• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La démocratie au tapis

La démocratie au tapis

 

La semaine qui vient de s’écouler a été accaparée par les commémorations des attentats du 11 septembre 2001. Mais qu’avons-nous célébré au juste ?

  

  Il fallait s’y attendre : durant ce weekend du 11 septembre 2021, le déluge médiatique a supplanté le déluge de flammes et de poussières toxiques de l’évènement originel, vingt ans plus tôt. L’Amérique frappée – avec quel sens de la mise en scène ! – par des attentats d’une ampleur inégalée. Près de 3000 morts en quelques minutes. Deux des symboles de sa puissance économique effondrés en moins d’une heure comme un simple château de cartes. Et il s’en est fallu de peu que le Pentagone ne connaisse alors le même sort. Stop ! Basta ! N’en jetez plus ! Nous ne les avons que trop vu, ces images hallucinantes, et pas seulement depuis la semaine dernière. Elles sont à jamais gravées dans nos mémoires et il y aura toujours une occasion de les re-visionner au cours des années et des décennies à venir, ne fut-ce que pour instruire les enfants de nos enfants sur cette entrée fracassante dans le XXIeme siècle.

La question est bien plutôt de savoir ce que nous avons commémoré, tant aux Etats-Unis qu’en France, durant ces trois journées pathétiques. Des victimes innocentes (dont la liste n’a cessé de s’allonger depuis) ? Certainement, car nous avons un devoir de mémoire envers elles. Et, malheureusement, d’autres, chez nous et en Europe, sont venues s’ajouter à cette terrible litanie. L’affront fait aux USA et la riposte légitime qu’il a entraînée ? Dans ce cas, il faudrait commémorer aussi, tous les 7 décembre, l’attaque japonaise sur Pearl Harbour, puisqu’elle a quand même déterminé les Américains à entrer en guerre contre le Japon et l’Allemagne nazie avec les conséquences historiques que l’on sait. Mais, contrairement à l’issue victorieuse du deuxième conflit mondial et la période de relative prospérité qu’elle a inaugurée dans le bloc occidental, les guerres qui ont suivi les attentats du 11 septembre ont sans doute modifié partiellement l’ordre politique international, mais elles n’ont pas rétabli la paix et la sécurité. Pire ! On peut dire avec une quasi certitude que le monde d’aujourd’hui est plus instable et plus dangereux que celui de 2001. Un peu partout la démocratie a reculé et les régimes autoritaires, de quelque obédience qu’ils se réclament, n’en finissent pas de progresser.

C’est donc une défaite que, finalement, nous avons célébrée en ce 11 septembre 2021. Et sa preuve la plus éclatante, ce sont ces cohortes de talibans barbus qui paradent depuis un mois à Kaboul et ailleurs en Afghanistan. Malgré la longue guerre que les USA et leurs alliés ont menée pendant près de vingt ans à ces complices historiques d’Al Qaïda ; malgré leur repli stratégique et l’élimination de Ben Laden voici dix ans, ils sont revenus sur le devant de la scène, plus sûrs que jamais de leur droit à imposer à la population afghane l’Islam le plus intégriste. Eux, en tout cas, sont convaincus de l’échec de leurs adversaires et de la chute prochaine de l’Amérique qu’ils appellent dans leurs prières. Chacun voit, bien sûr, midi à sa porte. Mais leur constat est sans appel et l’Histoire va devoir composer avec eux. L’Occident a perdu la guerre en Afghanistan et c’est tout juste s’il endigue le terrorisme islamiste sans parvenir à l’éliminer radicalement. Le monde qu’ont inauguré les attentats du 11 septembre 2001 a l’allure d’un cauchemar dont nous ne parvenons pas à nous réveiller.

 

Jacques Lucchesi


Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Docteur Faustroll Séraphin 14 septembre 08:49

    « Ce qu’on appelle aujourd’hui le djihadisme naît lors de l’invasion soviétique de l’Afghanistan, à partir de l’année 1979, dans les montagnes de l’Hindukush, et l’Occident en porte une lourde responsabilité. Pour battre l’Armée rouge, une alliance entre les États-Unis, leurs alliés en Occident, le Pakistan et l’Arabie saoudite a été conclue avec une répartition de tâches que l’on peut résumer ainsi : les Américains fournissent les armes, les Saoudiens l’argent et le Pakistan la logistique comme base arrière, non seulement pour la résistance afghane, mais également pour les combattants étrangers. » lien


    • titi 14 septembre 18:49

      @Séraphin

      «  Ce qu’on appelle aujourd’hui le djihadisme naît lors de l’invasion soviétique de l’Afghanistan, à partir de l’année 1979, »

      C’est totalement faux.

      Déjà en 1898 si la France prend pied au Soudan provoquant la crise de Fachoda c’est que les Anglais en ont été chassé par un soulèvement Djihadiste qui dure depuis 15 ans.

      En 1914-18, la France s’autoproclamait première puissance musulmane, pour contrer les appels au djihad des Turcs.

      Les corsaires arabo musulmans du 19è siècle, justifiaient l’esclavage des occidentaux par la nécessité du djihad.

      Le djihadisme il existe depuis que l’Islam existe. Il est consubstantiel.


    • Yann Esteveny 14 septembre 08:53

      Message à Monsieur Lucchesi Jacques,

      Le 11 septembre 2021 commémore le déluge émotionnel mêlé d’intimidation pour qu’il n’y ait pas d’enquête. Tant que les terroristes sont au pouvoir, la Vérité demeurera bâillonnée et la Justice sera impossible.

      La majorité ignore tout de la politique et s’en désintéresse. Par conséquent, la démocratie est actuellement un fantasme.

      Respectueusement


      • titi 14 septembre 18:53

        @Yann Esteveny

        Ce n’est pas parce que le résultat des urnes ne vous satisfait pas, qu’il n’en reste pas moins le résultat des urnes.


      • Clocel Clocel 14 septembre 09:02

        Pour s’élever un peu avec Valérie Bugault...


        • eddofr eddofr 14 septembre 10:32

          On fête les bénéfices record de l’industrie de l’armement.


          • troletbuse troletbuse 14 septembre 10:46

            Le 11 septembre 2001, le début de la dictature mondiale du NOM


            • zygzornifle zygzornifle 14 septembre 16:34

              Pour qu’elle soit au tapis il faudrait déjà qu’elle est été debout .....


              • tinga 14 septembre 18:18

                Les 3000 morts ne sont que peu de chose en comparaison des centaines de milliers de victimes qui ont résulté de cette lamentable mascarade.

                Les usa avaient promis de renvoyer un certain nombre de pays au moyen age, on peut dire qu’ils ont réussi, les guerres occidentales sont avant tout des démonstrations d’armements pour ce lucratif marché.


                • ETTORE ETTORE 14 septembre 19:47

                  Ben oui, mon bon monsieur, faut meubler le temps....

                  Pu....ain, mais c’est vraiment trop trop loin, les JO de Paris !

                  Vous imaginez ce qu’il faudra trouver entre temps pour obnubiler le pékin, question qu’il avale sans recracher, tout ce qui reste à .....ingurgiter comme insanités ?

                  Allez, un petit bifton au commité Hooooly—m-pique, et on avance l’allumage de la flamme, de 2 ans ! Dac ?

                  Même si c’est un faux allumage, pas grave, ça iras aussi !

                  ********Ahhhh ! Minute siou pli..........Oui ? Ah ? Bon !..

                  On me dit dans l’oreillette, que cela à déjà eu lieu à Notre Dame !

                  Oooooh TABERNACLE ! comme disent nos cousins canadiens.

                  ,


                  • uleskiserge uleskiserge 15 septembre 07:31

                    Manifestement, il existe une demande pour plus d’informations autour des événements du 11 septembre : qu’est-ce qui dans la version officielle peut être raisonnablement remis en cause ? Qu’est-ce qui, en revanche, demeure irréfutable ?

                     

                    Aussi... affirmer que tout nous a été dit sur les événements du 11 septembre, c’est faire preuve de la même arrogance niaise que de penser que tout dans la version officielle n’est que mensonge.

                     

                    A l’endroit de ceux qui contestent la version officielle, un verdict sans appel (parlons aussi de diagnostic) a été rendu : anti-américanisme, paranoïa, négationnisme et complotisme.

                     

                    Intéressante serait la démarche qui consisterait à analyser les raisons pour lesquelles tant d’hommes et de femmes des médias, patrons de presse et classe politique inclus, ont absolument et impérativement besoin de penser - jusqu’à s’interdire tout questionnement -, que la version officielle ne nous cache rien : quel verdict à leur sujet ?

                    On ne réalise pas assez ce que la recherche d’un confort matériel optimal - le standing -, l’avoir, le paraître, la quête de notoriété et de respectabilité... doivent à toutes les lâchetés d’une profession quelle qu’elle soit, - médias, scènes artistiques et politique en particulier
                    - , jusqu’aux pires compromissions... jusqu’à aimer son bourreau ( en tant qu’individu, classe ou système d’organisation de la société) et participer à son impunité et à sa prospérité pour un gros chèque à la fin du mois et des perspectives d’évolution professionnelles.


                    • uleskiserge uleskiserge 15 septembre 07:32

                      @uleskiserge

                      D’autant plus que tous savent qu’il n’y a pas de carrière pour celles et ceux qui souhaitent le plus sérieusement du monde adresser la question suivante : qui fait, à qui, où, comment, pourquoi et pour le compte de qui.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité