• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Russie s’est dotée d’alliés dans la bataille contre le (...)

La Russie s’est dotée d’alliés dans la bataille contre le dollar

La monnaie américaine subit de nouvelles attaques. Cette fois-ci, l'un des pays Brics propose de s'unir contre elle. Pourquoi le Brésil souhaite-t-il renoncer au dollar et créer une monnaie commune des Brics ? 

JPEG

La possibilité d'introduire une monnaie unique sera discutée lors du sommet du Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) en août 2023, a déclaré Naledi Pandor, ministre des Affaires étrangères de l'Afrique du Sud, pays hôte du sommet. Auparavant, le président brésilien Lula da Silva avait à plusieurs reprises appelé à renoncer à l'utilisation du dollar et à créer une monnaie commune du Brics. C'est également ce que dit Dilma Rousseff, son alliée, qui a pris la tête de la Nouvelle Banque de Développement du Brics au printemps de cette année. 

La question d'une monnaie unique devient particulièrement pertinente pour les Brics à la lumière de l'expansion imminente de cette association : l'Arabie saoudite, l'Égypte, l'Iran, l'Algérie, Bahreïn et les Émirats arabes unis ont demandé à adhérer aux Brics. Sept autres pays sont intéressés à rejoindre cette organisation. L'élargissement du nombre de participants à la coopération multilatérale complique la recherche de compromis lors de l'utilisation des devises nationales. Et l'utilisation du dollar devient indésirable en raison du durcissement de la politique de sanctions des États-Unis à l'égard de deux des principaux pays des Brics - la Russie et la Chine. 

La plus grosse amende pour violation des sanctions anti-iraniennes a été payée en 2014 par la banque française BNP Paribas. L'OFAC (Office of Foreign Assets Control), une structure du Trésor américain qui assure les fonctions de renseignement financier, a infligé à la banque une amende de 8,9 milliards de dollars, et le paiement dans le cadre de l'accord à l'amiable de l'OFAC avec BNP Paribas s'est élevé à 963 millions de dollars. 

Aujourd'hui, les sanctions secondaires ne menacent pas seulement les entreprises qui continuent de commercer avec la Russie. Des sanctions menacent également ceux qui choisissent de coopérer avec la Chine dans le domaine des technologies sensibles (qui aux États-Unis comprennent des processeurs hautement performants, des équipements pour la production de puces et de mémoire informatique, des équipements pour les communications mobiles et satellitaires, des matériaux de construction avancés, etc.). L'inclusion de l'Iran dans les Brics élargirait encore plus la liste des risques, car les États-Unis n'ont pas encore levé les sanctions contre ce pays. 

Pourquoi le Brésil et l'Afrique du Sud sont-ils aujourd'hui les plus ardents défenseurs de l'introduction d'une monnaie commune ? 

Pour le Brésil, dont l'économie est liée au dollar, la tâche de s'en débarrasser est particulièrement pertinente aujourd'hui. L'augmentation des dépenses des États-Unis simplement pour desservir leurs emprunts et le déficit croissant du budget obligent Washington à faire des efforts pour accumuler des liquidités en dollars sur les marchés financiers en dehors des États-Unis. Ce processus est déjà en cours en Europe, et Lula da Silva craint que les économies latino-américaines ne soient également confrontées à une fuite des investissements américains. 

Aujourd'hui, seuls les investissements chinois peuvent les remplacer en quantités suffisantes. Cependant, dans le contexte de l'aggravation des relations sino-américaines, il est très risqué de miser uniquement sur la coopération économique avec la Chine. 

Les discussions sur la création d'une zone monétaire commune entre le Brésil et l'Afrique du Sud ont commencé avant l'apparition des Brics. En juin 2003, l'Inde était impliquée dans une discussion sur la coopération économique indépendante des grandes économies des pays en développement. Lors d'une réunion trilatérale à Brasilia (capitale du Brésil), les ministres des Affaires étrangères de ces trois pays ont signé la Déclaration de Brasilia, promouvant le développement économique des trois pays. Un forum de dialogue, IBSA (Inde, Brésil, Afrique du Sud), a été créé, dont l'activité intense a continué jusqu'en 2017, lorsque la discussion de ses problèmes a presque entièrement basculé vers le format des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). 

Au sein de ce groupe, l'excédent commercial du Brésil et de l'Afrique du Sud est incomparable avec les indicateurs de la Russie et surtout de la Chine. Aujourd'hui, la Chine est considérée par de nombreux pays en développement comme une source réelle et souhaitable d'investissements dans leur propre développement économique. 

En luttant pour la souveraineté face à la dictature du dollar américain, le Brésil ne cherche pas à remplacer le dollar par le yuan. Le Brésil a ses propres ambitions pour créer une zone monétaire en Amérique latine. 

En janvier 2023, il a été annoncé que le Brésil et l'Argentine souhaitaient étudier la possibilité de créer une monnaie commune (sur). Le ministre argentin de l'Économie, Sergio Massa, a suggéré que d'autres pays d'Amérique latine pourraient y adhérer. Lula da Silva aimerait dans l'idéal que tous les pays du Mercosur (Marché commun du Sud) se joignent à cette monnaie avec le temps. 

Le Brésil occupe une position avantageuse dans ce contexte. En tant que l'un des membres des Brics, ayant la possibilité de réaliser des transactions en monnaie commune des Brics, il devient pour les pays d'Amérique latine une porte d'accès aux vastes marchés des Brics. En même temps, pour les autres pays des Brics, le Brésil devient une porte d'accès similaire aux marchés des pays d'Amérique latine. 

Les autorités sud-africaines pourraient également envisager de jouer une combinaison similaire, bien que l'Afrique du Sud soit encore à la traîne par rapport au Brésil en termes de préparation à un tel scénario. Cependant, la création d'une monnaie commune des Brics, dans le cadre de laquelle il serait possible de ne plus commercer en dollars et en contournant le contrôle de l'OFAC américain, est avantageuse dès à présent.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram : https://t.me/observateur_continental

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=4911


Moyenne des avis sur cet article :  1.88/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 22 mai 2023 16:44

    Salut, la base de toutes nos relations ou presque est un combat par choix de combattre, tout ce qui se produit depuis genre 12 000 ans, et oui bien sur l’histoire officielle aussi est archie fausse, tout ce qui se produit contient ce combat, a le gout du combat, de la compétition donc de l’élimination donc du sang..

    Mentalement non seulement bien sur il n’y a jamais eu aucune évolution, nous sommes un produit fini à ce niveau depuis des millénaires, pseudo évolution pour aller d’un pire imaginé, vers un meilleur imaginé, le réel n’existe plus, mais il y a eu regression, nous avons perdu un tas de capacités innés non analytique et qui ne concernent pas la survie mais la vie suite à nos choix mauvais volontaires.

    Nous pouvons passer 1 000 000 d’années ici et ailleurs à parler de ce qui n’irait pas, comme nous ne sommes pas concernés par la source du mal human en chacun.. nous pouvons nous la brosser Monique...

    Bien sur l’article ici va dans le sens d’affaiblir le pire cauchemar en tant que état de la planète, qui depuis Hiroshima a dépassé le pire du pire. Le pire étant là des le début.

    Ceci est bien noté merci donc.

    Mais hélas ceci ne fait pas des autres, nous par exemple, des oies blanches...Dommage, mais ce n’est pas aussi simple, la majorité des humains veut cela, veut plus que les autres, veut la compétition qui élimine, veut la guerre donc etc

    et ne sait pas que ceci est conséquences de notre refus de la vie, nous sommes devenus incapable de vivre le seul absolu profond de nous non vies : naître = mourir

    JE EST UN PRODUIT LIMITÉ DANS LE TEMPS, ceci aussi effet d’autre chose..comme le désir de vivre à jamais, à jamais, à jamais..

    la vie dit : IMPOSSIBLE..

    « je » refuse..

    et là c’est déjà plié pour ceux concernés...genre 95% .

    Pourquoi ? l’intégration non forcée de cet absolu que naître = mourir, va mettre en route nos capacités endormies..

    etc..sujet d’une vie intégrale + 3 jours pour la résurrection..

    Et oui il y a des textes qui sont hermétique et dont le sens profond n’est pas du tout le sens premier..

    mes respects..mort aux vaches..pas les vraies bien sur..


    • Mozart Mozart 22 mai 2023 16:58

      Quelle joie que ces brics : L’Inde se crêpe le chignon avec la Chine sur sa frontière ; elle rentre dans l’alliance americano-australo-britannique contre la Chine. La Chine, représente économiquement, les 9/10 de l’économie des Brics ; l’Afrique du Sud sombre dans la plus parfaite corruption ne vivant que sur le dos des blancs ; cette même afrique du Sud qui croit que le SIDA se soigne à coup de bain de poireau et proclame que cette maladie divine est donnée aux pêcheurs ; on ne parle pas du Brésil, centre mafieux, inondant son agriculture productiviste de Roundup et de plants OGM, dévastant toute la forêt amazonienne, sans parler de la violence endémique de ce pays où un cul rebondi et passé 10 fois chez le chirurgien esthétique vaut mieux qu’un cerveau bien rempli ; et on ne passe pas sur la Russie, à la dérive économique, administrée par le roi des corrompus et sa clique, mafia au pouvoir envoyant sa propre population au casse-pipe.

      Oui, les Brics on en redemande, comme foireux on ne fait pas mieux !


      • SilentArrow 23 mai 2023 17:01

        @Mozart
         

        cette même afrique du Sud qui croit que le SIDA se soigne à coup de bain de poireau et proclame que cette maladie divine est donnée aux pêcheurs

        Faut pas confondre pêcheur et pécheur.

      • Mozart Mozart 24 mai 2023 11:41

        @SilentArrow
        Vous avez tout à fait raison. Merci de m’aider, si assidument, à me faire progresser dans mon orthographe quelque peu trouée.


      • SilentArrow 24 mai 2023 16:23

        @Mozart

        C’est un plaisir « cher ami ».


      • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 23 mai 2023 07:29

        Critiquer le dollar sous prétexte que personne n’est libre de faire ce qu’il veut avec est une chose.

        Penser qu’une monnaie dirigée par les chinois ou des russes sera une monnaie plus libre, c’est se mettre le doigt dans le cul.

        Surtout avec le rimimbi référence d’un pays 

        Sachant que les US font marché le PIB du monde, les autres faisant de la figuration et la chine sur le déclin avec sa dictature, son peuple de vieux males enfants uniques sans femmes qui ne c’est pas renouvelé et endetté de 300% de son PIB..

        Les articles du pseudo Patrice Bravo sont payés par Poutine pour de la propagande....

        La fin du dollar ce n’est que de la propagande Russe.

        La russie ne vend rien d’autre que des marières premières et son seul segment industriel se sont des armes.

        Le pays est sous la coupe d’un dictateur débile et va t-en guerre.



          • Soucougnan Soucougnan 23 mai 2023 13:15

            Les BRICS sont les marches de l’empire chinois. Il y a de cela encore un an, on pouvait penser, après la campagne victorieuse de la Russie en Syrie, que le monde allait redevenir multipolaire. Il n’en est rien ! La Russie a joué et a d’ores et déjà perdu en Ukraine sa place de grande puissance mondiale. Le monde est donc désormais dominé par les superpuissances chinoises et Occidentales : Un monde bipolaire ! Les BRICS sont une mascarade qui ne peut plus cacher cette nouvelle réalité.


            • titi titi 23 mai 2023 14:51

              @Soucougnan

              Les BRICS ne sont que des opportunistes qui vont tenter d’obtenir le plus de leurs « partenaires » de circonstance.

              Ce ne sont surtout pas des alliés (ils sont même pour certains aux portes d’un conflit armé)

              Et ce ne sont surtout pas eux qui vont changer quoi que ce soit au monde.


            • GoldoBlack 23 mai 2023 21:46

              Radio Moscou ment !


              • logan 23 mai 2023 23:24

                C’est un peu n’importe quoi. Il n’y a pas besoin d’avoir la même monnaie pour commercer. Les monnaies s’échangent ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité