• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le cas Macron, exemple d’illégitimité ?

Le cas Macron, exemple d’illégitimité ?

Gouverner, gérer, diriger, autant d'actes qui ont pour vocation d'organiser au mieux des systèmes, économiques, commerçants, industriels mais aussi politiques, civilisationnels, sociétaux… Et selon qu'il s'agisse d'affaires du privé ou du public, les intérêts étant très distincts, nul doute que les modes de gestion ne peuvent être que différents de l'un à l'autre. Un seul point commun, les dirigeants qui postulent ont l'obligation, pour le moins, de la compétence relative à la fonction exercée.

Avant de prétendre exercer quelque fonction que ce soit, il semble évident de savoir en appréhender au mieux toutes les facettes, que ce soit pour effectuer un travail manuel ou intellectuel, il existe des règles, des manières de faire, lesquelles, issues non seulement de la théorie mais également du retour d'expériences au fil du temps. Ce qui distingue l'hominidé des autres espèces animales, c'est sa faculté de théoriser des principes avant d'en tester physiquement le résultat, lequel, si satisfaisant au but recherché, devient une règle ou une loi certifiée. De son enfance à son trépas, l'humain est soumis à cet ensemble de règles qui lui permet le comportement adéquat dans le cadre de la vie en société, que ce soit en qualité de personne ou d'acteur du monde professionnel. La maîtrise de cet ensemble de règles et lois en passe obligatoirement par un apprentissage et une adaptation permanente, que ce soit, dès son plus jeune âge, pour apprendre les civilités, à marcher, lire, écrire, compter, puis dans le temps, apprendre la bonne manipulation des outils permettant de créer, construire, négocier…

 

Dans tout système, il est évident que dès la phase d'apprentissage, il existe une chronologie et une hiérarchie nécessaires à la bonne intégration des principes à maîtriser. Il existe aussi un délai d'adaptation aux outils que l'humain devra utiliser, même si on connaît parfaitement le solfège, on ne sait jouer du piano qu'après un nombre incalculable d'heures de répétition et de gammes. C'est la même chose pour un soudeur, un automaticien ou un chirurgien, le temps d'apprentissage est donc un facteur déterminant et imposé dans tout type de cursus, sans exceptions. Il en va de même pour les activités intellectuelles, on ne devient pas écrivain, journaliste, philosophe économiste ou politicien sans avoir préalablement acquis l'ensemble des règles certifiées inhérentes aux dites activités. Ces cursus d'apprentissages en passent par différents paliers obligatoires qui permettent de valider la progression de la connaissance et de la maîtrise des moyens, le tout généralement sanctionné par un certificat ou diplôme final attestant du bon contrôle théorique du candidat dans l'activité dont il a étudié les grands principes.

 

L'autre volet de la reconnaissance d'une compétence est directement lié à l'expérimentation, à l'expérience qui ne peut elle aussi s'acquérir qu'au fil du temps, plus ou moins long selon l'habileté de chaque individu, à résoudre des problèmes auxquels il est confronté. Donc, outre le fait d'avoir obtenu un diplôme ou certificat validant une compétence à exercer une activité, sans une longue pratique sous tutelle de personnes aguerries, les réflexes ne sont pas acquis et peuvent donner source à quantité de risque d'erreur. Bien entendu, il faut rappeler qu'existent aussi et toutefois des autodidactes, qui, mus par un don inné spécifique peuvent aboutir à une certaine connaissance sans avoir à passer par les standards des cursus de formation classiques, valorisant souvent la formation "sur le tas" par l'expérimentation, et donnant des résultats tout aussi satisfaisant que ceux d'un diplômé, quoi que cantonnés à des activités où la demande en expertise n'est généralement pas d'un très haut niveau technique, il n'est pas rare de voir des cas réussis dans la médecine, par exemple, par des individus qui n'ont jamais franchi les portes d'une université et finalement interdits d'exercer au simple fait de n'avoir aucun diplôme, même si dans les fais, les compétences sont totalement acquises ; mais c'est un autre sujet.

 

Ce long préambule pour arriver enfin à parler de la politique, "l'organisation de la cité", et si chaque citoyen exerce cette activité, souvent sans s'en apercevoir, à petite échelle, dans sa vie quotidienne, il s'y adonne pourtant dans le simple fait de prévoir le remplacement du lave-linge, du canapé ou de la décoration de la chambre-à-coucher, par la mise en œuvre de solutions face aux contraintes budgétaires, de planning, d'approvisionnement ou simplement de goût. Cependant, la politique prend une autre tournure lorsqu'il s'agit de prévoir les bonnes orientations qui concernent tout un ensemble d'individus ou d'entités. C'est le cas dans les organisations privées autant que publiques, elles requièrent d'être dirigées et gérées dans le but d'atteindre certains objectifs déterminés. Et de la taille de ces organisations dépend le nombre de paliers de compétences requises en fonction du niveau de spécialisation et d'expertise de chaque palier. En tout cas, dans n'importe quelle entreprise privée de grosse taille, les actionnaires choisissent un directeur dont ils sont certains qu'il ait les compétences et l'expérience requise à faire correctement le job.

 

Pourquoi en serait-il alors autrement lorsqu'il s'agit de la gestion des affaires publiques, de l'encadrement d'administrations régaliennes ? Or, n'est-ce pas surprenant de voir que, du jour au lendemain, n'importe quel civil, Bébert le charcutier, le roi des paupiettes et de la saucisse fumée, par exemple, et bien que très aimé par l'ensemble de la population pour la saveur de son pied de cochon pané, puisse, après son élection municipale, devenir le Premier Magistrat de la ville, Officier d'État Civil et Officier de Police Judiciaire ? (Pareil avec Ghislaine Dufnu, vendeuse au rayon textiles du supermarché local, mais, je ne peux pas citer tout le monde, pardonnez m'en…). Ne faut-il pas une sacrée dose de compétences en administration publique pour prétendre décider du plan de circulation ou du maintien de crèches en milieu rural ? Et lui, Bébert, qu'est-ce qu'il en sait, sur le sujet ? Je veux donc tenter dans ce premier exemple de pointer l'incohérence qui existe entre le dogme de l'éducation nationale qui assène la propagande que plus on sacrifie sa jeunesse à de longues études, plus on a de chances de voir embrasser des carrières professionnelles gratifiantes et les faits, par l'exemple de Bébert, propulsé dans les arcanes du pouvoir suite à un "choix populaire" qui trouve que la cravate de sa photo électorale est plus jolie que le petit chapeau à fleur de sa concurrente, la perdante…

 

Sans du tout remettre en cause les vertus ou non du scrutin pour définir qui représente le mieux ou non la population, c'est un autre débat, mon avis est qu'il serait toutefois déjà souhaitable que, parmi tous les candidats prétendant à gérer nos existences soient avant tout des individus chevronnés et compétents en terme de gestion des affaires publiques. Ceci étant dit pour la politique locale, le niveau supérieur de la politique ne semble plus vraiment mieux loti depuis la dernière élection présidentielle. En effet, jusqu'à présent, on ressentait les résultats d'un certain respect du bon sens dans la mesure où, tout les prédécesseurs de notre actuel présidents, et sans ergoter sur le bilan de leurs mandats, étaient pour le moins nantis de compétences indéniables en termes d'administration publique, les uns, sortis diplômés de la fameuse ENA, tous, dans l'ensemble, ont accédé aux plus hautes fonctions de l'état après avoir fait leurs preuves durant de nombreuses années, soit en qualité de Maires, Députés, Sénateurs, Présidents de Régions etc. Ce sont des individus qui s'étaient déjà confronté au système électoral intermédiaire ou avaient passé de longues années à des postes à haute responsabilité publique avant d'affronter le scrutin pour le mandat présidentiel, ce qui pourrait faire office de cursus expérimental accréditant un minimum de compétences.

 

Et soudain… Soudain arriva M. Macron… Candidat aux présidentielles, énarque, avec pour seul bagage un début de carrière dans une banque privée et quelques mois en qualité de ministre, mais en tout cas, jamais candidat à aucun autre scrutin auparavant… Quelle expérience peut avoir ce personnage quant aux rouages de l'administration publique, hormis son beau diplôme théorique de l'ENA ? À quel type de problèmes locaux, départementaux, régionaux a-t-il eu pour habitude d'être confronté, et d'avoir résolus, pour pouvoir aujourd'hui prétendre résoudre les problèmes d'une nation entière ? Bref, un peu à l'image de Bébert, diplômé en charcuterie, mon sentiment est que M. Macron n'a pas encore du tout acquis les compétences requises, donc aucune légitimité, pour prétendre à diriger un pays tel la France. La constitution dit pourtant le contraire, dans le texte, du coup, n'est-ce pas le bon moment pour lancer le débat et, habitués aux réformes constitutionnelles, pourquoi en faire une supplémentaire mais pour une fois, à bon escient, en créant l'obligation de compétences pour candidater à une fonction publique ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.42/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 10 octobre 18:48

    ’’tous les candidats prétendant à gérer nos existences soient avant tout des individus chevronnés et compétents en terme de gestion des affaires publiques’’
     
    Vous pouvez-pas tout leur demander, ils sont déjà tous :
    Des individus chevronnés et compétents en terme de gestion de leurs affaires privées, experts en magouilles et spécialistes en tricheries et mensonges !
     
    D’ailleurs, ils sont également tous :
     
    ’’des individus qui s’étaient déjà confronté au système électoral intermédiaire ou avaient passé de longues années à des postes à haute responsabilité publique’’
     
    Postes sur lesquels ils (elles) ont indiscutablement fait preuve de leurs immenses qualités morales et de leurs gigantesques compétences managériales au service de leurs bons amis et sponsors divers et variés.
     
    Z’êtes bien exigeant mon bon Monsieur, faudrait voir à pas abuser...
     

     


    • Philippe MEONI Philippe MEONI 10 octobre 19:01

      @Jeekes

      Je vous rejoins totalement dans votre commentaire, cher Jeekes  smiley


    • Jeekes Jeekes 10 octobre 19:12

      @Philippe MEONI
       
      ’’Je vous rejoins totalement dans votre commentaire, cher Jeekes’’
       
      J’en suis fort aise, cher Philippe.
      Mais ôtez-moi d’un doute, votre article c’était ironique ?
      Si tel était le cas, pardonnez-moi, je n’ai pas saisi à quel degré.
      Mais puisque vous semblez avoir de l’humour, ne m’en veuillez pas d’insister quelque peu. Quand vous écrivez :
       
      ’’en créant l’obligation de compétences pour candidater à une fonction publique’’
       
      Vous me faites peur.
      Expliquez-nous, qui serait compétent (et suffisamment fiable et honnête) pour juger de ces compétences chez les autres ?
       
      Personnellement j’en vois pas, ou si peu...
       


    • Philippe MEONI Philippe MEONI 10 octobre 20:57

      @Jeekes


      Heureux que nous ayons vous et moi le sens de l’humour, l’ironie et le sarcasme, ça aide pour parler des choses graves. Toutefois, non, au risque de vous décevoir, mon article n’est pas en mode ironique et tend à soulever une question de fond... Faut il être compétent pour diriger un pays ?
      Quant à la question de qui pourrait juger impartialement les éventuels candidats, il faut savoir qu’actuellement, pour entrer dans la fonction publique, il y a un concours national qui valide le niveau de compétences et à priori, le système semble bien rôdé... Pourquoi les hauts responsables de non administration échappent-ils à cette validation ?
      Ceci dit, mon idée globale tend plus vers un concept de gestion par des collèges d’experts consultatifs, sous tutelle de comités citoyens de vigilance dotés d’un véritable pouvoir de sanction, et la mise en place du système pétitionnaire et référendaire permanent... Mais ce n’est qu’une idée qui reste à sérieusement creuser, rien ne garantit non plus que cela fonctionnerait...  smiley

    • gogoRat gogoRat 10 octobre 23:03

      @Philippe MEONI

      "un concept de gestion par des collèges d’experts consultatifs, sous tutelle de comités citoyens de vigilance dotés d’un véritable pouvoir de sanction, et la mise en place du système pétitionnaire et référendaire permanent..."

      voilà qui correspond plutôt bien à la piste de contre-pouvoir suggérée dans le profil de Gogorat !
       Les ’cahiers de doléances permanents’ étant un autre nom pour la même visée !
       ... sauf une petite nuance dans les a priori : il se pourrait que le seul fait que chacun puisse évaluer directement l’optique de chacun de ses compatriotes, pour que l’exercice du pouvoir suprême (voire de l’arbitrage) par qui que ce soit (gentil zélu, gentille zélite ... ou vilain dictateur) s’en trouve transformé jusqu’à l’os !
       ( Pour faire court, disons qu’un chef ridiculisé et intimement déconsidéré par la majorité absolue, dès lors que sa légitimité n’est que procédurière et maintenue par la force brute -ou abrutie - ... ça ne va jamais bien loin ! )


    • Philippe MEONI Philippe MEONI 11 octobre 00:32

      @gogoRat


      Bonsoir, et mille excuses de ne pas avoir eu connaissance de votre théorie laquelle, au premier abord, me semble séduisante (Je creuserai vos publications sous peu...)
      Quant à l’idée que je soumets, il n’est pas prévu une évaluation au niveau des idées individuelles mais plutôt un système multi-choix type « Condorcet » (ou autres) chargé de faire le tri entre plusieurs idées proposées par pétition (ou doléance) et réputées viables par les collèges d’experts pluri-disciplinaires... Ceci dit, je n’ai pas connaissance qu’une telle expérience ait jamais été entreprise, donc, cette théorie n’est qu’une théorie sans certitude d’une possibilité de succès lors d’une éventuelle mise en oeuvre... Mais, merci de m’avoir éclairé de votre point de vue, l’Ami  smiley

    • Lugsama Lugsama 10 octobre 19:15

      « l’obligation de compétences pour candidater à une fonction publique ? »


      On appel ça les diplômes et les formations et ça se fait déjà dans la fonction publique.

      Pour la présidentiel ils faut obtenir les parrainages, c’est déjà un premier filtre, et après ils faut remporter le suffrage et les français sont certainement les mieux placés pour juger des compétences lors des campagnes ! C’est un peu le principe de la démocratie.

      Vous ne voudriez pas que le pouvoir en place ou une administration décide quel citoyen peux se présenter ou carrément qui peux voter tant qu’a faire ? 

      • Philippe MEONI Philippe MEONI 10 octobre 20:44

        @Lugsama


         N’est-ce pas ce qu’a déjà fait le pouvoir en imposant le citoyen Macron ?

      • Lugsama Lugsama 11 octobre 08:22

        @Philippe MEONI

        Imposer par les vilains médias et un complot mondial sataniste ? Quand on suit un peu la politique française on sait que c’est lui qui a imposer sa candidature au président et au premier ministre. Que des looser qui eux passent à la TV depuis des decennies explique leur defaite par des complots absurdes c’est de la literrature, libre a vous d’être un mouton.


      • Philippe MEONI Philippe MEONI 11 octobre 10:40

        @Lugsama


        Les médias ne peuvent faire leur propagande uniquement parce que le public se laisse volontairement influencer par facilité et paresse intellectuelle. La majorité des individus n’utilisent plus leur cerveau, mais ça, ce n’est pas la faute de la télé !!

      • Macron me rappelle mon médecin : en toute circonstance, garder son sang-froid. Et même si je n’aime pas beaucoup le personnage, dans l’état actuel, Macron est l’homme de la situation. Parfait comme : anti:inflammatoire.


        • Les forgerons corrompent (si je puis dire) le fer jusqu’à l’os de manière à le rendre inflexible. 


          • straine straine 10 octobre 20:41

            Il serait souhaitable d’adjoindre au permis de gouverner un dépistage systématique et régulier des diverses substances illicites trop souvent banalisées sous appellation de substances récréatives !
            Gouverner ou se poudrer le nez .... il faut choisir ! smiley


            • gogoRat gogoRat 10 octobre 23:18

               Le comble de l’incohérence, c’est que ce sont souvent des gens qui tout au long de leur vie ont conchié les travers de l’Eglise catholique, sa notion d’incarnation, ses mariages, ses séminaires, sa hiérarchie pontificale,
               ce sont donc ceux-là qui sont les pires adeptes de l’incarnation des Français par un élu touché par la grâce par ce seul fait d’avoir été élu : chef des Armées, de la Recherche, de la Qulture, des questions sociétale, etc etc ! ... et seul maître du mariage pour tous, de la GPA, des nominations gouvernementales et administratives ...
               
               Et ça se prend au sérieux !!


              • bob14 bob14 11 octobre 06:34

                Le « K » clinique du TARTUFE installé au château, ,n’est plus à faire pour n’importe quel Psy...reste quand même les millions de gens ayant voté pour lui pensant avoir trouver la perle rare pour diriger le pays ?


                • sarcastelle sarcastelle 11 octobre 07:10

                  Non seulement Bébert peut devenir président avec son CAP de charcutier, mais il peut écrire des articles même s’il remplace le verbe postuler par « candidater ».


                  • nono le simplet nono le simplet 11 octobre 07:24

                    @sarcastelle
                    là tu sarcasmes ...


                  • Philippe MEONI Philippe MEONI 11 octobre 10:53

                    @sarcastelle

                    Je me bats la coulpe, emporté par l’élan, le terme m’a échappé... 

                  • Nominix 11 octobre 18:34

                    Bonsoir,

                    Il y a 2 problèmes en France ,

                    Le premier c’est le nombre d’élus qui va de pair avec les couches administratives de décision.
                    La plupart des élus se tirent dans les pattes quand ils ne sont pas du même bord.

                    Le deuxième, c’est le contrôle de ces mêmes élus, il n’y a que dans le système politique français qu’il n’y a pas de vérifications des frais des élus.
                    Cela ouvre la porte à tout les abus, il faut dire que c’est tellement facile... (pour eux).

                    Alors, dans ce cas, il y a bien sûr des solutions ;

                    - Supprimer des centres de décisions, par exemple : ne garder que les Mairies, les communautés de commune, la région et le pouvoir central.

                    -Supprimer le Président, (qui est quasiment royal en France).

                    -Donner une vraie fonction à la cour des comptes de manière a ce que les élus soient responsables des différentes gabegies qui peuvent être commises et un vrai contrôle de leurs frais avec justificatif, ce qui n’est pas le cas actuellement.

                    Avec ses réformes, notre Pays se porterait beaucoup mieux, mais malheureusement, la gamelle est très bonne comme ça, alors pourquoi changer les choses ?


                    • Philippe MEONI Philippe MEONI 11 octobre 19:07

                      @Nominix

                      Bonsoir et merci pour votre commentaire que je rejoins totalement. Bien sûr que les solutions ne manquent pas le seul hic, c’est que ce sont les premiers concernés par la corruption qui sont aussi désormais les seuls à pouvoir légiférer...

                    • Nominix 11 octobre 19:37

                      @Philippe MEONI

                      Merci
                      Après , une fois ceci fait , on peut encore aller encore plus loin ,

                      Suppression des partis politiques , qui ne sont devenus finalement que des associations de malfaiteurs qui œuvrent a l’intérêt du parti mais pas a celui de la France .
                      Sans compter l argent versé que cela fera économiser à l état ,on les financent 2 fois en fait ,avant l’élection puis une fois élus ,cela va trop loin .
                      Que font il de tout ce pognon ?

                      Mais surtout un vrai contrôle , pour chaque pouvoir de décision , un contrôle d’objectifs et un de résultat avec des convocations devant la justice pour ceux qui franchissent la ligne jaune .

                      Peine : inéligibilité et radiation du poste s’il y a faute avérée .

                      Et, bien sur casier judiciaire vierge si l’on veut être élu .. 
                       


                    • Philippe MEONI Philippe MEONI 11 octobre 20:07

                      @Nominix

                      Vos idées très pertinentes pointent des constats qui ont été établis de longue date, par des « penseurs modernes » tels Etienne Chouard, Frédéric Lordon, Paul Jorion, Michel Onfray, Emmanuel Todd et tant d’autres... Et tout ce que vous soutenez est évidemment empreint de bon sens, MAIS, sachant que ces comportements doivent changer pour le bien de tous, la question est de savoir comment opérer ledit changement qui devrait passer par des lois, or, ces lois sont établies par les auteurs de ces méfaits. Comment exiger des députés actuels qu’ils votent l’abolition des partis politiques alors même que ce sont ces mêmes partis qui leur permettent d’être députés ?

                    • Le421 Le421 12 octobre 08:47

                      Pour ce qui est de la gestion du monde politique, je m’en remets à ce qui est écrit dans L’Avenir en Commun.
                      Pour moi, la mesure phare est et restera le référendum révocatoire.
                      Il n’y aurait pas que les ouvriers assis sur un siège éjectable...
                      Quand à la limitation EFFECTIVE du nombre de mandats, c’est tellement évident que personne n’en veut.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires