• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La fin de l’Histoire

La fin de l’Histoire

Quelques menues réflexions nocturnes après avoir pu contempler l’étendue de la bassesse du cinéma Français...

Devinez quoi ? Être ouvreur dans un cinéma vous offre toute une série d’opportunités. Personnellement, j’ai eu la chance infinie de voir ce chef d’œuvre du septième art ce Samedi soir : « LOL ».

22h : j’entre par la porte vitrée, en haut de l’escalier carrelé, qui m’ouvre la possibilité de me mouvoir dans l’antichambre de la salle. Il n’y a personne, hormis l’ouvreuse de la séance précédente, quelques joyeux bénévoles, et le caissier.

22h-22h30 : plusieurs groupes de joyeux drilles viennent déposer leur obole à l’honorable hôte de caisse, qui en échange, leur fournit un billet leur permettant de passer quelques temps dans une salle confortable, le céans sur un siège ergonomique, les yeux fixés sur un écran encore blanc.

22h30 : les bandes annonces démarrent. Quelques films sont présentés, qui n’attirent guère mon attention. Je suis trop occupé à faire le va-et-vient entre la salle et l’escalier recouvert de moquette rouge qui mène à la salle. 21 spectateurs avides (nous sommes tard) sont présents. Un seul homme les surveille… en l’espèce, c’est moi.

Le film débute. Je n’ai pas vu l’heure précise, veuillez excuser cette lacune sans importance…

Je ne vous le raconte pas, de toute façon, ce film n’a pas la moindre espèce d’intérêt. Je dirais même qu’il s’agit d’une bobine de matière fécale que l’on a ici projeté. Une heure quarante sept minutes d’un langage néo-bobo-débilo-crétino-scandalo-inadmissible.

En un bref instant, recueillons-nous devant les restes de la civilisation. A votre droite, la tombe de Pascal, Descartes, Voltaire, Tocqueville. A votre gauche, celle de Balzac, Hugo, Zola, Clemenceau…. J’en passe. Les deux dépouilles que nous enterrons ici sont M. Bon Goût et Mme. Culture. Tous deux n’ont pu supporter la si longue absence de Mme Education, dont ce « film » vient leur rappeler le décès, un mois de mai de la fin des années 1960. 

Ce « navet », si vous me permettez cet emprunt à un fruit de la culture potagère, nous pose une question assez grave. Voulons-nous devenir comme ça ? Qu’y a-t-il de plus immonde que de voir ces boutonneux, vêtus de manière si ridicule que n’importe quelle personne dotée de sens commun en fasse des chiffons, se goberger comme des animaux de ferme dans l’institution républicaine ? Imaginez la déliquescence de leurs propos. Imaginez leur indifférence devant un énième 5 en français. Imaginez leur ignorance crasse, à ces crétins qui passent plus de temps à se chercher un camarade de caleçon qu’à s’instruire. Pour le coup, je suis pas d’accord avec le Pape : heureusement que la capote et l’avortement existe, il manquerait plus qu’ils se reproduisent.

Certes, il ne s’agit que d’un film. Un divertissement de masse. Un objet « culturel » que de nombreux jeunes vont voir dans les salles obscures. Voilà ce que l’on y voit, outre ces quelques menus détails susmentionnés : Leurs parents démissionnaires s’alarment un temps, sévissent un temps plus court encore, et oublient… et voilà le résultat. Imaginez un gamin de douze ans aller voir cette merde… Je n’ose imaginer ce qu’il va faire endurer par la suite à ses parents. En effet, ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que tous ne sont pas comme ça. Non ! Dieu nous en préserve le plus longtemps possible ! Heureusement que certains parents prennent encore leur rôle de parents à cœur. Heureusement qu’ils savent imposer des limites !

Pour illustrer ce propos haineux et d’une rare violence, je tenais à glisser un morceau de la critique de l’éminent journal Le Monde : « Liza Azuelos (...) dépeint ici le tout petit milieu de la jeunesse dorée(...) Elle donne le sentiment de ne pas s’en rendre compte et de vouloir au contraire brosser le portrait d’une génération (...) Portées par des personnages sans grand relief, et des dialogues qui n’en ont guère plus, les situations sont sans enjeu. » Voilà… Tout est dit. Ces modèles actuels sont ceux – encore – d’une classe sociale supérieure, de gauche, la plupart du temps. Leur devise est « prends, fais ce que tu veux, essaie ».

Quoi de plus horrible encore que d’entendre ce péremptoire « fumer un joint, ce n’est pas se droguer, c’est seulement toucher les limites » DE LA BOUCHE D’UN POLICIER ! Mais on va où, là ?

Pour terminer, je tiens à citer Pierre Desproges, qui, en 1986, disait ceci sur France Inter :

« Leur servilité (aux jeunes) sans faille aux consternantes musiques mort-nées que leurs imposent les marchands de vinyle n’a d’égale que leur soumission béate au port des plus grotesques uniformes auquel les soumettent les maquignons de la fripe. Il faut remonter à l’Allemagne des années 1930 pour retrouver chez des boutonneux un tel engouement collectif pour la veste à brandebourgs et le rythme des grosses caisses.

Et comment ne pas claquer ces têtes à claques devant l’irréelle sérénité de la nullité intello-culturelle qui les nimbe ? Et s’ils n’étaient que nuls, incultes et creux, par la grâce d’un quart de siècle de crétinisme marxisme scolaire, renforcé par autant de démission parentale passe encore. Mais le pire est qu’ils sont fiers de leur obscurantisme, ces minables.

Ils sont fiers d’être cons […]  »

Certes me direz-vous, il ne s’agit que d’un film, et, de plus, il se fait tard… Mais la production « culturelle » n’est-elle pas le reflet d’une société ? Ne sommes nous pas tombé déjà dans l’irréversible ? J’ose espérer que non, et que tout ceci sera rattrapable, à grand coups de bled, de punitions et de paires de claques…

En tous les cas, je pense que ce discours de Pierre Desproges est plus que jamais d’actualité… étonnant, non ?

Jean Marie Thiebert d’Argentré


Moyenne des avis sur cet article :  3.96/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Radix Radix 25 mars 2009 14:11

    Bonjour

    J’espère que dans un prochain article vous nous ferez l’éloge d’un spectacle qui passait au début du siècle dernier et où se pressait tous le gratin intellectuel que comptait Paris.

    Qu’allaient-ils voir toutes affaires cessantes : le pétomane bien sûr !

    Spectacle d’un rare raffinement et en plus les spectateurs étaient bien habillés, que du bonheur !

    Radix


    • Jean Marie Thiebert d’Argentré 25 mars 2009 17:47

      non, malheureusement, je ne le ferai pas, je n’ai pas eu l’immense privilège d’assister à pareil spectacle.


    • PtitLudo PtitLudo 25 mars 2009 16:42

      Tout à fait, d’ailleurs notre grande argentière Christine Lagarde n’a-t’elle pas dit qu’il fallait arrêter de réfléchir ? Au moins avec ce film (enfin je ne l’ai pas vu mais je n’ai aucun doute sur le niveau), pas de risque que les jeunes réfléchissent à quoi que ce soit. Donc on voit à qui le crime profite.


    • zelectron zelectron 25 mars 2009 14:26

      confirmation : LOL est un film totalement ennuyeux, le scénario est bidon et les acteurs sont d’un classicisme navrant...


      • Kalki Kalki 25 mars 2009 15:18

        Tout le monde ne peut pas avoir le talent des beatles ...

        Mais la part de marché pour ado est ouverte et donc l’économie ne s’en privera plus, quitte à faire de la merde.

        Les jeunes sont encore moin ’regardant’ sur la merde qu’on injecte dans leur cerveau par les yeux.

        Car ils n’ont pas de quoi pour juger, comparer, analyser.



        Les jeunes sont toujours les jeunes.

        On créé une génération d’abrutis, qui resteront des grands enfants toute leur vies ? (depuis une ou 2 génération)

        Ce n’est pas la faute des jeunes, c’est la faute à la génération préscedente (la "POP" conne attitude) qui a le pouvoir et à la cupidité ?


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 25 mars 2009 16:08

          " Une heure quarante sept minutes d’un langage néo-bobo-débilo-crétino-scandalo-inadmissible. " Attention Jean Marie, vous auriez dû dire " indigeste ". Tout langage est admissible tant qu’il n’est pas haineux.

          " Certes, il ne s’agit que d’un film. Un divertissement de masse. " Le fait que vous vous y soyez rendu témoigne que vous en ètes, de cette masse , et déclare votre manque d’esprit critique envers ce type de 7ième art.

          Il y a longtemps que je ne paye plus les fètes que se font les moteurs de ce divertissement public.

          Tout ce qui m’intéresse dans le cinéma sont les histoires vraies dénonçées courageusement ou déterrées avec lucidité.


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 25 mars 2009 16:19

            " Quoi de plus horrible encore que d’entendre ce péremptoire « fumer un joint, ce n’est pas se droguer, c’est seulement toucher les limites » DE LA BOUCHE D’UN POLICIER ! Mais on va où, là  ? " Attention Jean Marie, Abuser du joint est dangereux, comme de n’importe quelle autre substance.

            Et d’ailleurs, comment pouvez vous en parler, vous qui n’avez jamais fumé le moindre joint ?


          • Talion Talion 25 mars 2009 20:19

            J’ai regardé les Watchmen l’autre jour et je l’ai trouvé très bien !...

            Je te le conseil, tu devrais passer un bon moment. C’est légèrement trash, mais bon, quel film ne l’est pas aujourd’hui...
            Sinon il y a aussi le film d’horreur Suédois "Morse" qui n’est pas mal...

            Maintenant si l’on doit faire la liste de toutes les daubes qui sont sorties récemment, on y est encore demain. En général, 90% des films à l’affiche à un moment "T" sont des merdes incommensurables...


          • Peter Loup 25 mars 2009 18:46

            Il est vrai qu’il est consternant, pour ne pas dire affolant, de voir des jeunes à l’horizon aussi étroit ; certains jeunes (beaucoup trop hélas) ne développent aucun esprit critique, préférant arrêter leurs vues sur des questions de look, de libations alcoolisées ou encore de partenaires amoureux. Et c’est ainsi que l’on se retrouve parfois avec des jeunes gens au vocabulaire limité, sujets à une forte tendance à l’auto-victimisation, et en proie à des difficultés sur le marché du travail.

            Il est bien plus constructif de s’instruire, d’apprendre, de découvrir, de lire ou que sais-je encore, plutôt que de s’adonner constamment à des bouffonneries sûrement très "in" sur le moment, mais très "out" sur le plan de l’esprit humain. Il est de toute façon surtout effrayant de constater que ces jeunes décrits plus haut n’ont aucun projet de vie de long terme, préférant s’enfermer dans le mythe de la "jeunesse éternelle".

            Bien heureusement, tous les jeunes ne sont pas ainsi. Ou, dans le cas contraire, certains (peu) arrivent à évoluer.

            Toutefois, cher monsieur Thiebert D’Argentré, je pense que l’amalgame entre Gauche et jeunes-bobos-désinvoltes-et-incultes doit être évité ; ce phénomène touche hélas des gens de tout courants politiques, pourvu que ces gens aient entre 15 et 25 ans (voire plus pour ceux qui n’ont toujours pas grandi dans leur tête).


            • wesson wesson 26 mars 2009 02:45

              bon, en même temps vous auriez pu aller voir "coco" qui je crois promet pas mal dans le genre nanard !


              • ernst 26 mars 2009 03:02

                 Enfin une bonne nouvelle que je suis ravie de vous donner : l’auteure est de droite.

                Interessant votre chapelle : le film est un succès commercial (3M5 à ce jour ). Ce qui indique que cette jeunesse à la con se reconnaît de plein fouet dans ce roman-photo qui les fait rêver...que dire encore de positif ?...mise en scène fluide, montage serré, dialogues malheureusement pris sur le vif :

                Pourquoi ne pas faire confiance à l’auteure qui n’est pas plus bête que vous et moi pour regarder sans à priori une chronique du terrible échec, du crime culturel commis par Mai 68...

                Vous auriez passé une meilleure soirée...éventuellement profitable. Avec un minimum de bonne foi, vous en seriez arrivés, au lieu de démolir le film, crachant la responsabilité sur l’autre, à vous demander ce que votre génération de nantis culturels a fait de profitable pour la suivante. Pourquoi ne vous êtes vous pas révoltés comme il est de mode de le faire aujourd’hui devant les mesures démissionnaires prises par Edgar Faure ?...

                Qu’as tu fais, toi que voilà, de leur jeunesse ?...


                • Jean Marie Thiebert d’Argentré 26 mars 2009 07:21

                  en même temps, il était difficile pour moi de me manifester avant, dans la mesure ou je n’ai encore que 20 ans. Cela dit, sur l’appartenance politique, je ne me qualifie pas "de droite", mais plutôt comme un "démocrate chrétien". 


                • saint_sebastien saint_sebastien 26 mars 2009 12:21

                  je rappelle que l’auteur de "lol" vote Sarkozy et s’en félicite publiquement , y aurait ik des bobos de droite maintenant ?


                • saint_sebastien saint_sebastien 26 mars 2009 12:32

                  je rappelle que l’auteur de "lol" vote Sarkozy et s’en félicite publiquement , y aurait il des bobos de droite maintenant ? ou les bobos ne savent ils pas que l’UMP est un parti de droite ? ou peut être l’auteur ne sait il pas dans quel camp est sarkozy ?


                • Jean Marie Thiebert d’Argentré 26 mars 2009 14:21

                  même si j’étais Sarkosyste, en quoi cela posé-ce problème ? 


                • COLRE COLRE 26 mars 2009 12:22

                  20 ans ?! je l’aurais parié… ! smiley 

                  Cet article est un pastiche de "vieux con", mais tellement caricatural, que je ne comprends pas, d’une part comment c’est passé à la modération, et d’autre part comment les commentaires n’ont pas mis au jour le pur délire de la mascarade.


                  • San Kukai San Kukai 26 mars 2009 13:25

                    Bonjour COLRE,

                    Pondu quelques lignes un peu plus bas pour enrichir ton point de vue.


                  • Marsupilami Marsupilami 26 mars 2009 13:33

                     @ Colre & San Kukaï

                    Vous n’avez rien compris ! Cet article devait paraître dans la rubrique Parodies, et la rédaction d’Agoravox a fait une erreur d’aiguillage. Ça lui arrive souvent, d’ailleurs...


                  • San Kukai San Kukai 26 mars 2009 13:43

                     C’est un CALC ?


                  • COLRE COLRE 26 mars 2009 14:14

                    Salut, Marsu, comment ça, je n’ai rien compris ? justement, c’était pour moi évident que c’était un pastiche, et je m’étonnais que personne ne l’ait vu, ni au commentaire ni à la modération.

                    En fait, ce genre de discours est tellement attendu, que les gens finissent pas croire qu’il est normal et ne voient même plus qu’ils ont affaire à une parodie. 

                    C’est amusant, cela me fait prendre conscience, par leurs réactions à ce malentendu, que les gens parlent d’EUX, et non de l’article. L’article n’est qu’un support. Tu vois, il y en a qui parlent du capitalisme qui fait des crétins, du gouvernement à qui "profite le crime" de l’irréflexion, ou de la mauvaise qualité du film LOL, des pbs de génération et de la connerie des jeunes et de leurs parents, des autres navets et nanards, de l’orientation politique du metteur en scène… mais ne réalisent même pas la grossièreté globale du texte.

                    Seul San Kukai, à son habitude, calme et attentif, répond point par point avec beaucoup de tolérance. 

                     

                  • Marsupilami Marsupilami 26 mars 2009 14:30

                     @ Colre & San Kusaï

                    Je faisais de l’humour... mais comme j’aime pas les smileys, ça ne s’est pas vu !


                  • San Kukai San Kukai 26 mars 2009 13:08

                    Voilà maintenant que sur AV les jeunes rédacteurs s’expriment comme nombre de vieux chroniqueurs aigris qui comblent le désert de leur retraite de papiers indignés contre la couleur des abribus ou la hauteur de la jupe de Rachidati comme autant de signes manifestes de la chute de la civilisation occidentale.

                    Pour avoir vu un nanard une fois dans sa vie, à vingt ans (à croire qu’il n’a pas la télé), en compagnie du populaire, l’auteur titre sans rire : La fin de l’Histoire (majuscule), en appelle à Dieu (qui doit avoir d’autres sujets d’inquiétude), à l’eugénisme bon teint (heureusement que la capote et l’avortement existe, il manquerait plus qu’ils se reproduisent), cite quelques auteurs qu’il prétend avoir lus comme cautions de sa hauteur de vue et termine par Desproges, qui se serait certainement mouché de joie dans ce billet.

                    @ l’auteur

                    Quand on a deux sous de culture, une certaine éducation et trois grammes d’altruisme, mon petit Jean-Marie, au lieu de se répandre comme un malpropre du haut de sa tour lustrée sur quelques misérables hères acculturés qui n’ont pour défaut que d’être représentatifs de la majorité de leurs contemporains, bref, quand on est un petit gars bien, on donne un peu de son temps dans un centre social (il est est de très chrétiens) pour donner des cours de soutien à des gamins qui n’ont pas eu la chance de naître ou l’on a grandi soi-même. Faire œuvre utile pourra vous secouer les narines pendant quelques jours, mais vous pourrez peut-être y trouver un accomplissement de vous-même et certainement un peu de cette humanité dont vos lignes sont singulièrement dépourvues.

                    Puisque vous semblez vous recommander d’une certaine religion, demandez à votre directeur de conscience de vous renseigner sur l’humilité et la charité. Une fois paré de ces deux vertus (dont l’une est cardinale) vous pourrez dans quelques années mentionner sans crainte que l’on vous rie au nez devant tant de forfanterie niaiseuse, les Pascal, Descartes, Voltaire, Tocqueville, Balzac, Hugo, Zola et Clemenceau, qui n’en demandaient pas tant.




                    Lorsque j’étais enfant, je parlais en enfant, je pensais en enfant, je raisonnais en enfant ; une fois devenu homme, j’ai fait disparaître ce qui était de l’enfant.
                    Car nous voyons, à présent, dans un miroir, en énigme, mais alors ce sera face à face. A présent, je connais d’une manière partielle ; mais alors je connaîtrai comme je suis connu.
                    Maintenant donc demeurent foi, espérance, charité, ces trois choses, mais la plus grande d’entre elles, c’est la charité.
                    — Paul de Tarse

                    On se dit avec épouvante que des hommes sans nombre naissent, vivent et meurent sans s’être une seule fois servis de leur âme, réellement servis de leur âme, fût-ce pour offenser le Bon Dieu. La damnation ne serait-elle pas de se découvrir trop tard, beaucoup trop tard, après la mort, une âme absolument inutilisée, encore soigneusement pliée en quatre et gâtée comme certaines soieries précieuses faute d’usage ?
                    — Bernanos


                    • COLRE COLRE 26 mars 2009 14:19

                      Bonjour San Kukai,

                      Oui, cela m’a semblé trop énorme pour être vrai… Mais j’admire toujours tes interventions. Garde celle-ci pour une autre fois, il y aura sûrement matière à.

                       smiley

                       


                    • Jean Marie Thiebert d’Argentré 26 mars 2009 14:26

                      eh bien, je ne sais pas qui de nous est le vieil aigri. Je vous vois d’avance devant votre ordinateur à vous exciter sur le clavier... Veuillez m’excuser, mais mon article est quand même extrêmement caricatural. Par conséquent, même si, certes, je peux penser à certains égards ce que j’ai écrit, il ne faut pas perdre d’esprit qu’il s’agit d’HUMOUR ! 


                    • Jean Marie Thiebert d’Argentré 26 mars 2009 14:29

                      vous avez le droit à un bon point, vous êtes le premier à avoir découvert la nature "humoristico-caricaturale" de cet article. C’est bien !


                    • San Kukai San Kukai 26 mars 2009 16:10

                       @ l’auteur,

                      Bravo pour la caricature, dont certains points ressemblent cependant à s’y méprendre à ce que l’on peut lire sur AV et ailleurs.

                      Vous écrivez : « eh bien, je ne sais pas qui de nous est le vieil aigri. Je vous vois d’avance devant votre ordinateur à vous exciter sur le clavier... »
                      C’était pendant ma pause déjeuner, une main avec un sandwich et l’autre sur le clavier ; mais pas énervé pour deux ronds, plutôt cool même avec ce beau temps. Concernant l’âge, j’ai quitté depuis peu celui où j’allais voir des films comme celui que vous décrivez avec mes camarades de caleçon… Quant à l’aigreur, je ne crois pas que mon message en fasse montre… à moins que vous ne fassiez référence au cornichon un peu trop vinaigré qui accompagnait mon sandwich.

                      Serait-il possible de savoir ce que vous avez tenté de démontrer derrière cette saillie ?

                    • Suldhrun LOL 26 mars 2009 15:06

                      lol












                      lol


                      • Suldhrun LOL 26 mars 2009 15:08

                         





                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires