• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La létalité des munitions d’armes de poing

La létalité des munitions d’armes de poing

Le choix d'une munition d'arme de poing ne saurait être quelconque, surtout lorsqu'il s’agit de défendre une vie. L’effet souhaité est de mettre l'agresseur hors d’état de nuire au premier impact afin de l'interdire de continuer à représenter une menace réelle. Le calibre n'explique pas tout, une balle de 9 mm Luger ou parabellum (Si vis pacem, para bellum) FMJ (blindée) n'aura pas le même comportement qu'une CMJ (cuivre déposé par électrolyse) ni qu'une THV capable de travers un gilet pare-balles ou une 9 mm Makarov... Le pape Jean Paul II a survécu à deux balles de 9 mm tandis qu’un enfant est décédé après avoir été atteint dans la poitrine par un plomb de 4,5 mm tiré par une arme à air comprimé !

JPEG

Vers 1847, le capitaine français Claude Etienne Minié invente une balle cylindrique à tête hémisphérique et à la base concave. Lors du tir, la pression des gaz engendrée évase le culot du projectile qui " épouse " les rainures du canon chargées de communiquer au projectile une rotation sur lui même (effet gyroscopique) afin de le stabiliser et corriger les erreurs erratiques dues à la forme et au poids du projectile. Le pas de l'âme du canon n'est pas quelconque, il est déterminé pour : le calibre, la longueur du canon, la masse de la balle et le forcement de celle-ci dans les rainures. La cartouche moderne apparait vers 1870, elle réunit tous les éléments constitutifs : l’étui ou douille, un cylindre de laiton (70% de cuivre et 30% de zinc) mis en forme par différentes opérations de cuissons et refroidissements successifs, opérations ayant pour but de rendre l'étui plus dur et plus épais dans la partie où il reçoit l’amorce afin de résister au chambrage et à l’extraction. L'étui est plus tendre dans sa partie centrale pour permettre sa dilation au départ du coup et ainsi obturer hermétiquement la chambre, et l'étui de nouveau plus dur dans la partie supérieure (lèvre et le collet) pour faciliter le sertissage de la balle. On distingue l'étui à bourrelet dont le rôle de la protubérance circulaire sur le fond de la cartouche est l'empêcher s’enfoncer dans la chambre sous l’impact du chien et d'en faciliter l’extraction. L’étui à gorge que l'on rencontre sur les pistolets semi-automatiques permet l'extraction de la douille et son éjection.

La poudre détonne sous l'action de l’amorce contenant du fulminate de mercure lorsqu’elle est écrasée entre la coupelle et l’enclume. L'étincelle produite est communiquée par un évent en 5/ 1000 de seconde ! La poudre sans fumée découverte par le Français Paul Vieille en 1884, a permis, à vitesse égale, de réduire la longueur et le diamètre des étuis, et de supprimer l'épais nuage occultant engendré. Sous l’effet des hautes pressions engendrées par la détonation de la poudre, il y a propulsion de la balle hors du canon. Le volume de poudre donne 14 000 fois son volume en gaz, le canon peut atteindre des pressions de l’ordre de 340 kilogrammes au centimètre carré ! La poudre noire propulsait le projectile à environ 260 mètres par seconde, la poudre pyroxylée le propulse à 430 m/s, vitesse qui permet une trajectoire plus tendue. A noter, que la vitesse d'une munition n'est donnée qu’à titre indicatif, car elle est fonction de nombreux paramètres : sertissage, type et dosage de poudre, forme et masse de la balle, longueur du canon (en approximation, il faut ôter 30 m/s par pouce en moins de la longueur de référence du canon).

S'il existe une grande variété de munitions, celles utilisées par les policiers et les militaires se doivent de respecter les conventions de Genève. Il s'agit de neutraliser l'individu et non nécessairement de le tuer. Les balles explosives, expansives autorisées dans le cadre de la grande chasse (les balles dites Dum-dum du lieu de leur fabrication en Inde) sont bannies depuis la première conférence de la Hague en 1899). La balle ou ogive est constituée la plupart du temps d’un alliage de plomb, d’antimoine et d'étain (typiquement 92%, 6%, 2%) pour obtenir la dureté désirée. La balle peut être monobloc, soit constituée d’un noyau de plomb ou d’acier recouvert d’un alliage à base de cuivre ou d'un lubrifiant pour lui permettre de traverser certains gilets pare-balles. Cette chemise dont le calibre est très légèrement supérieure à l’âme du canon, assure une étanchéité parfaite et réduit l’emplombage. La forme de l’ogive est souvent désignée par son terme anglais : wadcutter - semi WC - rond nose - hollow point - flat point - soft point - full metal jaketed - jacketed soft point, cela correspond aux abréviations : WC, SWC, RN, HP, FP, SP, FMJ. L signifie lead (plomb) et MP metal piercing. Toutes ces appellations sont combinables, une HP blindée devient JHP, une LRN sera une balle à bout rond en plomb, si elle avait été blindée, cela aurait été JRN. Certaines munitions portent un nom déposé : hydrashock - glasser safety - black Talon, THV (très haute vitesse), etc. Le poids de la balle ainsi que celui de la poudre sont exprimés en grains (0,068 gramme), mesure infime qui convient parfaitement au dosage délicat d’une charge de poudre.

Entre le colibri qui tirait du 2,7 millimètres et le .50 (12,7 mm), le choix du calibre reste des plus variés. Celui-ci peut être indiqué en millimètres (le 6,35), en centième de pouce (.38) un pouce est égal à 25,4 mm, ou en millième de pouce (.357). La munition est parfois désignée par deux chiffres, par exemple 9 x 19, il s’agit du calibre 9 mm et de la longueur de l’étui 19 mm. Le calibre .22 long riffle propulse une balle blindée, plomb ou pointe creuse d’environ 3 grammes à une vitesse de 287 m/s. Le 6,35 (25 ACP) dont la balle blindée pèse 3,2 grammes et se déplace à 250 m/s a quasiment disparu du marché. Le 7,65 (32 ACP) avec son projectile de 4,6 grammes animé d'une vitesse 265 m/s a une précision tout juste acceptable à 25 mètres. Le 38 Spécial reste assez répandu en raison de la grande variété de balles disponibles qui s'étage de : 6 à 10,2 grammes, avec des vitesses de 190 m/s à 320 m/s. Le 357 Magnum a été créé pour accroître les performances du calibre 38 en permettant au projectile de 7 grammes d’atteindre la vitesse de 418 m/s (Ce calibre est en perte de popularité). Le 9 Para reste la munition la plus répandue en Europe et son projectile de 5,8 grammes atteint une vitesse de 424 m/s. Le 9 Makarov munition réglementaire des armées de l’ex pacte de Varsovie, avec sa balle de 6 grammes se déplaçant à 315 m/s, était quasiment introuvable en Europe. Le 10 Auto créé en 1982 pour offrir un compromis entre le 9 para et le mythique Colt .45, n'a pas rencontrera le succès commercial. Son projectile de 13 grammes se déplaçant à 366 m/s avait un recul supérieur de 28 % à un 45. Le 41 Action express avec sa balle de 13 grammes à 335 m/s apparu en 1986 aux États-Unis afin d’offrir un rendement supérieur à la 9 mm, présente un recul de 53 % supérieur à la 9 para. Le 44 Magnum, une arme qui pèse environ 2 kilogrammes, est surtout destinée au tir sur silhouettes métalliques. Son projectile de 11,7 g à 15,6 grammes qui atteint des vitesses de 328 m/s à 439 m/s n’a aucune difficulté à basculer une cible métallique à 200 mètres de distance. Le 45 ACP avec une balle de 12 à 15 grammes se déplaçant selon la charge entre 236 à 305 m/s est considéré comme une des armes les plus efficaces, son handicap ? la faible contenance du chargeur.

Pour calculer l'énergie cinétique qui correspond à l'énergie d’un corps en mouvement et au travail que produit ce corps en s'arrêtant, on recourt à la formule bien connue de ½ m.V au carré. Il suffit d’augmenter la masse ou la vitesse, voire les deux pour améliorer le score ! Dans la réalité, augmenter la masse du projectile oblige à en augmenter le volume, donc le calibre ou la longueur, ce qui ne va pas sans poser quelques problèmes, le plomb est déjà un métal dense (densité 11,35), pour un métal encore plus lourd il faut se tourner vers l’or, le tungstène, ou l’uranium. Augmenter la vitesse est plus facile, mais le recul de l’arme va réduire les possibilité du tireur. Pour rester praticable en tir rapide, la vitesse de recul d’une arme ne doit pas dépasser 3 m/s. Une formule approchée permet de calculer la vitesse de recul de l'arme : V= m (kg) x V (m/s) / M (poids de l’arme). Il faut de toute façon cesser de considérer l'énergie cinétique seule sans tenir compte de la zone atteinte. Une balle de calibre .45 d’un poids de 15 grammes tiré à 270 m/s et une autre balle blindée de calibre 5,56 à la vitesse restante de 558 m/s développent une énergie identique d’environ 546 kilos, pourtant le premier projectile produira un orifice 4 fois supérieur au second (sauf s'il bascule), ce qui ne signifie encore pas que le premier soit plus mortel que le second !

L’armée a très tôt adopté une pénétration de 25 mm dans une planche de sapin sec. Pour un usage en défense on est plus exigeant avec la pénétration de 2 à 3 planches à une distance de 25 mètres. Le projectile le plus efficace sera celui qui transféra la quantité d'énergie la plus importante à la profondeur où se situe la zone ou l’organe le plus fragile, et qui produira la plus grosse cavité possible. Si l’on veut atteindre un organe vital, il ne faut pas descendre en dessous de 15 cm, car même chez une personne mince, les organes fragiles sont situés à cette profondeur. Étant donné qu’il y a des personnes enrobées et qu’un tir peut à l’origine être entaché d’un angle important ou avoir à traverser un membre avant de se loger dans la poitrine, les experts Américains recommandent une capacité de pénétration de 45 cm !

Si aucune formule ne peut donner un résultat fiable à 100 %, elles aident à comprendre l’influence de certains paramètres et à comparer des munitions entre elles. Il est usuel en balistique de définir l'énergie en kilogrammes mètres : E= m (kg) x V en m/s au carre / 2 x 9,81, exemple, un projectile de 10 grammes à 300 m/s développe 45,9 kgm. Certains auteurs l’exprimant en joules (1 kgm étant égal à 9,81 joules), on peut utiliser la formule : E en J = m ( en grammes) / 2000 x V au carré. Un projectile de 5,56 grammes animé d’une vitesse de 386 m/s développe 413 J. Bien qu’il soit considéré que de parler de stop power ou de perf comme d'une valeur abstraite ne respectant pas la réalité, elle est parfois rencontrée, 1 Stp = 1 kgm x 1 cm carré. Ainsi, une 9 mm para ayant une énergie de 58 kgm et une surface de 0,64 cm présentera une valeur de 37 stp. Le perf est une valeur semblable : Perf = m (en kilo) / surface ( en cm).

Le général Journé dans son mémoire de 1880 a établi une formule pour calculer la pénétration d’une balle en plomb : 0,5 x m x V / S, cela donne pour une balle de 15 grammes, une vitesse de 260 m/s et un calibre 11,43, une pénétration théorique de 18 centimètres. La formule du major Hartcher (1935) qui tient compte de la forme du projectile et de la section de la balle permet de calculer la puissance d'arrêt relative (relative stopping power) : RSP = ( 1/ 2 (32,16) ) x (W x V/ 7000 x A x Y) ou W correspond au poids de la balle en grains, V à la vitesse en pieds seconde (1 pieds/s est égal à 0,3048 m/s), A à la surface en pouce carré, et Y au coefficient de forme qui vaut : 1 pour LRN, 0,9 pour JRN, 1,25 WC et 1,05 FP, cela donne 29 RSP pour une 9 mm et 60 pour le .45.

Les tests balistiques tentent de reproduire les blessures infligées par une munition type, mais il y a loin des laboratoires à la rue. Une balle va peut être rencontrer un vêtement très épais (un manteau épais peut réduire la vitesse de 100 m/s), une portière de véhicule, l’angle de tir ne sera pas perpendiculaire à la cible, l'expansion se fera donc trop tôt limitant la pénétration. Si la pénétration est trop importante, cela entraînera le risque de voir le projectile ressortir et aller atteindre une victime innocente. Le résultat sera identique si le tireur manque sa cible... Pour compenser les aléas de l’impact, on cherche à élargir la cavité lésionnelle afin d'augmenter les chances d’atteindre un organe vital, accroître l'hémorragie pour faire chuter la pression artérielle afin d'entraîner une privation de l’irrigation cérébrale plus rapidement. Le volume de la cavité est fonction de l'énergie dissipée, énergie que l’on s’efforce d’augmenter en favorisant la déformation de la balle à l’impact. Une balle légère ralentira plus vite et pénétrera moins en profondeur qu’une balle lourde. La masse de la balle influence donc la profondeur et non la cavité elle même. En pratique, la vitesse est d’autant plus grande que le calibre est plus petit, c’est pourquoi il arrive qu’une munition de calibre moyen offre une efficacité supérieure à une munition de plus gros calibre. La déformation du projectile permet, en se champignonnant, d’augmenter son calibre initial par 2 voire par 3, effet qui dépend de la vitesse, du matériau et de la forme de la balle, mais également de l’obstacle rencontré. Si la balle champignonne trop tôt, elle perd beaucoup en pénétration.

Après un échange de tirs survenu en 1986 entre deux braqueurs armés de carabines et huit " fed's" armés de revolvers .357 Magnum chargés de .38 Special Hollow Point, un des malfrats criblé de balles a continué à riposter et a réussi à blesser cinq agents et à en tuer deux autres. On s'appuyait alors sur l'étude des probabilités de mettre un adversaire hors de combat au premier impact poitrine d'Evan Marshall : 357 magnum de 96,96 % - 9 para de 89,47 % - 38 Special de 75,22 % - 9 mm de 62,26 %. Le FBI demanda à la firme Winchester d'étudier une nouvelle munition. Le cahier des charges stipulait : une pénétration de 12 pouces minimum et de 18 maximum et capable de pénétrer des vêtements en cuir, cela donna la Black talon. L'ogive en plomb possède une pointe creuse en forme de cône inversé composé de six dentelures en plomb recouvertes de cuivre qui s'ouvre en forme de corolle lors de son impact. En décembre 1992, un agresseur a abattu six personnes et en a blessé 19 autres dans un train à New-York. Au mois de juillet suivant, un autre a tué neuf personnes dans un cabinet d'avocats à San Francisco, les deux tueurs avaient utilisé la Black Talon ! Un chirurgien a déclaré à propos de cette munition que c'était comme : " exposer l'intérieur d'une personne à un millier de lames de rasoir. " Devant le tollé soulevé, Winchester a préféré en cesser la production...

Lorsque l’on tente de prendre en considération : la pénétration, l'expansivité, la sur-pénétration, sans oublier la précision de la munition, on constate qu’il n’existe à l’heure actuelle aucune munition polyvalente. La cible idéale c’est comme la munition idéale, elle n’existe pas encore. On peut tout au plus préférer telle munition à telle autre et l'intervenant prévoyant préférera se tourner vers un compromis en garnissant ses magasins de munitions panachées dont le choix dépendra : de ses habitudes de tir - du type d'agresseur auquel il s'attend à être confronté (drogué, porteur d'un gilet pare-balles, véhicule, etc.). En fait, le choix du type de munition dépend souvent des connaissances en la matière et de l'arme, le malfrat n'a que l'embarras du choix : ogive constituée d'un métal poreux et placée dans un tas de fumier pour infecter la blessure - la cartouche sans douille (HK) - la cartouche Gyrojet qui fonctionne selon le principe de la roquette - la munition avec allumage électrique (Voere) - la cartouche explosive ; une amorce est placée dans le nez de l'ogive et le vide comblé avec de la poudre - ogive montée dans un sabot (le projectile ne présentera aucune rayure et son calibre ne correspondra pas à l'arme saisie) - munition tirée avec un canon réducteur (5.5 dans un 9 mm) - cartouche contenant deux ogives (M-198 de l'OTAN) - l'ogive remplacée par une fléchette, etc.

N'oubliez pas le leitmotiv de Jeff Cooper : " Au combat, seuls les touchés comptent. "

°°°°°°°°°°°°°°°°°

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.95/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • JL JL 31 octobre 09:00

    Bonjour Desmaretz Gérard,

     

     à part démontrer que le génie de l’homme s’exerce à merveille dans l’art de torturer et de tuer son semblable, à qui peuvent donc servir ces articles érudits ?

     

     En lisant celui-ci, l’idée m’est venue que la vente libre des armes létales comme c’est le cas aux USA et bientôt au Brésil, si ce n’est pas faire entrer les renards dans le poulailler, c’est à l’inverse mais guère préférable, en faire sortir les poules ; si vous voyez ce que je veux dire.


    • gaijin gaijin 31 octobre 09:37

      @JL
      " à qui peuvent donc servir ces articles érudits ?

      "
      ben c’est toujours mieux qu’un quelconque 50ème article sur le buzz de la semaine non ? il y a des gens qui aiment apprendre des trucs même si ça n’est pas immédiatement utile ...........


    • foufouille foufouille 31 octobre 10:34

      @JL
      un pistolet à poudre noire est aussi mortel tout comme une air comprimé de 20 joules avec un plomb de chasse.


    • Destouches_ 31 octobre 16:01

      @JL
      "à qui peuvent donc servir ces articles érudits ?

      "
      A tous les curieux : aux ingés pour les maths et la physique, aux littéraires pour l’impact de la technique sur la société. A mon sens, l’homme s’adapte à la technologie, bien plus que l’inverse.

      Bosser pour la DGA me révulsait à 20 ans.
      Avec le recul, je me dis que certaines armes sauvent plus de vies qu’elles n’en prennent (pensez au S-400 ou, oserai-je le dire ici, à l’arme atomique).


    • In Bruges In Bruges 31 octobre 16:11

      C’est surtout que l’auteur, réputé dans ses précédents opus pour inventer l’eau tiède et nous en parler longuement, vient nous expliquer en deux pages ce qu’est le caractère létal ou vulnérant par rapport au caractère incapacitant d’une munition.
      Cela fait juste 70 ans que c’est documenté, mais bon...
      Un retraité, sans doute...


    • Alren Alren 31 octobre 17:34

      @foufouille

      À propos de plombs de chasse, quand va-t-on sortir des fusils de chasse tirant des balles en fer et non en plomb ?

      Les millions de cartouches qui ont été tirées dans nos campagnes représentent une pollution insidieuse mais redoutable car le plomb est un des métaux lourds les plus polluants qui soient, ajoutée à la pollution du mercure de l’amorce.
      Des plombs tombés dans une mare ont provoqué des intoxications de canards sauvages qui les prenaient pour ces petites pierres qu’ils avalent afin de broyer leur nourriture dans le gésier.

      Je comprends bien que la masse volumique du fer étant inférieure à celle du plomb, pour obtenir une énergie cinétique équivalente, il faut une vitesse d’éjection supérieure et donc autoriser une poudre plus énergétique. C’est une simple question administrative.

      Il faudrait pouvoir se passer de fulminate de mercure en utilisant la piézo-électricité pour mettre à feu cette poudre.

      D’autre part une forme en fléchettes des projectiles serrés dans une gaine et immobilisés par une gelée pendant le parcours du canon permettrait une plus grande efficacité permettant de se passer du plomb.

      Pour inciter les chasseurs à utiliser ce type de fusil, il faudrait l’échanger contre leur arme traditionnelle et pénaliser au bout de trois ans ceux qui n’auraient pas fait l’échange.
      Ce qui se ferait rapidement si la nouvelle arme a une meilleure efficacité que l’ancienne.


    • raymond 2 1er novembre 00:06

      @foufouille
      En plus les pistolets et revolvers à poudre noire sont en vente libre !


    • nomoremade 2 novembre 01:23

      @In Bruges
      Pour ma part je n’ai jamais eu l’idée de m’informer sur ce sujet tant documenté depuis 70 ans (voir plus d’après l’article).
      Je ne connais pas non plus la littérature de ce, sans doute, retraité réputé pour inventer l’eau chaude... mais j’ai hâte de la lire, si elle est du même acabit que celle-ci.
      Je confirme que j’ai trouvé cet article très intéressant, alors que je m’interresse pas aux capacités léthales que l’humain est capable de déployer ou d’inventer.
      N’hésitez pas à proposer un article bien meilleur sur le sujet.


    • Gasty Gasty 4 novembre 11:31

      @Alren
      Là ou vie le Gypaète barbu les chasseurs sont priés de ne pas utiliser des cartouches au plombs.


    • velosolex velosolex 4 novembre 11:45

      @Alren
      Article utile pour ceux qui voient la balle d’un chasseur abruti traverser leur salon, comme c’est arrivé dimanche dernier à un père de famille en famille....
      Il a eu de la chance .
      Un autre en VTT s’est fait dézingué. Quel idée aussi de provoquer les chasseurs ? Avait il seulement un casque ?
      « Je croyais que c’était un sanglier ! » A dit le gars
      C’était un anglais. On comprend mieux. La guerre de cent ans n’est pas finie. 
      Deux surfistes , traversant les dunes, avec leur planche sur le dos, auraient bien apprécie eux aussi de lire cet article afin de savoir quelle genre de balle sifflait à leurs oreilles. 
      Bientôt cent ans que la guerre de 14 est fini. Certains n’ont pas encore raccroché le fusil !


    • Massada Massada 31 octobre 09:39

      Article très intéressant, merci à l’auteur.
       
      Pour info, l’entreprise de Défense Israélienne IMI introduit une nouvelle balle 5.56 A(rmor) P(iercing) M(atch) à Capacité de Perforation des Blindages (APM).

       
      Elle dispose d’une meilleure précision et d’un plus grand impact de pénétration que la balle standard de 5.56 mm. Cette nouvelle munition est déjà évaluée en service au sein de Tsahal.

      Cette nouvelle balle de 5.56mm a un noyau dur FMJ-BT (Full-Metal-Jacket -en queue de bateau = aérodynamique) de type APHC ( Perceur de blindage de Haute Cap) pour un poids du projectile de 73 grains et un poids de cartouche de 12, 9 g.
       

      Quand on la tire sur une plaque d’acier de 3, 4 mm OTAN, cette nouvelle balle réalise 100% de pénétration jusqu’à 800 m.


      • pemile pemile 31 octobre 16:22

        @Massada « Quand on la tire sur une plaque d’acier de 3, 4 mm OTAN, cette nouvelle balle réalise 100% de pénétration jusqu’à 800 m. »

        Et si on la tire sur une foule, ça traverse combien de personnes ?


      • Cyrus XV 31 octobre 21:04

        @pemile

        une avec un pare balle militaire 
        deux avec un gilet ordinaire 
        quatre en touchant des os (cote , vertèbre , ...)
        une vingtaine si cela touche que du mou .

        la bonne question c’ est pourquoi ferme t’ on nos usine pour acheter ailleurs ?
        Mais en tout cas un très bon produit .

        NB : rassure toi les tireur ont plusieurs type de munition et n’ ont qu’ as changer de chargeur « pour adapter » ce n’ est évidement pas des balle anti civile utilisable dans une foule . .

        NB2 ont as le même équipement ici dans tout les groupes d’ intervention.


      • Cyrus XV 31 octobre 21:32

        @Massada
        He non tu ne confond pas avec la 55 lol
        https://www.thefirearmblog.com/blog/2018/02/12/israel-develops-30-better-5-56x45mm-ammunition/

        Joyeux noel ... 

        Ps la razor est sympa pour d’ autre usage ...


      • raymond 2 1er novembre 00:07

        @Massada
        Et dans les genoux d’un gamin de 15 ans ?


      • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 4 novembre 13:09

        @Massada
        Ooooh belle aveu de faiblesse.
        Le peuple élu (divin) est encore à l’emploi de projectile pour tuer leurs opposants ...
        Nous, on a Jupiter de son regard débile il foudroie les foules .....
        Ben dis donc, le peuple élu s’éloigne de sa soi-disant capacité à faire des miracles. haaaaaaaaaaaa !
        A moins qu’il se déplace en Lévy-tation propulsé par du C4H10

        .... 

         smiley


      • gaijin gaijin 31 octobre 09:48

        impossible de faire l’impasse la dessus :

        https://www.youtube.com/watch?v=1pYJBJrkAeI

        7.62 full métal jacket

        pour tous ceux qui vivent déjà dans un monde de merde


        • foufouille foufouille 31 octobre 10:40

          @gaijin
          heureusement chez nous, c’était plus obligatoire le service militaire à cette époque.


        • gaijin gaijin 31 octobre 12:51

          @foufouille
          ça n’est pas que la question du service militaire le sergent ( c’est intéressant ça « serre-gens » ) est a l’image de de bien des gens et des systèmes dans notre société ( un sociopathe pervers narcissique ) .....raison pour laquelle ici ou là un engagé baleine prend un flingue ou fonce dans la foule avec une bagnole ( depuis le temps qu’on traite les automobilistes d’assassins )
          le message est le même dans tous les cas :
          « bienvenus dans mon monde de merde »


        • foufouille foufouille 31 octobre 16:22

          @gaijin
          il en faut beaucoup pour péter les plombs et tuer. je n’ai pas été car je supporte mal la vie en collectivité et pas envie d’avoir le crâne rasé.


        • gaijin gaijin 31 octobre 18:48

          @foufouille
          " il en faut beaucoup pour péter les plombs et tuer

          "
          en effet mais statistiquement sur la masse ..........


        • Sergio Sergio 31 octobre 11:56

          Ah, vivement le port d’armes autorisé en France. Cela va sans dire que tout le monde ne pourra pas l’obtenir, il y aura une sélection naturelle à base de faciès, de rapport officiel psychiatrique démontrant la bonne santé mentale du prétendant au permis, les chasseurs clairvoyants dans le choix de leur cible = de facto, les homophobes, les opposants à j’ne sais n’importe quoi tant que c’est pas contre les droits de l’homme ... mais j’me rassure, y aura des silencieux conformément à la loi de réformation de la guerre urbaine.


          • velosolex velosolex 4 novembre 11:54

            @Sergio
            Perso. Je préfère la catapulte moyenâgeuse
            Trois ou quatre mètres de haut ; Ca fait joli dans le jardin à coté du puits en pneus vulcanisés et des nains de jardin. Juste devant le barbecue. 
            C’est livrable en kit par amazon
            Montable comme un lego !
            Ca vous emporte quatre ou cinq abrutis se promenant avec leur flingue en lisière de forêt qui emmerdent les renards et les écureuils. 
            Ne reste à leur place que quelques bouteilles de kro dans l’herbe
            Même pas besoin de silencieux. Juste le sifflement d’une grosse pierre. 
            Et par ici, les menhirs, et les chaos rocheux sont légions. Ils s’accouplent, se montent dessus. Une vrai partouze. Vive la vie !


          • Raymond75 31 octobre 12:23

            Merci pour tous ces renseignements techniques, mais je pense que la meilleure solution pour tuer son prochain reste l’obus de 155.

            Il y a aussi la brillante solution américaine : disposer de plusieurs fusils d’assaut chez soi, avec des cartons de munitions.

            Il y a des pays malades de la violence, par culture (ex : les USA), par incapacité à résoudre un problème politique (ex : Israël) ou parce qu’ils sont ravagés par les gangs (ex ; l’Amérique centrale). Mais il y a aussi des pays éduqués et de grande civilité : en Suisse, à l’époque du service militaire (je ne sais plus s’il existe encore), les hommes étaient réservistes pendant de nombreuses années, et disposaient de leur arme de guerre chez eux ; le pays était mobilisable en 1/2 h, mais il n’y avait pas de délinquance armée ...


            • zygzornifle zygzornifle 31 octobre 13:28

              Le choix d’une munition d’arme de poing ne saurait être quelconque,

              Surtout quand on se la prend dans le bocal ....


              • zygzornifle zygzornifle 31 octobre 13:29

                Les lobbys pharmaceutiques et agroalimentaires sont bien plus efficaces ..... 


                • Le Comtois 31 octobre 16:41

                  @zygzornifle Pour la destruction de masse, c’est certain !


                • Saint Rata de l'himalaya Maitre Ratatouille 31 octobre 17:18

                   anecdote : munition-anxiogènique

                  Un gazier volait régulièrement du bois de chauffage (chêne de montagne très dur débarder à la main ou au treille« grosses pentes ») .

                  les bucherons en ont eu marre de ce connard ,il on fait un trou dans une bûche et glissé dedans une munition pour sanglier.

                  Le gazier à volé le stère de bois piégé.

                  Bonjours le feu de bois dans la cheminée ,big bang paf la trouille de sa vie.

                  ce con à raconté son histoire au bistro du village.......

                  La suite je connais pas,mais il à arrêté de voler le dur labeur des bucherons... smiley

                  Méthode non approuvé par la convention de genèse... 


                  • generation désenchantée 31 octobre 17:59

                    Les armureries vendaient bien des pistolets et des revolvers , sans demander des permis avant 1939 , les armes de chasse , pouvaient être acheter même en supermarché au début des années 90, curieux de savoir si c’ était plus violent a cette époque , question criminalité

                    C’est pour notre « sécurité » qu’officiellement , les gouvernements nous ont privés de ce droit petit a petit

                    Mais maintenant les forces de l’ordre et les secours sont aussi menacés , donc qui va nous protéger si il y a vraiment des « événements » ?


                    • Desmaretz Gérard Desmaretz Gérard 4 novembre 17:14

                      @generation désenchantée
                      Bjr, des associations militent pour une révision des lois afin d’autoriser le port d’arme citoyen (sous certaines conditions, santé mentale, aptitude au tir, etc), doléance qui fait bondir certains. 


                    • rugueux 31 octobre 21:07

                      @l’auteur
                      article très intéressant comme souvent....mais il y a belle lurette que l’on n’utilise plus de fulminate de mercure dans les amorces, plutôt un styphnate ou d’autres agents nitrés organiques sans mercure qui favorisait la corrosion des canons...et quiest toxique.

                      Les balles explosives, expansives autorisées dans le cadre de la grande chasse (les balles dites Dum-dum du lieu de leur fabrication en Inde) sont bannies depuis la première conférence de la Hague en 1899).


                      Ce passage est confus car il laisse entendre que les balles explosives, chargées de substance explosive, sont autorisées en grande chasse ce qui est totalement interdits en Europe et en Afrique...Seules les balles expansives ou blindées le sont...

                      La black talon n’est rien de plus qu’une ogive expansive pour arme de poing, l’équivalent d’une spbt, ou hpbt de Sierra, d’une TIG ou d’une TUG de Brenneke...Le truc des lames de rasoir c’est du sensationnalisme...Il s’agit simplement d’une munition à expansion contrôlée qui délivre un maximum d’énergie cinétique et de quantité de mouvement sur, dans la cible...

                      Une balle incidente expansive de ce type et d’une énergie de 700J qui ne traverse pas sa cible cela veut dire que la cible a encaissée les 700J...mise hors d’état de nuire instantanée même si frappe dans une zone non léthale...


                      • Desmaretz Gérard Desmaretz Gérard 1er novembre 03:30

                        @rugueux
                        « lames de rasoir » voir : SAS-ISIS-bullets-RIP-weapons-818597. vous avez oublié la frangible


                      • sls0 sls0 4 novembre 16:15

                        @Desmaretz Gérard
                        Il y a bien longtemps qu’est-ce que j’ai galéré pour récupérer du 44 arcane pour un ami collectionneur, ça mouchait derrière une vitre blindée, un flic doit plus apprécier cette caractéristique que la façon dont ça charcute la viande.


                      • Desmaretz Gérard Desmaretz Gérard 4 novembre 17:09

                        @sls0
                        Bjr, Arcane, munition popularisée avec l’« ALIA » la « SIB » par les groupes d’intervention qui ne juraient alors que par le revolver (MR). Les KTW, ogive avec couche d eteflon, Metal Piercing, transpercent elles aussi une carrosserie, mais pour stopper un véhicule, rien ne remplace le 12. A noter qu’une munition rechargée peut présenter des vitesses très différentes de celles annoncées (choix et quantité de poudre). En prévision d’une intervention sur un véhicule,l’« idéal » reste de panacher le magasin. poignée main


                      • sls0 sls0 4 novembre 18:33

                        @Desmaretz Gérard
                        Plus bas j’ai mis en lien un résultat de test de perforation de voiture, le 44 passe mieux que le 12 en balle.
                        En 2012 chez moi où le transport de cocaïne est très courant lors d’un contrôle trois flics ont été tués par la voiture, malgré un paquet d’impacts pas de blessés de l’autre coté. Arrêter un véhicule le minimum c’est du 308. Le 5.56 pas meilleur que le 22lr.
                        On oublie toujours le facteur surprise et préparation.
                        A Nice ils n’ont rien pu faire avec du 9mm, on va les équiper avec des Barrets ? Autant mettre des plots en béton.


                      • sls0 sls0 4 novembre 19:12

                        @Desmaretz Gérard
                        Je préférais recharger, si on veut du précis c’est une obligation, il n’y a pas que le cout.
                        D’une arme à l’autre la prise de rainure est différente, pas de sertissage de malade, une vitesse égale en sortie de bouche. Bref on maitrise pas mal de paramètres imposés habituellement. Avec certains canons match on fournit la chambre pour le rechargement, ça compte.


                      • Cyrus XV 31 octobre 21:45

                        Bonne article , mais rien sur le « maison » , 

                        pointe creuse mercure par exemple .


                        • sls0 sls0 4 novembre 17:49

                          @XV
                          Le mercure ?
                          Une saloperie à soigner, une balle efficace qui tue aussi.
                          Ça augmente la masse de la balle ? Quid du pas des rainures si on augmente la masse. Masse à l’arrière augmente la stabilité, masse à l’avant ?
                          Il y en a tellement sur le marché pour tout les goûts.
                          J’améliorais surtout du Garant et je rechargeais.
                          Pour un pote militaire je lui avais fait du 44 silencieux aux dimensions légales de 45cm pour le canon et 80cm pour l’arme, ça c’est du maison, il faut l’outillage et recharger soi-même. Ce n’était pas un braconnier, vu la vitesse de la sortie de la balle, 900j avec de la balle en plomb on va pas au sanglier. Ca la pêche d’une 357 magnum.
                          J’étais parti d’une carcasse d’US M1, ça se transforme facilement en pump action.
                          On peut tout faire en « maison » mais il faut les connaissances. J’en ai vu des culasses explosées parce que l’on croyait qu’avec une sous charge en poudre il y avait moins de pression, ben non, sans kapok ça fait du dégât une détonation qui se transforme en explosion.
                          Le maison on fait ça pour des flics ou militaires ça pose moins de problèmes.
                          Pour les améliorations d’armes c’est pour ceux qui ont une licence et qui ont des résultats.


                        • Cyrus La Maison Dieu (la tour) 4 novembre 18:27

                          @sls0
                          C’ est justement sur ce paradoxe que j’ attire l’ attention .
                          Un arme artisanale ou improvisé est plus dangereuse qu’ une arme dite conventionnelle justement parcequ’ elle n’ obéit plus a aucune règle.

                           On encadre très strictement les civil en règle (club de tir, balltrap , etc) ... et dans les cité les aprenti-plombier travailles.Quand il n’ achète pas par correspondance en ukraine ...

                          Je refait pas de pub . Mais une association plaide pour le retour du .22 en libre accès .

                          Peut être un thème pour l’ auteur ?

                          NB : les arme de collection poudre noir egalement .
                          NB2 : toute tes remarques de physique me semble juste .


                        • sls0 sls0 4 novembre 19:00

                          @La Maison Dieu (la tour)
                          L’arme modifiée c’est direction St Etienne au banc d’épreuve. Contrôle, épreuve et enregistrement.
                          Même pour une arme qui a de la bouteille, un petit tour à St Etienne n’est pas un luxe.
                          Du 44 ça va de 1000 à 2800 bars en chargement. Il y a des armes qui tiennent qu’à 1200 bars. Il vaut mieux l’avis de spécialistes et il maitrisent.
                          Le « maison » tel que je le conçois c’est pour améliorer et dans les règles de l’art et légales.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès