• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La déconfiture de l’esprit critique

La déconfiture de l’esprit critique

 La liberté d'expression se restreint comme peau de chagrin.
 Quand quelques citoyens sont descendus dans la rue pour soutenir Charlie, c'était l'engouement presque une redirection, voire une résurrection, le droit de blasphémer. Nous allions retrouver des Coluche, des Martin, des Desproges tous ces irrévérencieux qui aimaient les hommes avant tout, fier de l'esprit critique. Occultistes de leur temps ils en ôtaient toutes les pailles à l'eau bénite de notre dame de l'humour. Où est Pierre Pechin qui disait que les Français lèvent les bras et les arabes fouillaient dans leurs poches.
C'était sa manière à lui de dénoncer avec humour les contrôles au faciès, la xénophobie. 
 Aujourd'hui l'on ne peut plus dire que les oiseaux font cui cui en passant au dessus d'un four, qu'à Marseille les melons se ramassent sur les échafaudages, que les Français aiment les coqs parce qu'ils ont les pieds dans la merde, et j'en passe, nous en avions et il y en avait pour tous, sans que quiconque ne se fâche.

 Qu'est-ce donc qui est venu pourrir cet humour pour en faire des sources ou des signes de reconnaissances, d'ostracismes ?
 On ne les raconte plus pour se moquer, être irrévérencieux, mais pour blesser, avilir ceux que l'on moque.
Thierry le Luron croulerait sous les procès pour injure à la fonction présidentielle. Heureusement qu'il est décédé avant la nomination de Sarkozy au ministère de l'intérieur. 
Mais Dieudonné n'y a pas coupé avec Valls. Engagé politique il passe de la gauche à l'extrême droite et s'il se positionne anti système et antisioniste (anti création de l'État israélien) son humour sert de défouloir aux antisémites et autres homophobes, arabophones.
Il représente un glissement que n'avait pas fait Guy Bedos qui était connu pour son engagement à gauche sans pour autant y sacrifier sa profession.

Dieudonné a fait un autre choix, il en est libre, il est libre de se moquer, d'être irrévérencieux
 Mais il se doit de respecter l'intégrité de ceux qu'ils moquent et non d'être par son métier un appel à l'ostracisme. Je n'émets aucun jugement car je ne dispose pas des moyens de le faire au fond, si ce n'est de dire que la liberté d'expression n'est pas l'art d'insulter les autres, ni celui d'appeler au meurtre.
 Par contre la satire a pour objet de dire tout ce qui fait bouillir la cocotte pour pas qu'elle explose.
 Comme le carnaval était le seul moment dans l'année où l'on pouvait moquer ou brûler les puissants et les Rois.
 Aujourd'hui ce sont des festivités commerciales.
 Les Muppet show, les Guignols ont quitté les écrans de télé. Rire est devenu du luxe. Un puritanisme crade de la bien "pensance" s'est installé et dans le même temps le Net draine toutes les haines que l'on ne veut pas voir.
 
 Notre école de l'égalité de chance s'est courbée devant la comptabilisation, trop cher de s'instruire pour faire des citoyens éclairés et honnêtes, il faut des outils productifs.
 Là où la complexité du monde demanderait de prendre le temps d'instruire par de petits groupes, l'on amasse à trente par classe, tant pis pour ceux qui ne peuvent pas suivre, l'écrémage fait partie de la sélection capitaliste rien à foutre de l'égalité républicaine.
Rien à foutre de l'esprit critique, l'important est de savoir cracher sur les autres et dans le même temps fier de son molard, se faire en- - - er par ceux que l'on a cru salir par ce que l'on est trop sot pour voir comment ils nous le mettent.

On ne fait pas de la politique avec des calambours, avec des histoires, en étant irrévérencieux, avec de la satire, avec le carnaval, faut leur laisser la place qui est la leur, relativiser l'existence en se moquent de tout. 
Reste à ceux qui se sentent blessés de le dire par les mêmes moyens des mots. 

Les moyens de communication moderne libère la parole et en même temps la pensée biaisé de chacun de nous. Ce qui ne se voyait pas s'affiche sur le Net.

Curieusement au lieu de constater les résultats de notre éducation nous ne pensons qu'à sevir et limiter le droit d'expression.

Cela va devenir critique. 30 ans de politique social démocrate guidée par les financiers ont libéré et décomplexé extrême droite et a donné aux valeurs fascisantes pignon sur rue.

Et que tous les Sarkozy, les Valls comprendront qu'on ne lutte pas contre l'ostracisme, la xénophobie, le racisme, l'arabophobie, etc., par des interdits, mais par une éducation et une instruction par un nombre d'élèves par classe convenant à enseignement et non à la comptabilité.
Que l'on ne lutte pas contre l'économie souterraine par le chômage moins indemnisé pour faire baisser les charges des entreprises qu'elles ne paient pas et qui leur servent de prétexte pour grossir leur capital.
Il y a du travail à en manquer de main d'oeuvre. Nous n'apprendrons pas cela dans les show de Dieudonné ou d'un autre, ni dans des tweets sur le Net encore moins en crachant sur les autres ou en interdisant la parole.

À vouloir des employeurs pour gèrer le pays, nous en aurons leur dictature.


Moyenne des avis sur cet article :  1.32/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • ZenZoe ZenZoe 10 mai 18:24

    Par contre la satire a pour objet de dire tout ce qui fait bouillir la cocotte pour pas qu’elle explose.

    Exactement. Un peuple qui ne peut plus se moquer de ses oppresseurs peut devenir très dangereux. Comment les guignols qui nous gouvernent en nous crachant dessus n’ont pas compris ça ? Mystère.


    • ddacoudre ddacoudre 10 mai 22:44

      @ZenZoe

      Bonjour

      Parce qu’ils comptent l’existence humaine pour en faire de la monnaie. Cordialement ddacoudre overblog.


    • L'Astronome L’Astronome 11 mai 08:46

       

      Le cas des imitateurs est spécial ; c’étaient les bouffons du roi. Que penser, par exemple, des charges contre des hommes / femmes politiques de Canteloup, parfois limites — bien que mauvaises dans l’ensemble ? Jouit-il de protections spéciales ?

       


      • JL JL 11 mai 08:58

        @L’Astronome
         
         Jouit-il de protections spéciales ?
         
         Pourquoi lui en faudrait-il ? Il n’est qu’un bouffon qui fait rire même ceux dont il caricature les petits travers symparhiques.
         
        « Une caricature est un portrait peint, dessiné ou sculpté qui amplifie certains traits caractéristiques du sujet. Souvent humoristique, la caricature est un type de satire (graphique) quand elle charge des aspects ridicules ou déplaisants. »


      • ddacoudre ddacoudre 11 mai 16:51

        @L’Astronome

        Bonjour

        Tu as raison sur un point ce n’est pas toujours de bon goût, C’est le télé spectateur qui juge ou un bras un peu long, mais jamais très longtemps il ne fait pas de l’audimat.

        Cordialement ddacoudre overblog


      • Jason Jason 11 mai 11:39
        « Aujourd’hui l’on ne peut plus dire que les oiseaux font cui cui en passant au dessus d’un four, qu’à Marseille les melons se ramassent sur les échafaudages, que les Français aiment les coqs parce qu’ils ont les pieds dans la merde, et j’en passe, nous en avions et il y en avait pour tous, sans que quiconque ne se fâche. »

        Pour moi, cet humour est malsain. Il nourrit le courant bien présent, souvent discret de l’intolérance et d’une certaine bien pensance qui rejoint une sorte d’inconscient collectif. Humour usé dont il reste toujours quelque chose, hélas.

        Quant à M. Dieudonné, il n’est pas libre, comme vous le dites, mais il est inféodé à une idéologie malsaine, douteuse, aux franges de l’abjection. Il pratique un amalgame habile, et il gagne sa vie avec ce que certains appellent de l’humour. Il alimente un courant bien trop persistant en France, depuis longtemps.

        Comme vous le dites, une bonne partie de la toile se transforme en latrines. Sauf que certains s’habituent trop à ses odeurs.

        • ddacoudre ddacoudre 11 mai 17:05

          @Jason

          Bonjour Merci pour ce commentaire profond. Il n’est pas évident de faire la part des choses, car ce que tu dis est juste puisque l’évolution contextuelle à évolué. Et le rire est plus fait pour certains pour cela mais l’occasion de saisir un champ d’action libre pour déverser sa haine qui par ailleurs est. interdite. Je ne pense pas que l’on se doive de juger les propos d’un humoriste, c’est un précédent à l’institution de la. Police de la pensée.

          Je ne suis pas naïf au point d’ignorer ce que tu dis, ais c’est le prix de la liberté

          Cordialement ddacoudre overblog

          .


        • Jason Jason 12 mai 20:58
          La liberté, oui, mais une liberté sage et non une liberté débridée qui alimente sournoisement les divisions sociales et qui sont sources de jalousies, de méfiances et de rancoeurs.

          La liberté reste un instrument délicat à manier. Il reste à chacun d’en faire bon usage, loin des emportements et des insinuations malsaines. Si la liberté a un prix, comme vous dites, ce ne doit pas être au mépris d’autrui.

          • paulau 14 mai 08:28

            « La liberté d’expression n’est pas faite pour tenir des propos courtois et raisonnables »

            ( Gaspard Koenig )

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès