• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La prochaine révolution de la production sociale passera par (...)

La prochaine révolution de la production sociale passera par l’intelligence artificielle : sommes-nous prêts ?

« A mesure que se développent le mode de production capitaliste et, avec lui, le volume de valeur et la durée du capital fixe investi, on voit la vie de l'industrie et du capital industriel se développer également dans chaque affaire particulière jusqu'à se prolonger de longues années, disons en moyenne dix ans. Mais si d'une part cette vie est prolongée par le développement du capital fixe, elle est abrégée, d'autre part, par le bouleversement constant des moyens de production qui s'intensifie constamment, lui aussi, avec le développement du mode de production capitaliste. Il entraîne par l'effet de l'usure morale, le changement des moyens de production, la nécessité de leur remplacement constant, bien avant qu'ils n'aient (pas) fait matériellement leur temps. On peut admettre que dans les branches les plus décisives de la grande industrie, ce cycle de vie s'étend présentement en moyenne sur dix ans. Du reste, la précision du chiffre n'a aucune importance ici. Un point est acquis : avec sa durée de plusieurs années, ce cycle de rotation reliées entre elles, au cours desquelles le capital est captif de son élément fixe, fournit une base matérielle aux crises périodiques, qui font passer les affaires par des phases successives de stagnation, d'animation moyenne, de précipitation, de crise. » 

K. Marx, Le Capital, T. VI, P61

1-Cette « révolution incessante des moyens de production qui s’accroît » est en cours de réalisation avec l’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle ou IA est un sujet récurrent ces derniers temps. En effet, dans les médias, au cinéma ou encore dans les livres, les forces sociales dominantes préparent les esprits aux changements sociaux qui s’annoncent. L’intelligence artificielle intègrera tous les secteurs de la vie sociale : dans nos smartphones, nos logiciels, nos foyers, en passant par le processus de production.

Ce dernier point est intéressant, car l’IA va « révolutionner » la production sociale et jeter les bases matérielles d’un nouvel ordre de production dans le cadre du capitalisme. D’ailleurs, des scientifiques très célèbres ont donné leurs avis concernant ces changements imminents. Le grand scientifique Stephen Hawking (qui siège à la place de Newton) affirmait lors d’une de ses déclarations : « Les formes primitives d’intelligence artificielle que nous avons déjà se sont montrés très utiles. Mais je pense que le développement d’une intelligence artificielle complète pourrait mettre fin à l’humanité. Une fois que les hommes auraient développé l’intelligence artificielle, celle-ci décollerait seule, et se redéfinirait de plus en plus vite. Les humains, limités par une lente évolution biologique, ne pourraient pas rivaliser et seraient dépassés ».

Définition :

‑ L’intelligence artificielle forte : elle fait référence à une machine (ce que Marx appelait « machinisme ») capable non seulement de produire un comportement intelligent, mais de donner l’impression d’une réelle conscience de soi, de « vrais sentiments » et d’« une compréhension de ses raisonnements ».

‑ L’intelligence artificielle faible : elle constitue une approche pragmatique de la part des ingénieurs. Chercher à construire des systèmes de plus en plus autonomes, des algorithmes capables de résoudre des problèmes d’une certaine classe, etc.

L’IA se développera dans les différents secteurs de production et ainsi elle bouleversera complétement la production sociale (ce que Marx appelait « la production sociale de nos existences). En d’autres termes, l’IA est agrégée au processus de développement des forces productives : il s’agit d’un capital constant en progression ininterrompue.

Ce développement du machinisme a déjà eu lieu auparavant, au cours des derniers siècles. Il n’engendrera pas, d’une manière nécessaire et automatique, un changement du mode de production lui-même. D’ailleurs, si un tel changement se produisait à chaque révolution des moyens de production, nous aurions accédé depuis longtemps au socialisme !

Le capitalisme a donc besoin de « révolutionner ses moyens de productions et ses instruments de production » sans cesse, car en faisant cela il bouleverse les mœurs, les mentalités, les attentes, les perspectives. Ce bouleversement dans la production sociale de nos existences empêchera le développement des idées révolutionnaires et redonnera du souffle à l’oligarchie financière parasite.

Dans la production sociale de leur existence, les rapports sociaux qu’entretiennent les hommes entre eux sont totalement subordonnés aux monopoles et à la toute-puissance du capital financier. Cette situation devient particulièrement intenable lors de certaines séquences historiques. Des contradictions antagonistes et inconciliables peuvent alors se cristalliser.

Le capital doit alors éviter à tout prix que ne se cristallise la contradiction fondamentale entre le caractère des forces productives (premier aspect) et les rapports de production : car dans ce cas le mode de production serait en danger. Pour empêcher que cela ne survienne, l’oligarchie financière présentera une autre vision de la production à la force de travail exploitée en requérant de celle-ci un temps d’adaptation, de formation, de compréhension : l’intelligence artificielle se situe dans une logique similaire.

En outre, ce développement inégal entre le capital constant et le capital variable a été démontré par Karl Marx dans sa théorie concernant « la baisse tendancielle du taux de profit », concept central du marxisme s’il en est. Dans cette théorie, Karl Marx insistait sur le fait que pour donner suite à ce développement inégal, la force de travail humaine ou capital variable intégrerait « l’armée industrielle de réserve du capital », les chômeurs en d’autres termes.

Mais, cela ne signifie pas pour autant que le mode de production capitaliste s’effondrera de lui-même, par la force du Saint-Esprit ou grâce à une baguette magique ! De sorte que la révolution doit se doter d’une force sociale progressiste qui englobe le mouvement de notre société…

 

La baisse tendancielle du taux de profit entraîne deux conséquences fondamentales : 1- révolte des travailleurs 2- baisse du taux de profit. En effet, la force de travail humaine exploitée dans les procès de production réalise le profit à elle seule. Il en résulte une question : si cette force de travail humaine était remplacée par les machines, qui réaliserait alors le profit ?

Résumons en quelques points, et de façon sommaire, cette théorie de Marx démontrant la nécessité pour l’oligarchie au pouvoir de développer ce capital constant qu’est l’intelligence artificielle :

A) Nous avons d’un côté les capitalistes qui sont propriétaires des moyens de production et, de l’autre, les salariés : ces deux bouts de la chaîne permettent de créer des marchandises et de les vendre à un certain prix, ce dernier confirmant la plus-value qui a été réalisée.

B) Le prix de la marchandise doit être supérieur aux coûts de production : sinon la plus-value, et donc le profit, ne se confirmerait pas.

C) L’oligarchie au pouvoir va chercher à augmenter son taux de profit et dans cette logique, elle va réduire les coûts de production. Elle poussera alors à la réduction des salaires et au remplacement des hommes par les machines.

D) Ce remplacement des hommes par les machines va créer une hausse continue de l’armée de réserve des chômeurs.

E) Mais la plus-value, c’est-à-dire le profit, trouve son origine dans la force de travail humaine achetée et exploitée dans les différents procès de production. D’autre part, la force de travail humaine, qui a été intégrée dans l’armée de réserve des chômeurs, consomme nécessairement moins…

F) C’est donc le contraire qui se produit : diminution du profit et révolte des salariés.

La loi générale de cette théorie est simple : la force humaine sera remplacée par les machines. Cette logique se présente différemment selon les séquences de l’histoire au cours desquelles évoluent les sociétés. Ce processus du remplacement de l’homme par les machines, en cours de réalisation, s’inscrit dès à présent dans une histoire marquée par le sceau du développement de l’intelligence artificielle.

 

2-Exemple concret de projets prenant pour axe central l’IA 

A) Libérer la libération de médicaments avec des puces implantées (voir le livre de Ted Sargent « Bienvenue dans le nanomonde » aux éditions Dunod) :

Des chercheurs ont trouvé qu’on pouvait stimuler la libération de médicaments par des signaux électriques issus de micropuces. Un cocktail de substance peut alors être libéré avec une précision extrême. C’est ce qu’ils désignent sous l’appellation de « la pharmacie sur puce ».

 

B) Imprimer des cellules photovoltaïques (voir livre présenté ci-dessus) :

Des galettes rigides de cristaux de semi-conducteurs sont utilisées dans la confection des panneaux solaires traditionnels. Ces dispositifs en silicium convertissent 20% de la puissance incidente du soleil en énergie électrique. Les cristaux doivent pousser sous vide et à haute température : leur fabrication est d’une grande complexité.

Les nanotechnologistes élaborent des structures photosensibles flexibles. Ces matériaux photovoltaïques sont imprimés comme des journaux, en rouleaux ininterrompus. Ils sont faciles à transporter et à déployer : une robe à manches courtes absorberait aujourd’hui assez de lumière du soleil pour alimenter une ampoule ou recharger une pile ! Les Africains rêveraient de porter ce genre de vêtements !

 

C) Combiner et relayer l’information sensorielle

Le système a besoin de combiner toutes les informations recueillies aussi bien sur un champ de bataille que dans une décharge de produits chimiques, une commune ou un pays. L’objectif est de relier des capteurs et de rapatrier l’information sur un point central où elle serait analysée pour finalement permettre d’agir.

Pour cela, l’université de Californie à Berkeley et la société Intel Corporation ont développé un projet : « les Motes ». Ce sont de mini-ordinateurs autonomes à pile qui utilisent les communications sans fil pour échanger les informations. Connus aussi sous le nom de « poussières intelligentes », les « Motes » ont été créés pour être petits, bon marché, et interconnectés, de telle sorte que des milliers d’ordinateurs millimétriques pourraient être dispersés dans un champ, un aéroport ou une aire naturelle à protéger, formant un réseau complet de censeurs.

Les « Motes » détectent la présence des autres et forment leur propre réseau AD HOC. Les ingénieurs ont développé un système d’exploitation du nom de TinyOS pour que des programmes puissent y fonctionner. D’ailleurs, les « Motes » ont été utilisés pour surveiller et gérer des fermes, des bâtiments, ou encore contrôler la fabrication industrielle et informer les troupes sur le champ de bataille.

D)Neuralink

C’est une entreprise qui a été créée par Elon Musk (directeur de SpaceX et de Tesla Motors). Cette entreprise a été enregistrée en juillet 2016 en Californie. Sa mission, en tant qu’ « entreprise de recherche médicale », est de travailler « sur l’implantation d’électrodes miniatures dans le cerveau qui pourraient un jour télécharger des pensées ». Avec SpaceX, Elon Musk s’était déjà fait remarquer en commercialisant des Falcon-9. SpaceX est un prestataire de service à qui la Nasa a confié un contrat de transport de fret vers la station spatiale internationale ISS. L’intelligence artificielle est un élément clef dans le fonctionnement de ces différents concepts.

3-Révolution ou révolution ?

Nous pouvons constater que le développement du « machinisme » via l’intelligence artificielle est une nécessité du capital financier (principale caractéristique de l’impérialisme) et donc des monopoles voulant augmenter leur taux de profit, ainsi que le prévoyait la « baisse tendancielle du taux de profit » théorisée par Marx.

Le problème n’est pas le degré de développement de ces forces productives (qu’il est impossible d’endiguer), c’est à dire le progrès en lui-même ! Il serait dommageable que l’humanité retourne à une existence primitive dans laquelle l’arc et la flèche seraient l’arme principale ! Le problème provient du fait que ce progrès est accaparé par une oligarchie au pouvoir qui le détourne à des fins personnelles : profits, pouvoir, etc.

Qu’est-ce qu’une « avant-garde » ?

Prenons un exemple avec une horloge…

Il est midi et la majorité des travailleurs sont donc persuadés qu’il est effectivement midi : c’est l’heure qui est indiquée par l’horloge (donc la réalité). Ces travailleurs s’organisent et leur vie toute entière est déterminée par cette heure qui s’affiche sur l’horloge. L’avant-garde est, quant à elle, douée d’un degré de conscience lui permettant d’analyser et de voir ce qui se trame derrière cette horloge. C’est-à-dire qu’elle connaît l’heure réelle (le mouvement réel) qui est non pas midi, mais midi et demi.

Pour l’avant-garde, une chose prime : le facteur subjectif de conscientisation. En effet, son devoir est de faire comprendre aux masses l’heure réelle. Il en découle que l’avant-garde doit être en mesure d’analyser ce mouvement et d’anticiper les changements à venir afin de préparer les travailleurs exploités au nouvel ordre social.

En France « l’avant-garde » est inexistante et nous pouvons même dire, sans risque de grandement nous tromper, qu’elle est dans une perspective de négation de la réalité objective. Plusieurs changements profonds vont se réaliser de par l’IA, entres autres, mais elle refuse d’accepter son retard et sa décomposition.

Les travailleurs doivent donc se poser deux questions :

1-Dois-je accepter ce nouvel ordre social dans lequel je ne suis qu’un animal producteur de richesse pour autrui ?

2-Le progrès appartient-il à une classe sociale déterminée ou appartient-il à l’humanité dans son entier ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.44/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • diogène diogène 13 janvier 17:24

    Quel charabia !


    Définissez vos concepts et en particulier le mot « révolution » que vous employez à tort et à travers, comme une formule magique ou une incantation.

    « le facteur subjectif de conscientisation » n’est pas mal non plus dans le registre du parler creux.Cadeau :Le parler creux sans peine. Un outil merveilleux, à l’usage des beaux ...

    • gogoRat gogoRat 14 janvier 14:40

       Le danger lié à la dite « intelligente artificielle’ ne serait-il pas le développement accéléré d’une inintelligence artificielle instrumentalisée par des ’robots’ (cf étymologie de ce mot !) ?
        :
       inintelligence que de ne pas savoir sortir du piège de la »valeur travail’ (robot , encore ! si, si !) et
      d’une fumeuse ’logique’ de ’production’ !!
       
       Encore une fois, les vrais gens, ou encore les gens vrais, celles et ceux qui savent sans même y penser, rester pas compliqués, ne perdent pas de vue que leur survie et leur vie dépend d’abord de la nourriture, le dormir à l’abri, la santé ... bien avant que des artifices de la ’production’ et des contrats de subordination ! ( subordination aux ’premiers de cordées’, mais aussi aux apparatchiks et à ceux qui visent à le devenir ... bien autant qu’au dit ’Kapital’ ) !


    • gogoRat gogoRat 14 janvier 15:00

       Inintelligence quand les petits-enfants de notre peuples se laissent happer par des jeux video addictifs financés par leurs grand-pères, ayant distillé dans les esprits crédules leur idéologie machiavéliquement perverse du ’juvélisme’ !
       
       Juvénilisme ?
       - des caciques de l’UNESCO sont venus prêcher à LYON, (bastion de qui vous savez, soudoyeur de ’start-ups’ de jeux video ...) que ;
       les plus jeunes seraient des ’mutants’ appelés à éclipser leurs aînés, parce qu’ils auraient une science innée des jouets du numérique.
       
       Ainsi, encouragés par leurs grand-pères à ’tuer le père’, nos jeunots confiants (et crédules ... jusqu’à quel point ???) utilisent la carte de crédit de papa-maman pour entretenir leur addiction à des parties ou la victoire s’achète en monnaie réelle et en acceptation et banalisation d’usage de tout robot de triche automatisé trouvable par génie du recours aux moteurs de recherche robotisés du net

       Ceci paraîtra abscons à qui manque de curiosité et d’expérience ?
       Tant pis ! Le (petit) risque à courir en vaut la chandelle si l’alerte avait ne serait-ce qu’une infime chance de faire mouche ...


    • Pierre-Yves Martin 13 janvier 18:31

      Pour moi, il y a intelligence artificielle à partir du moment où il y a un processus d’apprentissage comportant une part d’incertitude (processus stochastique).

      Beaucoup de techniques que vous citez, et en particulier l’essentiel des nanotechnologies, ne rentreraient pas dans cette définition.

      A partir du moment où vous admettez ma définition se posent trois questions fondamentales :

      - Qui définit les buts (valeurs) auxquels cet apprentissage va tendre, d’où la problématique de pouvoirs qui est l’essentiel de votre article,

      - Qu’est-ce qui garantit que ces buts ont été formulés correctement au système dans sa logique propre ( avec exhaustivité, sans ambiguité, sans déformation, etc. ) ?

      - Qu’est-ce qui garantit que le processus d’apprentissage respectera ces buts, autrement dit qu’il n’y aura pas d’erreur de conception, de faille (involontaire ou non), etc. ? N’oublions pas qu’il s’agit quand même d’informatique et que la gestion des erreurs (de logique, d’algorithmes et surtout d’interfaces homme-machine) est l’essentiel de l’informatique, car on n’y arrive jamais totalement. Foi d’ancien informaticien !


      • Georges VALGEORGES Georges VALGEORGES 13 janvier 20:14

        @Pierre-Yves Martin
        + 1


      • gogoRat gogoRat 14 janvier 18:40

        @Pierre-Yves Martin
         bb
         Comment définir ’intelligence artificielle’ sans préciser ce que l’on entend par ’Intelligence’ ?? !
         ( ex. : si vous entendez ’intelligence’ chez nos amis anglo-saxons, attention aux contre-sens )
         bb
         Il semblerait que pour nombre d’adeptes de ’La Réussite’, intelligence rime avec : ’savoir’ berner son monde, ’savoir’ mentir, ’savoir’ ’arriver’ par tous les moyens, triches, et malhonnêtetés ...
         savoir user et abuser de ’malhonnêteté intellectuelle’ (mode qui prend de moins en moins la peine de voiler la malhonnêteté tout court )
         
         Comment un robot ’intelligent’ traduira-t-il :
           ’ Le travail malhonnête ôte toute dignité’ ?

         


      • pipiou 13 janvier 20:28

        C’est assez drôle d’entendre Marx s’exprimer sur l’Intelligence Artificielle.

        Et Internet il en pensait quoi ?


        • Choucas Choucas 13 janvier 20:34

           
           

          « ON FABRIQUE PAS D’IA MAIS ON IMPORTE DES BOUBOUS »
          Bobo le soumis
           
           
          (plus chers et qui se reproduisent pour plus chers, sans compter les kalachs, béton hlm, chômage, deal...)

          Trump exige de Foxconn (Taïwan) de rapatrier des usines de montage d’électronique aux US, mais avec des robots IA, moins chers que les colons surpondeurs !
           
          FOXCONN VA UTILISER UN MILLION DE ROBOTS IA AUX US avant 3 ans
           
           
          BOOBALAND
          25% D’ACTIFS POTENTIELS NON ACTIFS ,
          30% EN EXCLUANT SECTEUR PUBLIC
          BIENTÔT 50% !
           
          https://www.reuters.com/article/us-foxconn-robots/foxconn-plans-to-use-1-million-robots-in-3-years-idUSTRE77016B20110801
          http://www.slate.com/blogs/future_tense/2017/07/27/the_wisconsin_foxconn_pl ant_will_be_staff_by_robots.html
          https://www.theguardian.com/technology/2012/nov/08/foxconn-plan-factories-us-america
          https://www.roboticsbusinessreview.com/manufacturing/are_foxconns_robots_com ing_to_america/


          • Georges VALGEORGES Georges VALGEORGES 13 janvier 20:34

            Bonnes questions à la fin votre article.

            Mais j’ai l’impression que les prolétaires ne se les poseront pas (ou n’auront pas le temps de se les poser).
            L’imminence du désastre programmé (organisé) par nos z’élites conditionnera l’acceptation du nouvel ordre économique et social jusqu’à la prochaine crise.
            Il y a un problème que nos z’élites devront résoudre c’est que les robots n’achètent pas de voiture pour aller faire leurs courses au supermarché. Donc, sans pauvres, pas de création de richesse possible sur le long terme. Il est donc possible (donc pas probable) que certaines z’élites voyant l’impasse structurelle du capitalisme, rejoignent la lutte prolétarienne. Mais, ne rêvons pas, les traîtres se compteront à la pelle.

            • JBL1960 JBL1960 14 janvier 18:27

              @Georges VALGEORGES Rêvons, au contraire, même si vous avez raison, les traites se compteront à la pelle ► Les voies du pouvoir prolétarien - Nestor Makno - 1932
              Dans le sens de "défendre la révolution contre toutes sortes de pouvoir d’État... prolétarien compris.

              Quelques écrits choisis par R71 de Nestor Makhno montre l’influence et la pratique anarchiste dans la révolution russe. Makhno et ses forces paysannes ukrainiennes combattirent les deux facettes de la contre-révolution en Ukraine : l’opposition tsariste et internationale ET les bolchéviques de Lénine et Trotski qui ont trahi le peuple et la révolution en reprenant le pouvoir aux soviets (conseils ouvriers et populaires). Léninisme et trotskisme ne sont que des capitalismes d’État doctrinaires et totalitaires, bras armés de la City de Londres (Lénine) et de sa succursale de Wall Street (Trotski) dans ce PDF N° 40 de 21 pages ► Écrits choisis de Nestor Makhno.


            • Coriosolite 13 janvier 20:56

              « B) Le prix de la marchandise doit être supérieur aux coûts de production : sinon la plus-value, et donc le profit, ne se confirmerait pas. »

              Je constate que l’auteur est un économiste de premier plan, à coup il faut être sur une sommité mondiale pour faire une telle découverte.

              Merci encore de nous en avoir fait part, à nous pauvres ignorants....


              • bob14 bob14 14 janvier 07:48

                (car l’IA va « révolutionner » la production sociale)....c’est déjà fait depuis longtemps.. ?


                • JBL1960 JBL1960 14 janvier 18:20

                  @ JimmyDalleedoo = Je cherchais le moyen de vous contacter à propos de votre article sur les confessions d’un évêque jésuite ; Dr. Alberto Rivera publié en juin 2016 initialement sur Alter Info, car je suis en train de réunifier le tout dans une version PDF, ayant publié les 2 parties ICI & .
                  Je voudrais citer, en toutes fins, les controverses au sujet du D. A. Rivera et pour être précise sur le sujet. Je me propose de faire un parallèle notamment avec le Contre-rapport de la CV&R Meurtre Par Décret du prêtre défroqué Kevin Annett ayant suivi l’affaire au plus près, pour avoir réalisé la version PDF de la traduction partielle, mais substantielle, du CR en français.
                  K. Annett a fait l’objet d’une véritable censure (voire autodafé) par le gouvernement canadien afin que le CR ne soit pas distribué dans les bibliothèques municipales notamment de Colombie Britannique. Et les pressions sont continues, comme on a pu le lire dans son livre « Le bouclier du lanceur d’alerte » (dans mon billet de présentation de l’auteur, je ne manque pas de relever mon point de désaccord avec lui, et de l’argumenter) que Kevin Annett a bien voulu permettre à Résistance71 de traduire entièrement pour que j’en fasses une version PDF pour lecture/téléchargement/impression gratuits à l’attention du lectorat francophone. Et il y a peu, avec ce tout dernier article le concernant ICI.
                  Vous pouvez me contacter via mon blog, ou en mp, mon mail est dans mon à propos.


                  • Luniterre 15 janvier 05:45

                    .

                    Éclaircissement ou confusion totale ?


                    L’auteur tente de nous résumer le concept marxiste de baisse tendancielle du taux de profit...


                    Il y serait presque arrivé, même si de façon assez sommaire :


                    « En effet, la force de travail humaine exploitée dans les procès de production réalise le profit à elle seule. Il en résulte une question : si cette force de travail humaine était remplacée par les machines, qui réaliserait alors le profit ? »


                    Même si de manière pus qu’approximative, la question est posée, et on attend logiquement une réponse dans la suite de l’article...


                    Or le seul embryon de piste que l’on y trouve semble être ceci :


                    « C) L’oligarchie au pouvoir va chercher à augmenter son taux de profit et dans cette logique, elle va réduire les coûts de production. Elle poussera alors à la réduction des salaires et au remplacement des hommes par les machines. »

                    Malheureusement, c’est un peu l’histoire du serpent qui se mord la queue pour assouvir sa faim...


                    Si l’oligarchie réduit les salaires sur un temps de travail constant, elle sauve effectivement en partie son taux de profit...


                    Mais en remplaçant les hommes par des machines elle se remet aussitôt dans le cycle réducteur grossièrement schématisé dans la question quelques lignes auparavant...


                    Question qui reste donc sans réponse...


                    Ce qui montre que l’auteur n’a pas réellement compris ce qu’il tente de nous expliquer...


                    Si l’oligarchie financière est obligée de « moderniser » et d’accroître la « productivité » pour une quantité de main-d’œuvre de plus en plus réduite, ce n’est pas d’abord pour augmenter son profit, qui, effectivement, tend à se réduire en termes de marges sur les produits finis, mais pour faire face à la concurrence, qui joue inexorablement à la baisse, en fait, pour conquérir le marché.


                    A terme, si la production est entièrement automatisée, il n’y a plus que le capital fixe à amortir.


                    Si tous les concurrents d’un secteur d’activité en arrivent à ce stade avec des techniques de productions similaires, il sont amenés à vendre pratiquement à prix coûtant pour être simplement présents sur le marché et la plus-value liée au travail salarié ayant disparu, leur marge tend effectivement vers 0% et leur taux de profit aussi.


                    Le seul moyen de contourner ce problème est donc d’avoir le monopole absolu de tout un secteur d’activité, de façon à ne pas être contraint à réduire les prix face à la concurrence.


                    Encore faut-il qu’il reste des acheteurs solvables...


                    D’où les projets de « revenus universel » pour ne pas assécher complètement le « marché », qui devient tout à fait artificiel, dans ce cas...


                    Un « revenu universel » payé en monnaie de singe, vu qu’il n’y a plus réellement d’élargissement du capital à travers le processus productif...


                    Effectivement, c’est là une évolution du capitalisme qui n’était pas prévue par Marx, qui pensait que la Révolution socialiste arriverait bien avant ce stade de dégénérescence du capitalisme !


                    Néanmoins il avait, quant à lui, répondu clairement à la problématique posée par la perspective de l’automatisation totale de la production. Cela se trouve dans son ouvrage « Grundrisse » dont aucune traduction française ne figure sur le net... (Extraits dans le post suivant)


                    Un débat sur cette question et sur ses conséquences sur la situation actuelle se trouve ici :

                    Les aléas de l’IA, de Marx à « Terminator », en passant par Benoît Hamon…

                    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/12/26/les-aleas-de-lia-de-marx-a-terminator-en-passant-par-benoit-hamon/

                    En très résumé, ici :

                    La Société de l’Arnaque, un thème de réflexion pour 2018… !!

                    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/01/03/la-societe-de-larnaque-un-theme-de-reflexion-pour-2018/

                    Luniterre



                    • Luniterre 15 janvier 05:57

                       

                      .

                      Quelques citations de Marx éclairant cette problématique et de façon tout à fait dépourvue d’ambigüité, contrairement aux propos de l’auteur : 

                      « To the degree that labour time – the mere quantity of labour – is posited by capital as the sole determinant element, to that degree does direct labour and its quantity disappear as the determinant principle of production – of the creation of use values – and is reduced both quantitatively, to a smaller proportion, and qualitatively, as an, of course, indispensable but subordinate moment, compared to general scientific labour, technological application of natural sciences, on one side, and to the general productive force arising from social combination [Gliederung] in total production on the other side – a combination which appears as a natural fruit of social labour (although it is a historic product). Capital thus works towards its own dissolution as the form dominating production. »

                      https://www.marxists.org/archive/marx/works/1857/grundrisse/ch13.htm


                      « As soon as labour in the direct form has ceased to be the great well-spring of wealth, labour time ceases and must cease to be its measure, and hence exchange value [must cease to be the measure] of use value. »

                      https://www.marxists.org/archive/marx/works/1857/grundrisse/ch14.htm


                      Luniterre




                    • Luniterre 15 janvier 06:02


                      .

                      FAUTE DE FRAPPE, dans le premier post :

                      Évidemment il faut lire « plus qu’approximative »

                      Avec mes excuses,

                      Luniterre


                    • Luniterre 15 janvier 06:15


                      .

                      DE PLUS, IL Y A DONC 170 ANS, MARX AVAIT QUASIMENT ANTICIPÉ L’IA... :

                      «  As long as the means of labour remains a means of labour in the proper sense of the term, such as it is directly, historically, adopted by capital and included in its realization process, it undergoes a merely formal modification, by appearing now as a means of labour not only in regard to its material side, but also at the same time as a particular mode of the presence of capital, determined by its total process – as fixed capital. But, once adopted into the production process of capital, the means of labour passes through different metamorphoses, whose culmination is the machine, or rather, an automatic system of machinery (system of machinery : the automatic one is merely its most complete, most adequate form, and alone transforms machinery into a system), set in motion by an automaton, a moving power that moves itself ; this automaton consisting of numerous mechanical and intellectual organs, so that the workers themselves are cast merely as its conscious linkages.


                      ..


                      Its distinguishing characteristic is not in the least, as with the means of labour, to transmit the worker’s activity to the object ; this activity, rather, is posited in such a way that it merely transmits the machine’s work, the machine’s action, on to the raw material – supervises it and guards against interruptions. Not as with the instrument, which the worker animates and makes into his organ with his skill and strength, and whose handling therefore depends on his virtuosity. Rather, it is the machine which possesses skill and strength in place of the worker, is itself the virtuoso, with a soul of its own in the mechanical laws acting through it ; and it consumes coal, oil etc. (matières instrumentales), just as the worker consumes food, to keep up its perpetual motion. The worker’s activity, reduced to a mere abstraction of activity, is determined and regulated on all sides by the movement of the machinery, and not the opposite. The science which compels the inanimate limbs of the machinery, by their construction, to act purposefully, as an automaton, does not exist in the worker’s consciousness, but rather acts upon him through the machine as an alien power, as the power of the machine itself. »



                      https://www.marxists.org/archive/marx/works/1857/grundrisse/ch13.htm



                      Texte également extrait de « Grundrisse », donc...


                      Luniterre


                    • Luniterre 15 janvier 06:42

                       
                      .

                      Enfin, on se demande où l’auteur a bien pu trouver sa citation de Marx en début d’article...

                      En effet elle est référencée en gras :

                      K. Marx, Le Capital, T. VI, P61

                      Or, si l’auteur avait une réelle connaissance de Marx il aurait du savoir qu’il n’existe pas de Tome VI du Capital !!!

                      Ce qui prouve qu’il n’a pas pris la peine de vérifier ses sources...

                      Une citation vraisemblablement repiquée dans un autre article, avec une coquille « éneaurme » dans la référence, et qui aurait du lui sauter aux yeux, surtout s’il veut donner des leçons de marxisme...

                      On ne saurait trop lui conseiller de se mettre sérieusement à l’étude...

                      Luniterre

                      PS : repiquée ici, peut-être :

                      https://www.monde-diplomatique.fr/1974/11/A/32722

                      LE MONDE DIPLOMATIQUE...

                      Un journal réputé sérieux... !!

                      A toute fin utile, l’originale se trouve ici :

                      http://inventin.lautre.net/livres/MARX-Le-Capital-Livre-2.pdf

                      Livre II, Chapitre IX, page 162

                      (page 81 du doc PDF)

                      *********************************


                    • zygzornifle zygzornifle 15 janvier 11:09

                      la prochaine révolution sera de créer des milliers de chômeurs en plus , l’intelligence artificielle alliée a la robotique va mettre un coup d’arrêt a l’emploi hormis quelques roboticiens et ingénieurs qui disparaîtrons quand les machines seront assez sophistiquées pour se créer elle mêmes et un jour elles considéreront les humains comme des parasites et décideront que la planète se portera mieux sans eux....


                      • Tom France Tom France 15 janvier 12:32

                        Plus les robots prendront la place des hommes dans le marché du travail, plus il y aura de chômeurs ! D’ailleurs le problème c’est bien le « marché » du travail, le travail devrait plutôt être une valeur sure et non pas un marché, c’est à dire ouvert à la spéculation, à la tyrannie de l’argent roi et de la bourse.

                        Pour finir, l’abrutissement généralisé qui se constate tout les jours par tout les moyens fait que je pense certains couillons ont décidés de parier sur « l’intelligence » de boites de conserves parce que de l’intelligence, il faut bien en trouver quelque part si ce n’est pas sur une autre planète !

                        • zygzornifle zygzornifle 15 janvier 13:39

                          On a Macronator le remplaçant de Terminator devenu obsolète car trop social .....


                          • JBL1960 JBL1960 15 janvier 14:12

                            @zygzornifle Terminacron vs Terminacron 2, le retour...


                          • Ruut Ruut 15 janvier 15:06

                            Le bon coté avec l’IA c’est qu’elle est incapable de s’entretenir elle même.
                            Elle finie toujours par déconner.
                            Surtout celles qui apprennes.


                            • biquet biquet 15 janvier 15:43

                              Dans les termes absurdes « l’intelligence artificielle » tient le haut du pavé. L’intelligence naturelle existe-t-elle ? Avez-vous vu une intelligence traverser la rue ou être cultivée dans un champ ? L’intelligence (du latin : inter legere, lire entre) est une faculté de l’homme et n’existe pas à l’état naturel, elle est donc forcément artificielle, comme le sont les fleurs fabriquées par l’homme par opposition à celle qui poussent dans les champs.
                              On pourrait alors parler de robotisation, mais ça fait moins « in ». Les robots ne sont que des exécutants, dénués d’intelligence. Les élites intellos voudraient bien nous robotiser pour que nous soyons plus dociles. D’où l’idée de nous faire croire à une intelligence « extra humaine », histoire de nous rabaisser à la condition d’objets dociles.


                              • eau-du-robinet eau-du-robinet 16 janvier 04:31

                                Bonjour,
                                .
                                Dans l’émission d’envoyé Spécial du 11 janvier 2018 une partie de l’émission à été consacré à intelligence artificielle....
                                .
                                L’intelligence artificielle sera responsable de la suppression de millions d’emplois dans un proche avenir !!!
                                .
                                Voici le chiffres qu’ils ont été évoque dans cette émission :
                                .
                                L’intelligence artificielle remplacera :

                                - 99% des téléopérateurs
                                - 94% des comptables
                                - 94% des assistants juridiques

                                passage de la vidéo à 1H 05m et 36s

                                sans parler de toutes les autres secteurs qui seront touché par intelligence artificielle !
                                - secrétariats
                                - personnel bancaires
                                - personnel administratives
                                - industrie
                                - tourisme
                                - etc....
                                .
                                Personnellement je voit un très grand danger dans ce type de développement de l’intelligence artificielle qui conduira à la création d’un super cerveau qui serra forcement dans la main de oligarchie financière et qui servira leurs intérêts (1% de la population) ! Gare à nous les 99% des gens restants !!!!
                                .
                                Mot clé « Amélia intelligence artificielle »
                                https://www.usine-digitale.fr/editorial/avec-amelia-accenture-s-attaque-au-marche-de-l-intelligence-artificielle-et-a-ibm.N392577
                                .
                                Chez ces super-conseillers virtuels toujours plus évolués, la concurrence fait rage aussi. Le challenger d’Amelia s’appelle Watson. Le Crédit mutuel ou BNP Paribas ont dépensé des millions pour l’acquérir.
                                .
                                Replay Envoyé Spécial :
                                https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/envoye-special/envoye-special-du-jeudi-11-janvier-2018_2545533.html
                                .


                                • Luniterre 16 janvier 12:42

                                  @eau-du-robinet

                                  Effectivement, cette émission est une bonne occasion de prendre conscience du problème...


                                  Disponible également sur Youtube :

                                  https://youtu.be/p647ezfEows

                                  Avec la robotisation totale, c’est la notion même d’échange économique qui disparait :

                                  Travail contre Travail, c’est à dire, produit du travail contre produit du travail !!!

                                  (Échange sur lequel le capitaliste vit encore en parasite, via la plus-value, jusqu’ici, et tant que ça dure... !)

                                  https://tribunemlreypa.wordpress.com/valeur-loi-de-la-valeur-plus-value-un-essai-de-breve-definition/

                                  Si le robot est le seul producteur, il n’y a donc plus d’échange...

                                  Celui qui contrôle le robot contrôle toute la production, tous les services...

                                  C’est à dire tout le pouvoir, en fait...

                                  Un nouveau type de « capitalisme » fondé entièrement sur une dictature technologique, où la seule lutte est celle entre détenteurs des différents moyens de contrôles informatiques.

                                  Une sorte de nouvelle féodalité bureaucratique et technologique.

                                  Ce n’est plus du « capitalisme » au sens classique du terme parce qu’il n’y a plus d’élargissement possible du capital via le cycle productif, limité à l’amortissement du capital fixe : le matériel robotique !

                                  C’est pourquoi il faut à ce système un contrôle totalement monopoliste pour imposer des prix avec une marge au départ inexistante.

                                  C’est ce que l’on peut appeler la Société de l’Arnaque, basée entièrement sur de la « monnaie de singe », fut-elle « électronique »...

                                  C’est le système qui a commencé à se mettre en place depuis la crise de 2008, notamment avec le système de « Quantitative Easing ».

                                  De la « fausse monnaie » entièrement « légale » et à très grande échelle !

                                  https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/12/11/monnaie-monnaie-capitalisme-ou-socialisme/


                                  https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/12/17/une-monnaie-reellement-socialiste-sera-t-elle-forcement-devalorisee/


                                  Luniterre

                                  ********************

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Jimmy Dalleedoo


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires