• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La prédation financière a commencé il y a 40 ans

La prédation financière a commencé il y a 40 ans

Comment le lobby des banques a mis la main sur les dirigeants européens ? En mettant en cause l'inflation. 

La grande supercherie de l’inflation

 

Comment depuis le traité de Maastricht en 1992, la finance a mis la main sur les pays européens en instaurant l’austérité et les inégalités sociales.

En se soumettant à la Banque centrale européenne (BCE), chargée de la lutte contre l’inflation, en acceptant les directives de la Commission européenne concernant la réduction des déficits budgétaires, les dirigeants des pays membres de l’U.E, ont été des anti-sociaux pourvoyeurs de la misère et de la précarité dans ces populations, au bénéfice de la Finance.

Pour en comprendre le mécanisme, il faut remonter à la fin de la dernière guerre : les pays occupés par l’Allemagne, en retrouvant leur liberté ont pansé leurs blessures grâce à la puissante Amérique sortie vainqueur de ce conflit. Ce qui signifiait prêter l’argent nécessaire aux entreprises et à l’Etat. Ce dispositif est connu sous le nom de plan Marshall. Evidemment, il était bienvenu dans ces pays exsangues. Ce n’était pas désintéressé : en refaisant marcher l’Economie par des investissements on récupère, souvent largement, les sommes insufflées dans la production. La France a donc connu trente ans, les « trente glorieuses », pendant lesquelles elle a été un pays émergent. D’autant plus que la main d’œuvre des prisonniers de guerre libérés (2 millions), devenait disponible pour la production agricole et pour l’industrie. Sur les murs paraissaient de grandes affiches qui incitaient la population à « retrousser ses manches ».

Le progrès et le modernisme engendrent mécaniquement l’inflation en incitant la population à l’achat de produits nouveaux. En effet plus il y a d’argent en circulation plus la valeur unitaire de la monnaie baisse au fur et à mesure que les prix montent, liés à l’augmentation des transactions, et des plus-values des entreprises qui les suivent. Ils montent par simple compensation à cette parte de valeur initiale. C’est, en effet, la seule façon pour les entreprises de maintenir leurs plus-values. Et même par précaution, de dépasser leur niveau d’équivalence. L’augmentation de la masse monétaire en circulation qui en découle, est encore accentuée par l’effet TVA, instaurée en 1954 qui frappe le produit, tout en épargnant l’Entreprise. Justifié à cette époque pour compléter son essor, elle a contribué et contribue encore à produire un effet multiplicateur des prix à la consommation. La compensation au niveau des salariés se traduit normalement par un besoin d’augmentation du pouvoir d’achat, c’est- à-dire par l‘augmentation des salaires dans notre système économique libéral, quelquefois sous la pression des syndicats, face aux entreprises. Sans cette augmentation compensatoire, l’inflation défavorise la population, en majorité ceux qui sont situés au bas de l’échelle sociale.

Ce qui n’a pas été dit, c’est que l’inflation défavorisait encore plus les prêteurs (banques et organismes spécialisés). Parce qu’en prêtant à moyen et long terme, ils devaient anticiper une perte de valeur de l’argent, probable, mais inconnue, ils devaient ajuster, par précaution, leur taux d’intérêt à un niveau élevé. Ce qui contribuait à augmenter d’autant les coûts des remboursements, donc alimentait encore plus l’inflation.

Cette course de rattrapage « pouvoir d’achat contre prix en hausse » entraînait une oscillation en créations monétaires qui pouvait devenir incontrôlable. On connait l’inflation galopante du Mark des années 1930. Elle avait été déclenchée par l’importance des remboursements des dommages de guerre que l’Allemagne s’était engagée à régler lors de la signature de l’armistice en 1918. Ce pays dont l’économie venait de sombrer avait comme seul moyen de remboursement, la fabrication, ex nihilo, de la monnaie par sa Banque centrale. Les alliés qui étaient submergés par cette masse monétaire libellée en monnaie allemande l’ont investi massivement dans ce pays d’origine, notamment par le renflouement ou la création de firmes industrielles. D’où la perte abyssale de valeur monétaire du mark, qui n’a pu s’arrêter que dans les années 1933-4 quand les alliés ont accepté un moratoire sur le remboursement de la dette, suivi de son arrêt définitif.

On comprend que dans le traité de Maastricht de 1992, l’Allemagne ait exigé d’instituer une Banque centrale européenne, chargée uniquement de réguler la masse monétaire en circulation. Le levier dont elle dispose est le taux d’intérêt qu’elle impose à tous les pays membres de l’U.E par l’intermédiaire des banques centrales. Notamment les augmenter pour réduire la demande d’emprunts, ce qui par contrecoup diminue le P.I.B. L’inflation qui avait tendance à monter, lui faisait craindre un emballement aussi violent que celui des années 30 : en 1974 elle était déjà de14 % en France. L’autre levier était de recommander aux Etats de freiner les excès de dépenses y compris les investissements. Malheureusement la technique de base qui consistait à monter le niveau des taux d’intérêt pour freiner ces dépenses de l’Etat était délicate à mettre en œuvre car celles-ci étaient indispensables à la population : préservation de sa santé, de son bien-être, améliorations des infrastructures et de son environnement. Certaines dépenses avaient été déclenchées dans un passé lointain. En particulier les remboursements de grands emprunts d’Etat. D’où la directive fondamentale de la commission européenne, qui consistait à contraindre les pays membres de l’U.E à ne pas dépasser un déficit de 3% du PIB considéré comme à moindre risque. Or dans ce compte de solde, il y a aussi les recettes. Il suffisait que celles-ci soient insuffisantes pour que le déficit dépasse le seuil de 3% instauré par les directives européennes. Sans qu’un excès de dépenses privées ou publiques en soit la cause. Pour caractériser une dépense, ce n’est pas le solde qui compte mais son niveau.

Insistons sur ce fait fondamental : combler un déficit d’Etat ne va pas diminuer la masse monétaire. La dépense globale du pays a eu ou va avoir lieu avec ou sans augmentation de la masse monétaire. Elle correspond à la production intérieure achetée (PIB) à laquelle on ajoute celle en provenance de l’extérieur. Pour ce qui revient du déficit de l’Etat, s’il est structurel, le provisionnement suit en permanence ses dépenses mais n’entre que pour une faible part dans ces achats. Pétrole, armement et grands travaux par exemple.

Sans supplément de production, sans croissance globale des achats, il n’y a aucune raison qu’il y ait inflation. Incriminer les déficits étatiques est une tromperie coupable, car les dirigeants conseillés par des experts de la comptabilité nationale ne pouvaient pas l’ignorer. D’où également la nécessité de contrôler la balance extérieure avec une monnaie forte.

Pour faire accepter la lutte anti-inflation par la population, « on » a prétexté que l’inflation lui était préjudiciable, ce qui a priori n’est pas faux, mais en jetant un voile pudique sur son effet, plus dangereux encore, pour les banques prêteuses. On a assimilé la technique de la création monétaire connue sous le nom péjoratif de « planche à billets » à l’inflation. Relayés par les médias, les dirigeants estimaient qu’il fallait la considérer comme étant à l’origine de cette inflation, alors qu’il s’agissait seulement d’utiliser l’argent nécessaire à toute dépense nouvelle. Certes une augmentation sensible de création monétaire pouvait en être le signe. Cette technique habituelle pour les Etats, a été supprimée en France par la loi du 3 janvier 1973. La fabrication monétaire étant toujours indispensable à l’activité économique excédentaire, il a fallu la remplacer par la création bancaire, cette fois sous forme de prêts.

Cette méthode, reprise et généralisée, n’a pas modifié sensiblement l’inflation dans les pays de l’U.E. Celle-ci étant liée à l’augmentation de l’activité, il restait la solution de freiner la production, en baissant le pouvoir d’achat, meilleur moyen de ralentir le PIB. Mais avec la perte de croissance le chômage augmente corrélativement. Il suffisait alors que les entreprises résistent à l’augmentation des salaires, compensatoire à la perte de valeur monétaire de l’inflation. Prenant prétexte que le solde budgétaire étatique était déficitaire, les dirigeants ont réussi à faire croire que seul le volet dépense en était la cause, alors qu’on peut incriminer le manque de ressources (Impôts, taxes etc .) .

Ce n’est que si la totalité des achats augmente, que le flux monétaire peut induire l’inflation. La dépense étatique en tant que telle, avec ou sans déficit budgétaire, quelque qu’en soient les ressources, a ainsi été mise en cause abusivement comme seule responsable de l’inflation. C’est un flux et non un solde. L’argument qui consiste à dire qu’il ne faut pas dépasser le niveau de 3 % de déficit, ni d’augmenter la dette, est une contrainte de la commission européenne en trompe l’œil, destinée à faire accepter la technique de l’emprunt bancaire. C’est une mystification dont se sont fait complices tous les dirigeants depuis 40 ans. Il faut le répéter, l’inflation provient uniquement de l’augmentation de la masse monétaire toutes origines confondues.

Dans ces conditions, bloquer les salaires dans la fonction publique ou privée, comme diminuer leur recrutement a été la solution efficace pour la diminution de l’inflation. Parce que bloquer les salaires, - ce qui revient à les baisser en période inflationniste -, diminue les achats, le niveau de l’activité, cesse d’augmenter. Le chômage qui résultait de la baisse de la croissance, devenait ainsi la variable d’ajustement structurel. En France, pendant les trente glorieuses, les syndicats encore puissants, en incitant aux grèves dans le domaine industriel et quelquefois dans la fonction publique, ont combattu sans succès[1] à terme, cette technique de restriction du pouvoir d’achat dans la population. Le patronat restait le plus fort en utilisant le chantage à l’emploi.

C’est la diminution de l’activité qui, à terme, conduit à la stagnation, qui s’est avérée efficace : l’inflation a baissé jusqu’à se situer à un niveau moyen proche de 1 % issu des progressions de plus en plus faibles du PIB. Le risque de désinflation dues à l’austérité existe depuis, difficilement freiné par le faible niveau des taux d’intérêt qui l’accompagne : un tel scénario est mortel pour les entreprises. Raison pour laquelle certaines prennent les devants en se délocalisant. Du moins celles qui le peuvent. Les PME et PMI, les grandes entreprises en perte de vitesse, deviennent des proies faciles pour les grandes entreprises prédatrices.

Le progrès par l’investissement privé ou public est la seule façon d’éviter le marasme économique et la souffrance d’une partie de la population et de la majorité des travailleurs. Il en a été ainsi quand la demande en construction immobilière a été satisfaite par les prêts bancaires. La création monétaire qui s’ensuit généralement, et l’inflation qui lui est liée, existe aussi bien avec les ressources de la « planche à billets » qu’avec l’emprunt avec toutefois, dans ce dernier cas la création de la dette souveraine et son augmentation due aux intérêts. Lutter contre l’inflation en supprimant la libre création de la monnaie par la Banque centrale nationale, est ainsi à l’origine de la dette souveraine. C’est le prix à payer pour la population, qui en présence d’un chômage massif, ne permet pas, à cause des contraintes budgétaires européennes, d’espérer des compensations par l’augmentation du pouvoir d’achat.

Paradoxalement, ce système est devenu un piège pour la finance elle-même, dans la mesure où le niveau des taux d’intérêt a fini par baisser sur quelques décennies, au point d’être proche de zéro. Il est quelques fois négatif, dans le but, pour le prêteur de l’Etat, de préserver son capital dans une période d’activité réduite pouvant mener à une crise de grande ampleur. C’est en effet un risque pour les banques dont les bénéfices, relativement faibles au regard des masses de dettes accumulées dans le monde, ne permettent pas de capitaliser des réserves suffisantes en cas de défaut d’un pays. Etant donné l’importance des pressions exercées par ces dettes souveraines, si un défaut de faible ampleur survient, « l’effet papillon » entraînera une crise systémique d’une ampleur supérieure à celle des « subprimes ». Les grandes banques les plus exposées disparaîtront, entraînant des dommages considérables. Avec la même logique de la dynamique monétaire, mais avec une inversion de sens, on se retrouverait dans un marasme de même type que celui de l’inflation galopante.

En revanche, favoriser en permanence la dépense d’investissement, quitte à contrôler l’inflation si elle survient, c’est favoriser le progrès social, comme l’a analysé J.M. Keynes [2], un grand économiste du 20 e siècle qui n’a pas hésité à dire qu’il fallait « euthanasier » les rentiers, sous -entendu, le monde de la finance. Ce qui suppose d’être à nouveau maître de sa monnaie... et de ses déficits éventuels. C’est l’abandon de ce système qui a entraîné le marasme sociétal actuel, pour le grand bénéfice, bien qu’aléatoire, de ces « rentiers » que sont les financiers.

En conclusion, la relance est possible si on redonne du pouvoir d’achat aux salariés, surtout les plus démunis, aux petites retraites, seuls susceptibles de ne pas spéculer en partie. Et pour l’appuyer, l’Etat devrait augmenter ses dépenses régaliennes sans se préoccuper des règles de rigueur budgétaire, quitte à renouer avec une monnaie nationale qui pourrait, à parité avec l’euro, être l’eurofranc, l’euro restant une monnaie dédiée à l’Europe. Rien n’interdit un pays d’avoir un certain temps deux monnaies ayant cours au niveau national, l’eurofranc étant fabriqué à la demande du Trésor public. Dans ce cas sous surveillance parlementaire comme au paravent.

Extrait de : L’Economie humaine n’est pas un gros mot (Bookelis)

Louis Peretz (louisperetz@gmail.com)

 ____

Interdiction que l’on retrouve dans l’article 3 des nouveaux statuts de la Banque de France institués par la loi du 4 aout 1993 (11) : 

« Il est interdit à la Banque de France d’autoriser des découverts ou d’accorder tout autre type de crédit au Trésor public ou à tout autre organisme ou entreprise publics. L’acquisition directe par la Banque de France de titres de leur dette est également interdite. Des conventions établies entre l’Etat et la Banque de France précisent, le cas échéant, les conditions de remboursement des avances consenties jusqu’à la date d’entrée en vigueur de la présente loi au Trésor public par la Banque de France.  » 

 

 

[1] Même la forte augmentation (15 % en moyenne) des salaires accordée par le patronat à la suite de la grève de 1968 a été absorbée par suite.

[2] Avec son livre majeur « Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie » il est le premier monétariste à avoir lié l’emploi à la finance.


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 29 mai 13:08

    Salut et merci, mais de mon avis pas du tout elle a commencé avec la création de l’argent...celui qui déjà essayait de niquer les autres dans le troc ou en volant y a vu un moyen génial de voler encore plus car avec cela on vole tout y compris le futur des gens et ce sur plusieurs générations...

    c’est génial, ceci couplé avec de fausses religions, perversion de textes bcp plus ancien, non compris car en mode allégorique hermétique, piqués dieu sait ou , mais genre bibliothèque d’Alexandrie, enfin un truc de ce genre...tout était en place pour arriver à aujourd’hui....l’heure de la victoire ultime des pires d’entre nous....

    pour qui « on » va voter sous peu....


    • Et hop ! Et hop ! 30 mai 07:33

      @Hecetuye howahkan : « à mon avis elle a commencé avec la création de l’argent »


      Elle a commencé avec le prêt à intérêt, le prêt sur gage, l’usure, interdit en France jusqu’en 1789.

    • Peretz1 Peretz1 30 mai 16:04

      @Hecetuye howahkan Au début de la création de l’argent, la prédation était relativement faible : plus-values des producteurs et intermédiaires. Mais c’est devenu fort en devenant capitalisme avec la révolution industrielle. Voir Marx


    • Le421 Le421 29 mai 16:31

      Je ne date pas, pour ma part, cette prédation de 1992, mais de la loi « Giscard-Pompidou-Rothschild » (tiens, tiens !!) de 1973...
      Le reste en a découlé.
      La création du « crédit revolving » pour les états, en gros !!


      • Et hop ! Et hop ! 30 mai 07:29

        Le plan Marshal n’était pas un cadeau, mais un prêt obligatoire des banques américaines de la FED assorti de l’obligation de dépenser l’argent exclusivement dans l’achat de marchandises et de services à des entreprises américaines. C’est comme ça que l’agriculture française s’est trouvé dotée de tracteurs Massey-Fergusson.


        Une deuxième condition était que les États européens devaient investir la même somme, à condition que ce ne soit pas financé par de l’émission d’obligations ou de monnaie, mais des emprunts bancaires.

        En France, « la reconstruction » a consisté à porté sur les destructions provoquées exclusivement par les bombardements anglo-américains sur les villes, et pas du tout par l’armée allemande.

        On voir par là que les USA n’ont pas du tout contribué à relancer l’industrie française, mais à profiter des destructions qu’ils ont faites pour imposer à la France des débouchés pour leur économie.

        • julius 1ER 30 mai 08:18

          beaucoup de bonne volonté dans ce texte pour expliquer l’économie actuelle ... mais aussi beaucoup d’inexactitudes !!!


          La TVA ne date pas de 1954 mais plutôt de 1964 alors que Giscard était ministre des finances si je ne m’abuse ???

          quand au Plan Marshall il a eu de très nombreux effets pervers dont le principal est si je me souviens bien d’avoir libéré une manne financière qui pour la France a été « perdue » dans les guerres de décolonisation, ce qui s’est traduit par une perte de compétitivité vis à vis de l’Allemagne qui dans le même temps se focalisait sur son industrie.....
          ce qui a l’orée des années 1970 s’est traduit par un Mark qui valait 3 francs ... 

          effets pervers vous dis-je puisque en 1945 la France s’équipait de machines -outils prélevées en Allemagne( toujours dans l’idée qu’il fallait faire payer l’Allemagne ) alors que l’Allemagne s’équipait de machines -outils dernier cri importées des USA ...

          je ne vais pas dire que l’on a les politiques que l’on mérite mais au plan de la gouvernance pure on ne peut pas dire qu’en France on ait eu des politiciens géniaux et je pense que c’est une vérité qui est toujours en cours ....

          • JL JL 30 mai 09:08

            @julius 1ER

             
             ’’La TVA ne date pas de 1954 mais plutôt de 1964 alors que Giscard était ministre des finances si je ne m’abuse ’’
             
            C’et pas Rocard qui a inventé la TVA ?

          • Peretz1 Peretz1 30 mai 16:00

            @julius 1ER Vérification sur Wikipedia, c’est bien en 1954 (avril) que la fameuse TVA a été instaurée. Suvie par les pays de l’U.E. Effet pervers : bon pour mes entreprises, mais pas pour la population désargentée.


          • Spartacus Spartacus 30 mai 19:10

            Dramatique !

            Keynes le magicien qui produit la richesse à partir de la dépense étatique sur le compte des autres....

            « Le keynésianisme, merveilleuse doctrine économique qui soutient que pour faire de bonnes récoltes, il est nécessaire de bouffer les semences avant même de les avoir mis en terre et qu’il suffit ensuite d’emprunter à son voisin qui, lui, a semé en temps et en heure de quoi se nourrir et que ce faisant ils font le bonheur du voisin qui, sans cela, n’aurait eu personne à qui vendre sa récolte. » Charles Gaves

            • Jean Pierre 30 mai 23:41

              @Spartacus
              Vous n’avez strictement rien compris à Keynes. Et ce n’est pas en allant chercher les propos caricaturaux d’un inconnu qui n’a jamais eu la moindre influence économique que vous allez commencer à comprendre sa pensée.

              On ne retient de Keynes que l’idée de relance par l’Etat. Cette idée n’est qu’une infime partie de sa pensée et il ne préconisait cette relance que de façon extrêmement temporaire. Des tas de pays tentent de faire de la relance en croyant ou en prétendant faire du Keynésianisme. Mais voter des budgets en déficit pendant des décennies et creuser une dette publique énorme n’a rien avoir avec Keynes.
              Pouvez vous citez dans quel ouvrage Keynes aurait prétendu que « pour faire des bonnes récoltes, il est nécessaire de bouffer les semences...etc ». Ces propos sont des propos caricaturaux d’un imbécile qui parle de Keynes sans l’avoir jamais lu. A l’inverse exact de cette caricature grossière, Keynes a toujours cru à la valeur du travail et de la production dans le processus économique.
              Keynes a largement inspiré les accords économique de l’après guerre qui ont contribué à la très forte croissance dite des 30 glorieuses. Cette période a vu une diminution quasi générale des dettes publiques. A l’inverse la période néo-libérale (à partir des années 80) qui a suivi est caractérisée, entre autre, par une forte montée des dettes publiques. En conséquence, croire ou prétendre que Keynes = dette est une ânerie. Vous jugez un des économiste les plus important du 20 ème alors que vous ne lui arrivez pas à la moitié du petit orteil. Décidément, le ridicule ne tue pas.
              Une fois dans votre vie, aérez vous les méninges et allez chercher des idées ailleurs que dans les organes de propagande de l’oligarchie. En résumé, passez moins de temps a répéter indéfiniment les mêmes inepties et un peu plus de temps à vous informer.

            • Spartacus Spartacus 1er juin 09:01

              @Jean Pierre
              Allez donc chier !

              A part divaguer mes compréhensions ou incompréhensions personnelles vous n’apportez rien, vous ne créer aucun débat. 
              Je vous obsède tellement pour que vous veniez à chacun de mes commentaires systématiquement y placer votre bave ad personnam insultante ?

              Pour qui vous vous prenez pour traiter Gaves d’imbécile ? 

              Si vous n’êtes pas capable d’argumenter sans vouloir salir ceux qui ne pensent pas comme vous, je vous réitère ma demande.
              Allez donc chier !
              Je vous propose aussi de vous désabonner de mes commentaires. Ça me fera des vacances d’insultes.

            • samuel 1er juin 10:04

              @Spartacus


              Jean pierre vraiment, vous êtes un fieffé malandrin. 

              « imbécile »
              « Aérez-vous les méninges ! ».

              Je crois que vous ne vous rendez pas compte de la violence des propos que vous avez tenu à l’encontre de notre clown local. 

              Et en plus vous apportez de la nuance en mettant sous le nez de notre cher ami ce que la puissance publique a été capable de faire en terme d’emploi et de relance économique durant cette période de l’après guerre.

              Un clown qui ne nous fait pas rire d’ailleurs...

            • Jean Pierre 1er juin 15:10

              @Spartacus
              « Si vous n’êtes pas capable d’argumenter ».

              Justement si. J’argumente en vous expliquant que Keynes n’a jamais été favorable à la dette à perpétuité. Il proposait des budgets publics en excédents dans les période de croissance économique et des budget temporairement en déficit dans les périodes en récession pour créer de la relance. Ces deux mesures opposées ayant selon lui un rôle contra-cyclique stabilisateur de l’économie.
              Vous pouvez parfaitement penser que Keynes avait tord. Par contre n’attendez aucune complaisance quand vous faites une diffamation caricature d’une pensée économique que vous ne connaissez pas et que vous êtes très loin de comprendre
              Je maintient donc, et en l’argumentant, que les propos de Gaves sont une falsification grossière de la pensée de Keynes. Le fait que ce type de falsification vous soit familière (et soit même indispensable à votre propagande habituelle) n’en fait pas une réalité. 
              Si vous êtes incapable de soutenir un débat en l’appuyant sur des faits incontestables (ici sur les théories réellement exprimées par Keynes), et si vous êtes incapable de faire autre chose que la répétition automatique et irréfléchie de mensonges propagandistes ( la reprise lamentable d’une caricature grossière de Keynes), je n’y suis pour rien. C’est votre problème, pas le mien.

              Votre incroyable vulgarité montre que vous êtes incapable de défendre posément et vos idées. Cela n’a rien d’étonnant, puisqu’il ne s’agit au fond que d’une propagande indéfendable bâtie sur des mensonges grossiers. 
              Vous n’aimez pas que l’on vous mette le nez dans vos déjections ? Allez les faire ailleurs !


            • Spartacus Spartacus 2 juin 22:20

              @Jean Pierre 

              Je te réitère d’aller chier ailleurs que mes commentaires.

              Je me fou de ce que tu penses de moi et j’ai pas besoin de commentaires en procès d’intention systémiques sur ce que je « pourrais penser ».
              Je cite qui je veux si c’est dans le débat. Point. Le débat c’est pas moi.

              Faut il que je t’obsède pour qu’a chaque commentaire ta bave m’explique que je suis incapable, que je ne comprend rien et le dernier des nuls.
              J’ai compris. Tout le monde a compris. 

              Maintenant le harcèlement ad personnam devient lourd.

            • Claude Simon Gandalf 31 mai 09:51

              Il y a une grossière anachronie dans votre texte, car vous êtes vous-même victime de la propagande anti-inflationniste.


              L’hyperinflation allemande date de 1923 et non de 1930.
              Elle est résorbée vers 1926 par Schacht en interdisant tout simplement l’émission de monnaie-crédit et de monnaie-crédit.

              En 1929 par contre, alors que la bulle de reconstruction post-première guerre mondiale éclate, Hoover arrive a la présidence américaine. Il divise la masse monétaire par deux, et dès lors multiplie le chômage par deux. Cette crise s’exporte très bien, faisant 7—8 millions de chômeurs en Allemagne.


              Bref, lutter contre l’inflation en prétextant que l’hyperinflation est responsable de l’arrivée au pouvoir d’Hitler est un mensonge utilisé pour justifier la doxha européiste, ou par le rigorisme allemand évoquant de faux prétextes, d’un pour se blanchir, de deux, pour assurer sa culture inégalitaire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès