• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La république démocratique pose problème

La république démocratique pose problème

Les démocrates nous expliquent que la démocratie reste un merveilleux système, même si elle connaît échec sur échec. Néanmoins, selon eux, il convient de ne pas la remettre fondamentalement en cause. En effet, les difficultés de la démocratie résulteraient de son seul fonctionnement et non du régime en tant que tel. Pourtant, en réalité, la nature même de la démocratie amène de vraies difficultés, et la façon de la « traduire » ou la mettre en œuvre au quotidien n’est seulement qu’un arbre, utilisé pour masquer une véritable forêt.

Aujourd’hui, la démocratie dysfonctionne tellement qu’elle engendre une énorme frustration chez de nombreux Français. Cela ne se concrétise toutefois pas encore d’une façon véritablement radicale, nonobstant le phénomène des Gilets Jaunes lié à une offre politique particulièrement déficiente. La contestation à l’égard de ce système grandit, mais à ce jour elle reste trop faible pour espérer un changement institutionnel. Même si le régime démocratique est intrinsèquement mauvais, et qu’il produit de mauvais fruits, les Français n’entrevoient pas encore d’autres propositions institutionnelles sérieuses. Certains mouvements, bien souvent caricaturaux, en appellent de manière confuse et maladroite à des systèmes autoritaires de type fasciste, sans avoir la force, l’assise sociale et la maîtrise organisationnelle pour mener à bien leurs projets. Quant aux mouvements d’extrême-gauche, une fois de plus en décalage complet avec une réalité qu’ils voudraient modeler sur leur idéologie, leurs idées restent à la fois trop archaïques ou utopiques pour séduire une masse critique de Français, au-delà de leurs sempiternelles divisions et éclatement en multitude de groupuscules.

Nous pouvons le regretter, mais force est de constater que le régime démocratique et la république s’avèrent très bien implantés, tant par l’inertie de l’habitude, que par l’incapacité des mouvements qui lui sont opposés à proposer une alternative crédible. Alors que les Français usent déjà du droit de vote pour élire leurs maires, leurs députés, leurs députés européens et surtout le Président de la République, de nombreux compatriotes appellent à encore plus de démocratie. Il s’agit de cette prétendue démocratie directe, entrée dans le forum public avec l’acronyme RIC, qui est réclamée.

L’expérience du vote, et de ses multiples échecs pour la désignation d’une classe politique compétente, devrait conduire les citoyens à une prise de recul, voire même à une contestation en profondeur de la pratique électorale. C’est malheureusement tout le contraire qui se produit. Les élections, aussi bien municipales que pour la députation et l’élection présidentielle, ne produisent pas de résultats positifs. Eh bien, que nous rétorquent les démocrates et autres républicains ? Donnons aux Français l’opportunité de voter encore et toujours plus ! Le raisonnement souffre d’un total manque de logique, mais pourtant nous l’entendons partout. Qui aujourd’hui ne réclame pas le RIC ? Presque personne. Rappelons que pour certains, si en URSS le communisme n’a pas rencontré le succès escompté, c’est parce que le système soviétique ne mettait pas assez en avant le… communisme.

La démocratie ne fonctionne pas, car elle semble incapable d’offrir simultanément un cadre institutionnel pérenne, la liberté bien comprise et réelle de chacun dans l’espace public, et surtout une juste et efficace politique. Tout personne sincère, quelle que soit sa couleur politique, ne peut que reconnaître la faillite de la démocratie et de la république en France. Ce phénomène ne constitue pas une nouveauté, mais la marque de fabrique de l’institution républicano-démocratique. Un système qui encourage la guerre civile permanente entre « une gauche » et une « droite » ne peut offrir la concorde sociale nécessaire à la réalisation de grands projets. L’instabilité institutionnelle établie avec le quinquennat n’offre pas la dimension du temps, condition essentielle pour mener une saine politique au service du bien commun. La démocratie ne peut que conduire à la frustration, car chaque personne qui vote pour un candidat en définitive rejeté par les « urnes » ne se sentira ni comprise, ni écoutée, ni respectée : elle réalisera à terme qu’elle-même a également été « rejetée par les urnes ». Cependant, la perspective d’une nouvelle élection balaie ce sentiment d’insatisfaction et d’amertume, car elle laisse accroire que le recalé de la veille peut être l’élu du lendemain… La République se bâtit sur une cascade d’illusions : quand l’une s’évanouit, une autre surgit, ou renaît !

De la même façon, l’Etat devient lui aussi source de frustration, car les Français s’acquittent de nombreux impôts pour des services publics déficients ou minimalistes. Le virage libéral qui a été pris au début des années 1980, a permis de nombreuses privatisations pas toujours heureuses. Celles-ci ont dessaisi l’Etat de leviers essentiels de puissance, de croissance ainsi que de rentabilités économiques certaines. Aucun gouvernement digne de ce nom ne vend ses bijoux de famille - comme des fleurons industriels - pour un intérêt à court terme au risque d’hypothéquer l’avenir - et moins encore à des puissances étrangères. La décentralisation a permis en réalité une dilution du pouvoir étatique, sans que les régions, les départements ni les communes ne disposent des moyens nécessaires pour accomplir leurs différentes et précieuses missions. Concrètement, l’Etat démocratique s’affaiblit chaque jour davantage avec la décentralisation massive et les privatisations. Et je ne mentionne pas ici l’Union Européenne, qui vérole tout avec ses directives imposées, pour la plupart, en dépit du bon sens.

Autrefois, le Premier Ministre jouait le rôle de fusible par excellence dès que l’action gouvernementale en venait à provoquer un trop grand déplaisir des Français. Avec l’hyper-présidentialisation du système, née avec Nicolas Sarkozy, le Président devient l’unique responsable et le Premier Ministre remplit le rôle de subalterne. Ce n’est donc pas un hasard si depuis cette élection, aucun président en exercice n’a été réélu. Il y a de fortes chances qu’Emmanuel Macron connaisse le même sort. Pour rappel, son prédécesseur fut tellement décrié et critiqué qu’il renonça à défendre son titre lors de l’élection présidentielle de 2017. Cette hyper-présidentialisation fragilise encore plus le système républicain, car il n’existe plus de premier rempart entre le magistrat suprême et le peuple…

De fait, les élites sont stigmatisées pour au moins deux raisons. La première : elles n’accomplissent pas avec succès ce pourquoi elles ont été désignées. La seconde : leur niveau de revenu atteint des montants faramineux pendant que le peuple trime en étant payé aux lance-pierres. Les Français peuvent accepter ces grands écarts de revenus, quand les élites travaillent au bonheur de tous. En revanche, l’injustice est très mal supportée. Or depuis des années, les responsables politiques - dans une très large mesure – bien loin de servir l’Etat, se servent de lui pour accumuler richesses, positions, pouvoir, prestige médiatique et comportements de parvenus au détriment du bien commun. De même, il n’est pas rare de voir des politiques de premier plan rejoindre des groupes privés, ce qui renforce l’idée déjà très présente chez bon nombre de Français, d’un système de corruption ou d’influence, aux antipodes de l’esprit démocratique tant vanté par ses différents promoteurs.

Toutes les représentations citoyennes connaissent les pires difficultés à susciter des adhésions. Les partis politiques, les associations politiques, les syndicats sont désertés par les Français qui n’y trouvent plus leur compte. L’abstention bat souvent des records à chaque nouvelle élection. La probabilité que ce phénomène s’arrête flirte avec le néant, sauf grand retournement de tendance qu’amèneraient des « évènements » majeurs. Seule la présidentielle rencontre un certain succès, pour la raison énoncée plus haut : la personnalisation effective de la première place du système républicain permet l’identification évidente du responsable politique.

En fin de compte, si les Français désertent toutes les organisations représentatives, la faute ne leur en incombe pas totalement. Les politiques et les syndicalistes, qui défendent des intérêts particuliers, loin des enjeux réels qu’affrontent la France et les Français, doivent être désignés comme les principaux responsables de cette situation. Mais ils ne sont pas les seuls coupables. George Orwell a écrit de façon catégorique en son temps : « Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime ! Il est complice ! » Rien de plus à ajouter à cette terrible vérité.

La république et la démocratie posent véritablement problème. Malheureusement la contre-révolution institutionnelle n’est pas encore pour demain…

 

Franck ABED


Moyenne des avis sur cet article :  1.52/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Pierre Régnier Pierre Régnier 12 avril 11:33

    @ l’auteur

     

    Je suis de ces nombreux compatriotes qui, dites-vous, appellent à encore plus de démocratie.

     

    C’est dans la création d’un Service public de l’audiovisuel sous contrôle populaire que, pour ma part, j’appelle à plus de démocratie.

     

    Ma démarche est à mettre en relation avec cette juste remarque que vous faites dans votre article : pour certains, si en URSS le communisme n’a pas rencontré le succès escompté, c’est parce que le système soviétique ne mettait pas assez en avant le… communisme.

     

    Je suis de ceux qui pensent cela.


    • Arogavox 12 avril 12:30

       Pour être honnête, avant de parler de démocratie, il faut d’abord s’informer de ce que cela veut dire !
        Qui peut accéder à un forum du Web, n’a aucune excuse pour n’avoir pas eu cette politesse élémentaire. 


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 12 avril 15:21

      @Arogavox

      Par la place qu’il occupe, ce commentaire d’Arogavox de 12h30 semble être une réponse au mien qui le précède, mais sans que ce soit explicite.

      Quoi qu’il en soit, et pour enchaîner par la même occasion sur le commentaire suivant, je précise que je suis résolument pour une forme de démocratie représentative, les deux mots ne s’opposant nullement, selon moi, comme dans l’écrit de Sieyès. Il est bien évident que, la très grande pluralité de nos concitoyens n’a ni assez d’instruction, ni assez de loisir, pour vouloir s’occuper directement des lois qui doivent gouverner la France. Le problème est donc dans la qualité du système qui leur permet de désigner, puis de contrôler, éventuellement de remplacer, ses représentants.

      Dans la situation de la France actuelle, je crois qu’il y a à rechercher une amélioration de ce qui existe en prenant dans ce que propose Étienne Chouard.

      Le contrôle du Service Public de l’Audiovisuel, en tous cas, doit selon moi répondre à une telle représentation du peuple.


    • MagicBuster 12 avril 14:51

      « La république démocratique pose problème »

      La France n’est pas une démocratie , mais une république depuis 1875.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mocratie

      Du XVIIe au XIXe siècle

      .../... [EXTRAIT]

      En France Emmanuel-Joseph Sieyès (corédacteur de la Constitution française) oppose le gouvernement représentatif, qu’il contribue à mettre en place, à la démocratie (qu’il rejette) dans son discours du 7 septembre 1789 :

      « La France ne doit pas être une démocratie, mais un régime représentatif. Le choix entre ces deux méthodes de faire la loi, n’est pas douteux parmi nous. D’abord, la très grande pluralité de nos concitoyens n’a ni assez d’instruction, ni assez de loisir, pour vouloir s’occuper directement des lois qui doivent gouverner la France ; ils doivent donc se borner à se nommer des représentants. […] Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; ils n’ont pas de volonté particulière à imposer. S’ils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet État représentatif ; ce serait un État démocratique. Le peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants »

      => Nous sommes actuellement dans une crise de la représentativité.


      • Raymond75 12 avril 15:40

        @MagicBuster

        "Nous sommes actuellement dans une crise de la représentativité

        " : c’est bien de cela qu’il s’agit, et non de remettre en cause le principe de la démocratie.

        En France le système majoritaire à deux tours rend les oppositions inaudibles, et la proximité des élections présidentielles et législatives créent une assemblée nationale de godillots, juste là pour faire la claque.

        Une dose de proportionnelle pourrait rétablir plus de représentativité, à condition qu’il y ait bien une majorité issue du vote pour gouverner. Et lorsque des orientations non régaliennes sont sujettes à controverse (ex les privatisations), un referendum pourrait devrait être proposé.

        De même, on pourrait imaginer un mandat présidentiel de 6 ans, avec deux législatives de 3 ans pendant.

        En Suisse, les chef(fe)s des trois principaux partis sont nommés au gouvernement et ont l’obligation constitutionnelle de trouver un compromis pour chaque décision importante.

        Et je pense que la décentralisation devrait être réelle, et pourquoi pas fédérale, avec péréquation entre régions riches et régions pauvres, pour que ce régions puissent réellement gérer les affaires locales.

        Ceux qui préconisent la proportionnelle intégrale devrait observer ce qui se passe en Israël, et qui frôle la caricature : aux dernières élections, les deux principaux partis candidats ont obtenu exactement le même nombre de sièges (35) ; ce qui va permettre à l’un de gouverner sera son alliance avec des partis ultra minoritaires (nationalistes, religieux, colonisateurs), qui dans les faits, bien que très minoritaires, vont orienter la politique de ce pays ... Surtout pas de cela en France !

        Quand au referendum d’initiative citoyenne, l’idée peut être bonne, mais cela doit être solidement encadré pour éviter le n’importe quoi et la pagaille institutionnalisée. Et un referendum révocatoire n’a aucun sens, sauf très grave faute politique : un élu ne peut gouverner en craignant à chaque instant qu’il soit révoqué, sinon ce sera le règne de la démagogie absolue.

        Ceci étant dit, dans la pagaille actuelle, j’ai le sentiment que beaucoup dans la population rêverait d’un ’dictateur éclairé’ ... Éclairé il sera peut être, mais dictateur c’est certain.


      • bernard29 bernard29 12 avril 15:27

        Vous vous dites royaliste. Alors il vous reste à proposer le système qui serait idéal à vos yeux, et on pourrait débattre. 

        Votre article est celui d’un râleur impénitent qui se complaît dans le négativisme tout azimut.. Prouvez nous le contraire en exposant les grandes lignes de votre projet royaliste. Est-ce la démocratie de la monarchie parlementaire de Grande Bretagne ? Une autre ? et laquelle ? 

        Mais une remarque . Aucun démocrate ne considère le système actuel comme merveilleux, et la démocratie demande toujours plus d’améliorations et de rénovations, sans que l’on puisse jamais atteindre l’idéal. Ainsi, le vrai démocrate se doit de proposer perpétuellement des idées et des projets pour faire évoluer, pour adapter et rénover le système. 

         


        • Raymond75 12 avril 15:48

          Il y a un système électoral qui a été évoqué, mais qui n’est en pratique nulle part : des élections ’à points’ :

          Imaginons quatre candidats A, B, C et D. Au premier tour, A et B obtiennent chacun 20 % et C et D obtiennent chacun 30 %. A et B sont éliminés. Au deuxième tour, C a 40 % et D 60% : D l’emporte, et pourtant seuls 30 % des électeurs l’ont choisi au premier tour ...

          Dans le scrutin à point, il n’y a qu’un tour, et chaque candidat est noté ’mauvais’, ’passable’, ’bien’ ou ’très bien’. A l’issue du scrutin on fait le total pour chaque candidat, et celui qui l’emporte est celui qui a le maximum de points ...

          Ainsi un candidat qui a plus de ’bien’ et de ’passable’ mais moins de ’très bien’ qu’un autre peut l’emporter, et il est bien celui qui fait le plus consensus. De plus, avec un seul tour, il n’y a pas d’arrangements douteux entre les deux tours.

          On peut toujours rêver ...


          • acab2 12 avril 22:13

            La quatrième révolution industrielle est presque terminée ;)


            • covadonga*722 covadonga*722 13 avril 09:33

              l’auteur est bien trop cultivé pour ne pas savoir que ce qu’il appelle « démocratie » 

              c’est la tyrannie du plus grand nombre sur la minorité a savoir la monstruosité 

              morale et intellectuelle qu’est le suffrage universel .Savoir que ma voix a meme poids que celle d’un fraudeur fiscal ,d’un parasite social, d’une brute avinée ou d’une femelle hystérique m’est odieux .Il en est de ce système comme des rapports avec la vermine exotique je m’abstiens .Nonobstant que l’auteur ne se réjouisses pas trop vite de mon aversion s’agissant de la Royauté la seule que je trouve supportable est celle tempérée par le regicide .

              asinus : ne variatur 


              • acab2 13 avril 17:33

                @covadonga*722

                L’aristocrate pas employé a sa juste valeur, tu vas me faire le plaisir d’enseigner ce que tu sais de si significatif aux fraudeur fiscal, parasite social, brute avinée et femelle hystérique, ou au moins, de leur proposer le livre d’ou sa vient.

                Sinon, tu adopte une stratégie de faiseur d’oignon et tu rassemble autour de ta grosse téte une horde de fan convaincu de ta sagesse, qui suivent tes consigne de vote. Alors, ta voix d’aristocrate aura un poids pondéré par ton charisme.

                ++


              • Jonas 13 avril 17:59

                @covadonga*722 "l’auteur est bien trop cultivé pour ne pas savoir que ce qu’il appelle « démocratie »c’est la tyrannie du plus grand nombre sur la minorité a savoir la monstruosité 

                morale et intellectuelle qu’est le suffrage universel."

                La démocratie représentative est un concept vérolé, et dangereux à long terme.

                - le principe du suffrage universel est contraire au bon fonctionnement d’un État, puisqu’il est basé sur un seul critère : le nombre de votants, qui élisent des élus peu importe qu’ils soient compétents, diplômés et moralement juste.

                - l’élection est individualiste, elle donne accès à tous au droit de vote, satisfaisant les désirs simplistes, ce qui ne peut donner naissance à une classe politique unie et cohérente, car chaque individu est unique, et vote en fonction de ses propres intérêts.
                Pourquoi croyez-vous que tous les candidats à a présidentielle sont des arrivistes, avides de pouvoir et d’argent, sans la carrure d’un vrai chef d’état ?
                Comment croyez-vous qu’Hitler soit arrivé au pouvoir ? N’a-t-il pas été élu démocratiquement ?

                - la nomination d’une classe politique au poste de commandement pendant un temps limité, fait qu’elle cherche à se faire réélire pour se maintenir au pouvoir, en utilisant à terme les calculs politiques et la corruption : banques et complexes industriels deviennent des interlocuteurs privilégiés, la classe politique est promue alors comme la réelle classe dominante, contrôlée par ces lobbys.

                - ces lobbys favorisent la venue de centaines de milliers de migrants en provenance du tiers-monde pour satisfaire leurs intérêts financiers et économiques, le marché du travail. Ils ont une vue purement économiste, marchande, de la société, loin des aspirations et des intérêts des citoyens.

                - Les démocraties oeuvrent à la satisfaction et au contrôle totalitaire des masses (État providence) : développement de l’assistanat (revenu universel, chômage, retraite, contrôle et asservissement des institutions éducatives (écoles, lycée , universités, contrôle des média), pour donner naissance à une génération de citoyens déracinés loin de tout repère religieux, culturel, ethnique, assistés, contrôlables, influençables, malléables qui votent pour eux, et suffisamment lobotomisés aux sirènes du mercantilisme.

                - destruction des structures traditionnelles comme la famille (généralisation et encouragement à l’avortement, au divorce, homosexualité, adoption par des couples homosexuels, théorie du genre dans les écoles et universités,...). La famille représente une des ultimes structures qui freine le contrôle des masse, en effet, l’État ne contrôle pas ce qui se dit dans les foyers, des pensants qui pourraient menacer ses fondements.

                En particulier, les régimes démocratiques socialistes ont des effets dévastateurs à long terme sur les sociétés (enfants sans repères familiaux et culturels, sans fierté d’appartenance, enfermés dans une logique consumériste (jeux vidéo, iphone, facebook,...) d’où l’augmentation des dépressions, des taux de suicide, dénatalité,...


              • Pierre Régnier Pierre Régnier 13 avril 21:34

                @Jonas

                Vous m’étonnez. Je vois bien les nombreux agissements gravement négatifs de nos gouvernants, que vous rapportez, mais je ne vois pas en quoi ils condamnent la démocratie.

                Je la crois très loin d’être parfaite et suis de ceux qui veulent la perfectionner.

                Mais surtout, vous ne nous dites pas, contrairement à covadonga ci-dessous, par quoi vous voudriez la remplacer.


              • Jonas 14 avril 01:45

                @Pierre Régnier « Mais surtout, vous ne nous dites pas, contrairement à covadonga ci-dessous, par quoi vous voudriez la remplacer. »

                Pendant près de 15 siècles, la civilisation européenne s’est construite sur le Sacré, l’Humilité, le sens du Sacrifice, l’Incarnation du souverain en son Peuple. Le pouvoir spirituel du Pape sur le pouvoir temporel du roi permettant de contrôler, bon gré, mal gré, les dérives autoritaires.

                Ce système fondateur assez stable, (suffit de voir les apports de la civilisation européenne dans les domaines scientifiques, artistiques, littéraires, architecturaux et philosophiques), a été lentement et progressivement détruit par la secte maçonnique.
                Le président Macron méprise la France et les Français, en expliquant dans ses meetings «  qu’il n’y a pas de culture française », « l’art français, je ne l’ai jamais vu ». pour lui et pour toute une bande de profiteurs, de banquiers et d’industriels, la France n’est qu’une gigantesque entreprise qui ne sert qu’à faire de l’argent (économie, croissance, bénéfices, etc...), destinée à devenir à terme une succursale de la gouvernance mondiale, prônant une immigration de masse pour satisfaire les besoins du capitalisme, détruisant l’harmonie et l’identité culturelle, cultuelle, morale et ethnique du pays.
                https://www.challenges.fr/monde/8-multi-milliardaires-detiennent-autant-de-richesse-que-la-moitie-de-la-population-mondiale-selon-oxfam_448242

                Le drame, c’est qu’il n’y a pour le moment pas possibilité de la remplacer. Elle est condamnée à mourir et à renaître sous une autre forme, probablement un système autoritaire constitué de nationalismes.


              • covadonga*722 covadonga*722 13 avril 20:22

                je me suis sans doute mal exprimé je suis contre le suffrage universel .

                le moins pire des systèmes serait a mes yeux , serait que 4/5 années de services civiques ou militaires vous donnent accès a un corps d’électeurs et d’élus avec impossibilité d’exécuter plus de deux mandats de 5 ans .


                • covadonga*722 covadonga*722 14 avril 18:19

                  @covadonga*722
                  eh oui les moinsseurs on veut bien ouvrir sa gueule et avoir des droits mais pour servir macache hé hé révolutionnaire mais dans la fonction publique hein mes raclures 


                • Xenozoid Xenozoid 14 avril 18:33

                  @covadonga*722

                  et toi tu a servis la france


                • covadonga*722 covadonga*722 14 avril 20:29

                  @Xenozoid
                  ben non vu que je t’ai raté 


                • Xenozoid Xenozoid 15 avril 15:46

                  @covadonga*722
                  en bretagne ?


                • Pierre Régnier Pierre Régnier 14 avril 12:07

                  Nous sommes donc en désaccord sur un point important. Je suis résolument démocrate républicain laïc. Je peux ajouter « socialiste » mais, sur cet engagement, je pourrais ajouter bien des réserves puisque je ne cesse de dénoncer la fausse Gauche, adepte de l’économisme comme la "Droite extrême" macronienne, et résolument complice de ceux qui islamisent la France.


                  Je crois qu’il faut prendre conscience que l’économisme transcende les traditionnelles classifications politiques et que c’est lui qui, avec les croyances religieuses violentes, conduit aujourd’hui le monde à sa perte. Je crois que nous sommes proches sur ce point-là.


                  Bien que ne voyant pas la même nocivité que vous dans la « secte maçonnique », je vous remercie de défendre le christianisme sur Agoravox, avec persévérance et solide argumentation car, selon moi, le meilleur de la démocratie et de la République doit beaucoup au christianisme authentique (parole d’ancien catholique fervent devenu agnostique).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès