• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La menace arctique

La menace arctique

Il se trouve que les changements climatiques et le processus de la déglaciation n'intéressent pas seulement des écologistes et des "verts". La disponibilité de ressources énergétiques et marines, la venue de décisions plus profitables logistiques au travers de l'Arctique et les plus de la défense antimissile et des attaques par missile ont attiré l'attention élevée de l'OTAN. Bien entendu, l'Alliance tâche de cacher son intervention dans les affaires arctiques par la rhétorique de la copération intergouvernementale dans le cadre du Conseil de l'Arctique et tâche de se montrer dans les yeux du monde comme arbitre et coordinateur des négociations. Cependant les faits montrent le contraire. Dès le début des années 2000 l'Alliance atlantique augmente l'activité militaire dans la région polaire. Voilà un abrégé des initiatives militaires de l'Alliance :

 - dès le 2006 dans la région on fait passer régulièrement les manoeuvres "Cold Response" avec la participation des militaires de la Force aérienne, de la Flotte maritime militaire, de l'arméé terrestre et des forces des opérations spéciales des pays de l'OTAN.

 - Dès le 2007 le Canada fait passer les manoeuvres "L'ours polaire" (Nanook), établit les divisions de l'armée de réserve des Forces armées à Yellowknife et construit la base arctique pour des sous-marins.

 - en 2009 la Norvège a transporté l'état-major de son commandement opératif de Stavanger à Reitan et est devenu le premier pays du monde dont l'organe central de la direction militaire est situé en Arctique. Sur la territoire polaire norvège se trouve la grande formation de l'armée "La brigade du nord" équipée par du gros matériel de combat.

 - en 2013 le président Obama a approuvé "La stratégie nationale des Etats-Unis pour la région arctique" qui déclare le droit de Washigton pour des opérations unilatérales à la protection de ses intérêts "vitaux".

 - en 2015 dans les rayons arctiques de la Suède, Norvège et Finlande on a fait passer des grands manoeuvres "Arctic Challenge Exercises-2015" avec la participation de plus de 100 avions et de plus de 4000 militaires de six membres de l'OTAN : Norvège, Grande-Bretagne, Allemagne, Etats-Unis, France et Pays-Bas et de la Suède, Suisse et Finlande qui sont neutres. 17 pays ont pris part dans les opérations sur la mer. 50 navires de flottes de combats ont pris part dans ces opérations.

 Certes, c'est bien la préparation à l'expansion militaire pour le futur partage du gâteau arctique.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 26 août 2017 11:12
    • la variation d’excentricité : selon une périodicité de l’ordre de 100 000 ans, l’ellipse formée par l’orbite terrestre s’excentre d’environ 18 millions de km, ce qui modifie la distance de la Terre au soleil. De nos jours, l’excentricité de l’orbite terrestre fait que la Terre se trouve plus près du Soleil en décembre qu’en juillet.
    • Variation de l’obliquité de l’axe des pôles : actuellement, l’axe des pôles forme un angle de 23°27’ avec la perpendiculaire. Cet angle varie de 22 à 25° tous les 41 000 ans environ.
      Lorsque l’inclinaison de l’axe de la Terre est maximale, les rayons du soleil peinent à atteindre les hautes latitudes en hiver et inversement en été : les étés sont chauds et les hivers rigoureux, "ce qui correspond aux climats interglaciaires avec peu de glaces aux hautes latitudes sur les continents. Inversement, une diminution d’inclinaison correspond à des étés moins chauds et à des hivers moins froids, configuration qui cependant permet le développement des calottes glaciaires continentales." (J-C. Duplessy, directeur de recherche au CNRS, 2003)
    • La précession des équinoxes : l’axe des pôles décrit un cône autour de la perpendiculaire au plan de l’écliptique selon un cycle principal de 23 000 ans et un cycle mineur de 19 000 ans.
      Ainsi, le moment où le pôle Nord pointe vers le Soleil ne correspond pas toujours à la même position de la Terre sur son orbite. Il y a 11 000 ans, la Terre était au périhélie au solstice d’été d’où des glaciations en hiver car la Terre se retrouvait en aphélie (donc au plus loin du soleil).

    Les paramètres orbitaux expliquent la répétition quasi-périodique tous les 100 000 ans des glaciations du quaternaire. Ainsi, depuis 1,7 millions d’années, il y a eu 17 cycles.
    Le dernier maximum glaciaire date de 20 000 ans environ et l’interglaciaire qui l’a précédé, l’Eémien, de 125 000 ans à peu près. Chaque début d’interglaciaire correspond à un maximum d’insolation mais ensuite les paramètres se modifient si bien que les conditions au cours de l’interglaciaire changent. En conséquence, l’accumulation de glace est très lente alors que la fusion est très rapide.
    L’interglaciaire actuel a débuté il y a 10 000 ans. La circulation atmosphérique générale s’est alors décalée (l’anticyclone des Açores passe de 35 à 30° nord, la dépression d’Islande de 55 à 65 ° nord). Et, il ne devrait pas y avoir de glaciation majeure avant 60 000 ans (JOUSSAUME, 1993 ; FOUCAULT, 1993, etc.)....source....notre planète.info


    • Wendigo Wendigo 27 août 2017 07:50

      @bob14

       Ceci est basé sur des cycles vu comme « réguliers », glaciaire, interglaciaire, glaciaire, inter ... etc etc ; sauf que dans une ère glaciaire, il y a des phases de hausse de température, faisant partie elles aussi de l’ère glaciaire elle même et cela n’est visiblement pas pris en considération dans les propos que vous nous reportez. Regardez ce graphique (ci dessous), vous pourrez constater aisément qu’au sein même de Mindel de petits pics de température de l’ordre de 10 000 ans ont eu lieu.
      De plus les cycles de Milankovic sont basé sur l’activité de notre système solaire, mais aucun ne parle des cycles au sein de notre galaxie, activité plus grande sur une échelle de temps plus vaste et donc qui ont un impacte moins visible à l’échelle de l’humanité, mais bien concret à l’échelle des cycle long climatiques de notre planète, si nous regardons le graphique n°2 ci dessous, nous constatons qu’au file des millions d’années il y a une évolution significative et non régulière de l’activité climatique.
       Ceci dit, je ne suis pas en train de prétendre que nous entrons en ère glaciaire longue, ou quoi que ce soit, mais juste que beaucoup de paramètres nous échappent ou ne sont pas encore pris en compte, pour avoir une vision juste et exacte (si tant est que cela soit possible ). Que nous allions vers un mini age glaciaire de type Maunder ou Dalton, par contre je le pense, la baisse d’activité du gulfstream constatable actuellement ne laisse plus entrevoir d’autre possibilité et est complètement logique avec la cyclicité climatique connue (bien que certains la réfutent avec leur théorie fantaisiste et lucrative)

       Graph n°1
       :
      http://4.bp.blogspot.com/-nqq7vBFg9oQ/UPK3wdVaM3I/AAAAAAAAAk8/nXZicSy__J4/s640/les%2B%25C3%25A8res%2Bglaciaires%2Bet%2Binterglaciaires.jpg

       Graph n°2 :
      https://mktg.factosoft.com/consoglobe/image-upload/img/eres-glaciaires.jpg


    • bob14 bob14 27 août 2017 07:57

      @Wendigo....mais aucun ne parle des cycles au sein de notre galaxie ?

      Nous sommes dans l’impossibilité de prévoir quoique ce soit, pour la simple raison, que ce nous observons n’existe plus !
       

    • Wendigo Wendigo 27 août 2017 07:18


       Au rédacteur ;
       C’est une analyse pas si mal, mais...
      Elle repose sur une situation présente et non sur celles de demain.
      Les « exercices arctiques » ne sont peut être pas fait ou prévu pour un futur conflit dans l’arctique.
      Le 17 Fevrier dernier une petite info sans prétention est tombé dans l’inaperçu (c’est le premier stade de la presse avant de faire tomber dans l’oubli, les infos qui dérangent leurs patrons)
      Info dont je vous fais passer le lien plus loin.
      Une fois que vous l’aurez lu, qu’éventuellement vous aurez cherché à vous renseigner sur les tenants et surtout les aboutissants, alors peut être que, comme moi, vous n’en viendrez pas à penser que ces « exercices arctiques » ne sont arctique que juste pour les conditions climatiques qui s’approchent le plus de celles de l’europe de demain.
      En bref c’est peut être juste les températures qui intéressent les militaires température qui avec ce que révèle ce lien seront les températures de l’europe de demain (et je ne parle pas que de la Norvège)
      Mais lisez plutôt :
      http://www2.cnrs.fr/presse/communique/4883.htm

      PS : une petite question à garder aussi à l’esprit, est, pourquoi la Russie augmente le nombre de ses brises glaces, est ce en prévision de l’augmentation des exploitation gazières aux pôle, ou en prévision du baisse significative des températures de l’hémisphère nord ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

philipplayer41

philipplayer41
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès