• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le blues de Mélenchon

Le blues de Mélenchon

Il était presque touchant le Spice boy Mel E, quand il déclarait, avec une moue d’amertume, qu’Emmanuel Macron avait le point. Le combat contre la Loi travail a échoué. Pas d’union entre la France Insoumise et les syndicats. Pas de mouvement étudiant. Et si peu de monde dans la rue.

Blues

Pour une fois j’ai apprécié son attitude. Il était lucide le grand méchant loulou : « Faut pas chercher à le cacher, parce que si on raconte des histoires, on n’est pas crédible. Sa réforme libérale, il se vante d’y être arrivé en cinq mois. Bon, il y est arrivé. »

Il a bien lancé une perche en direction de ceux dont la vie professionnelle va bientôt commencer : « C’est clair que si la jeunesse se met en mouvement, ça y est, c’est parti, mais ce n’est pas le cas. »

Mais la révolution n’est pas à l’ordre du jour. Les Grecs rouges, auprès desquels il était allé prêcher sa bonne parole, ont accepté de rester dans le bleu de Union Européenne ; le Pouitch-Pouitch catalan n’avait plus la frite, il a fui les tapas et s’est réfugié dans une ancienne possession espagnole : la Belgique ; la France ne s’est pas soumise aux insoumis. La révolution sexuelle s’achève peut-être, dans une ambiance de tribunal de rue où l’État de droit régresse plus vite que l’herbe folle chez Monsanto.

Le coup de blues du leader maximo français, c’est un peu tout ça en vrac dans ses quelques mots et expressions du visage. Sur C dans l’air des invités analysaient lundi sa panne politique. On sentait chez eux presque une tendresse pour Mel.

 

mélenchon,macron,le point,grèce,france insoumise,mai 68,grand soir,frontiste,union européenne,sauveur,socialiste,leader maximo,mel e

Cyclothymique

Après avoir tressé des couronnes à Wauquiez, futur patron des Républicains selon les pronostics, Nathalie Saint-Cricq et Roland Cayrol ont déroulé une analyse du cas Mélenchon qui semble assez juste.

Ils ont souligné l’isolement du leader. C’est vrai que, peut-être grisé par la haute idée qu’il se fait de lui-même, il a envoyé promener le parti communiste, qui lui avait pourtant servi la soupe lors de la campagne présidentielle. Pas très reconnaissant le bonhomme.

Les syndicats lui ont opposé une presque fin de non recevoir. Le parti socialiste dont la voix du petit Benoît semble engloutie dans les catacombes, ne va sûrement pas travailler pour lui vu la manière qu’a Mélenchon de vouloir tout phagocyter autour de lui. Et ses moues arrogantes ne sont plus aussi télégéniques que quand il paradait tout seul sur scène comme le sauveur moral de la France.

Nathalie Saint-Cricq a rappelé également qu’après la défaite de Jospin en 2002 Mel E s’était calfeutré dans un silence bougon, à ruminer tout seul.

Elle l’a décrit, assez justement, comme trop variable pour être un leader durable. On se demande s’il n’est pas cyclothymique. Elle dit même de lui que ce dégagiste est aujourd’hui lui-même dégagé.

 

mélenchon,macron,le point,grèce,france insoumise,mai 68,grand soir,frontiste,union européenne,sauveur,socialiste,leader maximo,mel e

Solo

L’arroseur arrosé en somme. La tornade Macron l’a terrassé. Macron dont je dois dire, rétrospectivement et après quelques mois, qu’il a bien joué sa partition. Son premier ministre Edouard Philippe est même la personnalité préférées des écoliers dans l’émission Au tableau sur C8. Alors que Mel E n’a pas trouvé grâce à leurs yeux. Est-ce un signe des temps ? Cette gauche-là a-t-elle déjà perdu la génération à venir ?

Il a joué une partition trop solo, sans soigner ses alliances. Trop sûr de lui. Trop égocentrique et narcissique. Trop imbus de son rôle de sauveur. Trop moraliste. La politique n’a pas besoin de morale, la loi y suffit. Les moralistes politiques soit finissent mal comme Fillon, soit deviennent des dictateurs.

Aujourd’hui Mel tape sur l’Union Européenne, le regard en coin vers l’électorat frontiste, puis va se faire voir chez les Grecs pour remonter le moral aux membres du nouveau parti de gauche Plefsi Eleftherias (Cap vers la liberté). C’est là qu’il s’est épanché sur sa défaite, désabusé et un peu voûté (vidéo en fin de billet).

La jeunesse ne lui offre pas de Grand Soir. Dans cette émission C dans l’air, un reportage montre les jeunes socialistes français reprenant les logiciels de leurs aînés et tentant de draguer de nouveaux adhérents pour un PS exsangue, vidé de son sang par Emmanuel-le-vampire. Ils se font remercier poliment par des étudiantes et des étudiants surtout préoccupés par leur avenir professionnel.

 

mélenchon,macron,le point,grèce,france insoumise,mai 68,grand soir,frontiste,union européenne,sauveur,socialiste,leader maximo,mel e

Bâton

La jeunesse française, bien loin de Mai 68, n’a plus de boussole politique. Elle s’accommode de la Ve République. Les idéologies gauchisantes semblent n’éveiller plus qu’un sourire compatissant et distant.

Oh, rien n’est jamais joué en France. Les convulsions y sont toujours possibles. Mais je doute que la jeunesse se reconnaisse encore par exemple dans Hamon, si benoît, si inaudible et sans portée, ou dans l’insoumission selon Mélenchon.

D’ailleurs le nom France Insoumise n’est pas bon. L’insoumission est un slogan réactif dans un moment politique. C’est comme un vent d’orage, pas un alizé. Mel E le sait, lui qui a joué presque toute sa campagne sur le pathos assombrissant de la colère nationale, sans la lumière rassurante et les vents réguliers qui portent un candidat vers la cime.

Le jeune Emmanuel dissertait sur le printemps avant de s’envoler vers l’Olympe. Le Jean-Luc, lui, sombre maintenant dans l’arrière automne. Il se fige dans la morte saison des anciens Celtes (Halloween).

Bientôt on trouvera un masque de carnaval à son effigie. Un masque de père fouettard fatigué et peut-être, comme Nathalie Saint-Crick-me-croque cap’tain Haddock le suggérait, trop âgé pour reprendre le bâton. Tout le monde n’est pas Moïse.

Merluche semble sonné par l’uppercut du jeune Emmanuel. Il a le blues. Il a perdu la main. Et visiblement ce n’est pas le pied.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.93/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • François Vesin François Vesin 2 novembre 2017 15:18

    ...« il a le point » !


    Puisqu’on vous répète que ce n’est qu’un jeu !

    Toute proportion gardée (et toute honte bue)
    imaginez-vous De Gaulle le 18 juin 1940,
    vautré dans un fauteuil, un « drink » à la main,
    devisant mollement, soumis, sur le « point » perdu... ?


    • sukhr sukhr 2 novembre 2017 16:42

      @François Vesin
      Non, par contre j’imagine très bien De Gaulle nommer des communistes à tous les ministères les plus importants pour instaure une politique industrielle planifiée, un renouveau de la production énergétique, et une restructuration de toute l’agriculture.... Je l’imagine bien car c’est ce qu’il va faire... Et c’est d’ailleurs peu ou prou ce que vont faire JLM et la FI smiley 


    • François Vesin François Vesin 2 novembre 2017 17:36

      @sukhr
      «  Et c’est d’ailleurs peu ou prou ce que vont faire JLM et la FI »


      Que ne l’a-t-il fait avant ?
      Venir après dire « si » les jeunes ceci,
      « si » les syndicats cela, « si » j’arrêtais
      de faire de la communication en me
      mettant en scène, « si » toujours « si » !!!

      Ce qu’un De Gaulle a pu entreprendre
      tenait à sa crédibilité historique et à 
      sa volonté d’agir dans l’intérêt commun
      en mettant en oeuvre le programme du CNR.

      On est très loin de l’idiot utile dans son marigot
      qui fait des vaguelettes en espérant un tsunami !

    • Le421 Le421 2 novembre 2017 18:00

      @François Vesin
      Votre analyse est excellente, enfin, serait excellente...
      Si.
      Mélenchon était le chef d’un parti.
      Mélenchon n’était pas le représentant d’un ensemble de citoyens.
      Mélenchon n’avait pour tout programme que celui de Mélenchon.
      Mélenchon n’avait convaincu que 5% voire moins de la population.
      Et pour finir, qu’il n’avait aucune capacité à analyser clairement la situation...

      Or.
      C’est loin d’être le cas.
      Et il reste, ne vous en déplaise, le seul et unique représentant d’une opposition concrète et réelle dans ce pays. Dans l’opinion et à l’assemblée.
      Et si vous comptez qu’on va lâcher le beefsteack !! Bon courage !!


    • Alren Alren 2 novembre 2017 18:02

      @François Vesin

      La plupart des gens sont politiquement myopes, y compris dans des milieux très diplômés en science et mathématique par exemple.
      Tant que le tsunami des ordonnances Macron ne les aura pas submergés, ils penseront que RAS, le vie quotidienne qu’ils connaissent va continuer ainsi, indéfiniment.

      Mais quand ils seront sous l’eau salée et boueuse, en bons Français faciles à la révolte, salariés du privé, fonctionnaires, y compris les militaires, étudiants, retraités, descendront dans la rue.
       
      Macron risque de perdre la deuxième manche.
      Certains de son entourage sentent venir cette révolte plus puissante que celles qui se sont opposées aux contre-réformes précédentes et commencent à murmurer qu’il ne faut pas trop charger la barque mais essayer de diviser les catégories sociales pour qu’elles se neutralisent mutuellement.

      « Rira bien qui rira le dernier. »


    • François Vesin François Vesin 2 novembre 2017 18:25

      @le421

      «  Et il reste, ne vous en déplaise, le seul et unique représentant 
      d’une opposition concrète et réelle dans ce pays. »

      Si tel était le cas, le peuple ne s’y serait pas trompé
      et nous n’aurions jamais vécu la honte des présidentielles !

      Nous pouvons tergiverser sur la composition des 52%
      de français qui se sont abstenus à cette occasion et,
      qui constituent la seule majorité réelle aujourd’hui.

      Cette majorité s’est clairement distancée du verbiage
      que lui sert l’ensemble de la classe politique actuelle
      et on y trouve des citoyens qui agissent, qui mutualisent
      leurs savoirs, leurs compétences, leur bon-sens, etc.
      Ne lâchez rien mais regardez d’abord la « vraie » gauche !

    • Lugsama Lugsama 3 novembre 2017 00:24

      @sukhr

      Encore dans vos délires d’un De Gaulle communiste.. après la France payenne ça s’arrange pas.


    • Le421 Le421 3 novembre 2017 08:05

      @François Vesin

      Si tel était le cas, le peuple ne s’y serait pas trompé
      et nous n’aurions jamais vécu la honte des présidentielles !

      La honte ?
      A La France Insoumise ?
      Avec près de 20% contre vents et marées ?
      Donnés à 8% trois mois plus tôt ?
      Ben franchement...
      Dans un pays de trouillards timorés, presque 20% de gens prêts à monter dans la barque en direction du nouveau monde, où est la honte ??

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 novembre 2017 11:39

      @Le421
      C’est sûrement la faute des Français !? Trop timorés ? Trop cons ? Trop contents de Sarkozy, Hollande et Macron ? Sauf qu’ils ont voté massivement pour des candidats protestataires : si vous ajoutez au score de Mélenchon, ceux de Dupont Aignan, Lassalle, Marine Le Pen, Poutou, Arthaud, Asselineau et Cheminade, vous obtenez 55,8% des suffrages.
      Ils sont majoritairement mécontents.


      Et je trouve au contraire, qu’ils comprennent de mieux que rien d’important ne se décide à Paris, que les décideurs sont ailleurs : à Francfort, à Wall Street, à Bruxelles, au FMI à Washington...
      Et que c’est Bruxelles qui met les réformes en musique.

      Même Mélenchon le sait : « C’est la faute à l’ Europe ! »
      Les autres candidats le savent pareillement. Mais à quoi ça sert de s’attaquer aux effets quand on refuse de s’attaquer aux causes ??

    • sukhr sukhr 3 novembre 2017 11:48

      @Fifi Brind_acier
      Tout à fait. Si Mélenchon atteint le second tour, il peut tout à fait être élu. Maintenant il faut se battre pour avoir des élections anticipées avant que Macron n’ai revendu tout l’appareil industriel français aux allemands et aux américains. 

       


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 3 novembre 2017 16:46

      @Fifi Brind_acier

      55,8... Sauf que là vous additionnez des choux et des carottes. Le Pen et Artaud n’ont rien à voir, on ne peut PAS additionner leurs suffrages. Il leur est impossible de construire une majorité avec. 

    • Mmarvinbear Mmarvinbear 3 novembre 2017 16:48

      @sukhr

      Mélenchon peut arriver au 2è tour mais il se ferait battre dans tous les cas de figure.

      Contre un candidat de gauche, il aurait contre lui la droite qui n’en voudrait à aucun prix.

      Contre un candidat de droite, il aurait contre lui le centre et une bonne partie de la gauche qui ne veut pas le voir aux commandes.

    • oncle archibald 3 novembre 2017 18:57

      @François Vesin :

      « Nous pouvons tergiverser sur la composition des 52% de français qui se sont abstenus à cette occasion et, qui constituent la seule majorité réelle aujourd’hui. »

      Le vote des Français est toujours très instructif et réfléchi. Les Français ont bien obéi à Melenchon, ils ont fait du « dégagisme ». Pouet ! Fini ! Ça y est on le sait après les derniers quinquennats en alternance gauche droite qui n’ont absolument rien changé pour eux les Français ont fait le ménage. Et Messire Melenchon n’a pas fait illusion : lui le vieux cheval de retour qui croyait pouvoir faire jeune avec un pot de crème au Q10 plus, ben non ça n’a pas marché non plus, il a dégagé avec.

      Alors si effectivement ils ne se sont pas enthousiasmés pour « L’Emmanuel », si le rôle de sauveur biblique à la voix éraillée les a laissés sur l’expectative, faute de mieux ils l’ont laissé passer parce que dans les offres offertes à leur sagacité il n’y avait absolument aucun bulletin qui vaille mieux. Donc ils ont mis Macron à l’Elysée et ils attendent pour voir dans 5 ans si ils l’y remettront.

      Pour le reste, le grand soir, la vraie gauche, les têtes coupées, tout ça tout ça, il n’y a plus grand monde pour y croire. Même les chinois n’y croient plus, et vous êtes le seul a ne pas le voir !


    • Chourave Jeussey de Sourcesûre 2 novembre 2017 15:27

      Le Schtroumpf grognon est en train de s’apercevoir que les copains n’aiment pas trop les croche-pieds.


      • Chourave Jeussey de Sourcesûre 2 novembre 2017 15:43

        @Jeussey de Sourcesûre

        Les marionnettes de Gepetto-Rocard commencent à accuser de la fatigue, maintenant !


      • Macondo Macondo 2 novembre 2017 15:32

        Bonjour et merci pour cet article brillant ! J’y ai relevé deux perles et j’ai la faiblesse de penser que leur addition, pèserait bon poids, ses 20% d’abstenus :
        - «  ... grisé par la haute idée qu’il se fait de lui-même ».
        - « ... le nom France Insoumise n’est pas bon ».


        • Le421 Le421 2 novembre 2017 18:04

          @Macondo
          Tss tss tss !
          Voyons, quand même !!
          Tout le monde a communiqué, en temps opportun, sur l’égo surdimensionné de Mélenchon.
          Comparé à la modestie et l’effacement de Jupiter, c’est incontestable.
          Les français ont élu un type absolument pas imbu de lui-même et parfaitement conscient et respectueux du petit peuple.
          N’est-ce pas ??

          Connerie quand tu nous tiens...


        • Macondo Macondo 2 novembre 2017 21:03

          @Le421 ... Pas de souci avec moi, j’ai raté sans exception tous les scrutins des cinquante dernières années et ça semble très bien parti pour que je mène jusqu’au bout ce projet révolutionnaire sans avoir jamais, bouffé mon chapeau (c’est dire, si je suis un être rare dans le paysage électoral français). Pour ce qui est de l’égo du sénateur socialiste aigri, il faut avouer à sa décharge, qu’il a la carrière d’un Batave en phase finale de coupe du monde, toujours bien placé lui aussi dans tous les grands championnats, avant de se la mettre sur l’épaule ... A voté !


        • Dzan 3 novembre 2017 11:30

          @Le421

          Vous perdez votre temps
          Ca les fait bander, quand on conspue Mélanchon.
          Macron a été vendu aux badauds comme un paquet de lessive ou le dernier SUV à la mode.
          Mais, l’ennemi de tous les médias inféodés et à genoux devant la nouvelle star a été non seulement Mélanchon, mais tous ceux qui le soutenaient, et l’entouraient.

          Mélanchon ne sera plus de la partie en 2022, mais va falloir choisir entre Wauquiez, hybride de Fillon et de LePen, et Jupiter 2.
          J’espère être encore là pour me plier de rire.


        • Macondo Macondo 3 novembre 2017 15:05

          @Dzan ... ou ne rien choisir du tout ! Prendre le monde comme il s’en vient et se débrouiller pour faire avec. Ca n’exclut aucune solidarité quotidienne. Ca fait un bien fou et ça permet même de sourire, imaginant mettre dans un même tonneau rempli de chaux vive les 6124 politiques les plus en vue depuis un demi-siècle dans l’hexagone ... Il y a plus de différence au rugby entre le 9 et le 10 qu’en politique entre un Macron et un Mélenchon ... A re-voté !


        • Trelawney Trelawney 2 novembre 2017 15:41

          Après 6 mois de présidence Macron :

          Les socialistes « de gauche » sont sous les radars et ont disparu du landerneau politique. 
          Les socialistes « démocrates libéraux » ont voulu créer un groupe pour s’associer avec En Marche et des fois s’opposer. Mais la majorité LERM est tellement majoritaire qu’elle n’a pas besoin d’eux et qu’ils peuvent s’opposer à 100% ça ne changera rien. Seul Le Drian a sorti son épingle du jeu en obtenant un strapontin au gouvernement. Macron l’usera jusqu’à la corde avant de le foutre dehors sans ménagement. Colomb qui avait quitté le navire avant les élections aura le même sort, car il ne représente rien au sein de LREM.
          Les écolos sont morts et le survivant Hulot aura le même sort avant la fin d’année.
          La droite « reconstructrice » a disparu. La seule chose qui leur donnait une impression de rebelle était leur appartenance à LR. Maintenant qu’ils sont virés de LR, ils ne sont plus rien même pour LREM.
          LERM n’a pas un parti politique. Il n’existe que pour et part Macron.
          Comme Macron fait le boulot à droite, le LR tente d’exister et se reconstruit sur la droite de sa droite en visant l’électorat traditionnel FN.
          Le FN tortille du cul pour essayer d’expliquer à ses électeurs que finalement l’UE et l’euro ce n’est pas si mal. Et que pour la souveraineté ben on verra plus tard.
          La gauche de Mélenchon a tenté un baroud d’honneur sur le code du travail et n’a pas été suivi par les syndicats qui lui ont bien savonné la planche et par l’électorat de gauche trop dégouté par tant d’année de compromission avec le capital.

          Tout cela se passe sous les yeux effarés des journaliste qui pensaient « faire » un président et ont engendré un trou noir qui va les engloutir

          Il n’y a pas que Mélenchon qui a le blues car la politique française m’a tout l’air d’être un grand vide.

          • Le421 Le421 2 novembre 2017 18:07

            @Trelawney
            La politique de Macron ne tient que sur la flambe et le vent.
            C’est un décor hollywoodien.
            Derrière les panneaux de ce décor, il n’y a que le vide.
            Et...
            C’est bien connu.
            Qui sème le vent (de la discorde) récolte la tempête.
            Il suffit d’attendre un peu.
            Pas très longtemps.
            Vous avez consulté vos avis d’imposition ?
            La baisse sur la taxe d’habitation. Vous l’avez trouvée où ??  smiley


          • Trelawney Trelawney 3 novembre 2017 11:48

            @Le421
            A aujourd’hui, moins de 10 personnes, Edouard Philippe et les conseillers proches de Macron ont accès au président.

            Les journalistes n’ont plus accès c’est black out total.
            Lorsqu’un ministre veut s’entretenir avec le président, il doit d’abord en faire part à son conseiller qui a été choisit par Macron. Et si ce dernier juge utile l’intervention, il en fait part à un des conseillers du président, avant que ce dernier daigne lui répondre.
            Lors du conseil des ministres, Macron ne parle pas et ne répond pas au question qu’on lui pose.
            Les députés et sénateurs n’ont pas droit au chapitre.

            Les lobbies qui avait mis en place ce président essaient en vain d’avoir accès au président par le biais de son épouse.

            Macron préside seul et fait ce qu’il veut dans l’ordre qu’il veut

            Ce genre de management n’aura qu’un temps et, comme vous le dites, ça va vite partir en couille


          • Chourave Jeussey de Sourcesûre 2 novembre 2017 15:46

            « LERM n’a pas un parti politique. Il n’existe que pour et part Macron. »

            En fait, c’est un lobby, il existe bien « pour Macron », mais par De Castries et Bilderberg !

            • Trelawney Trelawney 2 novembre 2017 17:08

              @Jeussey de Sourcesûre
              C’est pire que cela, puisque LERM est un parti de godillots en place pour voter ce que Macron et uniquement Macron leur dit de voter.

              Il n’a même plus besoin de lobbies, il a les pleins pouvoirs pour 5 ans et est libre d’utiliser ce pouvoir à sa guise. Le seul président à avoir autant de pouvoir dans le monde est Poutine.
              Il faut quand même savoir que tous les conseillers ministériels (même ceux du premier ministre) sont choisit et mis en place par Macron.

            • Le421 Le421 2 novembre 2017 18:09

              @Trelawney
              Sans compter que certains, et pas des moindres, sont des politiques « pampers ».
              Ils sont plus ou moins mouillés, pour le moment, ils restent au sec.
              Pour le moment.
              Vous voulez des noms et des exemples ??


            • leypanou 3 novembre 2017 10:38

              @Trelawney
              Le seul président à avoir autant de pouvoir dans le monde est Poutine. : je ne crois pas non. C’est que vous connaissez mal la réalité locale de la politique russe (moi aussi, je la connais mal mais sur ce point, je fais confiance au Saker, avec un résumé ici).

              Pour résumer, contrairement à ce que vous affirmez, Poutine ne fait pas la pluie et le beau temps en Russie et je pense que roman_garev partage cet avis.


            • Trelawney Trelawney 3 novembre 2017 12:07

              @leypanou
              je vais en Russie assez régulièrement, car j’ai beaucoup d’amis là bas. Poutine a remis de l’ordre dans un Russie totalement désintégrée par la fin du communisme. On peut dire que maintenant il y a deux Russies :

              La Russie des villes où fort de son expérience au KGB, Poutine a mis en place un système que lui seul dirige.
              La Russie des campagnes qui est livrée à elle même et qui tente de se débrouiller pour mettre en place une organisation locale qui vit pratiquement en autarcie.
              Je passe des vacances dans un village prés du Lac Baikal qui était un ancien camp de travail. Avant il y avait des gardiens et des prisonniers qui fabriquaient des skis, des meubles, des portes etc et du barbelé tout autour. Puis un jour plus personne n’ai venu chercher le matériel et plus personne ne les a ravitaillé. Ils étaient livrés à eux même. Aussi les prisonniers et les gardiens (qui n’étaient plus payés) ont décidé de se créer une ville et de réorganiser le truc pour vivre sans l’aide de personne. Chez les prisonniers, il y avait des ingénieurs, des médecins etc. Aussi ils sont devenu agriculteurs, ouvriers, ils ont crée un hôpital (qui fait des cures de jeunes). ils ont remis en marche l’aéroport et la vie s’est installée gardiens et prisonniers mélangés. Ils arrivent comme beaucoup de régions russes à passer sous les radars, tant que le pouvoir de Poutine ne s’intéresse pas à eux pour des histoires de forages ou autre.
              Mais c’est bien Poutine qui commande là bas. Comme il est intelligent et désintéressé c’est plutôt bien pour la Russie.
              Je n’écoute pas trop ce que dit Romain garev car c’est plutôt la voix de son maitre. Et quand il dit « Poutine ne fait pas tout » et sous entend « malheureusement »

            • Fergus Fergus 2 novembre 2017 16:14

              Bonjour, Hommelibre

              Le fait est que Mélenchon a le blues, et le fait est qu’il a montré de la lucidité relativement à Macron.

              Mais si la partie de 2017 est mal engagée pour la France Insoumise - personnellement, j’apprécie ce nom -, il y a matière à jeter les bases d’un combat victorieux des forces de progrès en 2022 qui interviendra lorsque les Français auront enfin compris qu’ils ont été roulés dans la farine par ce président des puissants, si condescendant avec les faibles, les précaires et les pauvres. 


              • sukhr sukhr 2 novembre 2017 16:21

                @Fergus
                les classes paupérisées ne peuvent pas se permettre le luxe d’attendre jusqu’en 2022, pour que le tartufe Benoit Hamon casse encore une fois les genoux de la gauche et permette à Macron et toute la droite réactionnaire de l’emporter.

                 
                Plus de 300 députés LR ont de graves irrégularités dans le financement de leur campagne, cela peut servir de base pour réclamer une dissolution de l’assemblée nationale, surtout si des manifestations monstres et une grève générale empêche Macron de gouverner. 

              • cevennevive cevennevive 2 novembre 2017 16:22

                @Fergus, bonjour,


                Oui, mais j’ai bien peur que Melenchon ne soit trop « vieux », fatigué et désabusé en 2022. Il faudra trouver un autre tribum... Je crois que « c’est foutu ».



              • Chourave Jeussey de Sourcesûre 2 novembre 2017 16:25

                @Fergus

                Bonjour Fergus

                Croyez-vous sincèrement que Macron soit le seul « enfarineur » ?
                Quand les Français auront enfin compris (et c’est en train de mûrir) que les organisations politiques actuelles ne sont que des mécaniques à engranger du clientélisme, ils seront confrontés à une alternative :
                - soit s’abstenir de participer à la vie politique de leur pays
                - soit construire une nouvelle force et un projet réel qui ne soir pas le ripolinage d’un système obsolète ou la reprise d’un vocabulaire de « sans-culottes » suranné. 

              • Le421 Le421 2 novembre 2017 18:13

                @cevennevive
                Là, je pense que vous faites erreur.
                Il y a de la relève en place.
                Et de la bonne.
                En plus, la France Insoumise a travaillé de façon collective, à l’opposé d’un parti comme le FN, ce ne sont pas des personnes, voire une personne qui prime, mais un programme.
                Les malhonnêtes de tout poil prennent bien soin de ne pas le dire.
                Mais nous, nous le savons.
                Insoumis un jour, insoumis toujours !!


              • Fergus Fergus 2 novembre 2017 19:51

                Bonsoir, cevennevive

                Comme Le421, je crois qu’il y a de la relève à la FI. Et le départ de Mélenchon pourrait être un bien pour un mal en permettant à d’autres leaders de s’affirmer dans l’optique de 2022, de surcroît dans un registre peut-être moins flamboyant, mais également moins clivant et donc potentiellement plus rassembleur. Personnellement, j’apprécie bien Eric Coquerel.

                Cordialement.


              • arthes arthes 2 novembre 2017 23:09

                @Jeussey de Sourcesûre
                Qui ? F.A. smiley


                ’Fin , quand les francais auront surtout compris qu ils n ont pas besoin de parti ni d organisme politique...Nous aurons fait de gros progres !

                Ca sert a quoi ces charlots ?


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 novembre 2017 11:43

                @sukhr
                les classes paupérisées ne peuvent pas se permettre le luxe d’attendre jusqu’en 2022...

                Vous avez raison, le Frexit est urgent !


              • sukhr sukhr 3 novembre 2017 11:55

                @Fifi Brind_acier
                Un Frexit brutal est aussi dangereux que stupide. On voir comment la GB est en situation d’infériorité dans les négociations face à la finance européenne, et ce malgré le poids économique de la City.

                 
                Le plan en 3 étapes de la FI est beaucoup plus puissant et intelligent. 

              • egos 4 novembre 2017 09:52

                @Fergus


                Un bien pour un mal ?
                inversion stylistique ou le fond de votre réflexion ?

              • sukhr sukhr 2 novembre 2017 16:29

                L’auteur n’a rien compris à la stratégie de JLM.
                Tout le monde savait que c’était beaucoup trop tôt pour lancer une grève générale et des manifestations monstres. Tout le monde savait qu’il faudrait au moins attendre 2018 pour cela, voir même 2019.

                 
                Mais : JLM pouvait être sûr de réussir au moins un grand rassemblement (celui du 23 septembre). A la fin de ce rassemblement, il a annoncé que désormais il se placerait derrière les syndicats dans le cadre de la lutte contre la loi travail. Bien entendu, comme prévu, les syndicats n’ont pas été capables d’organiser cette lutte (car c’est beaucoup trop top smiley ). 
                 
                Mais maintenant, JLM peut dénoncer l’incompétence des syndicats, et la FI peut supplanter tous ces syndicats boiteux (à part peut-être la CGT qui a fait autant qu’elle pouvait), et lancer un mouvement de politisation de la lutte syndicale. L’objectif sera le renversement du gouvernement Macron, et rien d’autre. Mais bon, on verra ça au printemps, quand les étudiants et les lycéens auront envie de sortir pour foutre un bordel monstre... 

                • Le421 Le421 2 novembre 2017 18:18

                  @sukhr
                  Il est patent que Macron a su démontrer de façon parfaite l’affairisme et l’opportunisme des leaders syndicaux. Hormis Martinez, et encore...
                  La seule force crédible et possible, sera celle du peuple poussé à bout.
                  Pour ma part, bien que militant, j’ai renoncé à faire le bonheur des gens contre leur volonté.
                  Le jour où je crèverais la dalle, un bon paquet seront morts.
                  Croyez-moi.
                  Ma force est dans le fait que j’agis pour les autres, et surtout mes descendants.
                  Qui ne se sentent pas toujours concernés à la hauteur de ce que cela devrait être.

                  Les paysans souffrent de la sècheresse et sont prêts à coller un coup de douze à tout ce qui se présente comme écologiste... Un exemple !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès