• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La réponse du berger à la bergère ?

La réponse du berger à la bergère ?

La réponse du berger à la bergère ?

Les manifestations se suivent et se ressemblent. Comme la semaine dernière j’y ai rencontré moins de retraités et toujours pas les Français issus de l’immigration.
On a l’impression que le gouvernement dans sa gestion des positionnements des CRS cherche à exciter les manifestants qui ne sont qu’à un mètre, parfois, des « cuirassés » armés de pied en cape. Ca chauffe souvent à cause de cette proximité. On devine les policiers mal à l’aise (je lis une certaine angoisse sur leurs visages) à la perspective de se frotter à la masse et leurs opposants exaspérés de se sentir traités comme des délinquants en puissance.

J’ai dû intervenir à l’angle du boulevard Saint Germain et de la rue Saint Jacques vers 15h lorsque quelques manifestants non porteurs de gilets étaient devenus hystériques, hurlant qu’un des leurs avait reçu un coup de bouclier sans raison. Il me fut très difficile de les ramener au calme en leur faisant prendre conscience que les TV n’attendent que des heurts pour discréditer le mouvement revendicatif.

Chez une poignée de gilets jaunes et quelques manifestants qui s’invitent pour les soutenir par leur présence, je perçois un fort désir de vengeance des brutalités policières passées qui motive leur hargne, et le désir fantasmé d’en découdre avec les forces de l’ordre.
Pour moi, acteur très investi dans les événements de mai 68, je me rends compte que comme l’écrit le poète : « l’expérience est une lampe sourde qui n’éclaire que celui qui la porte ». Car c’est assez désespérant de se dire que la nôtre n’a pas été transmise aux deux générations qui nous ont succédé. Pas de service d’ordre, mots d’ordre disparates peu mis en valeur, pas de calendrier fixant des objectifs précis ; stratégie et tactiques raisonnées absentes, coordination nationale nulle..

Friandes de feux de poubelles de vitres brisées et de lacrymogènes plutôt en moins grand nombre que les fois précédentes, les TV privées de ces spectacles destinés à effrayer les gens fragiles, ont dû se rabattre sur l’affaire des injures soi-disant antisémites.

Mais pour condamnables qu’elles soient les insultes ( clairement anti-sionistes et non antisémites, dixit la cible elle-même), proférées à l’égard de Finkelkraut, il est juste, par souci d’équilibre, de rappeler les propos haineux, vis-à-vis des Français de cet ancien militant maoïste libertaire devenu un idéologue néocon, qui sont autant de crachats au visage du pays qui l’a accueilli , protégé, et fait de lui un professeur à l’école polytechnique.

Florilège des « dérapages » de Finkelkraut

« “Oui” à Masstricht contre la nuisance française »

« Si mon fils épousait une non juive je ne sauterais pas de joie ! »

Et parce que ses parents ont été déportés : « Ce pays mérite notre haine ».

Un peu la réponse du berger à la bergère non !


Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Raymond75 28 février 11:28

    "Pas de service d’ordre, mots d’ordre disparates peu mis en valeur, pas de calendrier fixant des objectifs précis ; stratégie et tactiques raisonnées absentes, coordination nationale nulle" ; il faut aussi ajouter insultes et menaces à l’égard de toute personne qui essaie de structurer ce ’mouvement’ qui n’est plus qu’un mouvement brownien de particules qui s’agitent en tout sens.

    Que Ingrid Levavasseur ait eu besoin d’être exfiltrée, après avoir entendu un tombereau d’insultes sexistes, est une honte. Son tort ? avoir essayer de créer une liste pour les élections européennes, ce qui était une bonne idée.

    Il faut observer que ce sont deux femmes qui ont essayé de structurer ce mouvement : Ingrid Levavasseur et cette antillaise (suivie par d’autres) qui a initié la revendication sur le RIC (Referendum d’Initiative Citoyenne).


    • Fergus Fergus 28 février 11:41

      Bonjour, Raymond75

      Au delà des agissements des casseurs, trop souvent soutenus par les plus radicalisés des Gilets jaunes au détriment de la cause qu’ils prétendent servir, c’est le sort réservé à Ingrid Levavasseur qui m’a paru le plus violent message anti-Gilets jaunes tant il était porteur d’une intolérance haineuse ! 


    • aimable 28 février 12:00

      Quant a Finkelkraut , ce n’est pas le seul a penser et a le dire dans ceux qui sont les plus visibles , a une époque une certaine Anne Sinclair a dit d’un ton que je qualifierais de légèrement méprisant , qu’elle n’épouserait jamais un goy , peut on s’étonner ensuite de l’impact que tout cela a sur certains goys  ?


      • Fergus Fergus 28 février 12:52

        Bonjour, aimable

        Un goy, des goyim.  smiley

        Le fait est que certains Juifs pensent ainsi. Mais le temps passant, il semble qu’ils soient de moins en moins nombreux à être ainsi repliés dans une vision intracommunautaire de la vie.


      • aimable 28 février 14:13

        @Fergus
        restons Français sinon vous aurez un gay des gayim  smiley


      • Oceane 1er mars 08:40

        @aimable

        « Gay » \gayim"

        Merci pour le franc sourire ce matin.



        • leypanou 28 février 13:08

          Florilège des « dérapages » de 

           : mon préféré c’est celui-ci : « l’équipe de France de football, le monde entier rigole ».

          Tout çà ne l’a pas empêché d’entrer à l’Académie Française.

          Mais il y a des gens comme çà qui ont leurs ronds de serviette dans toutes les émissions politico-culturelles.


          • baldis30 28 février 16:25

            @leypanou
            bonsoir,
             « Mais il y a des gens comme çà qui ont leurs ronds de serviette dans toutes les émissions politico-culturelles. »
             et leur chèque à la sortie de l’émission  smiley


          • Attila Attila 28 février 13:19

            Au départ, les revendications étaient claires et pratiques : baisse des taxes, arrêter d’emmerder ceux qui vivent loin des métropoles et qui n’ont que la voiture pour aller travailler, faire leur courses, se soigner.

            Puis est apparue la revendication du RIC et le mot d’ordre « Macron démission ». Comme si Macron allait accepter de démissionner, comme si Macron allait instaurer un RIC pour autre chose que de changer la moquette.

            On est en plein rêve, là.

            Ce qui voulaient le référendum d’initiative populaire ont voté en 2017 pour des candidats qui le proposaient. Si la majorité des électeurs en avaient fait autant, nous aurions le Référendum d’Initiative Populaire depuis plus d’un an. Maintenant il faut attendre 2022 et ne pas se tromper de candidat encore une fois.

            Autre mot d’ordre de rêveurs : nous ne voulons plus de représentants, nous voulons voter directement.

            La réalité est qu’on ne peut pas changer les règles tant qu’on n’arrive pas au pouvoir. Pour l’instant, c’est Macron qui détient les clés du Pouvoir. Le système ne remet les clés du Pouvoir qu’au représentant ayant obtenu la majorité des suffrages exprimés aux élections.

            Pour ne plus avoir de représentant, il faut d’abord élire un représentant qui va changer les règles une fois que le système lui aura remis les clés du Pouvoir.

            .


            • Raymond75 28 février 13:41

              @Attila

              En fait, dans sa forme actuelle, les gilets jaunes sont un mouvement qui refuse la complexité du monde, probablement par incapacité de la saisir.


            • Attila Attila 28 février 14:47

              @Raymond75
              C’est le verre à moitié plein ou à moitié vide. Les Gilets Jaunes nous ont apporté beaucoup : on croyait que les français n’étaient plus capables de se révolter, ils ont prouvé que c’était faux ; ils ont remis la justice sociale au centre des préoccupations alors que la gauche actuelle l’avait délaissé au profit des questions « sociétales » ; ils ont montré que les préoccupations « écologiques » n’étaient que des masques pour taxer et dominer le peuple ; etc.
              Mais le mouvement tourne en rond faute d’organisation et de leaders de grande envergure intellectuelle.

              .


            • Fergus Fergus 28 février 17:08

              Bonjour, Attila

              Je partage votre point de vue.

              J’ajoute que, pour éviter le phénomène d’usure, les Gilets jaunes auraient dû décréter une pause durant la durée du Grand débat afin de prendre l’exécutif au mot. Et cela en faisant clairement peser la menace d’une reprise plus que jamais déterminée du mouvement en cas d’enfumage avéré à la fin du processus !


            • François Vesin François Vesin 28 février 17:51

              @Attila
              «  Les Gilets Jaunes nous ont apporté beaucoup :  »

              1) Sauf erreur ou omission, vous n’envisagez pas un seul instant
                une quelconque réciprocité à leur égard !

              2) Les Gilets Jaunes...ils sont ceci, ils font cela...etc
                Personnellement, je dis nous et,
                pour celles et ceux qui d’impatientent, voir même qui
                nous renvoient à des présidentielles futuristes absurdes,
                je recommande de concentrer leurs congés sur le joli mois de mai qui vient.


            • Attila Attila 28 février 20:31

              @François Vesin
              « 1-Sauf erreur ou omission, vous n’envisagez pas un seul instant
               une quelconque réciprocité à leur égard !
               »
              Tout d’abord, je leur suis reconnaissant pour ce qu’ils ont apporté et je pense que ce n’est pas fini.
              La réciprocité : ce que je pourrais apporter au mouvement ?
              A la fin du siècle dernier, j’ai participé à plusieurs actions collectives contre des décisions de politiques. Nous avons eu des échecs, des succès et obtenu des compromis acceptables pour les deux parties.
              Il a fallu que des associations fassent alliance pour réussir, j’ai côtoyé des dirigeants d’une grande carrure et avec de l’expérience qui m’ont énormément appris.
              La première chose que j’ai apprise est que l’action collective ne s’improvise pas, surtout contre des politiques.
              Il faut se former
              La deuxième chose est qu’une organisation bien structurée est une force indispensable.

              « 2) Les Gilets Jaunes...ils sont ceci, ils font cela...etc
               Personnellement, je dis nous
               »
              Je suis dans la même situation que beaucoup de Gilets Jaunes, je soutiens la révolte.
              « pour celles et ceux qui s’impatientent, voir même qui
               nous renvoient à des présidentielles futuristes absurdes,
               »
              Le choix est : les élections ou la révolution.
              La révolution aurait été possible dans la mesure ou la majorité des français soutenait le mouvement. Pendant les trois premiers samedi de lutte, le gouvernement et les forces de l’ordre étaient frappés de stupeur, ils ont été débordés.
              Maintenant, ils se sont ressaisi, c’est un peu tard. Et surtout, on ne voit pas d’évolution.

              Il reste les prochaines élections. Il existe une offre respectable pour nous sortir de la situation catastrophique dans laquelle nous sombrons.
              Aux électeurs de prendre leurs responsabilités.

              .


            • Julien S 28 février 14:25

              J’ai dû intervenir à l’angle du boulevard Saint-Germain et de la rue Saint-Jacques

              .

              Pardon... c’est dans quelle ville ?

              Et qu’est-ce qu’un progressiste comme vous fait dans un coin aussi cureton ? 


              • baldis30 28 février 16:27

                @Julien S

                « Pardon... c’est dans quelle ville  ? »

                à Bruxelles ! ville hautement intellectuelle berceau de la pensée humaniste énarchiste


              • Olivier 1er mars 10:21

                « ... et toujours pas les Français issus de l’immigration » 

                Tout à fait normal. Les « français » issus de l’immigration sont là pour profiter du fruit du travail des « de souche », et inconsciemment, d’exercer une revanche raciale de la colonisation, et aussi d’accomplir une stratégie de conquête (voir les livre de Guillaume Fay sur ce sujet).

                Ils sont très clairement les ennemis des « de souche », et sur ce plan sont exactement dans la même position que l’oligarchie mondialiste qui dirige le pays, et qui organise le grand remplacement par immigration de masse.

                Il y a collusion d’intérêts entre ces deux groupes, au détriment de ceux que représentent les gilets jaunes. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès