• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le chef de gare

Le chef de gare

Je pensais que nous avions touché le fond du crétinisme autosatisfait avec la petite phrase de Monsieur Jacques Seguela, l'inventeur de la "force (farce ?) tranquille" - un bel oxymore pour l'illustre ami "socialiste", bénéficiaire des largesses de Monsieur René Bousquet, l'organisateur de la rafle du Vel d'Hiv -  : "J'estime que celui qui n'est pas propriétaire d'une Rolex à 50 ans a raté sa vie" et celle de Monsieur Pierre Bergé à propos de la GPA : "il vaut mieux louer son ventre que de travailler en usine". Mais non... Il y en a toujours un autre, dans le petit cercle de ceux qui ne se prennent pas pour rien pour oser surenchérir dans le rien. A croire qu'ils participent à un concours.

"Dans une gare, on croise des gens qui réussissent et d'autres qui ne sont rien." (Emmanuel Macron)

Bien qu'il prétende avoir été l'assistant de Paul Ricoeur - j'ai de bonnes raisons de savoir que c'est faux -, Emmanuel Macron ignore apparemment la différence entre l'essence (n'être rien) et l'existence (ne pas réussir) qui est au centre de la foi protestante dont se réclamait Paul Ricoeur et qui touche à un point fondamental : la dignité de la personne humaine, conviction partagée par la plupart des croyants et des incroyants.

Maintenant, même si l'on se place d'un point de vue strictement phénoménologique - à l'intérieur de la clôture de la critique kantienne de la métaphysique -, par exemple celui de l'humanisme athée de Sartre dans l'Etre et le Néant, la conscience humaine étant caractérisée par la "transcendance" (au sens a-religieux du terme), il est impossible de faire coïncider l'en soi, le pour soi et le pour autrui. Il est donc invraisemblable qu'un prétendu assistant de Paul Ricoeur puisse affirmer que les gens qui ne réussissent pas ne sont rien.

Une telle affirmation est philosophiquement fausse et moralement condamnable - on sait du reste, historiquement parlant, de quelle vision du monde elle relève - parce qu'elle relègue dans l'insignifiance tous ceux qui ne correspondent pas aux critères de la modernité branchée : la beauté, la richesse, l'élégance vestimentaire, la décontraction, le plan de carrière, le carnet d'adresse... comme elle condamnait jadis tous ceux qui ne correspondaient pas aux critères de l'aryanité (et on n'était jamais assez "conforme") - Aucun chrétien, aucun humaniste, aucun homme de coeur, qu'il soit "de gauche" ou "de droite" ne peut entendre ce genre de propos sans frémir.

D'un point de vue strictement littéraire (puisqu'il paraît que notre nouveau maître avait des ambitions dans ce domaine), n'importe quelle personne un tant soit peu sensible ne peut qu'être frappée par la diversité et le mystère des êtres humains qui n'est jamais aussi évident que dans un hall de gare ou un wagon de chemin de fer.

On sait que les chemin de fer est un thème éminemment romanesque dans la littérature moderne depuis La bête humaine d'Emile Zola et on connaît les pages admirables de Proust qui ont pour cadre un wagon de chemin de fer dans La recherche du temps perdu.

Il faut vraiment être un piètre romancier ou avoir une piètre sensibilité littéraire pour diviser les voyageurs entre "ceux qui réussissent" et ceux "qui ne sont rien". A côté d'un Rastignac, la littérature est remplie de personnages passionnants, marqués par l'échec, comme Lucien de Rubempré, le colonel Chabert ou Meursault.

En tout état de cause, qui sont nos nouveaux maîtres pour se permettre de juger qu'un homme est quelque chose ou qu'il n'est rien ?

Mais, pourvu que l'on ait un physique de "startupper" et un culot monstre, n'importe qui peut se permettre aujourd'hui de dire n'importe quoi et n'importe quel écrivain raté de faire passer pour profondes des réflexions de roman de gare.

Il y a au moins une consolation pour "les gens qui ne sont rien", c'est de ne pas être obligé de croiser, dans une gare ou ailleurs, un individu capable de proférer une pareille stupidité.

A moins d'en être arrivé au dernier stade de la léthargie, c'est à s'en étrangler de rage. Je ne dis pas que c'était mieux avant, mais franchement, on n'imagine ni le général de Gaulle, ni Maurice Schumann, que j'ai rencontré à la fin de sa vie à l'occasion d'une exposition consacrée à Edmond Michelet à Sainte-Clotilde, la "paroisse des parlementaires", proférer une c... pareille, au pays de Camus, de Péguy et de Bernanos.

"Ceux qui ne sont rien" et qui ont voté pour le "réussissement" (Les Visiteurs) d'Emmanuel Macron "pour faire barrage à Marine Le Pen" - comme on le martelait ad nauseam entre les deux tours et jusque dans les cours de récréation - n'ont pas fini de s'en mordre les doigts. On vient d'apprendre par la Cour des comptes de la République que le "président normal" avait laissé un trou de 8 milliards d'euros (excusez du peu) dans les caisses de l'Etat. La promesse du candidat des candides (la suppression de la taxe d'habitation) risque fort de passer à trappe. "Ceux qui ne sont rien" ont voté pour Kennedy. Ils auront Margaret Thatcher. Ils n'étaient rien. Ils seront moins que rien.

Mais "ceux qui ne sont rien" sont tout juste bons à lui payer ses frais d'avion, sans compter le reste et ils ont aussi peu de "chances" de le croiser dans une gare que de le voir réduire son "train de vie".

Nous avons vu Poutine, le "successeur de Pierre le Grand" reçu en grande pompe au Petit Trianon (avec l'argent des impôts de ceux qui ne sont rien), nous aurons Trump, un exemple de "réussite", de bon goût et d'intelligence, aux côtés d'Emmanuel Macron le 14 juillet... Des gens - et c'est la seule consolation, que l'on ne risque pas de croiser, ni dans une gare, ni ailleurs.

Et si "ceux qui ne sont rien", c'est-à-dire l'immense majorité de la population, rejetaient pour une fois le joug de la "servitude volontaire" et refusaient de continuer à travailler (et de voter) pour des imposteurs qui se prennent pour ce qu'ils ne sont pas, qui se vantent d'avoir "réussi" sans avoir vraiment travaillé et qui ont conduit le pays à la ruine ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • BA 4 juillet 2017 14:33

    A propos de la ministre du Travail Muriel Pénicaud, la question est :

    « Quand la ministre du Travail va-t-elle démissionner ? »

    Lisez cet article :

    Soirée à Las Vegas : Muriel Pénicaud aurait tronqué les conclusions d’un rapport.

    La ministre du Travail Muriel Pénicaud n’en finit pas d’être éclaboussée par l’affaire de la soirée à Las Vegas. Le 6 janvier 2016, Emmanuel Macron, à l’époque ministre de l’Economie, était l’invité de marque « French Tech Night », en plein salon CES, rendez-vous mondial de l’innovation. Cette soirée avait été organisée pour 382.000 euros, par Havas sans appel d’offres de l’agence publique Business France dont Muriel Pénicaud était alors directrice générale.

    L’affaire, dévoilée par le « Canard enchaîné » pendant la campagne présidentielle, a rebondi la semaine dernière quand « Libération » a révélé que Muriel Pénicaud avait validé certaines dépenses relatives à l’organisation de cette soirée.

    Alertée des semaines avant

    Puis ce week-end, « le Journal du Dimanche » a indiqué que la DG de Business France avait été alertée en décembre 2015 des problèmes financiers et juridiques que soulevait la soirée. Dans un e-mail daté du 11 décembre 2015, sa directrice de la communication écrivait :
    « Muriel, briefée par nos soins, ne fait rien. Donc elle gérera aussi quand la CdesC [Cour des Comptes, NDLR] demandera des comptes à BF [Business France, NDLR], ce ne sera pas faute d’avoir dit et redit. »

    Face à ces révélations successives, la ligne de défense du gouvernement reste la même : on accuse de déterrer un dossier prétexte à cause de la réforme du Code du Travail. Du côté de la ministre, on affirme qu’il ne s’agissait que d’une « erreur de procédure ».

    Selon elle, prétendre qu’elle aurait cherché à étouffer l’affaire est « une blague », puisqu’elle a « immédiatement déclenché un audit interne et externe » (chez Business France), après une demande de refacturation en février 2016, indiquait « Libération ».

    Eléments gênants expurgés

    Or, le quotidien revient à la charge avec un nouvel élément : il affirme que l’ex-DG a informé le comité d’audit de Business France avec une synthèse biaisée de l’affaire, en gommant des éléments d’un rapport d’audit demandé en mars 2016 au cabinet EY (ex-Ernst & Young).

    « Libération » indique que Muriel Pénicaud n’a informé son conseil d’administration qu’en décembre 2016, soit 11 mois après la soirée de Las Vegas. Et au lieu de lui transmettre le rapport d’EY d’une soixantaine de pages, elle l’a résumé en quelques lignes, donnant une version presque flatteuse pour Business France de l’affaire : « Malgré l’urgence », la soirée a « bien pu avoir lieu ».

    La synthèse présentée au conseil d’administration mentionne seulement un « risque d’irrégularité des prestations contractuelles » et propose de régler cela par un protocole transactionnel, déjà signé par Havas, expose « Libération ».

    Le journaliste souligne que dans le vrai rapport d’audit, qu’il a pu consulter, « il n’est pourtant jamais question de ’bonne foi’ mais d’un recueil des nombreux dysfonctionnements gommés dans la synthèse présentée au comité d’audit qui préparait le conseil d’administration ». Et que la situation est susceptible « d’engager la responsabilité pénale (délit de favoritisme) des auteurs ». Un point crucial absent de la synthèse présentée par Muriel Pénicaud à son conseil d’administration.

    Enquête déclenchée par Michel Sapin

    « Libération » rapporte :

    « Le contrôleur économique et financier de Business France, organe indépendant qui siège au comité d’audit, découvre à cette occasion la situation et refuse de valider la transaction entre Havas et Business France proposée par la direction, puis alerte les ministères de tutelle. Michel Sapin, qui a succédé à Emmanuel Macron au ministère de l’Economie, déclenche alors une enquête de l’Inspection générale des finances (IGF) qui aboutit en février 2017 par un signalement au parquet et l’ouverture d’une enquête. »

    Lundi 3 juillet, le quotidien apprenait du cabinet de Muriel Pénicaud que la ministre refusait de répondre à toutes les questions relatives à Las Vegas. Une ligne qu’elle ne pourra pas tenir face aux magistrats.

    http://actualites.nouvelobs.com/politique/20170704.OBS1579/soiree-a-las-vegas-muriel-penicaud-aurait-tronque-les-conclusions-d-un-rapport.html


    • Le421 Le421 4 juillet 2017 19:21

      @BA
      Ben, évidemment, vu ce qu’elle a fait et ce qu’elle sait, Jupiter est tenu par les couilles de toute part.
      Et il siffle, le bougre, il siffle !!  smiley


    • Pere Plexe Pere Plexe 5 juillet 2017 08:28

      @BA
      Sans doute Jupiter et sa secte pensent ils que les lois sont à 90% faites pour emmerder les politiciens.

      A l image du code du travail qui ne serait fait que pour emmerder les patrons.


    • gogoRat gogoRat 5 juillet 2017 09:57

       Comment peuvent bien être aiguillés les neurones des « on » qui, dans une gare, ont du temps à perdre pour prétendre décerner une ’réussite’ chez des gens qu’ils croisent, et ’en même temps’ concevoir une absurdité ?
       Qui peut accorder une quelconque confiance à des neurones susceptibles de générer l’absurdité suivante : une entité désignée pour être reconnue par les auditeurs comme ’des gens’ pourraient n’être rien ?

       Le logicien Bertrand Russell avait démontré que :
       ’si 2+2=5 alors je suis le pape’

       Tout la finesse de celles et ceux qui ont ’réussi’ à abuser des faiblesses de nos actuelles techniques de légitimation pour imposer un roi non cautionné par une majorité absolue de non votants, consiste manifestement à faire gober des absurdités !
       Les gens qui sont ’ne devant être rien’ les saluent !
      ( cf : ’morituri te salutant’’ )


    • jeanpiètre jeanpiètre 5 juillet 2017 10:11

      @BA
      le probleme est que macron n’a personne dans sa mailing list follower qui puisse done le job, aka sont tous des lobbyistes (trad fr : corrupteur/ corrompus) qui composent son guestlist, meme avec une majorité heavyweight , he se retrouve avec un rotten basdket

      asshole

    • gogoRat gogoRat 5 juillet 2017 14:39

       Le 21 janvier 1793 à 10h20, un qui-avait-réussi (un certain Louis XVI) a eu à faire à des gens qui étaient ’devant être rien’ ...


    • stef 9 juillet 2017 14:58

      @gogoRat
      on aurait mieux fait de conserver notre monarchie , on n’en serait pas là aujourdhui avec un président ayant beaucoup trop de pouvoirs 


    • JL JL 4 juillet 2017 14:52

      Article à lire et faire lire.

       
       Le problème de l’oligarchie, ce n’est pas les dérapages de ce petit roi : c’est de cacher ces dérapages.
       
       Le principe en la matière dans la haute société consiste à ne pas voir, quand on n’approuve pas. 
       
       Ces foutus réseaux sociaux sont incontrôlables !

      • Taverne Taverne 4 juillet 2017 14:52

        On peut toujours se consoler en se disant que les « brèves de gare » de Macron ne sont rien en comparaison des messages que Trump poste sur la toile. « Oh ma god ! Mes illusions sont des tweets... »


        • Sozenz 4 juillet 2017 15:38

          @Taverne
          « ah, que je suis bien heureux , on ne ma coupé qu’ un bras . on aurait pu me couper les deux ... »

          c est bien de se consoler de si peu ..
          un jour quand vous subirez la famine , vous pourrez vous dire qu ’un autre lui en est mort .

          Vous avez une multitude de petites phrases qui font ainsi que vous pouvez toujours vous rassurer de votre sort . tout en acceptant que l on vienne chaque jour vous piétiner un peu plus ;...


        • Le421 Le421 4 juillet 2017 19:19

          @Sozenz
          Les CSP+ ne se préoccupent pas des petites gens.
          C’est d’ailleurs comme cela qu’ils deviennent CSP+ voire ++ !!
          Leur bonheur se lit en fin de mois au relevé de banque.

          Moi, je ramasse mes patates.
          Leur pognon n’achètera jamais ces trésors.
          Petites, fraîches, nouvelles, à peine pelées et rissolées dans une graisse de canard.
          Avec quelques tranches de magret venant de chez mon beau-frère. Trois feuilles de batavia jaunes comme le soleil, une goutte d’huile de noix du voisin et un zeste de vinaigre de la belle-mère de mon fils.
          Une goutte de Pécharmant de la propriété. Un tour dans le hamac !! Vol de contrôle à 13H30 !!

          Gardez votre pognon et vos start-up.
          Y’a longtemps que j’ai « switché mon bizness-plan » vers des choses plus concrètes.

          Et je bande encore !!  smiley


        • Alren Alren 4 juillet 2017 19:22

          @Taverne

          Moi, la sottise de Macron, sa suffisance qui me font honte quand je pense que ce type est sensé représenter la France aux yeux du monde entier, je ne m’en console pas en pensant qu’ailleurs c’est pire (et il n’y a pas que Trump, Erdogan par exemple n’est pas mal non plu).

          Car Macron est le Président de la République française et que je suis citoyen français pas étatsunien. 


        • cevennevive cevennevive 4 juillet 2017 16:25
          Bonjour Robin,

          « Dans une gare, on croise des gens qui réussissent et d’autres qui ne sont rien. »

          Si Monsieur Macron venait dans nos pauvres gares des Cévennes ou de l’Ardèche, désertées, silencieuses, croulantes et vides, il n’aurait rencontré personne, même pas une vieille locomotive !

          Là, on voit bien que nous ne sommes « rien ».

          Toutefois, dans ses propos et son esprit supérieur, je ne suis pas mécontente de n’être « rien » pour lui. Je ne suis même pas en colère. Ce type parle sans réfléchir, c’est du vent.

          Cordialement


          • grangeoisi 4 juillet 2017 18:38

            @cevennevive, bonsoir ...allons elles ne sont que momentanément vides...on travaille sur les modifications des voies, sans doute pour accueillir des pédalos transformés en draisiennes, de même que l’on est en réunion pour étudier le partage des relais des téléphones et savoir combien de porteurs on doit engager pour les messages portés.


          • baldis30 4 juillet 2017 20:38

            @cevennevive
            bonsoir,

            naturellement je plussoie sur ce qui reste de nos voies ferrées cévenoles, mais sont-ce bien de ces gares dont il est question ....

            En effet dans l’esprit de la déclaration il semblerait que ce soit des gares parisiennes qu’il s’agisse ... Mais surtout de laquelle car elles sont nombreuses, grandes ou petites ... démolies ou oubliées.

            S’agissant des oubliés et bien démolies, simplement rappelées par un wagon de marchandises ( hommes 40, chevaux en long 8) ... Aussi un nom me vient à l’esprit le nom d’une gare par où passèrent tant de gens de rien qui assurèrent la réussite de quelques uns. D’ailleurs c’est gens de rien, une fois leur mort acquise étaient définitivement édentés (sans-dents si vous préférez) surtout s’ils avaient quelques quenottes en or ....


          • troletbuse troletbuse 5 juillet 2017 10:01

            @cevennevive
            Petite illustration de votre message
            https://www.youtube.com/watch?v=-TfcBDnvJp0


          • Robin Guilloux Robin Guilloux 6 juillet 2017 11:00

            @cevennevive

            Amitiés à vous !


          • cevennevive cevennevive 6 juillet 2017 11:33

            @troletbuse

            Merci pour la vidéo, fort bien faite ! Elle est admirable car elle reflète bien la situation et la nostalgie de ce temps des locomotives.

            Les gares désertes et lépreuses, l’herbe au creux des voies sont de tristes ruines...

            Cordialement.



          • JBL1960 JBL1960 9 juillet 2017 22:39

            @troletbuse En visionnant votre vidéo, il y avait dans les titres celui de Georges Brassens, le cocu, et dans son style c’est parfaitement raccord non ? Certes pas autant que cette valse, mais au moins autant que le poème...
            Tenez, je ne résiste pas je vous colle le lien vers cette bluette qui nous changera des propos du Jupiter 1er des bacs à sable ; https://www.youtube.com/watch?v=mdcJRHM_Ah4

            @ l’auteur = Aucun chrétien, aucun humaniste, aucun homme de coeur, qu’il soit "de gauche« ou »de droite« ne peut entendre ce genre de propos sans frémir.

            Bah si, malheureusement, c’est même le fondement de la doctrine chrétienne de la découverte qui a prédisposé, par avance, qu’aucune personne indigène traditionnelle ou nation ne devaient être autorisées à survivre en dehors de la chrétienté et de sa nation »blanche" : En 1302, le pape Boniface VIII a affirmé péremptoirement posséder tout être vivant, la planète et tout ce qu’elle contient ; il l’a fait au travers d’une bulle (édit) pontifical auto-déclaré. Il affirma être le représentant de “dieu” sur Terre. Et c’est la Nation Mohawk qui nous l’a rappelé il y a peu ICI.
            Et ce sont ces hommes en jupe qui les premiers ordonnèrent au nom de Dieu que les terres à conquérir étaient Terra Nullius et comme Macron que les éventuels païens qui s’y trouveraient étaient « Res Nullus » c’est à dire RIEN... Absolument rien, ils n’étaient pas des hommes, même pas des sous-hommes puisque non-blancs et surtout non-chrétien mais juste RIEN soit non-humain.
            C’est Steven Newcomb, universitaire, juriste indigène, chercheur et écrivain qui sur ce sujet va le plus loin, voici ce qu’il explique : D’après la doctrine de la domination chrétienne, vous ne pouvez pas devenir chrétien après l’arrivée des chrétiens et utiliser cela pour que votre nation échappe au droit de domination chrétien. Votre adhésion à la chrétienté n’aura pas d’effet rétroactif, parce qu’en tant que non-chrétien, vous étiez considéré par le monde chrétien comme “nullus”, “nul et non avenu”. C’est dans son livre « Païens en Terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte » que Résistance71 a traduit par de larges extraits que j’ai réunifié dans un PDF que l’on comprend précisément que c’est sur ce présupposé que c’est construit l’Amérique moderne et cela prévaut toujours aujourd’hui puisque le Trump et le Trudeau veulent vendre l’île de la Grande Tortue à la découpe !
            Et nous savions, pour beaucoup, de qui Macron était le N.O.M. (D’ailleurs, l’illustration de GuillaumeTC de #CroisonsLes représente Macron dans Thatcher et j’ai la version Fillon dans Maggie puisque lui a fait pire en affirmant qu’il était gaulliste et de surcroit chrétien et que la France n’avait pas à s’excuser d’avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Nord). C’est pourquoi on n’appelait non à veauter pour la Maréchal Nous Voilà ou pour FA, mais à boycotter le cirque, voire le Barnum car j’ai appelé à boycotter la farce Zunienne avant le sacre de MacDeRoth.
            Je ne sais si vous connaissez le DEUTERONOMY 7 : 1-2, 5-6 ?
            Vous le trouverez en lien dans ce billet de blog, car je ne veux pas faire trop long, mais il est très explicite quand à la manière de traiter, ceux qui ne sont RIEN au nom de : Lorsque l’Éternel, ton dieu, t’auras fait entrer dans le pays dont tu vas prendre possession et qu’il chassera devant toi beaucoup de nations et que tu les auras battues alors tu devras les détruire entièrement.
            Si j’ai été choquée que MacDeRoth utilise cette phrase, je suis persuadée que ce n’était nullement une boulette, que c’était voulu. Mais je pense que Plein de petits riens peuvent TOUT... Et tout comme vous je pense, non ?


          • Robin Guilloux Robin Guilloux 11 juillet 2017 09:20

            @JBL1960

            Vous avez en grande partie raison, mais il y a eu aussi d’autres voix au sein de l’Eglise. Je pense à Bartholomé de Las cases et à d’autres. Ce n’’est pas la foi qui est intrinsèquement violente, mais son instrumentalisation par le pouvoir politique. Et il y a dans les textes, de quoi s’en prémunir. Je pense en particulier à l’importance dans la Torah et dans l’Evangile de ceux que l’on appelle les « Anawim » (littéralement « ceux qui ne sont rien »)


          • Montagnais Montagnais 4 juillet 2017 18:32

            Bonjour, 


            « .. au pays de Camus, de Péguy et de Bernanos .. »

            Sans oublier Bloy, Duhamel, Céline, Paraz, Drumont ..

            Quant à votre conclusion, je la partage, avec moins de modération : Proprol (les riens), il a juste une chose à faire : 

            Leave en masse ! Leave - en - masse

            .. fout en l’air tous ses joujoux, tour de France, zumba, foot, spectron, réclame, « tourisme », cinéma, « art », « Culture », kokopipi, Lololulu, « sport », « loisirs », « animations », shopping, pousse-caddie, compissements procellaires, gastronomie, conso-tendance, course aux étoiles correctement mise en scène, Pesquet et Mickey .. Politique, Micron et compagnie .. Tout .. 

            Fout tout en l’air Proprol .. déserte, se remet à sautiller insouciant comme un jeune chat .. gai comme un pinson ..

            Quelle révolution ! 

            • Le421 Le421 4 juillet 2017 19:11

              Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît !!
              Audiard


              • arthes arthes 5 juillet 2017 00:24
                A ouais, c est certain que mieux vaut des zelus grassement payes pour soutenir du « nique la France » ...Expression de la liberte d expression et de la haute consideration portee a ce pays.


                Quel article de chouinneur !!!

                Et jusqu a repprocher a Macron de recevoir avec trop de faste Poutine et Trump comme si c etaient des pesteux qui ne meritaient pas qu on y accorde tant d attentions.










                • bob14 bob14 5 juillet 2017 06:28

                  Macron, c’est le « mégot » que l’on laisse sur le trottoir pour éviter de se baisser !


                  • demissionaire bonalors 5 juillet 2017 07:24

                    Il serait tjrs intéressant de diagnostiquer a quoi tiens la réussite ? Le cerveau de Macron ne semble pas assez développé pour même se poser ce genre de question ... ma foi il n’est pas le seul ,,,
                    Il répondrait probablement que nous les loosers, ne sommes que des jaloux donc des crétins.


                    • troletbuse troletbuse 5 juillet 2017 07:46

                      Effectivement Macron n’est pas RIEN, c’est une petite merde.


                      • UnLorrain 5 juillet 2017 09:24

                        Macron est une résultante,du socialisme.

                        Promenez vous sur devoir2memoire qui je pense existe encore,voyez a une ex femme d’ex plénipotentiaire suprême,elle déclare dans le journal Express je crois,en 2002 si ma mémoire defaille pas trop « les français sont des minables et des négatifs » C’est pas rien hihihi.


                        • Macondo Macondo 5 juillet 2017 09:47

                          Très bel article et forte démonstration claire et bien étayée. D’une opinion assez contraire, l’affaire ayant de mon point de vue la valeur d’un jet d’urine dans un instrument à vent. Non que je cautionne le verbiage mondain employé, qui sied à ce langage de l’entre soi bâti sur des années de flânerie productive dans les coursives des palais où se décide le sort des masses productives et consommatrices, mais parce qu’on a tant d’autres choses sur le feu pour lesquelles la stupide rhétorique d’en haut n’a strictement aucun sens, ni plus d’impact ...
                          La question de fond, de mon point de vue, serait : Est-il judicieux d’en faire des tonnes pour dire « il les a insulté » si les insultés potentiels ne l’ont pas relevé, submergés de soucis plus graves et plus urgents ? Ne serait-il pas plus utile de dire à ceux-ci avec force et conviction : « T’en a pas marre, mec, qu’on te prenne pour rien ! » mais on aperçoit immédiatement les embuches d’une folle ascension, col hors-catégorie sous le cagnard dans la roue d’un Jupiter chargé à bloc, évidemment. On pourrait alors se dédouaner en ajoutant : « T’as pas envie, frangin, de renverser cette p. de table ? » et alors redevenir immédiatement et totalement inaudible pour les siècles des siècles ...


                          • Croa Croa 5 juillet 2017 09:51

                            Mais si c’est possible de juger : Monsieur Macron est un moins que rien.
                            *
                            Rien c’est ceux qu’il ne peut identifier et que finalement il honore (quoique ?)


                            • bob de lyon 5 juillet 2017 10:06

                              Et encore parle-t-il des gares, où ne sont achetés et lus que des romans bénits à l’eau de rose ; mais – hypothèse inconvenante – que dira-t-il, notre philosophe ultra libéral, lors de l’inauguration improbable d’un parc de stationnement d’autocars, dans une banlieue perdue au milieu de folles avoines griffues et de buissonnées épineuses, à proximité d’un bidonville en métastase permanente, peuplé d’untermensch à la peau noire ou grise !

                              Soyons rêveur : que pensera-t-il, lorsque attentif et, selon son habitude : le nez chafouin baissé et l’œil torve, il déchiffrera les titres des livres que les clients auront sous le bras, lorsqu’ils escaladeront le marchepied de ce transport à 2 balles, véritable quatrième classe inventée par icelui et qu’il lira :  Contrat social, Candide, L’esprit des lois, Les Misérables, le Capital, Germinal, Histoire du patronat français sous l’occupation, …

                              La majorité des Français n’est pas dupe, et en écoutant les réflexions de passagers de transport en commun, entendues hier à son propos, ses communicants (j’en connais au moins un, n’est-ce pas Jean-Marie !) devraient le convaincre de se défroquer de ses habits de Premier Consul (le Pont d’Arcole, la Campagne d’Égypte ne sont pas à l’ordre du jour et le 18 Brumaire semble hors d’atteinte !).

                              Ils lui proposeraient aussi d’accélérer son pas de marche pour ressembler - un peu (n’exagérons pas !) - à tout le monde…

                              Enfin, vous savez, à ceux qui vont trimer et qui courent en permanence pour arriver ponctuels chez les affidés de Monsieur Gattaz qui bientôt ne les paieront plus qu’à 1 € de l’heure, voire moins, ou mieux encore, tiens : selon leur bon vouloir !

                              En avant et fermer vos gueules les esclaves ! Entendez plutôt les encouragements énergiques, les applaudissements fraternels et les remerciements spontanés de la CFDT…

                              Vive l’avenir et les lendemains qui chantent !


                              • Et hop ! Et hop ! 9 juillet 2017 16:32

                                @bob de lyon : Macron ne peut pas du tout être comparé à Napoléon, en rien.


                                Napoléon avait la grandeur d’âme de témoigner beaucoup de considération aux gens du petit peuple, civils et militaires, et ceux-ci l’adoraient.

                                Il tenait aussi la dragée haute aux grands, aux puissants, aux ennemis de la France, aux anglo-saxons, aux banquiers.

                              • bob de lyon 10 juillet 2017 08:47

                                @Et hop !

                                Bonjour,

                                Bien évidemment, M. Macron ne ressemble en rien à Bonaparte (peut-être la taille ? environ 1.67 m)  mais enfin celui-là  construisit sa légende en se mettant en scène par l’utilisation de son organe de presse : le Bulletin de la Grande Armée.

                                Nous y sommes puisque le journal d’« En Marche », papier ou virtuel, sort ces jours !

                                Quant aux propos sur la banque, je serais plus dubitatif, vu l’état de la fortune en fin d’exercice et le pillage de l’économie par la famille Bonaparte d’une rare cupidité…

                                Salutations agoravoxiennes.


                              • Laulau Laulau 5 juillet 2017 11:28

                                Cela saute aux yeux, par rapport à Macron, le premier président de la cinquième république était un modeste. Certes De Gaulle avait souvent une attitude grandiloquente et un peu ridicule mais il ne manquait pas d’humour ni de dérision sur son propre rôle.
                                Là, c’est différent et je me demande de plus en plus souvent si notre président n’est pas un peu dérangé. Un psychiatre italien (Adriano Segatori) le décrit comme un pervers narcissique et même si je n’ai qu’une confiance limité dans l’analyse de ce « dottore » d’extrême droite, je dois reconnaitre que la personnalité de notre président pose problème.


                                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 5 juillet 2017 12:15

                                  Un Zigoto au Smartphone n’est pas un chef de gare !


                                  Un chef de gare est un responsable respectueux lui-même des gens, certains qui s’engouffrent et d’autres qui émergent, mais tous vaquent à leurs préoccupations... Un chef de gare est une personne respectée par les gens parce qu’il est là pour faciliter le mouvement et éviter la pagaille ! 

                                  Pour ce qui est de « Je pensais que nous avions touché le fond... » Il faut se rappeler ce qu’avait dit un comédien algérien très connu : «  »Quand certains peuples touchent le fond, ils essaient de remonter, mais les Algériens eux, grattent et s’enfoncent encore ...«  

                                  Français et Algériens, tous deux mis dans le même sac à crabes par un »« même régime deux en un »«  ! Paris et Alger sont deux groupements d’intérêts unis par une »relation privilégiée et indémontable" qui n’a rien à voir avec les intérêts des populaces des deux Rives ! 

                                  • symbiosis symbiosis 5 juillet 2017 13:19

                                    S’ils ne sont rien, qu’ils mangent de la brioche, qu’ils mangent de la brioche, qu’ils mangent de la brioche............. , Couic !


                                    • Sozenz 5 juillet 2017 16:50

                                      Bien ,nous sommes aujourd’hui certains que le sens de a vie n est pas enseigné à l’ Ena . A moins que manu n’ ait t pas bien fait ses devoirs .
                                      Espérons qu’ il sera plus appliqué pour ses devoirs vis a vis de la France et des français ( j ai des doutes là dessus , mème plus que des doutes ... ) .il ne s’est pas juste engagé sur l avenir de la petite supérette du coin .
                                      Ah, sinon manu , va falloir te mettre au piquet , vilain petit garçon .


                                      • arthes arthes 5 juillet 2017 17:10

                                        Et si « ceux qui ne sont rien », c’est-à-dire l’immense majorité de la population, rejetaient pour une fois le joug de la « servitude volontaire » et refusaient de continuer à travailler (et de voter) pour des imposteurs qui se prennent pour ce qu’ils ne sont pas, qui se vantent d’avoir « réussi » sans avoir vraiment travaillé et qui ont conduit le pays à la ruine ?


                                        Faudrait des c. , faut pas oublier qu’aux élections Macron il est passé à 66, 06% ; Peur de l’inconnue.

                                        Alors le reste c’est du blabla.

                                        • kalagan75 5 juillet 2017 20:12

                                          Certains n’ont qu’un seul but dans la vie : simplement d’être heureux même s’ils ne sont rien. Mr Macron n’a pas compris qu’à la fin, nous ne serons tous que du « rien » ...


                                          • Debrief 6 juillet 2017 08:02

                                            Suffisant et de conscience limitée par une existence facile et un parcours de privilégié, M. Macron est l’archétype du cadre sup qui a pour le staff méfiance et mépris. Il est président de la compagnie France et prononce devant les employés le discours bullshit marketing de tous les dirigeants de grosses boîtes. Ça marche parce que les français ne travaillent pour le plupart pas dans des grosses boîtes et n’ont pas compris l’arnaque et la condescendance qui sont sous-jacents.


                                            • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 6 juillet 2017 19:52

                                              Depuis l’élection de Macron il semblerait que le fameux « génie » français ne soit plus réduit qu’à quelques bulles de gaz liquide incarnées par les « startupping ». A la place d’un jeune diplomé invité par Macron à se liquéfier dans le baby sitting macronien - je serai extrêmement vexé de me voir comparé à un petit pet mis en couveuse.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès