• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le 1er Mai INNOVONS

Le 1er Mai INNOVONS

C'est la fête des travailleurs, de ceux sans lesquels les milliardaires n'existeraient pas.

C'est, quoi la liberté ?

C'est, naître libre en Droits et Devoirs.
Cela semble exclure qu'un homme puisse retirer ses ressources du travail d'un autre.
Commercer c'est opéré des transactions de quelques natures que ce soit pour faire circuler des produits et des services, suivant les besoins formulés et proposés par les hommes.
 
Peut-on devenir milliardaires par son seul travail ?
La réponse est NON.

Dans notre économie devenue complexe cette perception disparaît, car nous ne réfléchissons plus.
Nous sommes devenus instruits sans plus et seuls quelques hommes s'interrogent. Or ceux-ci sont en voie de disparition. Ils sont remplacés par des monnaietistes, des budgetistes, boursicotistes, des stradistes, banquistes, des bilantistes, des Capitalistes. 

La propriété.

Dieu est-il comptable, la nature est-elle comptable, l'univers est-il comptable.
Si compter notre existence avec des chiffres était inné je ne me poserais même pas la question. Nous savons compter naturellement, c'est à dire évaluer une quantité en nombre, volume et poids, une distance en temp. Nous savons prendre la mesure de toute chose naturellement.

Alors pourquoi est-il si difficile de prendre conscience que l'organisation Capitaliste du travail revient à priver celui qui est employé comme salarié de la valeur de ses efforts.
L'artisan bénéficie de la totalité de son travail. Il sera riche ou pauvre en fonction de la vente du produit de son travail. Il le vendra suivant la demande et l'offre. Commercer n'est donc pas un paramètre capitaliste.
Ajouter sa marge pour obtenir le niveau de vie que l'on désire, n'est que vouloir accéder aux biens, produits et services auxquels tous ceux qui ont une activité socioéconomique concourent dans la communauté humaine, restreinte par des territoires (état, pays) ou étendues par le commerce international.
Être propriétaire des moyens de production, être employeurs, disposer de la propriété intellectuelle sont-ils des critères capitaliste. Je ne le pense pas

L'existence aléatoire.

Tout le monde ne peut pas innover, tous le monde ne peut pas entreprendre.
La raison en est simple : si aucun de nous n'est égal à l'autre, ce n'est pas pour qu ils s'opposent, mais pour que suivant la situation où chacun évoluera ou se développera il puisse s'en trouver un qui pourra observer dans son environnement ce qu'il juge utile dans son intérêt et dont les autres pourront retirer à leur tour un avantage. Nous utilisons la roue qui date des Babyloniens. Ainsi chacun dans sa singularité dispose d'atouts pour être à un moment de sa vie, de son histoire, celui qui circulera dans un espace, un lieu d'où il retirera une innovation.
Il n'y a pas la une inégalité, seulement une rencontre aléatoire. Celle entre un humain qui poursuit l'usage des moyens de sa condition et l'environnement. Celui dans lequel il évolue tout aussi aléatoirement du fait de sa naissance dans une histoire humaine. Dans laquelle il n'a aucun libre arbitre si ce n'est de faire les choix que lui présente la diversité du monde. Aucun humain n'a choisi de faire une découverte.

L'Innovation.

Nous avons intégré l'innovation comme étant une activité à laquelle nous pouvons nous livrer pour soulager la pénibilité de notre existence et satisfaire nos besoins. Cela en soi n'est pas du capitalisme. Et ce n'est pas être capitaliste d'en retirer une ressource en se reconnaissant ce droit.
Ainsi que l'on soit propriétaire d'un moyen de production, d'un moyen intellectuel que l'on soit un découvreur ou un employeur, cela n'emporte pas le capitalisme. 

Pour cela il faut accumuler suffisamment de richesse pour entreprendre des réalisations que notre seul travail ne pourrait suffire dans un temps donné. 

Ou bien comme c'est le cas actuellement disposer d'épargne au delà de sa seule consommation, héritée de son histoire, que les autres empruntent.

Prenons une base de référence.

Pour disposer d'un milliard par son travail personnel il faut gagner par heure : 1 000 000 000 / 60 ans / 12 mois / 365 jours /10 heures = 380 €. 

A partir de là l'on peut pondérer suivant les désirs que veulent d'offrir les hommes, et les sommes qu'ils veulent y consacrer, tel des joueurs sportifs ou autres artistes. 
Ce n'est plus leur travail qui les rend milliardaires, mais le désir des autres.

Ce n'est pas pour autant du capitalisme. Ce n'est pas du capitalisme que de parvenir à vendre son travail à un prix exorbitant si des milliers de consommateurs l'achètent sans y être contraints.

Où le bât blesse ?
 
Quand le capital s'obtient non par le fruit de son travail, mais en ne rémunérant pas le travail des autres pour qu'ils puissent l'échanger à hauteur de sa valeur sur le marché. J'ai déjà caricaturé cela.
Un employeur verse 100 € à un salarié pour 8 h de travail, l'employeur ajoute ses 8 h de marge à 100 € et vend 16 h à 200 € à son salarié devenu un client.
Le client doit donc faire un emprunt de 100 €. Si l'employeur dispose de fonds ou d'épargne disponible il prêtera 100 € contre un remboursement de 110 € avec les intérêts.
Au total le salarié aura acheté son travail de 8h 210 €.
Un pouvoir Capitaliste c'est quoi, c'est un pouvoir (parlement sénat) qui renonce avec l'accord du peuple ( qui vote pour ses élus) d'utiliser son droit souverain d'émettre de la monnaie.
Cela pour obliger les salariés qui ne reçoivent pas un revenu suffisant pour acheter leur travail, d'emprunter le surplus de monnaie que l'employeur a gagné en vendant au salarié client sa marge.

La différence de création de capital, entre celui cumulé par un employeur et celui mis à disposition par le pouvoir, c'est que les gains de l'employeur lui appartiennent. Il n'est pas responsable du choix des citoyens qui lui remettent le pouvoir économique et monétaire.

Le 1e Mai

Ce jour là choisissons le bon slogan.
Les patrons, les créateurs, les entrepreneurs, les innovateurs, les élites, les intellectuels sont indispensables, même s'ils ne sont que des hommes avec leurs travers.
Les entreprises ne créent pas des emplois, mais des biens et services.

Ce sont les Hommes qui financent tout, dont 22 millions de Salariés et 6 d'Employeurs.
28 millions de Clients dont 22 millions Salariés (j'espère qu'il est compris, que retraite et autres prestations sont financés par les 28 millions d'actifs devenus clients).

L'impôt et les taxes sont des Archaïsmes Monarchique. 
Les citoyens ne payent pas des taxes ou des impôts, ils ACHÈTENT les services de leur pouvoir.
L'on ne gouverne pas avec des policiens de comptoir, même s'ils ont aussi du bon sens.
Avoir le pouvoir ce n'est pas élire son Autocrate tous les cinq ans. C'est disposer du pouvoir Economique et Financier.
L'UE n'est pas un handicap, c'est son organisation capitaliste qui l'est.
La mondialisation n'est pas un handicap, c'est son organisation capitaliste qui l'est.
L'homme n'est pas un loup pour l'homme, c'est son ignorance qui l'est. ETC.

La Liberté c'est aussi.

La Liberté c'est dire ce à quoi l'on ne veut pas se soumettre.
Alors ne nous trompons pas, disons non au capitalisme qui afflige le Monde. 
Seul l'humain existe pas la monnaie.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.26/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • tuxuhikewi 24 avril 09:49

    Frères, Patriotes, Les gars. Joignez vous aux Camardes pour la bataille de Mai !

    C’est le mois de la commémoration des grandes lutte, je veux le béton des mégalopoles tentaculaires de Babylone submergé d’humains grouillant partout !

    Je veux de la récupération politique mutuelle a toute berzingue pendant des heures et des heures de débat de convergence, de programme commun, d’union nationale !

    Je vous appelle a la tactique, a la stratégie, a la géopolitique, a l’idéologie !


    • ddacoudre ddacoudre 24 avril 19:57

      @tuxuhikewi

      Bonjour

      Pourquoi pas dans la dynamique de la jaquerie. Pourtant il ne faut pas se tromper. Si nous intrusions nos enfants, c’est pour que certains d’entre eux deviennent des élites pour organiser la solidarité égoïste. Il faut donc leur donner des objectifs et non attendre d’eux la béquet. Cordialement ddacoudre OverBlog.


    • nono le simplet nono le simplet 24 avril 10:13

      le gouvernement piste vers la suppression d’un jour férié

      le premier mai serait une bonne idée ... plus de fête du travail et une journée de manif en moins ... le problème reste que ce n’est pas un jour fixe ... reste à faire une loi interdisant de faire tomber le 1er mai un dimanche ...

      le pire c’est que je suis sûr que quelqu’un va y penser ...


      • ddacoudre ddacoudre 24 avril 20:09

        @nono le simplet

        Bonjour.

        Il y a plus simple pour tous les hommes qui ne rentrent pas dans le budget ou qui ont eu la malchance de naître pauvre, il faut ouvrir des fours crématoire. Mais a une condition que l’on évalue l’empreinte écologique. Crois tu que ça pourrait permettre de respecter les critères de Maastricht. smiley :-P😂😁 Cordialement ddacoudre OverBlog.


      • Jeekes Jeekes 24 avril 10:31

        ’’Pour disposer d’un milliard par son travail personnel il faut gagner par heure : 1 000 000 000 / 60 ans / 12 mois / 365 jours /10 heures = 380 €.’’

         

        Calcul à refaire entièrement :

        on ne travaille pas 60 ans

        on ne travaille pas 12 mois par an

        ni 365 jours par an

        ni 10 heures par jour

         

        A vue de nez le résultat est beaucoup plus élevé que 380 euros/heure !

         


        • JL JL 24 avril 12:03

          @Jeekes
           
           60 * 365 * 24 heures = 525600 heures
           
           1 milliard divisé par ça = 1900
           

           De fait, si on travaille bien, 1500 heures par an, sur 40 ans de carrière, ça fait :
           
          16 666 € de l’heure !


        • Jeekes Jeekes 24 avril 16:11

          @JL
           
          Ben voila.
          J’avais la flemme de refaire le calcul, merci de vous y être collé !
           
           smiley
           


        • ddacoudre ddacoudre 24 avril 20:14

          @Jeekes

          Bonjour

          Merci de me rappeler que mon calcul n’avait aucune réalités son objet n’était pas d’être juste.mais de démontrer que l’on ne devient pas milliardaires par son travail même 24h/24h. Cordialement ddacoudre OverBlog.


        • ddacoudre ddacoudre 24 avril 20:16

          @Jeekes

          Bonjour JM tu as bien fait sinon je t’aurais chambré. Cordialement ddacoudre OverBlog.


        • oncle archibald 24 avril 10:39

          « Cela semble exclure qu’un homme puisse retirer ses ressources du travail d’un autre ..... »

          En effet il est logique que chacun veuille retirer tous les fruits de son travail, mais cela implique aussi que l’on accepte quelques risques et quelques responsabilités. Mais alors expliquez moi pourquoi quand on propose à une entreprise de fonctionner en SCOP il y a si peu d’enthousiasme ?

          Carcassonne entreprise PILPA qui fabriquait des glaces plutot bas de gamme, 120 salariés en faillite. La commune et le département mettent la main à la poche (enfin dans notre poche à tous mais ça n’est pas le propos) pour permettre aux salariés licenciés de repartir en SCOP. Combien sont-ils à accepter le deal ? 24 qui fondent l’entreprise « la belle Aude » qui fabrique des glaces et des sorbets haut de gamme ! En gros 80% des salariés de PILPA ont refusé de devenir leurs propres employeurs malgré les conditions extrêmement favorables que leur faisaient les collectivités locales ! Pourquoi ?

          Carcassonne entreprise de peinture ABADIE très propère avec 105 salariés. Lorsque le fondateur Mr Abadie vend son entreprise et prend sa retraite le repreneur la coule en deux ans. Les cadres ne supportent pas l’idée de voir sombrer leur entreprise qui marchait si bien et proposent à chacun d’investir ses indemnités de licenciement pour racheter locaux et matériel et repartir en SCOP. Une quarantaine acceptent. La SCOP ABADIE reprend et termine les chantiers en cours, prend de nouvelles commandes, elle est à nouveau florissante. Pourquoi 62% des salariés de l’entreprise en perdition ont-ils refusé de devenir leurs propres employeurs ? Mystère ! Quoique ....

          Les cadres que je connais bien m’ont confié que ceux qui ne sont pas repartis dans la SCOP n’étaient pas les plus vaillants et que finalement cette réduction d’échelle de l’entreprise avait permis de trier dans les clients ceux qui étaient les plus intéressants et d’écarter les mauvais payeurs !

          Qui peut nier que l’investissement doit être rémunéré ? Certainement pas les ouvriers des SCOP qui bénéficient à la fois de leurs salaires et d’une part des bénéfices liés aux risques qu’ils ont pris en devenant propriétaires de leur outil de travail. Pour les deux exemples cités que je connais bien ceux qui ont pris ce risque sont tous très contents d’avoir changé de régime.


          • tashrin 24 avril 14:31

            @oncle archibald
            +1


          • oncle archibald 24 avril 19:27

            @tashrin : merci !

            J’en ai d’autres du même tabac .... Les beaux parents de mon fils ainé respectivement cuisinier et serveuse salariés dans un restau parisien ont monté leur première modeste propre affaire, puis revendu ce premier investissement pour monter en gamme, toujours à Paris, et à la soixantaine ont fini en bar à tapas sous les halles de Perpignan parce qu’ils aiment le soleil mais ne savent pas s’arrêter de travailler.

            Ils n’ont jamais exploité personne mais n’ont pas attendu que ça tombe tout roti dans leur assiette si j’ose dire viu laa branche dans laquelle ils ont exercé leurs talents ! Origine : lui Espagnol fils d’agriculteur, arrive réfugié en France en 36, elle fille de maraicher spécialisé dans la betterave ! De vrais nantis ! Certains diraient de gros capitalistes, puisqu’ils sont parvenus a se constituer un patrimoine non négligeable à force de boulot et d’économies.


          • ddacoudre ddacoudre 24 avril 20:51

            @oncle archibald

            Bonjour Ton observation est totalement justifier.la réponse repose sur nos comportements instinctifs qui s’inscrivent dans le rapport qui commande l’association ou l’attraction des corps pour me dire simplement. Cela se fait toujours sur la base du minimum de consommation d’énergie.chaqie association consomme de l’énergie, et la nature ou l’ordre des choses en est économe.m’addociatipn du carbone se fait avec le oxygene car c’est celle qui consomme le moins d’énergie. L’homme qui recherche à réduire sa pénibilité fait pareil. Nous moralement nous disons que c’est un feneant. Pourtant c’est ce qui guide nos existences. Nous retrouvons donc cela au travers de ton interrogation. Nous avons depuis la sédentarisation asservi les moins « forts, les plus faibles, les moins téméraires, » ceux qui demandaient le moins d’effort à soumettre. Cela n’a guère changé, nous ne naissons pas égaux et de plus dans des conditions sociales culturelles mimétiques. Il ne suffit pas d’être capable entreprendre, il faut la bonne rencontre. Il y a donc des hommes qui sont de la « graines d’esclaves » soit par nature soit par culture. C’est la vie. Les uns ne vont pas sans les autres. Dans notre monde où nous avons pose un acte de civilisation en définissant envers et contre tout que les hommes naissent libre et égaux. Nous avons posé un acte culturel qui engage les plus forts envers les plus faibles. Si l’on ne veut pas cela pour retrouver nos droits naturels il faut dénoncer la constitution universelle des droits de l’homme. Pourtant en abandonnant le capitalisme il est possible de les intégrer dans des systèmes de scoops.ensuite cela suit son cours par mimétisme. Pour autant la faiblesse des uns qui assurent la force des autres ne justifie pas de las exploiter.

            Cordialement ddacoudre OverBlog


          • tashrin 25 avril 09:09

            @ddacoudre
            Sauf qu’une bonne partie des gens ne souhaitent pas la liberté
            Parce que la liberté implique la responsabilité, le risque, l’opportunité d’un gain, mais aussi celle d’une perte
            Pour certains c’est un moteur
            Pour d’autres un facteur de paralysie
            Certains ont les compétences
            D’autres non
            Décréter que personne ne doit exploiter personne, c’est jeter les bases d’un monde dans lequel tout le monde sera indépendant juridiquement, corveable à merci, dependant de clients pressurant toujours plus. Un monde de tâcherons.
            Le salariat est basé sur une mécanique d’exploitation intrinseque (pourquoi payer quelqu’un si je ne peux pas revendre son travail plus cher que ce que je l’ai payé). Pour autant, il protege aussi beaucoup de gens
            En revendiquant l’absence d’exploitation, vous sous-entendez la fin du salariat, la suppression de la responsabilité de l’employeur, et faites ainsi le jeu de ceux qui souhaiteraient justement s’exempter de ces responsabilités


          • foufouille foufouille 25 avril 09:47

            @oncle archibald
            ton exemple de 36 est nul vu les normes crados de l’époque et les prix immo.


          • oncle archibald 25 avril 09:49

            @ddacoudre : « Pourtant en abandonnant le capitalisme il est possible de les intégrer dans des systèmes de scoops. »

            Mais une scop est dans le système capitaliste ! C’est une entreprise comme une autre, en tout cas face aux problèmes de commandes, d’exécution du travail, etc ... Dans l’entreprise ABADIE devenue la SCOP ABADIE le mec qu n’était pas capable de faire autre chose que de passer du papier verre pour préparer les fonds avant qu’un autre, plus adroit, vienne peindre reste le même ! Il continue à passer du papier verre sur des plaques de plâtre !

            Les différences ? Si pour finir un chantier il manque une heure, avant, les salariés disaient au poil, on revient demain matin, on fait trainer un peu , on finit à midi et on change de chantier. Dans la SCOP les mêmes savent qu’ils émargent au bénéfice et disent on fait une heure supplémentaire, qui sera payée en tant que telle bien entendu, on finit ce soir et demain on attaque autre chose.

            Ça s’appelle la responsabilité personnelle et ça oui c’est capital et indispensable pour avancer !


          • Jean De Songy 24 avril 13:27

            Misère de la philosophie.... (Marx) où gogochon la niaiserie en-soi

             

            Qu’est ce qui fait de Din Don Quichochotte un guignol  ? Réponse :

             

            « La réflexion sur les formes de la vie humaine, et donc aussi leur analyse scientifique, empruntent en général un chemin opposé à celui de l’évolution réelle. Cette réflexion commence après coup et, par suite, elle commence par les résultats achevés du processus d’évolution. Les formes... possèdent déjà la stabilité des formes naturelles de la vie sociale, avant que les hommes cherchent à rendre compte, non du caractère historique de ces formes, qui leur semblent bien plutôt déjà immuables, mais de leur contenu. » Le Capital

             

            « Hegel fait quelque part cette remarque que tous les grands événements et personnages historiques se répètent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d’ajouter : la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce. Caussidière pour Danton, Louis Blanc pour Robespierre, la Montagne de 1848 à 1851 pour la Montagne de 1793 à 1795, le neveu pour l’oncle. Et nous constatons la même caricature dans les circonstances où parut la deuxième édition du 18 Brumaire.
            Les hommes font leur propre histoire, mais ils ne la font pas arbitrairement, dans les conditions choisies par eux, mais dans des conditions directement données et héritées du passé. La tradition de toutes les générations mortes pèse d’un poids très lourd sur le cerveau des vivants. Et même quand ils semblent occupés à se transformer, eux et les choses, à créer quelque chose de tout à fait nouveau, c’est précisément à ces époques de crise révolutionnaire qu’ils évoquent craintivement les esprits du passé, qu’ils leur empruntent leurs noms, leurs mots d’ordre, leurs costumes, pour apparaître sur la nouvelle scène de l’histoire sous ce déguisement respectable et avec ce langage emprunté. C’est ainsi que Luther prit le masque de l’apôtre Paul, que la Révolution de 1789 à 1814 se drapa successivement dans le costume de la République romaine, puis dans celui de l’Empire romain, et que la révolution de 1848 ne sut rien faire de mieux que de parodier tantôt 1789, tantôt la tradition révolutionnaire de 1793 à 1795. C’est ainsi que le débutant qui apprend une nouvelle langue la retraduit toujours en pensée dans sa langue maternelle, mais il ne réussit à s’assimiler l’esprit de cette nouvelle langue et à s’en servir librement que lorsqu’il arrive à la manier sans se rappeler sa langue maternelle, et qu’il parvient même à oublier complètement cette dernière. »

            Karl Marx, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte (1852)

             

            « A l’opposé du mot d’ordre conservateur : ‘Un salaire équitable pour une journée de travail équitable’, les prolétaires doivent inscrire dans leur drapeau le mot d’ordre révolutionnaire : ’Abolition du salariat’ » Marx, Salaires, prix et profits


            • ddacoudre ddacoudre 24 avril 21:04

              @Jean De Songy

              Bonjour Un psychiatre Jean Cottreau a écrit l’éternel recommencement. Il a raison dans la durée de l’histoire qui dépend de notre condition. Nous ne vivons pas à la vitesse de l’évolution. Nous vivons l’évolution elle est lente plus lente que nos cerveaux. Il y a donc un décalage naturel que nos instruments, simple extension de nous même nous permettent de saisir. Cordialement ddacoudre OverBlog


            • Jean De Songy 24 avril 23:16

              Ce n’est pas la liberté qui fait la révolution mais la haine. Il faut juste d’abord montrer les putasses traîtres : la caste, les journalopes et autres pédagochos pontifiants, les négriers NPA, ONG, ex-France soumise, UE, et autres salopes à Soros, les purineurs prébendiers qui on organisé l’ethnicisation et la colonisation mondialiste de l’archipel boobalandais pour servir la Banque et leurs culs.

              Avec le déclassement vient, sans rien avoir à y faire, la conscience de classe doublée de la conscience civilisationnelle et raciale, la haine. Il est juste à diriger les dents. Et le surmoi, qui seul peut la terreur, fait le reste.

               

              En 2050 les classes moyennes auront disparu, les rejetons des gogochos multiethniqueurs sans-frontièristes seront des esclaves dans l’archipel boobalandais, paupérisés, ethnicisés, dépossédés. Il leurs suffira d’ouvrir un livre d’Histoire pour devenir fanatiques et cracher sur leurs parents 1,2,3... bobos dégénérés soumis.

               

              https://fr.sputniknews.com/radio/201904241040871940-elites-paieront-certainestrahisons/

               

              https://fr.sputniknews.com/economie/201712181034389742-inegalites-monde-rapport/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès