:36

                  @Aristide
                  Paradoxal tout de même

                  L’effet des écrans sur l’évolution du cerveau n’est plus une hypothèse.
                  Pr info, tous les cadres dirigeants de la silicon valley mettent leurs mioches dans des établissements dans lesquels les écrans sont proscrits.


                • popov 27 avril 17:50

                  @CYRUS

                  Ah oui, une moyenne sur les pourcentages pour des matières qui n’ont pas le même poids  au lieu d’une moyenne pondérée. Ça arrive même dans les meilleures familles.


                • rosemar rosemar 28 avril 12:00

                  @Aristide

                  Oui, mais l’image attire plus que le texte...


                • velosolex velosolex 26 avril 22:41

                  L’orthographe a été plus que négligé. A vrai dire, la doxa intellectuelle est plus vigilante maintenant à soutenir les prosélytes de l’écriture inclusive, cette OPA imbécile et prétentieuse, sûre de son dogme, qu’à la défense des accords simples. 

                  L’histoire, n’en parlons pas !. On l’a déconstruite sous prétexte qu’elle était trop simpliste, avec son culte des dates, et ses images d’Epinal. Une histoire naïve c’est vrai, mais qui donnait du goût à en connaitre davantage. 

                  L’envie, tout est là. Il faut susciter ’émerveillement !. Tout fonctionne avec ce moteur. ! Ainsi on passe de la vision de Jeanne d’Arc par Michelet, qui donne une charpente primaire à l’ensemble, aux écrits de Duby sur le moyen âge. Mais on a rejeté le B-A = BA...

                  L’apprentissage de la lecture par le système global a été la première ânerie . Cette méthode est une aberration, et l’appeler semi globale, par euphémisme, ne change rien au problème. Le cerveau d’un enfant de cinq ans est incompatible, neurologiquement, avec les exigences de cette méthode. Comment rattraper le coup, ensuite ? Une méthode qui a fait le bonheur c’est vrai des psychologues et des orthophonistes....

                  Ce midi, j’ai été abasourdi devant une question posée au jeu des 1000 euros, sur inter. J’écoute cette émission depuis si longtemps. Là aussi le niveau a baissé, imperceptiblement, se mettant au niveau des invités. Là, il s’agissait d’une opération de calcul mental simple : Sachant que le périmètre d’un rectangle est de 32, que la largeur est de 4, calculez la longueur !

                  Un des deux candidats a répondu 68, l’autre au bout d’une minute de réflexion n’a pas été plus capable de donner la réponse (12) qu’un enfant de CE2 à mon époque, dans les années 60 aurait été capable de donner en moins de dix secondes. 

                  Cela devient un vrai problème de fuite de robinet, comme on aimait les poser en arithmétique !. Comment se fait il que cette génération soit pire que la précédente, et cela ainsi depuis maintenant les années 80, ou même avant...Une lente descente, qu’on tache de nier, ou d’expliquer par la maitrise de savoir plus nombreux. Je me demande bien lesquels. Nier le problème permet c’est sûr de ne pas le traiter. 

                  J’ai été fâché avec l’école. Je l’ai quitté à 16 ans, le minimum légal, au grand désespoir de mon professeur de Français...Ceux que j’ai subi, que j’ai détesté, que j’ai apprécié, comme cet excellent monsieur Macé, m’ont tout de même donné un socle assez fort pour me rattraper plus tard aux branches. Je remarque que mon parcours ne serait plus possible. L’absence de bac n’a pas été rédhibitoire pour moi plus tard.... Enfin...Qu’un virus décime le pays, et vous verrez que le culte de la durée inflationniste des études longues sera revu selon la nécessité des choses, et se promulguera sur la capacité des individus, et non à leur plumage.

                  Il me semble qu’il y eut une sorte de trahison, faite en toute démagogie, dont les plus déshérités paient maintenant le prix fort....Cela vient de loin. Nous nous sommes habitué à cette longue dégradation. Je me souviens que dans les années 80 l’obs a fait sa couverture sur l’illettrisme qu’on découvrait effarés, avant de s’habituer, comme on l’a fait pour les jeunes SDF..

                   Je n’incrimine pas les professeurs, mais l’air du temps, qui a fait semblant de vouer un culte à l’enfant, petit roi, tout en baissant les exigences de savoir au profit d’un culte du diplôme à venir. Celui ci ne représentant finalement plus rien, sauf pour ceux qui sont capables de casser le plafond de verre avec l’ascenseur parental

                  L’école n’est plus ce qu’elle incarnait jadis ; La proposition de donner rapidement une sorte de malle à outils pour maitriser les minimums, : Calcul, écriture, lecture, éléments d’histoire, de science et de géographie, donnait ce certificat d’études qui sonnait la fin des études à 14 ans . Néanmoins, la capacité de nos parents (grands parents pour beaucoup ici) était évidente, pour affronter la vie active ! 

                  Cinq fautes en dictée était synonyme de zéro, une note éliminatoire. C’était des dictées complexes, plus dures à mon avis que celles qu’on peut faire sur France culture l’après midi. Belle initiative d’ailleurs, avec la participation d’un écrivain ou d’un artiste qui se prête au jeu.

                  L’orthographe que je ne maitrise pas toujours, est loin d’être la science des imbéciles. Ses accords sont ceux de la concordance au monde. C’est une sorte d’exercice de philo où l’on doit prendre garde à tous les principes qui entourent le verbe, qui n’est pas au commencement de tout, contrairement à ce que disent les écritures, mais qui vit en contingence avec le milieu. Ca me ramène à celui du cercle, et à ce chiffre d’or. 3, 14 qu’on découvrait comme un clé de voûte, une sorte de pierre philosophale induisant que tout était lié. 

                  Comment rétablir l’envie ? Il se pourrait bien que le covid, qui a suscité le manque, (pour la première fois pour beaucoup dans cette enfance préservé d’enfants rois) ressuscite le désir qui y a toujours été associé. C’est le bénéfice des guerres et de crises de révéler les vrais valeurs, et de réinitialiser ainsi les individus 


                  • Pere Plexe Pere Plexe 27 avril 08:40

                    Je suis de ceux qui sont fâchés avec l’orthographe.

                    Ce qui rendra suspect ma position pour une expression écrite plus simple.

                    Alors juste quelques points de réflexions pour ceux qui ne m’aurons pas disqualifié d’emblée : 

                    -La normalisation stricte de l’orthographe est très récente au regard de l’histoire de notre langue qui aura parfaitement évolué sans, tout en donnant des chefs- d’œuvres.

                    -Le but premier de l’orthographe est d’être parfaitement compris. Or beaucoup de fautes n’affectent en rien à la compréhension.

                    -La sélection par l’orthographe, bien qu’aussi légitime que d’autres, amène une partie des enseignants (surtout prof des écoles) à avoir de grosses lacunes dans les matières techniques et scientifiques. Pire pour le personnel politique qui généralement s’exprime mieux que la moyenne mais à un niveau scientifique discutable.

                    -Un niveau de complexité tel que seuls quelques experts (0,1% de la population ?) peuvent prétendre ne pas faire de fautes entrave plus l’expression qu’il ne le favorise. Ce qui est, me semble-t-il, totalement contre productif.

                    -Cette glaciation de notre langue la rend inapte aux évolutions. La plupart des innovations ce voit affublée d’un anglicisme sans équivalent dans notre langue.

                    Ce qui du reste amène à encore plus de complexité, ne serait ce que pour l’apprentissage de la prononciation des syllabes.


                    • chantecler chantecler 27 avril 08:43

                      @Pere Plexe
                      Ben, pour quelqu’un qui est fâché avec l’orthographe vous vous débrouillez plutôt bien , non ?
                      Maintenant je ne suis pas certain que quand tout le monde écrira façon SMS , on se comprendra mieux !


                    • Fergus Fergus 27 avril 09:54

                      Bonjour, Pere Plexe

                      Bien que personnellement très attaché à l’orthographe, j’approuve totalement votre commentaire. Il rejoint d’ailleurs mes propres commentaires d’hier.

                      La reconnaissance des qualités intellectuelles et humaines d’une personne ne doit pas être subordonnée à sa maîtrise de la grammaire et de l’orthographe ! Penser le contraire, c’est s’enfermer dans une bulle non seulement élitiste, mais étriquée  !


                    • Fergus Fergus 27 avril 09:56

                      Bonjour, chantecler

                      « je ne suis pas certain que quand tout le monde écrira façon SMS , on se comprendra mieux ! »

                      Certes ! Mais cette perspective inquiétante n’était pas le sujet abordé par rosemar qui se plaçait sur un plan universitaire.


                    • Aristide Aristide 27 avril 11:48

                      @Pere Plexe

                      Vous avez surement raison sur quelques aspects négatifs de ce conservatisme linguistique mais tout de même, convenez que le respect de la langue est presque une condition indispensable pour se faire comprendre et surtout communiquer d’égal à égal.

                      Je ne sais plus où j’ai lu cette étude qui parlait de la forte corrélation entre le niveau de compréhension du langage et l’intégration dans la société. De mémoire, il était « démontré » que les personnes en difficultés sur le niveau de compréhension en écrit et oral développaient des formes assez graves d’opposition allant même jusqu’à l’agression.

                      J’ai trouvé cela : « Agression physique chez les tout-petits : la faute des retards de langage ? ».


                      PS : Je n’ai pas trouvé le même type étude sur les adultes mais elles existent.


                    • tashrin 27 avril 16:15

                      @Pere Plexe
                      « Les poules étaient sorties dès qu’on leur avait ouvert la porte. »
                      « Les poules étaient sorties, des cons leur avaient ouvert la porte. »

                      Ca aide quand même un peu


                    • Pauline pas Bismutée 27 avril 16:39

                      @tashrin

                      Même la ponctuation :
                      Le prof, dit l’élève, est un imbécile.
                      Le prof dit : « l’élève est un imbécile ».


                    • confiture 27 avril 11:37

                      On a des champions ici : panda, cyrus pallas


                      • Aristide Aristide 27 avril 11:51

                        @confiture

                        Je ne suis pas sûr que ce soit seulement sur l’orthographe ...


                      • Pauline pas Bismutée 27 avril 11:53

                        @confiture

                        Oui, mais chacun d’entre eux a une raison— différente de faire des fautes.
                        Ce qui ne veut pas dire qu’ils n’ont rien a dire, Que l’on soit d’accord ou pas.
                        Mais oui, la baisse de niveau est vertigineuse (ne suis pas parfaite non plus..)
                        Bientôt ;
                        BACK 2021 avec mansion smiley


                      • Pauline pas Bismutée 27 avril 12:08

                        @Aristide

                        ’Je ne suis pas sûr que ce soit seulement sur l’orthographe ...’

                        Pour l’un d’entre eux...cherchez l’intrus

                         smiley

                      • velosolex velosolex 27 avril 14:58

                        @Pauline pas Bismutée
                        C’est au dix neuvième siècle, que l’orthographe a prise une telle place. Louis quatorze écrivait très bien, mais ne se souciait pas comme tant d’autres, des fautes qu’il laissait derrière lui. C’était une époque où le Français était une langue relativement moderne, pas encore figée. La place qu’à pris le Français dans le monde, la complaisance de certains avec la complication, au détriment du sens, ont induit peut être pour notre langue une rigidité et un refus de toute remise en question. Et en ont fait une sorte de statuaire intouchable. 
                        Pendant plusieurs générations, son importance a été primordiale pour réussir. D’une certaine façon les maths ont pris maintenant sa place, pour les mêmes raisons formelles : Elles permettent avec un barème irréfutable, selon le modèle du maitre et les valeurs de l’époque, de séparer le bon grain de l’’ivraie.
                        Vous avez bon, ou vous avez faux !. C’est pratique pour la notation,. Inutile de dire que cette sélection est tout aussi suggestive. 
                        C’était une vraie souffrance pour ceux qui maitrisaient mal le sujet.
                        Je me souviens d’un instituteur, c’était en 66 qui nous faisait en CM2 chaque mardi matin une dictée. L’après midi c’était la correction. Au sens propre du terme. Il reprenait le texte, et chacun devait le doigt s’il avait fait une faute..
                        .Il y avait deux sortes de fautes. Les fautes « excusables » reposant sur des règles non étudiées, et les autres. Alors il s’approchait et t’envoyait une grande baffe dans la gueule. A t’en retourner la tête !
                        Personne ne protestait. Les parents le félicitait pour ses résultats. Il est devenu maire, et une rue du village porte maintenant son nom.
                        Voilà mon« monde d’hier »...L’année d’après je suis parti dans le privé. Je pourrais en faire un roman des brimades et de l’injustice patente. Ce ne serait pas la version de Stefan Zweig qui presque cent ans plus tôt parle de son enfance à Vienne, où déjà les principes d’éducation s’inspirent de la pédagogie de l’éveil et du respect de l’enfant...
                        68 a bien été une rupture. Exit les bourreaux et vive les méthodes nouvelles, la déconstruction et pas mal de démagogie et d’impasses éducatives : Pour moi la tentative sauvage d’imposer l’écriture inclusive relève de la même doxa fumeuse et sûre de son fait, ayant imposé la méthode globale, qui est à l’origine de la majorité des cas de dyslexie.
                        Alors oui, vive le respect de l’enfant, et les pédagogies s’inspirant de Freinet. ! Seulement, cela ne veut pas dire baisser les exigences, mais les changer, et travailler en groupe, sans esprit de compétition.... Là il me semble qu’on s’est planté en confondant laxisme et relâchement des exigences avec l’éducation nouvelle et éclairée.
                        Mais l’éducation nationale ne reconnait jamais ses erreurs, tout comme les médecins et les labos. J’oubliais la justice et ce genre de jugement fumeux et horrible ayant permis de juger irresponsable le sieur Traoré de la séance de torture et de mort madame Halini. Les juges ont décidé de faire un bras d’honneur, avec la complicité de médecins soit disant experts, pour affirmer leur puissance et leur indépendance. Peut être là pas de fautes d’orthographe dans leur acte de jugement, mais celui ci ne tient pas debout. 


                      • Pauline pas Bismutée 27 avril 15:53

                        @velosolex
                        Bon je suis un peu vieux jeu pour l’orthographe (tout en n’étant pas parfaite, évidemment) et aussi pour l’oral, les ‘grosses’ fautes me font grincer et je corrige (gentiment) quelques amis...

                        Une de mes instits n’était pas mal : faute d’orthographe ; deux ou trois pages du mot, faute de grammaire : règle, avec exemples, plusieurs pages.
                        Mais on a chacun des facilités dans des domaines différents (j’étais aussi bonne en gym que nulle en musique, je suis incapable de lire une note sur une portée)

                        Et si on considère le débat « nurture/nature », un truc intéressant : j’étais très bonne en français, l’idée étant que mes parents, français, avaient une bonne éducation, donc…

                        Mais quand mes enfants ont été à l’école, à l’étranger (langue :anglais) ils sont très vite devenus très bons en anglais. Et je leur parlais français à la maison…

                        PS la pauvre Sarah Halimi, c’est autre chose...


                      • popov 29 avril 13:25

                        @Pauline pas Bismutée

                        Bientôt ;

                        BACK 2021 avec mansion

                        Bientôt, les élèves seront incapables de lire leurs diplômes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité