• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La justice en question : à propos de l’affaire Jack Sion

La justice en question : à propos de l’affaire Jack Sion

 

Quelle part reste-t-il au hasard, à l'imprévu et à l'imagination dans les relations sexuelles modernes ? A l'heure où Internet démultiplie les possibilités de rencontres, le rigorisme moral n'a jamais été, paradoxalement, aussi fort. C'est ce que démontre la récente affaire Jack Sion.

 

  Il est des faits-divers qui en disent long sur les dérives mortifères de notre époque. Encore faut-il les regarder avec les lunettes de l'expérience critique, sans céder aux sirènes moralisatrices du moment. L'affaire Jack Sion est, je crois, de ceux-là. Ce retraité niçois, autrefois publicitaire, voulait continuer à rencontrer de jeunes femmes : qui pourrait, en toute franchise, lui reprocher d'avoir encore le goût de la vie et de la sexualité ? A l'ère d'Internet et des sites de rencontres en ligne, cela n'a jamais été aussi facile, quitte à travestir un peu la réalité. Aussi avait-il choisi, plutôt que de mettre sa photo de sexagénaire, d'étayer son annonce par la photo d'un modèle masculin de 37 ans – car on n'attrape pas les mouches avec du vinaigre. Ce n'est pas honnête, j'en conviens, mais c'est vieux comme le monde et notre culture, à travers la littérature et le cinéma, s'en est largement faite l'écho. Prudent, le retraité demandait à ses conquêtes de ne le rencontrer que chez lui, de nuit et les yeux bandés : l'amour est aveugle, mais tout de même...

 

Cette exigence plutôt bizarre eût l'effet de dissuader les plus sensées. Mais elle n'a pas refroidi les ardeurs de quelques autres qui acceptèrent son protocole jusqu'au bout : entre adultes consentants, où est le mal ? Cependant, quelques-unes, en découvrant le pot aux roses, s'indignèrent, estimant qu'elles avaient été – j'emploie cette expression à dessein – trompées sur la marchandise. Pourtant, il ne s'agissait pas ici de rapports commerciaux ; aucune ne lui avait versé de l'argent comme une femme peut le faire avec un gigolo. C'était du sexe libre et sans violence, même s'il prenait une forme passablement compliquée. Et, déçues de ne pas avoir fait l'amour avec l'homme qui les faisait fantasmer, ces dames jouèrent la carte si facile de la victime et portèrent plainte pour viol.

 

Franchement je ne crois pas qu'un homme qui aurait été ainsi abusé par une femme âgée, aurait eu l'inélégance et la cruauté de porter plainte contre sa vieille maîtresse. Mais depuis Me too, les femmes ne supportent plus aucun écart à leur encontre, ont perdu tout sens de l'humour et, avec lui, toute indulgence.

 

Un premier procès à Aix-en-Provence, en 2018, débouta les plaignantes et aboutit à un classement sans suite de l'affaire : car il y a dans ce pays des juges qui savent encore juger avec lucidité. C'était sans compter avec les avocats des parties civiles qui demandèrent la cassation du premier procès au motif nébuleux de « viol par surprise » et l'obtinrent en 2019. A l'issue du nouveau procès, qui s'est tenu à Montpellier du 25 au 29 octobre derniers, le malheureux retraité a écopé d'une peine de 8 ans d'emprisonnement. Oui, vous avez bien lu : 8 ans de prison pour de simples jeux sexuels entre adultes consentants, infligés qui plus est à un homme maintenant âgé de 74 ans. C'est plus que des peines sanctionnant de vrais violeurs et bon nombre de délinquants hyper-violents.

 

Ce jugement, j'ose l'affirmer, est disproportionné au regard des faits reprochés : une amende et une peine avec sursis auraient été largement suffisantes. Il nous dit surtout que, désormais, il n'y a plus de place dans les rapports amoureux pour le hasard, l'imprévu, l'imagination, c'est à dire tout ce qui fait le sel de la vie et des rencontres. Pour satisfaire de pauvres débiles, tout doit être à présent normé, symétrique, transparent, voire contractualisé sur le modèle des relations commerciales. Triste monde qui réifie les êtres humains et les traite comme des produits périssables, frappés par une date de péremption. Voilà ce que le néo-féminisme et la haine des hommes qu'il prône de plus en plus ouvertement font à notre société. Et cette évolution est bien plus dangereuse que des canulars de vieux libertins.

 

Jacques LUCCHESI

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Docteur Faustroll 4 novembre 2021 14:47

    A l’époque de Michel Audiard, « l’été, les vieux cons étaient à Deauville, les putes à Saint-Tropez et les autres en voiture, un peu partout. »

    Lae développement du réseau autoroutier n’a pas tellement changé la donne, en fin de compte, ni le fait que les vraies putes ne sont pas celles qui se font payer avant, mais après !


    • Séraphin Lampion Docteur Faustroll 4 novembre 2021 15:00

      @Docteur Faustroll

      Ce qui est très énervant avec le système judiciaire, c’est tout ce qui tourne autour des « vices de procédures », « changements de qualification » et tout ce qui fait que, quand on a les moyens de se payer un ténor du barreau, la forme l’emporte sur le fond. On ne décrit jamais le processus d’arrosage ou de « ruissellement » des pots de vins gérés par l’avocat en question pour aider le parquet à gérer la forme et oublier le fond : ça serait vulgaire dans les milieux éduqués.


    • samy Levrai samy Levrai 4 novembre 2021 14:58

      wok wok wok*

      (* Ahaha en inuit américain ) 



      • samy Levrai samy Levrai 4 novembre 2021 15:28

        @Docteur Faustroll
        Il aurait du être pendu haut et court, l’intention vaut plus que l’action pour un crime de la modernitude.


      • Séraphin Lampion Docteur Faustroll 4 novembre 2021 15:32

        @samy Levrai

        « Salut à toi Dame Bêtise

        Toi dont le règne est méconnu
        Salut à toi Dame Bêtise
        Mais dis-le moi, comment fais-tu
        Pour avoir tant d’amants
        Et tant de fiancées
        Tant de représentants
        Et tant de prisonniers
        Pour tisser de tes mains
        Tant de malentendus
        Et faire croire aux crétins
        Que nous sommes vaincus
        Pour fleurir notre vie
        De basses révérences
        De mesquines envies
        De noble intolérance
        De mesquines envies
        De noble intolérance
        De mesquines envies
        De noble intolérance »

        Brel  L’Air de la Bêtise.

      • samy Levrai samy Levrai 4 novembre 2021 16:14

        Les connes n’ont plus honte de s’afficher comme connes , elles demandent à être reconnues comme telles, c’est la théorie du genre, woke woke woke.

        Je me demande ce que je vais choisir...


        • Séraphin Lampion Docteur Faustroll 4 novembre 2021 16:47

          @samy Levrai

          on peut peut-être revenir à une ancienne pratique pour le stationnement en ville : d’un côté les jours pairs et de l’autre côté les jours impairs (ou par quinzaines ?)


        • Ausir 4 novembre 2021 20:38

          Les libertins qui agissaient en toute impunité à partir des années 70 jusqu’à maintenant vont devoir rendre des comptes , c’est ca le sens de ce procès , le même que celui de G Matznef qui pensait pouvoir se taper des adolescentes sous couvert de sentiment ..les prédateurs sont maintenant rattrapés par la souffrance des jeunes femmes qu’ils ont abusés .

          Ce qui a changé c’est que la société commence à prendre conscience du traumatisme de séparer sexe et sentiment ,dans la douleur de ces jeunes femmes. Les jeunes femmes naïves qui cèdent à un homme qui leur plait , ont le droit d’être être reconnues comme sujet et respectée et de savoir à qui elles ont à faire .Quand il y a tromperie sur la personne c’est effectivement un abus .


          • Marengo 4 novembre 2021 22:08

            Oubliez l’hétéro et l’homo et contentez-vous de l’autosexualité. 

            Evidemment si vous voulez battre les records de bêtise en portant ensuite plainte contre vous-même...


            • Marengo 4 novembre 2021 22:11

              Si le mec a été décevant, par exemple en se bornant à sexe dans sexe et rien d’autre, la femme peut-elle porter plainte ? 


              • itzi bitsy Reptile 4 novembre 2021 22:27

                @Marengo

                On va bien vers ce genre d’ exces , « j’ ais pas jouit donc c’ est un viol » 
                il veut pas me donner sa carte bleu donc c’ est un viol ...

                Une nana qui baise , au premier rdv , dans le noir , et qui se plaint apres c’ est effectivement pas tres galamour et un peut glauque ...

                mais la loi a trancher , dans ce genre de libertinage , il faut mètre sa vrai photo pour être protéger de poursuite « abusive » ou faire appelle a une professionel dument tarifé avec un contrat de location .

                La sanction est tres lourde , et tres discutable , on aurais put aussi retenir la tentative d’ abus de faiblesse contre les femme qui esperait certainement une gratification et se venge comme ca .

                8 ans sachant que la femme s’ est elle meme empalé sur un mec menoté qui au toucher ne semblait ni jeune ni athletic .... c’ est quand meme un peut tirer par les cheveux .



              • Marengo 5 novembre 2021 11:01

                @Reptile
                .
                Il ferait mieux d’avaler un Bescherelle et un Littré. 


              • itzi bitsy Reptile 5 novembre 2021 14:54

                @Marengo

                quand on voit l’ etat dans lequel ca t’ as mit ca donne pas envie ...
                est tu conscient que le stade ultime de ta metamorphose dans d’ atroce soufrance sera le « donatus medisonus poitevinus » ....un vrai fosile vivant smiley


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 5 novembre 2021 13:52

                La Justice s’est donnée pour mission de protéger certaines personnes des conséquences de leur propre connerie :

                les dames qui se sont pliées à ce rendez-vous ont pris de grands risques et auraient pu tomber sur bien pire, je n’ose même pas imaginer.


                • Hervé Hum Hervé Hum 5 novembre 2021 16:45

                  @Olivier Perriet

                  Je ne connais pas vos orientations sexuelles, mais êtes vous bien sûr qu’une belle fille rencontré dans la rue n’arriverait pas à vous faire faire n’importe quoi ?

                  La justice n’a pas pour mission de protéger les personnes des conséquences de leur propre connerie, mais de sanctionner ceux qui ont pour but de tromper autrui, enfin, dans un monde idéal, car dans la réalité, cela ne fonctionne qu’à un certain niveau, au delà, la justice est interdite pour justement permettre d’exploiter votre propre connerie.


                • samy Levrai samy Levrai 5 novembre 2021 14:52

                  Je croyais que la non tromperie sur la marchandise n’existait pas sur les sites de rencontre... ( âge, poids, étude,...)


                  • Hervé Hum Hervé Hum 5 novembre 2021 15:08

                    pour juger d’une affaire, le minimum est quand même d’en connaître les tenants.

                    Ainsi, si l’affaire en question à débouchée sur un procès pour viol, c’est qu’il n’y avait pas consentement des plaignantes.

                    Bref, contrairement à ce que vous écrivez, il n’y avait pas consentement des plaignantes et s’il y a eut rapport sexuel, c’’est uniquement par la ruse employé par l’accusé, comptant sur la faiblesse de ses victimes.

                    Vous pouvez toujours considérer la faiblesse des plaignantes comme responsable de ce qui leur est arrivée, mais alors il ne restera plus grand chose à juger des crimes set délits !


                    • samy Levrai samy Levrai 5 novembre 2021 15:49

                      @Hervé Hum
                      Comme tu dis nous ne savons pas mais nous parlons de la façon dont l’histoire est présentée dans tous les medias :
                      des femmes vont chez un homme qu’elles ne connaissent qu’à travers internet, elle y vont avec un bandeau sur les yeux, garde le bandeau pendant un acte sexuel à priori consenti (tant qu’elles ne savaient pas, elles semblaient trouver cela excitant d’imaginer la photo les caresser ) et quand elles s’aperçoivent qu’elles se sont fait grugées, elles portent plainte pour tromperie.
                      Elles devraient pouvoir ajouter « conne » sur leur passeport à la case « genre ».


                    • Hervé Hum Hervé Hum 5 novembre 2021 16:35

                      @samy Levrai

                      tu peux considérer leur faiblesse pour de la connerie, libre à toi, mais cela ne change rien à l’affaire, il y a bel et bien eut viol par ruse.

                      Un principe est fondamentalement invariant quel que soit le domaine auquel il s’applique, seul change la forme.

                      Ainsi, si un vendeur légal arrive à te faire passer une montre de pacotille pour une rolex et donc te la vendre pour telle avec une belle remise qui en fait une affaire en or, c"est là aussi considéré comme une tromperie et si tu porte plainte, il ne sera pas jugé ta connerie pour ne pas savoir faire la différence. Sauf qu’on ne juge pas au même niveau un objet et une personne et c’est ce que semble avoir oublié le vieux.

                      L’art de la manipulation et de la tromperie domine la société,mais lorsqu’on change d’échelle, celle ci n’’est plus vu comme telle...


                    • Marengo 5 novembre 2021 17:16

                      @Hervé Hum
                      .
                      Ratiocinez, ratiocinez... Un type qui dans le noir se fait passer pour le mari, oui, il y a viol. C’est reconnu par la loi. Mais...
                      Mais continuons :
                      Un homme rentre dans le noir dans la chambre conjugale et saute sa femme, mais sans savoir que c’était une copine à qui sa femme avait prêté les lieux. La copine n’a pas révélé qu’elle n’était pas l’épouse. 
                      Là c’est le mec qui a été violé, n’est-ce pas ? Prétendre que non pace que c’est un homme, alors ce n’est pas pareil, et ainsi de suite... ce serait irrecevable, non ? 


                    • samy Levrai samy Levrai 5 novembre 2021 19:36

                      @Hervé Hum
                      Si on en croit les medias il n’y a pas eu d’argent engagé et aucun contrat ( a priori ), juste les fantasmes des protagonistes qui se sont rencontrés...
                      Je ne crois pas que la justice inflige une si lourde peine pour un truc comme cela, il y a donc d’autres choses que les journalistes ont omit d’ajouter. 


                    • itzi bitsy Reptile 5 novembre 2021 22:45

                      @samy Levrai

                      oui , il y a un truc suplementaire ... Le gars enregistrait les ebats en camera nocturne .Et bien evidement il ne demandais pas l’ autorisation aux femme .

                      Cela as probablement été plaidé comme circonstance agravante ...


                    • Hervé Hum Hervé Hum 6 novembre 2021 11:37

                      @Marengo

                      Cela vaut aussi pour l’homme !

                      Toutefois, il y a une différence notable entre être pénétré que de pénétrer, . L’agression ne sera pas de même intensité entre l’acte de pénétrer et celui de se faire pénétrer, par exemple où la femme lui fout un objet dans le cul ou lui fait lécher son con.

                      Bref, cela ne change rien au principe qu’il faut le consentement de la personne pour qu’il n’y ait pas violence, agression sexuelle. La loi incluant la ruse ou surprise comme une forme de contrainte.
                       


                    • Hervé Hum Hervé Hum 6 novembre 2021 11:45

                      @samy Levrai

                      Pour le peu que je connais de cette affaire, je pense que la peine a été alourdie par deux faits.

                      D’abord, il a continué sa technique de ruse après la 1ère plainte, car la seconde femme ayant porté plainte a été violé un an après la 1ère.

                      La 2ème raison vient sans doute du fait que l’accusé ne reconnaît pas le viol et c’est toujours une circonstance aggravante

                      La peine pourrait être beaucoup allégé en appel s’il change de ligne de défense, c’est à dire, qu’il reconnaîsse le viol. Mais à priori, ce n ’est pas du tout le cas...


                    • Hervé Hum Hervé Hum 6 novembre 2021 11:53

                      J’en profite pour rappeler que de mon point de vue, un « client » qui va avec une prostitué qui est contrainte à la prostitution par un réseau mafieux, commet un viol

                      Ce qui n’est pas le cas d’une femme qui se prostitue pour raison économique mais sans aucune autre contrainte.

                      Bref, pour toute personne qui ne veut pas commettre un viol, elle doit toujours s’assurer que la prostitué ne subit pas une violence préalable d’autrui


                      • Iris Iris 6 novembre 2021 12:42

                        @Hervé Hum

                        Bonjour, votre message me gêne, je le trouve un peu catégorique.

                        Je n’ai aucune expérience, mais je crois que je me sentirais tout aussi coupable si la personne n’était contrainte qu’économiquement.

                        De plus, il me semble qu’un client se rend plutôt coupable d’abus de faiblesse que de viol, non ?


                      • Hervé Hum Hervé Hum 8 novembre 2021 09:02

                        @Iris

                        je ne sais pas si vous lirez ma réponse, mais je l’écris quand même.

                        Il me semble que vous manquez surtout de faire la différence entre l’esclavage et la location de son corps, qui conserve la propriété de soi même, alors que l’esclavage consiste à perdre la propriété de soi même. La contrainte économique est une réalité de la très large majorité des humains où certains louent leur corps et d’autres leur cerveau.

                        Comprendre que dans le cas de la location, je peux arrêter, choisir et fixer les limites et règles de la location, pas dans le cas de l’esclavage car mon corps appartient à un autre qui peut en abuser et en faire ce qu’il veut.

                        Dans le cas d’une femme contrainte à la prostitution par un proxénète, le viol est effectué par ce dernier pour le compte du client. Le client est donc non seulement complice mais commanditaire du viol.


                      • Iris Iris 8 novembre 2021 23:40

                        @Hervé Hum
                        Bien reçu, merci.
                        Je manque peut être de faire la différence, mais je dirais plutôt je ne la marque pas autant que vous.
                        Je loue 40 heures par semaine mon cerveau et mon corps, et selon mon humeur il m’arrive de sentir le poids de mes chaines.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité