• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La vox populi

La vox populi

 

Face au marasme politique qui dure, les citoyens semblent attendre une solution magique apportée par quelques devins inspirés par je ne sais quoi, pourquoi pas Dieu, qui viendraient mettre un terme à la comptabilisation de l’existence à laquelle tout le monde concourt, comme guidé par un flux magnétique qui les attirent inexorablement vers la recherche d’un profit dans le plus petit élément de leur vie, comme le démontre l’utilisation d’algorithmes à 3 millisecondes par les traders. Nous pouvons comprendre que notre cerveau n’est pas capable d’avoir conscience, et par surcroit de gérer, nos informations à cette vitesse.

La vox populi et la vox Dei.

Pourtant tous les jours nous parlons de records qui se mesurent au millième et nous encensons et couvrons d’or l’heureux distingué par la technologie, là ou l’œil humain aurait défini des ex aequo. Ainsi sans nous en rendre compte nous reléguons nos jugements à l’arrière plan d’une vérification ou confirmation « scientifique, voire technologique ». Pourtant il semble que nous devrions à Alcin (732/ 804 qui dirigea l’école palatine sous l’empire carolingien) la vox populi et la vox Dei, la voix du peuple est la voix de dieu. Aujourd’hui de nombreuses voix s’élèvent pour réclamer la voix du peuple tant électoralement il y a des voix à prendre chez les abstentionnistes. Si elle fonde la démocratie et il n’y a rien à redire, si ce n’est d’accepter la voix du peuple qui se manifeste toujours de manière fort diversifiée, en optant pour des idées auxquelles elle a été contraint ou qu’elle accepte. Ainsi, si nous imaginons que de la voix du peuple sortira une miraculeuse solution qui s’imposera comme une vérité incontournable assurant le bien être collectif des hommes, puisqu’elle est aussi la voix de dieu (dieu à prendre au sens de création, nature etc.) nous sommes assuré d’une stagnation douloureuse, car l’évolution se fera malgré elle. Aussi avoir une idée imparfaite, même erronée, de la vie est essentiel pour comprendre notre monde, et cela requiert de disposer d’une foule d’informations et de savoirs sans lesquels la vox populi et la vox Dei ne seraient plus audible face à la machine dont l’usage est de nous aider et non de nous asservir.

Des citoyens dans l’ensemble en retard.

Pour l’instant nous faisons l’inverse et il n’est pas un jour que faute d’être un expert nous réclamions l’avis et les conseils d’un. C’est dire le retard que nous avons pris face à l’explosion exponentielle de nos connaissances et savoirs qui vont condamner les hommes du 21e siècle à n’être que de la graine d’esclave. Cela faute de vouloir apprendre en croyant qu’il suffit d’écouter les informations débilisantes (c’est mon point de vue) que diffuse les médias dans l’ensemble, pour être au fait des capacités nécessaires pour faire entendre la voix du peuple et trouver un bien être apaisé.

 Pire aujourd’hui faute d’apprendre le nécessaire sociologique et psychique afin de savoir comment fonctionne un cerveau avec lequel nous allons devoir passer notre vie, nous recherchons des solutions toutes faites dans des livres religieux sans faire les efforts nécessaires pour lire au delà de leur littéralisme, comme si nos mots étaient vérités et qu’il n’y avait plus rien à découvrir chez eux.

Nous faisons de même avec toute chose, avec toutes les organisations systémiques qui structurent nos existences. C’est la situation actuelle dans une économie capitaliste qui s’appuie sur une technologie pointue pour coordonner la vie des hommes dans la seule finalité d’amasser ce qui constitue ce flux magnétique dont je parlais. Il conviendrait donc de s’interroger à savoir qui son ces capitalistes dont nous nous glosons en donnant les noms de ceux qui s’accaparent la richesse, et nous fabulons, alors, d’une voix du peuple venant réguler tout cela et faire la juste et équitable répartition sans toucher au système qui génère ces disparités, voire d’en faire un cadre réglementé, comme les grilles hiérarchiques dans les branches professionnelles dont l’efficacité n’a durée qu’un temps avant que le smic ne lamine tout. Exemple type du yoyo capitaliste, « je distribue et je reprends le double etc. »

Alors peut-on s’interroger sur la cause de nos mots et maux ?

Certes et les solutions que certains proposent sont de les aggraver par l’extension d’un marché concurrentiel qui noie l’interrogation en proposant la solution miracle du tous gagnants, de la même manière que nous l’avons fait avec l’Europe économique qui s’érige aujourd’hui en dictature d’un système comptable géré à l’aide d’ordinateurs par des spécialistes que nous avons formés dans nos écoles, et qui du rôle de serviteurs de la nation, en sont devenus les serviteur d’une comptabilisation capitaliste. Mais le plus grave c’est en s’interrogeant de ne pas comprendre que le soutient de l’organisation capitaliste demeurent chacun d’entre nous, que c’est nous qui maintenons cette organisation par la contrainte jusqu’en 1944, où la totalité de la population a obtenu le droit d’exprimer la voix du peuple, et que ce peuple à maintenu et aggravé le contrôle de l’organisation capitaliste du travail en élisant au pouvoir que des spécialistes « techniciens et autres marchands ». Si nous en croyons les débats, il y aurait un peuple d’illuminés et un peuple de sots quel que soit l’idéologie dans l’appel au peuple. Que nous dit l’observation historique de l’évolution des civilisations humaines. Que le peuple n’a jamais compté dans la prise de décisions le concernant et que des catégories sociologiques se sont appropriées l’appellation de peuple en se reconnaissant être le peuple quand ce n’est pas le dieu juif qui dirige son peuple d’élus parmi les autres qui en sont exclus. Ce sont toujours des groupes d’initiés qui se sont partagé le pouvoir, par la force physique ou par celle de mythes fondateurs. Même la révolution française n’a pas donné la parole au peuple. Nous savons aussi que l’avis du peuple n’est pas une garantie en quoi que ce soit. Si nous décidons de l’accepter dans sa légitimité, il nous faut accepter l’organisation capitaliste actuelle puisque c’est lui qui a élu les hommes qui la dirigent. Or je combats cette organisation depuis que je suis en âge de l’avoir comprise et j’en appelle au peuple pour partager mon point de vue. J’ai perdu ce combat à aujourd’hui puisque le capitalisme s’est répandu dans le monde sous toutes les cultures. Et que ceux qui opposent le BRICS à l’Empire économique occidental n’oppose qu’une Compétition entre Capitalistes.

Nous ne pouvons pas faire l’économie d’une réflexion.

Croire que l’appel au peuple va nous dispenser de devoir réfléchir sur la place que nous occupons et qui contribue à développer notre monde est une erreur que nous faisons en laissant l’information et l’instruction a ceux qui détiennent le pouvoir et dispensent bien logiquement leur doxa pour qu’elle résiste à toutes velléités de changement qui pourrait naitre du fait de sa domination qu’elle exerce au nom du peuple et pour son bien.

C’est donc quoi cette voix du peuple voix Dei un fourre tout qui concourt à l’esprit du moment où les citoyens rejettent tout sauf l’armée et la police et à l’exception d’une minorité d’intellectuels que l’on gausse, pensent que leur bon sens populaire, proche de leurs intérêts égoïstes et bornés, suffira à définir une solution magique pour ne pas être balayé par ce flux magnétique voire de vouloir en profiter dans le cadre d’une chance sur 700 000 000.

La voix du peuple se présente un peu comme une incantation magique faute de ne pas vouloir faire les efforts pour apprendre ce que nous devons savoirs pour comprendre la complexité du monde, afin effectivement de trouver un rôle réel à la voix du peuple qui ne peut être nourri d’ignorances ou de littéralismes obscurantistes que ce soit en religion ou en économie.

A aujourd’hui le parti de gauche tente une expérience en donnant la parole aux citoyens dans le cadre de l’élection régionale de 2015, du moins en Languedoc et Midi Pyrénées, je doute que cela devienne la parole des citoyens, restant seulement la parole de ceux qui se seront exprimés et c’est déjà une victoire que de ne pas saisir les sondages pour savoir ce que pensent les citoyens. Mais il serait exagéré de faire de ces avis la voix du peuple, comme la mode est devenue de faire des sondages partiels de l’avis des français (Agoravox s‘y adonne). Ces sondages illustratifs démontrent au minimum que les citoyens ne savent plus où exprimer leurs points de vue pour être entendu, afin qu’ils s’agrègent pour former une idée voire un projet. En ce sens le projet commun du PG offre une lecture assurée, que le net, où beaucoup de citoyens s’expriment, ne donne pas, et concrétise la prise en compte de l’avis de citoyens et non la voix du peuple qui ne peut être la propriété de qui que ce soit. Il nous appartient donc depuis 1944 de la faire vivre et il semble que la Ve république ou l’EU n'y parviennent pas compte tenu de l’abstention électorale dans tous les pays à l’image du mimétisme des USA.


Moyenne des avis sur cet article :  2.7/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Jean Roque Jean Roque 23 avril 19:26

     

    Sur le blog de Gollnisch, excellent dessin illustrant comment les pb se régleront...
     
     
    (article sur Coquerel, un cacique bobo négrier de l’ex-France Soumise, entartré comme un BHL et autres bonniches de l’oligarchie)
     


    • samy Levrai samy Levrai 23 avril 20:10

      Dans un pays où nous pouvons voter à gauche, à droite, a l’extrême gauche ou à l’extrême et avoir la même politique qui n’est pas décidée chez nous, je trouve les exercices de masturbations intellectuelles plutôt vains...

      Pas de politiques propres possibles sans au préalable sortir de l’UE, de l’euro et de l’OTAN, tous ceux qui promettent monts et merveilles en oubliant les préalables sont idiots ou coquins. 

      • François Vesin François Vesin 24 avril 09:27

        @samy Levrai
        « Pas de politiques propres possibles sans au préalable 

        sortir de l’UE, de l’euro et de l’OTAN »

        ...en sachant que 95% des politiciens professionnels en place
        ne veulent pas en entendre parler sauf pour promettre le chaos !

        C’est là qu’il faut travailler de toute notre énergie à rendre possible
        dès à présent la constitution d’un nouveau CNR en charge de « l’après » !

        En dépit de tous les arguments qui justifient l’adoption du « FREXIT »
        nous ne fédérerons pas nos concitoyens sans un projet de reconstruction
        qui prenne prioritairement en compte leurs aspirations. 

      • Attilax Attilax 24 avril 10:13

        @samy Levrai

        J’irais encore plus loin en affirmant que le problème vient de la république, qui se déguise (bien mal) en démocratie et nous fait prendre des vessies pour des lanternes. Tant qu’on abandonnera notre pouvoir politique citoyen à des représentants, on se fera mettre. Pour sortir de l’UE, faut déjà jeter 99,2% de la classe politique, c’est à dire tout le monde, à gauche comme à droite. Pour décider ensemble de nos lois, faut pouvoir les voter directement et arrêter de passer par la caste des politocards qui nous entubent depuis la révolution au nom d’une bourgeoisie qui a accaparé TOUS les pouvoirs : financiers, politiques, législatifs, mediatiques, militaires. Il ne nous reste rien, nous sommes les dindons de la farce, des électeurs/moutons et certainement pas des citoyens actifs.


      • Sozenz 24 avril 12:00

        Bonjour DDacoudre, et bravo pour votre article !


        • lloreen 24 avril 13:01

          Depuis le 18 juin 2015, la France dispose d’un conseil national de transition organisé par un collectif de citoyens, d’une Cour Suprême et d’une radio pour échanger.
          Toutes les informations sont disponibles sur son site.
          https://www.conseilnational.fr/


          • François Vesin François Vesin 24 avril 14:03

            @lloreen
            « Depuis le 18 juin 2015, la France dispose d’un conseil national de transition »


            Sur le fond, il est essentiel de consulter ce site et de prendre
            le temps d’ouvrir toutes les rubriques (les FAQ particulièrement).

            Sur la forme, l’impact d’Eric Fiorile (fort de sa détermination fondée
            sur des analyses factuelles) n’est pas sans rappeler celle de F. Asselineau
            qui, pour éminemment respectables qu’ils soient, sont totalement dépourvus
            du minimum de charisme exigible pour crédibiliser leurs démarches !

            Il manque un personnage d’envergure dans lequel se reconnaissent
            nos concitoyens, pour incarner le mouvement souverainiste et
            fédérer ses soutiens au delà des mouvances et des partis... 

          • lloreen 24 avril 14:29

            @François Vesin

            J’ai lu le programme du CNTF. Il n’est question que d’une étape transitoire durant laquelle les français seront appelés à s’exprimer par referendum sur le choix des candidats. Je n’ai lu nulle part que monsieur Fiorile voulait se faire élire président. Il est question de démocratie où ce n’est pas un personnage qui représente les autres, mais la majorité qui décide et le qui gouvernement exécute.

            Mais il est évident que tout véritable changement se fera pas l’évolution spirituelle et une instruction digne de ce nom.


          • lloreen 24 avril 14:31

            @lloreen
            pardon:Et le gouvernement qui exécute.


          • François Vesin François Vesin 24 avril 15:18

            @lloreen
            « Je n’ai lu nulle part que monsieur Fiorile voulait se faire élire président »


            ...et vous avez parfaitement raison, je ne l’ai pas lu non plus !

            En faisant le parallèle avec Asselineau , je voulais simplement faire
            remarquer que ces figures médiatiques qui évoquent le souverainisme
            sont éminemment respectables au regard du sérieux de leurs analyses
            et de leur volonté politique d’en finir avec les « traîtres à la patrie » mais
            que dans le même temps, leurs exposés techniques semblent réservés
            à des spécialistes plutôt qu’à un peuple futur acteur de sa révolution  !

            De Gaulle incarnait la Résistance, Sarkozy-Hollande-Macron incarnent
            la soumission, Asselineau-Fiorile n’incarnent qu’eux-mêmes et pourtant
            ils sont les acteurs incontournables d’un projet salvateur qui, en dépit de
            leur bonne volonté, reste quasi inaudible faute de visibilité « incarnée » !

          • lloreen 24 avril 23:18

            @François Vesin
            "en dépit de leur bonne volonté, reste quasi inaudible faute de visibilité « incarnée » !

            Ils ne sont pas les seuls à faire preuve de bonne volonté puisque c’est un collectif qui a crée ce conseil national de transition et qu’il appelle tous les autres à se rassembler derrière eux.
            Quant à la visibilité, tout le monde sait bien que dans un régime totalitariste inféodé à la finance internationale privée, le manque de visibilité de l’opposition réelle est le critère essentiel qui lui permet de tenir en place.

            Ce manque de visibilité ne semble en tout cas pas entraver les démarches du conseil national de transition à en croire ses avancées.


          • L'enfoiré L’enfoiré 24 avril 13:33

            Salut DD,

             « ... les citoyens semblent attendre une solution magique apportée par quelques devins... »

            Il faudrait faire appel au magicien David Copperfield.
            Il doit révéler le secret d’un tour, mais ...
            ... avec la fameuse « disparition » que Gavin Cox s’est blessé.
            Comment ?
            Difficile de l’expliquer sans révéler le « truc »
            qui sait après peut-être, il va tout savoir comment ...faire disparaitre les dettes, lui qui a une fortune d’un demi milliard de dollars...


            • L'enfoiré L’enfoiré 24 avril 16:17

              Je pense que ce serait bien de lire la traduction de la conférence qu’avait donnée Yannis Varoufakis


            • gogoRat gogoRat 24 avril 16:32

               vox populi ?
               référence à : Vox populi, vox Dei
               
               Que de faux problèmes et de contre-sens saurions nous éviter si nous savions nous en tenir à souligner l’importance de l’avis du peuple dans le régime démocratique !
               
               Le singulier du mot ’vox’, dans cette expression, est sans doute fautif de la plus grossière et la plus naturelle des erreurs d’interprétation, liée à un mauvais aiguillage des capacités d’abstraction ?
               Pourtant même si la citation met un jeu un Dieu unique (’Dei’ et non pas ’deorum’) elle n’empêche pas de concevoir une voix plurielle ! autant venant du peuple que de Dieu.
               
               Au delà du contexte historique précisé par Wikipédia ( et qui nous montre qu’il n’est pas question de divination !), une considération issue de la pure raison peut aussi justifier l’adage :
               le théorème mathématique démontré par Condorcet et connu sous le nom de ’théorème du jury’.
               ( schématiquement,
              selon les termes de http://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/2011/04/28/democratie-loeil-mathematiciens :
              ’dans la mesure où le citoyen moyen à moins d’une chance sur deux de se tromper, la somme de tous les votes des citoyens a très peu de chance d’être erronée’
              )

               Ceci devrait nous inciter, non pas à utiliser le scrutin pour élire quelqu’un qui
              ’ a des idées sut tout, mais qui a surtout des idées’
               mais plutôt, comme l’informatique nous permettrait de le faire, pour permettre à chaque citoyen d’exprimer et/ou cautionner/pondérer tout ce qui lui tient à coeur :
               voir la piste de travail collectif suggérée dans le ’profil’ Gogorat ...


              • L'enfoiré L’enfoiré 24 avril 17:09

                @gogoRat,

                « l’importance de l’avis du peuple dans le régime démocratique ! » que vous complétez par "’dans la mesure où le citoyen moyen à moins d’une chance sur deux de se tromper, la somme de tous les votes des citoyens a très peu de chance d’être erronée’

                Cela peut-être vrai ou peut-être faux.
                La démocratie n’est pas parfaite. Elle est un système comme un autre.
                La vox populi n’est pas toujours au courant des choses qui l’entourent dans sa globalité.
                La vox populi ne correspond plus toujours à ce qu’il faudrait avoir en fonction de notre époque et de notre environnement.

                Si vous vous souvenez de cette vieille chanson, extrapolez-là dans beaucoup d’autres domaines et vous verrez les choses d’un autre point de vue.
                Laissons aussi un dieu unique ou pluriel faire ce qu’il a envie de faire ou de ne pas faire là où il est et faisons ce que nous devons faire pour améliorer les choses..

                "élire quelqu’un qui a des idées sut tout, mais qui a surtout des idées’
                Là, 100% d’accord. Avoir des idées apporte au moins une chance de salut de plus.


              • gogoRat gogoRat 25 avril 00:45

                @L’enfoiré

                 Pour être aussi mal compris, n’aurais-je donc pas encore assez insisté sur « une voix plurielle » !
                 
                 Dans ma ’réaction’ précédente, vu le contexte établi avant les mots « ce qui lui tient à cœur » , vous n’avez donc pas vu que le ’ce’ doit aussi être vu comme pluriel !
                 
                 Vous n’avez alors probablement pas pris le temps de bien considérer le théorème du Jury : qui suppose une question bien ciblée, admettant une bonne réponse ...
                 
                 (et je passerai sur l’incapacité à dépasser le réflexe de Pavlov qui empêcherait des esprits frustes de développer une ouverture abstraite et culturelle à la vue du mot ’Dieu’ ...)
                 
                 Bon vu n’avez manifestement pas consulté non plus les suggestions de mon ’profil’ ...
                 
                 Je conçois alors parfaitement comment peuvent s’établir des dialogues de sourds
                 
                 
                 Dernière tentative tout de même ici :
                 puisque certaines vertus statistiques peuvent être attendues de la technique du scrutin,
                 au lieu de réduire cette technique, de façon bornée, à cette aberration qui consiste à faire opter le jury pour un nom parmi d’autres (rien ne prouve qu’une bonne solution puisse être apportée à ce non-problème !) comme si la voix du peuple ne pouvait être qu’une des voix parmi les plus grandes gueules rencontrées dans toute une population ... eh bien il serait envisageable, plutôt comme ont tendance à le faire les Suisses, d’utiliser la vertu du théorème du jury pour enrichir la conscience du peuple par une exploration de la richesse de bon sens émanant de la diversité et des complémentarités traduites par des ’votations’ sur chacune des ’choses publiques’ a propos desquelles des citoyens peuvent vouloir s’exprimer de façon responsable et honnête ( en évitant d’aborder ce qu’ils savent ne pas suffisamment maîtriser)


              • L'enfoiré L’enfoiré 25 avril 14:39

                @gogoRat
                 Désolé, j’ai compris, mais je n’en ai rien à faire de « voix plurielle ».
                 Agissez en fonction de vous même qui pourrait être une voie parallèle et pas par une tierce entité. (j’utilise le mot « voie » et non « voix »)
                 Être responsable et apprendre à le maitriser.
                 L’honnêteté n’a rien à faire si ce n’est qu’elle doit être inclusive dans le processus.
                 En d’autres mots, il faut (ré)apprendre à apprendre puisque l’évolution dépasse l’entendement.
                 
                 


              • gogoRat gogoRat 25 avril 16:02

                @L’enfoiré
                 (?) !!
                 
                vu

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès