• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La SNCF, pour l’exemple

La SNCF, pour l’exemple

Un rude combat est engagé contre la politique d'Emmanuel Macron par les cheminots, les étudiants, les hospitaliers, les... tous ceux qui luttent contre la dégradation de leur situation. Contre les atteintes au service public. Le président des riches est arrivé masqué, en même temps. Aujourd'hui, il ne cache plus son jeu. Il succède à François Hollande, prolonge son œuvre pour mettre la France en harmonie avec l'injustice du monde.

 

Il est des pays où la droite a fait son travail : Margaret Thatcher a cassé le syndicat des mineurs au Royaume-Uni en 1984-85, Reagan s'est attaqué aux contrôleurs aériens fédéraux aux États-Unis en 1981 (1). En Allemagne, c'est le social démocrate Schröder qui s'est chargé de la besogne avant d’aller toucher les dividendes en pantouflant comme directeur indépendant chez Rosneft, société d'État russe du pétrole.
 

La SNCF, pour l'exemple.

En France, François Hollande n'a pas su mener à bien le travail et démanteler le code du travail. Il a été licencié par ses amis. Le roi de la synthèse a explosé le parti socialiste ! Il a cédé sa place au socialiste qu'il était allé chercher à la banque Rothschild pour en faire un secrétaire général adjoint à l’Élysée puis le ministre des de l’Économie, de l'Industrie et du Numérique.

Pour atteindre leur but, leur technique est la même : aider le patronat par des subventions, réductions d'impôts, suppression de l'ISF... et, pour rétablir les comptes, diminuer les budgets sociaux. Cela n'est possible qu'en diminuant la force collective des travailleurs. En les divisant.

La SNCF, pour l'exemple.

Ils se sont attaqués d'abord au secteur privé où les syndicats sont faibles mais pouvaient s'appuyer sur le code du travail, fruit des victoires antérieures. D'où la bataille pour le modifier, favoriser les accords d'entreprise contre les accords de branche, affaiblir le rôle des prud'hommes, diminuer le nombre d'inspecteurs du travail...

Cette modification des rapports dans l'entreprise est bien illustrée par un changement de titre : l'organisme qui portait le nom, Centre national du patronat français (CNPF), est devenu le Mouvement des entreprises de France (MEDEF) : les patrons affirment, par cette mutation en apparence anodine, qu'ils ont gagné la lutte des classes qui n'existe pas. Désormais, le MEDEF, organisation des patrons, prétend représenter l'ensemble de l'entreprise (2). L'entreprise, c'est les patrons. Non les travailleurs. Qui ne sont qu'une obligation pour produire, gênante, un coût qu'il faut réduire d'une façon ou d'une autre... Tandis que les dividendes ne sont que la juste rémunération des capitaux investis... et les salaires exorbitants, les parachutes dorés, options d'achat d’action (stock-options), attribution d'actions gratuites et autres avantages (golden hello...), la récompense méritée d'un travail qui a plus ou moins satisfait les actionnaires..

Aujourd'hui, ce sont les travailleurs à statut qui sont attaqués. Par un travail de division entrepris depuis longtemps : recrutement de travailleurs en CDD-à-répétition à la Poste, recrutement de travailleurs hors-statut à la SNCF... qui sont déjà dans le système post-démantèlement de la SNCF... Et toute la propagande gouvernementale, largement reprise par certains journalistes qui, bien sûr, ne sont pas au SMIC et bénéficient de niches fiscales...

Entreprise par entreprise, administration par administration, la manœuvre est toujours la même : changement de statut de l'entreprise qui ne sera pas dénationalisée mais devient une société par actions dont seul l’État est actionnaire, puis le capital est ouvert au privé, l’État demeurant actionnaire majoritaire ou minoritaire avec pouvoir de blocage... avant d'être totalement privatisée !!!

Dans le même temps, on évacue la notion de service public, de solidarité territoriale, nationale. Avec la péréquation, la partie bénéficiaire permettait de maintenir la partie qui ne l'était pas mais qui était utile à la population. Avec la privatisation, seuls les secteurs rentables, sont intéressants et seront maintenus, ceux qui ne sont pas rentables seront abandonnés.

Les privatisations ont été conduites par tous les gouvernements de gauche ou de droite depuis quelques années. Malgré toutes les promesses...
Aujourd'hui, après les aéroports de Toulouse, Nice, Lyon, c'est l'aéroport de Paris
qui ne sera pas dénationalisé mais dont on connaît le probable repreneur (comme à Lyon) : Vinci déjà actionnaire minoritaire... Et bien sûr la SNCF, en commençant par les lignes les plus rentables...

Pour mener à bien cette entreprise généralisée, il faut construire un contre-feu, fabriquer de faux privilégiés pour protéger les vrais : ce sont aujourd'hui, essentiellement, les travailleurs à statut...

Non les bénéficiaires des niches fiscales par exemple : il y avait 418 niches fiscales en 2003, 468 en 2010, 509 aujourd'hui (3) ! En 2016, les 451 niches fiscales recensées diminuaient les recettes fiscales de l’État d'un montant de 85,6 milliards d'euros ! Il est probable que certaines de ces niches sont utiles et nécessaires... Il est cependant étonnant que leur utilité soit telle que leur nombre augmente de plus de 20%, soit de 91 en 15 ans !

Selon le syndicat des finances publiques Solidaires, entre 60 et 80 milliards d'euros de recettes fiscales sont perdues chaque année en France, du fait de la fraude fiscale, et 40 à 60 du fait de l'optimisation fiscale.
Les plus
optimisés sont bien sûr les les GAFAM... qui paient peu ou pas d'impôts en France...

Bien sûr, il y a la dette de la SNCF. Il y a fort à parier que, quel que soit l'avenir de la SNCF, la dette sera épongée par l’État. Elle est due aux investissement, judicieux ou non, décidés par l’État sous l’influence des barons politiques locaux et des groupes de pression des BTP.
Elle n'est pas due aux travailleurs !

Les retraites : c'est la question fondamentale. La retraite des cheminots est le verrou à faire sauter avant la contre-réforme généralisée qui sera organisée en 2019.

La caisse de retraite des cheminots est en déficit. Ce déficit est accentué chaque jour. En effet, le nombre de cheminots retraités augmente, celui des cheminots qui cotisent diminue notamment par le recrutement de cheminots hors statuts ! Cela ne peut durer !!!

Une fois que ce verrou aura sauté, ce sera le tour du régime général des retraites et de la Sécurité sociale. La population vieillit ? Il faut travailler plus longtemps. Une population vieillie a plus de maladies chroniques ? Il faut augmenter les cotisations ou diminuer les prestations. Ou mieux, casser la Sécurité sociale, avec un service minimum pour les pauvres et des assurances privées pour ceux qui pourront payer. Contre toute notion de solidarité.

Il se trouve que les mois qui ont suivi l’élection d’Emmanuel Macron ont réservé une série de « bonnes nouvelles » sur le plan économique. La croissance est repartie, les statistiques du chômage se sont stabilisées, et le déficit est tombé au-dessous de 3 %. Un sujet de fierté pour le nouveau pouvoir, aussitôt contesté par les fidèles de François Hollande, qui l’attribuent à la politique de l’ancien président.
Sauf que, s'il existe une reprise au niveau européen qui se situe à 2,3%, la France est à la traîne avec un taux inférieur à 2%. Ce qui devrait rendre modeste l'ancien et le nouveau gouvernement quant à l'efficacité de leur politique (4).

Pour les Français, le problème n’est pas là. Peu leur importe de savoir à qui revient le mérite de ce retour aux critères de Maastricht. Ils se demandent plutôt à quoi sert ce bonheur statistique s’il se traduit pour eux par la poursuite des sacrifices. À quoi bon se porter mieux si c’est pour aller plus mal ? Les marges augmentent, les dividendes augmentent, l'APL diminue, les retraites diminuent...

Car, en ce printemps 2018, ce ne sont pas seulement les cheminots qui font leurs comptes... mais les retraités, les hospitaliers, les éboueurs, les salariés de Carrefour, les salariés d'Air France, tous métiers confondus, les étudiants...
Les cheminots ont les meilleures conditions pour combattre. Leur échec aurait des conséquences pour tous... La défaite des syndicats des mineurs au Royaume-Uni n'ont pas amélioré la situation des autres travailleurs. La prospère Allemagne a instauré depuis 2004, avec les lois Hartz du gouvernement Schröder, les « jobs à 1 euro » (5). Doit-on s'en inspirer (6) ?

 

Le bras de fer est engagé, apparemment, entre Emmanuel Macron et les cheminots autour de la SNCF, de son avenir... Mais il s'agit beaucoup plus que cela. Quelle société pour demain ?
Une société basée sur la lutte de tous contre tous ? Ou une société de solidarité ?

 

Quelques images de la manifestations du 22 mars 2018

La SNCF, pour l'exemple.
La SNCF, pour l'exemple.
La SNCF, pour l'exemple.
La SNCF, pour l'exemple.
La SNCF, pour l'exemple.
La SNCF, pour l'exemple.
La SNCF, pour l'exemple.
La SNCF, pour l'exemple.
La SNCF, pour l'exemple.
La SNCF, pour l'exemple.
La SNCF, pour l'exemple.
La SNCF, pour l'exemple.
La SNCF, pour l'exemple.
La SNCF, pour l'exemple.
La SNCF, pour l'exemple.
La SNCF, pour l'exemple.
La SNCF, pour l'exemple.

 

1- "Le licenciement des employés de PATCO ne démontra pas seulement la détermination sans faille du président à prendre le contrôle de la bureaucratie mais il envoya également un message clair au secteur privé que les syndicats n'étaient plus à craindre" David Schultz, Encyclopedia of public administration and public policy (2004) p. 359. (Wikipédia)

2 - Remarque empruntée à Danielle Linhart.

3 - Wikipédia

4 - https://www.touteleurope.eu/actualite/economie-s-appuyer-sur-la-croissance-pour-renforcer-la-convergence-entre-les-pays-europeens.html

5 - https://www.20minutes.fr/economie/67390-20051215-economie-le-job-a-un-euro-decolle-en-allemagne

6 - http://www.nicematin.com/economie/doit-on-sinspirer-de-lallemagne-et-ses-jobs-a-1-euro-pour-lutter-contre-le-chomage-83641


Moyenne des avis sur cet article :  3.65/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • samy Levrai samy Levrai 8 avril 11:13

    Encore un champion qui evite soigneusement de s’attaquer aux responsables... pas un mot sur l’Union Europeenne qui est pourtant le seul responsable mais des accusations portant sur les porteurs d’eau... non Paul, le maquillé Macron comme ses prédécesseurs ne font qu’appliquer les GOPE mais les as tu lu ? 

    Comment est ce que cela s’appelle quand on jette à la vindicte populaire des noms tout en cachant les véritables coupables ? bêtise ou escroquerie ? 

    • Sozenz 8 avril 12:26

      @samy Levrai
      il ne s attaque pas à l UE , mais il montre le mécanisme progressif de la mise a mort du Systeme sociale de la France .

      avec tous les articles qui sont fait contre l UE ; je trouve que ce qui est mis en avant dans celui ci est très bien .

      @ à l auteur
      bravo pour cet article


    • samy Levrai samy Levrai 8 avril 12:37

      @Sozenz
      Comment combattre quelque chose quand on s’attaque aux sous-fifres en évitant les responsables ? 

      Pourquoi se situer à un niveau qui ne permet pas de comprendre ce qui se passe vraiment ?

    • Sozenz 8 avril 12:58

      @samy Levrai
      je ne vais pas redire ce que je viens de dire . relisez ;
      par contre en se ré axant sur l UE au lieu de faire une analyse comme ça a été fait par monsieur oriol, nous allons nous retrouver avec les éternelles discussions européiste et anti. voir FIFI que j apprécie beaucoup et toutes les mouches à merde qui vont cracher sur Asselineau. bref , encore les meme blalbla qui feront s eloigner du theme ; celui qui est que la France sociale se fait gangréner.
      il faut que les personnes voient la progression de ce futur système qui se met en place .
      je vois que beaucoup disent : les politiques sont des abrutis ... alors que non , ils sont structurés , implacables et monsieur Oriol , nous le montre . alors voilà . acceptez cet article bien construit .


    • Paul ORIOL 8 avril 15:50

      @samy Levrai
      Toutes les décisions prises au niveau de l’UE ont été approuvées par nos gouvernements successifs qui, ensuite, ne les assument pas devant le peuple
      Ils s’en tirent en disant « c’est la faute à l’Europe » !
      Ce n’est pas d’aujourd’hui que ça date.


    • Le421 Le421 8 avril 16:25

      @samy Levrai
      Pfooouuuuu !! Quelle fatigue ces UPR !!

      L’UE, l’UE, l’UE et encore l’UE !!
      Ils ont eu le BCG avec une aiguille de phonographe et le disque est rayé...

      Ah oui, l’auteur serait plutôt LFI ou assimilé. C’est normal que l’extrême droite tape dessus.

       smiley


    • #Shawford #Shawford42 8 avril 16:27

      @Le421

      ASHROD te fait dire que tu es grillé en #U1 et #U42

      Tschuss


    • JP94 8 avril 16:30

      @samy Levrai

      Je pense que le problème serait plutôt d’affirmer que le cadre de l’UE aurait des vertus démocratiques ,qui nous propulseraient vers une société à haut niveau social - comme nous le comptait le TCE de 2005. On voit où on en est arrivé en matière de protection sociale et aussi en respect de la démocratie depuis ...
      Or, même à gauche, il y en a qui croient à ces fables...(ou qui font semblant).

      Mais tel n’est pas le cas de cet article. En aucun cas il n’exempte l’UE de ses responsabilités, même si son analyse porte d’autres aspects de non pas ses dysfonctionnements ( car elle a été conçue pour fonctionner ainsi) mais sur la continuité des politiques menées depuis au moins Thatcher, et ça c’est vrai, et ça montre que les politiques menées ne sont pas uniquement dues à l’existence de cette UE...c’est plutôt qui est l’aboutissement des ces politiques qui en ont son cadre politique pour pouvoir jusqu’au bout : la destruction des systèmes sociaux en Europe et dans le Monde.

      L’UE n’est pas à l’origine des politiques : c’est le Patronat qui est à l’origine de l’UE - et depuis des décennies au moins - et qui est parallèlement à l’origine de ces politiques thatchériennes. L’idée de la continuité qu’affirme cet article me semble pertinente : quel que soit l’habit que prend le Pouvoir politique : Hollande, Macron, Thatcher, Reagan, UE, CECA, etc .... c’est la même politique.

      Il ne faut pas seulement combattre l’UE, mais ces politiques, et ça passe par combattre l’UE, mais sur ces bases, pas l’UE en tant qu’hypothétique union politique : en effet, sinon, on n’est pas entendu. Il n’est pas dit qu’aujourd’hui, une nette majorité de nos concitoyens saisisse la nature de l’UE. 
      Dans le défilé, il y a des salariés qui croient encore à l’UE sociale... il ne s’agit pas de se diviser sur cette question mais de s’unir sur le fond, les politiques qui sont menées.
      Mais évidemment, sans affecter de croire que l’UE aurait « un haut niveau de protection sociale » ( voir TCE 2005)...
      J’ai remarqué en discutant avec des manifestants que la question du Frexit en fâchait certains...
      A ce sujet, je pense qu’exiger un référendum permettrait un réel débat sur le sujet et là, on verrait bien la fragilité des arguments en faveur de l’UE ... comme en 2005 dans la rue, le NON avait triomphé..hors les médias....Seulement le pouvoir politique ne le permettra pas ...ce serait sa perte.

    • samy Levrai samy Levrai 8 avril 16:36

      @Paul ORIOL
      Non, non ,non, nous avons signé depuis 2008 contre la volonté du peuple des traités qui nous obligent.

      Depuis nous ne faisons plus nos lois, nous ne faisons plus notre justice, nous ne décidons plus de la paix ni de la guerre et aussi important mais cerise sur le gâteau nous ne battons plus monnaie...
      Cela revient à faire des présidents et des parlementaires des eunuques, courroies d’enregistrement de décisions qui sont prises ailleurs... Nous ne parlons pas de discours « c’est la faute à l’Europe » mais de faits qui sont gravés dans le marbre des traités, nous allons même jusqu’à soumettre les budgets de la France à d’autres, non élus.
      Nous n’avons plus que des factotums qui se succèdent et le plus fort c’est que tous les candidats ( sauf UPR) auraient appliqué les mêmes directives que le Maquillé Macron, le fameux Melenchon en premier car on ne désobéit pas à des traités, on les dénoncent ou on les appliquent.


    • samy Levrai samy Levrai 8 avril 16:47

      @JP94
      Desolé mais l’UE n’est pas du tout ce que tu crois, il s’agit seulement de traités commerciaux qui fixent une politique unique ultra liberale, tous les hommes politiques qui nous sont présentés dans ce parti unique( par le medias bien sur) sont euro atlantisto compatibles, ils sont pour une autres Europe plus ceci plus cela alors que les traités ne sont amendables que par UNANIMITE ce qui n’arrivera jamais.

      Comprends que tu ne pourra jamais changer quoi que ce soit ( quelle que soit la politique que tu voudrais autre que celle déjà marqué dans les traités...) sans sortir au préalable de l’UE de l’euro et de l’OTAN, tous ceux qui te disent le contraire sont des imbeciles ou des escrocs.
      Je ne sais dans quel camp l’auteur se tient ( imbécillité, j’espère)
      PS : le fameux traité de Lisbonne reprenait tous les traités antérieurs

    • samy Levrai samy Levrai 8 avril 16:54

      @Le421
      J’attends toujours des arguments de ta part, tu connais les arguments et tu es toujours sec comme une vielle trique... allez lâche toi et fais moi rire !



      Au fait l’UPR est classé « divers » par « divers gauche » ou « divers droite »... par contre ton parti est un parti « extreme », est ce la raison pour laquelle tu ne sais jamais avancer d’arguments recevables ? 

    • Sozenz 8 avril 17:23

      @samy Levrai
      savez vous ce qui est grave chez vous , c est que vous etes incapable de chercher à comprendre ce que disent les autres ; vous foncez tête baissée sur vos certitudes en ne déviant jamais d un millimètre ; ce qui vous fait passer à coté de choses importantes ;
      relisez bien ...


    • samy Levrai samy Levrai 8 avril 17:47

      @Sozenz
       Je ne connais que trop les constructions intellectuelles qui consistent à mettre la lumière en lumière ce qui n’est pas important et laissant dans l’ombre ce qui est primordiale... je suis un commercial.

       Dans l’état actuel et depuis pas mal d’années, nous ne décidons plus de rien et nous nous enfonçons toujours plus vers la même direction... ceci que nous ayons un gouvernement de gauche , de droite, ou des deux à la fois. Demande aussi aux grecs ce qu’ils peuvent penser d’un gouvernement d’extreme gauche dans l’Union Europeenne pendant que tu y es.
      Tu vas m’expliquer comment tu vas conduire une quelconque politique quand tu ne domines pas ta monnaie ... ni tes lois...
      sais tu de quoi tu parles ? connais tu le traité de Lisbonne ? es tu courant de ce qui s’est passé avec le CNR ? pourquoi à la mort de de Gaulle, nous sommes nous doucement enfoncés vers la destruction de ce que CNR a fait ? penses tu que tes analyses et celle de l’auteur soient les bonnes ? 

    • Ouallonsnous ? 8 avril 18:06

      @Sozenz

      Pour tous les pays « colonisés » par l’Union Européiste, le problème est le même que pour nous français actuellement ;

      Sauvegarde de notre souveraineté, SNCF, hôpital, école, Ehpad, retraites...

      Les masques tombent et les intentions de Macron-Philippe se précisent : pour rassurer leur amie, la  bonne finance, ils veulent privatiser graduellement nos services publics et notre protection sociale.

      Pourtant, si la France reste une destination de choix pour les investisseurs étrangers, c’est avant tout parce qu’on y trouve encore une force de travail productive disposant d’un bon système d’éducation, d’un système de santé performant et d’infrastructures de qualité.

      Entamer cette casse sociale est donc non seulement source d’inhumanité envers les laissés-pour-compte, mais preuve d’incompétence en science économique.

      A cela s’ajoute le fait qu’il s’agit d’une politique anticonstitutionnelle.

      Le préambule de notre Constitution de 1946 précise- l’obligation de  garantir à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs.

      Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence. ? (Art.11)  

      Jusqu’ici, au cœur de notre système de protection sociale, réside le principe de la solidarité qui permet à chacun de  contribuer selon ses moyens tout en recevant selon ses besoins.

      Or, cela ne sera plus le cas demain si l’on applique le programme Macron. Et ceci, alors que pour la majorité de la population mondiale, la sécurité sociale à la française demeure un espoir, sinon un rêve.

      En 2013, Emmanuel Macron avait été  explicitement mis en garde contre les préconisations d’une note confidentielle de la banque d’affaires J.P.Morgan, datée du 28 mai 2013, qui regrettait que  les constitutions mises en places dans la foulée de la chute du fascisme, contiennent des caractéristiques qui apparaissent incompatibles avec une intégration plus poussée dans l’UE[la zone euro]

      Malheureusement, ce fascisme fût depuis ressuscité dans le sionisme international made in anglo UE/OTAN/USA, c’est-à-dire, par les mêmes qui l’avaient apparemment combattu !

      Cette intégration accrue, dont nous parle Macron, dans une UE devenue simple relais des marchés financiers, qui est la suppression pure et simple des états nations européens est à l’opposé même de la vraie Europe qu’il faut refonder d’urgence, celle des citoyens, des nations et des projets.

      En vérité ce gouvernement nous propose un marché parfaitement abject. Les mesures, nous dit-il, ne seront pas pour vous » mais pour les autres – ceux qui nous suivrons.

      Ainsi, si nous acceptons de trahir les générations futures, c’est-à-dire nos enfants et petits-enfants, eh bien, en échange, il nous laissera quelques miettes pour que nous puissions tranquillement finir nos jours.

      Alors, prêt à trahir ou à rejoindre le combat ?


    • Le421 Le421 8 avril 18:09

      @samy Levrai
      ton parti est un parti « extreme »

      Un, ce n’est pas un parti.
      Deux, si on est extrêmes, alors, LO et le NPA ils sont où ?
      Sous la queue du chien ??

      Et vous voulez que je vous fasse rire... En essayant de tirer la moindre discussion d’un militant UPR ?
      Vous me prenez pour un idiot. Soit. De là à ce que je le sois...
      Bonne discussion avec ceux qui vous répondent encore.


    • samy Levrai samy Levrai 8 avril 18:27

      @Le421
      Je ne fais que te donner ton positionnement donné par le seul habilité à le donner : le ministère de l’interieur mais de toute façon il n’y a pas de volonté de quitter ni l’UE, ni l’euro ni l’OTAN, tu es donc dans un parti comme les autres du parti unique avec des couleurs affichées et rien derriere.

      Aucun de tes arguments n’ont jamais tenu la route, tu le sais et du coup tu te montres toujours plus idiots mais en évitant tous les sujets politiques...avec une specialité pipolitique.
       il est très facile de te répondre et si on regarde l’historique, il ne t’ai jamais été possible de me mettre en difficulté ( ni à d’autres d’ailleurs...) alors que tu préfères fuir toutes mes questions...

    • arioul arioul 8 avril 18:53

      @Le421
      En meme temps si c’est toi qui le dit , on veut bien te croire. La FI un ramassi de clodos , du genre nuits debout. Ah pour palabrer on est bon , pour critiquer aussi , mais pour le reste que du vent.


    • V_Parlier V_Parlier 9 avril 10:22

      @arioul
      Et d’ex-électeurs du PS, c’est surtout ça le problème.


    • arioul arioul 8 avril 11:19

      Macron a raison de s’attaquer à ce repaire de feignasses , qui empoisonnent la vie des gens qui veulent travailler. Ils ont un statut de privilégiés et si on les écoutent , meme en les payants à rien faire , ils seraient toujours pas contents. Allez Zou au chomedu tous ces parasites.


      • samy Levrai samy Levrai 8 avril 11:27

        @arioul
        Ta notion des privilèges doit surement s’apparenter à un conditionnement pour neuneus... quand les riches sont de plus en plus riche et que les pauvres sont de plus en plus nombreux et de plus en plus pauvres, je ne crois que cela soit du au cheminots qui ne paieraient pas le train... mais peut être n’ai je pas la télé...


      • arioul arioul 8 avril 11:32

        @samy Levrai
        Arguments de gauchiasses , feignasses et lobotomisés.


      • samy Levrai samy Levrai 8 avril 11:37

        @arioul
        Qu’est ce que tu peux être mauvais en analyse... ton conditionnement télévisuel est décidément trop fort.


      • Sozenz 8 avril 13:00

        @arioul
        Ne vos inquiétez pas , vous serez le prochain ; je ne pense pas que vous fassiez parti de la bande .


      • Paul ORIOL 8 avril 15:58

        @arioul
        C’est une présentation autocritique ? Elle n’est pas très argumentée.


      • Le421 Le421 8 avril 16:26

        @arioul
        Ça vole haut chez les fachos !!
        Continuez comme ça...


      • Jean Roque Jean Roque 8 avril 11:37

         
         
        S : plus de société que des individus multiethniqués consuméristes
         
         
        N : plus de peuple, plus de nation, barbu, boubou, bobo et burkini...
         
         
        C : bla bla truck : en Afrique pas de train (sf les restes coloniaux) on fait du  stop dans les bennes de camions
         
        F : France n’existe plus, appelez moi Boobaland


        • oncle archibald 8 avril 12:36

          Le monde de l’entreprise a fondamentalement changé depuis la progression qui se fait désormais à vitesse grand V de l’automatisation de certaines taches, de l’emploi partout de l’informatique, de l’installation partout ou cela est possible de robots pour remplacer les hommes. Il avait bien raison Benoit Hamon : il faudra trouver un autre moyen que le prélèvement d’une part des salaires pour collecter les fonds nécessaires au fonctionnement des services sociaux !

          Le premier travail d’un de mes fils qui est ingénieur dans le domaine de la robotique il y a une vingtaine d’années (déjà !) fut d’accélérer la chaine de soudure automatisée des carcasses de Kangoo pour la passer de 48 à 60 véhicules heure. Moyenne de la chaine : une voiture par minute ! Nombre de soudeurs : zéro !

          Entrez chez un notaire et regardez combien il y a de secrétaires au travail. Une ou deux suivant la taille de l’étude pour répondre au téléphone et orienter les clients ! Désormais le notaire lui même remplit les « vides » des actes types et il n’y a plus qu’à aller chercher la version alpha à l’imprimante pour mise au point. Auparavant l’étude était une ruche dominée par le cliquetis des machines à écrire !

          J’ai beaucoup travaillé avec des cabinets d’ingénieurs en bâtiment. Il y avait pour trois ingénieurs diplômé cinq dessinateurs, un métreur, une secrétaire et une dactylo qui faisait de la frappe « au kilomètre ». Le même cabinet aujourd’hui emploie cinq ingénieurs et une seule secrétaire qui gère les rendez vous de tous les ingénieurs. Les descriptifs et les métrés sont édités automatiquement par le logiciel de dessin au fur et à mesure de l’avancement du projet. Idem chez les architectes.

          J’ai connu aussi il y a des années l’ambiance très très cool des bureaux de la DDE et des services techniques des Mairies. Pour trouver quelqu’un dans un bureau il fallait taper à toutes les portes et on finissait par trouver tout le monde en train de rigoler autour de la machine à café. Ça a changé, j’en suis conscient, mais avant que ça change nous avons eu droit à toutes sortes de grèves et de « punitions ». Un exemple : dépôt d’un dossier de demande de permis de construire. Lorsque le délai maximum a été réduit à deux mois, systématiquement le pétitionnaire recevait un courrier lui indiquant que son dossier était incomplet et donc que le délai ne pourrait pas courir depuis la date du dépôt.

          L’age venant j’ai fréquenté plus assidument les hôpitaux, tant les hôpitaux publics que les cliniques privées. L’ambiance n’y est pas du tout la même ! Dans les cliniques privées tout le monde bosse à fond, le nombre d’opérations effectuées à personnel égal en nombre y est bien supérieur à celui des hôpitaux publics. Pourquoi un chirurgien peut-il réaliser quatre opérations dans la matinée dans la clinique privée et deux seulement dans l’hôpital public ?

          L’avenir est très incertain mais à mes yeux une chose est sure : ceux qui s’accrochent à des statuts du passé ne peuvent pas espérer les conserver. Les syndicats de cheminots au lieu de faire de l’obstruction en prenant les usagers en otage feraient mieux de réfléchir à ce qui serait souhaitable pour que leur entreprise soit pérenne dans l’avenir. Je n’ai pas entendu de leur part une seule proposition qui soit constructive. Ils se contentent d’exiger « surtout ne touchez à rien » sinon couic, plus de trains ! Ben oui, ça finira par arriver s’ils insistent.

          Exemple identique à Fos sur mer : port bloqué pendant plusieurs mois par la gréve des dockers. Des files de plusieurs dizaines de pétroliers et de gaziers à l’ancre devant le port en attendant de pouvoir décharger leur cargaison. Aujourd’hui ça ne risque pas de se reproduire, le problème est réglé ! Les armateurs vont décharger à Gênes, à Barcelone, et même à Amsterdam. Eux aussi ont besoin de bosser et on ne les prendra pas en otage deux fois. Seuls les plus petits et les plus faibles sont vraiment emmerdés par les gréves, les autres peuvent trouver des solutions alternatives.


          • Sozenz 8 avril 13:20

            @oncle archibald
            merci pour votre témoignage . et je pense que si l Humain etait intelligent , il pourrait profiter de toutes les avancées technologiques pour se libérer des tâches lourdes et inintéressantes .
            Mais son avidité va le porter à sa chute.

            pour ce qui est des avantages des cheminots ou autres , il y a moyen de les garder . je ne pense pas que cela soit un problème d argent . l argent au final , n est qu une monnaie de singe .
            ce qui est important , c est la façon dont nous gérons les ressources de la terre. apprendre à vivre raisonnablement . temps que les entreprises se donneront comme ambition l augmentation du CA continuelle, on court à notre perte ; ainsi que d avoir la vision réduite de ce qu ’ est la réussite de notre vie .
            Tout le monde le sait , mais personne ne veut se l avouer ...


          • oncle archibald 8 avril 13:48

            @Sozenz : si l’humain était intelligent il n’accepterait de travailler qu’en SCOP, c’est à dire que les mêmes seraient les « travailleurs » et les propriétaires de l’outil de travail. Dans ces conditions toutes les personnes impliquées dans la production retirent directement tous les fruits de leur travail et de leurs investissements. Curieusement cette façon de gérer l’entreprise n’a pas la bénédiction des syndicats, ni même de certains partis politiques d’extrême gauche, et on les comprend : la disparition du « patron voyou » mettrait à bas leur fond de commerce !

            Bien sûr cette organisation en SCOP parait avoir ses limites, quand l’outil de travail est très couteux il parait bien difficile à des salariés du bas de l’échelle de pouvoir investir pour intégrer la SCOP, mais si l’entreprise est très rentable c’est quasiment un faux problème parce qu’on peut être membre d’une SCOP en apportant un tout petit capital, ce qui n’aura d’incidence que sur le partage de la part des bénéfices répartis en fin d’exercice. Il existe aussi des Scic (Société coopérative d’intérêt collectif) qui bénéficient d’une gouvernance démocratique et d’une répartition des résultats prioritairement affectée à la pérennité des emplois et du projet d’entreprise.

            Ce qu’il faut éliminer autant que possible ce sont les « parasites » qui n’ont d’intérêt pour l’entreprise que si elle dégage un maximum de bénéfices. Ceux qui ne sont la QUE pour le fric sont autant que possible à écarter .... mais tout comme des banquiers il est souvent difficile de s’en passer.


          • lugmama lugmama 8 avril 16:28

            @oncle archibald

            Tout le monde ne souhaite pas prendre le risque d’engager son capital et d’assumer les responsabilités qui vont avec, surtout en cas d’échec.

          • Jean Roque Jean Roque 8 avril 16:48

            @oncle archibald
             
            Gocho-le-collabo négrier contre les SCOP... un SCOOP !
             
            La CNT a fait massacré les barricadiers de Barcelone, les socialistes espagnols les comités ouvriers d’Asturie, le socialiste Noske les spartakistes, les socialos ont privatisé, le PC a défendu la traite négrière capitaliste, la CGT a appelé à voter Macron... UIIM a financé les syndicats, le patronat remplit la feuille de chou du pseudo-PC d’annonces...
             
            Pour ce qui est de l’évolution l’ambiance je l’ai vu dans l’informatique (militaire, nucléaire, télécoms)... mais je me suis barré... ne pas financer par ses impôts le gland remplacement, Rothschild et le béton de la surponte africaine.
             


          • gogoRat gogoRat 8 avril 17:12


            @oncle archibald

            citation :
            ’ L’avenir est très incertain mais à mes yeux une chose est sure : ceux qui s’accrochent à des statuts du passé ne peuvent pas espérer les conserver.
             Les syndicats de cheminots au lieu de faire de l’obstruction en prenant les usagers en otage feraient mieux de réfléchir à ce qui serait souhaitable pour que leur entreprise soit pérenne dans l’avenir.
             Je n’ai pas entendu de leur part une seule proposition qui soit constructive. Ils se contentent d’exiger « surtout ne touchez à rien » sinon couic, plus de trains ! Ben oui, ça finira par arriver s’ils insistent.’
             
            rappel de ma suggestion :
             https://www.agoravox.fr/commentaire5182712

             et, si vous suivez les ’réactions’ à cette suggestion, vous verrez qu’il est un autre résonnement farfelu à l’origine du snobage des SCOP :
             ce qui vient complémenter la rapacité dévoreuse d’intérêts finaciers ...
             c’est l’idéologie anti-démocratique des défenseurs d’une ’lutte des classes’ menée par des aspirants-apparatchiks !


          • Sozenz 8 avril 17:25

            surtout quand il y a des concurrences déloyales qui ne payent eux pas d impôts .


          • oncle archibald 8 avril 17:41

            @lugmama : "Tout le monde ne souhaite pas prendre le risque d’engager son capital et d’assumer les responsabilités qui vont avec, surtout en cas d’échec.« 

            Vous reconnaissez implicitement la position des »capitalistes« qui veulent que le risque qu’ils prennent en finançant une entreprise soit rémunéré au maximum pour que les pertes sur les unes soit compensé par des taux abusifs sur les autres ..... Ça ne va pas plaire à tout le monde, mais ça justifie encore davantage le choix de la SCOP pour vraiment toucher le fruit de son travail.

            Si le DRH et l’assemblée générale en sont d’accord on peut »forcer" le montant des salaires et diminuer d’autant celui des bénéfices. C’est la liberté, et puis travailler vraiment pour soi a toujours amélioré la productivité ! Je l’ai constaté de mes yeux quand les ouvriers d’une entreprise de peinture en détresse ont repris en SCOP leur outil de travail en investissant leurs indemnités de licenciement.


          • V_Parlier V_Parlier 9 avril 10:28

            @oncle archibald
            Si vous n’occultiez pas les effets de la délocalisation de masse par ce semi-mythe du robot tout puissant (et c’est aussi un ingénieur qui vous l’écrit), le reste de votre article serait assez bien équilibré.


          • V_Parlier V_Parlier 9 avril 10:31

            @V_Parlier
            (Je voulais dire : le reste de votre commentaire, celui en tête)


          • Lugsama Lugsama 8 avril 13:45

            Vivement que la réforme soit voté et que tout le monde retourne travailler.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès