• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La justice française devrait s’intéresser davantage aux chauffards (...)

La justice française devrait s’intéresser davantage aux chauffards sous-marins anglais

Les marins me pardonneront j’espère ce terme accrocheur : en aéronautique, un "touch-and-go" est un effleurement de piste d’atterrissage effectué par un avion en phase d’apprentissage ou de démonstration. Un "faire semblant" d’atterrir jusqu’au toucher de roues ou non et une remise plein gaz pour montrer que l’on maîtrise parfaitement la procédure d’approche puis d’évitement. On "touche", ou non, et on repart vite fait dans l’autre sens. Jusqu’à aujourd’hui, la procédure, bien évidemment n’avait jamais été appliquée au domaine sous-marinier. Eh bien depuis ce jour, on peut l’évoquer, tant le Triomphant et le Vanguard, deux sous-marins lance-missiles (SNLE), se sont heurtés sous l’Atlantique il y a quelques jours, le 3 ou le 4 février dernier, avant de repartir chacun de leur côté.... sans que le public n’en soit tout de suite informé, sans que les deux marines respectives ne reconnaissent d’emblée les faits. En ravivant aussitôt une politique du mensonge sur leurs prestations océaniques qui meurtrit encore un peu plus des familles, celles des victimes du Bugaled Breizh, qui ne cessent de clamer qu’on leur cache la vérité, dans ce monde où le silence, est devenu une première nature. A signaler qu’une fois encore la Marine Nationale a menti, en affirmant dès l’arrivée du Triomphant à l’île Longue que ce dernier avait heurté "très vraisemblablement"un container. Un container de plus 15 000 tonnes de déplacement, voilà qui est plutôt rare. Ces fausses explications sont graves, car elles dénotent d’une légèreté sans précédent, l’incident aurait pu être beaucoup plus grave. Soit la Marine nationale est incapable de détecter un sous-marin ennemi, même à 5 mètres de proximité, soit les anglais s’amusent à foncer sur les sous-marins français car ces derniers suivent toujours les mêmes voies lors de leur retour de mission. Dans les deux cas, les deux marines, française et anglaise, sont à blâmer : à trop jouer au sous-marin passif, on devient un danger public des mers. Vouloir passer inaperçu c’est bien, mais cela n’explique pas la non détection par l’une ou l’autre des parties du chauffard d’en face. Personnellement, aussi, je coyais l’Atlantique nettement plus grand !

Reprenons tout d’abord la chronologie de ce qui s’avère tout de suite une désinformation sciemment orchestrée, qui cache en réalité de grandes insuffisances en détection mutuelle, sinon une incompétence manifeste en navigation. Car ne nous leurrons pas : à 5 mètres près, ce à quoi on vient d’assister aurait pu se terminer par la plus grande catastrophe sous-marine de tous les temps, avec 250 morts envoyés par le fond. Au delà de cette hypothèse, un fait relativement simple : deux sous marins de taille conséquente, fleurons l’un et l’autre de leur marine respective, ont failli se tamponner frontalement, ce qui aurait invariablement eu pour conséquence la perte de l’un des deux sinon des deux. L’avant de ces sous-marins n’ayant pu servir de pare-chocs, dans un compartiment vide ne comportant qu’un sonar, leur masse respective en mouvement et leur vitesse relative, même précisée dans les communiqués comme "faible", auraient très bien pu venir à bout de leur cloison frontale, de leur ballast avant, débouchant sur leur compartiment des torpilles, ou un peu plus loin de leur centre même de commandement. On a failli tout simplement avoir une catastrophe aux conséquences inimaginables en pertes humaines ou en matière écologique. Les deux sous-marins tamponneurs sont en effet tous deux des sous-marins de 15 000 tonnes, lanceurs d’engins, à savoir disposant à leur bord de missiles atomiques. Seize exemplaires pour le Triomphant, la même chose pour le Vanguard : à raison de 150 fois Hiroshima par engin on en est à l’équivalent de 323 Hiroshimas ! Oh, rassurez-vous, aucun d’entre eux n’aurait pu exploser. Chaque missile de de type ne peut le faire à la suite d’un choc quelconque. Ne nous laissons donc pas embarquer vers une apocalypse sous-marinière totalement improbable, voire impossible tout simplement. Mais nous n’oublions pas pour autant les 323 Hiroshimas potentiels qui auraient très bien pu se retrouver au fond des eaux, ce qui n’est pas sans danger environnemental, hors explosion. Non, ce n’est pas pourtant cela qui retient ce jour notre attention. Ni le fait qu’un choc frontal aurait pu provoquer la mort d’une partie ou de l’ensemble des deux équipages. Or, sur le Triomphant il y a 112 hommes à bord et sur le Vanguard 135. On vient tout simplement d’échapper à la plus grosse catastrophe sous-marine de tous les temps ! Et là encore, il n’ y a pas que cela. Un élément encore plus surprenant est à retenir de cette collision : l’un des deux a embarqué avec lui des traces de choc fort précieuses.

Car des rencontres de sous-marin tamponneurs, contrairement à ce que l’on pense, c’est plus fréquent qu’on ne pense. Si on ne retient que deux exemples, en 1992 et 1993 déjà les américains et les russes qui ont beaucoup joué au chat et à la souris sous-marins ont déjà donné dans le genre. Je vous ai déjà parlé du Scorpion, disparu le 27 mai 1968. Ce sous-marin, pour sûr, avait été pris en chasse par un submersible russe de la classe Echo II. Selon la thèse officielle, le sous-marin américain aurait été détruit par sa propre torpille, envoyée contre son poursuivant et revenue à son point de départ. Bien entendu, nous n’en n’avions à l’époque jamais rien su. Un peu auparavant, en mars 1968, les soviétiques avaient perdu de vue un des leurs, le K-129, qui sera remonté partiellement par les américains dans des conditions rocambolesques. Des américains qui avaient marqué à la culotte la sortie du nouveau fleuron de la flotte soviétique en lui accollant le Swordfish, qui, bizaremment, était allé faire relâche discrétement à Yokosuka, pour y faire réparer son kiosque et son périscope quelques jours après l’annonce de la perte du submersible russe... 98 marins avaient péri. Le Swordfish avait gardé ensuite d’autres séquelles semble-t-il : il fuyait, en contaminant tout son environnement : "In May 1968, anti-nuclear activists alleged that Swordfish had released radioactive coolant water into the harbor of Sasebo, Japan where she was moored at the time. Some sources state that Japanese scientists discovered levels up to twenty times normal background, others, that they could not detect any increase in radioactivity. The Japanese protested the incident to the United States, and Japanese Premier Eisaku Sate stated that U.S. nuclear ships would no longer be allowed to call at Japanese ports unless their safety could be guaranteed" précise le Wiki. Moins dramatique, le 11 février 1992, en mer de Barents un sous-marin nucléaire russe heurte l’USS Baton Rouge. Comme dans le cas du jour, on parle "d’objet non identifié" tout d’abord (les OVNIS existent aussi sous l’eau !). A peine un an après, rebelote : le 20 mars 1993, toujours en mer de Barents, collision entre un sous-marin nucléaire russe et le submersible américain, l’USS Grayling, venue renifler d’un peu trop près la Flotte du Nord russe : "a Russian Delta III class (Project 667BDR) nuclear-powered ballistic missile submarine is struck by the U.S. nuclear-powered attack submarine USS Grayling (SSN-646) while operating in the Barents Sea close to the Kola Peninsula. The submarine suffered slight damage and was able to return to base, but the collision could have sunk the Delta submarine including its 16 SS-N-18 nuclear armed missiles". Jusqu’à l’accident terrible du Koursk, à l’avant déchiqueté et à la fin tragique et scandaleuse de son équipage, dont le parcours avait été constamment surveillé par deux submersibles américains, le Memphis et  le Toledo, dont l’avant de ce dernier présentait par la suite des traces visibles de collision, une fois encore. Selon certains, c’était très clair, il ne s’agissait même pas d’une collision, mais bien d’un tir de torpille : "On the balance of probabilities, the Kursk was sunk by an American MK-48 torpedo," said Mr Stradling, formerly a senior member of the British Defence Ministry".

Cette fois-ci, pas de traces de combat, pas de poursuite, mais bel et bien deux engins qui se sont foncés dessus, face à face en plein Atlantique. A voir les effets d’un autre tamponnage sous-marin sur un récif mal répertorié, on peut en effet en conclure que les deux sous-marins ont eu le bonheur de riper l’un sur l’autre et non de se rentrer dedans de face. Devant, sur ce type de sous-marin, c’est plutôt mou : un cône de matière plastique armé, chargé de laisser le champ libre au sonar avant. Derrière le cône, une des premières barrières contre la pression externe, une cloison comme les cloisons internes des avions pour lutter contre l’absence de pression en altitude (ici c’est évidemment l’inverse !). Lors d’une collision de face, ce dome de matière synthétique ne peut absolument pas résister aux 15 000 tonnes lancées à 14 nœuds, c’est une évidence, même si les communiqués des deux parties parlent de vitesse plus réduite. En aviation idem : un simple oiseau heurté à très grande vitesse peut exploser le nez d’un chasseur ou d’un chasseur bombardier. Un radôme qui se délamine lors d’un impact violent est toujours impressionnant, en aviation également, à se demander comment certains as du manche arrivent à se poser après ce genre d’inconvenue.

Il ne faut pas nécessairement une poursuite ou un combat pour sévèrement abîmer un sous-marin. Râcler le fond est aussi chose courante chez tous les sous-mariniers du monde. Les français n’y échappent pas : c’est arrivé au Rubis, de 2400 tonnes, le 30 mars 2007 au large de Toulon : " le sous-marin nucléaire d’attaque "Rubis" était en mission d’entraînement au sud de la côte varoise lorsqu’il a ressenti "un choc causé par un heurt avec le fond de la mer" vendredi matin, indique la préfecture. "Il n’y a pas eu de blessé. L’événement n’a pas eu d’incidence sur l’étanchéité de la coque et le système de propulsion nucléaire du bâtiment. Le sous-marin est rentré à quai par ses propres moyens", précise le communiqué." Le trou provoqué est très éloquent, très certainement un panneau de fibre de verre d’explosé. Direction pour lui la cale sèche. Même chose pour les anglais devant l’île de Skye, mais pour des raisons assez invraisemblables. "Du papier calque recouvrant la carte de navigation du sous-marin masquait des informations vitales, comme le fait que la vitesse du courant de marée atteignait 2,5 nds à cet endroit. Ces détails sont contenus dans le rapport officiel d’enquête sur l’échouement du HMS Trafalgar en octobre 2002, publié dans le cadre de la loi sur l’accès à l’information" nous annonce le 23 mai l’excellent "Portail des sous-marins". 

La conduite des sous-marins anglais, visiblement se relâche bel et bien ces dernières années, pour des raisons pas toujours très sérieuses. En 2005, c’est au tour de l’HMS Superb, le plus ancien du lot de submersibles anglais, de râcler sévèrement le fond de la Mer Rouge. Dans des proportions assez gigantesques, au point d’envoyer le monstre à la feraille nous confirme en détail le Sun : "We told last week (le 25/05/2005) how HMS Superb was forced to surface in the Red Sea, after crashing into underwater rocks 80 miles south of the Suez Canal in Egypt. The 272ft Swiftsure-class vessel’s sonar equipment was wrecked during the incident, leaving it unable to dive. But its hull, and the nuclear-reactor which powers it, remained intact. None of the 112 crew were injured and Superb, captained by Commander Steve Drysdale since December 2006, has now been towed to a port. The 4,900-tonne sub has been in service for almost 32 years. She is the oldest attack boat in the Royal Navy, and one of only two Swiftsure-class subs which are still operational. But last night our source said the boat, which underwent a seven-month refit 18 months ago, was likely to be SCRAPPED because of the damage. He said : “The rumour is she’ll be patched up enough to limp back, but she won’t be coming back to Faslane.“Instead she’ll go to Plymouth to be scrapped. “This incident is just symptomatic of the fact that standards have slipped".  Ah, pour sûr, les chauffards des fonds des mers anglais font fort, ces dernières années. Et on en a même l’explication ! Dans un très étonnant numéro du Sun, toujours, on trouve pourtant quelques semaines avant le crash de la Mer Rouge, une gueulante mémorable du capitaine du submersible contre un matelot chargé de la veille à bord, retrouvé raide saoul à la bière et endormi, le nez collé à un lecteur de DVD... Les anglais et la bière, on en connaissait les ravages dans les stades de football. Mais de là à imaginer leurs sous-mariniers... Et la série n’est pas terminée : le 21 Mars 2007, c’est au tour de l’HMS Tireless de rentrer vite fait lui aussi dans la base de Farlane, "la base aux 200 incidents nucléaires" : "collision avec un objet non déterminé", en plein océan Arctique ! Un de ces ballasts abîmés, ayant provoqué une voie d’eau à l’intérieur  : voilà qui rappelle fort la collision avec le sous-marin français !! A cet endroit, croisent plutôt américains et soviétiques, mais il nous a été impossible de retrouver les traces d’un de leurs engins ayant lui aussi rentré précipitamment à son port d’attache. Enfin question dommages, rien ne vaut quand même l’énorme tampon frontal occasionné au sous-marin San-Francisco sur un haut-fond à 350 km de l’île de Guam : c’était moins une, car l’impact a été très, très violent.

Bon d’accord, cette fois-ci, les deux sous-marins, qui se précipitaient donc l’un contre l’autre se sont touchés, mais sans gros dommages semble-t-il. Justement, parlons en de ces dommages, car ils pourraient furieusement nous intéresser. Selon le site anglais du Guardian, en effet, le sous-marin anglais a gardé des traces visibles de la collision : "Vanguard, one of Britain’s four V-class submarines that make up the Trident nuclear deterrent, each of which is capable of carrying up to 16 missiles, was said to have visible dents on its hull as it was towed home at the weekend. Inquiries are under way on both sides of the Channel". Des traces marquées, qui ont donc dû lui peler la peau de néoprène qui le recouvre. Or, de l’autre côté, le kiosque ou les barres de plongée du Triomphant doivent donc en avoir embarqué quelques-unes, de ces plaques de néopréne. Personnellement, je serais un certain procureur de la République, en l’occurence celui de Quimper, Éric Tuffery, chargé du dossier du Bugaled Breizh, je diligenterais un juge ou quelques pandores à l’ïle Longue, munis d’un mandat de perquisition, pour aller collecter sur le Triomphant abîmé les bouts de caoutchouc synthétique anéchoïques ramenés ce mois-ci. Ces débris sont la preuve de la présence d’un sous marin de type anglais, de par la composition même du matériau. Or, une simple analyse de l’épave du Bugaled Breizh devrait à nouveau en retrouver des traces, surtout dans les vestiges de son filet qui avait été remonté en partie. Par analyse scientifique, on arriverait grâce à cette collecte inattendue à prouver ce que l’on cherche à prouver depuis toujours : que c’est bien le Turbulent, sous-marin anglais muni du même matériau, qui est à l’origine du naufrage.

Demain, nous verrons la capacité des juges ou d’un procureur à relancer une enquête... en se heurtant à nouveau à un secret défense qui mériterait d’être levé : les deux nations ayant reconnu officiellement leur "touch an go" des mers, il serait temps d’aller faire fissa quelques prélèvements : chaque nation utilise une composition de néoprène spécifique et bien différente. Et sur le filet ou les câbles (funes) du Bugaled, des bribes de même composition doivent indubitablement être encore présentes : un câble d’acier qui a ripé sur une coque de sous-marin couverte de ce produit malléable doit obligatoirement en présenter des traces perceptibles : on avait cherché du titane, c’est du néoprène qu’il fallait dénicher. Pour confondre définitivement un autre chauffard sous-marin anglais, auteur d’une catastrophe dont les parents des victimes attendent toujours une explication plausible. A savoir certainement pas celle qu’on voudrait leur faire accepter depuis le début. Des familles attendent toujours, Mr le Procureur, c’est l’occasion ou jamais ! On vient d’avoir par hasard une occasion unique de réaliser des prélèvements indispensable à la manifestation de la vérité !!! Notre bon président, qui s’intéresse semble-t-il au sort de nos vaillants sous-marins (il a bûché la question depuis les élections et vient juste de lancer le Terrible le 21 mars 2008  !), et à la détresse des familles va vous épauler et prêter main forte à la justice sur le sujet, c’est évident. Ça ne pourra de toute façon qu’être plus sérieux de sa part qu’une déclaration comme celle-ci  : "pour qu’un tel événement ne se reproduise pas, Paris et Londres pourraient réfléchir ensemble à leurs zones de patrouille, a estimé le ministre de la Défense, sans plus de précision." Selon Hervé Morin, il conviendrait peut-être aussi d’installer des feux rouges sur le plateau continental, des couloirs pour bus-SNLE, ou de peindre au fond de l’eau des passages piétons pour hommes-grenouilles, qui sait. Cet homme me surprendra toujours, décidément. Même au plus profond, il arrive à ne pas être à la hauteur.

Documents joints à cet article

La justice française devrait s'intéresser davantage aux chauffards sous-marins anglais

Moyenne des avis sur cet article :  3.6/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

79 réactions à cet article    


  • morice morice 17 février 2009 18:44

     désolé de ne pas avoir pu positionner ce texte hier soir : trop de taff là... enfin, ce n’est pas grave, Charles s’est très bien chargé de vous expliquer l’affaire. Je ne fais que la remettre dans le contexte du Bugaled Breizh, car vous savez, pour moi, c’est un des sous-marins anglais qui est en cause.


    • elo29590 25 février 2009 12:02

      charles vous etes pilote d’avion pas sous marinier alors ne vous permettez pas de balancer vos enfantillages alors que vous n’y connaissez visiblement rien a ces batiments de des forces sous marines francaises nos équipages francais sont entrainés pour leur mission ne vous permettez pas d’en douter rien que par respect pr ces hommes qui vous pretege au sacrifice de leur confort et de leur famille.merci de les respecter et d’arreter de polémiquer sur une affaire qui na pas lieu d’etre le centre de vos enfantillages infondés !!!mea culpa


    • Castor 17 février 2009 18:46

      Lu mais en travers.
      Dans le genre, je préfère celui de Charles.

      Et puis quand comprendras tu qu’on ne dit pas "je serais de quelqu’un" ?

      Trop vite écrit, manifestement pas relu, et toujours les mêmes travers, des phrases longues, mal faites, et un ensemble que l’on sent fait pour montrer que l’auteur en sait long comme le bras.

      Tout ça nuit à la qualité de la lecture.


      • morice morice 17 février 2009 18:50

         Dans le genre, je préfère celui de Charles. Pas de problèmes, c’est mon pote.


      • snoopy86 17 février 2009 18:57

        Charles a effectivement fait beaucoup mieux avec moins de bolducs....

        Et puis chez Allain-Jules on rigole beaucoup plus avec un bûcheron qui travaille les palétuviers à la faucille et au marteau ....

        Je retourne y prendre un ti-punch smiley


      • Castor 17 février 2009 18:59

        J’arrive !


      • morice morice 17 février 2009 18:52

         "un ensemble que l’on sent fait pour montrer que l’auteur en sait long comme le bras. "
        ma spécialité c’est l’aviation, queue de castor... non, ça prouve surtout que vous, vous ne savez rien.


        • Castor 17 février 2009 18:55

          Je parle de l’impression que donne ton article (tes articles)...

          A chaque fois le même cinéma, tu te perds en détails, histoires annexes, anecdotes, tu démarres d’un point pour arriver à un autre en empruntant le plus de chemeins de traverse possible.

          Faut faire plus simple, moins tortueux, quoi.


        • Castor 17 février 2009 18:55

          et j’oubliais...en bon français, c’est mieux.


        • morice morice 17 février 2009 22:45

           poster, c’est euh.. plus facile, quoi. Dans un fauteuil, rien à foutre que de.... critiquer sans argument.


        • Castor 18 février 2009 08:28

          Faire un article, c’est heu...difficile.

          On s’engage, on s’expose, sur le plan des idées.

          Faire un article, c’est encore se soumettre à la critique, si on ne veut pas de critique, on fait un blog duquel on bannit tout commentaire.

          Faire un article, c’est aussi respecter le lecteur, et le premier moyen pour y arriver, c’est d’écrire correctement, dans un bon français.

          Ca veut dire se relire, faire des phrases compréhensibles.

          Ca veut dire aussi, au niveau des idées, que comme on est (comme le commentateur) assis au fond de son fauteuil, on est encore plus rigoureux dans le choix des sources.

          Voilà.


        • paul 18 février 2009 09:25

          En bon français, et puis aussi éviter les grandes tirades en anglais, même si ça fait plus véridique...


        • morice morice 17 février 2009 18:53

           vu chez Charles :
          $par LE CHAT (IP:xxx.x28.247.148) le 17 février 2009 à 11H58 

           
          étaient t ils tous bleus dans le yellow submarine ? ces britishs sont des pochtrons !

          moi, je la prouve, l’intuition du chat.

          • snoopy86 17 février 2009 19:14

            Rien de nouveau : " rum, sodomy and lash "

            Les marins anglais respectent les traditions.


          • morice morice 17 février 2009 22:49

             lesquelles ? de tirer les premiers ? 


          • italiasempre 17 février 2009 19:09

            Oh, c’est beaucoup plus reposant de ce fil infect chez Jules..mais quel bonheur !  smiley


            • E-fred E-fred 17 février 2009 21:21

              bravo pour votre artilce,morice !

              Personnellement j’ai pris des renseignement sur pas mal de blog ( http://secretdefense.blogs.liberation.fr/ , http://www.meretmarine.com/ , http://www.opex360.com/ ...)et vu pas mal d’articles ces deux derniers jours à propos de cette collision et votre article, morice, est de loin celui qui est le plus instructif.
               
              On y apprend encore une tonne de chose, comme la composition de la coque, la résistance au choc, la vitesse etc...et votre article a le mérite de redonner un coup de projecteur sur l’affaire du Bugaled Breizh...

              Vivement la suite !!!


              • morice morice 17 février 2009 22:47

                 merci- E-fred, le meute va encore dire que vous êtes supporter : à mon avis, ils n’aiment pas apprendre, voilà tout : Castor l’avait avoué il y a longtemps ça : dès qu’il voit quelqu’un qui en sait plus que lui, il se hérisse. Comme il ne sait rien, sa vie est un calvaire. 


              • Castor 18 février 2009 14:21

                Pardon ?
                Plaît-il ?
                De quoi s’agit-il ?


              • Castor 18 février 2009 14:30

                Ce qui me gène, Morice, c’est de voir que certains se parent de leur savoir ou prétendu savoir pour faire passer des idéaux pour des vérités absolues.

                Avoir une thèse, c’est bien, en débattre est normal.
                En revanche, vouloir que cette thèse soit la seule envisageable et décréter que ceux qui n’y adhèrent pas sont au mieux des cons, au pire des fachos, c’est de la propagande.

                Au-delà de ça, une bonne partie de ce que tu écris est peut-être mal compris, dans ce cas, écris mieux et tout devrait rentrer dans l’ordre.

                Je pense par ailleurs avoir démontré à plusieurs reprises que je pouvais avoir un débat argumenté et sérieux avec nombre de personnes ici même, en ce compris ceux avec qui je ne suis pas d’accord...

                Je pense que tu ne peux pas vraiment en dire autant, pour toi, le monde se divise entre ceux qui sont d’accord avec toi et les autres cons.

                Tu as peut-être de grandes connaissances dans certains domaines, mais une façon exécrable d’en user.

                C’est ce dernier point que je te reproche, pas le premier.


              • Gül 18 février 2009 15:16

                Quel est l’intérêt de publier et re-publier ce post à l’envi, Briéli ?


              • brieli67 18 février 2009 15:25

                à cette morgue et à cette condescendance !

                Si la cheffe ZOZO a dit celà doit être vrai !


              • Gül 18 février 2009 15:33

                C’est vrai que je suis connue pour passer mon temps à chouiner !!! smiley


              • Gül 18 février 2009 16:44

                Bonjour Papy ! smiley


              • g910 18 février 2009 00:15

                Bonjour et merci de rappeler à tous cette curieuse affaire du Bugaled Breizh où les 5 marins ne sont pas prêt de s’approcher de la vérité sur leur mort !
                Cordialement
                g910


                • morice morice 18 février 2009 08:57

                  mais voilà qui est très effrayant, Boris : c’est « rouler bourré » dans la Navy ???? on comprend mieux ça alors.... http://cozop.com/agoravox/la_guerre_en_chantant_du_freddy_mercury


                  • K K 18 février 2009 16:26

                    Bah quand un batiment zigzague trop, on ne dit pas pas que le timonier est bourre mais on dit qu’il tire des bords LOL


                  • John Lloyds John Lloyds 18 février 2009 09:15

                    Salut Boris
                    Amis anglais, buvez les premiers
                    Salut Morice : "rouler bourré" ... Oui, sauf que nos amis paras n’engagent qu’eux. Bon article, merci, avec les bonnes questions, comme d’hab.


                    • morice morice 18 février 2009 09:28

                      vu dans le libé du jour de notre confrère Mermet : Rogbil59 : Cet accident aurait pu avoir des conséquences plus graves ? Fuite nucleaire, départ de missile accidentelle ? Le risque était d’abord que l’un ou les deux bateaux coulent, si la collision avait eu lieu par le travers. Ces bateaux ne sont pas prévus pour résister à de tels chocs. Un SNLE pèse 15.000 tonnes, même lancé à faible vitesse (10 km/h) cela fait un joli choc. Dans ce cas, les équipages seraient sans doute morts : 110 à bord du sous-marin français, 130 à bord du britannique. Les bateaux auraient coulé, entrainant avec eux : 1) leurs réacteurs nucléaires en activité. 2) leurs missiles stratégiques (16 chacun) qui ont plusieurs têtes nucléaires. Il y avait donc de sérieux risques de pollution, même si l’eau protège contre les rayonnements. C’est pour cela que l’on met les déchets radioactifs dans les piscines. L’accident aurait été moins grave qu’en surface. Dernière chose : la France et la Grande-Bretagne auraient perdu un quart de leur force de dissuasion, suscitant par ailleurs une énome polémique mondiale.

                      Exactement ce qu’on a a dit ici....


                      • morice morice 18 février 2009 10:15

                        ...ce qui me permet de demander à la modération votre EVICTION DEFINITIVE, car vous venez bêtement de revendiquer un acte de trollisme évident ainsi qu’une volonté de nuire à ce forum qui est donc manifeste. Dehors, Atavus, votre CIRQUE a assez duré ici. On ne peut perpétuellement BAFOUER LES REGLES EXISTANTES. Elles existent, elle sont marquées en rouge ci-dessus, vous ne les RESPECTEZ PAS. C’est DEHORS, sur tous les autres sites : qu’Agoravox vous applique ce qui est communément acquis partout ailleurs, et gage de bon fonctionnement : on ne PEUT MENACER AVANT LECTURE DE REJETER UN CONTENU COMME VOUS VENEZ DE LE REVENDIQUER. Sinon, ça en est fini de la DEMOCRATIE. Respectez d’abord les autres, Atavus.


                      • brieli67 18 février 2009 10:49

                        COMME d’hab

                        Gloussés éructés des berges de la Deûle, SEB a vu 1o interventions du juriste militant et encarté selon RDP.

                        Et hop on s’y colle.....
                         


                      • lavabo 18 février 2009 10:51

                        Ah ouai ca non plus ca change pas........ un bonheur je vous dis smiley


                      • lavabo 18 février 2009 10:43

                        Coucou à tous
                        Ca faisait un moment que j’étais pas passé par ici....... smiley
                        Ca fait du bien de voir qu’il y a des choses qui ne changent pas


                        • morice morice 18 février 2009 11:52

                          hélas !


                        • morice morice 18 février 2009 11:51

                          faut demander à Morin, c’est lui qui a eu l’idée... si c’est comme dans le tunnel de la Manche....


                        • morice morice 18 février 2009 12:34

                           ariane sur un fil, le pseudo qui trolle :
                          > Comment passer du Rafale aux banlieues enflammées
                          par Ariane sur un fil (IP:xxx.x9.180.213) le 13 février 2009 à 15H27 

                           

                          Morice a bien reçu des mails de rédacteurs d’Agoravox, y compris d’une journaliste proche de l’Otan.

                          Une affaire de yahourt bulgare...

                          comment voulez-vous faire confiance à quelqu’un qui affirme savoir ce qu’il y a dans vos mails ??? la DESINFORMATION, ça s’appelle, et sous le pseudo se cache l’un des habituels trolleurs ici...

                          • Gül 18 février 2009 12:49

                            Bon, si quelques abrutis qui se bourrent la gueule peuvent permettre de clarifier une fois pour toutes les responsabilités dans le naufrage du Bugaled Breizh, c’est une bonne chose...Puisque’il n’y a, Dieu merci, pas eu d’autre dégâts !


                            • morice morice 18 février 2009 13:07

                               on attend que le procureur bouge, là... pour l’instant, il semble amarré à son bureau..


                            • Gül 18 février 2009 13:33

                              Ben, tiens ! Quelle surprise !!!!....


                            • morice morice 18 février 2009 13:13

                               ineffable Morin....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès