• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Cercle de famille

Le Cercle de famille

Chacun de nous a eu à un moment de sa vie, à la suite d'un changement de situation, d'un déménagement ou simplement du départ des enfants vers leur vie d'adulte, l'obligation de se désencombrer. Mais, entre ce qu'il est indispensable de conserver et sage de sacrifier, comment faire la juste part ? L'adieu aux choses s'auréole volontiers d'une mélancolie passagère dont je guéris aisément, parce que j'aime assez cette idée d'allègement, cette façon d'aborder l'avenir avec le moins de bagage possible. Oui, s'alléger, se délester me conviennent. Il y eut une époque où je me disais que j'aurais pu vivre à l'hôtel, être ainsi de passage comme quelqu'un en transit entre plusieurs destinations. Mais cela était impossible, dès lors que je fondais une famille, souhaitais des enfants. Il y eut donc un havre plein de rires et de projets, un lieu d'accostage où il a fait si bon vivre ensemble. Puis les enfants sont partis. C'était normal : nous leur avions appris à nous quitter afin de devenir adultes, autonomes à leur tour.

Et mon mari et moi nous sommes retrouvés nomades, dans une parenthèse flottante, prêts à recommencer une nouvelle vie, à envisager d'autres escales. L'eau a toujours été présente. Enfant, ce furent les rives de la Loire, le bord des Mauves ; jeune femme, le lac d'Annecy avec ses courbes gracieuses, de toutes parts gaves et avens qui creusent plus profondément leur lit. Aujourd'hui, c'est la mer autour et devant moi, invitation permanente au voyage. Aussi est-il bon d'alléger la carène qui nous mènera un matin ou un soir au terme du périple.

L'appartement étant devenu un peu grand, nous avons jugé sage de réduire notre espace vital et de passer de 130m2 à 80m2. Pour y parvenir, nous avons trié, jeté, donné, classé documents, archives, lettres et surtout photos qui sont venues discrètement se réanimer entre mes mains : amours défunts, visages saisis au hasard des jours, papiers jaunis qui parlent d'une actualité ensevelie dans le suaire du temps, sourires fugitifs, regards qui semblent prolonger l'interrogation. Pour mieux appréhender l'immensité de ces absences, j'y ai volontiers attardé ma pensée. Nostalgie de ce qui n'a jamais cessé de s'éloigner et de se perdre, inquiétude face à la temporalité dans laquelle nous baignons, caravaniers des sables dont les traces s'effacent au fur et à mesure de nos pas et nous confinent à l'éphémère.

Il est vrai qu'il faut beaucoup de temps pour devenir adulte et peu pour devenir vieux. Nos existences sont en quelque sorte de longues histoires d'enfance. Soudain on se retourne et notre avenir s'éloigne. Aurions-nous tourné en rond ? Ce que l'on découvre sont des choses que, curieusement, nous reconnaissons comme si nous les portions en nous depuis toujours. Nous ne traversons plus l'inconnu mais l'une de ces bonnes vieilles terres qui nous colle aux talons. Sachons-le, nous venons du fond d'un âge, du fond d'une histoire dont les ondes poursuivent en nous leur éternel voyage. C'est la raison pour laquelle nous sommes les enfants d'une civilisation, d'un pays qui ont une âme et un visage et s'ordonnent autour d'un axe qui se nomme simplement "le cercle de famille". En feuilletant les albums, en nous attardant sur les témoignages et les photos, n'est-ce pas une ressemblance que nous quêtons, quelque chose d'indicible que l'objectif a fixé tant il est vrai que sans passé il n'y a pas d'avenir, point d'arbre sans racine, pas d'homme sans mémoire. Le tremblement des sourires, la gravité des expressions ne nous sont-ils pas étrangement proches ? Grâce à eux, nos vies ne sombrent plus dans l'oubli ainsi que des péninsules isolées. Elles deviennent des légendes profondes, des fleuves qui, de leur source à leur estuaire, laisseront une trace sur l'atlas immatériel du temps. Nous ne sommes pas apparus ici ou là par hasard, non ! Notre existence prend un sens, s'inscrit dans une lignée, porte un message. Nous nous expliquons enfin à nous-même ce que nous sommes.  
                     

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 15 novembre 2017 14:34

    je rentre de plein pied dans cet article. étant passée par ce moment il y a deux ans. Unne vingtaine de caisse ne sont toujours pas ouvertes.... L’appartement dans lequel j’habite, un peu par la force des choses me paraît trop grand. Il faut traverser un immense couloir pour atteindre la salle de bain. Il y fait froid. Economie sur le gaz. Je me suis installée dans le living car je peux y contempler un superbe Pin de l’Himalaya. quant aux photos. Cette manie de ma mère de découper certains visages....Et ces centaines de photos de chats. J’ai bien dû élaguer....


    • JL JL 15 novembre 2017 15:00

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
       
       on n’écrit pas plein pied mais plain pied.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 15 novembre 2017 14:38

      PLAIN PIED. amusant PLAIN signifie le plus haut d’une marée. Effectivement, mieux vaut avoir pied marin. Ma seule traversée fut entre Athène et la Crète en 1982. Epique, pas de cabine, on dormait sur le pont. A un moment une femme à moitié nue courrait parmi les passagers.


      • JL JL 15 novembre 2017 14:59

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
         
        interpellé par votre définition de PLAIN, j’ai consulté mon « Merrien » (*) et je vois livre ici ce que j’y ai lu :
         
        Plain, Plein n. m. (l’orthographe plein vient d’une confusion avec l’adjectif) : « Partie de la côte comprise entre le zéro des cartes et la laisse de plus haute mer ; les savants disent ’zone intercotidale ou zone de balancement des marées, se mettre, se coller au plein, s’y échouer. En Normandie (et en Bretagne), on dit l’estran.
        S’emploie par extension, même dans les mers sans marée, au sens de ’dangers du littoral’. Il s’est fichu au plain sur la sèche du port d’Alon. »
         
        Plein adj. : « Orthographe ancienne, plus correcte pour plaine mer, la mer plane, sans terre, le large ; cette orthographe permettait d’éviter la confusion avec pleine mer, marée haute. »
         
        (*) Jean Merrien : Dictionnaire de la mer. (4000 entrées, 500 illustrations, etc.


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 15 novembre 2017 15:09

        @JL
        Merci, à la pension je peux enfin me consacrer à ma passion de l’étymologie. Mon père connaissait parfaitement cinq langues et ma mère était quasi analphabète. C’est comme cela dans ma famille. Ma grand-mère maternelle (la mère de ma mère était littéraire et était mariée à un flamand qui ne parlait pas un mot de français alors que le frère de celui-ci était parfaitement francophone et le roi des mots-croisés en Belgique). Famille tout à fait surréaliste.


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 15 novembre 2017 15:23

        @ysengrin


        C’est elle qui m’a élevée. Un peu ma grand-mère paternelle, une vraie flamande à gros nénés mariée (Les Flamandes dansent sans rien dire 
        Sans rien dire aux dimanches sonnants 
        Les Flamandes dansent sans rien dire 
        Les Flamandes ça n’est pas causant à un francophone (mariage ancillaire, comme Freud). Très bonne cuisinière : lapin à la bière, couques de suisse (proche de la Picardie). Très fière d’être mariée à la bourgeoisie catho de Province (Claudel).

      • JL JL 15 novembre 2017 15:27

        @JL
         
        lire :
         
        Plain
        (et non pas ’plein’) adj. : « Orthographe ancienne, plus correcte pour plaine mer, la mer plane, sans terre, le large ; cette orthographe permettait d’éviter la confusion avec pleine mer, marée haute. »
         
         Pour résumer : ne pas confondre la plaine mer (le large) avec la pleine mer (la marée haute).


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 15 novembre 2017 15:30

        @JL


        Très intéressant. Cela change totalement la perpective de mon roman chez « Nabum ».

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 15 novembre 2017 15:38

        C’est comme « tapis plain » (belgicisme), en belgique on dit une « moquette » (de qui se moque-t-on ?). On était dans le tissage dans ma famille et je me rappelle que ma mère et mon père, chacun à leur tour « ourdissaient » un tapis sur un canevas. 
         Le terme « monter » un tapis ne me paraît pas appro« prier ».


      • JL JL 15 novembre 2017 15:48

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
         
         je n’en crois rien, chère petite madame : seuls vos posts sont intéressants.
         
        Mais n’en déplaise à un esbroufeur de première fréquentant ce site, j’ai à cœur d’appeler un chat un chat. 
         

         
         


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 15 novembre 2017 16:32

        @JL


        « Mélusine ou la Robe de saphir » (anagramme de mon nom de famille : lesaphir) était le plus grand rêve qu’avait fait Frans Hellens. Il l’a couché sur papier. Un rêve. Comme mes écrits. Et si c’était la vérité ????https://www.google.be/search?q=M%C3%A9lusine+ou+la+robe+de+saphir&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwigssSc88DXAhXGqxoKHbJNCHgQ_AUICigB&biw=1280&bih=675#imgrc=kGQb8rdRO4EGRM :

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 15 novembre 2017 15:15

        Je conseille : La philosophie Egyptienne du Christ de Dibombari MBOCK. Retour aux sources. En 1984, je lisais passionnément : Sinouhé l’Egyptien de https://en.wikipedia.org/wiki/Mika_Waltari


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 15 novembre 2017 15:27

          Mes parents parlait le flamands uniquement pour parler d’« affaires sérieuses » qui ne concernent pas les oreilles chastes des enfants. C’était d’un rigolo. Le patois renaisien, c’est du Beulemans.


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 15 novembre 2017 15:28

            Mes parents parlaient le flamands uniquement pour parler d’« affaires sérieuses » qui ne concernent pas les oreilles chastes des enfants. C’était d’un rigolo. Le patois renaisien, c’est du Beulemans.


            • Emile Mourey Emile Mourey 15 novembre 2017 16:30

              Belle écriture


              • jesuisdesordonne jesuisdesordonne 15 novembre 2017 23:19

                @Emile Mourey Bonjour !
                Juste pour info au cas où vous ne l’auriez pas encore
                https://www.heritagedaily.com/2017/11/medieval-treasure-unearthed-abbey-cluny/117515
                Bien cordialement



                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 15 novembre 2017 16:41

                  Franz Hellens, fils d’un bactériologiste. VIRUS 34 (Jean d’Agraives). ANNEE de naissance de ma mère.


                  • arthes arthes 15 novembre 2017 20:05

                    Je le vois pas comme ça le trip familial...Je me dis juste que quelque chose fait que la destinée de mon enfant dépasse largement le cercle familial et s’inscrit dans l’histoire de l’humanité et que c’est la même chose pour TOUS les êtres humains, chacun dans son style et comme il peut selon d’ou il vient et sa propre lignée, et que c’est cela qui importe le plus, pour le reste, le cercle familial fait partie du « passage », il transmet quelque chose qui fait partie d’une finalité qui le dépasse.

                    Bref, pour moi, ce n’est pas la lignée qui donne un sens, mais l’individu lui même qui dois trouver le sens à donner à sa vie sur terre , librement !

                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 15 novembre 2017 20:14

                      @arthes


                      C’est au fruit que l’on juge de l’arbre. j’ai vu des fruits repousser sur des arbres que l’on croyait mourants.

                    • arthes arthes 15 novembre 2017 23:14

                      @ysengrin

                      Nous portons le fardeau de tout ce qui nous precede, et chacun se precede lui meme, et la lignee intervient pour permettre le passage , a chacun...Afin de vivre l experience sur la terre et accomplir sa propre destinee.
                      Selon le karma on peut pas dire que les lignees soient forcement des cadeaux d ailleurs, pas plus que l environnement geographique.


                      @Melusine : L arbre il se nomme Yggdrasil dans la mythologie nordique, c est l humain en devenir, nous l avons deja evoque.

                      Enfin, c est une maniere de penser que j evoque ici hein : Que mes parents ne sont pas mes parents , que ma maison n est pas de ce monde, meme si j aime mes parents, ma maison et ce monde.

                      Comment renier cette idee de plus en plus incarnee de ce que l on pressent, depuis l enfance, comme etant le plus familier des mondes, tout en sachant instinctivement qu il faudrait mourir a cette vie pour le retrouver mais que c est sur terre et dans cette vie qu il faut vivre jusqu au bout et que c est comme voulu et determine par « soi meme » avant meme que d etre ne, et sans que je sache pourquoi je ne peux qu accepter cette loi que personne ne m aapprise, et qui me desarme parce que elle me donne la certitude butee qu un jour je pourrai retrouver mon vrais monde sans mourir.

                      Ainsi donc, les lignees, les cercles, j aime et je respecte, mais pour moi, ce n est pas une finalite en soi, meme si ce qui y est transmis , les traditions par exemple, n est pas denue de sens et a toute son importance.





                    • Agafia Agafia 16 novembre 2017 00:01

                      @Mélusine

                      j’ai vu des fruits repousser sur des arbres que l’on croyait mourants.


                      « On a vu souvent rejaillir le feu 
                      d’un ancien volcan qu’on croyait trop vieux » 
                      J.Brel

                      Vous paraphrasez votre compatriote ?


                    • arthes arthes 16 novembre 2017 08:23

                      @Melusine

                      L Arbre genealogique , celui de la transmission d un code genetique imprime dans la chair , d une civilisation et d une histoire que l ame va recevoir et comprendre , mais pas de l Esprit saint...

                    • Agafia Agafia 15 novembre 2017 23:54

                      Très joli...


                      Pour moi, il y eut un temps Avant et Après.
                      Avant.... Ce fut... Avant.
                      Après, ce fut poussière tu es, et à la poussière tu retourneras.

                      • L'enfoiré L’enfoiré 16 novembre 2017 12:46

                        @Agafia
                        Poussières d’étoiles....


                      • François Vesin François Vesin 16 novembre 2017 16:04

                        @Agafia
                        «  Avant.... Ce fut... Avant. »


                        Avant, j’écrivais sur un papier d’apprêt
                        et après, je rentrais dans l’avent,
                        mais après l’avent...je ne sais plus !

                      • L'enfoiré L’enfoiré 16 novembre 2017 12:41

                        Désolé de faire ombrage à ce billet.
                        Je n’ai pas l’esprit de famille même si je l’ai écrit.
                        Hier, ARTE dans le 28 minutes parlait de cela avec ces questions :

                          COP23 : FAUT-IL LIMITER LES NAISSANCES POUR SAUVER LA PLANÈTE ?   Lundi 13 novembre 2017, plus de 15 000 scientifiques internationaux ont publié l’« Avertissement à l’humanité » dans la revue BioScience, relayé par le quotidien Le Monde. Le constat est sans appel : les émissions mondiales de CO2 sont reparties à la hausse et la population augmente entrainant des conséquences écologiques majeures. Selon eux, depuis le 2 août 2017, l’humanité vit à crédit. Les scientifiques estiment en effet qu’il faudrait 1,7 planète pour produire toutes les ressources naturelles que nous consommons en une année.   Sommes-nous trop nombreux sur Terre ? Faut-il limiter les naissances pour nourrir la planète ?


                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 16 novembre 2017 12:45

                          @L’enfoiré


                          D’accord avec vous cette fois.  Mes parents étaient loin d’être parfaits. Mon père vantait le « modèle américain » que j’ai toujours détesté et ma mère avait parmi ses nombreuses amies, une fille de collabo (sosie de Danielle Darieux). imaginez les conflits et claquages de portes. Ils sont décédés et je garde d’eux le meilleurs (mais n’oubliant pas le reste). Tout en suivant MA VOIE. La première femme de Jodorowski amie de mon compagnon, artiste, a appris à 60 ans que son père était un haut gradé nazi. Elle a dû se re-construire. On peut aimer les « moments heureux », mais un jour, il faut choisir son propre chemin.

                        • L'enfoiré L’enfoiré 16 novembre 2017 12:52

                          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                          « On peut aimer les « moments heureux », mais un jour, il faut choisir son propre chemin. »
                          Tout à fait.
                          J’ai déjà écrit deux eBook romancé sur le sujet.
                          Une suite est en préparation.

                          Quelle est la suite à donner à cet article ?
                          Une retraite dans encore plus petit comme le chante si bien Brel ?


                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 16 novembre 2017 13:04

                          @L’enfoiré


                          Ma filiation est en « L » comme le cheval ou le cavalier au échec. Et d’ailleurs, je suis serpentaire (sagittaire). Un jour que mon père était venu chez moi, je lui avait demandé de m’aider à monter la chaîne de mon métier à tisser. On descendait de tisserands. Mon père s’est moquée de moi. Mais enfin Michèle : aujourd’hui, les chinois font exactement le même travail en deux secondes,...Butée, je restais sur mes position. Le plus étrange, c’est qu’il m’avait offert en partant : La Vie de Coco Chanel. On ne s’est plus revu que par éclipses. Ma cousine Martine me téléphonait dans le train vers paris pour me relater les étapes de son cancer. Je l’en remercie. assis dans son fauteuil, il ne voulait pas montrer sa souffrance. Courage ou orgueil ???

                        • L'enfoiré L’enfoiré 16 novembre 2017 13:49

                          @Mélusine ou la Robe de Saphir.,

                           « Tôt, tard ou jamais », un billet qui devrait vous donner des indices.


                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 16 novembre 2017 14:06

                          @L’enfoiré


                          Oui, cela me parle. si vous avez lu mes autres comment-taires. Je voulais un enfants de mon psychanalyste juif et forgeron. Le lendeman de sa mort en 1983, j’ai rêvé que j’étais enceinte de lui. Je passe les nombreuses péripéties que j’ai aussi relatées sur le site, mais quand j’ai rencontré Olivier, le 1er mai 2005 à midi (trop tard pour les enfants), plein soleil (brocante des fleurs à Paris), il possédait entre autre un DAli original sur céramique. Il vaut un immeuble ; mais supertitieux, nous le gardons. Il a perdu sa mère morte dans un accident de voiture à 10 ans (devait rentrer au Canard enchaîné avec un dossier brûlant sur De Gaule- peutêtre assassinat). Vous avez compris : je m’appelle Michèle. Elle aussi. Autre synchronicité : ma mère fut conçue le jour de la naissance sa mère. Gala ressemblait à la soeur de Dali. Et voici la céramique que nous possédons.https://www.google.be/search?biw=1280&bih=675&tbm=isch&sa=1&ei=b4wNWpTKFob0gAbEm4n4Bg&q=c%C3%A9ramique+soeur+de+dali+fen%C3%AAtre&oq=c%C3%A9ramique+soeur+de+dali+fen%C3%AAtre&gs_l=psy-ab.12...4073.14215.0.17019.31.31.0.0.0.0.237.2595.28j1j2.31.0....0...1 .1.64.psy-ab..0.12.1166...0j0i67k1j0i30k1j0i8i30k1.0.b-kMJd69Gno#imgrc=yKnL9-IzkqxywM : Je vous préviens : j’ai une porte blindée.

                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 16 novembre 2017 14:12

                          Lapsus : brocante des Fleurs à Forest. Si les cloches d’Uccle n’avaient pas sonné pendant une heure (après la mort du Pape). Je ne me serais probablement pas décidée à faire un tour en brocante.


                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 16 novembre 2017 13:05

                          Mais je me souviens qu’il m’avait appris à dessiner un cheval. Un petit cercle et un grand,...


                          • Pauline pas Bismutée 16 novembre 2017 14:07

                            Bien sur que nous n’apparaissons pas ici ou la par hasard, mais nous sommes chacun bien plus que le « produit d’une lignée » (combien « d’ancêtres » a t il fallu a un individu né a notre époque pour simplement exister ?) ...

                            Joli « poème » très connu de Khalil Gibran :

                            Et une femme qui portait un enfant dans les bras dit,
                            Parlez-nous des Enfants.
                            Et il dit : Vos enfants ne sont pas vos enfants.
                            Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à elle-même,
                            Ils viennent à travers vous mais non de vous.
                            Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

                            Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées,
                            Car ils ont leurs propres pensées.
                            Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,
                            Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter,
                            pas même dans vos rêves.
                            Vous pouvez vous efforcer d’être comme eux,
                            mais ne tentez pas de les faire comme vous.
                            Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s’attarde avec hier.

                            Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés.
                            L’Archer voit le but sur le chemin de l’infini, et Il vous tend de Sa puissance
                            pour que Ses flèches puissent voler vite et loin.
                            Que votre tension par la main de l’Archer soit pour la joie ;
                            Car de même qu’Il aime la flèche qui vole, Il aime l’arc qui est stable.

                            (extrait du recueil Le Prophète)


                            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 16 novembre 2017 14:19

                              Conçue le jour de naissance de Fillon. Mes parents voulaient se marier. J’ai encore les lettres. Mais mon père voulait essayer avant,...La pilule n’était pas encore au point. Ma mère, très belle, sauvageonne genre Macha Méril mais plutôt genre Sissi et mon père plutôt à la hussarde,... Ma mère s’est levée, a déchiré le divan en s’écriant : c’est ça le sexe. Enceinte. bizarre alors qu’elles venait d’avoir ses règles. Ils se sont mariés parce qu’ils s’entendaient pour le reste,.... oui, le reste. Une vierge avec un sagittaire. Pas trop assorti,...au lit,...


                              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 16 novembre 2017 14:23

                                J’aurais voter pour Fillon-filiation (il rassemblait tellement à l’homme qui a enfin su « décoincer » ma mère). Mais Thatcher (beurk), c’est comme d’épouser la belle-mère avec le mari.


                                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 16 novembre 2017 14:31

                                  Mais Macron est arrivé. Aurais-je deviné que la meilleure amie d’Olivier est la Cousine de la Ministre d la culture française. Dont le fils s’est suicidé. Je connais très bien les Nyssen et il y a aussi un « mystère et boule de gomme » dans la famille. Isabelle n’est pas entièrement certaine d’être la fille de son père, mais plutôt du père de Françoise (bien sûr, le roman familal serait plus prestigieux). Sa mère dans les années 68 était en même temps avec les deux. Cela peut avoir une intérêt pour la politique française. Rien n’arrive par hasard.


                                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 16 novembre 2017 14:32

                                    Et si tout ce que je raconte était : LA VERITE.  smiley)


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès