• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Vème République est morte

La Vème République est morte

 Emmanuel Macron est le président des milliardaires. Il n’est pas le président du peuple. L’article 2 de la constitution de la Vème République qui proclame le « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple » ne s’applique plus. La Vème République est donc morte. Pourtant, nombreux sont ceux qui vantent la grande stabilité de la Vème République dont la constitution date de 1958. Ce n’est pas notre avis. En plusieurs étapes, cette constitution a été vidée de son contenu. Elle a d’ailleurs été modifiée par 22 lois depuis 1958 et elle a été aussi parfois modifiée dans l’esprit sans l’être dans le texte. Nous allons examiner les différentes phases de cette mutation. A l’origine la Vème République était un régime « bonapartiste ». En 1964, François Mitterrand écrivait « Le Coup d’Etat permanent » en soulignant comme trait essentiel de ce régime le pouvoir personnel d’un chef d’Etat devenu tout-puissant. En effet, la caractéristique essentielle de ce régime est de concentrer l’essentiel du pouvoir dans les mains du Président. Ce n’est donc pas un régime démocratique comme les régimes parlementaires classiques sans être pour autant, à proprement parler, une dictature. En effet, l’essentiel du pouvoir est bien confié à un seul homme mais à la condition qu’il ait un assentiment populaire ce qui n’est pas le cas dans les monarchies absolues et autres formes de dictature. Ce fut le cas, bien sûr, pour Napoléon Bonaparte dont on a retenu le nom pour caractériser ce type de régime. Ce fut le cas aussi pour le Général de Gaulle qui a mis en place la Vème République. Le suffrage universel et le référendum sont donc les clefs de voute des régimes bonapartistes puisqu’ils prouvent l’adhésion du peuple à la politique du chef de l’Etat. La Vème république a d’ailleurs été mise en place par un référendum, avec 82,60% de « oui », et non pas par une assemblée constituante. Le référendum, sous le Général de Gaulle avait valeur de plébiscite. Il n’était pas pensable que le Président de la République, avec tous les pouvoirs que lui confère la constitution, puisse exercer en étant minoritaire d’une quelconque façon. Le 27 avril 1969, n’ayant obtenu que 47,59 % des voix au référendum qu’il proposait, le Général de Gaulle démissionnait.

La première dégradation de la Vème république a été instituée par François Mitterrand avec la cohabitation. S’accrochant au pouvoir, François Mitterrand, a en effet inventé cette procédure lui permettant de rester en place alors que des élections législatives l’avaient mis en minorité. Cela est en contradiction avec l’esprit de la Vème république et il n’y a d’ailleurs rien dans la constitution qui permette de répartir les rôles entre le Président et le Premier Ministre en cas de cohabitation. Mitterrand invente une répartition en s’affirmant responsable des relations internationales mais il n’a pas d’autres moyens, pour imposer son point de vue au Premier Ministre, que de faire la gueule, de bouder, quand il estime que celui-ci dérape. C’est ce qui s’est passé quand il a appris que le 14 août 1994, lors d’un point de presse à Saint-Tropez, Edouard Balladur s’était attribué la responsabilité d’un conseil de sécurité réuni le matin même sur le porte-avions Foch pour détailler les mesures arrêtées dans l’affaire du Kosovo. Il est vrai qu’Edouard Balladur avait oublié de dire que François Mitterrand était présent le matin à cette réunion. N’est-il pas cependant dérisoire qu’il n’y ait rien d’autre pour répartir les rôles ? En fait, il y a antinomie entre cohabitation et Vème république.

La seconde dégradation de la Vème république est consécutive au traité de Maastricht. Elle a été suivie de modifications de la constitution faites en catimini dans le dos des français. En particulier, l’incrimination de « complot contre la sureté de l’Etat » a été supprimée en 1993 puis, quelques mois avant l’élection de Nicolas Sarkozy, c’est l’incrimination de « haute trahison » qui, à son tour, a été supprimée en 2007. Ainsi ceux qui se sont montrés coupables de s’être attaqués à la souveraineté de l’Etat français, en le plaçant sous la tutelle de l’Union Européenne, ont pu échapper à ces deux incriminations. Car c’est bien de cela qu’il s’agit avec la mise en place de l’Union Européenne. C’est Viviane Reding, la vice-présidente de la Commission Européenne, qui le dit elle-même : « il n’y a plus de politiques intérieures nationales. Il n’y a plus que des politiques européennes qui sont partagées dans une souveraineté commune. »

La troisième dégradation arrive quand le « Non » massif, exprimé par les français lors du référendum de 2005 sur le projet de traité de « Constitution Européenne », fut considéré comme nul et non avenu par les dictateurs de la « construction européenne ». Pour cela, ils ont signé à Lisbonne, le 13 décembre 2007, un nouveau traité qui reprenait la quasi-intégralité du projet qui avait été refusé par les français le 29 mai 2005 avec 54,87% de « Non ». La ratification de cette nouvelle mouture du traité, refusé par le peuple français, nécessitait une révision constitutionnelle. Dans le dos des français, tous les états-majors des partis politiques se sont mis d’accord pour éviter de proposer au peuple de se prononcer à nouveau par référendum. Ils ont accepté que cela soit confié au congrès (députés et sénateurs) qui s’est réuni à Versailles le 4 février 2008. Il ne restait plus, à ceux qui ont voulu trahir la volonté du peuple, qu’à ratifier le traité par la voie parlementaire. Ce qui fut fait le 8 février 2008.

Qu’une décision référendaire puisse devenir lettre morte était inimaginable avec la Vème République de 1958. Le peuple de France a perdu toute souveraineté. Il n’y a plus de démocratie. Que pouvait-il arriver de pire maintenant qu’il n’y a plus de politique nationale et que les référendums ne servent plus à rien face aux décisions de Bruxelles ? Réponse : les élections présidentielles de 2017.

Nous considérons que depuis l’élection de 2017 la Vème République est morte. Pourtant il n’y eu aucune modification de la constitution lors de cette ultime étape de dépérissement de la Vème République. Ce sont les règles de financement de la presse, la privatisation des chaînes de télévision et toutes les réglementations sur les médias qui sont venues aggraver encore la situation. Désormais les quelques milliardaires qui contrôlent l’essentiel des médias peuvent faire élire qui ils veulent comme Président de la République. Ils pourraient faire élire un cheval tel Caligula qui voulait nommer son cheval favori comme Consul. Ils ont choisi Emmanuel Macron dans le rôle du cheval Incitatus. Nous constatons en effet que le résultat aux élections est en corrélation avec le volume de l’exposition médiatique. Ceux qui ont les médias dans leurs mains peuvent ainsi en déplaçant les curseurs obtenir le résultat qu’ils veulent. Nous verrons que, pour faire élire Emmanuel Macron, il a suffi que quatre personnes fortunées se mettent d’accord : Bernard Arnault, Patrick Drahi, Xavier Niel et Arnaud Lagardère. Ils possèdent ensemble :

  • Des quotidiens (Libération, Le Monde, Les Echos, Le Parisien, Aujourd’hui en France) ;
  • Des périodiques (L’express, Paris Match, Le Journal du Dimanche, Elle, Public, Télé 7 jours, Marie Claire, La Tribune) ;
  • Des radios (Europe 1, Virgin radio, RFM) ;
  • Des chaînes de télé (BFM-TV, RFM-TV).

Un noyau aussi puissant est suffisant car il est évidemment suivi par l’ensemble des médias dominants. Ce fut quasiment un Coup d’Etat manigancé plus de trois ans à l’avance. Ceux qui croient qu’Emmanuel Macron était un candidat classique que les milliardaires auraient choisi de soutenir puisqu’il leur semblait le mieux placé pour défendre leurs intérêts se trompent. La vérité c’est que les milliardaires ont choisi un individu qu’ils connaissaient et ont décidé d’en faire le Président de la République. Emmanuel Macron n’est que leur larbin. Ce n’est pas seulement le candidat qu’ils ont appuyé. Ne croyez donc pas non plus que cette poignée de milliardaires ont fait ce qui s’apparente à un Coup d’Etat pour donner le pouvoir à Emmanuel Macron. Non ! Ils l’ont fait pour prendre le pouvoir pour eux-mêmes. Nous avons désormais un gouvernement de milliardaires pour les milliardaires.

Assurément, la Vème République est morte. François Asselineau le montre à sa façon en ayant constitué un dossier où il énumère et explique les multiples cas où les décisions d’Emmanuel Macron sont non seulement anticonstitutionnelles, au regard de la constitution de la Vème République, mais peuvent être considérées comme des « manquements à ses devoirs manifestement incompatibles avec l’exercice de son mandat ». Il énumère ainsi les 10 principales violations et il argumente en détaillant pour chacune d’elles tout ce qu’il y a d’anticonstitutionnel. Nous nous contenterons ici de citer ces 10 principales violations mais nous conseillons la lecture intégrale du dossier disponible sur le site web de l’UPR.

  1. La paupérisation et la précarisation de pans entier de la société française ;
  2. Le bradage d’intérêts stratégiques et de services publics ;
  3. Le dénigrement incessant des français ;
  4. Le musellement en sa faveur des médias audiovisuels du service public et la tentative sans précédent d’imposer une supposée Vérité par la loi, en particulier par le vote d’une loi contre les prétendues « fake news » ;
  5. Le travail de sape contre l’unité nationale ;
  6. La destruction programmée de milliers de communes françaises ;
  7. Une politique visant à éroder constamment notre indépendance nationale et à dissoudre la France dans une Europe fédérale sous domination allemande ;
  8. La violation du droit du parlement et du droit international ;
  9. La mise en avant constamment d’une rhétorique guerrière visant à promouvoir un nationalisme continental européen ;
  10. Le mépris constant avec lequel M. Macron traite la langue française et la francophonie.

Il a fait ce dossier pour demander aux députés et aux sénateurs de lancer la procédure de destitution d’Emmanuel Macron. Cette démarche était une ultime tentative pour contrer le « Coup d’Etat » des milliardaires et sauver ce qui restait de la Vème République. La proposition aurait certainement été refusée par l’assemblée nationale et le sénat d’autant plus qu’il est requis d’avoir au moins les 2/3 des membres des deux assemblées. Cependant, il serait resté quelque chose du débat.

Pour notre part, nous avons toujours pensé que la Vème République était un régime réactionnaire dès son avènement mais ce que nous connaissons aujourd’hui est bien pire. Ce nouveau régime vit sur le cadavre de la Vème République dont il a conservé la constitution mais, en fait, elle ne s’applique plus. Pour sauver les apparences, les sénateurs et les députés restent en place et les assemblées perdurent. Cependant, le parlement et la chambre des députés ne sont plus que des théâtres dans lesquels jouent tous ces acteurs que nous appelons les « histrions de la politique ». Comme dans la Commedia Dell’Arte, ils improvisent des pièces sur un canevas connu où chaque personnage a un rôle précis à tenir. La conclusion est toujours la même : les décisions prises à Bruxelles s’appliquent puisque telle est la volonté des milliardaires. Nous allons illustrer par un exemple comment, en fait, fonctionne le pouvoir.

Le lundi 10 décembre 2018, en réaction au mouvement des gilets-jaunes, Emmanuel Macron fait un discours suivi par 23 millions de français. Il lâche quelques miettes et il dit :

« J’ai besoin que nos grandes entreprises, nos concitoyens les plus fortunés aident la nation à réussir. Je les réunirai et prendrai des décisions en ce sens dès cette semaine. »

Le lendemain, dans « Les Echos », un article titre :

« Iliad, Altice, Orange mais aussi Total, Publicis et LVMH sont les premiers à avoir répondu à l’appel du président de verser une prime de fin d’année »

Essayons de voir quels sont les noms des principaux capitalistes qui sont derrière ces groupes. Pour « Orange » nous retiendrons le nom du directeur puisqu’il s’agit de l’entreprise publique qui succède à France Telecom. Nous ferons de même pour « Total ». C’est la première entreprise française en termes de chiffre d’affaire qui, par ailleurs, ne paie quasiment pas d’impôts. Mais, il ne ressort pas nettement d’actionnaire principal. Le principal actionnaire « Blackrock, inc » n’ayant que 6,3% du capital. Il est d’autant plus difficile de faire ressortir des noms que « Blackrock, inc » est une société tentaculaire de gestion d’actifs dont on connaît mal les actionnaires et il y aurait sans doute beaucoup de choses à dire à ce sujet mais cela nous éloignerait de notre propos. Voici donc les cinq personnes qui ont pris simultanément la décision d’accorder une prime de fin d’année à leur personnel. Pour les grands capitalistes nous avons mis entre parenthèses leur classement parmi les plus grosses fortunes de France.

  • Stéphane Richard, Directeur de Orange ;
  • Patrick Pouyanné, Directeur de Total ;
  • Patrick Drahi (8ème) pour Altice ;
  • Xavier Niel (10ème) pour Iliad ;
  • Elizabeth Badinter (75ème) pour Publicis ;
  • Bernard Arnault (1er) pour LVMH.

Nous avons déjà signalé que les trois plus fortunés (Bernard Arnault, Xavier Niel et Patrick Drahi) font partie du petit comité qui avait prévu de faire élire Emmanuel Macron dès 2014.

Quel est le mythe qu’Emmanuel Macron veut faire avaler aux français avec cette histoire de primes de fin d’années ? Il prétend que, quand il le veut, il peut réunir les « plus fortunés », comme il dit, leur expliquer qu’il faut qu’ils payent une prime à leurs salariés et que aussitôt (le lendemain de l’annonce) ces grands patrons s’exécutent. Ainsi, toutes les institutions de la Vème République ne serviraient plus à rien ni aucun corps intermédiaire. Plus besoin de syndicats ou de représentants du patronat puisqu’Emmanuel Macron est censé tout régler lui-même avec les patrons. A l’évidence c’est l’inverse qui s’est produit. Face au mouvement des gilets-jaunes, les grosses fortunes qui dirigent désormais le pays ont commencé à prendre peur et ont décidé d’agir pour se tirer de ce mauvais pas. C’est donc un petit comité de ces grosses fortunes qui a pris la décision de donner une prime de fin d’année à leurs employés et ce petit comité a demandé à Emmanuel Macron d’en faire l’annonce dans un discours. Ainsi, ces grosses fortunes en ont profité pour présenter Emmanuel Macron comme l’homme providentiel, ayant beaucoup de pouvoir, l’homme capable de régler bien des problèmes.

Il est effectivement acquis que les institutions de la Vème République ne servent plus à rien. La Vème République est morte. Il faudrait d’ailleurs beaucoup plus que ce scénario pour qu’Emmanuel Macron recueille l’assentiment des français. Ce régime n’est pas du tout bonapartiste. C’est un régime totalitaire et fascisant. Nous vous invitons à regarder à ce sujet sur YouTube la vidéo de François Asselineau intitulée : « La France devient-elle fascisante ? »

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

68 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 2 mars 15:38

    ’’Emmanuel Macron est le président des milliardaires.’’

     

    Absolument pas !

     

    Micron n’est que leur larbin, leur valet.

    A peine mieux considéré que leur pot-de-chambre.

     

    Il est là pour les servir et, pour le récompenser, il aura le droit à leurs miettes. Il pourra ronger leurs os quand ils auront fini de se goinfrer.

     

    Cette (toute) petite frappe n’a même pas la fierté d’un majordome. Il est puéril, servile. Une marionnette, un vrai pantin, Guignol en moins drôle !

     


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 2 mars 16:31

      @Jeekes

      Voici ce que j’ai écrit :

      "Ceux qui croient qu’Emmanuel Macron était un candidat classique que les milliardaires auraient choisi de soutenir puisqu’il leur semblait le mieux placé pour défendre leurs intérêts se trompent. La vérité c’est que les milliardaires ont choisi un individu qu’ils connaissaient et ont décidé d’en faire le Président de la République. Emmanuel Macron n’est que leur larbin. Ce n’est pas seulement le candidat qu’ils ont appuyé. Ne croyez donc pas non plus que cette poignée de milliardaires ont fait ce qui s’apparente à un Coup d’Etat pour donner le pouvoir à Emmanuel Macron. Non ! Ils l’ont fait pour prendre le pouvoir pour eux-mêmes. Nous avons désormais un gouvernement de milliardaires pour les milliardaires."


    • Jeekes Jeekes 2 mars 16:35

      @Jean Dugenêt
       
      Mais oui, on est d’accord.
       
      Je ne réagissais que sur la première phrase !
       


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 2 mars 16:27

      C’est exactement ce que j’explique dans l’article.


      • Arogavox 3 mars 11:13

        @Jean Dugenêt
        Alexis de Tocqueville avait écrit (dansDe la Démocratie en Amérique’ ) :

        "Il est clair que si chaque citoyen, à mesure qu’il devient individuellement plus faible, et par conséquent plus incapable de préserver isolément sa liberté, n’apprenait pas l’art de s’unir à ses semblables pour la défendre, la tyrannie croîtrait nécessairement avec l’égalité

        "


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 3 mars 18:05

        @Arogavox
        Oui. En effet. C’est la seule solution pour se défendre : s’unir à ses semblables.



        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 2 mars 21:45

          @Eschyle 49
          J’ai particulièrement apprécié la contribution du professeur Adriana Sagatori, psychiatre.
          Merci


        • doctorix doctorix 4 mars 11:56

          @Jean Dugenêt
          Et j’ai moi été surpris d’apprendre que la première bombe atomique était allemande et qu’elle a explosé le 3 Mars 1945, au coeur de l’Allemagne (province de Thuringe, non loin d’Erfurt).


        • CRICRI59 CRICRI59 2 mars 18:15

          Bonjour ecoutez ce q’en disait De Gaulle de la constitution

          ►1964 : De Gaulle nous explique l’esprit de la...


          • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 2 mars 19:48

            @CRICRI59
            Merci. J’ai écouté cet enregistrement. Je le connaissais mais cela fait du bien de se remémorer les classiques. Je crois que ce que nous connaissons est pire que ce que craignais le Général De Gaulle. Ce n’est pas un retour des partis à la tête de l’Etat c’est la mise au sommet de l’Etat d’une fraction des plus grosses fortunes. C’est une confiscation du pouvoir politique par ceux qui détiennent déjà le pouvoir économique. C’est pourquoi, je pense que cela s’apparente à un coup d’Etat.
            Cependant, il est intéressant d’entendre que l’esprit de la Vème République ne peut être respecté que si celui qui est élu à la Présidence est ce que j’appelle un « bonaparte ». Si ce n’est plus le cas l’enveloppe est en contradiction avec le contenu.


          • aimable 3 mars 17:14

            @Jean Dugenêt
            Malheureusement , de Gaulle avait lui même « peut être involontairement » mis le ver dans le fruit et celui ci n’a cessé de se développer depuis .


          • doctorix doctorix 4 mars 12:02

            @aimable
            De Gaulle avait prévu une présidence à la mesure d’un honnête homme, mais pas d’une crapule : voilà l’erreur fondamentale.
            Dans les hommes politiques actuels, je ne vois guère qu’Asselineau qui soit en mesure de reprendre ce flambeau de rigueur et d’honnêteté.
            C’est bien pourquoi on nous le planque sous le tapis : l’oligarchie n’a aucun besoin d’un honnête homme, bien au contraire.


          • Arogavox 2 mars 19:51

            Un député matraqué ! ...

              et un jupiter éborgneur qui implore notre confiance !

             Les fautifs et leurs complices, irrécupérable, vont encore aller jusqu’où ? !!

            « Matraqué alors que je quittais la manifestation tranquillement. Christophe Castaner et la préfecture d’Aquitaine, les violences policières n’existent pas ? Ça suffit, vous semez le chaos ! »

            cf https://www.bfmtv.com/politique/montrant-son-oreille-en-sang-un-depute-fi-dit-avoir-ete-frappe-par-la-police-a-bordeaux-1642877.html


            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 2 mars 21:43

              @Arogavox
              J’ai écrit un article sur « Les violences des gilets-jaunes ». Je crois que malheureusement il ne passera pas sur AgoraVox.
              Il est consultable ici :

              https://www.facebook.com/dugenetjean/photos/a.175284466328507/55893723462989 3/?type=3&theater


            • Arogavox 2 mars 23:47

              @Jean Dugenêt
              « à quelque chose malheur est bon »

               Le malheur c’est la déraison nuisible et sidérante de l’éborgneur en chef ET DE SES COMPLICES !!
                
                Ce qui, par contre est bon, c’est qu’ils continuent de s’enferrer honteusement dans l’impardonnable massacre qui les condamne déjà à tout jamais, mais qui bientôt sera désigné par les futurs historiens comme le comble de la présomption aveugle conduisant au pire des déshonneurs !


            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 3 mars 00:24

              @Arogavox

              LA VIOLENCE DES GILETS-JAUNES

              A ceux qui ne cessent de reprocher aux gilets-jaunes les violences commises lors des manifestations, il faut commencer par rappeler que l’insurrection est non seulement « le plus sacré des droits » mais qu’il est aussi « le plus indispensable des devoirs ». Ce sont les termes exacts de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793, également appelée constitution de l’an I. C’est l’article 35 : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.  ».

              Les gilets jaunes ont appliqué un droit républicain et même un devoir républicain.

              Le processus par lequel les dictateurs imposent leur domination est toujours le même. Que ce soit au niveau d’une entreprise ou que ce soit au niveau de l’état.

              Dans une entreprise, quand un chef veut imposer une mesure arbitraire à un subalterne, il accepte, dans sa grande clémence, les critiques, les protestations à condition qu’au bout du compte ses décisions, même les plus ignobles, finissent par être acceptées. Il ne peut donc pas supporter que les formes de protestation soient efficaces au point de l’obliger à revenir sur ses décisions. Si tel est le cas, il décrète alors qu’il y a dans la manière de protester du subalterne quelque chose d’inadmissible.

              C’est ce qui se passe avec le mouvement des gilets jaunes qui ont réussi à faire reculer l’état. Car il y a bien eu un recul même si ce ne sont que des miettes qui ont été concédées. Nous savons que les capitalistes ne peuvent céder quelque chose que s’ils ont peur de tout perdre. Ce fut notamment le cas en mai 1968. La peur a commencé à s’emparer des milliardaires et de leurs larbins. Selon le schéma classique, ils doivent affirmer qu’il y a, dans la manière de protester des gilets-jaunes, quelque chose d’inadmissible, d’insupportable… Il leur faut alors reprocher la violence… La peur qu’ils ont ressentie les amènent d’ailleurs à redoubler leurs accusations contre les « violences des exploités ».

              Ah ! Ils auraient bien voulu que, comme à l’habitude, la protestation reste dans la seule limite qu’ils acceptent : l’inefficacité. Les milliardaires par l’intermédiaire de leur « kapos » négocieraient avec les dirigeants syndicaux corrompus une forme de protestation qui permettrait d’endiguer le mécontentement populaire. Ils décideraient ensemble de faire des grèves tournantes, des manifestations autorisées loin des lieux de pouvoir… et tout finirait par rentrer dans l’ordre. Les protestations inefficaces ne les dérangent nullement mais les protestations efficaces sont inadmissibles… Elles sont tellement trop violentes ! Les gilets-jaunes ont osé braver leurs interdictions !

              C’est donc un besoin impérieux pour les nantis d’expliquer que le mouvement des gilets jaunes est trop violent. Et puisqu’ils en ont besoin, ils font ce qu’il faut pour que cette violence existe.

              Car enfin, pour savoir qui casse les vitrines dans les manifestations, il faut se poser la question : à qui profite le crime ? C’est comme dans les enquêtes policières. Quand on connaît le mobile, on n’est pas loin de connaître le coupable ? Est-ce que le fait de casser les vitrines profite au mouvement des gilets jaunes ? Personne ne le pense. Alors… Répétons la question : qui casse les vitrines ? On a vu des flics avec des marteaux dans les manifestations (voir les photos). N’est-il pas curieux que la police si souvent très bien renseignée sur des choses bien moins importantes ne sache pas identifier ces casseurs ?

              Il faut mettre cette soi-disant violence des gilets jaunes en regard :

              • d’une part de la violence exercée en 18 mois par les milliardaires par l’intermédiaire de leur larbin : Macron ;
              • d’autre part de l’abominable réalité des violences policières. Quelle disproportion entre tout le ramdam fait pour des vitrines cassées ou des voitures brulées au regard des mains arrachées et des personnes éborgnées !

              Rappelons quelle a été cette violence des milliardaires ? Dès les premiers mois de sa prise de fonction Macron prend toute une série de mesure pour enrichir les plus riches au détriment des plus pauvres :

              • Suppression de l’ISF.
              • Suppression dès 2019 de l’« exit tax » un impôt destiné à juguler « l’évasion fiscale » des chefs d’entreprise.
              • Baisse de l’impôt sur les sociétés.
              • Baisse des cotisations salariales (le salaire indirect des travailleurs).
              • Augmentation de la CSG.
              • Baisse des APL.
              • Suppression des contrats aidés.

              Et, comme si cela ne suffisait pas, il ajoute quelques autres mesures impopulaires comme les onze vaccins obligatoires et la limitation de vitesse à 80 km/h. 

              Ajoutons la réforme de la SNCF et dans l’enseignement les réformes PacourSup et la sélection à l’entrée des universités, la suppression des postes de prof, la réforme des filières et du Bac, qui sera en grande partie en contrôle continu, la hausse du coût des études pour les étudiants étrangers.

              Il n’y ait pas allé de main morte. Rien ne semblait pouvoir l’arrêter. Il n’entendait pas la colère gronder…

              C’est ainsi qu’est apparu… l’impérieux devoir d’insurrection.

               


            • Legestr glaz Legestr glaz 3 mars 09:02

              @Jean Dugenêt

              Je viens de voter pour sa parution. Il était à ce moment là à +13 et -9 soit +4. En réalité, je m’aperçois que les articles qui ont du mal à être publié stationnent longtemps à +4. C’est étonnant non ? 


            • JL JL 3 mars 09:15

              @Legestr glaz
               
              ’’ je m’aperçois que les articles qui ont du mal à être publié stationnent longtemps à +4. C’est étonnant non ?’’
               
               Je pense que ce sont des articles pour lesquels une décision a déjà été prise. Laquelle ? mystère !


            • JL JL 3 mars 09:29

              @Jean Dugenêt
               
              je viens moi aussi de voter : 14 + 10 - ; total : +4


            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 3 mars 10:22

              @Legestr glaz
              Merci pour votre réaction. Il est vrai que je ne comprends pas bien comment se fait la sélection sur AgoraVox. Mes articles sont parfois acceptés très rapidement, comme celui-ci, et pour d’autres la procédure traine en longueur.



            • JC_Lavau JC_Lavau 3 mars 10:30

              @Jean Dugenêt. Tenir compte du discret Parti Intérieur de Gorgonavox.
              Nicol* Ch*v*rn*y n’a aucun mal à faire disparaître 80 messages en une nuit :
              tous ceux qui avaient osé objecter à son délire de « chemtrails ».
              Elle avait fait disparaître aussi des vingtaines de messages critiques envers la guerre sexiste du cabinet Ravages.


            • Durand Durand 3 mars 14:29

              @Arogavox

              .

              Bien fait pour sa gueule, puisqu’il fait partie des 490 et quelques parlementaires qui refusent de demander la destitution de Macron !

              .


            • Cadoudal Cadoudal 3 mars 14:33

              @Durand
              Indigènes :

              Acte 16 Toulouse : un couple de passants matraqués en marge de la manifestation...

              https://www.youtube.com/watch?v=xUV1OgXF5oc&feature=youtu.be

              Colons :

              Après minuit, 30 à 40 personnes ont tenté d’envahir une caserne de CRS voisine du quartier Mistral.

              Une centaine de personnes cagoulées ont par ailleurs dressé des barricades enflammées dans le quartier Mistral et jeté des projectiles ainsi qu’une trentaine de cocktails Molotov sur des policiers de la sécurité publique.

              http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/03/03/97001-20190303FILWWW00055-grenoble-nuit-de-violences-apres-le-deces-de-2-jeunes.php


            • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 3 mars 16:40

              @JC_Lavau
              « Nicol* Ch*v*rn*y n’a aucun mal à faire disparaître 80 messages en une nuit : »

              >mon dieux , la femme de ta vie , épouse la méchant vizir , tu finira peut être calife a la place du calife.

              Agoravox (ou ton blog ne sont que des bac a sables .... tu veut une pelle et un rateau ? ... meme un cancre qui s’ y met peut faire des truc sympa 


            • JC_Lavau JC_Lavau 3 mars 16:49

              @Cyrus. Au concours du toujours plus niaiseux, le harceleur compulsif prend encore une longueur sur ses concurrents.


            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 3 mars 18:16

              @Durand
              Je suis un farouche partisan de la proposition de François Asselineau concernant la demande de destitution de Macron. Par contre je refuse de réagir avec un « Bien fait pour sa gueule » quand quelqu’un est victime de la politique répressive de Macron. C’est ce qu’attendent les adversaires, les copains à Macron. Ils veulent qu’on se divise. Je suis pour l’unité face à Macron. Je suis solidaire avec toutes les victimes de la répression et je ne pose pas comme préalable qu’elles expriment les mêmes idées que moi.
              Elles ont tort de ne pas appeler au Frexit.
              Elles ont tort de ne pas demander la destitution de Macron.
              Elles ont tort de ne pas se prononcer contre le blacklistage de l’UPR.
              Cependant, sans rien demander en retour, nous devons condamner inconditionnellement la répression qui les frappe.


            • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 3 mars 19:28

              @JC_Lavau

              Grande sauce Beard-niaise du pastafarisme commencez donc par vous censuré ...de peur que fous ne fond-iez ..allez un coup de pied on remonte autant qu’ on demontre 


            • Ouam Ouam 3 mars 19:30

              @Jean Dugenêt
              " Par contre je refuse de réagir avec un « Bien fait pour sa gueule » quand quelqu’un est victime de la politique répressive de Macron. C’est ce qu’attendent les adversaires, les copains à Macron. Ils veulent qu’on se divise. Je suis pour l’unité face à Macron. Je suis solidaire avec toutes les victimes de la répression et je ne pose pas comme préalable qu’elles expriment les mêmes idées que moi.
              Elles ont tort de ne pas appeler au Frexit.
              Elles ont tort de ne pas demander la destitution de Macron.
              Elles ont tort de ne pas se prononcer contre le blacklistage de l’UPR.
              Cependant, sans rien demander en retour, nous devons condamner inconditionnellement la répression qui les frappe.

              "
               
              Presque tout pareil, je dis presque tout, car la destitution par la voie démocratique de monarc 1er tu ne l’aura jamais, meme si elle etait votée en masse.
              Il te faut garder lucidité.
               
              Sauf si tu crois que les epouxs Ceauçescu sonts partis de leur propre gré ou de manière démocratique (lol au ²)
               
              Lorsqu’un état en est à jeter une partie de sa population dans l’invalidité en lui tirant à coups de lbd 40, et en allant sur jusqu’aux représentants d’une constestation (cf:jerome rodriguez, etc...),
              et désormais sur le tabassage de ses députés (le gars de fi qui est illustré partout)...
               
              je te laisse réfléchir sur ce point précis ici, lors de son histoire :
              Le régime de Ceaușescu s’effondre après l’ordre donné aux forces armées et à la Securitate d’ouvrir le feu sur les manifestants anti-communistes dans la ville de Timișoara, le 17 décembre 1989.

               
              https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolae_Ceau%C8%99escu
               
              J’aurai pu choisir une autre graine de dictateur pour illuster, c’est celui la qui ml’est venu à l’esprit ce jour.
               
               
              Bref... croire à la voie démocratatique d’un départ du monarcque, tu dois etre un des rares à (encore) y croire smiley



            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 3 mars 22:19

              @Ouam
              Je suis pour la démarche proposée pour demander la destitution de Macron. Pour autant je n’ai jamais dit que cette démarche allait aboutir à une destitution effective. Je sais qu’elle serait retoquée par le parlement et par le sénat d’autant plus qu’une majorité des 2/3 est requise. Cependant les retombées du lancement de la démarche seraient d’un grand intérêt. On peut en discuter. Mais il y a lieu de s’étonner que des partis d’oppositions aient lancé la démarche de la « motion de censure » en sachant que dans ce cas aussi la proposition serait retoquée et que ces mêmes partis refuse de lancer la procédure de destitution. C’est l’inverse que demande le peuple. On entend partout « Macron démission » ou « Macron destitution » mais on n’entend jamais la même chose à propos du premier ministre. Or la « motion de censure » est en quelque sorte une demande de destitution du premier ministre.
              Pour le reste je suis d’accord. Je ne crois pas à la voie démocratique pour faire partir Macron.


            • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 3 mars 22:34

              @Jean Dugenêt
              @ouam

              Bonsoir jean.

              même si le symbole est important , ne faudrait t’ il pas s’ assurer qu’ il ne puisse être réélu avant même d’ appuyer sur son bouton de siège éjectable ?

              Re-née barjot veille ....


            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 3 mars 22:43

              @Cyrus
              Difficile de prévoir qui peut être réélu et qui ne peut pas.


            • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 3 mars 22:54

              @Jean Dugenêt

              C’ est vrai , le pire n’ est jamais certain mais le meilleur non plus .

              Il se passe simplement ce qui doit se passer une fois que toute les tendance du passé sont incarné dans le présent gestant un nouveau devenir .

              Pour ma part , je trouve que toute tentative de le désarçonner n’ aboutit au final qu’as le maintenir en scène pour un nouveau rodéo sur les vague mondiale de l’ économie ... 

              Que se passerais t’ il si au lieu de le désarçonné on grignotait gentiment le surf au lieu d’ agiter la muletta du jaune fluo ? ou du rouge foulard c’ est la même chose .


            • Ouam Ouam 3 mars 23:10

              @Jean Dugenêt
              "Pour le reste je suis d’accord. Je ne crois pas à la voie démocratique pour faire partir Macron.

              « 

              Tout est bien dans cette phrase et tu t’en est rendu parfaitement compte.

              Si on essaye d’etre au plus lucide toi, moi et les autres lecteurs,
              regarder le problème »à plat" cad sans aucun a-priori meme sans etre pro ou anti monarc 1er et son acolyte du 80km/h
               
              Le mouvement des GJ ne s’arretera pas ,nous en sommes à l’acte 16
              L’acte 16 ca n’est pas rien , et meme si il s’arretais, cve qui ne sera pas le cas,
              ce n’est pas parce que tu coupes le gaz que la pression dans la cocotte minute retombe, defois c’est meme pire, un peu comme un choc thermique, ou qd tu balance de la flotte sur de l’huile en feu
              je m’explique.
               
              le gvt à tout tenté :
              séditieuxs, fachistes, anti démocrates (lol c’est la meilleure), peste brune, antisémites, pires moments de l’histoire, foule haineuse, homophobes, racistes, faignants, analphabetes, pollueurs, association de malfaiteurs dernièrement 
              ...etcetc
              la liste de leur bésite est tellement phénoménale que je ne puis la rendre complète smiley
              Toutes les manips possible d’instrumentalisations / ostrasition a été tenté.
               
              Malgré cela, le mvt ne s’est pas arrété, et l’opinion publique n’a pas franchement basculé contre.
               
              Au vu de cela (leur échec patent) il ne reste plus comme seule option possible pour ne pas céder un pouce qu’un système dictatorial pour continuer à asseoir son pouvoir.
              Ensuite à nous de voir jusqu’ou nous sommes prets à l’accepter,
              et à quel moment cela se pproduira, un peu comme la rupture du calme du juge incarné par y montant lors de l’expérience de milgram

              à quelle tension(s) ? < l’othographe et le double sens ici est volontaire.

              https://www.dailymotion.com/video/xak9gu

              Ca va mal finir.... j’ai beau réfléchir sur les alternatives possibles...
              Et je n’en vois pas d’aiutres...
              ou alors p’tere que j’suis trop con smiley

              Si tu n’est pas d’accord, je lirai avec grand interet ton analyse/recul/idées etc... sur la question, tu a eu la mienne.


            • Ouam Ouam 3 mars 23:14

              @Cyrus
              "...même si le symbole est important , ne faudrait t’ il pas s’ assurer qu’ il ne puisse être réélu avant même d’ appuyer sur son bouton de siège éjectable ?

              .."

              T’a tout à fait raison, si c’est pour y remettre un clone à la place smiley

              Il faut changer l’OS, pas le logiciel si celui ci n’est qu’une de ses variantes !


            • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 3 mars 23:15

              @Ouam

               Le mouvement des GJ ne s’arretera pas ,nous en sommes à l’acte 16
              L’acte 16 ca n’est pas rien , et meme si il s’arretais, ce qui ne sera pas le c
              as, 

              >bien sur qu’ il ne s’ arrêtera pas , ... il n’ as même pas vraiment commencer même si beaucoup as été accomplis ( et devoyé !!!) .

              Si tu me permet un peut d’ humour , on en serait plus tôt au verset 16 du préambule ...


            • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 3 mars 23:18

              @Ouam
               je ne sait pas si j’ ais raison mais je défend mon bout de gras ,dans le pot au feu ...
              On ne peut pas gérer un gros bloc , si on ne sait même pas gérer le local d’ abord .

              En fait c’ est comme un systeme d’ egout , qui remonte la merde d’ en dessous vers les arroseur des plus haute sphere , comme s’ etonner d’ etre mouillé si on pompe comme des shadock en accusant les autre de puer lol
               


            • Ouam Ouam 3 mars 23:29

              @Cyrus

              " je ne sait pas si j’ ais raison mais je défend mon bout de gras ,dans le pot au feu ...On ne peut pas gérer un gros bloc , si on ne sait même pas gérer le local d’ abord .

              « 
              Faut gerer l’ensemble car l’un ne peut aller sans l’autre, c’est tellement evident qu’il est inutile que je developpe ?

               »En fait c’ est comme un systeme d’ egout , qui remonte la merde d’ en dessous vers les arroseur des plus haute sphere , comme s’ etonner d’ etre mouillé si on pompe comme des shadock en accusant les autre de puer lol

              « 
              Bon c’est vrai que la conscience politique (rhhem t’a pas tord smiley )
               
              Mais si on file pas un petit coup de pouce pour la »compréhention" comme celui que nous memes nous avons recu à travers différentes personnes qui y onts aussi réfléchi, ca va finir par avancer, non tu n’y crois pas ?.
              Je suis de mon coté archi positif sur ce point, ety les faits me donne raison, la seule question que je me pose c’est dans cette course seronts nous plus rapide que l’oligarchie (voir ma réponse a jean ci dessus avec milgram et les 350volts tu va comprendre)
               
              Ou alors, cas inverse, c’est qu’ils le meritent leurs sort de dhimmis/esclaves/serfs/etc... (et merde ^^)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès