• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La France a besoin d’une riposte centriste !

La France a besoin d’une riposte centriste !

Depuis des décennies, le Centre en politique est considéré comme un courant girouette, indécis, ambigu, opportuniste, mou ou au mieux une variable d’ajustement de la Droite. Sa place dans la vie publique est cantonnée au second rang, dépendante de petits arrangements électoraux qui brouillent son message et le décrédibilisent aux yeux des Français. Sur le plan militant, le Centre est un cimetière de bonnes volontés déçues et de talents méprisés.

Nous croyons que le Centre doit être une conviction, pas une hésitation. Cette conviction est la volonté inébranlable de créer une troisième voie qui redonne ses lettres de noblesse à l’engagement politique et à l’action publique. Une voie qui repose sur des idées fortes et porte un projet de société qui se donne pour « mission » d’humaniser le monde de demain.

Un Centre populaire pour répondre au populisme 

Fin 2016, Tony Blair déclarait lors d’une interview : « Le Centre doit se réapproprier l’initiative politique. Seul un Centre solide et redynamisé pourra vaincre l’actuelle vague populiste ». L’idée n’est surement pas de discuter du bilan ou de la légitimité de Tony Blair, mais nous soutenons bien sûr cette vision d’un Centre à partir duquel nos démocraties pourraient entrer pleinement dans le XXIe siècle.

Pour exister, le Centre a besoin du centrisme : une charpente, une colonne vertébrale. Le Centre ne doit pas être une simple position relative. Il doit se projeter au-delà des solutions d’opposition sempiternelle et abêtissante entre deux camps, ou de distinction par l’agitation, la vocifération et l’extrémisme. Bien plus qu’une alternance, il doit donc s’agir une réelle alternative. Il doit reposer sur du fond, du concret, du simple. Un projet de société moderne qui réponde précisément aux attentes réelles de nos concitoyens et dont la crédibilité sera source de confiance. Il demande du courage, et une volonté de compétition idéologique vis-à-vis du PS, de LR et des autres pour vaincre son isolement et devenir pleinement indépendant et populaire.

Populaire, le mot est lâché

Pour une grande partie de l’élite politique, économique et médiatique, toute référence au peuple est devenue synonyme de populisme. L’élection de Trump, le BREXIT, la progression de l’extrême Droite en Autriche, en Allemagne, en Hollande, ou de Beppe Grillo en Italie, …, ce qu’on appelle justement « la montée des populismes » est tout simplement un divorce profond entre le peuple et les élites.

Il est indispensable de formaliser cette réflexion en « principes de bases » d’une politique pro-peuple, une politique populaire. La nouvelle économie numérique et l'évolution de l'économie traditionnelle remplacent massivement les emplois bien payés et stables par des emplois sous-payés et à la carte. Nous revenons au XIXème siècle, au temps du travail journalier. Mais il n’y a plus aujourd’hui de débat sur l’économie. Depuis la chute du mur de Berlin, l’idée de Fukuyama de la fin de l’histoire et du triomphe de la démocratie à l’occidentale et de l’économie de marché s’est imposée et a dominé complètement les années quatre-vingt-dix. Intrinsèquement cette idée sous-entendait aussi la fin des conflits entre nations et la fin de l’idée de lutte des classes. L’association mentale de la démocratie, de la paix et du capitalisme triomphant a tué dans l’œuf tout débat de fond sur quel modèle économique adopter.

Le Centre est par nature libéral, social, décentralisateur et européen. Evacuer le débat au sein du libéralisme, c’est évacuer l’idée même de centrisme. Etre centriste commence par rompre avec la pensée unique économique. Si le Centre veut perdurer pour l'intérêt premier de la nation, il doit renouer avec les classes moyennes que personne ne représente aujourd'hui sans perdre son âme. Nous devons apporter des réponses fortes et concrètes à la disparition des emplois bien payés et à toutes les problématiques socio-économiques soulevées par Donald Trump, tout en restant fidèles à nos valeurs centristes d'humanisme et d'ouverture d'esprit. C'est là le vrai défi du Centre. C'est même un devoir pour sauver la démocratie qui risque sinon d'être submergée par les forces extrémistes.

Alliance Macron-Bayrou : l’espoir d’une riposte centriste ?

Il y a quelques semaines, nous avons lancé un appel à la riposte centriste en publiant un livre du même nom pour encourager et soutenir la prise d'indépendance intellectuelle et politique du Centre. 

Une autre mondialisation, un autre progrès, un autre libéralisme, une autre solidarité, une autre écologie, une autre Europe, concilier évolution des mœurs et sens de la famille, mais aussi défense des libertés publiques et donc de la démocratie, ce sont l’ensemble de ces idées qui constituent la riposte centriste dont la France a besoin.

Aujourd'hui, nous saluons l'alliance entre François Bayrou et Emmanuel Macron sur la base de quatre exigences fortes pour une reconstruction du paysage politique : une véritable alternance (nous comprenons à la fois rupture avec le quinquennat mais aussi non-récupération des élus PS orphelins), la moralisation de la vie publique (avec un accent sur les conflits d’intérêt), la lutte contre la diminution des niveaux de rémunération du travail (protection particulière des bas salaires) et le respect du pluralisme (à travers l’introduction de la proportionnelle aux élections législatives). 

Autant d’éléments que nous soutenons directement dans « la riposte centriste » et qui représentent pour nous des conditions indispensables, mais bien sûr non suffisantes, du projet de société que nous voudrions voir le Centre porter. Si ces mots et ces intentions se traduisent en actes d’abord programmatiques, puis exécutifs et législatifs, nous aurons mis la France en position de résister, de riposter aux populismes et peut-être même de sauver l’Europe.

Olivier Nataf est membre du MoDem depuis 2011 et conseiller national, blogueur, fondateur de l'association European Citizens Abroad et de la plateforme Internet collaborative Blogueurs Centristes. Philippe Dervaux est membre de l'UDI depuis 2012, ancien membre du MoDem, délégué départemental de l’UDI Paris 11 et Président de l’association citoyenne L’Alternative Crédible. Ils sont coauteurs de l’essai politique « La riposte centriste » aux Editions du Net. Plus d’informations sur www.ripostecentriste.fr 

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Michel DROUET Michel DROUET 7 mars 10:11

    « Riposte centriste » : un bel oxymore !


    • lautrecote 7 mars 10:35

      Macron, une véritable alternance ?
      Oh putain, y’en a qui ont la mémoire courte....


      • Sphere 7 mars 10:37

        ça y est, tous les partis ont reçu leurs enquêtes qualitatives de leur clientèle et leurs mots-clés, « populaire » arrive en tête, alors maintenant ils sont tous « populaires », le pen est la candidate de peuple, ou est-ce mélenchon, ou alors fillon ou macron qui sont les candidats des classes populaires. Il faut convaincre les classes populaires, donc on garde absolument tout, mais on change certines formules et on abreuve toutes nos phrases de « populaire ». 

        Honnêtement j’ai du lire attentivement la première moitié pour me convaincre que ce n’était pas un troll.


        • Frédéric Van der Beken Frédéric Van der Beken 7 mars 11:14

          Si le centre ne fonctionne pas, c’est qu’il n’existe pas réellement en tant que parti. Un vrai parti centriste occuperait la place et non des partis centristes de gauche ou de droite qui finissent toujours par pencher à droite ou à gauche au 2e tour.
          Presque tous les 2e tours se jouent entre LR, PS et FN. De temps en temps, un écologiste ou un centriste investi par LR ou PS. Le centre est bien nulle part, il n’existe pas.
          Un parti, c’est de la patience et non de la prostitution tous les 5 ans.
          La condition serait donc bien un vrai parti centriste, presque unique et qui ne se rallierait jamais à personne.
          Macron n’est pas le centre : ex ministre des finances d’une présidence PS même si il n’a pas sa carte, carte qu’il n’a pas plus dans un parti centriste. A t’il rejoint un parti centriste après sa démission ? Macron, c’est juste un hold up sur une jeune génération ou des lassés (je les comprends aussi). Son éventuelle majorité à l’assemblée sera de quelle couleur ? La même couleur que l’actuelle, c’est évident.
          Bayrou n’est plus un centriste indépendant depuis longtemps. Il me fait penser à la Hongrie qui a choisi le mauvais cheval en 14, y a perdu des territoires, a re-choisi le mauvais cheval en 39 pour retrouver ses territoires et y a perdu une 2e fois. Et si Juppé avait remplacé Fillon, il aurait fait quoi ?
          Au centre, il n’y a rien, que des groupuscules qui font les quelques % que les autres s’arrachent à coups d’investitures. Une fois, ces % pris, que reste il des idées centristes ?


          • Tall Tall 7 mars 12:42

            La position centriste actuelle devrait être de nature quantique :

            être dans l’UE tout en n’étant pas dans l’UE

            • Tall Tall 7 mars 12:44

              Traduction : il n’y a pas de centrisme possible aujourd’hui ... on continue comme avant en restant dans l’UE, ou on en sort

               
              Changer l’UE est un mythe : qui va donc transformer Merckel en socialiste ?

            • Vipère Vipère 7 mars 13:03


              « Nous croyons que le Centre doit être une conviction, pas une hésitation »

              A la lecture de cette phrase d’attaque développant le billet, bien que lisant correctement le français, je n’y comprends que pouic !

              Ainsi le Centre serait créateur d’un courant de pensées ? j’aimerai diablement les connaître ces pensées, si tant est qu’elles existent ! 

              J’ai toujours crû que le centre était un vague indicateur spatial, fictif qui plus est, car le centre est partout et nulle part à la fois ! smiley
               

              • Vipère Vipère 7 mars 13:16



                « Nous devons apporter des réponses fortes et concrètes à la disparition des emplois bien payés et à toutes les problématiques socio-économiques soulevées par Donald Trump, tout en restant fidèles à nos valeurs centristes d’humanisme et d’ouverture d’esprit. C’est là le vrai défi du Centre. C’est même un devoir pour sauver la démocratie qui risque sinon d’être submergée par les forces extrémistes. »

                Humanisme et ouverture d’esprit caractériseraient le courant Centriste ? 

                Et dans les actes politiques cela se traduit concrètement comment dans la vie des français ? 

                Depuis le temps que Bayrou et ses élus sont alliés à la Droite qu’ont-ils produit de concret dans le sens de l’humanisme, tout « ouverts d’esprit » qu’ils sont, c’est vous qui le dites ?



                • Sphere 7 mars 13:34


                   ?? Il s’avère que c’est effectivement un livre récemment paru, et non une blague.
                  Je reprends phrase par phrase :

                  - le Centre en politique est considéré comme un courant girouette, indécis, ambigu, opportuniste, mou

                  Comment peut on une seconde défendre le contraire après l’arrangement bayrou macron ? Le premier est sorti de son terrier pour dénoncer les puissances d’argent pour après aller baiser la main d’Al Capone.


                  - le Centre doit être une conviction, pas une hésitation

                  Ils n’ont jamais hésité à être girouettes, indécis, ambigus, opportunistes, mous

                  - pour « mission » d’humaniser le monde de demain

                  Leur seule mission est de déshumaniser le monde de demain, mais récemment défendre la thèse et l’antithèse est le procédé le plus efficace en communication

                  - Un Centre populaire pour répondre au populisme

                  Le pouvoir au peuple, ce n’est pas du populisme, ce n’est que la démocratie que vous haïssez tant. Aucun parti en France n’est populiste. Respecter la langue et le sens des mots n’est plus à l’ordre du jour, ce n’est pas pour autant que je vais laisser certains dévorer la mystique du français pour en faire un crachat politique galvaudé.

                  - Le Centre ne doit pas être une simple position relative

                  C’est littéralement tout ce qu’ils sont. Le plus grand drame de notre vie politique peut se résumer en un mot : hémicycle. Chacun doit se positionner sur ce segment, même les écologistes, même les eurosceptiques, mêmes les féministes, même les paysans. Et évidemment, comme la France sur un planisphère, le Centre est le point de référence de la Vérité et de la Raison. Un joli référentiel à qui on oublie de rappeler qu’il est juste arrivé premier, comme les écoliers mal-élevés qui piétinent leurs camarades pour choisir les meilleures places du ciné. Dès lors les gens ont admis que les extrêmes étaient tarés et le Centre un saint lieu de bon sens.


                  • Sphere 7 mars 13:36

                    @Sphere
                    (suite)
                    - Un projet de société moderne qui réponde précisément aux attentes réelles de nos concitoyens

                    Ou comment en une phrase démontrer par A+B l’hypocrisie de ce parti : l’attente réelle de nos concitoyens est en finir avec leur projet de société moderne.

                    - Il est indispensable de formaliser cette réflexion en « principes de bases » d’une politique pro-peuple

                     !!! On est rassuré, on pensait qu’ils avaient à jamais enterré l’idée de construire leur petit monde français et européen sans et contre les gens ! Merci pour cette promesse sincère de reconsidérer l’idée d’être peut-être un jour démocrate !

                    - Le Centre est par nature libéral, social, décentralisateur et européen

                     smiley smiley smiley Le Centre est par nature [X], [anti-X], [Y], [anti-Y]

                    - il doit renouer avec les classes moyennes que personne ne représente aujourd’hui sans perdre son âme

                    On a trouvé un énième maçon pour construire le rempart contre le fn


                    - pour sauver la démocratie qui risque sinon d’être submergée par les forces extrémistes


                    oyoyoy Que la discussion soit libre tant qu’elle reste respectueuse de notre censure !

                    Évidemment le meilleur arrive vers la fin :
                    - Aujourd’hui, nous saluons l’alliance entre François Bayrou et Emmanuel Macron (on l’avait pas vu venir) sur la base de quatre exigences fortes pour une reconstruction du paysage politique :


                  • Sphere 7 mars 13:38

                    @Sphere
                    (suite2)

                    - une véritable alternance (nous comprenons à la fois rupture avec le quinquennat mais aussi non-récupération des élus PS orphelins),
                    en clair mesure Un : être élu, et sans les losers d’avant


                    - la moralisation de la vie publique (avec un accent sur les conflits d’intérêt),

                    LMAO Macron et Bayrou sont donc évidemment les mieux placés pour défendre l’étendard

                    - la lutte contre la diminution des niveaux de rémunération du travail (protection particulière des bas salaires) et le respect du pluralisme (à travers l’introduction de la proportionnelle aux élections législatives).
                    En clair les ploucs nous cassent les pieds avec deux trucs, on va montrer qu’on fait un geste et leur prêter un peu de sparadrap.
                    Ce qui choque dans ces quatre mesures ce n’est même pas le foutage de gueule, mais l’absence totale de thèmes cruciaux dans la vie des français. Tout tourne autour de comment maintenir le petit monde des politiques sans trop fâcher.


                  • sleeping-zombie 7 mars 13:49

                    Le Centre est par nature libéral, social, décentralisateur et européen.

                    Enfin une tentative de définition. Enfin, presque, puisque ça fait référence à la « nature », sans toutefois la définir. Du coup, je reste sur ma faim.. qu’est-ce que le « Centre » ?


                    • Laulau Laulau 7 mars 14:22

                      Dans ma vision des choses, ce qui régit l’évolution de la société, c’est la lutte des classes. Dans ce cadre il est évident que le centre, ça ne veut pas dire grand chose, la position médiane entre travailleur et capitaliste..... on ne voit pas bien.
                      Mais dans la politique française d’aujourd’hui, si l’on considère que droite ou « gauche », une fois au pouvoir mènent la même politique, être centriste devient un dénominateur commun. Pour moi, Hollande, Fillon, Macron, Hamon, Valls, Jadot ..... sont tous centristes. Tous sont pour la continuation de l’économie libérale et la seule chose qui les empêche de gouverner ensemble, comme un gigantesque centre c’est que l’on verrait trop clairement que cette « démocratie » n’est en fait que la dictature d’une classe, celle de la finance.


                      • LE CHAT LE CHAT 7 mars 15:05

                        @Laulau
                        je n’aurais pas dit mieux ! être centriste permet sans trop se mouiller de pouvoir bouffer à tous les râteliers ! car le centriste est avant tout aussi bourgeois que le bobo , et a donc le cœur à coté du portefeuille !


                      • Sergio Sergio 7 mars 19:16
                        La France a besoin d’une riposte centriste
                                            La France a besoin d’une riposte tantriste

                        • Old Dan Old Dan 9 mars 07:54

                          Le centrisme ??? Trop de compromissions, trop tard !
                          Corruptions, mensonges, finances, déréglementation, environnement, lobbying, bla bla...
                          L’heure n’est plus aux demi-mesures.
                          .
                          [ ...GRRR ! 1er tour, je vote Méluche. 2eme tour je vote MLP pour foutre la merde. ]


                          • Olivier Des Mots Crates Olivier Des Mots Crates 11 mars 17:35

                            Merci pour vos commentaires. Pris dans leur ensemble, ils sont une remarquable démonstration de tout ce que cet article dénonce et ce contre quoi nous ripostons. Nous avons eu droit en cette quinzaine de commentaires, à toutes les caricatures classiques de compromis, girouette, pas trop se mouiller, mollesse etc... Même quand on vous dit exactement le contraire, que l’on constate cette perception pour proposer autre chose justement en en tenant compte, la raillerie reste votre réflexe. Bravo pour vous être illustré comme un seul homme dans des petites réactions épidermiques qui n’ont, je le répète, que confirmées la nécessité du travail que nous avons entrepris.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires