• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La poursuite des intérêts nationaux est un indicateur de renoncement à la (...)

La poursuite des intérêts nationaux est un indicateur de renoncement à la bombe atomique

Le marché pétrolier est l'un des marchés qui a connu des fluctuations continues à la hausse immédiatement après l'invasion russe de l'Ukraine. Moins de 24 heures après le début de la crise, le prix du baril de pétrole a atteint un niveau record de 100 dollars, 110 dollars le 2 mars et 126 dollars le 8 mars. Le pétrole Brent a atteint 129 dollars le 13 mars. Parfois, il a atteint 139 $, dans une tendance à la hausse qui ne s'arrêtera certainement pas là.

Certains analystes internationaux s’attendent à ce que les prix du pétrole atteignent 200 dollars en cas de poursuite de l'imposition de sanctions sur le pétrole et le gaz russes, et de la poursuite de la crise ukrainienne. L'Agence internationale de l'énergie, par exemple, a prévu mercredi la suspension de l'exportation de trois millions de barils de pétrole russe par jour à partir d’avril, ce qui choquerait le marché mondial.

Ventes de pétrole et relance d'une économie en faillite

Avec la flambée des prix du pétrole, cela pourrait être une excellente occasion pour le régime iranien de reconstruire son économie en faillite et sa pauvreté abjecte qui a transformé la société en baril explosif de poudre. Mais la poursuite des sanctions et l'échec de la relance du JCoPA causeront des dommages irréparables à l'Iran. Grâce à ce nouvel accord, l'Iran peut fournir la plateforme nécessaire à l'investissement et au développement de son infrastructure pétrolière, et fournir l’infrastructure appropriée pour l'extraction du gaz. L'Iran possède les deuxièmes plus grandes réserves de gaz au monde.

Alors que la croissance économique de l'Iran est modérément négative depuis des années, le taux de formation de capital fixe est inférieur à l'amortissement du capital. Autrement dit, aucun effort n'a été fait pour réhabiliter les routes, moderniser les industries, améliorer les indicateurs de production, etc. Cette tendance montre que l'économie iranienne souffre d'une énorme corruption. Avec une telle économie, est-il possible de neutraliser l’extrême pauvreté qui, selon les médias du régime, touche plus de la moitié de la population ?

Otage des négociations de Vienne

Il y a eu beaucoup de spéculations selon lesquelles la Russie aurait pris en otage les pourparlers de Vienne. Cependant, le 15 mars, Lavrov a déclaré avoir reçu des assurances écrites que cela ouvrirait la porte à des négociations.

Bien que le journal d’État, Farhikhtegan, "ait appris de personnalités proches de l'équipe iranienne de négociation sur le nucléaire, que l'insistance des États-Unis ces derniers jours pour que certaines institutions iraniennes clés restent sur la liste des sanctions, dont le CGRI restant sur la liste des sanctions FTO, a arrêté les pourparlers sur le nucléaire ».

L'insistance de Téhéran à retirer les Gardiens de la révolution islamique de la liste est une raison évidente de la réticence du régime à renoncer à son influence régionale. En supposant que la Russie soit la raison de la suspension des négociations, pourquoi Téhéran n'aurait-il pas une position indépendante sur la base de ses intérêts nationaux dans ces négociations et ne deviendrait-il pas un acteur complètement passif sur le sol russe ? Quand Téhéran ignore les nombreux problèmes économiques et de subsistance du peuple pour gagner l’approbation des Russes, cela ne prouve-t-il pas que le régime iranien ne poursuit pas ses intérêts nationaux ?

Les pourparlers nucléaires à Vienne durent depuis onze mois. Mais les mollahs ne seront jamais prêts à renoncer à leur projet nucléaire, qui est l'un des piliers de leur stratégie.

Après l'accord sur le nucléaire de 2015, les mollahs ont utilisé les 150 milliards de dollars non bloqués et les revenus de la vente de pétrole pour étendre leur réseau de milices dans la région ainsi que pour développer des missiles et des programmes nucléaires, et non le peuple iranien. Nous avons assisté à deux soulèvements majeurs en 2018 et 2019, fondés sur la pauvreté et les prix élevés. Cette fois, il veut l'accord uniquement pour obtenir plus d'argent, pas pour son peuple.

Tant que le régime iranien ne poursuit pas les intérêts nationaux et adhère à l'islamisme, c'est-à-dire au fondamentalisme religieux, c'est la meilleure indication que le régime iranien n'abandonnera pas la construction de la bombe atomique et son influence régionale. Et il essaie de l'atteindre avec toutes sortes de ruses.

Le lendemain de la suspension des pourparlers, Ali Khamenei, le Guide suprême de l'Iran, a déclaré le 10 mars : « La présence dans les questions régionales est notre profondeur stratégique. C'est en soi un moyen de renforcer le régime, un moyen de sa puissance. Comment pouvons-nous perdre cela alors que nous pouvons et devrions avoir une telle chose ? »


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (6 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité