• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La fable de la « menace nucléaire iranienne »

La fable de la « menace nucléaire iranienne »

Montée de toutes pièces, la “menace nucléaire iranienne” est une supercherie qui vise à neutraliser un grand pays non-aligné. Souverain, désendetté, farouchement attaché à son indépendance, l’Iran a un potentiel qui effraie les tenants de l’ordre impérial.

Transis d’admiration devant le verbiage polyglotte de Macron à Davos, les médias français ont soigneusement occulté un fait majeur : Donald Trump va demander au Congrès 716 milliards de dollars pour le Pentagone au titre de l’année budgétaire 2019. Cette hausse de 7% par rapport au budget 2018 ne servira pas à remplacer les boutons de culotte. Selon un document confidentiel publié par le Huffington Post, le Pentagone envisage la possibilité d’une riposte atomique dans le cas de “très grosses attaques conventionnelles”. Document d’orientation stratégique, le projet de Nuclear Posture Review pour 2018 prévoit donc une modernisation de l’arsenal atomique dont le coût est évalué par une agence fédérale, le Congressional Budget Office, à 1200 milliards de dollars sur 30 ans.

Ce projet de réarmement massif, pourtant, ne semble pas émouvoir les populations ni passionner les observateurs. Il faut dire qu’on a tout fait pour que l’arbre cache la forêt. Depuis quinze ans, les dirigeants occidentaux ne cessent d’agiter l’épouvantail de la “menace nucléaire iranienne”. Cette fable géopolitique, les médias dominants la distillent à longueur de colonnes, comme s’il était évident qu’un pays sans la bombe est plus dangereux qu’un pays qui l’a déjà utilisée, et qui entend développer le monstrueux arsenal dont il dispose. Pour faire avaler de telles sornettes, la propagande martèle alors une idée simple : “le programme nucléaire iranien menace le traité de non-prolifération nucléaire”. Il est curieux, toutefois, qu’on n’ait jamais songé à répondre : “Si vous tenez tant à ce traité, pourquoi ne pas commencer à l’appliquer ?”

Les puissances occidentales, en effet, n’ont jamais fait le moindre effort pour convaincre Israël, l’Inde et le Pakistan de signer le TNP. Refusant d’adhérer au traité, ces trois pays ont constitué un arsenal hors-la-loi. Echappant à tout contrôle, il est tout de même plus préoccupant qu’une bombe iranienne qui n’existe pas. Ce n’est pas tout. Le traité prévoit aussi un désarmement nucléaire que les cinq Etats “légalement” dotés d’armes atomiques (USA, France, Royaume-Uni, Chine, Russie) ont superbement ignoré. A l’origine de cet échec, les Etats-Unis ont dénoncé le traité Start II avec Moscou et installé un bouclier anti-missiles en Europe. Pire encore, ils n’ont cessé de développer un arsenal dont “l’usage préventif” est affirmé par la Nuclear Posture Review de 2002. Autorisant l’utilisation d’armes nucléaires en première frappe, cette révision doctrinale a ouvert une fantastique boîte de Pandore.

A croire la propagande habituelle, le monde civilisé doit se tenir prêt à riposter à la salve dévastatrice des mollahs iraniens, ces “fous de dieu” enturbannés résolus à précipiter l’apocalypse. Mais la réalité est à des années-lumière de ce délire idéologique. En fait, l’establishment américain n’en finit pas de digérer le traumatisme de la révolution iranienne, lourd d’humiliation symbolique (les otages de Téhéran) et de fiasco géopolitique (la chute du Chah). Pièce par pièce, Washington a donc bâti une démonologie où la République islamique est présentée comme une dictature maléfique, dont le comportement erratique ferait peser sur la planète un péril mortel. Affabulation à grande échelle, manifestement, dont la seule fonction est d’inhiber le développement d’une grande nation rétive à l’ordre impérial. 

Les faits sont parlants. Accusé de vouloir la fabriquer, l’Iran ne détient pas l’arme nucléaire. Les USA sont la première puissance nucléaire et la seule à en avoir fait usage. Seul Etat du Proche-Orient possédant la bombe (400 têtes nucléaires), Israël jouit de son côté d’un privilège dont il n’entend pas se défaire : il a le droit de détenir l’arme suprême à condition de ne pas s’en vanter. Avec la complicité occidentale, la duplicité israélienne fait coup double. Elle exerce un effet dissuasif puisque la bombe existe, sans encourir les foudres internationales puisqu’il est entendu qu’elle n’existe pas. Cet incroyable régime de faveur transforme la question nucléaire en conte à dormir debout : une bombe purement virtuelle devrait nous donner des sueurs froides (Iran), alors qu’un arsenal colossal mais officiellement inexistant ne devrait susciter aucune inquiétude (Israël).

 Soustrait à tout contrôle international, le programme nucléaire sioniste bénéficie depuis l’origine d’une impunité totale. Les Occidentaux fustigent le risque de prolifération, mais l’histoire de la bombe israélienne montre qu’ils en sont directement responsables. Ben Gourion a lancé le programme nucléaire sioniste dès le début des années 50, et la France lui a immédiatement apporté son concours. Un accord secret avec le socialiste Guy Mollet, en 1956, a permis à l’Etat hébreu de maîtriser la technologie nucléaire, et la centrale de Dimona a été construite avec l’aide de techniciens français. Unis dans la lutte contre le nationalisme arabe, la France et Israël ont scellé un pacte dont la calamiteuse expédition de Suez fut le principal fait d’armes.

Prenant le relais de l’alliance française à la fin des années 60, les Etats-Unis ne sont pas moins coopératifs. Aux termes de l’accord entre Lyndon Johnson et Golda Meir, aucune pression ne doit s’exercer sur Israël pour lui faire signer le traité de non-prolifération. En échange, Israël cultive l’ambiguïté sur la réalité de son arsenal nucléaire. Complaisante dérogation à la loi internationale, en somme, contre respect scrupuleux de la loi du silence. En attendant, les Occidentaux s’acharnent sur l’Iran, lui prêtant un projet militaire imaginaire, alors même que Tel Aviv multiplie les menaces contre Téhéran. La République islamique, pourtant, n’a jamais agressé ses voisins. On ne peut en dire autant d’Israël, qui a bombardé l’Egypte, la Syrie, le Liban, la Jordanie, l’Irak et la Tunisie, sans parler des territoires palestiniens quotidiennement pris pour cibles. 

Jetant un écran de fumée sur cette réalité, la propagande occidentale traite le régime iranien de “théocratie fanatique”. Ce n’est pas un mollah, pourtant, qui a déclaré que “notre Etat est le seul en communication avec Dieu”. C’est Effi Eitam, ex-ministre israélien et chef du parti national-religieux. Imbibé d’un orientalisme de pacotille, le discours dominant décrit la République islamique comme un repaire d’illuminés férus d’eschatologie qui rêveraient d’immoler Israël avec la bombe atomique ! Quel dommage que les pourfendeurs de l’Iran ne nous aient pas gratifiés de considérations aussi inspirées sur la bombe israélienne : elle a pour caractéristique de faire planer, elle, une menace non virtuelle. Entre la prétention sioniste à “communiquer directement avec Dieu” et l’obstination mystique de Tel Aviv à posséder l’arme suprême, on aurait pu déceler, ici aussi, une singulière “eschatologie”.

Autre paradoxe qui ne manque pas de saveur : l’Occident accuse l’Iran de vouloir fabriquer la bombe, mais c’est la République islamique qui a interrompu le programme nucléaire en 1979. Encouragé par les USA, le Chah avait signé de juteux contrats avec la France et l’Allemagne pour la construction de centrales nucléaires. L’opposition ayant dénoncé cette politique, jugée onéreuse pour un pays riche en hydrocarbures, le programme est aussitôt suspendu par le gouvernement de la République islamique. Il fallut la sanglante guerre Iran-Irak (1980-1988) pour changer la donne. Seul face à l’agresseur irakien, le gouvernement iranien a mesuré sa faiblesse devant une coalition faisant bloc avec Saddam Hussein. La participation des puissances occidentales, les livraisons d’armes chimiques à l’Irak, la destruction en plein vol d’un Airbus iranien lui ont fait prendre conscience du danger.

C’est dans ce contexte que les dirigeants iraniens ont vu dans la technologie nucléaire un attribut de la souveraineté et une source de fierté nationale. La possession de l’arme nucléaire, elle, est jugée impie par les autorités religieuses, et aucun programme nucléaire militaire n’a été officiellement engagé en Iran. Ses accusateurs ont constamment prétendu le contraire, mais sans fournir la moindre preuve. Le discours obsessionnel contre Téhéran, en réalité, confond délibérément deux choses : la capacité technologique de produire des armes nucléaires, et la décision politique de produire de telles armes. Au motif que cette capacité a été atteinte, on accuse Téhéran de vouloir se doter de la bombe. Mais ce raisonnement est d’une criante perversité, puisqu’au lieu de demander des comptes à ceux qui ont la bombe, on s’acharne contre un Etat qui n’en veut pas. 

Montée de toutes pièces, la “menace nucléaire iranienne” est une supercherie qui vise à neutraliser un grand pays non-aligné. Souverain, désendetté, farouchement attaché à son indépendance, l’Iran a un potentiel qui effraie les tenants de l’ordre impérial. Les dirigeants iraniens ont signé l’accord de 2015 parce qu’ils privilégient le développement de leur pays. Ils veulent la levée des sanctions pour satisfaire une population de 80 millions d’habitants. L’accord sur le nucléaire soumet ce grand pays à un régime de contrôle international sans précédent, mais Téhéran l’a accepté. En accusant l’Iran de “soutenir le terrorisme”, Trump veut interrompre ce processus de normalisation. Poussé par les marchands d’armes, il poursuit la diabolisation de l’Iran d’une façon grotesque. L’impérialisme ne désarme jamais, et les mensonges continueront. Mais l’Iran sait que le temps joue en sa faveur, et il saura résister aux provocations d’une superpuissance en déclin.


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

83 réactions à cet article    


  • jmdest62 jmdest62 30 janvier 2018 09:04

    Salut
    L’arme nucléaire Iranienne n’est effectivement qu’un gros prétexte :

    Une des explications de l’ acharnement sur l’iran (et La récente mise au ban du qatar) .

    Une autre ...

    @+


    • jmdest62 jmdest62 30 janvier 2018 10:52

      @jmdest62
      Pourquoi l’Iran n’a pas besoin d’arme nucléaire.

      Un peu long mais très instructif.
      @+


    •  Christian Ratatouille 30 janvier 2018 09:08

      "la propagande occidentale traite le régime iranien de “théocratie fanatique”.
      .
      je ne sais pas si c’est de la propagande ,à l’auteur de nous le dire.
      .
      damnation à mort prononcée contre deux mineurs délinquants bafoue les droits des mineurs.

      L’Iran a confirmé sa première place sur la liste des pays mettant à mort le plus de condamnés qui étaient mineurs au moment des faits qu’on leur reproche, après que deux jeunes gens ont été condamnés une deuxième fois à la peine capitale dans deux affaires de ce type, a déclaré Amnesty International.

      .https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2015/12/iran-renewed-death-sentences-for-juvenile-offenders-show-contempt-for-childrens-rights/

      .

      .L’Iran a exécuté au moins 567 personnes en 2016, dont au moins huit femmes. Les autorités ont annoncé 242 exécutions par l’intermédiaire de sources officielles et semiofficielles. Cependant, des sources crédibles ont confirmé qu’au moins 325 exécutions supplémentaires ont eu lieu, s’ajoutant à celles annoncées par les autorités. Au moins 33 exécutions ont eu lieu en public.
      .https://www.amnistiepdm.org/en-iran.html

      La semaine dernière nous avons signalé une pendaison massive de 12 prisonniers en Iran. En se référant aux déclarations de Jamshidi, le porte-parole du ...
      http://www.iran-resist.org/article3655
      Pendaison en public à Kermanshah, en Iran.

      Iran Resist - Iran : Vidéo d’une pendaison collective

      Les autorités iraniennes ont pendu deux hommes accusés de viol en réunion dans la province occidentale de Kermanshah.

      http://blidardjel.blogspot.fr/2013/11/pendaison-en-public-kermanshah-en-iran.html
      .

      Iran : Scène tragique d’un condamné à la pendaison qui réclame sa mère.

      https://www.ncr-iran.org/fr/actualites/droits-humains/14063-iran-scene-tragique-d-un-condamne-a-la-pendaison-qui-reclame-sa-mere-video.html

      .

      Iran - Un adolescent pendu en public.

      https://www.podcastjournal.net/Iran-Un-adolescent-pendu-en-public_a9548.html

      .Iran:exécution par lapidation:https://www.amnistiepdm.org/uploads/1/2/5/4/12549688/mde_13_095_2010_canada_ web.pdf.


      Peine de mort : le visage sombre de l’IranD’après Amnesty, 704 Iraniens ont été pendus en 2013, ce qui placerait l’Iran à la première place mondiale si l’on ramène ce chiffre à la population totale.http://www.lepoint.fr/monde/peine-de-mort-le-visage-sombre-de-l-iran-27-03-2014-1806413_24.php





      • njama njama 30 janvier 2018 09:54

        @Ratatouille

        Amnesty International n’est pas une officine crédible


      • Massada Massada 30 janvier 2018 09:57

        @njama
         

        Tout comme l’Unesco


      • jmdest62 jmdest62 30 janvier 2018 10:16

        @Ratatouille
        et si , juste pour mettre un peu d’objectivité dans votre propos , vous nous parliez de la peine de mort au S’tazunis , en ISRAEL et Arabie Saoudite

        @+


      • Massada Massada 30 janvier 2018 10:32

        @jmdest62
         

        Oui, c’est un vrai spectacle les pendaisons et décapitation à Jérusalem.
        Mais le plus amusant sont les lapidations, on peut y participer, c’est très sportif bien qu’il faut éviter les grosses pierres car c’est trop vite fini smiley

      •  Christian Ratatouille 30 janvier 2018 10:43

        @jmdest62

        moi président,l’Arabie c’est ou dite ? (par là mec) je l’ aurai fait à l’ancien ,envoi de la troupe,conquête du territoire,colonie française,et distribution de tente campagne au enturbannés ,direction désert et chameaux et scorpion. smiley


      • phan 30 janvier 2018 10:48

        @Massada
        A part la peine de mort qui existe dans les Territoires Occupés, il y a pléthore « Rise and Kill First » 


      •  Christian Ratatouille 30 janvier 2018 10:52

        @njama

        tout seul contre 7 millions de menteurs LOL
        .

        Amnesty International est un mouvement mondial regroupant plus de 7 millions de personnes qui prennent l’injustice comme une affaire personnelle. Nous faisons campagne pour un monde où chacun peut se prévaloir de ses droits.

      • Odin Odin 30 janvier 2018 11:45

        @Ratatouille

        « Les ONG sont un démultiplicateur de force pour nous, une partie tellement importante de notre équipe combattante. »

        ancien secrétaire d’État Colin Powell


         « Georges Soros, milliardaire notamment accusé de délit d’initiés en France par la Société Générale est à la tête de la fondation Open Society Institute, qui promeut la démocratie, est l’un des plus gros donateurs d’Amnesty International Charity Limited. »


        http://reseauinternational.net/le-dessous-des-ong-une-verite-cachee-amnesty-international/

         


      • Alren Alren 30 janvier 2018 18:21

        @Ratatouille

        Ces exécutions sont évidemment abominables, je me réjouirait que les ayatollahs et les gardiens de la révolution soient chassés du pouvoir par le peuple est subisse un procès comme les nazis à Nuremberg.

        Cependant ces horreurs ne font pas de l’Iran une menace pour une guerre nucléaire !



      • Olivier Perriet Olivier Perriet 30 janvier 2018 09:25

        Salut Bruno,

        Alors, toujours à faire la danse du ventre pour les mollahs ?

        À vous lire on sait tout de suite qui vous rétribue :

        Seuls des aveugles avec un bandeau sur les yeux pourraient dire « Ah, ben non, on n’savait pas, on n’avé rien vu... »

         smiley


        • leypanou 30 janvier 2018 09:46

          @Olivier Perriet
          À vous lire on sait tout de suite qui vous rétribue  : c’est qui ?


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 30 janvier 2018 17:10

          @leypanou

          à moins de vivre de ses rentes ou d’un placard doré tel Franchois Achelineau, je ne crois pas qu’on puisse vivre de propagande et d’eau fraîche.
          Alors...


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er février 2018 19:21

          @Olivier Perriet
          C’est ballot, Asselineau est en congé sans solde, il vit d’emprunt auprès de sa banque, et certainement pas aux taux préférentiels accordés aux Députés et aux Sénateurs ...

          Question indemnités parlementaires, vous vous souvenez, Macaron avait promis de fiscaliser les indemnités des élus : nada, wallou, rien du tout !! 


        • Massada Massada 30 janvier 2018 09:26

          La fable de la « menace nucléaire iranienne » c’est comme la fable de la bombe atomique israélienne.

          On vit dans un monde enchanté. smiley


          • leypanou 30 janvier 2018 10:05

            @Massada
            Mordechai Vanunu est d’accord avec vous.


          • Massada Massada 30 janvier 2018 10:15

            @leypanou
             

            Mordechai Vanunu veut faire croire au monde qu’Israel possède l’arme nucléaire afin de terroriser les ennemis d’Israel.
            Il est payé par le Mossad pour son rôle de vrai faux lanceur d’alerte !


          • njama njama 30 janvier 2018 10:21

            @Massada

            Mordechai Vanunu ...Il est payé par le Mossad pour son rôle de vrai faux lanceur d’alerte !

            18 ans de prison ? pour trahison, espionnage et révélation de secrets d’État.

          • Massada Massada 30 janvier 2018 10:27

            @njama
             

            oui, c’est un gros sacrifice pour que ses révélation paraissent vraisemblables !
            Sans condamnation crédible personne n’aurait cru à son histoire.


          • phan 30 janvier 2018 10:32

            @Massada
            Hollande, son véritable adversaire, c’est le monde de la finance, croit qu’Israël ne possède pas la bombe atomique : même les mégasionistes ont de l’humour !


          • leypanou 30 janvier 2018 10:51

            @Massada
            Il est payé par le Mossad pour son rôle de vrai faux lanceur d’alerte !  : vous lire est toujours un plaisir immense.
            Allez, un petit article pour bien finir la journée.


          • Christian Labrune Christian Labrune 30 janvier 2018 10:57

            @Massada
            Après la lecture de cet article, je suis un peu inquiet. Je vis à Paris, capitale d’un pays dont la politique de gribouille, depuis pas mal d’années, ne rate aucune occasion d’être hostile à Israël, ce qu’on aura pu voir encore très récemment après le vote imbécile à l’UNESCO.

            Pensez-vous, avec l’auteur de cet article, que Paris et d’autres capitales européennes, puissent constituer dans un proche avenir une cible pour la puissance nucléaire israélienne ? N’était-ce pas Netanyahou qui avait parlé de « rayer la France de la page du temps » ? Quand votre pays aura annexé le Liban, la Syrie, l’Irak, la Turquie, l’Arabie et les Emirats, où s’arrêtera-t-il ?

            Cet article nous fait voir des perspectives qu’on ne soupçonnait guère. Je ne dois pas être le seul à être fort inquiet.


          • Christian Labrune Christian Labrune 30 janvier 2018 11:00

            ERRATUM
            après le vote imbécile à l’UNESCO.

            Je voulais parler du vote récent à l’ONU, et non pas à l’UNESCO, à propos de Jérusalem capitale d’Israël. A l’UNESCO, c’était du même tonneau, mais c’est déjà plus loin.


          • Ben Schott 30 janvier 2018 11:10

            @Christian Labrune
             

            « un pays dont la politique de gribouille, depuis pas mal d’années, ne rate aucune occasion d’être hostile à Israël »
             
             
             
             
             


          • Massada Massada 30 janvier 2018 11:19

            @Christian Labrune
             

            « Pensez-vous, avec l’auteur de cet article, que Paris et d’autres capitales européennes, puissent constituer dans un proche avenir une cible pour la puissance nucléaire israélienne ? »
             
            Vous n’etes pas sans ignorer en fervent lecteur d’AV que le sionisme s’est enraciné au cœur du pouvoir français.
             
            Valls le 17/6/2011 : « Je suis, par ma femme, lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël »
             
            Donc tant que la France continuera à se soumettre au lobby sioniste, elle ne doit pas craindre un feu nucléaire israélien.


          • Christian Labrune Christian Labrune 30 janvier 2018 11:40

            @Massada
            Vous me rassurez un peu. Et j’avais oublié (mais c’est à cause de cet article si alarmiste) qu’en fait, c’est le CRIF qui est derrière la politique du Quai d’Orsay et qui manipule même Macron. La politique française n’est hostile à Israël que pour mieux dissimuler l’étroite collaboration, bien réelle, qui existe entre nos services secrets et ceux d’Israël, touchant à toutes les questions relatives au terrorisme.

            Le transfert de l’ambassade française à Jérusalem ne devrait plus trop tarder. Du moins, je l’espère : il faudra bien faire comme tout le monde.


          • phan 30 janvier 2018 12:46

            Avec des pilotes Top Gun qui confondent le drapeau américain avec le drapeau égyptien, le Nsa travaille étroitement avec le Mossad pour couler l’ USS Liberty !
            Devinette : Qui est ce qui est plus conne qu’une statue, ... 3 statues !


          • jmdest62 jmdest62 30 janvier 2018 13:18

            @Ben Schott
            Salut
            "un pays dont la politique de gribouille, depuis pas mal d’années, ne rate aucune occasion d’être hostile à Israël »

            Excellente votre réponse ...
            je me permets de la compléter par un must

            @+


          • jmdest62 jmdest62 30 janvier 2018 13:24

            @Massada
            « Vous n’etes pas sans ignorer en fervent lecteur d’AV.... »
            Visiblement , Certaines subtilités de notre langue vous échappent encore .
            @+


          • Massada Massada 30 janvier 2018 13:33

            @jmdest62
             

            Sincèrement, merci de m’aider à améliorer mon français !

            Suite à votre remarque, j’ai cherché à comprendre mon erreur.


          • phan 30 janvier 2018 13:46

            @jmdest62
            Surtout quand il était jardinier à Evry, allez un dernier pour la route !


          • jmdest62 jmdest62 30 janvier 2018 13:50

            @Massada
            De rien ..cadeau
            °
            « Une fâcheuse confusion fait que l’on entend parfois « Vous n’êtes pas sans ignorer que… », assertion peu flatteuse pour l’interlocuteur ... »
            Vous n’avez plus qu’à présenter vos excuses à votre collègue d’extrême droite.
            @+



          • pipiou3 30 janvier 2018 14:49

            @Massada
            Le 1er couple Agoravox de l’année : Massada-Labrune ... attention aux retombées radioactives.

            Si vous pouviez arrêter de vous rouler des pelles en public, on est un peu gêné là.


          • phan 30 janvier 2018 15:31

            @pipioù ?

            Vous vouliez remplacer Pomme dans la Triplette de Sionville ?


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er février 2018 19:28

            @Massada
            Mais quel faux-cul ! Vous pourriez assumer, c’est de Gaulle qui a aidé Israël à avoir la bombe atomique !

             " (...) Officiellement, l’État hébreu, qui fête ces jours-ci son soixantième anniversairen’a toujours pas la bombe atomique. Il n’a pas signé le traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et n’est donc pas soumis au contrôle des inspecteurs de l’Agence internationale à l’énergie atomique (AIEA).

             Mais c’est un secret de Polichinelle, dans cette région troublée du Proche-Orient, qu’Israël dispose d’ogives atomiques, surtout depuis que le premier ministre Ehoud Olmert l’a implicitement reconnu, en décembre 2006.

            De fait, Israël a la bombe depuis 1967. Et c’est l’aide, décisive, de la France, qui lui a permis de devenir la sixième puissance nucléaire de la planète.(...)


          • njama njama 30 janvier 2018 10:02

            La « menace nucléaire iranienne », c’est gesticulations sionistes.

            Israël commençait à faire des bonnes affaires avec le shah, et la révolution a renversé de pot au lait
            le « nucléaire iranien » est un prétexte de l’État hébreu et de ses alliés pour entretenir la discorde avec l’Iran, pays souverain comme la Syrie, alors que le vrai sujet est l’hégémonie sur le pétrole dans la région.

             L’Iran du Shah était en vertu d’accords secrets le fournisseur quasi exclusif de pétrole à l’État hébreu, lequel transitait par l’oléoduc Eilat-Ashkelon, dont la construction fut décidée dans le cadre d’un accord israélo-iranien en 1968. Une fois à Ashkelon, le pétrole était chargé sur des navires à destination de l’Europe. La révolution iranienne mettra fin à cette entente.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès