• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > « LA » démocratie se mord la queue

« LA » démocratie se mord la queue

L’ouroboros représente un serpent ou un dragon qui se mord la queue et ne cesse de tourner sur lui-même, comme condamné à ne jamais échapper à son cycle pour s'élever à un niveau supérieur : il symbolise le perpétuel retour, la continuelle répétition, la pulsion de mort en voie de réalisation.

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, la règle du jeu imposée à ses nouvelles colonies par l’"Empire" consiste à faire passer pour « LA » démocratie, ce qui n’est qu’un simulacre de choix, une alternance entre conservateurs et progressistes, démocrates et républicains, socio-démocrates et libéraux.

Le nouveau clergé médiatique a pour mission de stigmatiser toute nouvelle perspective alternative à cette complicité de frères ennemis en l’affublant du qualificatif infâmant de « populiste », mettant dans le même sac tout ce qui lui résiste, en espérant sans doute que ce qui n’est pour lui que de la « vermine » va s’autodétruire par un phagocytage réciproque, ce qui traduit une conception de la vie politique proche du fonctionnement des fosses septiques dans lesquelles des bactéries anaérobies activent la fermentation et permettent la décantation des matières fécales et déchets de cuisine,pour ne laisser fuiter que de l'eau claire.

Les libéraux triomphants, les libertaires du papier monnaie et chantres de la privatisation à tout crin, adorateurs de la politique de renard libre dans le poulailler libre croient en la toute-puissance des marchés « libres » et concurrentiels tout en dressant des barrières protectionnistes. Ils préconisent la limitation des responsabilités de l’état à la défense nationale, à la protection de la propriété privée (surtout la leur), au maintien de l'« ordre » (encore le leur), à la lutte contre les incendies (même pour les cathédrales), et à quelques autres questions impossibles à gérer par le secteur privé et non rentables, même en les subventionnant. Par contre, ils pensent que tout ce qui peut être géré par le secteur privé doit intégrer leur giron, quitte à se livrer à un pillage sans vergogne comme celui auquel on a pu assister dans les anciens pays de l’est après la dissolution de l’URSS. Leur conception de l’action sociale se limite au maintien de l'ordre public et des traditions.

Les libéraux repentants, eux, pensent que le mécanisme du marché libre ne peut ni corriger les déséquilibres tels que le chômage ni éviter les fluctuations économiques. Ils estiment qu'il incombe à l’état, et donc au gouvernement, de compenser ce qu’ils considèrent comme « les imperfections et l'instabilité du marché ». Sur le plan social, ils privilégient le ‘politiquement correct », la « discrimination positive », et se gargarisent des « valeurs démocratiques » en privilégiant les aspects sociétaux (féminisme, LGBT) et individualistes au détriment du collectif et du social jugés plutôt vulgaires.

Ce scenario de fausse alternance sponsorisé par les services de communication des multinationales et publié sous forme de feuilletons télévisuels tous les soirs aux JT fonctionne tellement bien que la grande prêtresse de la secte, la Pythie Thatcher, avait pu lancer le slogan « TINA » (There is no alternative), traduit en français par « Il n'y a pas d'autre choix » ou « Il n'y a pas d'alternative » ou « Il n'y a pas de plan B », lorsqu'elle était Premier ministre du Royaume-Uni. Cette présentation est particulièrement machiavélique, car elle induit l’idée, intégrée d’une manière subliminale par les éponges téléphages, selon laquelle les « bobos » incriminés par Thatcher seraient le contre-pouvoir à mettre en selle pour réparer les dégâts de la « globalisation » (mondialisation en français), alors qu’il ne s’agit que du masque souriant d’un même personnage de la « comedia del arte ». Pie VII aurait dit : « comediante, tragediante ! ». Thatcher, était une tragédienne comme Macron est un comédien. L’alternance entre l’eau chaude, l’eau froide et l’eau mitigée n’est pas une alternative à l’eau !

Après l’épopée gaullienne assurant la transition entre Vichy et Bruxelles, Mitterrand et sa cour ont saturé les ondes hertziennes de pèlerinages à Solutré et de pyramides du Louvre. Pendant ce temps-là, les petites mains et les seconds couteaux opéraient en coulisse et privatisaient subrepticement les trésors de guerre de la résistance, la « régie » Renault, Airbus Industrie et EDF en priorité, et leurs émules s’en prennent aujourd’hui à la Poste, à la SNCF, aux hôpitaux, aux aéroports, ne laissant à la « charge » des contribuables que les budgets de la police et de l’armée utilisées pour contenir un mouvement social de moins en moins contrôlable autrement que par la violence.

Cette fausse querelle entre « conservateurs » et « progressistes » a aujourd’hui du mal à tenir la scène.

« Macron, comment vous dire ? Ras le bol… » avait dit Martine Aubry en septembre 2015. Cela n’a pas empêché l’élection de ce pur produit de la « fabrique du consentement », cette machine tellement bien rôdée qu’elle conditionne les victimes à porter au pouvoir leurs persécuteurs en les conditionnant par de fortes doses de culpabilisation et le recours aux épouvantails « populistes » sortis de la malle aux accessoires au moment du « deus ex machina » pour attirer le regard des dupes vers un spectacle formidable (qui fait peur) pendant que les machinistes s’emploie à combiner les fumées et lumières du spectacle. Mais le spectacle ne dure que le temps des élections, et le palais est amer au réveil, après un excès de narcotiques.

Pour les idéologues occidentaux, la « démocratie » et l'économie de marché ne font qu’un. Cette pseudo-démocratie semble avoir atteint ses limites comme instrument de conditionnement. Les adeptes d’ Hannah Arendt considéraient comme la « fin de l’histoire » la disparition de ce qu’elle présentait comme les deux « fléaux totalitaires », le fascisme et le communisme, ces deux ennemis du « système démocratique » de la « liberté » et des « droits de l’homme ».

Les patriciens de l’empire ont perdu leur meilleur ennemi avec la disparition de l’URSS présentée comme la réalisation du communisme. Aujourd’hui, la démonstration de leur supériorité par la présentation d’un modèle en échec n’est plus possible, et le nouveau repoussoir baptisé « terrorisme » est trop impersonnel et impalpable pour suffire à calmer la colère de ceux qui se sentent à juste titre lésés.

Mais le petit jeu qui consistait à mettre en avant la démocratie risque maintenant de se retourner contre ceux qui l’ont habilement utilisé depuis plus d’un demi-siècle. Dans tous les pays, les masses constituent la majorité, et cette démocratie-là représente une contradiction qui pourrait bien se transformer en piège. Encore faudrait-il que la vériable alternative se présente avec un contenu et ne se limite pas à revendiquer le recours à une consultation permanente d’un « peuple » indifférencié et sans programme structuré.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Positronique 7 mai 21:10

    Laissons la politique de l’Ouroboros et adoptons celle du Dahu le gros mangeur de pierres bleus !!!


    • Chantecler Chantecler 8 mai 06:50

      @Positronique

      L’allégorie est aussi vaine !
      Non seulement le Dahu tourne en rond autour de sa montagne, mais en plus, si un obstacle l’oblige à rebrousser chemin, il se casse la figure à cause de la dissymétrie de ses pattes.
      En fait, il faudrait surtout arrêter de croire aux panacées, aux formules magiques et se gargariser avec des mots comme avec des formules magiques et imaginer que des incantations vont apaiser la colère des dieux ou faire venir la pluie.
      Employé sans autre perspective que sa propre existence, le mot « démocratie » n’est qu’une coquille vide. Le pouvoir du peuple pour le peuple se fonde sur des institutions et des choix déterminants (privé/public, moyens/besoins, rôle de l’état, sens d’une nation). La « démocratie » n’est qu’une coquille vide si on en reste à soupeser les avantages et inconvénients d’augmenter la proportionnelle ou mettre en place des référendums.
      Dans l’omelette au jambon, le cochon est impliqué et la poule est concernée, mais la coquille de l’œuf ne sert qu’à conditionner le produit qu’elle fournit pour contribuer au repas.


    • victormoyal victormoyal 8 mai 08:30

      Que faire avec un peuple qui prend les « URNES » pour des toilettes publiques ?


      • Chantecler Chantecler 8 mai 08:50

        @victormoyal

        vous croyez vraiment que la solution peut sortir des urnes ?


      • Chantecler Chantecler 8 mai 09:01

        @victormoyal

        « Il y a longtemps que le vrai pouvoir n’est plus dans les urnes. Il planes bien au-dessus d’elles, dans nos institutions dont les membres ne sont pas éligibles : notre FMI, notre OCDE, notre OMC, notre banque mondiale, qui mènent la vraie marche de la planète. Les démocraties sont de belles coquilles vides. »
        Michel Piquemal - Le Prophète du libéralisme [satire] - 2005


      • victormoyal victormoyal 8 mai 09:53

        @Chantecler...Bonjour,
        Dans toutes ces institutions, existe les urnes pour élire les têtes pensantes qui coulent les peuples… smiley


      • zzz'z zzz’z 8 mai 09:41

        Merde, on tourne en rond ! Merde, on tourne en rond ! Merde, on tourne en rond…

        Le vote utile a dédouané les gens de leurs responsabilités.

        Je n’ai entendu à peu près que ce truc du discours post grand débat de notre cher président contre le vote blanc, il faut voter pour le moins pire…

        La République ne fait plus recette ; bâtie sur la fable maçonnique bourgeoise qui voulait sauver le peuple des curés et des aristos, les curés crevés, et, les aristos tous les jours dans l’étrange lucarne ont littéralement laminé les ardeurs du peuple… Tout ça pour ça !

        33 affiches — À une brique l’une — pour une élection qui n’a jamais fait florès sont la preuve du marasme politique actuel ; la barre à 3% pour être remboursé, 5% pour ne pas compter pour du beurre, il y a vraiment des gens qui ne savent pas quoi foutre de leur artiche, et, du temps de cerveau disponible des pauvres français noyés dans la consultation de Télé Z.


        • Positronique 8 mai 09:59

          @zzz’z
          33 affiches c’est peanuts , attendez d’avoir le RIC et tous les jours vous irez dans les urnes pour savoir si on doit faire ceci ou cela . En gros comme au parlement Européens , ou une multitude de fonctionnaires décident de la taille des bananes ou des pommes de terre. Les grands penseurs progressistes de ce pays ont le chic pour compliquer les choses. Quand le cuisinier du navire se mêle de la direction du bateau , à tous les coups vous êtes sur le Titanic !!! 


        • zzz'z zzz’z 8 mai 10:09

          @Positronique
          Oui, il faut faire rentrer la réalité dans leurs délires idéologiques, there is no alternative !


        • gaijin gaijin 8 mai 11:22

          @Positronique
          «  Quand le cuisinier du navire se mêle de la direction du bateau , à tous les coups vous êtes sur le Titanic !!! »
          sauf que sur le titanic il aurait peut être mieux valu que ça soit le cuisinier ?
           ???


        • zzz'z zzz’z 8 mai 12:01

          @gaijin
          Avec Chantecler aka Némo qui remorque l’iceberg sous la menace de finir dans la soupe du méchant Ratatouille…
          Ok, vous avez perdu les pédales !


        • gaijin gaijin 8 mai 13:13

          @zzz’z
          mais le problème c’était pas l’iceberg .....les historiens ont approfondis la question le navire est partit avec un feu de charbon dans la cale ( dans une des cales a charbon ) contre l’avis du capitaine qui a cédé aux décideurs financiers ....s’il fonçait dans le champ d’iceberg c’est pour tenter de rallier la cote le plus vite possible et si la coque n’a pas tenu c’est parce qu’elle a été percutée la ou le feu l’avait affaiblie ..
          15 avril 1912 : naufrage du titanic
          15 avril 2019 : naufrage du grand débat et incendie de notre dame
          on vit dans un monde formidable non ?


        • zzz'z zzz’z 8 mai 18:22

          @gaijin
          Ça assainit le marché…


        • chantecler chantecler 8 mai 11:59

          e

          Bonjour,

          Je profite de cet article avec lequel je suis globalement d’accord pour préciser que je ne suis pas le Chantecler , auteur dudit article qui a utilisé un pseudo très voisin pour ne pas dire homonyme (à la minuscule/majuscule près).

          Pour le reste , on peut continuer à pointer F. Mitterrand du tournant de la rigueur et l’accuser de tous les maux mais je trouve que ses successeurs n’ont pas fait mieux ,sinon qu’ils ont fait bien pire .

          Sans doute la voie du néolibéralisme était tracée ou enclenchée (UE GB) mais aujourd’hui il est devenu invasif et sans contrôle , doublé en outre d’un néoconservatisme bien US .

          Je demande à vérifier la « privatisation » de Renault à cette époque ?

          Ouverture d’un capital sur une nationalisation décidée à la Libération pour cause de collaboration trop poussée....

          Par ailleurs je n’ai pas le souvenir d’une mise sous boisseau de la liberté d’opinions , des médias , de cette propagande insensée que l’on connait aujourd’hui sans aborder les violences de toutes sortes..

          F.Mitterrand a même autorisé/régularisé les radios pirates pourchassées jusqu’en 81, qui sont devenus ce qu’elles sont devenues ( Cf eNergie .)

          Ce rectificatif n’ayant d’autre but que de rendre à César , ce qui est à César (et à dieu, etc, etc).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès