• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La transition électrique va nous coûter très cher

La transition électrique va nous coûter très cher

Le débat public sur la PPE se termine. RTE a publié 5 scénarios diminuant la part du nucléaire de 75% à 50% et, pour deux d'entre eux, sans augmenter les émissions de CO2. Mais RTE ne dit pas combien il faudra payer pour les mettre en oeuvre. Nous chiffrons ce qu'ils coûteront ;en moyenne, chaque année, à chaque foyer français : entre 350 et 850 euros par an

Dès maintenant chaque foyer français paie, en moyenne (par la contribution CSPE), un surcoût sur sa facture d'électricité de 154 € par an pour financer les producteurs d'électricité éolienne et photovoltaïque. Et la poursuite du programme de réduction de la part du nucléaire dans le Mix électrique coûtera entre 350 et 850 euros supplémentaires par an et par foyer , si l'on estime le surcoût qui sera payé par la mise en œuvre d'un des scénarios proposés à cette fin par RTE. Les familles nombreuses dépensant plus d'électricité que les autres seront particulièrement touchées. Ces dépenses considérables des foyers français n'auront pas d'influence sur nos émissions de CO2 . Pratiquement tous les équipements seront importés car l'industrie française n'a pas su profiter du développement de la demande française et internationale pour créer un secteur de fabrication d'éoliennes et a vu disparaître notre petite production de cellules photovoltaïques

Quelques éléments de comparaison : 
La hausse de l'APL : 60 €/an
La hausse de la CSG pour un veuf (une veuve) retraité ayant un retraite de 2000 €/Mois : 400 €/an
A qui profitent les sommes collectés par la CSPE ? Essentiellement aux adhérents du puissant lobby SER (Syndicat des Energies Renouvelables)

Alors, pourquoi ne pas garder le système actuel qui nous assure une fourniture d'électricité fiable, avec une émission de CO2 très faible (5 fois moins par MWh produit que l'Allemagne) et bon marché (deux fois moin cher pour les particuliers qu'en Allemagne)

Les points aveugles des scénarios de RTE

RTE a publié 5 scénarios supposés donner la possibilité de ramener la part du nucléaire dans le Mix français à 50% en 2035. Ces scénarios ont donné lieu à des synthèses largement diffusées. Ces synthèses présentent les Mix électriques et les émissions de CO2 de chaque scénario. Elles ne traitent toutefois pas deux points importants :

  • Ces scénarios garantissent-ils qu’à tout moment la production d’électricité sera suffisante pour faire face à la demande ? Question d’autant plus légitime qu’ils substituent au nucléaire, énergie pilotable, des Energies Renouvelables Intermittentes (ENRI) comme l’éolien et le solaire photovoltaïque dont la production peut s’annuler en fonction des conditions climatiques ?
    • réponse : non, ilmanquerait une puissance de l'ordre de 20 GW (20 réacteurs nucléaires) pour éviter le Black-out
  • Quels seraient les surcoûts éventuels de la mise en œuvre de ces scénarios en comparaison du maintien en l’état du système électrique actuel ? L’IFRAP, par exemple, a souligné et critiqué l’absence d’évaluation économique de ces scénarios[1].
    • réponse:le surcoût total (par rapport à la situation actuelle serait de 40 à 80%

L'étude complète au format pdf est accessible en cliquant sur le lien : critiques scénarios RTE

[1] http://www.ifrap.org/agriculture-et-energie/electricite-cinq-scenarios-zero-evaluation-economique

 

PDF - 1.1 Mo
Critique Scenarios RTE

Moyenne des avis sur cet article :  2.43/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

208 réactions à cet article    


  • cassini 29 juin 12:23

    La transition coûtera moins cher que deux années de PIB, quatre mille milliards pour réparer la prochaine catastrophe nucléaire ! smiley


    • baldis30 29 juin 13:13

      @cassini
      meuh oui …. meuh oui …. Au fait savez vous que votre message utilise 80 % d’électrons sales produits par le nucléaire … ?


    • JC_Lavau JC_Lavau 29 juin 13:36

      @cassini. Une paille, considérant qu’aux européennes du 25 mai 2014, Jean Jouzel et Valérie Masson-Delmotte ne réclamaient que mille milliards d’euros « pour sauver le climat ».

      De goûts simples.

    • nono le simplet nono le simplet 29 juin 15:01
      @cassini

      antisocial tu perds ton sang froid smiley

    • nono le simplet nono le simplet 29 juin 15:03

      @nono le simplet
      en tous cas tu t’es fait reprendre par Baldi, comme quoi ta réputation de pronucléaire reste confidentielle smiley


    • Hervé Nifenecker Hervé Nifenecker 29 juin 15:21

      @cassini
      La seule catastrophe nucléaire analogue à ce qui pourrait arriver en France est celle de TMI (1979) avec fusion du coeur d’un réacteur REP. (réacteur 2). L’UNSCEAR estime que la radioactivité a été convenablement contenue à l’intérieur de l’enceinte et qu’il n’y a pas eu d’excès de mortalité significative dans la population, ni d’ailleurs parmi les opérateurs. 140000 voisins du réacteur évacuèrent volontairement les environs dont 98% revinrent au bout de 3 semaines. Aucune restriction d’usage des sols ne fut maintenue après quelques mois. La perte la plus importante fut celle du réacteur 2 alors que la production du réacteur 1 reprit après quelques mois.Le coeur a été extrait et la décontamination des lieux a été terminée en 1988. L’estimation des dépenses, y compris la décontamination est comprise entre 1 et 2 Mds de dollars (https://en.wikipedia.org/wiki/Three_Mile_Island_accident#Voluntary_evacuation ). La CSPE annuelle réservée au développement de l’éolien et au PV en France correspond à plus de deux fois le coût de la catastrophe de TMI.....Par contre, il est vrai que la catastrophe signa l’arrêt de la construction de nouveaux réacteurs aux USA, arrêt qui a sans doute coûté cher mais, surtout, qui a entraîné au recours massif au charbon pour la production d’électricité aux USA, une catastrophe pour le climat et des centaines de milliers de morts dus à la pollution (entre autres, nanoparticules) des centrales à charbon (en Europe les seules centrales à charbon allemandes sont à l’origine de 20000 morts par an). Arrêtons de fantasmer.


    • cassini 29 juin 15:26

      @baldis30


      savez-vous que votre message utilise 80% d’électrons sales produits parle nucléaire ?

      Ne me prenez pas pour un inconscient. Je suis en continu chez un fournisseur alternatif. J’ai des électrons uniquement verts qui ne sont pas radioactifs, eux.

    • fou666 29 juin 15:44

      @baldis30

      j’ai une multiprise cabanelienne et un générateur à patates.


    • pissefroid pissefroid 29 juin 15:47
      @cassini

      Voir le contenu du lien :


      Une offre de fourniture d’électricité est dite « verte » si le fournisseur peut prouver qu’il a produit ou acheté de l’électricité d’origine renouvelable en quantité équivalente à la consommation des clients ayant souscrit à cette offre.

      Donc vous ne pouvez pas garantir qu’il n’y-a pas d’électrons issus de centrale nucléaire ou charbon ou pétrole dans votre consommation.

    • cassini 29 juin 16:08

      @pissefroid


      Des milliers d’enfants français morts du cancer de la thyroïde, d’autres à côté de Pripiat qui viennent encore le mois dernier de recevoir un panache d’iode 131 qui était resté jusque-là sous le sarcophage de Tchernobyl ; et vous critiquez encore l’électricité verte ? 

    • sls0 sls0 29 juin 16:14

      @Hervé Nifenecker
      Pour le barrage des trois gorges en Chine on a déplacé 6 fois plus de personnes que pour Tchernobyl.

      Vous avez raison de parler de TMI, c’est le seul exemple d’accident avec le même type de réacteur à eau pressurisée comme chez nous.
      Tchernobyl et Fukushima sont à eau bouillante donc avec une barrière en moins qu’est l’enceinte de confinent.

      C’est un peu un pétard avec une flamme à proximité de la mèche mais il y a un système de régulation qui empêche le contact.
      Une fiabilité à 100% est mathématiquement impossible et le tremblement de terre jamais vu avec un tsunami jamais vu est bien la preuve que l’on ne peut pas tout prévoir.
      Le pétard je préfère qu’il soit dans une cocotte minute prévue pour contenir son explosion que dans une boite à chaussure.
      Voilà la différence très schématique entre les deux et on nous sort toujours les boites à chaussures pour justifier des remarques au sujet des cocottes.

    • pissefroid pissefroid 29 juin 16:17
      @cassini
      Je vous ai juste rappelé que votre affirmation était fausse.
      Vous consommez, comme tous les français des électrons issus des centrales nucléaires.

    • fou666 29 juin 16:25

      @pissefroid

      Les électrons verts sont spécialement conçu par cabanon lui même pour être consommer uniquement par les abonnés verts.


    • baldis30 30 juin 08:41

      @cassini

      vous êtes d’une nullité rare et en plus inconscient et hypocrite … Vous êtes en continu .. ah ah ah ah ah

      j’ai envie de rigoler… ,jusqu’au jour où un collectif en aura mare de telles assertions et portera plainte pour diffusion de fausses informations ( pas besoin de loi « fake news » le délit existe dans le code pénal depuis longtemps )


    • baldis30 30 juin 08:54

      @sls0
      bonjour,

      si j’approuve ce que vous dites il y a un point sur lequel je suis obligé de vous reprendre :

      « un tsunami jamais vu est bien la preuve que l’on ne peut pas tout prévoir. »

      Hélas si … Il y en avait sur place et dans les archives la trace de l’un d’entre eux de moins de deux cent ans avec matérialisation sur place et pour des hauteurs de submersion analogues !

       ce qui veut dire que l’étude de risques n’avait pas été faite ( non pas « mal faite » mais « PAS ETE FAITE » selon des éléments d’enquête ). De plus les archives japonaises comme les archives chinoises remontent loin dans le temps et sont assez fidèles . c’est ainsi que les américains ont pu donner une date exacte A QUELQUES HEURES PRES du « Big One » qui s’est produit sur la côte Ouest le 27 janvier 1700 en retrouvant les traces du tsunami enregistré sur les côtes japonaises.

      Pour Fukushima « Dire qu’on ne savait pas …. » hum… hum … Au titre de l’une des définitions du risque « est imprévoyable un événement qui ne s’est jamais produit auparavant dans des circonstances semblables » ( le terme imprévoyable est celui de l’Encyclopédie … il y a 270 ans )


    • cassini 30 juin 09:39

      @baldis30


      Puisque vous n’êtes pas surpris de voir sous la plume d’un commentateur régulier (moi-même) une position caricaturale diamétralement opposée à ce qu’il a l’habitude de défendre (je défends le nucléaire), je rappelle ici la teneur de mon commentaire d’hier dans ce même fil à 16 h 41 :

      @ Hervé Nifenecker  : 
      Je cesse là mes plaisanteries qui n’ont d’autre objet que pasticher tout ce que la mouvance écologiste nous ressert ad nauseam comme imbécillités depuis l’ouverture d’Agoravox. Merci de votre article. 

      Pasticher, et charrier leurs auteurs. 
      Notez que la totalité de mes commentaires qui vous irritent sont précisément antérieurs à 16 h 41. 

    • cassini 30 juin 09:44

      @cassini a écrit : 


      La transition coûtera moins cher que deux années de PIB, quatre mille milliards pour réparer la prochaine catastrophe nucléaire ! smiley

      Blague de ma part ! Je reproduis là une énormité déjà avancée sur Agoravox par des antinucléaires. 

    • cassini 30 juin 09:54

      @cassini, qui a écrit : Ne me prenez pas pour un inconscient. Je suis en continu chez un fournisseur alternatif. J’aides électrons uniquement verts qui ne sont pas radioactifs, eux. 


      Blague de ma part ! Si je n’ai jamais participé à prétendre comme tant d’autres sur ce site que le compteur Linky émet des ondes toxiques, ce n’est pas pour prétendre maintenant que le courant domestique présente d’autres dangers fantasmatiques liés à sa provenance, comme par exemple être radioactif. 

    • cassini 30 juin 10:04

      @cassini qui a écrit : 


      Des milliers d’enfants français morts du cancer de la thyroïde, d’autres à côté de Pripiat qui viennent encore le mois dernier de recevoir un panache d’iode 131 qui était resté jusque là sous le sarcophage de Tchernobyl ; et vous critiquez encore l’électricité verte ? 

      Blague de ma part ! Même dans la région de Tchernobyl / Pripiat des milliers d’enfants on été atteints d’un cancer de la thyroïde après la catastrophe de 1986, mais il en est décédé 9 selon ce que je lis de plus convainquant comme source ; et en France, comme la justice l’a entériné, on n’a pas pu relier une maladie de la thyroïde à Tchernobyl.

      D’autre part le site de Tchernobyl ne risque pas d’émettre de nos jours de l’iode 131, cause de maladies de la thyroïde, puisque l’iode 131 ayant une demi-vie de 8 jours, il n’en reste plus la moindre trace 32 ans après. 


    • nono le simplet nono le simplet 30 juin 18:10

      @cassini

      Puisque vous n’êtes pas surpris de voir sous la plume d’un commentateur régulier (moi-même) 
      une position caricaturale diamétralement opposée à ce qu’il a l’habitude de défendre

      tu croyais quoi ? seule son opinion l’intéresse ... en plus tu changes de pseudo tous les 6 mois ... de quoi rendre indifférent le plus acharné des pro-nucléaires smiley
      PS : j’ai survécu aux 35° sans casquette ... bon, j’ai un peu souffert intellectuellement puisque j’ai regardé la fin du match en rentrant smiley)

    • sls0 sls0 2 juillet 00:54

      @baldis30
      Au sujet de la hauteur historique des tsunamis.

      Effectivement il y a eu historiquement plus haut.
      C’est grand le Japon, au moment du tremblement de terre de Fukuhsima tout les sismologues regardaient plus au sud pour le fameux big one qui devrait arriver statistiquement dans les 40 ans.
      Le coin de Fukuhsima est sismique, on connait les failles et zones de glissement.
      La terre a un coefficient de cisaillement si l’on multiplie par la surface de faille on peut estimer la magnitude que ça peut engendrer.
      Pour Fukuhsima le calcul ne donnaient pas du M9, en fonction du retour d’expérience mondial.
      Il se trouve qu’à cet endroit ça très bien tenu. Par contre le Japon a un maillage execptionnel en GPS et accéléromètres.
      Ils auraient dû voir qu’il y avait un énorme déplacement sans relachement de contrainte ad hoc.
      Le Japon a quand même bougé de 2,4m suite au tremblement, au niveau des GPS ça bougeait depuis un bout de temps, un peu comme tendre un arc.
      J’emploie du conditionnel, mais la plupart des centres pointus sur le sujet ont été surpris.
      Le Japon étant très bien instrumenté et les mesures d’autres endroits de la terre sont clean, pendant un bout de temps ce sera analysé pour comprendre.
      Pour en revenir à la hauteur des tsunamis, la bathymétrie compte beaucoup, un peu comme les plages de surf.
      On peut avoir 30m en un point et 5m dans un autre.
      Je regarde plus précisément chez moi, le Japon c’est plus théorique.
      Chez moi il y a des zones sensibles vis à vis des ondes de tempêtes. Il y en a pas trop ce qui me permet de calculer la hauteur d’ondes dans les zones à risque.
      Il y a de grosses variations en fonction de la pente de plage, c’est elle qui conditionne l’amplification de hauteur.
      La vague commence à gonfler à une profondeur égale à la moitié de la longueur d’onde de la vague et se déverse à1/20 de la longueur d’onde.
      Un tsunami sa longueur d’onde ce n’est plus une centaine de mètre mais des centaines de km, ça change la donne.
      Sa hauteur sera toujours tributaire de la pente de cote, mais où ça passe ça ne pousse plus comme une vague de tempête, sa période ce n’est plus 6 à 10 secondes mais des dizaines de minutes. 
      Chez moi que ce soit une onde de tempête ou un tsunami on est à l’abri, il y a quelques villes sensible dont la capitale quand même.
      Pour les USA c’est la cata avec leur bathymétrie et relief.
      J’ai regardé quelques études chez eux pour m’en inspirer, ils sont mal quand même.
      Chez moi il y a eu un tsunami de 3m avec une magnitude de 8,1. Chez les papoux 5m avec un magnitude de 6,2.
      Difficile de prédire, d’après l’historique recensé par l’USGS, la magnitude mini pour un tsunami c’est 6,1 et chez les papoux, 5m avec 6,2 de magnitude.

      J’ai trouvé des coquillages dans les collines Ecossaises, un glissement de terrain du coté des iles Lofoten a fait une vague de 20m pendant la préhistoire.(-6000 ans av JC)
      Dans les chroniques de Douvres on parle d’une vague qui a amené des bateaux du port dans le centre ville.
      Il y a eu un tsunami suite au tremblement de terre de Lisbonne sur la cote ouest française.
      En France le sismique est connu, avec la majoration sismique à la construction ça tient sans problème. Coté tsunami je ne sais pas si tout est pris en compte. La vague scélérate qui a touché Douvres a peut être mouillé les pieds des habitants de l’autre coté du chanel.
      On ne sait pas tout prévoir.
      Au Japon beaucoup allaient voir le mur anti tsunami d’une ville, le modèle de référence. Comme 10.000 habitants sur 16.000 sont morts, c’est moins une référence.
      Le Japon reste le modèle anti sismique, même chez eux l’erreur est possible.
      Chez nous entre Le BRGM et l’IFREMER on est gaté quand même sur ce sujet.

    • nono le simplet nono le simplet 2 juillet 07:15

      @sls0

      les éruptions de volcans de type explosifs peuvent aussi engendrer des tsunami ...
      comme l’explosion du Krakatoa en 1883 avec des vagues de plus de 40 m
      ou l’explosion du Santorin il y a 3600 ans qui « serait » responsable de la disparition de la civilisation minoenne voire l’origine de la légende l’Atlantide

    • Trelawney Trelawney 2 juillet 10:41

      @sls0 et Hervé NifeneckerCombien d’intalations industrielles, d’habitations encore existantes autour de TMI de Tchernobyl et Fukushima  ?
      Un petit exemple tout bête et tout simple : catastrophe majeure à la centrale de Bayais avec fuite radioactive. Rien que les exportations de vin de Bordeaux, c’est 3.8 milliards d’euro par ans. A cela il faut ajouter la dévaluation de l’immobilier. On ajoute 100 milliards d’euro. Plus la faillite d’une région touristique situé entre l’ile d’Oléron, Perigueux et Mimizant. Au bas mot 100 milliards

      Même s’il n’y a aucun mort, c’est facile 1 quart de notre PIB qui part en fumée la première année et 10% les années suivantes. Et on peut faire le même exemple pour Catenom, Chooz, Cruas, Tricastin, Nogent
      Alors oui un barrage quand ça pete ça fait des morts, mais après on nettoie et on reconstruit. Pour une centrale nucléaire c’est un peu plus long que cela. A moins d’envoyer sls0 et Hervé Nifenecker en représentant pour aller vendre du Margaux radioactif en soutenant mordicus que c’est sans danger. On peut même ajouter casini à la bande, je douterais quand même du résultat

    • Robert Lavigue Robert Lavigue 2 juillet 10:53

      @Trelawney

      1/4 du PIB de la France entre Périgueux et Mimizant ?
      Fichtre, l’INSEE citoyen progresse !

      Si j’ajoute Catenom, Tricastin et Cruas, c’est tout le PIB de la France qui serait généré dans ces bleds qu’on se demande même si ils existent ?
       


    • nono le simplet nono le simplet 2 juillet 11:08

      @Robert Lavigue

      1/4 du PIB de la France entre Périgueux et Mimizan ( sans t )  ?

      fukushima a fait passer le PIB du Japon de 6200 M$ en 2011 à 4900 M$ en 2018 ... perte sèche 1300 M$

      si la France perdait 1300 M$ c’est presque la moitié de son PIB ... bien pire encore que les chiffres donnés par Trelawney ...

    • Robert Lavigue Robert Lavigue 2 juillet 11:28

      @nono le simplet

      J’avais mis un t à Mimizan parce que j’ai recopié chez ton comparse qui sait... Je ne vais quand même pas vérifier si le bled existe en plus !
      A la réflexion tu as raison, le Tour de France passe parfois dans le coin.

      Y’a quand même un hic dans l’utilisation citoyenne que tu fais des stats. Au Japon, ils avaient arrêté toutes les centrales parce que les Japonais, ça grouille autour des centrales.

      S’il y avait un incident similaire à Chooz (quoi que... je ne vois pas trop le risque, la mer dans les Ardennes, ça relève du fantasme géologique. Faudrait demander à Cabanel, c’est le spécialiste), il n’y aurait quelques vaches et quelques bouzeux de la FNSEA vaguement impactés.

      C’est un peu comme le Larzac d’autrefois. Si une ogive avait pété sur place, à part quelques crasseux du genre de Bové, ça aurait fait quoi comme dégâts ?


    • nono le simplet nono le simplet 2 juillet 11:48

      @Robert Lavigue

      j’ai recopié chez ton comparse qui sait
      recopier sans réfléchir étant une de tes spécialités smiley

      pour le reste ton analyse a la finesse que j’attendais de toi smiley

    • Trelawney Trelawney 2 juillet 12:09

      @Robert Lavigue
      S’il y avait un incident similaire à Chooz ... il n’y aurait quelques vaches et quelques bouzeux de la FNSEA vaguement impactés.

      Chooz est à moins de 90km de Bruxelles ou de Luxembourg. Entre les deux il y a des villes comme Maubeuge, Mons, Namur. ca fait déjà de la populasse.
      Et pour mon cas perso, Chooz est à moins de 30km de villes comme Chimay, Rochefort, Orval. Ca n’est pas anodin

    • sls0 sls0 2 juillet 17:31

      @Trelawney
      Le barrage des 3 gorges en Chine a fait déplasser 6 fois plus de personnes que Tchernobyl.

      Le charbon du fait de sa radioactivité naturel c’est l’équivalent d’un Tchernobyl annuellement qui est rejeté dans l’atmosphère.
      Sortir de chiffres c’est bien surtout quand il sont gros. J’en donne d’autres pour se faire une idée.
      Quand c’est gros coté fric, je compare au budget annuel du pentagone, 700 milliards de $.
      Ces moyens de comparaison remettent l’église au milieu du village.

    • cassini 2 juillet 17:45

      @sls0


      le charbon.............c’est l’équivalent d’un Tchernobyl annuellement qui est rejeté dans l’atmosphère

      Puis-je vous demander quelles quantités de radioactivité rejetées respectivement dans l’atmosphère et contenues dans les cendres qui restent au sol ? 

    • sls0 sls0 3 juillet 06:02

      @cassini
      Il y a des centrales au charbon qui ont de bons dépoussièreurs, la radioactivité se retrouvera dans le terril.

      Dans le temps c’était pas trop le cas.
      Je me rappelle avoir aidé pour refaire les tuiles d’une maison qui avait connu des centrales au charbon à proximité de 1922 à 1987. C’est 10cm de suie qui avait sous les tuiles.
      Comme la terre était plus légère dans un rayon de 5 à 10km en fonction des vents dominants, au pif ça fait 10 millions de m³.
      Je n’ai pas fait de mesure directe à l’époque.
      Avec une personne luxembourgeoise assez remontée contre la centrale de Cattenom on a fait une mesure à la cloture de la centrale, il y avait 11 microrems, normal vu que la terre c’était surtout calcaire et alluvionaire.
      Ensuite on a pris l’autoroute direction Belgique. Un moment c’est monté à 330 microrems, sous l’autoroute c’est des cendres de terril qui avaient été employées.
      C’est la seule expérience ou mesure que j’ai fait à ce sujet.
      Je ne sais pas à combien crache un terril. Ça intéresse pas trop d’y regarder, il y a un risque d’entrer dans les critères pour un suivi par l’ANDRA, ça couterait des sommes folles.
      N’ayant aucune données sur le sujet ce n’est que spéculations de ma part.
      Si on enlève le carbone du charbon par combustion, automatiquement les produits radioactifs s’en trouvent concentrés.
      Normalement on connait l’origine du charbon, le français n’est pas trop chargé. Comme à partir des années 70 on a brûlé du sud africain qui lui est plus radioactif, c’est de ce coté qu’il faudrait chercher.
      Economiquement parlant la politique de l’autruche est conseillée sur ce coup là.
      Je pense que s’en tenir au contrôle des nappes phréatiques est suffisant.
      Il y a aussi je contrôle en aval des centrales nucléaires qui peut servir. Celui de la centrale de Chooz a dépisté une personne qui avait pissé le long de la Meuse après une scintillographie.
      Une personne qui a subit une scintillographie et qui doit accéder sur un site nucléaire, quand il est à une cinquantaine de mètre de l’entrée où il y a des balises, on bloque tout les accès, on éteint les alarmes le temps qu’il accède et qu’il s’éloigne des balises. C’est aussi un courrier à la DRIRE pour justifier le pourquoi de l’arrêt des alarmes.
      J’ai un ami qui avait fait une scintillographie, au poste de garde un sapin de Noël coté alarme, préfecture et DRIRE qui appellent, c’est le coup de pied dans la fourmilière quand ça arrive.
      Où je réside pas de nucléaire ou charbon, je ne peux plus aider sur ce coup là.
      Il faudra que je me rachète un compteur geiger, la rigueur c’est pas trop la mode ici, je ne serait pas étonné de retrouver des sources cobalt dans la nature.


    • cassini 3 juillet 08:46

      @sls0


      Merci.

    • Laulau Laulau 29 juin 13:15

      Vous vous trompez, c’est 4000,02 milliards. Tant qu’à être ridicule, soyez le jusqu’au bout.


      • cassini 29 juin 15:59

        @Laulau


        La poursuite de la politique énergétique française sans avenir et demain sans uranium qui sera épuisé nous vaudrait bientôt le nucléaire ET la bougie. 

      • cassini 30 juin 09:49

        @cassini


        La poursuite de la politique énergétique française sans avenir et demain sans uranium qui sera épuisé nous vaudrait bientôt le nucléaire ET la bougie.
        Blague de ma part ! Pastiche des nombreux messages passés sur Agoravox pour annoncer la sottise de la fin des métaux fissiles et la lassante manière d’attribuer de façon sérieuse aux pronucléaires la menace du retour à la bougie. 

      • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 29 juin 13:33

        Pourra-t-on connaître un jour le prix coûtant réel du kwh ?


        • Hervé Nifenecker Hervé Nifenecker 29 juin 14:30
          @yapadekkoaqba
          Je pense que la CRE fait un travail sérieux pour éviter des contestations par les opérateurs et propose :
          42 €/MWh (ARENH) pour le nucléaire actuel (y compris le grand carénage, la gesition des décchets et les provisions pour démantèlement. La Cour des Comptes donne des chiffres concordants
          Tarifs moyens CRE
          82 €/MWh pour l’éolien au sol
          220 €/MWh pour l’éolien offshore
          120 €/MWh pour le PV.

          Selon l’AIEA prix de vente aux particuliers (2015)
          181 €/MWh France
          327 €/MWh Allemagne

        • nono le simplet nono le simplet 29 juin 14:42
          @Hervé Nifenecker
          la gesition des décchets et les provisions pour démantèlement
          la Cour des Comptes remarque aussi que les provisions pour démantèlement sont très largement sous évaluées par EDF ... et pour cause ... les caisses sont vides ...

        • Hervé Nifenecker Hervé Nifenecker 29 juin 15:54
          @nono le simplet
          Dans son rapport de 2012 la CC estimait le coût du démantèlement de l’ensemble des réacteurs français à 3,9 Mds €2010. La CC, toujours, estime le coût de construction des 58 réacteurs à 73Mds d’euros, ce qui met le démantèlement à 5% de l’investissement intial. On peut aussi rapporter ce coût à ce qu’aura rapporté l’électricité produite par les 58 réacteurs ayant fonctionné pendant 40 ans, soit une production de 40x400=16000 TWh, soit, avec le tarif ARENH de 42€/MWh, un recette de 672 Mds d’euros. Bien sûr il faudrait approfondir en utilisant les techniques d’actualisation. Mais, une fois de plus, arrêtons de dire n’importe quoi dès qu’il s’agit de nucléaire !

        • sls0 sls0 29 juin 16:38

          @Hervé Nifenecker
          Dans son dernier rapport la cour des comptes a fait plier EDF sur les couts de démantellement.

          Idiote la stratégie de compte d’apothicaire d’EDF, le démentellement c’est une grosse somme mais minime par rapport à la production.
          On peut multiplier le chiffre du démantellement par 5, ça restera toujours le kWh le moins cher par rapport aux critères de la cour des comptes.
          EDF a ses spécialistes mais coté communication et se mettre au niveau du citoyen c’est plus efficace et là dessus ce sont des buses. Complexe de supériorité du nucléopathe, des buses coté communication simple.
          Quand je dis simple ce n’est pas simpliste.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès