• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La multiplication de vagues de protestations est-elle un signe annonciateur (...)

La multiplication de vagues de protestations est-elle un signe annonciateur d’une crise économique mondiale ?

Nombreux sont les économistes qui considèrent que la population humaine suit l'économie, alors que c'est le contraire. C'est l'économie qui suit la population, pour satisfaire ses besoins. Il en résulte que nous ne vivons pas une crise politique ni même de société, mais les débuts d’un drame qui peut être fatal à notre civilisation à bref terme. Les êtres humains en douteront-ils encore en y succombant ?

Avec la prolifération humaine, il est pourtant prévisible que nous aurons bientôt le choix entre sauver des vies et sauver l’espèce. La transition démographique est telle qu'après que la population humaine mondiale ait moyennement augmentée de 11 000 individus chaque jour depuis le début de notre ère, ce chiffre passera à plus de 17 000 dans quelques décennies.

Tous ceux qui prônent et ont prôné sans discernement l'accroissement de la population humaine, sont responsables du plus grand crime dont aient jamais été victimes l’humanité et la planète qui l’abrite, mais « quand le vin est tiré il faut le boire ». C'est ainsi que la question qui se pose dorénavant à l'humanité est : Vaut-il mieux le progrès et un bien-être inégal pour 3 ou 4 milliards d’humains, dans le respect de leur environnement, ou la stagnation dans une indigence égalitariste et le saccage de la planète, par bientôt 11 milliards et plus de super-prédateurs ?

Grèves et manifs en tous genres se multiplient, pour réclamer des mesures, mais lesquelles, quand il y a autant d'avis que de manifestants ? La seule issue est de faire d'urgence front uni pour réduire notre empreinte écolo, par la dénatalité.

Faut-il rappeler qu'après les innombrables jacqueries et révolutions qu'a connu l'humanité au cours des millénaires, le marxisme a enfanté du communisme, suscité par l’extrême misère d’un prolétariat cristallisé de fraîche date, grossi de millions de serfs vivant un autre temps aux confins de l’Europe ? Et que c'est ce marxisme qui inspirera à son tour, par réaction ou surenchères, ces autres fléaux qu'ont été notamment le fascisme du Caudillo, celui du Duce et le nazisme, le maoïsme, ... autant de doctrines qui perdurent et prospèrent sous diverses formes en de nombreux endroits de la planète en ne faisant qu'aggraver la condition humaine plutôt que de l'adoucir. C'est pourtant ce marxisme, sous couvert d'une compassion dévoyée, qui continue d'être la référence de la plupart des économistes et autres experts en sciences dites humaines.

Or, si la misère la plus profonde et la révolte qu’elle peut susciter peuvent avoir légitimé son avènement, il n’en demeure pas moins que le marxisme, de même que ses résultats, sont au plus haut point contestables, par absence d’éthique, incitation à la haine, abus idéologiques, corporatisme, développement d'un obscurantisme laïc n'ayant rien à envier au religieux.

Mais c'est surtout l'ignorance des dimensions démographique et environnementale inhérentes à tout processus économique et social qui caractérise nos maîtres à penser, “nobélisés” ou non ; probablement par respect du tabou dont sont frappées, chez eux comme ailleurs, toutes questions de population et a fortiori de surpopulation. Car tous les maux de notre société n’ont pas d’autre histoire que celle de la relation économie-démographie. Et s'ils ignorent cela, ils interdisent :

— l'éradication de la pauvreté profonde

— la maîtrise des inégalités sociales

— la réconciliation de l'humanité avec son environnement.

Richesse et pauvreté en tout, existent l’une par l’autre et sont relatives, comme elles l'ont toujours été. Par ailleurs, où que ce soit et sous tous les régimes politiques, un pauvre ne peut enfanter que des pauvres, comme un riche ne peut donner naissance qu’à des riches ; quels que soient les aléas heureux ou malheureux de l’existence de chacun par la suite.

Les hasards de sa naissance insèrent chacun dans la pyramide sociale selon ses antécédents génétiques, sociaux et culturels, situation que la lutte des classes n’a jamais ni nulle part changé d’un iota, avec ou sans suppression de l’héritage. Une telle mesure ne pouvant d'ailleurs conduire qu’à accroître la richesse collective autrement que par les voies habituelles que sont la confiscation pure et simple ou l’impôt, sans modifier le caractère incontournablement pyramidal de la richesse comme de la société, lequel refuse toute forme d’égalité.

N'est-il pas par contre remarquable que nul expert en sciences humaines ait jamais dénoncé le fait que si l’enrichissement individuel comme collectif n’a pas d'autres limites que celles de l’ambition de ceux qui le convoitent et les ressources dont ils le tirent, LA PAUVRETÉ A LA SIENNE, QUI EST LE NIVEAU ZÉRO DE LA RICHESSE, que connaissent des pauvres toujours plus nombreux et que la société encourage à se multiplier.


Moyenne des avis sur cet article :  1.24/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Ruut Ruut 30 octobre 06:07

    Une révolte face à des mensonges de gouvernements qui n’oeuvrent pas au bien-être des citoyens dont ils ont la charge.

    Le peuple ne se laissera pas mourir et trop dépouiller sans se révolter.

    Et le souci du néolibéralisme c’est qu’il tend vers tous les abus sans œuvrer pour le bien être global.

    Pire il affame ses créateurs de richesses Réelles (Travailleurs, Ouvriers, Artisans) et engraisse ses parasites a Richesse Virtuelle (Traders IA, Actionnaires, Lobbys, Corruption etc…).


    • Julot_Fr 30 octobre 07:30

      Manisfestation toutes (excepte les GJ) organisees par le reseau macon / sioniste pour introduire des politiques communiste.. deja en train de se produire au chili


      • Sparker Sparker 30 octobre 09:31

        @Julot_Fr

        Salut j’ai été contacté par les sionistes communiste révolutioniste du printemps, du coup je monte un printemps français pour mars/avril, je cherche du monde c’est bien payé et sans risque.
        Y’a des points retraites à la clé, c’est toujours bon à prendre...
        Vous en êtes ?


      • Julot_Fr 30 octobre 11:25

        @Sparker

        Vous pouvez regarder cela, on en reparle apres https://m.youtube.com/watch?v=xKhJAFwSdtU


      • Samson Samson 30 octobre 15:29

        "C’est pourtant ce marxisme, sous couvert d’une compassion dévoyée, qui continue d’être la référence de la plupart des économistes et autres experts en sciences dites humaines."

        Vous ne différenciez pas théorie marxiste  tout à fait pertinente pour analyser les rapports économiques et sociaux générés depuis la Renaissance par l’émergence du Capitalisme et à laquelle des économistes et certains experts en sciences humaines, sociologie tout particulièrement, se réfèrent en toute logique - de l’idéologie marxiste - totalement inapte à transcender les notions de productivisme, d’accumulation et de répartition de la plus-value inhérents au modèle capitaliste et à notre modernité, d’où sa carence méthodologique à éclairer l’économie du don contre-don en vigueur chez les peuples premiers et dans les sociétés traditionnelles, et son impasse subséquente à envisager ou proposer d’autres modèles anthropologiques et sociétaux.

        Le marxisme est consubstantiel au capitalisme !


        • Claudec Claudec 30 octobre 18:40

          @ Samson

          Bonsoir

          Je conteste la pertinence de l’analyse marxiste, précisément en raison de son ignorance, 1° de la dimension démographique de toute question sociale. 2°des fondamentaux incontournables de la condition humaine.

          https://pyramidologiesociale.blogspot.com


          • Samson Samson 30 octobre 20:13

            « ... en raison de son ignorance, 1° de la dimension démographique de toute question sociale »

            Si, ne faisant de fait aucun cas des « fondamentaux incontournables de la condition humaine », la politique de l’enfant unique décrétée par le parti communiste chinois a débouché sur un catastrophique déséquilibre entre populations masculine et féminine, ne visait-elle précisément à résoudre cette « dimension démographique de toute question sociale » qu’elle ne pouvait donc ignorer ???


            • Claudec Claudec 30 octobre 20:38

              @Samson

              Je me permets de penser que la Chine a été tout simplement rattrapée par cette irrépressible besoin qu’éprouve tout pouvoir de voir croître le nombre de ceux sur lesquels il se fonde et prospère.

              L’homme est avant toute autre considération un consommateur qui par différence avec les autres êtres vivants, s’invente des besoins ; ce que Marx semble avoir ignoré. Que n’a-t-il été guidé par l’évidence voulant que le meilleur moyen de priver les profiteurs de la main d’œuvre qui les enrichis, serait qu’elle cesse de proliférer et avec elle ses besoins, dont la satisfaction contribue à l’enrichissement de la société, à commencer par les plus ambitieux de ses membres ? Comment ceux qui ont le plus à se plaindre de leur sort peuvent-ils au contraire s’obstiner à condamner leur descendance à une existence qui ne peut être que pire que la leur, en raison de leur nombre croissant sans cesse ? Mais le peuple est pour le marxisme comme pour tous les pouvoirs, un instrument dont la force s’affirme d’abord par le nombre. Pas une église, pas un parti, pas un syndicat, qui ne cherche à augmenter sa puissance par le nombre de ses fidèles, de ses membres ou de ses adhérents.


            • Samson Samson 30 octobre 21:34

              @Claudec
              « L’homme est avant toute autre considération un consommateur qui par différence avec les autres êtres vivants, s’invente des besoins, ... »

              Tout est dit et ni concernant les « fondamentaux incontournables de la condition humaine », ni surtout les fondamentaux de sa nature, nous ne partageons la même philosophie.

              Le capitalisme trouve lui aussi les solutions qu’il peut et - à épouser votre perspective - la plus rationnelle revient sans surprise à un eugénisme à large échelle.
              Pour ce que j’en comprends, il se pratique déjà, de manière plus ou moins discrète et notamment sous couvert de campagnes de vaccinations financées par l’OMS !

              Sans moi !!!


            • Samson Samson 30 octobre 21:41

              @Samson
              PS :
              « Je me permets de penser que la Chine ... »
              C’est précisément du contraire que je parle, mais peu importe, renseignez-vous !


            • Claudec Claudec 31 octobre 03:33

              @Samson

              Pour la philosophie, je vous renvoie à Condorcet. «  Si les hommes ont des obligations à l’égard des êtres qui ne sont pas encore ; elles ne consistent pas à leur donner l’existence, mais le bonheur ; elles ont pour objet le bien-être général de l’espèce humaine ou de la société dans laquelle ils vivent, de la famille à laquelle ils sont attachés, et non la puérile idée de charger la terre d’êtres inutiles et malheureux »

              Par ailleurs, libre à vous de préférer à ce que vous désignez à tort comme de l’eugénisme, l’hégémonie de la Chine, fondée sur une exploitation de son prolétariat et des ressources de ses “colonies” n’ayant rien à envier à ce que réprouve le marxisme le moins romantique ; libre à vous de considérer l’expansion de la Chine comme du communisme, quand il ne s’agit que d’une tentative de plus de domination d’un peuple sur les autres, par un capitalisme qui ne dit pas son nom.

              Il n’en demeure pas moins qu’à mi-année 2019 l’humanité avait consommé la totalité de ce que lui offrait sa planète pour vivre une année entière, ce qui dépasse de très loin une archaïque lutte des classes.

              https://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.fr/2018/05/un-autre-marx.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès