• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La loi du peuple

La loi du peuple

Mort aux vaches !

 « La popularité d'Emmanuel Macron et d'Édouard Philippe remonte ». Ce ne sont plus les élections qui servent à désigner les représentants des citoyens, ce sont les sondages, c’est l’Opinion. Dans une démocratie, c’est « l’Opinion » et l’état de fait des mœurs qui dictent leurs lois aux législateurs, pour le meilleur et pour le pire. Des chefs d’État factices comme ceux que nous voyons se succéder n’y peuvent rien. C’est justement pour cela qu’ils sont élus. Le peuple n’est pas plus bête que ses élites. Les uns et les autres forment l’aliment de leurs propres mensonges, esprits cannibales. Mais quelque chose est beaucoup plus puissant que tout ce monde : l’esprit de vérité qui travaille l’histoire, et qui finit toujours, après d'âpres combats, par laisser tomber le pire, l'invivable, et par réagencer les forces en sauvant le vivable, dont il révèle le visage.

 J'écris Opinion avec une majuscule parce qu'elle est devenue, comme l'Argent (qui se ramène selon Freud au « plaisir des excréments »), une divinité, sans existence mais régnant par l'idolâtrie qu'elle suscite, ventre cliquetant où fourmillent et s’agitent ses faiseurs serviles. Au tournant des VIe et Ve siècles avant notre ère, Parménide déjà rédigeait dans sa langue, le grec, un poème fameux pour mettre en garde les hommes contre la doxa, l'Opinion, qui n'a ni vérité ni réalité, contrairement à la pensée, qui est l'être-même. Nous avons tous des opinions, l'homme moderne est même censé avoir une opinion sur tout. Soit nous leur accordons crédit et importance, d'autant plus qu'elles forment l'enrobage et le gardien de notre ego ; soit, nous voulant avertis de leur superficialité et de leur inconsistance, nous adoptons une position relativiste qui emporte aussi avec elle la distinction des valeurs. Dans les deux cas, nous nous fermons la voie de la pensée réelle, et donc de l'accès aux vérités. Dans les deux cas, nos opinions ne sont que des masques derrière lesquels il n'y a pas de tête.

 La somme de millions d'opinions ne peut faire l'opinion d'une population. L'opinion publique n'existe pas, même si elle règne. Les masques sont multiples, dans la population et pour chaque individu. À supposer qu'un logiciel les mixe pour en tirer un masque moyen, censé représenter la figure de l'opinion du peuple, cette figure ne ressemblerait plus à rien, un peu comme celle des stars qui ont subi trop d'opérations chirurgicales, pour un résultat dont la laideur à prétention de beauté, la fausseté à prétention de jeunesse, sidèrent le regard – ce qui est après tout un ressort possible des « stars », le verbe siderari signifiant en latin subir l'influence funeste des astres.

 La factice Opinion donc, sans cesse engraissée dans sa fausse existence par le spectacle médiatique permanent, par les sondages et par la propagande, sert de masque à notre état, tout à la fois le cachant et le révélant, masquant et palliant l'absence de pensée. Dans quel état sommes-nous, à quel état aspirons-nous ? Telle est la question politique à laquelle doit répondre l'État. Un corps ne vit pas sans tête, et un État gouverné par l'Opinion, un État sans pensée se réduit rapidement à néant. C'est le lamentable spectacle auquel nous assistons depuis plusieurs années, et tout spécialement depuis l'élection, via les médias et l'Opinion, de Macron et sa bande, avec leurs conseillers formatés par leur appartenance de classe, dépourvus d'intelligence, d'imagination et de courage.

 Mais les présidents, les gouvernants fantoches sont balayés par l'Histoire, et les idoles Argent et Opinion s'avèrent dotées d'un pouvoir aussi superficiel qu'elles sont elles-mêmes inconsistantes. Car au milieu de la mort et malgré elle, les femmes et les hommes vivent. Et s'ils doivent souffrir beaucoup d'errances, la vie, comme l'eau depuis la source creuse irrésistiblement son chemin, les fait avancer vers quelque part, avec une puissance qu'aucun dirigeant humain ne peut contrer longtemps : c'est elle qui finalement dicte ses lois aux législateurs. La vie est la loi du peuple.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 20 février 10:26

    Exercice intéressant, où comment contribuer à ce qu’on prétend dénoncer pour se maintenir dans le camp du bien tout en s’offrant le petit frisson subversif du moment.

    Et toujours ce boulet de Freud qu’il faudra bien ranger parmi les escrocs le jour où la civilisation voudra réellement upgrader son paradigme délétère...


    • Alina Reyes Alina Reyes 20 février 14:41

      @Clocel
      Pourriez-vous développer ? Que dénonce ce texte, et en quoi contribuerait-il à ce qu’il dénonce ?


    • Chantecler Paracétamol 20 février 16:08

      @Clocel

      Vous voyez, mon petit Clocel, si vous réfléchissiez un peu, vous pourriez faire des progrès en commentaire de texte !
      Mais vous êtes paresseux et ne faites pas l’effort de comprendre un esprit supérieur qui est peut-être hors de votre portée...
      Elle a pas peur, la gonzesse aux 33 livres (en librairie !)

      et aux cheveux blancs !

      PTDR


    • Ruut Ruut 20 février 10:35

      @ Alina Reyes, parlez vous des sondages bidonnés effectués sur 900 citoyen(ne)s soigneusement choisis valant pour les Millions de Français ?

      Ces sondages sur un panel si faible sont une insulte.


      • Fergus Fergus 20 février 13:26

        Bonjour, Ruut

        Pourriez-vous nous dire où vous avez acheté vos oeillères au cas où d’autres personnes seraient intéressées ? smiley

        Comme beaucoup sur ce site, vous faites partie des gens qui dénoncent les sondages lorsque les résultats leur déplaisent mais qui s’en prévalent lorsqu’ils servent leur cause. C’est humain ! smiley

        Pour votre info, les sondages d’intentions de vote réalisés durant les campagnes électorales sont basés sur des panels comparables. Et pourtant, les enquêtes se révèlent très en phase avec les péripéties desdites campagnes et au final très proches des résultats officiels.

        Mais il est si confortable de casser l’instrument de mesure lorsqu’il ne va pas dans le bon sens !


      • pipiou 20 février 14:15

        @Sophie
        C’est plutôt à vous d’expliquer en quoi les sondages sont "aussi un instrument formidable de la « Fabrique du consentement ».

         ??
        Car ça ressemble plutôt à un pur argument d’autorité.


      • Alina Reyes Alina Reyes 20 février 14:42

        @Ruut
        Certes.


      • Fergus Fergus 20 février 16:16

        Bonjour, Sophie

        « il y a des ratés, comme en 2002 »

        Les sondeurs l’ont reconnu. Et ils ont revu leur méthode, laquelle a nettement progressé depuis 2007.

        « ils sont aussi un instrument formidable de la « Fabrique du consentement ». Dans n’importe quel sens. »

        En termes d’intentions de vote — et c’est cela que les sondages sont devenus très fiables —, les résultats des enquêtes peuvent aussi bien induire un effet d’entraînement au profit du camp arrivé en tête qu’ un effet démobilisateur dans ce camp et a contrario mobilisateur dans le camp adverse.

        Ces phénomènes imprévisibles sont bien connus, et c’est pour cela que les sondeurs ont renoncé depuis des années à donner un coup de pouce dans un sens ou un autre.


      • Fergus Fergus 20 février 19:51

        @ Sophie

        Nous sommes d’accord sur les propriétaires des instituts et des médias. Mais c’est à nuancer ; tous ne sont pas strictement sur la même ligne politique. Ce qui limite les risques de manipulation.

        En revanche, d’accord avec vous sur les sondages concernant des sujets sociétaux : eu égard au manque de repères comparatifs, ils peuvent facilement donner lieu à des manipulations.


      • Ruut Ruut 21 février 06:58

        @Fergus
        Les résultats concordants ne sont que le résultat d’une autre concordance.

        Les résultats, et l’élection de Macron en fut la plus belle démonstration, sont directement liés a l’exposition médiatique.

        C’est le plus médiatisé qui a le plus de voie.
        C’est tout.

        Par contre vérifiez, le résultat des vote est = au temps d’exposition médiatique. +- 3 %.
        Bien a vous.


      • Fergus Fergus 21 février 09:13

        Bonjour, Ruut

        « C’est le plus médiatisé qui a le plus de voix »

        Sans doute. Mais cette médiatisation est également le fait de l’impact des candidats sur les Français (et donc sur les lecteurs, les auditeurs ou les téléspectateurs). Bref, c’est le serpent qui se mord la queue, ou l’oeuf et la poule, comme vous voulez !

        Et les médias ne peuvent pas tout, et de moins en moins aller contre l’opinion dominante. La preuve éclatante nous en a été donnée par le référendum de 2005 : malgré un soutien massif des médias en faveur du OUI, c’est le NON qui l’a nettement emporté ; l’analyse des sondages montre d’ailleurs que la bascule du OUI vers le NON s’est produite (sans que le phénomène ne s’inverse par la suite) quelques semaines avant le scrutin alors que la campagne médiatique en faveur du OUI était la plus agressive !

        Ce référendum a parfaitement démontré que les Français sont capables, en fonction des enjeux ressentis, d’ignorer les injonctions médiatiques !  


      • Ruut Ruut 22 février 13:47

        @Fergus
        A la grosse différence c’est que lors de ce référendum dont le résultat fut non pris en compte par nos irresponsables Politiques, les partisans du oui et du Non ont tous pus s’exprimer globalement a temps de parole pas trop différents.


      • Chantecler Paracétamol 20 février 10:47

        Quelles relations entretiennent sondeurs, médias et politiques ?

        Que se passe-t-il dans les « cuisines » des instituts ?

        Des vrais-faux sondages ont été commandés et payés par l’Elysée pour faciliter l’accession au second tour de Jean-Marie Le Pen en avril 2002... et garantir ainsi la réélection de Jacques Chirac.

        Un sondage est un outil qui pourrait-être relativement fiable s’il était utilisé à bon escient.

        Or, pour arriver à faire croire au « peuple » que c’est son « opinion » qui importe, ols sont la plupart du temps intégrés dans un processus complexe de manipulation.

        "Ma critique [des sondages] porte principalement sur l’usage - parfois inacceptable - que l’on fait de cet instrument. Son utilisation à des fins de manœuvres politiques et de manipulation de l’opinion doit cesser. Car sinon l’utilisation des sondages d’opinion en période électorale serait une dérive gravissime, un véritable "détournement de la démocratie« . ! »

        Nicolas Jallot - Manipulation de l’opinion - Stock - page 149 - 2007


        • Clocel Clocel 20 février 11:20

          @Paracétamol
          Jamais l’ingénierie sociale ne voudra se départir de ces outils merveilleusement efficaces que sont les sondages.

          Il vaut peut-être mieux d’ailleurs, on peut parvenir aux mêmes résultats d’embrigadement, mais par d’autres moyens, beaucoup plus dégueulasses.

          C’est l’outil idéal qui permet de juger l’efficacité de la propagande, d’instiller le doute, de confirmer les croyants, d’écœurer les païens, réglages ultimes de l’artillerie « démocratique » !

          Ah il a bien bossé le neveu de Freud, on sent une longue expérience dans la fabrication des veaux d’or !


        • Alina Reyes Alina Reyes 20 février 14:47

          @Clocel
          En effet. Nous savons tous tout cela. Cela dit, il s’agit dans mon texte d’inviter chacun de nous à ne pas tomber dans le piège de notre propre opinion. Une opinion n’est pas une pensée. Une pensée s’articule. Les commentaires sont en général l’expression d’opinions. Ils peuvent susciter la pensée si les commentateurs eux-mêmes se trouvent invités, par la dialectique du texte-et-commentaires, à penser plus avant. Sinon cela reste du bavardage, de la répétition de choses connues.


        • Chantecler Paracétamol 20 février 15:04

          @Alina Reyes

          pour être autre chose que du bavardage, il faut que le commentaire extrapole autre chose que du bavardage
          du néant ne peut engendrer que du néant


        • Chantecler Paracétamol 20 février 16:57

          @Paracétamol

          d’ailleurs, le site Agoravox ne suggère pas de faire des « commentaires », mais de faire part de « réactions » !


        • Le421 Le421 21 février 09:06

          @Paracétamol
          Imaginons un instant.
          Vote obligatoire et reconnaissance du vote blanc.
          C’est à dire, en 2017, par exemple, on rejoue la partie.
          Quel serait le vote des citoyens, je prends en exemple le cas de LFI, dans un deuxième « premier tour », lorsqu’ils se seraient rendu compte que cette formation, bien loin des 10% promis par toutes les gazettes, avait recueillie près du double ? Quelle aurait été la réaction des électeurs de Benoît Hamon dans un deuxième vote ? Auraient-ils compris l’inutilité de leur vote et se seraient-ils rabattus sur LFI ?? Même cas de figure avec Fillon, Le Pen ou NDA, bien sûr...
          Dans ce cas de figure, les sondages bidons, étant mis à mal par le scrutin réel, deviendraient inutiles.
          Devinez pourquoi les élites ne veulent pas du vote obligatoire et de la reconnaissance du vote blanc...
          On joue le va-tout sur un seul coup... Même sur les tickets de la FDJ, souvent, y’a une chance au grattage et une chance au tirage !!  smiley
          Au fait, au Vatican, le Pape n’est choisi qu’au bout de combien de votes ??
          Serait-il judicieux de refaire un premier tour avec seulement les candidats représentatifs ? Disons par exemple, plus de 15% des voix ?
          Attention, ceci n’est qu’une piste de travail, soyons clair.


        • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 20 février 11:43

          La démocratie est morte, phagocytée par l’oligarchie financière. Seul un monarque super partes pourrait la restaurer, En France, le prétendant légitimiste Louis de Bourbon (n. 25.4.1974), duc d’Anjou intronisé par le futur président de la République, Charles Gave.      



          • Alina Reyes Alina Reyes 20 février 14:50

            @Cateaufoncel3
            On a vu des morts et des mortes se relever de leur tombe. Mais on peut imaginer autre chose qu’un fantasmatique retour au passé, qui, s’il se répétait, finirait de la même façon : décapitation du roi et de sa caste. Il est vrai que notre président se prend pour un roi, c’est peut-être ce qu’il cherche.


          • aimable 20 février 15:19

            @Alina Reyes
            Il est vrai que Louis XVI de nos jours a éclipsé tous les autres rois , même Henri IV, pour notre roitelet c’est une façon comme une autre de passer a la postérité .


          • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 21 février 12:06

            @Alina Reyes

            « Il est vrai que notre président se prend pour un roi... »

            Super Partes ? Tout est là !!! C’est ce qui permet d’opter pour l’intérêt général.


          • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 2 avril 17:03

            @Cateaufoncel3
             
            Ah oué quant même...
            Et ton ’ prétendant ’ au ’ trône ’, il a de quoi, derrière ?

            Genre ?
            Bah par exemple quelles richesses et-ou monopoles industriels il a prévu d’exploiter pour obtenir une balance commerciale excédentaire ?
             
            Une autre ?
            Il sait, ton ’ prétendant ’ au trône, qu’une dénonciation des actuelles dettes ( depuis 1973, étonnant, non ? ) entraîne le recouvrement intégral dans les 48 de la dette ?

            Ben si.
             
            Ah ces royalistes...
            Pitoyables hères...
             


          • troletbuse troletbuse 20 février 13:36

            On sait très bien que Micron aime les sondages, dans tous les sens. Parle bas, mon fils !


            • pipiou 20 février 14:13

              Faudra dire cela aux GJs qui depuis des semaines revendiquent 70% favorables.

              Si le Peuple n’est pas plus bête que l’Elite pourquoi alors le Peuple jaune considère-t-il qu’une aide-soignante est trop conne pour monter un parti politique ?


              • Alina Reyes Alina Reyes 20 février 15:05

                @pipiou
                Le peuple intelligent voit bien que Levavasseur trahit les Gilets jaunes en s’appropriant leur nom et leur mouvement sans leur accord. C’est de la falsification, comme Macron.


              • pipiou 20 février 16:42

                @Alina Reyes
                Alors c’est ça votre vision de la démocratie : quelques excités qui guillotinent directement dans la rue ceux qu’ils choisis pour traitres ?

                Etait-il si compliqué de la battre dans les urnes, laisser le peuple intelligent ne lui accorder aucun votre ?

                Alors moi qui n’aime pas les auteures à cheveux blancs je vous guillotinavox.
                C’est probablement moins désagréable que de se faire traiter de pute.


              • Alina Reyes Alina Reyes 20 février 16:55

                @pipiou
                Non vous ne me guillotinavoxez pas, vous voyez, je suis toujours là, la tête bien sur les épaules !


              • Ruut Ruut 21 février 07:04

                @pipiou
                Disons que l’aide soignante n’as pas le temps libre nécessaire ni les fonds pour monter ce parti politique.
                Elle n’as probablement pas les contactes non plus pour le faire et encore moins la procédure.

                Après si elle gagnais au loto elle disposerait du temps et des fonds, peut être moins de la motivation.


              • L'enfoiré L’enfoiré 20 février 15:10

                Bonjour Alina,

                 Il y a tellement de moyens différents de régner au dessus du peuple.

                 La dictature, la démocratie représentative, la démocrature, et voilà le RIC qui veut prendre le pouvoir par la démocratie participative.

                 La dictature est expéditive. Il faut très peu de temps pour installer des options par un parti unique comme celui de la Chine.

                 La démocratie représentative demande plus de temps, il faut des élections et quand cela divague, recréer des élections.

                 Chez nous, le gouvernement est tombé alors que nous avons en sus une démocratie à la proportionnelle dans laquelle on ne peut régner que si le % global dépasse un certain seuil.

                 La démocrature est une solution intermédiaire. Comme disait Coluche : la dictature c’est ferme ta gueule, la démocratie, c’est cause toujours.

                 Alors, le dernier est la démocratie participative....

                 Là, cela se corse. Si vous n’avez pas déjà vu dans un réunion dans laquelle, il faut décider certaines choses, vous ne savez pas ce que c’est.

                 Tout devient lent pour la moindre décision.

                 Tout le monde ne pense qu’à son propre intérêt.

                 Les compromis, c’est plutôt faire partie des cons_promis.

                .


                • Alina Reyes Alina Reyes 20 février 17:02

                  @L’enfoiré
                  Mais en fin de compte, c’est le peuple qui règne, sinon nous serions sous dictature depuis toujours. Certains s’emploient à prendre le dessus, mais ça ne dure pas, le peuple reprend toujours la main, tant bien que mal, imparfaitement bien sûr mais enfin les dirigeants aboient, le peuple passe et poursuit son chemin dans l’histoire, continuant à combattre et à renverser les ordres établis. C’est ainsi que malgré tout nous sommes, Français, un peuple éduqué, capable de débattre, de contester, de changer notre vie, nos façons de vivre, et d’imposer ainsi aux législateurs de nous suivre.


                • L'enfoiré L’enfoiré 21 février 18:50

                  @Alina Reyes bonsoir,

                   Je vous répondrai si vous le voulez bien par l’intermédiaire de mon billet de samedi prochain dont j’apporterai le lien ici-même.


                • L'enfoiré L’enfoiré 23 février 08:35

                  @Alina Reyes bonjour,
                   Comme prévu Voici « Les stratégies différentes des intelligences »
                   Un peu de philosophie sur ce qui nous entoure.
                   Et aussi une réflexion au sujet du THEME de ARTE de mardi.
                  Bon weekend


                • grangeoisi grangeoisi 20 février 18:36

                  Dixit Churchill : « La démocratie est le pire des systèmes, à l’exclusion de tous les autres. »...Cet aphorisme qui en vaut bien d’ autres, dès l’instant où on comprend, en effet, que démocratie d’hier n’est plus celle d’aujourd’hui laquelle risque fort d’être différente de celle de demain.

                  La valeur d’une république , ce système pour tenter de mettre en branle une démocratie à la française m’ agrée bien. C’est mon credo, ma référence et donne un sens à mes responsabilités au sein de notre communauté.

                  Alors que des exutoires existent avec les zéros sociaux, et autres faces de boucs, tant pis faisons avec mais rallumer des haines ineptes au travers des manifs des jojos jaunes là je ne suis plus d’accord.Les dégradations seront bien sûr et entre autres payées par moi, bah lors de la migration des gnous il y en a aussi et parfois servant à quelque chose ne serait-ce qu’à faire travailler des artisans mais s’en prendre à autrui à peine d’opinion avec le courage fort de plusieurs contre un...comme un dégoût et une désespérance.

                  Surement, Madame, la démocratie est un long fleuve tranquille, mais parfois que de méandres.


                  • ddacoudre ddacoudre 20 février 22:59

                    Bonjour

                    S’il y a beaucoup à dire sur les sondages, dans nôtre société c’est un moyen de connaître ce que pensent les citoyens. Il est évident sur cela sert les visés d’acteurs politiques. Il appartient aux citoyens de d’éduquer ou de se réunir dans les lieux où ils peuvent se faire entendre, les partis, les syndicats, les associations, les réunions publiques. Or il est de constater qu’ils ne les fréquentent pas. Il faut donc pouvoir les interroger bien ou mal. Ensuite à chacun suivant ses connaissances ou son propre savoir de rechercher le juste à propos vé qui est le plus difficile. Cordialement. ddacoudre. over-blog.


                    • Ruut Ruut 21 février 07:09

                      @ddacoudre
                      Je doute que le travailleur qui fait les 3/8 ai le temps et la possibilité de se réunir dans les lieux où ils peuvent se faire entendre.
                      Déjà qu’il a du mal a trouver des représentants capables de se caler sur ses contraintes horaires, et encore plus de mal a trouver des représentants capables de comprendre ses contraintes.
                      La fatigue du cassage de rythme et du travail n’aidant pas....


                    • Alina Reyes Alina Reyes 21 février 10:58

                      Je comptais me consacrer à mes écrits personnels, mais après les raids de macronistes sur mes articles, je suis déterminée à reprendre, ici et ailleurs, mon combat contre l’incompétent et dangereux Macron, contre la caste qui le soutient, détruisant la république et la démocratie, contre la peste qu’il répand dans la cité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès