• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La liberté d’expression est-elle en danger en Espagne (...)

La liberté d’expression est-elle en danger en Espagne ?

 

Le terme dystopie a été inventé à la fin du XIXe siècle par John Stuart Mill par opposition au terme d'utopie de Thomas More et ce serait « une utopie négative où la réalité se déroule en termes antagonistes à ceux d'une société idéale ». 

JPEG

Les dystopies se situent dans des environnements fermés ou claustrophobes encadrés dans des systèmes pseudo-démocratiques où l'élite dirigeante (l'establishment) se croit investie du droit d'envahir tous les domaines de la réalité dans leurs plans physique et virtuel, n'hésitant pas à restreindre les droits fondamentaux de la citoyenneté et stigmatiser tous les secteurs réfractaires à la doctrine officielle de l'establishment avec un anathème récurrent.

La liberté d'expression en Espagne est en train de mourir avant la nouvelle offensive répressive de la Cour nationale qui contraindra fortement la liberté d'expression par l'imposition systématique d'amendes très importantes et dont l'avant-dernier épisode serait la prochaine mise en prison du rappeur Pablo Hasél pour des prétendus « crimes de glorification du terrorisme et insultes à la Couronne ». La Cour nationale et la Cour suprême, menant cette croisade, auraient comme bras d'exécution le défunt franquisme judiciaire des tribunaux qui seraient contrôlés par le soi-disant « clan des politiciens » selon les mots de l'ancien président de la Cour suprême, Ramón Trillo Torres et dont l'objectif avoué serait la mise en œuvre de la soi-disant doctrine Aznar, qui aurait pour objectif ultime de « criminaliser les groupes et les entités indisciplinés et réfractaires au message de l'establishment dominant de l'Etat espagnol ».

La dérive dévolutionniste susmentionnée du franquisme judiciaire tardif de l'Etat espagnol sera protégée par la « spirale du silence » des média de l'establishment (PRISA, Vocento, Grupo Planeta, Grupo Godó, Grupo Zeta, Editorial Prensa Ibérica, Unidad Editorial, TVE et Mediaset Espagne), une théorie formulée par la politologue allemande, Elisabeth Noelle-Neumann, dans son livre La spirale du silence. Opinion publique : notre peau sociale (1974). Cette théorie symboliserait « la formule du chevauchement cognitif qui établit la censure par une accumulation délibérée et suffocante de messages d'un seul signe », ce qui produirait un processus en spirale ou une boucle de rétroaction positive. 

L'encéphalogramme plat de la conscience critique de la société d'aujourd'hui y contribue, favorisé par une pratique journalistique dangereusement médiatisée par l'absence d'exégèse ou d'objectivité dans les articles d'opinion et la fin du code de déontologie journalistique qui aurait son expression dans la mise en œuvre de sa soumission à la censure et à celle « nolis volis » de la ligne éditoriale de ses média (résultat de l'endémisme atavique de la servitude aux pouvoirs factuels du statu quo) et qui aurait fait du journaliste une simple courroie de transmission des postulats de l'establishment ou du système dominant. Mais étant donné l'indignation populaire massive face à l'asymétrie juridique entre l'affaire Pablo Hasél, l'application par le gouvernement d'une grâce au rappeur ne serait pas exclue, ce qui représentera la victoire de la liberté de expression.  

Germán Gorraiz López, analyste politique

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2407


Moyenne des avis sur cet article :  3.3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 5 février 17:15

    Pauvre Espagne... La parenthèse « démocratique » n’aura été qu’une illusion.


    • Mélusine Enfayite Mélusine Enfayite 5 février 18:28

      Le site réseau International est en erreur 500 sur smartphone depuis hier mais accessible sur PC.

      Quelqu’un aurait des infos ?


      • Olivier 5 février 18:56

        Une évolution particulièrement perverse est celle du « crime de haine » (crimen de odio), où tout propos polémique ou critique peut être interprété comme haineux, et donc susceptible d’une condamnation, et même s’il dit la vérité !

        On voit une telle évolution en France aussi avec la loi Avia.

        Bien entendu seuls les propos qui ne plaisent pas au système sont qualifiés de « haineux ». Ce type de législation est typique d’une société totalitaire et toutes les dictatures en ont sous une forme ou sous une autre. 



          • Yann Esteveny 5 février 23:40

            Message à tous,

            Article de propagande qui voit de la censure par le franquisme dans un pays aux mains d’affairiste sans foi ni loi !


            • Jonas Jonas 6 février 01:22

              « La dérive dévolutionniste susmentionnée du franquisme judiciaire tardif de l’Etat espagnol sera protégée par la « spirale du silence » des média de l’establishment (PRISA, Vocento, Grupo Planeta, Grupo Godó, Grupo Zeta, Editorial Prensa Ibérica, Unidad Editorial, TVE et Mediaset Espagne) »

              Je n’ai pas bien compris si c’était de l’humour, premier degré ou pas, mais la plupart des média sus-cités sont subventionnés par le gouvernement espagnol progressiste de la gauche mondialiste de même facture que le gouvernement français. Ce sont eux qui pratiquent la censure, pas le franquisme !

              Ce qui peut se rapprocher le plus du franquisme, c’est à la limite le parti Vox, qui est censuré sur les réseaux sociaux par le totalitarisme de la gauche progressiste, pas par le franquisme !


              • mmbbb 7 février 09:37

                @Jonas  il est toujours étonnant que ces auteurs de gauche s en prennent a la censure alors que désormais c est cette gauche qui se comporte tel le puissant « Saint Office » de jadis . Il suffit de voir ce qui se passe dans nos universités ou le débat est devenu impossible Aginsinki ,Fielk et d autres n ont pu débattre ; bien que je n apprécie guere Hollande, celui ci a ete considere persona non grata a Lille . Son livre fut detruit , Ces cretins de gauche emploient les memes methodes des fachos dont ils combattent les idees . Ils sont tellement azimutes de l esprit qu ils ne s en appercoivent pas .
                Quant aux médias publics en France , ceux ci sont par nature tres contrôles notamment par la doxa de gauche .  Il faut entendre France Inter , une radio d etat impartial ! Je me bidonne !
                Quant a ce media c est la censure qui prevaut : C est assez amusant de lire un article d Opposition controle qui se prend pour R Aron ! 
                Je vous rejoins sur ce point ,  Quel inconvenance intellectuelle de ces auteurs !
                De la pure propagande ! 


              • Montdragon Montdragon 6 février 18:50

                Ne jamais laisser entrer un youtre dans un organe de pouvoir.

                Nous le payons cher.


                • mmbbb 7 février 08:52

                  Cher auteur , lorsque je constate la susceptibilité des auteurs de ce media qui ont la censure facile en particulier Opposition C qui ne repond que par l insulte , ces grands auteurs devrait eviter a longueur d année d ecrire des articles sur la liberte de la presse et comme ce grand auteur un artcile sur « presse manipulation » . C est un ridicule et une pretention sans nom . Heureusement que ce media a des taux d audience qui feront changer le cours de l histoire .

                  Ne parlez plus de restriction de la liberte de pensee de la censuire , c est abject de lire ce genre d argument dans ce media ou l entre soi gauchiste domine comme dans les salons de philosophie de la bonne bourgeoisie


                  • smarticasso 8 février 17:45

                    Je suis espagnole , et je ne suis pas d’accord avec les conclusions de cet article.

                    Bien sûr, l’Espagne a ses problèmes, comme d’autres pays (voir la démocratie aux EEUU ou d’autres pays européens). Mais de là à croire qu’on est un pays « attardé » en démocratie, ou post-franquiste ,c’est n’importe quoi. Par example la justice a mis en prison le beau frère du roi, ou maintenant il y a un processus contre un ex-trèsorier d’un parti politique . Et on a des lois assez modernes en parité, féminisme, procréation assistée pour des femmes célibataires, euthanasie, etc. 


                    • smarticasso 20 février 15:28

                      Je ne connaissait pas ce rapeur, Hasel, et je l’ai écouté sur youtube.. Apart de que c’est une musique très violente et agressive, chose qui n’est pas un délit évidement, c’est vrai qu’il fait de l’apologie du terrorisme du GRAPO. Je ne comprends pas cette publicité contre la justice en Espagne, c’est étrange.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité