• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Géo-stratégie d’une opposition affligeante ou retour sur les (...)

La Géo-stratégie d’une opposition affligeante ou retour sur les frappes du 14 avril 2018 en Syrie

Il y a 2 mois, le 14 avril 2018, la Grande-Bretagne, la France et les États-Unis envoyaient une salve de missiles sur des sites de production d’armes chimiques (présumés) en Syrie, après des attaques chimiques (présumées) de l’armée syrienne lors de la bataille de la Ghouta orientale.

 

Avec le recul, on peut dresser le bilan militaire et diplomatique de ce « fait d’arme » :

Pas grand-chose, sauf, peut-être, une légion d’honneur qui a été renvoyée.

 

L’occasion de revenir, juste pour rire, sur la comédie surjouée d’une opposition à Macron qui cherche désespérément à dire quelque chose.

Bêtisier.

 

Ces frappes vont mener à une escalade et à un conflit direct avec la Russie !

C’est ce qu’expliquait un Jean-Luc Mélenchon blafard et plein de « gravitude » dans une intervention réalisée le 19 avril.

Tout au moins au début.

Puisqu’il finissait quand même par nous « apprendre » ce qui sautait aux yeux, à savoir que « la partie adverse » russe, donc syrienne, avait été prévenue de ces frappes très ponctuelles, annoncées depuis une semaine et l’attaque chimique (présumée) de Douma, le 7 avril.

Le même scénario avait déjà été joué lieu l’année dernière, avec les frappes américaines « unilatérales » du 6 avril...2017 sur une base militaire syrienne, toujours après une attaque chimique supposée….dont on a ensuite appris qu’elles avaient été convenues d’avance avec la Russie.

Et à peine un mois après, en mai 2018, Israël lançait une opération de bombardement d’une toute autre envergure contre des cibles – toujours présumées – iraniennes en Syrie. Sans plus de réaction de Moscou.

 

Ainsi va la vie de la Syrie gouvernementale sous protectorat russe, livrée aux interventions de tous ses voisins. Après tout, la Russie a bien toléré que le nationalisme grand turc se saisisse d’Afrin, pour que le processus d’Astana se poursuive avec les 3 Empereurs.

Pas de quoi donc en faire toute une histoire.

 

Les soi-disant attaques chimiques sur la Ghouta sont des « fakes » comme la fiole de Colin Powell en 2003 !

 

Peut-être. Mais dans ce cas, il faudrait filer la comparaison jusqu’au bout. Et là il y a une divergence certaine.

 

Il est vrai qu’une entrée en guerre a toujours besoin de prétexte et d’une propagande pour conditionner l’opinion publique. Et ainsi, il y a bien eu de fausses accusations lancées contre l’Irak de Saddam Hussein avant la guerre de changement de régime de 2003, des « bébés koweïtiens tués dans des couveuses » en 1990, des charniers controversés au Kosovo, etc.

Dans tous cas cas, ces épisodes ont été martelés comme la goutte d’eau qui fait déborder le vase, pour justifier le recours à une guerre massive, en fait déjà décidée depuis longtemps.

 

Pas grand-chose à voir avec le cas présent comme on en a la certitude maintenant avec le recul...et comme on pouvait aisément s’en douter, vu le contexte militaire et international :

La Syrie s’est fracturée depuis 2011, il y a maintenant 7 ans.

L’option militaire directe contre « le régime d’Assad » a déjà été fermement envisagée par François Hollande, tout seul, à l’été 2013. Barack Obama, élu sur un programme non interventionniste, a clos le débat au mois de septembre.

L’émergence de l’État islamique, le soutien russe à Assad à partir de 2015 ont, si ce n’est accru la légitimité du président syrien, du moins rendu très improbable toute « destitution » imposée par les Occidentaux.

Le « régime » tient maintenant fermement la majorité centrale du pays.

Comme Obama, Trump, malgré ses rodomontades, a convenu lui aussi que la guerre d’Irak de 2003 fut une grave erreur, et n’est pas pressé de la reproduire ailleurs.

Fait intéressant mais jamais relevé, Macron a totalement abandonné la position extrémiste de Hollande, qui fut bien le dernier à réclamer à cors et à cris le départ préalable d’Assad.

On voit mal dans ces conditions quiconque s’engager, en 2018, sur la voie d’une guerre de changement de régime en Syrie comme ce fut le cas en Irak en 2003.

 

Non, la seule comparaison qui pourrait être faite sur ces « frappes », c’est celle du soufflet donné à un inconvenant :

c’est vexant, ça signifie qu’on n’apprécie pas son comportement, on espère qu’après ça il aura compris, mais ça n’a jamais tué personne et il s’en remettra vite.

 

On peut toujours discuter de la pertinence de cette « méthode », mais ce n’est pas ce qu’ont choisi de faire nos opposants en carton, qui imaginent qu’en dramatisant les choses ils gagneront en épaisseur.

 

Rappelez-vous ce qui s’est passé avec l’intervention en Libye en 2011 !

 

Sans doute le parallèle le plus hypocrite utilisé par des politiciens qui veulent se blanchir à bon compte.

 

Tous ou presque, à l’exception notable de Marine Le Pen, ont approuvé en son temps « la mission de protection humanitaire » lancée par la France sous couvert de l’ONU, qui s’est rapidement transformée en chasse à l’homme lorsque les domiciles personnels de Khadafi ont été visés par les bombardements. Même Mélenchon ou Dupont-Aignan, qui convoque maintenant les fantômes de la Libye pour justifier son opposition à Macron, n’ont guère brillé par leur clairvoyance.

 

Et pourtant…

L’inimitié personnelle entre Sarkozy et Khadafi était connue de tous, depuis la calamiteuse visite du « Guide » libyen à Paris à l’automne 2007.

 

Et pourtant...

La volonté précipitée de la France de recourir à la mobilisation militaire, après 15 jours de soulèvement dans l’Est libyen, laissait clairement supposer que cette inimitié prenait dangereusement le pas sur toute autre considération :

le pistolet en main, s'imaginant porté par le vent de l'Histoire (les « révolutions arabes », que la France n'avait guère anticipées en Tunisie), combien de temps Sarkozy allait-il résister à la tentation de donner l'estocade à son ancien « ami » qui venait de mettre un genou à terre ?

 

Et surtout intervenir contre Khadafi revenait à soutenir de fait des gens dont on ne savait pas grand chose de rassurant, voire pas grand chose tout court, si ce n'est que le soulèvement avait des racines régionales (la Cyrénaïque), islamiste « orthodoxe » (opposé à l'islamisme hétérodoxe, quasi hérétique, de l'auteur du Petit Livre vert) et recyclait pas mal de dignitaires de « l'ancien régime ».

 

Armé de son simple bon sens, on se rend compte aisément qu'il n'y a presque rien de commun entre le bombardement ponctuel du 14 avril 2018, et la campagne de bombardements massifs organisée par la France et le Royaume-Uni 6 mois durant sur la Libye, qui visait la liquidation physique du dirigeant libyen.

 

Encore une fois, le débat franco-français a donc tranformé des événements internationaux en une pantalonnade dérisoire, dont on se demande si elle n'est pas avant tout destinée à gommer les aveuglements pas si lointains de nos politiciens.

La comparaison avec d'authentiques faits de résistance, comme la démission de Jean-Pierre Chevènement à la veille de la 1ere Guerre du Golfe, en 19911, dans une indifférence quasi générale teintée d'hostilité , n'en est que plus cruelle.

Et l'on retrouve encore et toujours la problématique ayant sous-tendu la présidentielle de 2017 :

Macron n'est certes qu'un politicien médiocre, dont les recettes ont été mille fois testées, et dont les résultats n'ont jamais été bien probants, mais ses opposants sont, au mieux, aussi mauvais que lui.

Alors...

 

 

1 Ministre de la Défense, il avait estimé que le « plan de guerre » américain était totalement disproportionné par rapport à l’enjeu (la libération du Koweït), et revenait en fait à écraser un pays sous un tapis de bombes, tout en le maintenant indéfiniment sous un embargo cruel. La suite lui a, hélas, donné entièrement raison.


Moyenne des avis sur cet article :  1.85/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • jmdest62 jmdest62 19 juin 2018 09:09
    Votre texte est dérisoire et votre conclusion grotesque :
    « La comparaison avec d’authentiques faits de résistance, comme la démission de Jean-Pierre Chevènement à la veille de la 1ere Guerre du Golfe, en 19911, dans une indifférence quasi générale teintée d’hostilité , n’en est que plus cruelle. »
    °
    1) Malheureusement , à part vous , personne n’a fait cette comparaison car tout le monde a oublié chevènement.
    2) Démission de chevènement = authentique fait de résistance ou manque de solidarité gouvernementale ??? allez savoir !!
    @+


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 juin 2018 09:18

      @jmdest62

      Oui c’est bien ce que je disais : le poutinien moyen a une mémoire de poisson rouge.

      Et comme il doit absolument faire oublier qu’il a bien souvent collaboré à tout jusque là, il en fait des caisses, et il compare la Libye en 2011 avec les frappes du 14 avril 2018 en Syrie.

      Merci de confirmer ce que je raconte en quelques lignes....


    • jmdest62 jmdest62 19 juin 2018 09:44
      @Olivier Perriet
      Je vous sens « piqué au vif »
      « le poutinien moyen a une mémoire de poisson rouge. »
      1) chevènement a été le roi du « claquage de porte » ...technique d’enfant capricieux qui ne peut pas obtenir ce qu’il veut ...d’ailleurs à part « claquer des portes » quoi d’autre au crédit de chevènement ?
      2) Le « fait d’arme » de JPC dont vous parlez date de 1988 si je ne m’abuse.
      Donc , à moins de s’intéresser de manière très précoce à la politique ou de manière très pointue à la vie du « grand homme »...les moins de 45 ans n’ont jamais entendu parler de ce « petit caprice ».
      3) Il ne peut y avoir de comparaison entre la lybie 2011 et la syrie 2018 puisque justement l’entourloupe de 2011 est restée en mémoire notamment des russes qui (à la demande du gouvernement Syrien) ont empêché que le même scénario ne se reproduise.
      Sur ce , je vous laisse avec vos certitudes
      @+


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 juin 2018 10:24

      @jmdest62

      Il s’agissait juste de faire une comparaison entre ce qui est sérieux et important (écraser un pays sous les bombes, essayer de tuer son dirigeant pour le cas libyen) et ce qui l’est objectivement beaucoup moins (frapper une cible en prévenant à l’avance la partie adverse).

      Quant à la date.....
      Mélenchon, Dupont-Aignan, et vous mêmes, étiez déjà vivants et doués de raison en 1990...et en 2011 d’ailleurs.

      Surtout que les poutiniens ont en général la soixantaine bien sonnée, et imaginent que leur idole ressuscite l’URSS de leurs jeunes années.

      Donc encore une fois, je vous remercie de confirmer que pour vous et vos semblables, tout se vaut, le sérieux et la farce, la tentative d’assassinat et la claque.


    • jmdest62 jmdest62 19 juin 2018 10:51
      @Olivier Perriet

      "Surtout que les poutiniens ont en général la soixantaine bien sonnée, et imaginent que leur idole ressuscite l’URSS de leurs jeunes années."
      Cette phrase est aussi ridicule que votre texte ....poutine serait Marxiste ??!!!!
      Continuez ...vous êtes presque au fond
      @+


    • jmdest62 jmdest62 19 juin 2018 11:02
      @Olivier Perriet
      Quelque chose sur le bilan de votre idole ?
      @+

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 juin 2018 11:15

      @jmdest62
      Cette phrase est aussi ridicule que votre texte ....poutine serait Marxiste ??!!!!

      Je ne fais que constater sa popularité chez les tiers mondistes sur le retour.

      Et la Syrie des Assad, ce n’est pas l’allié historique de l’URSS dans la région ?


    • Sparker Sparker 19 juin 2018 11:26

      @Olivier Perriet


      « Je ne fais que constater sa popularité chez les tiers mondistes sur le retour »

      On peut surtout constater, une fois de plus, que vous ne comprenez rien.

    • jmdest62 jmdest62 19 juin 2018 11:35
      @Olivier Perriet
      Je ne fais que constater sa popularité chez les tiers mondistes sur le retour.
      Faute d’argument il ne reste que l’insulte ...
      ça y est vous êtes au fond ! je vous laisse ...j’ai piscine !
      @+


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 juin 2018 15:56

      Et bien vous êtes d’une sensiblerie étonnante, « tiers mondiste sur le retour », on a fait bien pire comme « insulte »....


    • V_Parlier V_Parlier 20 juin 2018 10:03

      @Olivier Perriet

      « il en fait des caisses, et il compare la Libye en 2011 avec les frappes du 14 avril 2018 en Syrie ».
      -> Aujourd’hui vous pouvez écrire ceci avec le recul car, à défaut de prolongation de cette « campagne », on peut à présent s’assurer que c’était un coup de spectacle, un soufflet dans tous les sens du terme (néanmoins risqué). Or, quand on entendait les déclarations de l’époque ça ne sonnait pas du tout comme ça. Le « coup de com’ » gonflé faisait déjà parmi des hypothèses, mais en tant qu’une parmi d’autres.

    • V_Parlier V_Parlier 20 juin 2018 10:07

      @Olivier Perriet
      « Tiers mondiste sur le retour », ce n’est qu’une petite partie de ceux qui considèrent les actions de Poutine comme justifiées. Si ce n’est pas une véritable insulte c’est néanmoins très réducteur. (Je n’ai jamais été tiers-mondiste, pas plus qu’interventionniste. Je n’aime pas les excuses mono-causales de la repentance ni du « devoir d’ingérence »).


    • Matlemat Matlemat 19 juin 2018 12:08

       On dirait que les beaux projets en syriens ont butés sur la fermeté de Russes, cela enrage les américains et Bolton a déjà déclaré qu’il voulait « faire mal » au Russes pour les punir de leur insoumission.


      • Matlemat Matlemat 19 juin 2018 12:09

        @Matlemat
        en Syrie


      • V_Parlier V_Parlier 20 juin 2018 10:09

        @Matlemat
        Pour Bolton, partout où des russes existent ce n’est déjà pas normal. Ce type est bon pour l’asile, cellule spéciale et camisole.


      • Zolko Zolko 19 juin 2018 13:54
        « L’occasion de revenir, juste pour rire, sur la comédie surjouée... »
         
        en fait, votre texte est d’un inhumanisme dont vous ne vous rendez même pas compte (et que vous confirmez dans vos commentaires) : la France part en guerre contre un pays lointain qui ne lui a rien fait, sous des faux prétextes inventés de toutes pièces, et ça vous amuse. Que ces frappes soient stupides du point de vue militaire ou stratégique ne vous arrête pas. Macron a utilisé l’armée Française pour sa propre propagande, il a fait mumuse pour prouver qu’il est président, et déclare la guerre à un pays membre de l’ONU, et vous trouvez ça drôle.
         
        Le mépris de toute bienséance internationale dont vous faites preuve est très inquiétante. Comme Sarkozy, Bush, Clinton, Blair ... vous êtes en bonne companie
         
        Comme le disait Jacques Chirac à Bush qui prétendant que « the game is over » : ce n’est pas un jeu et ce n’est pas fini.

        • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 juin 2018 15:55

          @Zolko

          Que ces frappes soient stupides du point de vue militaire et stratégique m’interroge, mais force est de constater que ce n’était pas l’essentiel des arguments utilisés par nos politiciens, et nos poutiniens, qui préféraient faire des comparaisons tragiques hors de propos.

          Il faudrait savoir : c’est criminel ou ça n’a aucune conséquence, mais pas les deux.

          En l’occurrence Macron a peut-être joué, mais les avantageux personnages cités aussi. Le jeu n’est pas fini pour eux non plus.


        • jmdest62 jmdest62 19 juin 2018 18:23

          @Olivier Perriet

          Il faudrait savoir : c’est criminel ou ça n’a aucune conséquence, mais pas les deux.
          Allez on va vous expliquez doucement :
          Il est criminel , en droit international , d’agresser un pays sans raison , même si cette agression n’a , à court terme , apparemment aucune conséquence.
          Il convient d’insister sur « à court terme » et « apparemment »
          On parle toujours de « LA goutte qui fait déborder le vase »..... jamais de celles qui ont rempli le vase.
          @+

        • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 juin 2018 21:33

          @jmdest62


          Si vous voulez en venir là : la seule victime pour l’instant c’est une légion d’honneur.

          Ça n’a pas vraiment aggravé une pseudo amitié franco-syrienne (je parle des gouvernements) qui est réduite à zéro depuis 2011, et qui n’a jamais été à un très bon niveau...les 50 années précédentes.

          Mais comme vous préférez dramatiser dans le vent pour appuyer votre argumentation, ces faits objectifs vous importent peu : « criminalisez » donc...

        • jmdest62 jmdest62 20 juin 2018 06:13

          @Olivier Perriet

          «  la seule victime pour l’instant c’est une légion d’honneur
          J’aime bien le »pour l’instant" ...vous progressez , lentement mais ....
          Pas de nouvelles de Jean Pierre ?
          @+

        • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 juin 2018 09:26

          @jmdest62

          Dans 10 ans vous y serez encore ?


        • Fanny 19 juin 2018 21:35

          Article bizarre.

          Mis à part l’embarras de l’auteur, on ne voit pas bien ce qu’il veut exprimer.

          Quelques portes ouvertes enfoncées : oui, la guerre de Libye (plusieurs mois de bombardements) n’a pas grand chose à voir avec les frappes d’avril 2018 (une nuit de bombardement). Evident. Et alors ?

          Si l’auteur juge l’activité militaire de la Russie, des USA, d’Israël, de la France … sur le  territoire de la Syrie sans danger aucun pour la paix mondiale (si c’est effectivement ce qu’il veut dire), c’est son droit. On peut être, avec l’opposition, d’un avis contraire avec de bons arguments.

          Si l’auteur juge l’éclatement de la Syrie en morceaux (stratégie occidentale) sans importance, c’est également son droit. On peut être, avec l’opposition, d’un avis contraire.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 juin 2018 22:15

            @Fanny


            Pas d’embarras pour souligner que les 3 arguments qui ont été utilisés lors de l’épisode du 14 avril dernier sont assez affligeants :

            « il n’y a rien de commun avec la Libye », je suis heureux que vous en conveniez, mais ce n’est pas ce qui a été tartiné à ce moment, voyez le blog de NDA mis en lien (et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres). Apparemment ça n’avait pas l’air « évident » à ce moment.

            Je n’ai pas dit le reste de ce que vous me prêtez sur l’éclatement de la Syrie : il faudrait demander son avis à la Russie, qui a validé le processus d’Afrin.

          • Doume65 20 juin 2018 16:42

            @Fanny

            « Mis à part l’embarras de l’auteur, on ne voit pas bien ce qu’il veut exprimer. »
            C’est récurent chez Perriet, je te laisse consulter ses posts.

          • Fanny 20 juin 2018 00:05

            Je vous envoie la stratégie occidentale : faire éclater la Syrie.


            Vous me répondez que la Russie fait de même (Afrin).

            Débat intéressant : qui travaille le plus activement à l’éclatement de la Syrie, la Russie ou les Occidentaux et Israël ?

            Mon impression est que la Russie ne pouvait pas s"opposer frontalement à la Turquie sur Afrin, compte tenu du rôle de premier plan de la Turquie pour la suite. Que les Occidentaux jouent ouvertement l’éclatement de la Syrie aussi longtemps que le pouvoir à Damas leur échappera.

            • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 juin 2018 09:25

              @Fanny
              Mon impression est que la Russie ne pouvait pas s"opposer frontalement à la Turquie sur Afrin, compte tenu du rôle de premier plan de la Turquie pour la suite.

              Bah vous plaisantez j’espère ?

              Avec à peine une centaine de types des forces spéciales, la France et les USA ont arrêté (jusqu’à quand ?) les ottomans à Manbij. La Russie aurait très bien pu dire non elle aussi. 

              Quant au rôle « de premier plan » de la Turquie ? Se tailler une zone d’influence à la frontière ? Tenir en laisse des groupes djihadistes ? Figurer sur la photo des trois Empereurs ?

              Mais c’est un vaste débat qui mériterait d’autres développements.


            • V_Parlier V_Parlier 20 juin 2018 10:18

              @Olivier Perriet

              "Avec à peine une centaine de types des forces spéciales, la France et les USA ont arrêté (jusqu’à quand ?) les ottomans à Manbij.« 
              -> Qui vous dit que ça n’a pas été négocié avec les Russes pour arranger chacune des parties ? D’ailleurs certains convois français s’étaient perdus en chemin... pour être simplement remis dans la bonne direction par l’armée syrienne. Amusant tout de même, non ? Pour une fois que je considère l’une de vos thèses comme viables (la France qui ferait son »chemin de Damas", retombant ainsi les pieds sur Terre après la démence hollandiste ?), je me contente à présent d’attendre la suite des événements, la communication officielle ne pouvant plus nous informer des intentions réelles de Macron à l’international. C’est devenu très compliqué.

            • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 juin 2018 13:27

              @V_Parlier
              -> Qui vous dit que ça n’a pas été négocié avec les Russes pour arranger chacune des parties ?

              Je ne peux pas faire dans la divination, alors oui je n’ai sais rien du tout

              J’ai juste vu Macron rencontrer les « dirigeants kurdes » (mettons des guillemets), et demander à Trump de rétropédaler après son annonce de quitter la région. À la grande fureur des politiques turcs (pas seulement Erdogan) https://www.marianne.net/monde/macron-et-le-soutien-aux-kurdes-en-syrie-ce-qui-s-est-joue-ces-dernieres-24h


            • Doume65 21 juin 2018 09:02

              @Olivier Perriet

              « Mon impression est que la Russie ne pouvait pas s"opposer frontalement à la Turquie sur Afrin, compte tenu du rôle de premier plan de la Turquie pour la suite. »

              Et p’têt’ aussi parce que la Turquie fait partie de l’OTAN, mhhhhh ?

            • Olivier Perriet Olivier Perriet 21 juin 2018 14:33

              @Doume65

              C’est pourtant évident que la Russie était d’accord pour céder Afrin à la Turquie, puisqu’ils ont retiré leurs troupes avant, et que l’armée syrienne et les milices pro gouvernementales avaient interdiction de se mettre en travers de l’avance ottomane (ordre qui n’a été que partiellement respecté).

              Vous aurez beau tourner les faits dans tous les sens pour nous expliquer que noir c’est blanc, ça n’y changera rien


            • phan 20 juin 2018 07:54
              Tiré du blog de Jean Pierre Chévènement : Sur la Syrie. 
              Il y a deux processus parallèles, qui ne se sont donc jamais rencontrés : celui d’Astana autour de la Russie, de l’Iran, de la Syrie et de la Turquie ; et le processus dit « small group », qui réunit les Occidentaux, la Jordanie, l’Arabie Saoudite et l’Egypte. Il faut que ces deux processus confluent à Genève, car c’est à Genève que se fera la conclusion politique inclusive qui permettra de mettre un terme à une guerre en Syrie qui n’a que trop duré. 
              Cette décision a été prise, qui prévoit qu’il y aura deux coordinateurs de part et d’autre pour faire en sorte que les deux démarches avancent de concert et aboutissent à une solution qui préserverait l’intégrité territoriale de la Syrie, accorderait un minium d’autonomie culturelle à un certain nombre de minorités sans remettre en cause l’unicité et la laïcité du gouvernement syrien qui nous tient à cœur ; faire en sorte que des initiatives humanitaires soient prises pour permettre la reconstruction de certains quartiers dévastés, le retour des réfugiés et enfin des élections pluralistes supervisées par l’ONU. 
              Tout cela prendra du temps mais il n’y a pas d’autre issue, sinon celle de se faire la guerre. Ce serait alors redonner sa chance à Daech. Il est important d’en finir avec Daech et trouver les bases d’un compromis possible. 

              Jean-Pierre Chévènement : « nous avons détruit la Libye »
              « La Libye de Mouammar Kadhafi avait beaucoup de défauts mais elle exerçait un contrôle sur ses frontières », défend l’ancien ministre de la Défense et de l’Intérieur, critiquant frontalement le choix de l’opération militaire « sous l’impulsion de monsieur Sarkozy, peut-être de Bernard-Henri Lévy ». « Nous avons violé la résolution des Nations unies, qui nous donnait le droit de protéger les populations de Benghazi, on est allé jusqu’au changement de régime. »

              • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 juin 2018 09:18

                @phan

                Oui j’ai moi aussi lu ces textes très intéressants, qui nous changent des analyses à 2 balles des poutiniens et autres merluchonistes.

                Il faut dire aussi que Chevenement n’a pas été très clairvoyant sur les débuts de l’intervention de Sarko en Libye. À sa décharge, et à celle des tous les autres, il faut bien dire que Khadafi avait lui-même annoncé qu’il allait déchaîner l’enfer sur Benghazi.

                Bon c’est pas une raison pour s’en tirer à bon compte maintenant.


              • G. N’Doutpa 14 septembre 2018 00:17
                Entre les analyses de Chevènement et les baffes généreusement distribuées à la plupart de ses correspondants par un Olivier hautain, sûr de lui,mon choix est fait. Comment d’ailleurs reconnaître le magistère qu’il semble revendiquer à celui qui, de Chevènement à Dupont-Aignant, en passant par une candidature socialiste aux municipales, n’a fait que cumuler les erreurs et les renoncements. Renoncement, voilà la clé de sa trajectoire. Claquer des portes, c’est une façon de rythmer le temps...
                Perriet ça fait pschitt !

                • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 septembre 2018 20:01
                  @G. N’Doutpa

                  Bah, il faut quand même faire attention avant d’écrire.

                  Tout d’abord, ici on est sur un forum de discussion d’actualité. Par définition, n’importe qui commente n’importe quoi. Si le concept ne vous plait pas, il n’y a pas de solution. Il faut arrêter de se faire du mal. Si le but c’est juste de dire « Ferme ta gueule, regarde toi, t’es nul », vous n’êtes pas au bon endroit.

                  Deuxièmement je suis pas sûr que ça soit pas un peu répréhensible, de se comporter comme un petit indicateur qui distille des petites infos personnelles, étant soi-même bien planqué derrière un pseudo. J’aurais pas aimé être votre voisin dans certaines périodes de l’histoire smiley

                  Alors quand est-ce que des données plus directes, adresse, n° de téléphone, nom de l’employeur, etc... seront mises en pâture sur internet ?
                  Quand est-ce que la somme des petites infos permettra d’avoir un résultat plus précis  ? On finit par se le demander.

                  C’est bête, mais puisqu’on se connaît, et si jamais vous alliez trop loin, et si jamais je virais un peu parano (comme d’autres ici), et que je me plaigne plus officiellement, ce ne serait pas sous la forme d’une plainte contre « X ».

                  Je ne doute pas qu’il n’y aurait pas grande sanction derrière, mais on doit se sentir un peu minable, comme dirait un ancien premier ministre, lorsqu’on est convoqué pour s’expliquer, surtout quand on est une personne (soi-disant) respectable.

                  C’est le premier et dernier avertissement.

                  Dans l’immédiat, je signale votre « cas » aux administrateurs, et rassemble le résultat de tous vos élans, on ne sait jamais si ça devait servir de preuve pour plus tard.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès