• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La moderne barbarie

La moderne barbarie

 

Les morts, les blessés de Jérusalem-Est et les raids sur Gaza ne doivent pas faire oublier les massacres et les souffrances qu’Israël inflige aux palestiniens depuis sa création.

 

En 1948, Albert Einstein, Hannah Arendt et plusieurs personnalités juives dénonçaient déjà Menahem Begin et le massacre du village palestinien de Deir Yassin dans une lettre publiée par New York Times :

« Les aveux publics du parti de Begin ne sont aucunement un guide quant à son caractère réel. Aujourd'hui, ils parlent de liberté, de démocratie et d'anti-impérialisme, alors que jusqu'à récemment ils prêchaient ouvertement la doctrine de l'Etat fasciste (...) Un exemple choquant est leur comportement dans le village arabe de Deir Yassin. Ce village, à l'écart des routes principales et entouré de terres juives, n'avait pris aucune part à la guerre, et avait même combattu les bandes arabes qui voulaient utiliser le village comme base. Le 9 avril (THE NEW YORK TIMES), des bandes terroristes ont attaqué ce village pacifique, qui n'était pas un objectif militaire dans les combats, ont tué la plupart de ses habitants 240 hommes, femmes et enfants et en ont gardé quelques-uns en vie pour défiler en captifs à travers les rues de Jérusalem (...) C'est dans ses actions que le parti terroriste trahit son caractère réel ; à partir de ses actions passées, nous pouvons juger de ce que l'on peut attendre de lui dans le futur » (1) .

 

Effectivement en juin 1982, Menahem Begin, devenu premier ministre, et son ministre de la défense Ariel Sharon envahissent le Liban. Le jeudi 16 septembre les milices phalangistes pénètrent, avec l’aide de l’armée israélienne, les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila. Les mots et les images auront certainement du mal à décrire ce qui s’est passé dans les deux camps durant les nuits de jeudi à vendredi et du vendredi à samedi.

Pourtant, un homme, poète et écrivain, a su rendre compte avec une grande précision des détails de ce que les kataëbes chrétiennes protégées par Tsahal ont laissé derrière elles : « la femme palestinienne était probablement âgée car elle avait des cheveux gris. Elle était étendue sur le dos, déposée ou laissée là sur des moellons, des briques, des barres de fer tordues, sans confort. D'abord j'ai été étonné par une étrange torsade de corde et d'étoffe qui allait d'un poignet à l'autre, tenant ainsi les deux bras écartés horizontaux, comme crucifiés. Le visage noir et gonflé, tourné vers le ciel, montrait une bouche ouverte, noire de mouches, avec des dents qui me semblèrent très blanches, visage qui paraissait, sans qu'un muscle ne bougeât, soit grimacer soit sourire ou hurler d'un hurlement silencieux et ininterrompu. Ses bas étaient en laine noire, la robe à fleurs roses et grises, légèrement retroussée ou trop courte, je ne sais pas, laissait voir le haut des mollets noirs et gonflés, toujours avec de délicates teintes mauves auxquelles répondaient un mauve et un violet semblable aux joues. Étaient-ce des ecchymoses ou le naturel effet du pourrissement au soleil ? ». Voilà ce que Jean Genet écrivait dans « Quatre heures à Chatila » (2) .

Menahem Begin déclarait à la Knesset « A Chatila, à Sabra, des non-juifs ont massacré des non-juifs, en quoi cela nous concerne-t-il ? » (3)

M. Begin a raison. Israël n’est jamais concerné ni inquiété. C’est un Etat au-dessus de toutes les lois, conventions et autres résolutions. Ici seul le « droit » du plus fort s’applique.

 

Israël a tant de pouvoir qu'elle peut commettre et faire passer tous ses massacres pour de la légitime défense ! Il a le soutien des Etats-Unis, de l’Europe et de tous les régimes arabes. Cela fait beaucoup pour le peuple palestinien qui est toujours sans Etat ni véritable territoire. Ce pouvoir, dans lequel s’enfonce Israël, risque de se retourner contre lui et l’engloutir.

 

Aujourd’hui encore, l’Etat d’Israël s’enlise dans la même logique, celle du crime et démontre à nouveau son mépris absolu pour la vie humaine  : « Je suis écœurée par cette énième démonstration de barbarie et de violence de la part d’Israël, cette démonstration de mépris total pour la vie humaine, pour la dignité de la personne, pour le respect des droits les plus élémentaires des peuples. » écrivait Ishtar Cohen (4) .

 

Aujourd'hui, Benyamin Netanyahou poursuit « l’œuvre » accomplie hier par Menahem Begin et Ariel Sharon : tuer le plus de palestiniens possible qui représentent, pour eux, l’obstacle vivant au Grand Israël. Mais depuis 1948 la résistance palestinienne est toujours là comme la terre sur laquelle elle a grandi.

D’autres dirigeants israéliens viendront commettre à leur tour les massacres nécessaires au nom de ce « grand rêve ».

 

Israël poursuit donc et poursuivra méthodiquement et froidement son « œuvre ». Ses crimes sont plus ou moins acceptés, plus ou moins justifiés, mais rarement dénoncés par les grands médias occidentaux. Les massacres d’Israël se font « dans les murmures ou dans le silence total ».

Les gouvernements successifs d’Israël, et ce depuis sa création, ont élevé les israéliens dans le mépris et la haine du palestinien.

 

Pourtant, les deux peuples ont vécu ensemble en paix des siècles durant. Leur amour pour cette terre de Palestine n’a d’équivalent que leur haine réciproque. Leurs proclamations d’indépendance montrent d’ailleurs, une étrange ressemblance :

« Eretz-Israël est le lieu où naquit le peuple juif. C’est là que se forma son caractère spirituel, religieux et national. C’est là qu’il réalisa son indépendance et créa une culture d’une portée à la fois nationale et universelle. » (Proclamation d’indépendance de l’Etat d’Israël, 15 mai 1948).

La déclaration des palestiniens commence ainsi : « Terre des messages divins révélés à l’humanité, la Palestine est le pays natal du peuple arabe palestinien. C’est là qu’il a grandi qu’il s’est développé et s’est épanoui » (Déclaration d’indépendance de l’Etat palestinien, 15 novembre 1988).

Le poète palestinien Mahmoud Darwish écrivait « Nous souffrons d’un mal incurable qui s’appelle l’espoir. Espoir que nos poètes verront la beauté de la couleur rouge dans les roses plutôt que dans le sang. Espoir que cette terre retrouvera son nom original : terre d’amour et de paix ».

 

Mohamed Belaali

 

Blog M Belaali

-----------------------------------

(1)https://www.marxists.org/reference/archive/einstein/1948/12/02.htm

(2)Jean Genet, « L’ennemi déclaré ». Textes et entretiens. Gallimard. Page 243

(3)Ibid

(4) https://cybersolidaires.typepad.com/francophonie/2008/12/le-sang-de-gaza-est-entr%C3%A9-dans-ma-maison.html


Moyenne des avis sur cet article :  3.89/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • ysengrin ysengrin 18 mai 10:13

    Bonjour

    pour leur malheur les palestiniens arrivent en retard dans la compétition victimaire.

    Le top départ avait été donné par Sir Balfour, et les produits dopants fournis à l’équipe de tête à Nuremberg en 45.

    Il n’y a définitivement qu’un seul peuple à pouvoir prétendre au statut de victime suprême, ce qui lui donne de surcroit le privilège exorbitant de rétablir les camps de concentration sans que la « communauté internationale » ne s’en émeuve outre mesure


    • papat 18 mai 10:25

      Le plus révoltant, dans le drame palestinien, c’est, bien sûr, la brutalité de l’occupant, sa morgue coloniale, son mépris pour la vie des autres, son aplomb dans le meurtre, son arrogance de vainqueur à la victoire facile, sa bonne conscience lorsqu’il appuie sur la gâchette, sa lâcheté lorsqu’il assassine des civils, son accoutumance au crime. Mais c’est aussi cette mauvaise foi abyssale, cette hypocrisie de l’agresseur qui joue à l’agressé, ce mensonge qui sort de sa bouche lorsqu’il prétend se défendre, lorsqu’il condamne le terrorisme, lorsqu’il ose invoquer la légitime défense, lorsqu’il parle d’antisémitisme.

      Des terroristes, les combattants palestiniens ? Non, ce sont des résistants, des vrais, de ceux qui se battent pour la patrie, pour la terre de leurs ancêtres, pour vivre en paix, un jour, dans cette Palestine dont l’envahisseur veut les spolier, pour cette Palestine dont l’État-colon se croit dépositaire, alors qu’il n’est qu’un occupant illégitime, un usurpateur. La légitime défense d’Israël ? Soyons sérieux : la seule légitime défense qui vaille, c’est celle du peuple palestinien, pas celle de la soldatesque coloniale ; celle de l’occupé qui résiste, pas celle de l’occupant qui opprime. Des résistants qui ont raison de se battre, et qui savent que si l’honneur est de leur côté, le déshonneur est dans le camp adverse.

      On nous raconte que l’affrontement actuel est dû à l’intransigeance des extrémistes des deux camps. Mais ce renvoi dos-à-dos de l’occupant et de l’occupé est grotesque, c’est une supercherie. Depuis quand la résistance est-elle extrémiste ? C’est l’occupation qui est extrémiste, avec sa violence de tous les instants, cette humiliation permanente infligée aux populations, cette domination structurelle, cette insupportable chape de plomb qui pèse sur un peuple meurtri, et dont les sursauts de révolte, heureusement, montrent qu’il n’est pas vaincu. Non, la responsabilité ultime de la violence, en Palestine, n’est pas partagée, ce n’est pas 50/50, car cette violence est le fruit de l’occupation et de la colonisation, et les Palestiniens ne sont pas responsables de l’injustice qu’on leur fait subir.

      Il y a des morts des deux côtés, oui, et aucune victime civile n’est justifiée. Mais lorsque le rapport des victimes est de 1 à 30, il est scandaleux de faire comme s’il s’agissait d’une guerre classique opposant deux armées dans une bataille rangée. Car cette guerre n’a pas commencé aujourd’hui, c’est un ethnocide, une tentative d’effacement des Palestiniens que l’on veut parquer dans les bantoustans de l’apartheid sioniste. Cette guerre n’est pas une guerre ordinaire, c’est la lutte entre une puissance occupante et une résistance armée, et il ne suffira pas d’appeler à la cessation des violences pour y mettre fin. Ce qui est à la fois odieux et ridicule, dans les déclamations de la diplomatie occidentale, c’est cet appel implicite au désarmement des Palestiniens. On leur demande de baisser les bras, de se résigner, d’accepter le joug, en feignant d’ignorer les raisons pour lesquelles ils ne le feront pas, ni aujourd’hui ni demain.

      Reste, bien sûr, cette accusation d’antisémitisme, indéfiniment reconduite, pavlovienne, pathétique de bêtise et répugnante d’hypocrisie, que l’on jette à la figure de tous ceux qui soutiennent la lutte des Palestiniens. Et pourtant, s’ils savaient, ces imposteurs, à quel point l’antisionisme nous suffit, à quel point il exprime avec assez de clarté ce qu’il s’agit de défendre. L’antisémitisme, lorsqu’il est avéré, est une souillure pour celui qui l’éprouve. Mais lorsqu’il sert à accuser l’antisionisme, c’est une souillure pour celui qui profère cette accusation mensongère. Vous pouvez toujours brandir cette calomnie, mais prenez garde, elle risque de vous revenir un jour sur la figure.

      Force incoercible de la propagande, lorsqu’elle provoque le passage insidieux d’un terme à l’autre, qu’elle génère l’inversion maligne par laquelle le bourreau se fait victime, et l’antisionisme est qualifié d’antisémitisme. Cette accusation, on l’a compris, est une arme d’intimidation massive, qui permet à des gouvernements serviles, tout heureux de servir l’impérialisme et le sionisme, de s’acheter une pseudo-bonne conscience. Pitoyable diplomatie, complicité avec le crime qui se pare de toutes les vertus, et qui n’en finit plus de toucher le fond. Les Palestiniens, eux, ont compris depuis longtemps qu’ils n’avaient rien à attendre de ces Européens qu’étouffera un jour leur lâcheté.


      • Trelawney Trelawney 18 mai 12:42

        @papat
        Des terroristes, les combattants palestiniens ? Non, ce sont des résistants, des vrais, de ceux qui se battent pour la patrie
        Il faut faire attention à ce que l’on écrit, car les familles des victimes de la rue des rosiers, la rue de Rennes, le Métro Saint Michel ne le voit pas comme cela.

        Pour info : Lorsque Samuel Paty a été décapité, les autorités religieuses musulmans à Jérusalem ont écrit ceci :

        « Le ministère – avec tout son personnel administratif et tous les imams, prédicateurs et gardes de la mosquée – a suivi avec un grand ressentiment la publication des caricatures offensantes Prophète Muhammad, que la paix soit sur lui. Nous rejetons fermement tout affront au prophète Mahomet, que la paix soit sur lui, qui affronte tous les prophètes. Nous considérons ces affronts comme une attaque directe contre notre prophète, notre religion et notre foi. Nous mettons en garde contre la poursuite de ces affronts, que ce soit contre la religion islamique ou contre d’autres religions, que ce soit contre notre prophète Mahomet, que la paix soit sur lui, ou contre l’un des [autres] prophètes et messagers, à travers un discours politique officiel ou non. Cela attise l’esprit de haine et d’hostilité et contribue à enterrer la culture de tolérance et de paix entre les peuples. »

        Alors terroristes ? Oui terroristes et ennemis de la France !


      • papat 18 mai 13:31

        @Trelawney
        demandez vous pourquoi les sémites sarkozy et bhl ont détruit la libye ? 
        la france est sous la domination des sémites depuis trop longtemps. si vous en douter demander vous de quelle banque sort macron !qui détient la presse, les médias qui vous manipulent .libre a vous de rester endormi !


      • Trelawney Trelawney 18 mai 17:25

        @papat
        Macron Sarkozy peuvent dire ce qu’ils veulent, je m’en fiche, car ils ne sont pas crédibles
        Israël et la bande de gaza sont en conflit et j’essaie d’être objectif sur la question. Mais les types qui commettent des actes de terrorismes sur le sol français ne viennent jamais de Tel Aviv. Faudrait pas se tromper d’ennemis.


      • adeline 18 mai 10:46

        ce joli dessin vient d’où ?


        • quijote 18 mai 12:40

          D’accord avec l’auteur sur ce sujet précis. Pas bien.

          A propos de « barbarie moderne », j’en connais une autre. Elle consiste à appeler « racistes » et « fascistes » les peuples qui refusent de se laisser envahir par d’autres peuples au nom du Bien. Quand les prisons du peuple autochtones sont déjà pleines des « enrichisseurs » qui arrivent. Quand les enfants et petits enfants du peuple « enrichisseurs » inondent le pays d’arrivée de drogues, de pratiques mafieuses et de principes tribalistes ( caillasser les pompiers et les policiers comme s’il s’agissait d’une tribu d’envahisseurs ). Tout en se plaignant du racisme des autochtones qui disent « ça suffit ! ».

          A l’auteur : quel est ton avis sur cette autre barbarie qui, toutes proportions gardées, ressemble pas mal à celle que tu dénonces dans ton article ? Es-tu pour le droit inaliénable de tout musulman à aller s’installer là où il veut dans le monde, quoi qu’en dise le peuple indigène ?


          • Allexandre 19 mai 10:54

            @quijote
            Vision ô combien simpliste des choses. L’Histoire ne s’écrit pas sur 20 ans.


          • quijote 19 mai 22:28

            @Allexandre

            Salut ami collabo ( ou ami musulman, peut-être ? Oui ? ),

            Puisque l’auteur, coincé qu’il est dans la contradiction insurmontable que je pointe du doigt, est incapable de répondre à ma question, je ne doute pas que toi, tu vas pouvoir, du haut de ta grandeur et de ta hauteur de vue... Explique-nous, donc, la raison pour laquelle l’Europe devrait accueillir tous les peigne-cul du tiers-monde. C’est pas raciste, peigne-cul, hein, ami collabo ?
            Je suis impatient de comprendre. Nous sommes impatients de comprendre. Pourquoi l’Europe doit accueillir tous les Africains pauvres ?


          • quijote 18 mai 12:48

            Dernier sondage en date : les Français sont à plus de 60% contre l’immigration comme solution au problème de la natalité. C’est bien. Cela fait quand même encore presque 40% d’abr... Etudiants gauchistes, bobos parisiens et autres francs-maçons.


            • papat 18 mai 13:48

              @quijote
              vous oubliez les 2 sémites qui ont détruit la libye pour que la france soit submergé par une vague migratoire que Kadafi bloquait de son coté de la méditerranée !


            • quijote 18 mai 14:05

              @papat

              Les Auvergnats ? Ceux qui se plaignent maintenant du racisme anti-Auvergnats dans « les quartiers » après avoir favorisé de toutes leurs forces l’arrivée des ressortissants anti-Auvergnats pendant 40 ans ?

              Ils n’ont rien à voir là-dedans. Jamais. Ils sont Auvergnats.


            • quijote 18 mai 15:23

              @quijote

              D’ailleurs c’est du racisme anti-Auvergnats que de le prétendre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mohamed Belaali


Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité