• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Décision de Jérusalem : Faits et Allégations

La Décision de Jérusalem : Faits et Allégations

Personne ne conteste que la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, représente une évolution importante de la cause palestinienne. Cette décision représente un abus qui ne peut être ignoré envers les Arabes et les musulmans, et les Palestiniens, surtout bien sûr. Tout examen objectif de cette question indique que la décision représente une erreur stratégique fatale de la part de la politique étrangère américaine.

En principe, toute décision stratégique de cette ampleur doit servir les intérêts des États-Unis en premier lieu, et Israël à en second lieu. Mais cette décision est dans l'intérêt d'Israël principalement et est presque dépourvue de tout intérêt significatif pour le côté américain ! Cela ne surprend personne. Réfutons les dimensions de cette décision de manière calme et rationnelle. En premier lieu, la décision déclenche une nouvelle crise profonde ajoutée aux crises complexes que connaît le Moyen-Orient, et ce n'est pas dans l'intérêt des États-Unis, dont le rôle est devenu limité quant au contrôle des points chauds de la région. Les Etats-Unis n’ont pas de rôle important dans la crise syrienne, ni dans la Libye, et avec cette décision, ils viennent de perdre leur rôle de médiateur « honnête » de paix au Moyen-Orient après avoir choisi de s’aligner au côté israélien en une action sans précédent !

Deuxièmement, la décision représente un brusque changement dans la politique de Washington, qui a duré pendant des décennies, envers le statut de Jérusalem. Tous les présidents américains, depuis l'ancien président Truman, qui a reconnu Israël en tant qu'Etat en 1948, et les présidents suivants, ont évité de reconnaître la souveraineté d'Israël sur Jérusalem, puisque cette question doit être résolue avec d’autres éléments comme les frontières et les réfugiés dans un règlement final négocié entre Israël et les Palestiniens. Mais cette décision a accordé gratuitement à Israël le contrôle total sur la ville de Jérusalem, (Est et Ouest) sans aucun processus de négociation, ce qui représente une véritable perte des efforts des États-Unis dans le processus de paix au cours des dernières décennies !

En troisième lieu, cette décision n'a pas une vision stratégique consciente anticipant l'avenir de la paix. Après avoir mis la charrue devant les bœufs et après avoir décidé du statut de Jérusalem comme capitale d'Israël, il n'y a plus aucun motif qui pousserait Israël à négocier sérieusement pour la paix. Israël a eu tout ce qu’il souhaitait sans négocier. Pourquoi alors négocier et sur quoi ? Et pourquoi ceux qui veulent négocier avec Israël s’attendent-ils à ce qu’il fasse des « concessions » alors qu’il a reçu tout ce qu’il voulait par un instrument officiel de l'Etat dominant les résolution internationales ?!

Le quatrième point est que le moment de la décision constitue un élément étrange difficile à comprendre. On pourrait même dire qu’Israël lui-même ne la souhaitait pas à ce moment. La décision est venue à un moment où les Etats-Unis et Israël cherchent à faire sortir l'Iran de la Syrie, et à avoir le contrôle sur l’influence du « Hezbollah » libanais. Mais contrairement à cela, la décision donne à l'Iran et à ses agents une dose d'oxygène pour la propagande médiatique et politique et l'incitation contre Israël et les intérêts américains dans la région et dans le monde !

Trump a souligné que sa décision était dans l'intérêt des États-Unis, mais n'a rien expliqué, et les observateurs n’ont pas pu comprendre où réside cet intérêt. La décision a complètement gêné les alliés des États-Unis dans la région, et terni l'image de ce pays, et peut-être restauré une ancienne image qui remonte à plusieurs années, lorsque les Etats-Unis étaient perçus comme un ennemi du monde musulman. La décision de Trump a également gaspillé une grande partie de ce qui a été réalisé au cours du Sommet arabo-islamique américain, qui a produit un partenariat solide dans la lutte contre le terrorisme.

Personnellement, je ne suis pas enclin à adopter le point de vue des analyses qui suggèrent que la décision a été prise pour gagner la sympathie du lobby juif dans la bataille juridique menée par Trump à l’intérieur sur les accusations d'avoir des liens avec la Russie au cours de la course électorale. Mais d’autre part, je ne comprends pas la justification avancée par la Maison Blanche selon laquelle la décision contribue à faire avancer le processus de paix ! Personne ne peut prétendre que tous les anciens présidents des États-Unis ont manqué l'occasion de réaliser les intérêts de leur pays à reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, et personne ne peut remettre en question les calculs de toutes ces administrations précédentes, avec leurs experts et cadres et responsables de premier plan, et affirmer que l’administration Trump a conclu ce qu’elles ont manqué à saisir (!)

Le plus probable est que la situation du moment est la seule variable qui a persuadé Trump de la possibilité de gagner des points et de faire son entrée dans l'histoire à travers Israël. Selon les estimations de Trump et de ses conseillers, le moment présent est propice pour prendre cette mesure sans perte significative pour la politique des États-Unis, et non pour réaliser des gains à ce niveau ! Il s’agit là principalement des conditions de la région et des pays arabes qui souffrent d’une part du chaos, de l'agitation, de la violence et de la préoccupation par les crises internes, et d’autre part du souci de faire face aux menaces externes résultant des ambitions expansionnistes des puissances régionales.

Il y a bien sûr, ceux qui exploitent les circonstances et essaient de lancer des accusations à certains pays arabes, en fonction de « rumeurs » et d’allégations de rapports non officiels au sujet de la « normalisation » avec Israël. Ceux qui adoptent ces perceptions ignorent que la décision est tout à fait contraire à ce qu'ils prétendent, et qu’elle n’est dans l'intérêt d'aucun pays arabe !

Qui lit la décision de Jérusalem de cette manière naïve ne perçoit pas le caractère spécial et exceptionnel de la manière dont l’administration Trump gère la politique étrangère américaine. Trump n’est ni Obama ni Clinton, ni Reagan, ni même George Bush Jr. Il s’est retiré ou menacé de se retirer d'un nombre record d'accords internationaux, le plus récent étant le Pacte mondial sur les migrations, et avant, l'accord de Paris sur les changements climatiques, ainsi que l'accord de partenariat à travers l'océan Pacifique, qui a été signé en 2015 par 11 pays dans la région Asie-Pacifique, constituant environ quarante pour cent de l'économie mondiale. En outre, il a menacé de « déchirer » l'accord nucléaire avec l'Iran, et a estimé que l'OTAN est devenue obsolète avant de revenir sur ses propos. Mais sa position sur l'article V de la Charte de l'Alliance, qui stipule que les Etats membres doivent venir à l'aide d’un pays en cas d'exposition à une agression extérieure est toujours ambiguë, ce qui signifie qu'il fuit pratiquement la protection des partenaires atlantiques !

Il s’agit donc des orientations de Trump et de sa personnalité et non des calculs et positions des arabes. Il n'est pas logique que certains continuent de régler des comptes et d’inciter contre certains États arabes et du Golfe et de les tenir pour responsables d'une décision qui n'est pas de leur faute, et qui est difficile à adresser. La situation est difficile et compliquée, et requiert une rationalité politique à même de défendre les intérêts des arabes et des musulmans de la part de ceux qui recherchent leurs intérêts et non ceux qui en font du commerce !!


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • njama njama 12 décembre 2017 13:20

    « Nous estimons que toutes les actions anticipant les résultats du dialogue entre Palestiniens et Israéliens sont contre-productives. Nous croyons que ces mesures sont déstabilisatrices. Elles n’aident pas à régler la situation, mais provoquent un conflit »,

    a indiqué M.Poutine à l’issue d’une rencontre avec le Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi.


    • njama njama 12 décembre 2017 13:27

      L’UE dit non à Netanyahu

      Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a profité d’une visite inédite à Bruxelles afin de plaider pour que les Européens reconnaissent Jérusalem (AlQuds occupée) comme la capitale d’ »Israël » à l’instar de Donald Trump. Mais l’UE ne l’entend pas de cette oreille.
      (...) « Je pense que tous les États européens, ou la plupart, déménageront leur ambassade à Jérusalem, reconnaîtront Jérusalem comme la capitale d’Israël et s’engageront de manière énergique avec nous pour la sécurité, la prospérité et la paix », a-t-il estimé.

      Réplique européenne
      « Il peut garder ses attentes pour d’autres, parce que du côté des Etats membres de l’UE, ce geste ne viendra pas »
      , a répliqué Federica Mogherini.

      « Nous pensons que la seule solution réaliste au conflit entre Israël et la Palestine est basée sur deux Etats, avec Jérusalem comme capitale des deux Etats, suivant les frontières de 1967. Ceci est notre position consolidée », a-t-elle souligné, insistant sur « l’unité » des Européens à ce propos.

      source Al Manar avec rts.ch


      • Massada Massada 12 décembre 2017 13:40

        La décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël n’a pas provoqués les catastrophes annoncés par les européens.

        Quelques manifestations, 2 ou 3 rockets, ... bref, rien d’inhabituel.
         
        Encore une fois, on a eu la démonstration de la faiblesse de l’Europe qui tremble à chaque fois devant les menaces des pays musulmans. La ligue arabe a comme prévu accouché d’ une souris.
         
        Keep cool, Israël maitrise la situation.
        Next step.
         

        • chantecler chantecler 12 décembre 2017 13:56

          @Massada
          Ah bon ?
          Je pensais que ces rockets étaient des engins terrifiants, meurtriers , qui poussaient les Israéliens à se retrancher dans des caves ....
          Mais il est vrai qu’avec un certain type de propagande , on peut assujettir beaucoup de monde .


        • OMAR 12 décembre 2017 18:15

          Omar9

          @Massacrada, infirme ou dément l’historique de Jérusalem présenté ci-dessus :
          .
          1200 av JC : Les enfants d’Israël persécutés par Le Pharaon et sauvés par Moïse refusent de rentrer dans la ville et doivent errer dans le désert pendant 40 ans Et c’est vers 1000 av JC : que le Prophète David et son fils Salomon mettent en place un royaume Monothéiste.
          En 587 av JC  : Les Babyloniens prennent la ville, Nabuchodonosor détruit le temple. Les enfants d’Israël sont envoyés à Babylone où ils sont réduits en esclavage et Jérusalem est détruite.
          En -335 Alexandre conquiert la ville qui devient helléniste.
          Ce n’est qu’en - 140 av JC : après la longue révolte des Maccabés, que les israélites se dotent d’un état sous la dynastie des Hasmonéens.
          Puis ce fut la colonisation romaine avec la destruction du Temple, et la reconversion des romains au Christianisme.
          En638, le Calife Omar prend la ville sans combat, Jérusalem devint El Qods et la première mosquée de la ville y est construite.

          En 1099, les Croisés prennent la ville 
          En 1187, Saladin, après 13 ans de lutte acharnée à unir les musulmans, reprend la ville.
          En 1917, après trois ans de campagnes militaires successives coalisant la France, le Royaume-Uni, leurs empire coloniaux, Allenby rentre dans Jérusalem le 18 décembre.
          En 1948 que l’Angleterre offre une partie de la Palestine aux juifs et Jérusalem est divisée en 2.
          En 1967, agression sauvage des israéliens et occupations totale de Jérusalem.
          En 2017, Un demi siècle après l’occupation illégale de la partie Est de la ville, les Arabes musulmans sont encore présents dans la ville, malgré toutes les abjectes tentatives des sionistes de les chasser ou tuer.
          .
          Alors, où étaient les sionistes en ces temps là ?
          Surement en Europe centrale, puis un peu au Maghreb et en Andalousie..



        • robert robert 12 décembre 2017 14:36

          l’islam est vraiment dans une déchéance totale ; les droits fondamentaux des musulmans sont bafoués, le Coran et la Loi sont piétinés par les dirigeants des pays dits « musulmans » je ne citerais que l’Arabie des frères saoud ces wahhabites qui détruisent l’histoire de l’Islam. Tous les musulmans se devraient de se lever comme un seul homme contre la spoliation des Palestiniens chassés de leur foyer pour leur croyance.

          depuis longtemps on parle de pourparlers de paix, puis de colonies puis de pourparlers de paix......

          celui qui aujourd’hui croît à deux états est vraiment naïf, idiot ou spéculateur ; honte à Sissi et Cie

          Ceux qui refusent de manger au râtelier sont classés terroristes : Hamas, Frères musulmans, Chiites..


          • OMAR 12 décembre 2017 18:09

            Omar9

            @Alketbi : "Cette décision représente un abus qui ne peut être ignoré envers les Arabes et les musulmans, et les Palestiniens, surtout bien sûr.« 
            .
            C’est du crétinisme primaire et une abjecte affirmation que de qualifier cet acte acte monstrueux, , infâme et ignoble de simple »abus« .
            .
            Juste cette question : c’est la limite que vous ont fixé vos boss, les américains, pour vos »protestations" ?
            .
            Hypocrites....


            • HELIOS HELIOS 13 décembre 2017 05:09

              ... je ne vois pas pourquoi toute ce bruit pour rien.


              Qu’est-ce qu’ils en ont a foutre, les palestiniens que l’ambassade US soit a Jerusalem ? Au contraire, cela leur permettra de moins se déplacer pour effectuer leurs démarches.

              Le fait que la mosquée soit a Jerusalem cela a empéché les musulamns d’y prier ?
              Évidement ceux qui pensent y aller avec une ceinture d’explosifs ne sont pas vraiment les bienvenus... quoi de plus normal.

              Connaissant les Juifs, si les palestiniens avaient un peu moins de haine, ils bosseraient avec les juifs et la Palestine serait vraiment une région riche, riche, riche. A croire que les dirigeants palestiniens sont masos... et en plus il y en a qui suivent... le sage, le doigt, la Lune !

              Et au fait, les américains, ils peuvent en foutre où ils veulent des ambassades, tant qu’ils payent leur redevance... tiens, sur la cote d’azur, il y a de bons coins pour cela, avec vue sur mer ...

              • #Daneel42 Tadashi21 13 décembre 2017 05:27

                @HELIOS

                C’est très bien dit.

                Si c’était Massada qui avait écrit ça, sans aucune autre substance ni intention d’en découdre que ce que vous y mettez, vous, et bien je serai d’accord avec lui et son premier supporter, pour une fois !


              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 13 décembre 2017 11:43

                LA DIVERSION POLITICIENNE FRANÇAISE NE CONVAINC QUE LES IMBÉCILES !


                « FÉLICITATIONS Monsieur TRUMP ! »


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès