• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La paupérisation des classes moyennes

La paupérisation des classes moyennes

Tout le monde le constate et personne ne l’explique.

Dans une société cohérente chacun est utile et reconnu comme tel. Certains produisent, d’autres distribuent, d’autres encore facilitent par leurs services la production, la distribution et la préparation du futur par la fabrication et l’éducation des enfants. C’est simple et cela marche très bien par l’intelligence de chacun et par une approche commune du lendemain.

Mais dans une société incohérente comme la nôtre où la peur de la mort, le désir de plaire et les fantasmes d’un lendemain qui chante dominent tout (un psychanalyste dirait que c’est la même chose), une fausse cohérence a été artificiellement fabriquée par des règlements, des normes et des lois qui n’arrêtent pas de se surajouter pour tenter vainement de rendre cohérent ce qui ne peut pas l’être.

Le résultat se fait naturellement sentir. La production est contrainte, la distribution est contrainte, les services sont contraints. Tout est rendu plus coûteux et plus difficile par une réglementation imbécile qui se dit intelligente car fondée sur une création annuelle de richesse qui n’existe pas. Cette erreur fondamentale que personne ne veut relever enclenche une double spirale abominable.

D’un côté la réglementation qui part toujours de bons sentiments, alourdit tout ce qui est utile et elle rend la vie impossible à ceux qui produisent, à ceux qui distribuent et à ceux qui sont réellement là pour leur faciliter la tâche en s’occupant de leur santé ou de leur sécurité. Pour tous ceux-là qui sont la classe moyenne, la vie quotidienne est de plus en plus difficile. Ils sont de moins en moins efficaces vu le temps et l’argent dépensés à connaître et à respecter les normes puis à prouver qu’ils les respectent. Pour survivre ils sont obligés de travailler beaucoup plus. Ils sont de moins en moins nombreux à se dépenser de plus en plus pour gagner de moins en moins tant pour la collectivité que pour eux-mêmes.

De l’autre on multiplie à une vitesse incroyable les inutiles qui coûtent de plus en plus cher et que l’on fabrique à la chaîne dans l’enseignement supérieur public et privé : les contrôleurs qui ne servent qu’à justifier les normes et à freiner ce qui est utile en en suggérant de nouvelles, les conseillers qui survivent en expliquant aux autres ce qu’ils n’arrivent pas à faire eux-mêmes, les formateurs qui font semblant de préparer les autres à l’impossible et qui se voient bien le faire « toute la vie » des autres, et surtout toute la leur, les commentateurs qui sont là pour faire croire qu’avec des réformes, ça peut durer et les chercheurs comme les analystes qui sont nombreux à chercher comment rendre cohérent l’incohérence où à expliquer pourquoi nous n’y arriverons évidemment jamais.

Cette armée d’inutiles, devenue très largement majoritaire quand on y rajoute les étudiants, les retraités et les chômeurs, fait gagner les élections aux plus rusés d’entre eux et tient donc le pouvoir. Elle est une sorte de sangsue plus grosse que le corps qu’elle ponctionne, dans une économie à laquelle elle n’apporte rigoureusement rien et qui s’est construite sur le mensonge que le PIB est une production, une création de valeur alors que ce n’est que la somme de nos dépenses. L’augmentation de nos dépenses s’appelle la croissance économique et nous vivons, apathiques et amorphes, la stupidité majeure d’attendre la croissance tout en limitant nos dépenses comme nous le demande l’Union Européenne, l’un des lieux de rassemblement des inutiles surpayés et satisfaits d’eux-mêmes. Dépenser plus pour faire de la croissance et, en même temps comme disent certains, dépenser moins pour respecter les critères de Maastricht est la prétendue nouvelle cohérence qui doit porter ses fruits que beaucoup d’inutiles font semblant d’attendre comme le Messie. Ils donnent à leur rêve le nom de science économique et on cherche vainement un Politique qui ne dise pas à sa manière « Sans croissance on ne peut rien faire ». Ils avaient trouvé comme porte-drapeau Nicolas Hulot qui a expressément dit sur France Inter que sa démission venait du manque de cohérence d’une politique qu’il cherche lui-même à tâtons.

Alors que nous multiplions dans les mégapoles les inutiles d’aujourd’hui en pensant qu’ils créeront les utiles de demain, le pouvoir n’envisage pas un instant de partir de chaque individu pour voir en quoi il pourrait être utile comme cela se passe dans tout groupe cohérent. Il prend tout à l’envers en comptant sur la « valeur ajoutée » des entreprises pour créer de l’argent et fournir des emplois. Il faut la grosse Bertha des médias, le jargon des économistes et la créativité des publicitaires pour donner un semblant de crédibilité à ce non-sens qui pousse à la détente, au bien-être, aux vacances, aux voyages, à la possession de son logement etc. sans jamais se soucier du « Où trouver l’argent nécessaire ? ». Cette question est réputée sans intérêt puisqu’elle est sous-traitée aux entreprises. Or la « valeur ajoutée » n’existe que si des clients viennent s’appauvrir en monnaie de la valeur de leur achat. Et il n’y a aucune création de richesse, il n’y a que des échanges qui constatent qu’on en avait produits.

La valeur ajoutée des entreprises est comme le sel en cuisine. C’est ce que rajoute l’opérateur pour que le consommateur consomme. Cherche-t-on à récupérer la valeur que le sel a ajoutée au plat pour se la partager ensuite, une fois le plat consommé ? Bien sûr que non mais c’est pourtant ce que notre élite nous propose en parlant de valeur ajoutée des entreprises et de PIB qui en serait l’agrégat et qui serait une ressource. Les entreprises ne font pourtant que « cuisiner » ce qu’elles achètent pour le vendre à leurs clients. Une fois leurs client rassasiés parce qu’ils se sont appauvris en achetant, est-il raisonnable de construire le futur sur l’énergie passée des cuisiniers ?

Qui est conscient que la valeur ajoutée des entreprises n’existe que si elle a déjà été consommée par des clients qui l’ont déjà payée ?

Qui est conscient que la TVA n’est qu’un réveil après deux siècles de sommeil de la gabelle, l’impôt sur le sel de l’Ancien Régime ? Le salaire retrouve son étymologie en étant le prix du sel que l’entreprise rajoute pour faire consommer sa production à ses clients.

Le pouvoir dépense sans succès des sommes folles dans l’Education Nationale, 6eentreprise mondiale, pour formater à l’incohérence et, en attendant, il flatte ses électeurs et recherche désespérément l’argent que les entreprises lui fournissent mal.

Nos dirigeants ont d’abord cru trouver la solution dans le commerce extérieur et dans le libre-échange qui porte très mal son nom car sa réalité est tout simplement de vouloir faire payer les autres. Le résultat est qu’au lieu de faire payer les autres comme les Allemands ou les Néerlandais savent très bien le faire, c’est nous, Français, qui payons en plus pour les autres sans en avoir bien sûr les moyens.

Ils ont ensuite eu l’idée géniale de faire comme les Américains et d’avoir une monnaie qui ne vaut rien tellement le déficit commercial est abyssal et tellement on fabrique de monnaie. Mais ils ont oublié en créant l’euro et l’Union Européenne pour se donner l’impression d’être puissant, que la puissance américaine est militaire et qu’elle seule impose une valeur au dollar qui n’en a plus aucune tellement ils en fabriquent.

Ils ont enfin inventé l’emprunt sur richesses futures à des fabricants d’argent, alors que l’humanité n’avait jamais connu que l’emprunt sur gage bien concret, d’argent précédemment gagné.

Les richesses futures n’arrivant évidemment pas plus que la croissance, l’emprunt n’est quasiment jamais remboursé autrement que par de nouveaux emprunts ou, pour les particuliers qui empruntent pour investir ou pour consommer, par une demande d’augmentation de salaire répercutée sur les prix. L’emprunt systématique a faussé à la hausse tous les prix et chacun peut imaginer le vrai prix de l’immobilier s’il était vendu sans emprunt avec des salaires non faussement dynamisés. Dix fois ? Cent fois moins cher ? Sans doute entre les deux.

L’État qui n’arrête pas d’augmenter son emprunt de 100.000 € toutes les 43 secondes se pose tout de même des questions et utilise une grande partie de son temps et de son intelligence à trouver des façons discrètes de faire payer les Français sans qu’ils ne s’en rendent trop compte. Il est inutile d’en faire la liste tellement chacun la vit quotidiennement

Le résultat est doublement catastrophique.

D’un côté la grande armée des inutiles a du s’inventer une utilité pour se donner une apparence et, ayant constaté le vide que laissait au moins provisoirement les religions hors Islam, elle a enfanté sans le vouloir une nouvelle morale laïcarde et vigoureuse qui l’occupe et la distrait. Cette morale, fondée sur la richesse imaginaire de notre pays, sacralise la ribambelle des luttes contre le sexisme, le racisme, l’homophobie, le tabac, l’alcool, la vitesse… en un mot la liberté. Il suffit d’appeler discrimination la distinction pour la faire passer en un instant du bien au mal. Elle prône en revanche le laxisme pour tout ce qui est plaisir sans devoirs et qui n’existe que par l’illusion que nous créons des richesses permettant ces plaisirs : le divorce, l’avortement, le mariage pour tous, la loi du genre, les médias gratuits, le transhumanisme, la recherche médicale effrénée etc.

De l’autre c’est l’effondrement de la structure de notre pays. Il y a 50 ans les classes moyennes n’avaient qu’un salaire par foyer qui était suffisant pour bien vivre, souvent avec même une employée de maison. Les femmes pouvaient avoir, en plus de leurs 3 à 12 enfants des activités extérieures bénévoles. Aujourd’hui il n’est quasiment plus possible de vivre avec une seule rémunération par foyer. Les rémunérations sont trop basses par rapport aux prix de tout et elles sont encore trop hautes, parait-il, pour être compétitives depuis que la compétition a terrassé la coopération.

Les familles n’ont plus le temps de s’occuper de l’éducation de leurs enfants et sont obligées de tout sous-traiter, ce qui n’est qu’apparemment gratuit. La peur de ne pas assumer le poids financier et l’éducation des enfants freine le renouvellement de la population. Trouver une place de crèche à Paris se fait 3 ans à l’avance et les crèches sont pleines de races non européennes que notre richesse imaginaire nous invite à accueillir alors qu’elles remplacent petit à petit nos inutiles dans le travail comme dans la procréation.

La confusion entre production et richesse qui nous fait nous croire riches parce que nos machines produisent alors que le bon sens de nos compatriotes n’est plus utilisé, conduit inéluctablement à une révolution. Tous ceux qui n’envisagent pas sérieusement la révolution des esprits, préparent déjà, sans le vouloir mais en le sachant, une révolution sanglante. Tout parti politique sérieux se doit d’en être conscient.

Publié le 1 septembre 2018 par Marc Dugois


Moyenne des avis sur cet article :  2.83/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Aéroclette Aéroclette 10 novembre 08:31

    Edmond Giscard avait écrit un rapport à Léon Blum indiquant que la colonisation ruinait la France

    De Gaulle a fait un discours sur le milliard par an pour l’Algérie inutile et bien mieux utilisé dans la modernisation de l’industrie de la métropole

    Les « progressistes » ayant raté la colonisation extérieure font une colonisation intérieure qui, elle, sera mortelle.

     
    50000 « mineurs de 30 ans » à 60k€/an, à 2 à 3 milliards... 3x les PV 80km/h....
     
     https://fr.novopress.info/149885/60-000-e-an-cest-cout-dun-mineur-isole-etranger/
     https://francais.rt.com/france/55243-2-milliards-euros-par-an-les-departements-pointent-crise-exponentielle-migrants-mineurs
     https://fr.sputniknews.com/international/201811031038762657-royaume-uni-migtant-ecole/


    • Claudec Claudec 10 novembre 09:12

      @Aéroclette

      Le milliard de De Gaulle n’aurait-il pas été plus judicieusement investi en Algérie-même, où il aurait pu générer des emplois que les algériens ne viendraient pas chercher en France depuis ?


    • mmbbb 10 novembre 11:07

      @Claudec L Algerie n est pas capable de construire ses infrastructure , ce sont les Chinois qui le font . La colonisation francaise est un chiffon rouge agite par les autorites algeriennes afin de cacher leur impéritie .J ai des collegues algeriens qui ont des propos acerbes sur leur pays d origine . Cela change du discours convenu


    • Aéroclette Aéroclette 10 novembre 13:51

      @Claudec
      Voir le livre « C’était De Gaulle »
      Un grand démographe de l’époque, Sauvy, avait expliqué à De Gaulle que la population algérienne doublerait tous les 25 ans et que c’était impossible d’en faire une société industrielle (en 1830 2 millions, à l’indépendance 8 millions, sacré génocide...), tout le pognon passerait dans le logement, les écoles, les infrastructures de base... nos banlieues actuelles.
      1 milliard pour l’Algérie = 2 millions de smigs pour faire une industrie française....


    • Claudec Claudec 11 novembre 09:30

      @Aéroclette

      Trop facile de faire ou refaire l’histoire dans un livre. Si l’Algérie avait été française ou seulement francisable elle eut été industrialisable. Mais son pétrole et son gaz ... outre son vin, étaient plus intéressants – pour qui que ce soit – que son avenir, y compris démographique.


    • Marc Dugois Marc Dugois 14 novembre 09:04

      @Aéroclette
      Je sens à votre commentaire une colère rentrée que je ne peux commenter puisqu’elle ne s’exprime pas.


    • Claudec Claudec 10 novembre 09:06

      « Dans une société cohérente chacun est utile et reconnu comme tel »

      À ceci près : Parce qu’il doit impérativement ne serait-ce que se nourrir, se vêtir, se loger et se soigner, l’homme est un consommateur. Il l’est depuis sa conception jusqu’après sa mort – les marchés du prénatal et du funéraire n’ayant rien d’anodin – et se double d’un producteur dès qu’il est en âge de travailler.

      Il est ainsi, avant toute autre opinion ou considération, un agent économique au service de la société, mais aux dépens de son environnement. Et plus le nombre de ces agents augmente, plus leurs besoins s’accroissent – outre ceux qu’ils s’inventent toujours plus nombreux – et plus ils doivent produire. Qu’il s’agisse de ressources non renouvelables ou de pollution, les atteintes à l’environnement augmentent d’autant et s’ajoutent à celles d’une nature jamais avare de catastrophes inopinées ou cycliques.



      • Claudec Claudec 11 novembre 09:20

        @Grincheux

        Vous ne pouvez pas davantage réduire la France à la Lozère qu’au 93, que le monde à la France.
        La démographie est une question de portée incontournablement planétaire, ce que même Alfred Sauvy, le nez dans des statistiques nationales pour en parler au Général, n’a pas davantage perçu que la plupart de nos brillants experts en sciences dites humaines d’aujourd’hui.
        Pas plus ces experts que les détenteurs des pouvoirs politique et religieux – de quelque tendance ou confession que ce soit – ne semblent au demeurant l’avoir jamais fait, ou s’en être souciés.


      • Marc Dugois Marc Dugois 14 novembre 09:10

        @Claudec
        Je vous rejoins entièrement et je crois que la question à poser est : quel est le sens d’une humanité qui supprime les civilisations pour en imposer une qui est en soins palliatifs et qui ne pense qu’à nourrir et distraire de plus en plus de gens de plus en plus longtemps ? 


      • lala rhetorique lala rhetorique 10 novembre 10:12

        Nous ne pouvons pas être dans une société cohérente, vu que les financiers et lobbies dirigent le monde et volent les peuples. Alors bien entendu, et entre autres grâce aux médias, on fait semblant qu’un président de la république a un réel pouvoir, mais non ! il n’en n’a aucun et on l’entretient à obéir non pas au peuple, mais aux financiers ! Comment voulez-vous que ça tourne normalement ? Quant à la fameuse dette, il faut demander à nos dirigeants de publier le détail de celle-ci, car c’est quand même incroyable de nous « punir » au nom de cette dette, tombée de je ne sais quel ciel, sans donner les détails !


        • Marc Dugois Marc Dugois 14 novembre 09:17

          @lala rhetorique
          La dette n’est créée que par la création de fausses monnaies que les banques créent en pensant les détruire grâce au mythe des créations de richesses. Or ces créations-là n’existent que parce que la fausse monnaie vient les reconnaître en les achetant. Ce cercle vicieux doit être compris pour être arrêté. En attendant la dette monte et celle publique de la Frace augmente de 100.000 € toutes les 43 secondes.


        • zygzornifle zygzornifle 10 novembre 11:30

          Beaucoup vont finir a la soupe paupe-ulaire ....


          • Aéroclette Aéroclette 10 novembre 13:57

            Intéressante vidéo de Sputnik avec Philippe Herlin

             

            Comment les petits menteurs de l’INSEE opèrent pour trafiquer l’inflation :
             

            - logement = 5% de coût de la vie... faut rire ?
            - les impôts n’entrent pas dans le panier, qui d’ailleurs est secret...
            - effet qualité... parce que le PC de 300MHz valait 500€ celui actuel de 3GHz est considéré valant 50€...
            - le jus de fruit avec « vitamines » a augmenté par rapport a celui « sans », mais en fait il a baissé, effet « qualité »...
             
            Evidement l’INED pour le grand remplacement, c’est pire...
             

             


            • Mylène 10 novembre 17:00

              enfin quelqu’un qui en parle, et çà date, Emmaüs avait tiré la sonnette d’alarme en 2006... mais la politique fait comme si on n’avait pas quitté les trente glorieuses... Il y a tel fossé entre la politique et la réalité, comme dans l’emploi d’ailleurs, les méthodologies de recrutements n’ont pas bougé d’un iota par rapport à des périodes de plein emploi, ou de stabilité. La mytho quoi, quand on sait par exemple que les bénéficiaires des salaires moyens bénéficient de réduction sur l’IS, c’est qu’il y a quand même une prise de conscience là haut !!! Ils vont déshabiller les plus démunis pour maintenir cette classe qui tend à basculer dans le moyen pauvre.


              • Claudec Claudec 10 novembre 20:15

                @ l’auteur

                « Tout le monde le constate et personne ne l’explique. »

                Vous êtes mal renseigné. Il en est précisément question dans mon Précis de pyramidologie sociale https://www.amazon.fr/dp/B07J3G3VMH (3édition corrigée et augmentée, version Ebook en lecture gratuite, pour les pauvres, les radins et ceux qui craindraient que je m’enrichisse). Voir aussi, ici-même : https://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=205227 ou https://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=202325 ou encore https://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=200125


                • JC_Lavau JC_Lavau 11 novembre 07:55

                  « Comment dirais-je ? Enfin vous voyez, quoi ! »

                  « Necesse est loquendi, discipule Seigneurin ! »

                  « Prenez votre cahier de texte, Reboul ! Inscrivez pour lundi, « Eloge de la vieillesse », en six pages. »

                  Justement le dit Sylvain Reboul fut auteur lui aussi sur Agoravox : 

                   https://www.agoravox.fr/auteur/sylvain-reboul

                  Bon, lui aussi a pris quelques décennies de plus, environ six de plus.

                  Jean-Pierre Desroches, lui il est mort. Quand à Bertrand Wolff, il est devenu frileux et conservateur en sciences.


                  • Olivier 12 novembre 09:38

                    Vous avez raison de faire le lien entre immigration de masse et paupérisation des classes moyennes, car le coût des 15 millions d’ immigrés qu’on a fait venir depuis 1974 et qui vivent essentiellement d’aides sociales est gigantesque.

                    Cela dit les « classes moyennes » n’ont à s’en prendre qu’à elles-mêmes, elles qui ont voté pour les élites qui font la politique du grand remplacement, et qui voient dans le français de souche un peuple résiduel.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès