• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La mort et le gravillon

La mort et le gravillon

 Si vous jetez un gravillon dans l’océan, l’océan ne sera plus jamais le même qu’auparavant. Le simple fait de naître, et pour les mêmes raisons physico-chimiques que pour le gravillon jeté, rend définitivement l’humanité différente de ce qu’elle était jusque là, que vous soyez maître ou esclave, puissant ou misérable, célèbre ou tapis dans l’ombre. Si vous ne me croyez pas, je vais vous expliquer pourquoi, mais pour ceux qui n’ont que le temps de vivre, ils peuvent s’arrêter à l’image scientifiquement et rationnellement exacte du gravillon et de l’océan.

 

 Prenons des réactifs purement minéraux (inorganiques, c’est à dire non dérivés d’un organisme vivant). Ajoutons un sel d’argent (AgNO3) à un milieu visqueux contenant du bichromate (K2Cr2O7). Après quelques jours, spontanément, des cercles brun-rouges apparaissent : le milieu initialement homogène devient organisé et montre une régularité spatiale. Seul un très petit nombre de réactions chimiques montrent ce phénomène, pour qu’il se produise il est nécessaire qu’une rétroaction entre les produits finaux et les produits de départ se mette en place : le ou les produits finaux doivent faciliter la transformation des produits de départ, l’effet influence la cause.

 

 D’autres réactifs minéraux relativement simples (eau oxygénée H2O2, FeII/III, iode I2) mélangés selon une méthode appropriée peuvent servir d’horloge chimique  : périodiquement une couleur apparaît puis disparaît à des intervalles de temps déterminés. Cette fois encore, les études des mécanismes montrent que cette périodicité ne peut être obtenue que si l’on postule un mécanisme de rétroaction.

 Quelques autres, mais très rares, réactions chimiques peuvent donner lieu à des réactions périodiques et à des phénomènes d’auto-organisation, toutes ont en commun un mécanisme qui mêle l’effet à la cause : le monde inanimé se sépare du monde animé par ce biais. Il est maintenant possible de déterminer la nature profonde de la vie indépendamment des religions, des philosophies, des présupposés. Au sein de tous les organismes vivants, les réactions ne se déroulent pas simplement en transformant un réactif en un produit. La biologie, qui met en branle constamment phénomènes non-linéaires, bistabilité et rétroaction, se distingue en conséquence radicalement de la chimie à cet égard. La mort d’un individu n’est rien d’autre que le passage du monde des réactions coopératives à celui plus banal des réactions chimiques ordinaires pour lequel les effets sont liés simplement à des causes circonstanciées.

 Des assemblées dans lesquelles les interactions sont non-linéaires (un faible ébranlement peut conduire à une grande catastrophe), où s’établissent une bi-stabilité (réponse : oui ou non, en excluant le peut-être), une coopérativité (le second phénomène s’établit plus aisément que le premier) s’appellent des systèmes complexes. Un système complexe peut assez bien être illustré par le jeu du Mikado. Une baguette de bois ne peut pas être ôtée d’un tas de baguettes enchevêtrées sans faire bouger l’ensemble (même si c’est justement le but du jeu si l’on triche un peu). Un jeu de dominos donne une idée d’une assemblée interagissant purement selon un caractère bistable. Un domino peut être soit couché (état 0), soit debout posé sur la tranche (état 1). Si vous mettez une suite de dominos debout les uns à côté des autres (tous à l’état 1 donc), il suffit d’ébranler l’un d’entre eux pour que tous tombent.

 L’eau H2O est un système complexe, ce n’est pas seulement un solvant essentiel à l’apparition de la vie, c’est selon notre définition, une forme primitive de vie, la plus primitive possible des formes de vie. En effet, les molécules d’eau s’associent les unes aux autres par un processus coopératif grâce à la formation de liaisons hydrogène H2O•••H. Ces liaisons sont fortes (moins cependant qu’une liaison normale) et directives, la géométrie de l’assemblage est bien fixée. La formation d’une liaison hydrogène entre deux molécules augmente la polarité de chacune d’elles, ce qui accroît la propension à former d’autres liaisons hydrogène avec des molécules non encore engagées et permet de former de plus gros agrégats d’eau. Les agrégats moléculaires ainsi formés ont des géométries assez bien définies mais éphémères, la durée de vie d’une liaison hydrogène est en effet de l’ordre de 10-10s. Les agrégats sont souvent comparés à des icebergs ‘flottant’ au sein de molécules d’eau plus désordonnées, le tout restant toutefois liquide et apparemment homogène.

 L’eau avec en son sein des agrégats structurés fugaces permit de donner naissance à des édifices plus pérennes, comportant davantage d’atomes différents, bien mieux organisés : des micro-algues apparues il y a plus de 4 milliards d’années. Ces micro-algues se complexifièrent peu à peu par l’accumulation d’acquis bien plus que par hasard. Le vivant se caractérise par une complexification des entités constitutives lorsque le temps s’écoule. L’évolution aboutira finalement aux Hommes modernes.

 Les atomes se sont liés pour former des molécules, celles-ci se sont développées en macromolécules, des cellules ont vu le jour puis des organismes, ceux-ci se sont complexifiés jusqu’à produire les diverses espèces animales dont Homo Sapiens. Les systèmes au fil du temps deviennent de plus en plus complexes et ordonnés (mais non pas symétriques), ce qui donne un sens à la notion de flèche du temps en Biologie, à rebours de la définition classique qui postule une augmentation continuelle de l’entropie (du désordre). Les systèmes complexes ne se fient pas au hasard, bien plus à une (apparente) nécessité : augmenter sempiternellement l’intrication des causes et des effets, amplifier les phénomènes non-linéaires, fournir des états bistables. Cette ‘nécessité’ n’a pas d’origine métaphysique, les systèmes complexes éliminent naturellement ceux qui ne le sont pas ou pas assez.

 L’évolution ne s’arrête évidemment pas à l’Homo sapiens, même si la morphologie de l’espèce varie encore significativement, c’est l’ensemble de l’humanité qui change le plus en tendant à se constituer en système complexe, une extrême division du travail engendre des micro-compétences qui isolément ne servent à rien et doivent être échangés contre d’autres pour fournir un ‘utile’. Par ce biais, un ensemble obéissant aux caractéristiques communes des systèmes complexes se forme pour l’ensemble du monde vivant mêlant tous les Hommes de la planète, mais aussi tous les autres animaux, les végétaux, les champignons… et une bonne partie des minéraux que l’Homme consomme avec avidité. 

 Dans une goutte d'eau, il y a mille milliards de milliards de molécules d'eau (1000 000 000 000 000 000 000.= 10 21) qui toutes peuvent former transitoirement par un processus non-linéaire un agrégat. Le nombre d’agrégats possible est tellement grand qu’il semble inaccessible, il est en tout cas bien supérieur au nombre d’étoiles que compte la totalité de l’univers. L’ensemble des océans a un volume d’environ 1500 km3, ce qui constitue un énorme potentiel pour ce qui se déroule déjà dans une goutte d’eau.

 Ainsi, en jetant un gravillon dans les océans on va bien ébranler la totalité des océans grâce aux phénomènes coopératifs qui opèrent pour modeler les formes des agrégats qui s’y trouvent. Les bruits de fond perturberont le signal mais ne le feront pas disparaître. L’Homme sans emprise sur les autres ne fera qu’un petit rond dans l’eau avec son gravillon mais le signal induit ne disparaîtra ni plus, ni moins, que lorsque des puissants parmi les puissants jetteront un énorme pavé à sa place.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Arogavox 15 juillet 16:51

    Merci pour cet article majeur par lequel j’ai enfin un début dintuition de ce que pourrait être une vision de la « mémoire de l’eau »  smiley (Même si Wikipédia nous dit que cette controverse inspirée par Benveniste a été invalidée par la science ...)

      

     De là à des effets papillon capables de servir une force de la complexité complexifiante capable de contrarier la flêche du temps ? 

      
     Quid aussi d’une capacité de la complexification à inventer des simplifications « utiles » ?


    • San Jose 15 juillet 18:19

      @Arogavox
      .
      Pour ceux qui voudraient des papillons capables de servir une force de la complexité complexifiante capable de contrarier le flèche du temps, j’en ai mis quelques uns sur Ebay à 99,99 euros seulement. 


    • Arogavox 16 juillet 00:17

      @San Jose
      “Live simply, so others may simply live.” (Gandhi)


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 16 juillet 10:47

      @Arogavox
      Ce que conserve le système complexe c’est l’apport d’une quelconque perturbation mais pas la nature de cet apport. En particulier, l’homéopathie n’a rien à faire dans ce cadre.


    • Arogavox 16 juillet 14:04

      @Jacques-Robert SIMON
       effectivement, je ne pensais pas à l’homéopathie, mais bien à une forme de « mémoire » de l’eau : conservation de l’apport d’une pertubation.


    • Arogavox 18 juillet 23:19

      « C’est de l’eau ! »  : https://youtu.be/jBFzQQ0C4CI


    • Jean Keim Jean Keim 16 juillet 07:51

      << Les atomes se sont liés pour former des molécules, celles-ci se sont développées en macromolécules, des cellules ont vu le jour puis des organismes, ceux-ci se sont complexifiés jusqu’à produire les diverses espèces animales dont Homo Sapiens.... >

      Ceci me semble juste, mais pourquoi en est-il ainsi ?

      Pourquoi y a-t-il qq chose plutôt que rien (Socrate) ?

      La science observe et tire des conclusions, des hypothèses, des formules qui ont l’air de bien fonctionner, les ingénieurs prennent le relais et meublent notre existence d’une kirielle d’objets, mais ayons l’humilité de reconnaître que nous ne savons toujours pas ce que sont la matière et la vie, et peut-il en être autrement ?

      L’affirmer c’est méconnaître la nature de la pensée, c’est s’engager dans une impasse d’où toutefois il est toujours possible de faire demi tour.


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 16 juillet 10:50

        @Jean Keim
        Il est rare, sinon impossible, qu’une société fasse demi-tour. Mais la vie n’est qu’un arrangement particulier d’atomes, de molécules avec comme caractère propre les phénomènes coopératifs.


      • Jean Keim Jean Keim 16 juillet 13:00

        @Jacques-Robert SIMON

        Votre commentaire comme votre article d’ailleurs correspondent à un mode de pensée que vous avez adoptez, c’est ainsi que chacun d’entre nous fonctionne, c’est inhérent au processus de la pensée, le percevoir est le point de départ incontournable d’un changement de la conscience humaine, la science « actuelle » ne peut en aucun cas l’opérer, encore un impossible.

        La société n’existe que par ses constituants, l’esprit humain est capable de tous les changements.


      • ddacoudre ddacoudre 17 juillet 13:57

        Bonjour

        De plus en plus la prise en compte de ma biologie permet de mesurer les inepties qu’on développé des approximations intuitives ou superstitieuses Personnellement je réfléchit toujours dur la base de deux réflexion. Tout ce qui existe à une raison d’être même si nous nous ne la comprenons pas. La seconde tout ce que nous pensons est en potentialité d’être puisque nous avons capté les information de l’environnement pour cela, sauf que cela ne ressemblera pas forcément à ma description que nous en avons faite avec un langage castrateur et que le temps de sa réalisation d’autres paramètres s’y seront joints J’essaie toujours d’en faire comprendre la difficulté avec un puzzel où toutes les pièce à chaque instant changeraient de forme de couleur de taille pour donner une image qu’’en tant que pièce l’on ne pas voir et deviner, et même si nous avions la possibilité de nous élever Nous ne pourrions jamais voir l’image du puzzel dans son infime instant T alors que nous l’aurons vécu Cordialement ddacoudre overblog

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès