• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le bon citoyen sans dissonance

Le bon citoyen sans dissonance

Le Dr. Idriss Aberkane a récemment publié une vidéo sur ce qu’il appelle la dissonance citoyenne1. Elle présente un grand intérêt et chaque personne soucieuse d’élever son discernement à la hauteur des enjeux actuels devrait visionner et écouter son propos. 

Son concept est bien sûr un cas particulier de la dissonance cognitive, cet état de tension qui nous affecte avec les contradictions qui ne manquent pas d’advenir dans nos systèmes de pensées, de croyances, d’émotions ou d’attitudes, ou même de comportements. La cohérence globale de nos pensées et affects ne supporterait pas que nous supposions que l’état de notre cité, celui qui nous gouverne, puisse être malveillant, malfaisant. La conséquence est que le citoyen peut être facilement abusé par un état pervers.

Il y a cependant un problème avec la démonstration d’Idriss Aberkane. Il définit le bon citoyen comme celui qui a un minimum de confiance envers l’état2. C’est peut-être vrai du point de vue de l’état, parce que la persuasion est sans doute plus efficace (atteinte des objectifs) et plus efficiente (au moindre coût) que la coercition pour obtenir du citoyen une soumission suffisante pour assurer l’ordre public : comportements dans la norme civique, consentement à l’impôt, participation et contribution sans heurts à la vie économique, sociale et culturelle. Mais le bon citoyen doit-il être loyal à la cité ou à l’état qui la dirige ? Une fois posée, la question devient rhétorique.

Cette dissonance citoyenne permet à l’état de convaincre aisément dès lors qu’il manie la propagande. Elle dit que c’est pour le bien de tous que l’état nous demande de nous confiner, de mettre des masques, d’imposer à nos enfants des protocoles sanitaires insanes, de cesser de prescrire pour le médecin de ville, de respecter des gestes barrières, de ne plus nous réunir, de laisser administrer un « palliatif-euthanasiant » aux pensionnaires des EHPAD, de nous faire inoculer une substance expérimentale à l’efficacité douteuse et aux risques bien camouflés, d’expulser les soignants et pompiers rétifs à cette injection, de nous soumettre à un passe sanitaire, de ne plus prêter attention aux voix dissonantes, cette liste d’injonction désordonnée n’étant pas exhaustive.

Des sacrifices individuels demandés découlerait un bien collectif. C’est du moins la promesse de l’état, qui a menti et trompé et abusé de la confiance des « bons citoyens », parce que c’est un échec.

Comment ne pas évoquer le petit d’homme Mowgli hypnotisé dans les anneaux du serpent Kaa ? La hâte à souhaiter par exemple censurer l’expression dissidente avec Odyssee semble corroborer l’intention de l’état de ne pas laisser ses citoyens accéder à une information concurrente qu’il ne maîtriserait pas peu ou prou3.

PNG

Lorsque l’état trahit les citoyens et le bien commun de la cité, n’est-il pas du devoir de chacun, dès que son discernement le lui permet, de s’opposer à l’état par tous les moyens licites dans un premier temps pour le réorienter vers le bien commun et celui du peuple ? Ou à défaut de supplanter l’état par un autre état qui méritera, lui, la confiance des habitants de la cité ?

Peut-être que le bon citoyen, c’est aujourd’hui celui qui met en garde la société et les concitoyens quand il perçoit que l’état ne sert plus le bien commun ? Complotistes de tous les pays, unissez-vous, il y a du travail pour faire tomber cette bastille des dissonances citoyennes !

Illustration : © Walt Disney Pictures

1https://youtu.be/_vb4YghTin4

25° minute de la vidéo

3https://www.numerama.com/politique/1153768-la-france-fait-ejecter-rt-france-et-sputnik-de-la-plateforme-odysee.html


Moyenne des avis sur cet article :  2.29/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 10 novembre 2022 10:52

    Que vient foutre la citoyenneté dans des « sociétés » qui promeuvent l’individualisme forcené ?

    Le postulat de base n’est plus, le citoyen et le contrat social qui allait avec sont caducs.

    Partant de là, chacun essaie de sauver son cul et vae victis.


    • Buzzcocks 10 novembre 2022 11:18

      @Clocel
      C’est sur que vous semblez un modèle d’altruisme, de solidarité et de vivre ensemble. Ca transpire à chacune de vos interventions.


    • Clocel Clocel 10 novembre 2022 11:54

      @Buzzcocks

      Ça va mieux !? Allez... Essuie-toi !


    • Buzzcocks 10 novembre 2022 11:57

      @Clocel
      Vous n’aimez pas les compliments ?


    • Macron a dit que la mobilisation serait activée seulement la guerre est orientée contre les français .

      La police politique sort de sa cachette lubrique .

      https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/11/10/alerte-des-soignants-suspendus-discretement-convoques-par-la-police/

      Selon nos informations, un peu partout en France la police convoque, de façon perlée, des soignants suspendus pour les interroger et récolter du renseignement sur leur situation et sur leur position en matière de vaccin et de vaccination. Cette pratique proche de l’intimidation est généralement accompagnée de la forte suggestion de venir sans avocat... Dans le climat de répression qui s’abat actuellement sur la résistance, il devient évident que le pouvoir tente un dernière écrémage avant la purge du dernier carré.

      Selon nos informations, un peu partout en France la police convoque, de façon perlée, des soignants suspendus pour les interroger et récolter du renseignement sur leur situation et sur leur position en matière de vaccin et de vaccination. Cette pratique proche de l’intimidation est généralement accompagnée de la forte suggestion de venir sans avocat... Dans le climat de répression qui s’abat actuellement sur la résistance, il devient évident que le pouvoir tente un dernière écrémage avant la purge du dernier carré.

      Selon nos informations, la police nationale procède actuellement à une campagne perlée de convocations de certains soignants suspendus pour les interroger sur leur position concernant le vaccin. Pour l’instant, les conditions dans lesquelles cette campagne se déroulent sont encore obscures. Mais le mode opératoire paraît assez simple : la police convoque les suspendus officiellement pour un simple entretien, en précisant que c’est une formalité qui ne nécessite pas la présence d’un avocat. 

      Lors des entretiens, les policiers interrogent les personnes sur les raisons pour lesquelles elles ne veulent pas être vaccinées. On signale des cas où les policiers ont interrogé les soignants suspendus sur leurs opinions politiques. 

      Une partie de l’interrogatoire porte sur un éventuel exercice illégal de la profession depuis la suspension. 

      D’une manière générale, les policiers expliquent qu’ils agissent à la demande du Parquet. Plus rarement, il semblerait que certains hôpitaux publics aient pris l’initiative de dénoncer les personnels suspendus pour un hypothétique exercice illégal de la médecine. 

      D’aucuns considèrent que cette campagne d’information sous les radars et (précisons-le) d’une légalité extrêmement discutable, est un prélude à une campagne permettant de réintégrer les soignants les moins “dissidents”. 

      En l’état, un cas de convocation a été signalé à Angoulême, trois autres aux Mans, et plusieurs autres cas de convocation sur le reste du territoire sont en cours de vérification. 

      Une vague de répression impitoyable

      Cette campagne d’intimidation à l’abri des regards s’inscrit dans un contexte de répression féroce contre l’opposition. Après la condamnation de Fabrice Di Vizio, après l’interdiction d’exercer signifiée à Alain Houpert (sénateur mais aussi radiologue), après d’autres sanctions prises plus discrètement contre des médecins, après le déférement de Didier Raoult, ces convocations sonnent comme des invitations à prendre le thé lancée par la police chinoise aux dissidents. 


      • the clone the clone 11 novembre 2022 08:33

        @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot

        Macron est un dicteur narcissique ..... 


      • the clone the clone 11 novembre 2022 08:30

        Le mougeon ....


        • troletbuse troletbuse 11 novembre 2022 14:33

          Remarque : les cocus du waxxin se sont fait échauder vu leur imbécilité.

          On les voit rarement sur les articles de « santé » ou bien ils sont dans le déni.

          Certains disparaissent ou alors ils réapparaissent sur les actualités guerre en Ukraine et élections mais toujours avec leur imbécilité innée donc permanente.

          Vive les complotistes !


          • Hervé Hum Hervé Hum 11 novembre 2022 16:48

            . Mais le bon citoyen doit-il être loyal à la cité ou à l’état qui la dirige ?

            Cette simple phrase est le symptôme de votre propre dissonance citoyenne, dans la mesure où une cité ou un état ne sont pas des êtres vivants en tant que tel, mais des objets ou outils dans les mains d’être vivants.

            Dans cette condition, la notion de loyauté n’a aucun sens car elle s’applique uniquement aux êtres vivants, sauf pour les dissociés !

            Ici, votre dissonance consiste à confondre le devoir d’obéissance à la loi et celui d’obéissance à ceux qui ont pour charge de la faire appliquer.

            Autrement dit, le bon citoyen se doit d’être loyal à la cité et à l’état, mais pas à ceux qui la dirige et se doit même de combattre ces derniers dès lors où ils s’approprient le pouvoir de faire (imposer) leur loi.

            Car tout représentant qui détient les attributs du pouvoir, exerce une tutelle de fait sur tous les bons citoyens et les réduits à l’état d’immaturité sociale et politique.Ici, la cité et l’état sont des outils pervertis et au service d’intérêts privés et non pas collectifs ou général.

            Bref, confondre le marteau et la main qui le tient est la forme de dissonance citoyenne la plus perverse pour le cogito, car la main qui tient le marteau use et abuse de cette confusion face au « bon citoyen ». Tantôt ils mettent en avant l’état, tantôt le gouvernement, selon les associations d’idées qu’ils veulent imprimer dans le cogito des citoyens.

            Mais fondamentalement en logique causale un outil obéit toujours à celui (un être vivant) qui en a le contrôle, mais un outil ne se contrôle pas de lui même (ne pas confondre avec l’inertie). Autrement dit, changez de dirigeants ou/et de système de gouvernance et la vie sociale, économique et politique de la cité et de l’état s’en trouve d’autant transformé.


            • Rémy Mahoudeaux Rémy Mahoudeaux 11 novembre 2022 17:30

              @Hervé Hum
              Merci de votre commentaire. 
              Je suis d’accord avec le fait qu’en logique causale appliquée, une action soit toujours imputable in fine à des personnes. Il n’empêche que Jean-Paul II a inventé le concept de structure de péché pour décrire une structure humaine (a minima un ensemble de règles et une gouvernance applicables à une population) intrinsèquement incapable de ne pas produire du mal. La pérennité des contraintes, normes, usages, décisions au delà des mandats et de la vie des décideurs, la multiplicité et la complexité des organisations, des règles et des décideurs font que les « choses » cessent d’être neutres comme un outil simple, votre marteau. Mais ces structures complexes, peccamineuses ou non, demandent ou exigent une certaine loyauté. L’exemple basique est que si votre nation est attaquée, vous la défendez, parce que si vous ne la défendez pas, elle n’a plus de destin qui pourrait être commun à son peuple. Ainsi, je peux tenter d’être loyal à ma nation, même si le chef de l’état est indigne, à l’état qu’il sert si mal et qu’il dévoie puisque je paie mes impôts et respecte le pacte social,

              à mon église (malgré tout) même si j’ai la faiblesse de croire que le pape se plante sur de nombreux sujets ou priorités. Alors, au-delà de la responsabilité directe de ceux qui incarnent une gouvernance, il faut aussi jauger la capacité d’une organisation à produire du bien. En l’occurrence du bien commun. C’est du moins mon opinion. 
              Cordialement, 


            • Hervé Hum Hervé Hum 11 novembre 2022 19:42

              @Rémy Mahoudeaux

              désolé, on ne sera visiblement jamais d’accord, car ce n’est pas une nation qu’on défend, mais toujours ceux qui en ont le contrôle, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de la nation.

              Bref, je n’irai jamais défendre la nation contre une autre nation, car cela n’a pas de sens. Par contre, je me poserai la question de me battre contre les gouvernants que ce soit dans ma nation et/ou des autres nations, mais JAMAIS j’irai me battre et défendre la nation.

              Ce que vous me rapportez avec JP2, c’est ce que je souligne entre parenthèse, soit, l’inertie qui au niveau de la société humaine se traduit par l’habitude sociale qui demande du temps pour être changé et adopter de nouvelles habitudes. Ici, il vous manque de connaître une loi de causalité qu’est la fractalisation et qui dit qu’un changement d’échelle inverse la polarité.

              Autrement dit, à l’échelle des citoyens ordinaires, ceux-ci font partie intégrante de l’outil et sont traité comme tel par ceux qui ont le contrôle de l’outil et qui sont des humains et seulement des humains.

              Mon 1er article porte justement sur le sujet et s’appelle « la fourmi dans la fourmilière » où j’explique que si vous considérez la fourmilière en tant qu’être vivant, alors, une fourmi est une cellule et en tuer une ne tue pas la fourmilière. Par contre, si vous vous situez au niveau de la fourmi, alors, la fourmilière n’est plus un être vivant en tant que tel, mais la structure organisationnelle des fourmis.

              C’est ainsi que les dirigeants peuvent envoyer se faire s’entretuer des milliers ou millions de citoyens et ensuite faire la paix au nom de la nation.

              Bref, personnellement la nation ne sera jamais qu’un outil pour permettre à une minorité d’obtenir la soumission volontaire des « bons citoyens » et s’en servir dans leur intérêt privés et d’en appeler à l’intérêt général dit de la nation en fonction de l’état d’éveil de ces mêmes citoyens. C’est à dire, les envoyer à l’abattoir lorsqu’ils menacent leur domination tel que ce fut le cas en 1914 et ensuite en 1939.

              Non, aucune structure complexe réclame de la loyauté, rien de plus absurde, elle demande seulement un bon usage en fonction du but que l’on veut atteindre avec son usage. Ainsi, il suffit de modifier les réglages actuels des structures actuelles, tant étatique qu’économique, pour obtenir une société fondée sur l’équité sociale, c’est à dire, du mérite personnel qui interdit par définition l’exploitation du mérite d’autrui à son profit, tel que c’est la règle et est le but assigné aux structures complexes.

              Cqfd


            • Djam Djam 11 novembre 2022 20:37

              On effectivement parler de dissonance citoyenne, moi je parle de « syndrome du cocu » !

              En clair, un cocu prévenu par ses potes (on peut inverser, bien sûr, et parler de cocueeee prévenue par ses copines !) rejette l’avertissement de ses potes dans 95 % des cas. 

              Un cerveau qui a gobé pendant X années une croyance ne parvient presque jamais à revenir sur sa croyance car cela l’invite forcément à réaliser qu’il s’est trompé lui-même sur X mois ou années. Il préfère s’entêter pour garder une pseudo cohérence envers lui-même.

              C’est exactement ce qui se produit avec les injections. Ceux qui découvrent qu’ils se sont fait gravement avoir préfère faire la sourde oreille... pour eux, reconnaitre qu’ils ont avalé deux années et demi d’entubage et d’enfumage est trop pénible. 


              • the clone the clone 12 novembre 2022 08:33

                Le syndrome de Stockholm n’a pas encore de vaccin ..... 


                • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 12 novembre 2022 09:34

                  Première phrase de la vidéo :

                   

                  « Alan Kay disait, un changement de perspective ça vaut 60 points de QI » (*)

                   

                   Devenez agnotologue, prenez conscience des ravages commis par les fabricants d’ignorance.

                   

                  « L’agnotologie est l’étude de la production culturelle de l’ignorance, du doute ou de la désinformation. Dans une acception plus générale, l’agnotologie peut désigner l’étude de l’ignorance au sens large. »

                   

                  (*) Alan Kay, informaticien américain, prix Turing de l’ACM pour ses travaux sur la programmation orientée objet, ainsi que le prix Kyoto.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité