• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Turquie tombera-t-elle dans le « piège de Thucydide »

La Turquie tombera-t-elle dans le « piège de Thucydide »

Les relations entre la Turquie et ses alliés occidentaux aux Etats-Unis et en Europe sont au plus bas en raison de l'intention claire de la Turquie de devenir une puissance moyenne régionale. Y parvenir, c'est maintenir un équilibre précaire qui joue actuellement en faveur de l'Eurasie tout en sapant la cohésion de l'Otan. Dans ce contexte, la question déterminante est de savoir si la Turquie et les Etats-Unis finiront par échapper au piège de Thucydide.

JPEG

Le terme « piège de Thucydide » a été introduit pour la première fois par Graham Allison dans son analyse intitulée « Le piège de Thucydide : les Etats-Unis et la Chine se dirigent-ils vers la guerre ? ». La théorie d'Allison s'inspire de l'histoire de la guerre du Péloponnèse écrite par l'historien grec Thucydide. Au 5e siècle avant JC, l'hégémonie de Sparte est menacée par Athènes. Sparte a choisi d'entrer en guerre qui a finalement sapé les aspirations athéniennes. Graham Allison a décrit 16 exemples historiques différents, dont 12 qui ont entraîné une effusion de sang.

La réponse peut être cachée dans une déclaration plus ancienne d'Henry Kissinger. S'exprimant lors d'une conférence organisée par TPG Capital à Istanbul en 2011, il a déclaré que la Turquie comblerait une partie du vide régional laissé par le retrait des Etats-Unis d'Irak et d'Afghanistan. Il a toutefois souligné qu'Ankara devait faire attention à ne pas heurter les intérêts vitaux de Washington dans la région. 10 ans plus tard, ce plan stratégique américain se met progressivement en œuvre. La raison principale est que les Etats-Unis visent à réduire leur empreinte, afin de se concentrer sur la lutte contre la menace chinoise émergente.

 La Turquie agit pour l'instant comme l'un des mandataires américains dans le Grand Moyen-Orient pour des raisons géopolitiques et géostratégiques. Par conséquent, les aspirations expansionnistes de la Turquie ne menacent pas les Etats-Unis ; au contraire, ils vont de pair avec la nouvelle architecture de sécurité américaine. Le changement dans la politique étrangère des Etats-Unis est un renouveau de la « doctrine de Nixon » qui est utilisée pour conserver les ressources et la Turquie comble le vide régional des Etats-Unis. 

Pour en revenir à la déclaration du Dr Kissinger, il convient d'attirer l'attention sur le fait qu'Ankara est averti de ne pas heurter les intérêts vitaux de Washington. Cela soulève la question de savoir ce qui constitue des « intérêts vitaux » pour les Etats-Unis. Il est discutable que l'un de ses intérêts soit la technologie militaire en général. L'importance qu'y accordent le département d'Etat des Etats-Unis et le Congrès est bien connue.

Une lettre montrant des inquiétudes venant de 28 membres du Congrès américain (datée du 9 août 2021) a été envoyée au secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken. Dans la lettre, des craintes ont été exprimées quant à la manière dont la Turquie utilise ses drones entravant la sécurité de la région au sens large et déstabilisant davantage les points d'éclair dans le Caucase, en Asie du Sud, en Méditerranée orientale, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Les membres du Congrès ont, également, fait référence à une déclaration de Mike Nagata (lieutenant-général à la retraite de l'armée américaine) à propos des drones turcs. Celui-ci a précisé qu'ils faisaient « partie d'un défi bien plus important concernant l'avenir des relations entre la Turquie, les Etats-Unis et l'Otan ». La lettre, après avoir fait référence aux violations par la Turquie de la CAATSA (achat de système de missiles S-400), concluait que des mesures devaient être prises pour mettre fin à l'aide américaine au programme turc d'UAV par crainte d'une nouvelle « violation des règles et règlements de l'Otan » par les Turcs.

Pour ajouter à cela, les analystes sonnent la cloche du développement en cours de la technologie des drones turcs (autonomie, charge utile, portée, etc.) et de son effet sur la géopolitique. La Turquie a réussi à ajuster la « doctrine Rumsfeld » en utilisant ses drones comme le soulignent les principes suivants : Utilisation de systèmes de combat de haute technologie tels que les drones pour repérer et détruire des cibles ennemies ; S'appuyer sur les forces aériennes ; Employer des forces terrestres petites et agiles (mandataires locaux couplés aux forces spéciales et informations des services secrets). 

Le résultat est une préparation accrue et des forces plus petites nécessaires dans les théâtres, minimisant ainsi les pertes humaines. Le problème est que l'utilisation de telles tactiques militaires et le résultat positif qui en a résulté sur les champs de bataille pour les Turcs (en particulier dans le Haut-Karabakh). Cela a permis à leurs dirigeants d'agir de manière plus autonome que ne le souhaitent les Etats-Unis. De plus, la Turquie a affirmé que son industrie de défense nationale couvre 70 % de ses besoins militaires (c'était 20 %, il y a 15 ans), et c'est certainement un coup de tête pour les Etats-Unis (le plus grand exportateur d'armes vers la Turquie, fournissant 60 % de ses importations totales entre 2014 et 2018).

Le fait de combiner les succès militaires avec le révisionnisme des dirigeants a donné à la Turquie un ego renforcé. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a clairement indiqué dans le passé que la Turquie devrait être une puissance à part entière et devrait, donc, suivre une voie unilatérale. Cependant, l'objectif de la Turquie d'atteindre son autonomie géostratégique entrave l'architecture de sécurité euro-atlantique existante. Recep Tayyip Erdogan dans sa réponse concernant les sanctions de la CAATSA le confirme https://www.cumhuriyet.com.tr/haber/cumhurbaskani-erdogandan-abdye-yaptirim-tepkisi-1799102 : « Pour la première fois », a-t-il déclaré, « [des sanctions] ont été imposées à notre pays, membre de l'Otan.

De quel genre d'alliance s'agit-il ? Cette décision est une attaque flagrante contre les droits souverains de notre pays. Dans un autre cas, il a déclaré : « Les puissances extérieures comprendront que la Turquie a le pouvoir politique, économique et militaire de déchirer et de jeter les cartes immorales [c'est-à-dire les frontières actuelles de la Turquie] et les documents qui lui sont imposés [c'est-à-dire les traités et accords signés].

Ils comprendront cela soit par le langage de la politique et de la diplomatie, soit par les expériences amères... au traitement des Amérindiens par les colons européens. D'autre part, le président Biden au début de 2020 (en tant que candidat à la présidentielle) a qualifié le dirigeant turc d'« autocrate » qui devrait « payer un prix » pour sa répression. Il a également déclaré que « la Turquie est le vrai problème » et qu'il dirait à « Recep Tayyip Erdogan qu'il paiera un lourd tribut ».

Dans ce contexte, la question est la suivante : les aspirations de la Turquie finiront-elles par jeter leurs pas dans le « piège de Thucydide » ?

Konstantinos Apostolou-Katsaros, analyste-consultant spécial. Son domaine d'intérêt concerne les relations étrangères et les relations gréco-turques. Il est titulaire d'un doctorat. et d'un M.Sc. de la School of Environment and Technology de l'Université de Brighton (Royaume-Uni) où il a travaillé en tant que conférencier et associé de recherche

Source : https://www.easternherald.com/2021/09/04/turkey-europe-western-world/

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3129


Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Docteur Faustroll Docteur Faustroll 24 septembre 11:09

    On donne beaucoup d’importance à Erdogan qui n’est qu’un parrain maffieux s’appuyant sur l’appareil non-gouvernemental des frères musulmans pour accaparer des royalties sur les trafics locaux de produits pétroliers et de réfugiés, victimes des guerres par procuration et/ou de leurs engagements politiques. Sa « stratégie » n’est qu’une succession de tactiques, parfois contradictoires, reposant toujours sur le même mécanisme : un opportunisme qui consiste à utiliser les situations de « dégâts collatéraux » commis par les pays occidentaux pour leur faire un chantage aux réfugiés ou à l’achat d’armes à la Russie pour obtenir ce qu’il veut.

    La nostalgie de l’Empire Ottoman n’est qu’un discours démagogique à destination des électeurs nationalistes nombreux en Turquie. C’est ce qui lui permet de conserver une majorité qu’il perdrait s’il se « contentait » de gérer son pays. Et les occidentaux, Américains en tête mais aussi UE, ont toujours cédé à ses chantages. C’est un renard qui se fait passer pour un loup.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 septembre 13:14

      @Docteur Faustroll

      oui, c’est bien vrai mon brave Monsieur, mais à part ça, vous vouliez dire quelque chose ?


    • Docteur Faustroll Docteur Faustroll 24 septembre 15:37

      @Olivier Perriet

      oui


    • Parrhesia Parrhesia 24 septembre 21:10

      @Docteur Faustroll
      Bonjour docteur Faustroll
      Vous nous dites :
      >>> Sa « stratégie » n’est qu’une succession de tactiques, parfois contradictoires, reposant toujours sur le même mécanisme : un opportunisme qui consiste à utiliser les situations de « dégâts collatéraux » commis par les pays occidentaux pour leur faire un chantage aux réfugiés ou à l’achat d’armes à la Russie pour obtenir ce qu’il veut.<<<

      C’est évidemment bien vu.

      Par contre, il est fort à craindre que cette stratégie attestée de intéressé ne change ni n’affaiblisse quoi que ce soit d’un désir national bien ancré de ressusciter l’Empire Ottoman.
      En tout cas, négliger cette hypothèse semble bougrement risqué !!!


    • Docteur Faustroll Docteur Faustroll 25 septembre 07:54

      @Parrhesia

      encore faudrait-il que les anciens territoires soient disponibles !

      franchement, vous imaginez la Serbie, la Bosnie, la Grèce, la Bulgarie, la Syrie, le Liban, l’Egypte et Israël réintégrer un sultanat avec un siège à Istanbul ? sans parler des comptoirs de la Méditerranée et de la Mer Noir. comme Alger, Tunis, Tripoli et Azov ?


    • yakafokon 25 septembre 08:35

      @Olivier Perriet
      Moi, je vais le dire à sa place !
      L’armée turque a peut-être été efficace avec ses drones dans le Haut Karabagh, mais elle a fait très attention à ne s’est pas s’attaquer à l’Arménie, sinon, elle aurait été reconduite à grands coups de pompes dans le cul jusqu’à Ankara !
      L’Arménie n’a jamais reconnu le Haut Karabagh ( dont le drapeau est celui de l’Arménie déchiré en deux ), et en fait c’est Vladimir Poutine qui a sifflé la fin de la récréation, en stoppant net le conflit par la négociation, mais en obligeant l’Arménie à restituer des territoires peuplés initialement de musulmans, conquis dans le passé sur l’Azerbaïdjan.
      Maintenant, si le grand Mamamouchi qui se prend pour Soleiman le Magnifique veut envahir l’Arménie, la Russie liée par le pacte de défense qu’elle a créé pour défendre les pays-membres de la C.E.I., à savoir l’O.T.S.C. sera obligée d’intervenir.
      Et ce ne sera pas avec des drones, ce coup-là !
      La Russie a déjà filé onze branlées à l’armée turque, alors une de plus...
      Si elle le veut, la Russie, sans se déplacer, peut rayer toutes les défenses turques de la carte, et même en Turquie, ça ne fera pas que des mécontents, bien au contraire ! ( demandez aux centaines de militaires de l’état-major des trois armes qui ont été limogés ).
      Les turcs civilisés des grandes villes commencent à en avoir vraiment marre des djhadistes incultes d’Anatolie, le fond de commerce de Recep Tayiip Erdogan !
      Enfin, la Turquie n’a rien à foutre dans l’OTAN, puisqu’elle est garante de la sécurité de circulation maritime dans les détroits des Dardanelles et du Bosphore, aux termes de la Charte de Montreux.
      En effet, elle est à la fois juge et partie, ce qui lui enlève toute légitimité, sauf si elle sort de l’OTAN ( ces deux détroits sont en territoire turc ) !


    • Parrhesia Parrhesia 25 septembre 09:59

      @Docteur Faustroll

      Bien sûr ! Les territoires ne sont, en apparence, pas disponibles...
      Mais cela change quoi aux ambitions islamistes en général et turques en particulier ; surtout lorsque l’on considère, par exemple, le sort réservé à l’indisponibilité théorique du Kosovo lorsque le N.O.M. eut décidé qu’il ne devait plus être Serbe...
      Bien sûr cela ne se ferait par en huit jours et les dominos ne tomberaient pas tous, non plus qu’en huit jours !
      Mais puisque vous parlez de la Grèce, pour ne citer qu’elle, parieriez-vous votre dernière chemise que l’expansionnisme d’Ankara, toujours spécifiquement teinté d’islamisme et d’héritage turco-mongole, a renoncé à son hégémonie sur la Grèce et sur Chypre ???
      Je crains que la logique et la philosophie de la vieille Europe auxquelles vous vous référez ici ne puissent plus prévaloir !
      Ce qui prévaut désormais, ce sont la logique et la philosophie hégémonique du N.O.M. par la puissance que lui confèrent (y compris sur la Turquie, bien que parfois réticente) le nombre et les dimensions de ses tiroirs caisses !!!


    • mmbbb 25 septembre 10:12

      @Olivier Perriet ha de te revoilas !! Crois tu que tes exposess sont d une infinie clarte ! 


    • Parrhesia Parrhesia 25 septembre 10:12

      @Parrhesia
      Il convient ici d’ajouter : « ... de ses tiroirs caisses remplis de fausse monnaie non indexée qu’il gère à sa guise !!! »


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 septembre 13:39

      @yakafokon

      lol, avoir laissé les turco-azéris ratonner pendant 1 mois et demi les arméniens (le Kharabagh n’a jamais été peuplé d’azéris, masi bref), en leur disant « allez-y nous ne garantissons que la frontière de la république d’Arménie », pour finir par siffler la fin de la récré et intervenir quand même, en laissant une « frontière » intenable, prète à suppurer de nouveau, ... et dire que Poutine soutient l’Arménie  !

      Avec des amis comme Poutine, on n’a pas besoin d’ennemis !


    • yakafokon 27 septembre 19:40

      @Olivier Perriet
      Désolé, mais il faut que vous preniez deux choses : un livre d’Histoire contemporaine, et un livre de géographie !
      Le Haut-Karabagh, qui se trouve sur le territoire de l’Azerbaïdjan, appartient à ce pays, et d’ailleurs il n’est reconnu par aucun état, même pas l’Arménie ni la Russie.
      Il était peuplé initialement de musulmans, qui ont été massacrés ou qui ont fui.
      Tout ce qui était musulman a été rasé, et des arméniens ont pris leur place !
      Les documents ne manquent pas à ce sujet !


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 septembre 13:11

      Parler des ambition turques sans parler de Poutine, ils sont trop forts au Kremlin.

      Alors que depuis le « putsch raté » de 2016, les deux compères s’entendent comme larrons en foire pour se partager la Syrie ou châtier ces impudents d’Arméniens smiley

      Mais évidemment, LE GRAND problème, quand on parle d’Erdogan, c’est les USA, ça ne fait aucun doute.

      Sur quoi se basent les identitaires européens et autres fachos à poigne pour admirer Poutine, maintenant que celui ci est pro islam, pro turc, et « eurasien » ?

      À part sur leur bêtise et leur aveuglement idéologique constant bien sûr ?


      • Laulau Laulau 24 septembre 15:12

        @Olivier Perriet
        Poutine pro Islam ? Parlez en aux islamistes tchétchènes.


      • QAmonBra QAmonBra 24 septembre 16:48

        @Laulau

        Faire comprendre à certains, qu’un Président de la fédération de Russie digne de ce terme, ne peut qu’être respectueux de l’islam et des musulmans, compte tenu que ces derniers, contrairement à la France, font partie de l’Histoire millénaire de sa patrie et, ceci d’ailleurs expliquant cela, être sans pitié pour les « islamistes », dépasse les capacités cognitives de certains individus, semblant souffrir, de surcroit, d’une forme de daltonisme, vu qu’ils voient rouge le vert de l’islam. . .


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 septembre 17:07

        @Laulau

        il fait comme en Egypte et en Arabie et comme souvent dans le monde musulman :

        il leur donne des sous, les trouve formidables, en échange ils ne doivent pas se mêler de politique.

        Son ami Kayrov est objectivement assez effrayant. Je pense qu’à terme ça se retournera contre la Russie.

        Mais oui, la Russie se dit anti occidentale et eurasienne, donc pro turque, pro islam.


      • Docteur Faustroll Docteur Faustroll 24 septembre 17:22

        @Olivier Perriet

        alors que les Etats-Unis leur donnent des sous pour qu’ils fassent de la politique
        mais oui, les Etats-Unis se disent anti Iraniens, donc pro Saoudiens et UEA et pro sunnites
        à part ça, vous vouliez dire quelque chose ?


      • yakafokon 25 septembre 09:01

        @QAmonBra
        Au cas où certains ne le sauraient pas, je signale que la plus grande mosquée d’Europe, se trouve en plein centre de Moscou !
        Mais par-contre, les terroristes tchétchènes de Grosny ont tous été éliminés, suite à leur attentat du 1er Septembre 2004 dans l’école n°1 de Beslan ( Ossétie du Nord ) qui a causé la mort de 334 personnes, dont 186 enfants. « J’irai les chercher jusque dans les chiottes ! » avait déclaré Vladimir Poutine, et il a tenu parole !
        Maintenant, les habitants de Grosny vivent en paix, et lui en sont reconnaissants.
        Il faut être le dernier des crétins pour penser que Poutine déteste les musulmans, dans un pays où vivent entre 15 et 22 millions de musulmans ( entre 10 et 15 % de la population de la Fédération de Russie ).
        Ce que déteste Vladimir Poutine, ce sont les terroristes !


      • yakafokon 25 septembre 09:23

        @Olivier Perriet
        Tu as encore beaucoup d’efforts à faire, avant de comprendre la stratégie de Vladimir Poutine et de la Fédération de Russie !
        Contrairement aux Etats-Unis, où les crétins se succèdent à la tête de l’état depuis des décennies, la Russie est dirigée par des gens qui ont un cerveau, et qui savent s’en servir, en réfléchissant avant d’agir !
        La preuve ? Devant l’agressivité pathologique des Etats-Unis, qui se disent prêts à faire la guerre à toute la planète, la Russie s’est dotée de tous les moyens de rayer ce pays de cinglés de la carte du monde et de le renvoyer à l’âge de pierre, s’il lui venait l’idée saugrenue de déclencher un conflit majeur !
        Et elle n’est pas la seule à y penser sérieusement !


      • mmbbb 25 septembre 10:30

        @Olivier Perriet tres bon commentaire contrairement a mon charabia . 
        petite histoire , Poutine a combattu la rébelleion Tchéchène et il n a eu aucun sentiment 
        Jadis Yvan le Terrible a terrassé les Tatares , 
        Les musulmans ont été combattus violemment En Russie , ces musulmans n auront rien a craindre s ils n ont pas de velléités d imposer un islam radical 
        Nous , nous avons des Tchéchne et il n hesitent pas a creer de sheurs comme a Dijon .
        C est pour en voyant le merdier dans ce pays , Poutine a propose son soutien a la France : une facon malicieuce de foutre de Macron 
        Quant a Poutine, il applique le bon vieux principe de la diplomatie , il n y a pas d amis que des intérêts soit stratégique ou economique c est ce qu a fait Poutine avec Edorgan en Syrie 
        C est ce que font les Amerloques avec l Arabie Saoudite 
        J admire ton acuité intellectuelle : j en suis dépourvue !! 


      • Matlemat Matlemat 25 septembre 12:23

        @Olivier Perriet
        Votre poutinophobie vous aveugle, qui soutient véritablement Erdogan si ce n’est l’Europe qui lui donne des milliards pour une entrée dans l’Europe pas prête d’arriver, cédant au chantage à l’immigration. 


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 septembre 10:50

        En Russie , ces musulmans n auront rien a craindre s ils n ont pas de velléités d imposer un islam radical 

        Lorsque « la chose » de Poutine organise des manifestations anti françaises dans son fief mafieux, tu trouves ça sympa en tant que poutinien ou pas sympa en tant que français ?


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 septembre 10:51

        @yakafokon

        la preuve de la grande amabilité de Vladimir, sans doute.

        la preuve qu’il a un meilleur cerveau que les crétins décérébrés américains ?
        N’exagérons rien smiley


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 septembre 10:53

        @Docteur Faustroll

        oui, je me demandais comment les fachos européens peuvent encore admirer le Poutine eurasien, pro islam et pro turc.

        D’ailleurs vous pouvez me répondre si vous voulez, au lieu d’essayer de me vendre une assurance Midas !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité