• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Turquie devient une superpuissance gazière

La Turquie devient une superpuissance gazière

Le président turc Recep Tayyip Erdogan fait partie des rares dirigeants de puissance mondiale qui, en période de pandémie, non seulement n'a pas réduit l'activité en politique étrangère, se concentrant sur le règlement des problèmes intérieurs, mais en a même profité pour renforcer ses positions. 

En l'absence de succès majeurs en Syrie où il a dû concourir avec des adversaires plus puissants militairement, la Russie et les Etats-Unis, Recep Erdogan a largement compensé cet échec sur d'autres axes. Notamment en Libye où les principaux rivaux de la Turquie sont l'Egypte et les Emirats arabes unis. 

La transformation de la Turquie en califat méditerranée, et Erdogan en son calife, possède une signification économique très concrète. La Turquie, qui ne s'était jamais vantée d'excès de pétrole et de gaz, se voit aujourd'hui offrir une chance de devenir une hégémonie énergétique de la Méditerranée orientale. En mai déjà, Ankara s'est adressé au gouvernement d'entente nationale de Tripoli pour demander une autorisation d'exploration et de production de pétrole et de gaz sur le plateau libyen. Sachant que, selon certaines informations, Turkish Petroleum mène ces travaux depuis plusieurs mois – l'autorisation officielle ne devrait que confirmer la situation actuelle des choses. La lutte de la Turquie contre les rebelles de l'opposition libyenne sous le commandement du général Khalifa Haftar et le soutien du gouvernement d'entente nationale ont un prix pour Tripoli. 

Par étonnant que seulement un mois après le début de l'activité libyenne Recep Erdogan se soit lancé dans une nouvelle aventure autour de l'exploitation des hydrocarbures au large de Chypre. La vive réaction du gouvernement chypriote appelant l'UE à intervenir n'a encore rien donné. La République turque de Chypre du Nord non reconnue mais qui existe de facto sert de prétexte à la Turquie pour participer à la vie économique de l'île, notamment pour extraire du pétrole et du gaz. Et en l'occurrence c'est à chaque partie de décider quel terme a davantage de poids – "non reconnue" ou "turque". Et ce alors qu'Ankara ne reconnaît pas Chypre du Nord. 

Il n'est pas non plus surprenant que la Turquie ait osé réaliser des projets énergétiques à Chypre en ce moment précis. La perspective de l'adhésion de la Turquie à l'UE s'est définitivement dissipée il y a plusieurs années déjà. 

Et la sortie du Royaume-Uni de l'UE, la rupture factuelle des accords Schengen suite à la prolifération du Covid-19 et la hausse du protectionnisme dans les puissances de l'UE réduisent au maximum l'attractivité de l'UE pour la Turquie. Or en l'absence de promesses mutuelles et d'aspirations plus rien n'arrête Recep Erdogan. Même la perspective d'affrontements militaires avec la Grèce – à tel point la suprématie militaire de la Turquie est grande. 

Les projets énergétiques en Libye et à Chypre ont commencé peu de temps après le lancement du gazoduc Turkish Stream en janvier 2020. Grâce à ce projet Ankara a non seulement assuré ses propres besoins en gaz, mais en a également obtenu un excédent qui peut être acheminé dans le Sud de l'Europe. Le lancement du gazoduc transanatolien à pleine puissance attendu pour cette année permettra d'acheminer en Turquie du gaz depuis le gisement azerbaïdjanais de Shah Deniz. En y ajoutant le gaz libyen et chypriote, Ankara devient un nouveau grand acteur énergétique au Moyen-Orient.

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1703


Moyenne des avis sur cet article :  1.53/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Hamed 30 juin 16:11

    Article intéressant mais ne donne pas les lignes de force. Par exemple, comment se fait-il que Ankara est en pleine montée en puissance ? Pourquoi cet intérêt subi pour Chypre qui est son allié, et son irruption en Libye ?

    Est-ce que c’est le président turc Recep Tayyip Erdogan qui en tracé l’axe ? Ou c’est l’axe qui en tracé la voie au président turc ? et j’entends par « axe » les lignes de forces qui font mouvoir l’ensemble. Dès lors il semble que deux axes s’affrontent celui de l’Est et celui du centre-nord. Et l’Union européenne a tout a gagné avec les gains de la Turquie parce que c’est son propre gain.

    La Turquie est une émanation de l’Union européenne et des États-Unis. Et ce n’est pour rien qu’elle occupe une place centrale dans l’OTAN. C’est même un poste avancé de L’UE et des USA. Ce n’est pas une puissance mondiale mais une puissance sous-traitante de ses sponsors.

    Elle a eu des succès notables en Syrie. « En absence de succès majeurs en Syrie » est à relativiser, plutôt en absence de succès total, oui ! ce qu’il faut dire. Ses succès qu’elle a eu en Syrie ne l’a pas été par sa seule puissance, elle ne l’a pu que par les USA et L’UE qui étaient derrière.

    Sans les USA et l’UE, la Turquie aurait tout simplement abdiqué face à la 2ème puissance militaire mondiale. La Russie en recevant la Turquie dans les négociations sur la Syrie savait qu’elle n’était que l’émissaire de l’Occident. Et même aujourd’hui, elle est dans les mêmes prédispositions.

    Quant à l’Egypte et les Emirats arabes unis, eux aussi travaillent de concert avec les USA et l’UE. En clair tous les conflits moyen-orientaux et nord-africains ne sont que la partie visible de l’iceberg.

    La partie cachée de l’iceberg, il faut la chercher dans les méandres de l’histoire qui depuis toujours les grandes puissances ne cessent de couper l’herbe des uns aux autres. Les petits pays subissent, mais subissant les forces évoluent tantôt positivement pour les tantôt pour les autres. Et c’est cela l’intérêt des lignes de forces parce que, tout compte fait, d’elles viennent le progrès du monde.

    Mais à quel prix, les ambitions des puissances ? Le monde avance au prix à payer par le sang versé par les peuples.


    • Matlemat Matlemat 30 juin 17:11

      Ce qui serait intéressant de savoir c’est si la Turquie prospecte dans les eaux territoriales de la république de Chypre du Nord, dans ce cas cela serait plutôt légitime. Autre chose jamais évoquée, l’accord entre le GNA lybien et la Turquie sur les frontières maritimes concerne la partie contrôlée par le gouvernement de Benghazi et donc en théorie par Haftar, cela reviendrait à faire un accord avec la Corée du Sud pour prospecter dans les eaux de la Corée du Nord.


      • Hamed 30 juin 17:37

        @Matlemat

        Ce que vous dîtes est globalement juste sauf pour un premier Haftar est à la fois l’homme des Américains et aussi des Russes pour tenter de s’opposer aux Américains et à l’UE.

        Et les Russes le savent. Et c’est cela qui est incongru, les US sont dans les deux parties du conflit. Pourquoi ? Pour que le conflit perdure. En clair, ils ne sont pas gagnants et donc il est vital pour eux que le conflit libyen comme syrien, iranien, israélo-palestinien, yéménite... perdurent. Là à défaut de gagner, ils ne perdent pas.

        Le deuxième, vous le dîtes « cela reviendrait à faire un accord avec la Corée du Sud pour prospecter dans les eaux de la Corée du Nord. » Ce qui ne peut s’opérer que si les contraires cèdent la place à l’un. Donc un des deux doit disparaître. Comme le témoigne l’histoire. le dernier en date l’URSS.

        Tel est le mvt géopolitique permanent des peuples qui font avancer l’histoire.


      • Matlemat Matlemat 30 juin 18:32

        @Hamed

        Je suis d’accord, le fait que le conflit perdure arrange les marchands d’armes tout comme la complexité des conflits au Moyen Orient bien expliqué dans cet excellent article des Chroniques du grand jeu : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2020/06/alliances-mesalliances-tableau-synoptique-du-moyen-orient.html

        Cela ressemble à un piège dans lequel serait tombée la Turquie bien que son armée a tout à gagner avec un entraînement en condition de combat réel.

        Je ne sais toujours pas dans quelles eaux prospecte la Turquie.

        En Lybie le statuquo est au profit d’Haftar car il contrôle l’essentiel du pétrole.

        Le conflit gelé arrange aussi ceux qui détiennent les milliards du fond souverain lybien, cela peut durer comme en Corée ou en Chine avec Taïwan.


      • Hamed 30 juin 22:41

        @Matlemat

        Non c’est plus que « ça arrange les marchands d’armes ». L’excellent article que vous avez joint n’explique que les rouages apparants, mais ne donnent pas les vraies lignes de force.

        Les USA et l’UE travaillent dans le grand jeu ou le triangle Turquie-Iran-Arabie saoudite englobant tous les conflits de cette région pétrolifère en faisant de ce trinôme un substitut de leur guerre. Car c’est avant tout la guerre des USA avec une puissance subalterne l’UE.

        Et cette guerre est essentiellement dirigée contre la Chine. Même la Russie est une puissance tierce dans le conflit entre les deux meneurs du grand jeu mondial.

        Si la Chine ne s’est pas hissée au rang de 2ème puissance mondiale par le PIB nominal et 1ère puissance par le PIB en ppa, et donc si elle était restée à un rang très inférieur comme l’Inde, par exemple, tout d’abord les conflits libyen, yéménite n’aurait pas eu lieu. Il n’y aurait pas eu de « Printemps arabe ».

        Après l’occupation de l’Irak, les USA auraient terminé avec l’Iran. Sauf qu’il y a la Chine, et la Russie a besoin de la Chine, sinon la Russie aurait été écrasée économiquement. Parce que tout se joue sur le plan économique mondial.

        Les USA n’avaient qu’à provoquer un contrechoc pétrolier comme en 1986 qui a beaucoup joué dans la disparition de l’URSS pour amener la Russie à sa « puissance raisonnable » en tant que pays plus consommateur de richesses importées que de richesses exportées comme le fait la Chine mondialement.

        La Turquie a donc le blanc seing de la 1ère puissance mondiale, et « aidé » en cela. Son armée est « américaine ». Si vous ne savez pas dans quelle eau, voyez sur qui elle s’adosse.

        et c’est le même processus entre les deux Corées. Sans la Chine, la Corée du Nord se serait tout simplement rangée. Le régime nord-coréen n’a pas d’avenir. J’espère que c’est explicite ce petit tour d’horizon le plus à même d’éclairer les lignes de forces.


      • Matlemat Matlemat 1er juillet 00:16

        @Hamed

        Vous avez raison que l’ennemi principal des USA est la Chine, pourtant ces conflits au Moyen Orient ne touchent pas vraiment les nouvelles routes de la soies, donc cela n’empêche pas la Chine de continuer à tisser sa toile. L’Iran est toujours le problème qui empêche l’empire US de s’avancer vers l’Asie centrale. Le différent frontalier entre l’Inde et la Chine est une tentative d’entraîner une guerre. Les USA savent que leur puissance vient des deux guerres mondiales, ils aimeraient bien que cela recommence pour sauver leurs fesses.


      • joletaxi 30 juin 17:20

        bof bof...

        du gaz... du CO2 quoi, c’est d’un hasbeen

        nous on a une académie du vélo, drolement plus important et plus enrichissant pour le peuple


        • Hamed 30 juin 17:41

          @joletaxi

          bof, bof... le gaz, le CO2 l’académie du vélo, certes plus enrichissant par les derniers parce qu’ils produisent par la tête et les bras et les premiers parce que c’est tombé du ciel, mais il n’emêpêche qu’ils sont complémentaires.

          Ceci dit vous avez raison de dire bof, bof, bof, parce que c’est plus enrichissant de faire que de subir le temps. Et aujourd’hui le temps n’est pas clément pour le gaz et le pétrole.


        • Matlemat Matlemat 30 juin 18:34

          @joletaxi

          Vous voyez bien que le nucléaire n’est pas prêt de laisser les hydrocarbures dans le sol.


        • Matlemat Matlemat 1er juillet 00:22

          @Cadoudal

          Le nucléaire est nécessaire comme énergie d’appoint pour une grande puissance industrielle qui n’a pas d’hydrocarbures, de la à en mettre partout comme en France il y de la marge.


        • Ouam Ouam 1er juillet 00:49

          @Matlemat
          Le nucleaire theoriquement c’est bien...
          je dis theoriquement car lorsque ca te petes à la gueule lol... ben.... voila quoi !
          Et je ne cause meme pas de ses déchets que l’on ne sais toujours pas retraiter a part faire un trou et les enterrer comme le chien le fait pour son vieil os .
           
          Bref toutes les energies (ou presque) sonts crades, enfin dans celles connues par l(homme à ce jour, demain ? je n’en sais rien on verra

          Mais de la à stopper le nucleaire comme l’onts fait les Deuch pour y cramer de la Lignite et polluer toute l’Europe jusqu’a Paname ou je vis ,
          La c’est une hérésie de kmer verts smiley


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er juillet 01:28

          @Cadoudal

          Vouais mais c’est teuton ...zieg !


        • raymond 1er juillet 17:42

          @Ouam
          ils viennent de lacher 9 milliards pour la production d’hydrogène


        • Matlemat Matlemat 2 juillet 00:02

          @Cadoudal

          Malgré cette réouverture, la part de charbon dans la production d’électricité en Allemagne baisse, le nucléaire apporte plus de problèmes que de solutions, vous faites allusion à Fessenheim, elle marchait mais la date prévue était passée, donc on arrête, c’est de la sécurité d’une centrale nucléaire qu’on parle, pas de la date de péremption d’un yaourt.


        • Matlemat Matlemat 2 juillet 00:04

          @Ouam

          Vous prêchez un converti, les vents dominants vont vers l’ouest donc la pollution à Paris à peu de chances de venir d’Allemagne, et il faut mieux prendre le Danemark ou le Portugal.


        • Matlemat Matlemat 2 juillet 01:02

          @Matlemat

          Comme exemple.


        • Matlemat Matlemat 2 juillet 01:06

          @Cadoudal

          Fessenheim ne passait pas la 4 visite décennale, quand aux méchants ecolos qui sabotent le nucléaire en France, cela reste à prouver, le nucléaire a malheureusement de beaux jours encore devant lui en France tant la reconversion serait hors de prix, tout cela volontairement prévu.


        • Matlemat Matlemat 2 juillet 01:11

          @Cadoudal

          Macron est pro nucléaire, pas d’inquiétude pour le lobby de ce côté là, sinon l’EPR chinois a démarré avec les mêmes défauts que l’EPR français, preuve que les normes de sécurité ne sont pas les mêmes. Après la crise du covid et le confinement, il ne manque plus qu’une catastrophe nucléaire majeure pour mettre la France définitivement à terre.


        • Matlemat Matlemat 2 juillet 02:30

          @Cadoudal

          Le monde, lol, tout cela n’est qu’un prétexte pour subventionner une industrie nucléaire bien mal en point financièrement, voir la dette d’edf, les provisions pour le démantèlement ont du bien fondre avec la crise. Le radier sous la cuve de Fessenheim ne pouvait pas être élargi, d’où la fermeture.

          Pour les black out le Danemark fait moins d’heures que nous sans nucléaire.


        • Matlemat Matlemat 2 juillet 02:34

          @Cadoudal

          Black out une députée danoise répond à Trump : https://m.youtube.com/watch?v=dSGLjemXwS4


        • Matlemat Matlemat 2 juillet 03:33

          @Cadoudal

          Oui peut être mais de combien de personnes dépend la mappe phréatiques ? Le jugement d’edf ont sait ce qu’il vaut.


        • generation désenchantée 2 juillet 18:11

          @Matlemat
          Enleve la centrale fermée qui fournit 70% d’électricité du grand est
          tu prend des pompe a chaleur et des voitures électriques en grand nombre dans le grand est , tu rajoute des température négatives et tu as une consommation électrique qui va faire complètement effondrer le réseau Européen électrique

          Apartir de 8°c , une pompe a chaleur consomme plus d’énergie qu’elle en restitue et a partir de 2°c c’est consommation 4 kw pour 1 kw restituer dans le logement


        • Matlemat Matlemat 2 juillet 18:26

          @generation désenchantée

          Comment font les pays sans nucléaire sans ce cas ? Ils dorment avec un bonnet et triple chaussettes ? La fermeture était prévue donc anticipée. Il aurait peut-être prendre plus de soin dans la fabrication de l’EPR. La vérité c’est que Fukushima, un événement extérieur indépendant de notre volonté à mis à mal la filière nucléaire française qui comptait vendre des dizaines d’EPR.


        • zygzornifle zygzornifle 1er juillet 08:58

          La Turquie devient une superpuissance gazière

          il est vrai que les pois chiche ça fait péter ….


          • vraidrapo 1er juillet 09:15

            Endogame est l’idiot (très utile) par excellence.

            Il roule pour lui même avec l’assentiment de la CIA et de Tel-Aviv.

            µicron n’est pas dupe même s’il y a confrontation à propos de la Libye, tout se passe comme en « famille ». Seules les opinions publiques peuvent prendre au premier degré les déclarations tonitruantes des deux côtés.

            Le jour où le Yankee aura décidé qu’Endogame est inutile, le traitement sera identique à ce redoutable général iranien qui a reçu le ciel sur la tête...

            Pour l’heure, µicron fait monter une nouvelle usine Renault en turquie et Martinez l’ignore...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité